La primaire de la droite tuera-t-elle la droite ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Politique

Par Éric Verhaeghe.

La primaire de la droite a une vertu et un résultat très efficaces : ceux qui imaginaient une remise à zéro du logiciel de l’ex-UMP ont perdu aujourd’hui toute illusion. Ceux qui se présentent au suffrage en 2017 n’ont tiré aucune conséquence des échecs passés, et demeurent stables dans une étrange continuité des mêmes mauvaises pratiques.

La primaire de la droite et le cas accablant de NKM

La leader de la droite parisienne a fait l’objet d’une révélation tout à fait cocasse. Le Monde vient de révéler une conversation que l’élue parisienne avait eue avec Bernard Squarcini, ancien patron des services secrets reconverti dans la sécurité pour les grands de ce monde. On en reste bouche bée, puisque NKM, en pleine campagne pour les municipales parisiennes, déclare, en réponse à la sollicitation de « tuer Rachida Dati » à la demande de Squarcini :

« Je vais te dire, le meilleur moyen de la tuer, c’est d’éteindre. […] Et Fillon, c’est pareil, faut pas le tuer publiquement, faut l’éteindre. »

La veille au soir, NKM avait méchamment accroché Nicolas Sarkozy lors du deuxième débat télévisé de la primaire. Une réponse d’un berger à une bergère, sans doute. Mais NKM aura désormais beaucoup de mal à faire illusion sur sa capacité à sortir des règles politiques habituelles et des vieilles pratiques du RPR.

Le clan Sarkozy en pleine haine

Dans la même semaine, Davet et Lhomme révélaient que, dans le cadre des écoutes téléphoniques ordonnées pour faire la lumière sur le financement libyen de la campagne de Sarkozy, les enquêteurs avaient mis la main sur un SMS de Rachida Dati à Brice Hortefeux (datant de 2013) qui en dit long sur les coulisses de la Sarkozie :

je vais dénoncer l’argent liquide que tu as perçu pour organiser des rdv auprès de Sarko lorsqu’il était président, des relations tout aussi liquides que tu as eues avec Takieddine, l’emploi fictif de ton ex à la Caisse d’Épargne grâce à Gaubert, et l’emploi illégal de ta compagne actuelle au Parlement européen (…)

Donc, on en apprend de belles sur les petits avantages reçus ou tirés par Brice Hortefeux de sa carrière politique. Et ça, c’est mortel pour le Français moyen qui compte chaque sou à la fin du mois.

Juppé et l’identité bientôt désenchantée

la-droite-rene-le-honzecDe son côté, Alain Juppé parvient à se tenir (provisoirement) à l’écart des affaires de mauvais goût. Mais le ralliement de Valérie Pécresse accentue le sentiment de malaise laissé par sa candidature. L’intéressée soutient-elle Alain Juppé parce que celui-ci lui a promis Matignon en cas de victoire ? La question agite tous les esprits, et les coulisses de la campagne devraient nourrir ce trouble ainsi que le sentiment diffus que les connivences opaques prennent le pas sur les choix idéologiques ou politiques.

Par exemple, lors de sa prestation de dimanche sur BFM, Valérie Pécresse était accompagnée, dans le public, par Geoffroy Didier, son ancien porte-parole de campagne, et accessoirement vice-président du Conseil Régional d’Île-de-France. L’intéressé avait défrayé la chronique en 2013 pour avoir varié de position sur le mariage gay, et pour avoir soutenu Pierre-Yves Bournazel, porte-parole… d’Alain Juppé.

Le monde est petit…

La primaire de la droite tuera-t-elle la droite ?

Ce climat est évidemment extrêmement lourd pour l’ensemble de la droite française. Les candidats avaient pourtant promis une campagne digne avant les vacances. Mais la concurrence fait rage et les boules puantes devraient s’intensifier jusqu’au scrutin final. Voire au-delà : personne ne peut garantir que la proclamation finale des résultats évitera à un candidat déçu de se présenter malgré tout au scrutin.

Sur le web

  1. « Mais la concurrence fait rage et les boules puantes devraient s’intensifier  »
    C’est bien pour cela que je lis beaucoup en ce moment …. et pas des ouvrages de génies transcendants de la politique de haut vol …
    Copiez les charlots US tant que vous voulez mais ce ne sera pas avec moi

  2. Alain Juppé parvient à se tenir (provisoirement) « à l’écart des affaires de mauvais goût ».
    Oui en fait il a trouvé la solution en allant chercher les questions qu’on allait lui poser directement dans la bouche des journalistes présents…
    Comment un type, vieux, retraité cumulard à 57 ans d’une carrière inexistante de l’inspection des fiances, cumulée à des retraites d’élus, qui promet pour les autres une retraite à 65 ans non cumulable au secteur privé.
    Juppé au passé de clientéliste et corrupteur, peut il ne pas avoir de questions « derangeantes » contre des journalistes un peut trop « mielleux » à son égard.
    Il a même tutoyé une journaliste bienséante envers lui, lors du dernier débat montrant une proximité assez délétaire et une évidente connivence…

  3. Pour moi, Le seul et vrai débat qui va compter pour faire mon choix lors de cette primaire de la droite et du centre est celui que nous aurons entre les deux tours. C’est là et seulement là que les deux candidats poseront sur la table leurs dernières cartes et révéleront vraiment leurs intentions. En attendant je trouve que c’est une pur perte de temps que d’écouter ou de lire les commentateurs. De toute évidence, Ils veulent nous faire croire que Sarkozy et Juppé seront autour de cette table, seulement ils oublient un peu vite que la participation et la mobilisation des sympathisants de droite et du centre est la grande Inconnu de ce scrutin. Nous pourrions bien nous retrouver avec un second tour, Sarkozy, Fillon par exemple. Un peu comme le 21 avril….
    Ce jour là mon choix sera difficile à faire car je soutiens ces deux là pour l’instant ☺

  4. bah , pour l’instant ils se crachent tous les uns sur les autres , chacun s’imaginant être le plus intélligent , le plus rusé , le moins mauvais….et en 2017 , pour les présidentielles , ils seront tous unis , droite , gauche , centre pour barrer éventuellement la route à un certain parti honnis de tous….quel cinéma …..

  5. Ils sont quand même bien rigolo tous ceux qui sont venus bouffer au râtelier sarkozyste et qui n’ont jamais démissionné de lui trouver aujourd’hui autant de défauts.

    1. Fillon à présenté sa démission trois fois.

      1. Et il est revenu aux affaires les trous fois.

  6. la demagogie dans toute sa splendeur aucun candidat n’est crédible

  7. Sur NKM, vous oubliez sa tentative de sortir Poisson coupable d’avoir dit une vérité. Tant que les politiciens ne sortiront pas du langage convenu que nous assènent les médias subventionnés, on n’avancera pas. Je remarque que dans cette polémique (mot adoré lar les journalistes) Fillon a èté le seul à élever le débat: « je suis contre la police de la pensée ». On est bien d’accord…

  8. Ils sont tristes , les candidats à cette primaire …. au moins trois d’entre eux ont eu affaire à la justice et deux ont été condamnés ( sarko et Bygmalion , Juppé pour abus de biens sociaux , emploi fictif , réfection de son appt de 189 mètres carrés rue jacob à Paris pour 1 million d’euros au frais du contribuable dans les années 90…..) et un qui fera voter des lois plus en fonction de ses opinions religieuses que politiques…. ça ne donne franchement pas envie de se déplacer….
    Bon c’est sûr , Cambadélis, l’homme au faux doctorat , condamné pour les affaires Agos ( foyer de travailleurs ) et ensuite Mnef ( mutuelle) , ce n’est pas mieux. Comme premier secrétaire du PS , ils ne pouvaient pas trouver mieux pour faire fuir les adhérents…

Les commentaires sont fermés.