La France a-t-elle besoin de plus d’autorité ?

Publié Par Hadrien Gournay, le dans Politique

Par Hadrien Gournay.

Dans un contexte de craintes avivées par le terrorisme et l’accélération des migrations, la nécessité supposée d’un retour de l’autorité est devenue un thème central du discours politique en France. Sa progression est plus marquée chez les Républicains sont en première ligne, tandis que le Parti Socialiste suit le mouvement. Pour le Front National, l’analyse est différente car le parti d’extrême-droite a toujours placé cette notion au cœur de son programme politique. Si le goût pour l’autorité ne peut de ce fait guère progresser au sein du parti, la progression du FN dans les sondages confirme malgré tout la progression politique du thème. Seule la gauche non gouvernementale qui reste favorable au parlementarisme et à une VIème république semble a priori moins concernée.

Mais un tel retour de l’autorité est-il désirable ? Que pourrait-il apporter actuellement à la France ? Quels risques peut-il présenter ? Pour tenter d’y voir clair précisons les différentes significations du principe d’autorité et les implications politiques de chacune.

C’est quoi l’autorité ?

L’autorité a un sens un peu différent de celui du pouvoir qui suppose toujours la possibilité de contraindre. Lorsqu’elle n’est pas associée à cette faculté, l’autorité est symbolique ou morale. Cependant le renouveau actuel de l’attrait pour l’autorité ne peut être dissocié de l’exercice du pouvoir et c’est dans ce cadre que nous le présenterons pour la suite. L’autorité ainsi conçue peut alors être exercée au profit de celui qui la détient, au profit de celui qui la subit ou encore au profit des deux.

La domination du maître sur l’esclave est l’archétype d’une autorité exercée au profit de celui qui la détient. Non seulement le sort de l’esclave est dépourvu d’importance par lui-même mais son rôle dans la satisfaction du maître ne confère aucune dignité particulière à son travail. L’esclave est purement et simplement un moyen qui ne vaut que pour le résultat auquel il contribue et auquel tout autre moyen plus approprié pourrait au besoin se substituer. Cette importance du résultat en vu duquel l’autorité est conférée est telle que le sens moral de l’autorité semble ici faire défaut.

Une autorité parfois bénéfique

À l’opposé, lorsque l’autorité est exercée au profit de celui qui y est soumis elle doit lui permettre de mener la vie la meilleure possible quel que soit le sens donné à cette expression. L’autorité des parents sur leurs enfants est l’illustration par excellence d’une telle conception de l’autorité qui est alors une fonction ou une charge.

Enfin, le cas où le service d’un homme supérieur est censé donner son sens à l’existence d’un inférieur constitue une conception de l’autorité située entre les deux précédentes et où la faculté de commander est censée être aussi profitable à celui qui y est soumis qu’à celui qui l’exerce.

Dans le cadre d’une démocratie comme la France, au moins dans les discours, il est principalement question d’une autorité exercée en faveur de ceux qui sont soumis à l’autorité politique : les citoyens. Ce type d’autorité peut lui-même se diviser en deux branches : l’autorité fonctionnelle et l’autorité naturelle (que la distinction entre les différentes types de légitimité au sens de Max Weber ne recouvre pas exactement).

Autorité fonctionnelle

L’autorité rationnelle ou fonctionnelle part du besoin réel ou supposé qu’une communauté d’hommes donnée a d’une autorité en son sein indépendamment des qualités comparatives de celui qui exerce l’autorité et de ceux qui devraient lui obéir. Si les aptitudes particulières de son détenteur ne peuvent bien entendu faire de mal, elles ne sont pas ce qui justifie en premier lieu le principe de l’autorité fonctionnelle. Cette conception peut être associée à la formule de Napoléon : « un mauvais général vaut mieux que deux bons »

Les sociétés libérales et démocratiques, parce qu’elles ont la liberté pour principe, sont logiquement plutôt rétives à reconnaître une autorité qui correspond à la faculté de commander. Elles ont néanmoins accepté l’idée que protéger cette liberté nécessitait la reconnaissance d’un minimum d’autorité. Elles ont pensé qu’il existait des cas où l’action de chacun en faveur de son intérêt personnel ne permettait pas de le préserver au mieux. Dans le cas d’une invasion étrangère l’intérêt personnel commande par exemple de fuir alors que l’obligation civique de participer à la défense commune permettra de préserver au mieux la vie et la propriété de chacun. Dans cette conception l’intérêt général est distinct de l’intérêt personnel mais continue d’en dériver. L’autorité n’est pas fondée sur le fait que chacun méconnaîtrait son intérêt mais sur la difficulté qui consisterait dans certains cas spécifiques à le faire exister au niveau de la société. Elle doit garantir la liberté de chacun et c’est ce qui permet d’en tracer les limites : Selon l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.».

La liberté étant par ailleurs ce qui fonde le besoin, réel ou imaginaire, de cette autorité, il a été aussi admis qu’elle devait être limitée et partagée. Le principe de séparation des pouvoirs est conçu pour limiter l’arbitraire et inciter chaque organe à remplir la tâche qui lui est assignée au service des citoyens et non à utiliser ses fonctions pour accroitre ses pouvoirs.

L’exercice de l’autorité est basé sur un processus de désignation formalisé qui permet d’éviter les conflits. L’acceptation sociale de l’autorité est basée sur l’acceptation de ces principes et non sur le charisme ou les qualités de celui qui l’exerce. Au contraire, l’adhésion charismatique risquerait de remettre en cause l’équilibre des pouvoirs et produire des abus. Le charisme est-il pour autant toujours un danger dans cette perspective républicaine dans laquelle l’État est traditionnellement conçu comme protecteur de la liberté ? L’expérience actuelle d’un président faible semble suggérer le contraire. Utilisée à bon escient, l’autorité naturelle peut faciliter les réformes permettant une réduction et un fonctionnement plus efficient de l’État comme sut le montrer Margaret Thatcher au Royaume-Uni.

Les défenseurs contemporains de l’autorité ont toutefois souvent d’autres visées en tête : ils sont plus sensibles à une autorité conçue comme naturelle.

Autorité naturelle

Caractéristiques essentielles de l’autorité naturelle

Le modèle de l’autorité naturelle est celle des parents sur leurs enfants.

L’autorité naturelle a pour fonction de renforcer la vertu de ceux qui la subissent. Elle implique d’orienter leurs choix de vie en dehors même des conséquences que ces choix pourraient avoir pour des tiers. Les parents se voient confier la garde de leurs enfants afin de leur enseigner les meilleures habitudes pour mener leur vie d’adulte. L’autorité fonctionnelle ne partait pas de l’idée que chacun ferait de mauvais choix de vie pour lui-même mais que, dans certains cas, lorsque chacun court indépendamment à son but, celui-ci aura moins de chance d’être atteint qu’en instituant une contrainte collective. L’autorité naturelle qui implique de mieux connaitre l’intérêt d’un tiers que lui-même rend ainsi nécessaire une forme de supériorité de celui qui exerce l’autorité sur celui qui y est soumis. Toute inversion de l’autorité serait dès lors inconcevable et de l’aveu même des défenseurs de l’autorité naturelle un régime d’égalité et d’autonomie serait préférable à une inversion de l’autorité dans laquelle l’inférieur dirigerait le supérieur.

Arguments relatifs à l’autorité naturelle

Dans le cadre d’un État, l’autorité sert alors de guide pour mener les individus vers la meilleure vie possible. Les partisans de l’autorité ne perçoivent pas l’opposition entre disparition de la liberté et vertu. Après tout, limiter la liberté religieuse n’a jamais empêché la ferveur, bien au contraire ! Au contraire, la liberté est considérée avec suspicion puisque consistant dans le pouvoir de faire le bien comme de faire le mal, elle serait liée à une conception relativiste de la morale. Laissant penser que la valeur d’un mode de vie se trouve exclusivement en nous-mêmes et ne provient pas d’un principe supérieur, elle ruine l’idée que nous pourrions avoir des devoirs vis-à-vis de nous-mêmes. Prétendre protéger la sphère de l’individu face à l’immixtion du pouvoir n’est-ce pas adopter une conception relativiste de la morale et accepter que chacun fasse ce qui lui plaît ? À l’inverse, l’acceptation de principes absolus en morale ne devrait-elle pas être liée à un pouvoir lui-même absolu ?

Pourtant le pouvoir absolu est traditionnellement celui qui ne reconnait plus de normes, celui où, au nom de la nécessité, le prince est délié des lois. Par un curieux retournement, certains adeptes de l’autorité naturelle rejettent toute morale dans le domaine politique. Si nous retenons comme définition de la morale celle selon laquelle elle consiste à mener la meilleure vie indépendante possible et à ne pas nuire à autrui tout en participant au bien commun, nous observons que les partisans de l’autorité exceptent l’État des principes de justice afin de conduire strictement la vie de chacun selon les règles de la vertu tandis que les partisans de la liberté semblent avoir une conception relativiste des normes de la vie individuelle mais entendent strictement les principes de justice et n’en exceptent pas le pouvoir. De même, pour les deux groupes, le bien commun de la société n’a pas les mêmes implications. Alors qu’il consiste exclusivement pour les partisans de la liberté à faire de l’État le protecteur des objectifs privés des individus, il détermine aux yeux des défenseurs de l’autorité des obligations bien plus étendues.

Cela s’explique si l’autorité du souverain et l’obéissance qui en découle n’est plus vue comme un moyen au service d’une fin morale mais assimilée à la vertu morale elle-même. L’autorité naturelle rejoint alors la conception mixte de l’autorité présentée en introduction. De même, la fusion de l’individu dans le groupe (la nation, la classe sociale ou une communauté religieuse), liée au rejet violent de ce qui est extérieur au groupe en question, peut être vue comme le principe moral par excellence, bien au-delà de l’obligation de participer au bien commun de la société dans laquelle on vit. Historiquement, ces deux phénomènes (culte du chef et culte xénophobe du groupe), sont d’ailleurs liés.

Au cours de cette analyse de l’autorité naturelle, nous avons quitté le terrain de la logique des arguments pour celui de la psychologie, nous avons vu des conceptions simplement autoritaires se muer en tendances totalitaires. Il est juste de reconnaître qu’une telle évolution n’a rien d’inéluctable mais il est tout aussi juste de mettre en garde contre elle.

  1. Article étrange, excluant le concept crucial de responsabilité, lié tant à l’autorité qu’à la liberté.
    C’est peut-être dû à la focalisation sur l’autorité naturelle, arbitraire par essence, incompatible avec le processus démocratique qui vise à déterminer une autorité fonctionnelle pour reprendre le distinguo de l’auteur.
    La démocratie est précisément le système où les lois découlent d’un consensus, un contrat librement consenti entre individus libres, et non d’une autorité par essence supérieure, dictant les conduites en fonction de principes moraux, le peuple irresponsable comme un enfant ayant besoin de guidance. On reconnaît là la socialopathie qui affecte la France actuelle.
    L’autorité naturelle est toute entière le rapport maître-esclave hegelien, le degré seul distinguant la guidance de la tyrannie, et je m’inscris là en faux contre l’affirmation que ce rapport ne profite exclusivement qu’au Maître, relisez Hegel.

  2. La France n’a pas besoin de plus d’autorité, elle a besoin de politiques qui respectent leurs engagements faits lors des campagnes électorales !

Les commentaires sont fermés.