En France, l’électricité pas nucléaire, c’est pas d’électricité tout court

Publié Par h16, le dans Édito

Ah, la transition énergétique, que voilà une idée réjouissante ! Grâce à ce principe maintenant élevé en dogme, la France transite joyeusement vers de nouvelles aventures énergétiques alternatives, à base de coupures, de bagotage du réseau électrique, et de petits sourires politiques crispés.

L’idée de départ est, comme bien souvent en politique et dans ce pays, à la fois simple et complètement idiote : pour protéger Gaïa et les générations futures, rien de tel qu’obliger tout le monde à utiliser des énergies dites renouvelables qui pollueront Gaïa (mais différemment) et endetteront (à mort) les générations futures. Avec ce principe vient aussi l’idée, plus fine, de décentraliser la production d’énergie qui se heurtera constamment avec l’impérieuse nécessité d’un État fort qui contrôle absolument tout et interdira donc avec constance et acharnement toute tentative de décentralisation hors de son giron.

Bref, la transition énergétique, c’est un peu l’art de faire entrer des cubes dans des cylindres à coup de maillet. Cette transition a été proprement mise en place et imposée en Allemagne et après plusieurs années, les retours d’expérience s’accumulent : c’est une folie (selon le vice-chancelier allemand) aux résultats qualifiés de dramatiques par différents experts du domaine.

Devant ce désastre, une conclusion s’impose : il faut absolument que la France la mette en place à son tour.

Royal : la champagnitude attitude

Grâce aux efforts combinés d’une ignorance assumée dans les principes technologiques et économiques de base, d’un gouvernement socialiste et le jeu nécessaire des alliances et renvois d’ascenseurs écologistes pour s’assurer d’un quinquennat tranquillou-bilou, c’est donc ce à quoi s’est employée la politicaillerie française avec, reconnaissons-le, un certain succès : les éoliennes et autres moulins à vent immobiles ont poussé comme des champignons, les panneaux photovoltaïques se sont multipliés sur des toits orientés plein nord, les subventions ont coulé à flot, les scandales se sont empilés et la transition énergétique a commencé, comme en Allemagne, à faire quelques dégâts.

Hiver 2016, nous y voilà doucement. Le parc nucléaire français se décrépit, honni tant par le gouvernement qui ne veut pas avoir même l’air d’y toucher que par à peu près tous ceux qui veulent avoir bonne conscience (c’est important, la bonne conscience, pour avoir les miches au chaud lorsque la bise d’hiver arrive).

On apprend ainsi que 19 réacteurs nucléaires sont actuellement à l’arrêt en France, privant le parc EDF de 30% de sa capacité de production. Zut. Les contrôles renforcés de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ont imposé l’arrêt d’un paquet de réacteurs. Zut, il va falloir utiliser les énergies alternatives pour compenser (par alternative, comprenez le charbon et le pétrole, les autres blagues écologistes ne permettant pas, même de loin, par beau temps avec un petit zéphyr idoine, de fournir la demande de 19 réacteurs nucléaires à l’arrêt).

À la sévérité (voulue ? nécessaire ?) de l’ASN, il faut ajouter une gestion du parc existant par EDF au moins aussi alternative que les énergies poussées par la transition rigolote de nos politiciens. Comme nous sommes en France, il faudra aussi tenir compte des actuels déboires d’EDF qui reprend à sa charge une bonne partie des soucis d’Areva, ce naufrage ô combien franco-français du capitalisme de connivence.

Bref, sauf à embaucher des centaines de milliers d’écologistes pédalomanes pour compenser, EDF se retrouve dans une situation délicate de devoir produire au moins autant d’électricité qu’aux hivers précédents avec nettement moins de réacteurs en ligne.

Peut-être est-ce réellement ça, la transition énergétique ?

En attendant, cet affaiblissement de la capacité de production d’électricité en France a des conséquences directes pour le particulier, à commencer par des prix nettement plus volatils et un accroissement de la dépendance du pays aux fournisseurs d’or noir. Notez que ce n’est pas grave, tant nos relations sont bonnes avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, ces deux royaumes fort recommandables. Le consommateur, entre deux attentats, pourra donc se réjouir d’une facture qui augmente : c’est pour la bonne cause écologique.

Rassurez-vous cependant : la situation a été prise au sérieux par les plus hautes autorités de l’État, à commencer par Ségolène Royal, qui s’est voulue rassurante sur Europe 1 dernièrement :

« Non, il n’y a pas de risque de pénurie, mais (…) c’est mon rôle de mettre les fournisseurs d’électricité devant leurs responsabilités et c’est aussi une occasion extraordinaire de lancer une campagne sur les économies d’énergie. »

C’est effectivement fort rassurant de savoir qu’il n’est pas de la responsabilité du gouvernement d’avoir choisi la transition énergétique et des productions intermittentes pour notre approvisionnement, tout comme il est tout à fait rassurant qu’une nouvelle campagne d’économies d’énergie soit lancée, campagne dont on sait qu’elle sera d’autant plus un succès qu’un réacteur éteint oblige les consommateurs à ne plus consommer du tout (malin !). Cet hiver, si vous n’avez plus de chauffage, dites-vous que la campagne d’économies bat son plein.

Et puis, c’est tout à fait rassurant de savoir que c’est Ségolène Royal qui devra gérer cette crise énergétique si jamais (Dieu nous en garde) elle devait advenir. N’a-t-elle pas amplement démontré sa chutzpah lorsqu’elle géra, de main de maître, la région Poitou-Charente en démontrant, par l’exemple, ce qu’économie veut dire ?

Parce que, pour Ségolène, la France doit absolument économiser (notez que l’économie des dépenses et dans la distribution de cadeaux pré-électoraux n’entre pas dans la même case), comme tout pays du Tiers-Monde confronté à des soucis énergétiques.

Oh, certes, on ne peut pas s’enorgueillir de gaspiller, mais a contrario, on ne peut pas non plus se réjouir de consommer toujours moins d’énergie, la diminution de cette consommation signifiant directement une diminution de notre richesse, de notre capacité à produire, à créer, à apporter à tous et chacun de quoi vivre ; il y a d’ailleurs une parfaite corrélation entre l’augmentation de la consommation d’énergie et la sortie de la misère, et une aussi belle corrélation entre la diminution de consommation d’énergie et l’effondrement d’une société.

Restons optimistes : puisqu’après tout et officiellement, le climat se réchauffe, nous aurons donc un hiver doux et clément dans lequel il ne nous sera guère utile de nous chauffer. EDF ne sera donc pas en sous-production. Le gouvernement pourra donc suivre sa tendance naturelle et continuer à transiter énergétiquement vers des niveaux plus bas. Et Ségolène réussit tout ce qu’elle entreprend. Tout se passera donc bien.

what could possibly go wrong / forcément ça va marcher
—-
Sur le web

  1. Ce n’est pas tant les énergies renouvelables qu’il faut blâmer ou le nucléaire qu’il faut vanter mais la politique tout simplement, et la prétention de savoir ce qui est bien…
    mais comme dit ségo c’est une occasion magnifique pour faire des économies d’énergie..ça fait pas encore froid dans le dos mais l’air est frais malgré tout.

  2. A quand les coupures quotidiennes de courant comme au Vénézuela, pour « économiser »?

  3. Un « hiver doux » ? … je serais fort étonné que ce soit le cas cette année !

  4. Je ne pense pas qu’on convaincra les populations hostiles au nucléaire avec ce genre de brûlot inutile. Pour souhaiter personnellement que le nucléaire perdure et même se développe, car les coûts de notre soumission aux pays producteurs d’huile ajoutés à notre principe de précaution imbécile concernant les gaz de schiste sont à mon avis insupportables, je comprends qu’il n’y a pas que des écolos benêts à combattre mais de vrais problèmes de sécurité des populations à réduire . Le choix du nucléaire n’est pas une décision légère et en nier les risques ou les enfouir au motif que nous n’avons pas le choix est une communication perdante. Le Japon se passe aujourd’hui de son parc nucléaire (avec des efforts considérables de la part de la population, qui pourtant maintient son opposition), les Allemands aussi bien que ça leur coûte très cher et enfin ici en Suisse les votations attendues vont probablement engager la sortie.

    1. il me semblait que le japon relançait justement ses centrales nucléaires…
      quant à la suisse, entendu ce matin à la radio suisse romande au sujet des votations de la fin du mois, certains craignent et dénoncent par avance la hausse des prix à venir, la hausse des importations suite à la fermeture de 3 centrales nucléaires sur 5 dès 2017 si l’initiative « sortir du nucléaire » est votée.
      dans le concret des choses, les suisses comptent sur les importations pour éviter l’effondrement du réseau.
      les allemands comptent sur la france pour éviter l’effondrement du réseau, et bientôt, les français compteront sur l’allemagne pour éviter l’effondrement du réseau.
      les choses prennent une tournure très intelligente, on se réjoui de voir la suite.

    2. h16h16 Auteur de l’article

      Youpi, les Japonais se sont passé de leur parc nucléaire et pourront donc ajouter, aux 0 morts par irradiation de Fukushima, les centaines par pollution atmosphériques de leurs centrales à charbon et à pétrole ! Quant aux Allemands, les deux liens permettent de se faire une idée précise de ce qu’ils en pensent (coûter cher est un euphémisme).

      Il n’y a de brulôt que dans le regard de celui qui ne peut pas regarder les faits en face, parce qu’ils sont trop brûlants.

      1. Évitez les poncifs genre 0 mort par irradiation si vous croisez un Japonais, d’abord on n’en sait rien et ensuite le déplacement durable des populations, les zones d’exclusion de pêche etc… Coûtent cher aussi. Ce n’est pas en minimisant les risques qu’on combat l’obscurantisme anti-nucléaire. Les faits comme vous dîtes je les observe et ils sont têtus, une catastrophe nucléaire n’est pas impossible comme nous le disaient nos politiques il y a 40 ans, non seulement ils sont possibles mais ils sont aussi probables, le contrôle des déchets est bien un casse-tête sécuritaire etc… Mais on peut regarder les bienfaits du confort énergétiques, ce que les verts ne considèrent jamais dans leurs équations, et tenir ces risques comme acceptables.
        Encore une fois l’électricité nucléaire est une bonne solution à mon sens, mais ça ne se fera pas sans les peuples et on ne convaincra pas les peuples en leur racontant que Fukushima, TMI, et Tchernobyl c’était des bricoles, car c’était grave, très grave même, et en particulier à TMI où le pire que pire a été évité de justesse.

        1. Puisque vous aimez les faits, comparez donc le nombre de morts causés par les différentes sources d’énergie. Par exemple ici (en Anglais) http://www.nextbigfuture.com/2011/03/deaths-per-twh-by-energy-source.html

          L’électricité nucléaire ne se fera pas sans les peuples, c’est exact. Il faut expliquer, expliquer et expliquer encore que, compte-tenu des mesures de sécurité drastiques imposées à l’industrie, c’est finalement le nucléaire qui produit le moins de dégâts sur la planète et sur la population.

          1. Les faits je les connais et suis favorable au nucléaire, expliquer c’est justement ce que je reproche à l’article, il n’explique rien, mais tente de faire passer les anti-nucléaire (qui ne sont pas tous des écolos) pour des billes. Les politiques ne font que tenir compte du refus populaire ou tout au moins de la défiance des habitants du pays envers le nucléaire.

            1. En même temps, franchement, c’est vrai que c’est des billes. (Oh ça va on va pas jouer les saintes nitouches)

    3. Le Japon se passe de son parc nucléaire ? Bzzzzz. Mauvaise réponse.

      1. Bin si, et ça va durer, à ma connaissance seul un réacteur est en fonction et surtout la population reste vent debout contre le démarrage du reste du parc.

      2. Le Japon se passe de nucléaire pour des raisons politiques. Au début ils se sont serré la ceinture avec (par exemple) l’arrêt des escalators dans les centres commerciaux. Après ils ont augmenté la part de charbon et de pétrole dans leur mix énergétique.

        1. Ils se serrent toujours la ceinture. Et les raisons politiques ça existe bel et bien, c’est même tout le sujet de cet article.

  5. 19 réacteurs fermés…..et j’ai toujours du jus…….donc on en a trop….vive Ségolène…. même plus utile de continuer dans l’énergie renouvelable ,on va faire des économies cet hivers…et vive les poeles a pétrole……et faites chauffer vos tronçonneuses….. 🙂

  6. C’ est la gloire, H16 dans Google actualités :^)…..

  7. Nous fermons nos vilaines centrales à charbon et fuel en France, mais heureusement que nos voisins les ont gardées. Elles nous seront bien utiles si nous ne voulons pas manquer se courant.

  8. En Suisse, la fin du nucléaire a été actée pour 2050. Trop tard pour les escrolos qui ont lancé une initiative pour l’arrêt immédiat de nos centrales (qui, d’après les derniers sondages, serait acceptée par 55 % des votants). Aucun problème d’approvisionnement d’après eux, il suffira(it) de se fournir auprès de nos voisins, dont vous faites partie !!! Je sens qu’on n’a pas fini de rigoler (jaune).

    M’est avis que les fournisseurs de poêles et autres cheminées seront les grands vainqueurs de ces décisions.

    1. Qui vivra verra, en tout cas négliger l’opinion publique ou la prendre pour une idiote ne lui disant que le nucléaire est inoffensif, voilà où ça conduit.

      1. @PW: Je retourne vos arguments :
        – Les écolos occupent des positions influentes tout en ne représentant rien, quelques %. N’est ce pas négliger l’opinion publique ?
        – On cherche à l’affoler sur des catastrophes « probables » en vantant les EnR qui ne compensent rien, et gâchent des fonds importants qui pourraient être utilisés aussi bien pour la sécurité que pour l’optimisation des productions électriques actuelles.

      2. pierre w: ou la prendre pour une idiote ne lui disant que le nucléaire est inoffensif

        Vous êtes gonflés ou aveugle,
        Sur une recherche « nucléaire risque en france », les deux tiers sont des sites d’activistes anti-nucléaire et dans le reste on trouve une majorité d’article de presse pas franchement rassurant et le seul lien « officiel » l’irsn mentionne que « le risque zéro n’existe pas. »
        https://www.google.fr/#q=nucl%C3%A9aire+risque+en+france

        J’ai plutôt l’impression que c’est vous qui prenez les gens pour des idiots.

  9. Je ne suis pas certain que ces pamphlets réguliers pro nucléaire et anti renouvelables soient très productifs…

    1. Je suis certain au contraire qu’ils sont contre-productifs au possible. Et la com. d’EDF et de l’ASN n’arrange rien. Mentir aux gens même pour de bonnes raisons c’est toujours mentir, mais on le fait une fois pas deux.

      1. les énergies intermittentes pose problème, utilises la biomasse pour produire de l’énergie pose problème, utiliser des énergies fossiles pose problème , utiliser l’énergie nucléaire pose problème.. aborder la question de façon rationnelle n’est pas simple et implique des quelques spéculations et en conséquence de la modestie ce qui n’est pas le point fort des idéologues ou des amateurs de slogans.
        Mais on assiste à une déferlante de connerie verte, on a surtout ce qui pour moi est une escroquerie intellectuelle, quand on creuse un peu toute proposition verte on trouve une forme ou une autre d’appauvrissement… mais cette conclusion inéluctable t des politiques vertes, qui est pour certains verts durs l’objectif premier de leur engagement politique, est caché au public hors militants verts.

        Après la dissimulation des conséquences des politiques qui sont proposées il y a la montée d’une curieuse forme de pensée, qui permet de tout interdire et que vous illustrez …quand H16 dit zéro mort des radiations de fukushima , vous répondez vous n’en savez rien.. ce qui laisserait à penser à un match nul des arguments…saut que la charge de la preuve est à celui qui avance un argument. H16 dit zéro mort car il n’en voit pas si vous voulez le contredire montrez lui en un..;si vous ne pouvez pas le faire …
        sinon je vous accuse d’etre un assassin…sans m^me à avoir à montrer un cadavre, sans même à avoir à montrer que vous l’avez tué!
        et attention cette précaution aigüe ne conduit pas à prémunir des malheurs car comme le dit H16 si pas de nucléaire, on a autre chose et au dernières nouvelles le autre chose tue…

        La majeure partie des intervenant sur contrepoints ne sont pas contre les renouvelables! Pas plus qu’ils se sont pro nucléaire .Leur « défense » du nucleaire repose sur la critique des arguments justifiant la substitution de l’un à l’autre.

    2. Je ne suis pas certain que ces pamphlets réguliers pro nucléaire et anti renouvelables soient très productifs…

      Ils sont noyés dans la masse des articles et sites catastrophistes effectivement…

  10. Décidément, j’aime l’écriture alerte et cette pointe d’humour, voire de douce ironie .. en tout cas, résumé intelligent et sensé sur les dites énergies renouvelables censées nous éclairer .. 🙂

  11. « Bref, sauf à embaucher des centaines de milliers d’écologistes pédalomanes pour compenser ».
    Tiens je viens justement d’apprendre grâce au journal de référence qui sait traiter les grands sujets qui préoccupent l’humanité, que Duflot roulait en vélo.
    Comme en plus, enfin je suppose, elle cherche du boulot après son licenciement sec par les Français, il y a une piste cyclable à suivre.

    Seul problème et il est de taille, elle roule en vélo … électrique. En bonne politique qu’elle reste, va falloir rouler pour elle, des volontaires ?

  12. « Il y a d’ailleurs une parfaite corrélation entre l’augmentation de la consommation d’énergie et la sortie de la misère, et une aussi belle corrélation entre la diminution de consommation d’énergie et l’effondrement d’une société »
    Ceci n’est pas tout à fait exact. Les évolutions technologiques, ici l’isolation ou l’augmentation de l’efficacité thermique, permettent aux pays développés de réduire leur consommation d’énergie. Il ne faut pas se méprendre et se dire que « croissance = augmentation de la consommation de matières premières ». Ce serait oublier les services et les nouvelles technologies (informatique, biotech, robotique, etc.), qui permettent générer plus de valeur avec moins de matières premières. Pour s’en convaincre, comparer la valorisation boursière d’Uber (62 mds$, qui lève même en juin 2016 une levée de fonds de 3,5 mds$ auprès du fonds souverain saoudien qui sent le vent tourner sur le pétrole), à celle de n’importe quel constructeur automobile (68mds€ en 2010). Cette dynamique profite à ces mêmes pays développés en diminuant leur dépendance vis à vis des pays exportateurs de matières premières (l’OPEP par exemple).

    1. Ceci n’est pas tout à fait exact.
      Ah bon? Quelles sont vos sources? Une recherche web « correlation croissance énergie » ramène des dizaines d’articles sur le sujet.

    2. sachant que corrélation n’est pas causalité 🙂

    3. bah derrière il y a une NÉCESSITÉ d’energie pour opérer quelque transformation que ce soit , il n’est pas interdit de le faire efficacement voire « proprement » , il n’est pas interdit de se poser des questions sur l’utilité de la transformation mais une fois que vous aurez atteint une excellente efficacité que vous aurez de la façon la plus odieusement utilitariste déterminé quel sont les transformations incontournables associées à la survie d’un être humain dans des conditions décentes, il vous faudra toujours pas mal d’energie…

      économiser l’énergie comme une fin en soi c’est mourir.

  13. puis qu’après tout et officiellement, le climat se réchauffe, nous aurons donc un hiver doux et clément dans lequel il ne nous sera guère utile de nous chauffer.

    Avec un peu de bol, le réchauffement naturel n’empêchant pas une semaine glaciale bien ventée dans l’année, la chance est là que le réseau s’effondre sous les coups de boutoir des moulins à vent. Avoir froid dans son logement, rien de tel pour vous remettre le cerveau (même lent) en place.

    1. @MichelC: Mais non, cela signifie que c’est pire que prévu, puisqu’ils avaient prédit un refroidissement de l’Europe, dû à l’arrêt de la dérive nord atlantique suite à l’arrivée d’une énorme masse d’eau douce liée à la fonte de l’inlandsis groenlandais !
      S’il fait froid cet hiver, c’est parce que le Groenland a fondu. CQFD.

      1. Qu’est-ce que cela sera quand l’inlandsis groenlandais aura totalement fondu : du -40 en hiver ❗

      2. faudra me répondre sur skyfall sur cette relation entre fonte de la calotte groenlandaise et arrêt de la dérive nord atlantique qui apporte les eaux chaudes tropicales dans l’Arctique

  14. La différence entre économies d’énergie et pénurie d’énergie? Dans un cas, vous êtes volontaire, dans l’autre vous subissez. Comme il n’y a que dans le second que le peuple se révolte, il vaut mieux l’inciter à choisir la première solution…

  15. « N’a-t-elle pas amplement démontré sa chutzpah… »

    Attention, chutzpah a une connotation positive en hébreu, c’est même un mot utilisé pour désigner un dur mais pragmatique sens des affaires. Or Ségolène Royal ne tiendrait pas deux jours dans le privé.
    Ici, on pouvait donc opter pour un plus classique « pignouferie ».

  16. un hiver doux ? ha ben moi , des paysans m’ont dit que l’hiver allait être trés froid , nottament début de l’année prochaine ;

  17. Soyons heureux tout ça nous mène allègrement vers un appauvrissement des pays ‘riches’et un enrichissement des autres….. nous irons tous au paradis et les français vivant en france en premier……

  18. Je suis écolo pur et dur et ne consomme QUE des électrons verts issus de l’énergie verte …
    Alors je suis épuisé, jour et nuit près de mon compteur je trie les électrons verts …
    Enfin j’essaie … mais malgré toute ma bonne volonté je n’y parviens pas … heureusement que le Prozac est venu à mon secours, pas pour m’éclairer mais pour me déstresser …
    Question: « ON » en fait quoi de nos centrales devenues obsolètes Le coeur de la centrale expérimentale de Brénilis en Bretagne n’a toujours pas été démonté après plus de 30 ans d’arrêt …. alors les plus de 50 autres « ON » va faire comment ??? « ON » attend qu’elle pètent toutes seules ???
    La gabegie AREVA / EDF est à l’image de la gabegie géante de tous ces gouvernements impuissants à agir, à penser, à prévoir qui excellent dans la technique d’enterrement des taupes ou de noyade des poissons

  19. Bref, et je (re) radote, SI la filière thorium/sels fondus avait été poursuivie (très « en avance » en … 1970 aux States, avant que le complexe militaro industriel n’impose la filière eau (très) pressurisée/uranium, because encore plus d’avance » grâce à la bombinette, et SI nos gouvernants avaient un brin de culture scientifique et/ou des conseillers du même tonneau et SI SI SI, avec lesquels on pourrait, disait-on, mettre Paris dans une bouteille.
    Tout ça pour dire que, sans être une panacée, c’est une filière d’énergie nucléaire, presque, totalement propre, sûre, avec un combustible mieux réparti sur le globe, et 4 fois plus abondant que l’uranium.
    Par chance il y a quand même quelques scientifiques, y compris français, qui continuent de peaufiner les tenants et aboutissants de cette filière.
    Le problème, c’est qu’ils manquent de moyen, sans parler des « sachants gardiens du Temple » de l’Uranium + eau pressurisée..
    Une entreprise privée, pas française, je vous rassure, est bien avancée dans la mise au point d’un réacteur « IMSR » I ? MS Molten Salt R Reactor.
    Encore 5 à 10 ans de patience, ce qui n’est rien par rapport aux aventures de l’EPR.(Qui sera toujours en retard de spec° sûreté dans la course ceinture + bretelles + 3 tailles en-dessous + ???)
    Bon c’est pas grave, ce seront des chinois ou des américains ou d’autres qui vont finir par rafler le, futur, marché…
    Le plus « drôle », pour nos meilleurs amis verts, c’est qu’avec cette filière, le back-up de l’intermittence éolien et PV est parfaitement assuré..
    Mais bon, si en plus du bon sens il faut que les politiques ou les ultra militants aient de l’intelligence, où allons-nous, mon bon Monsieur (et/ou ma bonne Dame pour rester PC) ?

Les commentaires sont fermés.