Qui sont les grands gagnants du déficit public ?

Publié Par Simone Wapler, le dans Économie générale

Par Simone Wapler.

Grands gagnants du déficit public

3D Shackled Credit By: Chris PotterCC BY 2.0

Face à l’échec des politiques monétaires, la relance économique par le déficit public revient à la mode. En se référant à l’expérience de la France, on peut penser que de telles politiques échoueront aussi. Mais elles enrichiront les vendeurs de crédit.

Les banques centrales ont échoué et il n’y a pas de croissance. C’est officiel.

Pas de croissance mais plus de déficit public ?

C’est The Wall Street Journal qui l’entérine :

« De plus en plus d’investisseurs souhaitent des dépenses gouvernementales puisque les politiques des banques centrales échouent à ranimer la croissance ».

L’article en Une est titré « La relance par les dépenses publiques gagne en popularité » (Fiscal Stimulus Gains Fans).

Hoho ! Les politiques des banques centrales échouent et la croissance serait morte (vu qu’il faut la ranimer), alors que Janet Yellen dit que tout baigne… Voilà un nouveau discours de la part des grands médias.

Nous revoilà donc à la case départ. En 2008, il y avait trop de dettes (publiques ou privées) mais si on la réduit, il n’y a pas assez de croissance (du crédit) – par conséquent il vaut mieux continuer à créer de la dette.

swEn matière de politiques monétaires, le Japon est le pays champion de l’acharnement thérapeutique pour ranimer la croissance.

La France est déjà championne du déficit public

Mais en matière de dépenses publiques, il faut rendre justice à notre beau pays, la France est championne. Avec 58% de l’économie tournant avec le secteur public, Alstom, Areva, EDF, la Banque publique d’investissement, un empilage constant de 42 ans de déficits… la France est à la dépense publique ce que le Japon est à la politique monétaire. Pour un résultat minable et un chômage de masse parmi les plus élevés des pays développés.

Le Japon prouve que les politiques monétaires « non conventionnelles » sont inutiles.

La France prouve que les déficits publics sont inutiles et nuisibles.

Mais il en faut plus selon les investisseurs, nous dit The Wall Street Journal.

Qui a intérêt à ce déficit public ?

Qui sont donc ces « investisseurs » ? Ne paient-ils pas d’impôts ? Car des déficits ne sont qu’un stock d’impôts dans la mesure où vous considérez qu’un jour ils puissent être remboursés.

En lisant l’article du Wall Street Journal, les « investisseurs » cités sont, comme par hasard, des cadres de grandes banques. C’est-à-dire des gens salariés par les vendeurs de crédits et qui ont intérêt à ce que le volume de crédit augmente. Les gérants de fonds, les gens qui gèrent le vrai argent confié par des épargnants, sont eux moins enthousiastes quant aux bienfaits des dépenses publiques.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

  1. Sans déconné faut ‘il faire des études pour le savoir ou le découvrir c’est vieux comme le monde ce truc et c’est appliqué a toutes les nations et encore plus dans les pays communiste et à d’autres dictatures pour financer leur tenue au pouvoir . La dame croit nous faire un scoop un ouvrier ou un couple est plus productifs financièrement quand il est endetté que si son pouvoir d’achat est élevé ont le sait sa madame c’est boursier et sa marche tous comme le marché boursier C’est pour cela que je dis toujours la France pète de tous temps plus haut que son cul . Bonne expression qui lui va bien a cette France : Vient chez moi j’habite chez une copine Il n’ y a aucuns qui c’est tenir des comptes ils ont fait tous des études 😉

  2. Ce qui manque à cet article c’est vrai développement économique. Ici, nous avons la même thèse de l’augmentation de la dette (dépense) et du déficit (dépense), jamais il n’est question d’investissement(s). Or là réside le nœud de tout développement et derrière tout investissement il y a l’épargne qui elle ne coûte rien au contraire de la dette (intérêts) et du déficit (impôt) mais qui n’est pas du pouvoir du gouvernement. Il faut libérer l’épargne de toute fiscalité, je dis bien de toute fiscalité, pour que l’épargne cherche son véritable sens, l’investissement avec ses risques. Il faut donc en finir avec la fiscalité désincitative de l’épargne. Il ne faudra pas non plus oublier la fiscalité de l’entreprise et ses réglementations étouffantes et que cela reste constant, surtout, dans le temps. Il faut à l’épargne et à l’entreprise de la lisibiltié dans le temps long.

  3. Vaut-il mieux emprunter en faisant un investissement puis revendre plus tard en ayant fait un gain plus important que le remboursement des emprunts ?
    En gros ne faudrait-il plutôt pas comparer le déficit public avec la « valeur » de l’État ?
    Le problème, n’est-ce pas la valeur plutôt que la dette : et en ce sens la capacité de l’État à faire de bonnes affaires et être bon gestionnaire (ce qui ne semble jamais être le cas si on se rapporte aux cas des autoroutes, areva, edf, … … )

    12,5 T€ la valeur patrimoniale de la France en 2009… ( ça date un peu, mais bon : http://www.lefigaro.fr/patrimoine/2009/03/17/05001-20090317ARTFIG00252-la-valeur-de-la-france-est-estimee-a-12513milliards-d-euros-.php ).
    La dette française est autour de 2T€

    1. je ne vois pas pourquoi il faudrait comparer la dette du seul état avec le patrimoine de l’état, des entreprises et des gens. est ce que cela veut dire que en réalité les entreprises appartiennent à l’état ? est ce que ça veut dire que les placements financiers et immobiliers des gens appartiennent en réalité à l’état ?
      de plus, si l’on prend en compte les engagements de l’état sur les retraites des fonks, il semblerait que le chiffre de la dette de l’état soit très largement minoré.

      1. Je suis d’accord avec votre commentaire, mais si posseder quelque chose veut dire pouvoir en faire ce que l’on veut, alors oui, l’etat est bien proprietaire d’une tres grosse partie du patrimoine des francais.

        Vous pensez posseder votre maison/terrain, mais vous ne pouvez pas construire/renover/demolir comme vous voulez

        Vous etes entrepreneur, vous pensez posseder votre entreprise, mais vous avez une tonne de reglements en tout genre a respecter (code du travail, protection de l’environement, protection du consommateur, protection des donnees,…)

        Vous avez quelques billets dans votre poche, attention, vous etes suspect de terrorisme/fraude/traffic (au choix). Et vous ne pouvez pas depenser plus de 1000 euros en liquide.

        Vous avez 1000 euros sur un compte en banque, mais si l’etat le veut, vos 1000 euros se transformeront en 900 (ou moins).

  4. En France Mathieu Pigasse, dirigeant de la banque « Lazard Frères », banque spécialisée en conseil aux gouvernements et redressement de dette publique y sont très intéresses.
    Son action consiste a acheter des médias pour nier les méfaits de la dette et pousser à plus de dépenses publique.
    Lazard Frères ayant réalisé le Hold up du siècle avec le redressement de la dette de la faillite de l’Argentine.
    La France fait faillite, sa banque sera la première introduite pour ré-écheloner la dette.
    L’aide fournie a Hollande lui a permi d’être la banque conseil de la mise en place de la BPI….
    La dette a plus que des admirateurs…Elle a ceux qui la poussent…

  5. quel est l’intérêt de publier un graphique qui va jusqu’en 2021 alors que même les chiffres de 2016 sont déjà faux ?

  6. Voila un article dangereusement incorrect, en ce temps de chasse aux complotistes !

    Les banques centrales et les banques d’affaires dirigeraient le monde avec quelques élites et lobbys pour gagner toujours plus d’argent au mépris de toute humanité ?
    Elles auraient coincés tous les états avec l’endettement ?

    Ah les fameux « investissements » des états pour relancer la « croissance »…comme si faire des routes, des rond-points et construire des stades, tout citoyen de bon sens sait que cela ne rapporte rien si ce n’est de futures charges supplémentaires pour les entretenir, donc des dépenses toujours supplémentaires pour les état…
    Mais cela aura engraissé les grandes multinationales et les banques, à qui nous avons étonnamment vendu ce qui fonctionne et rapporte, voir nos autoroutes….

    Urgence à Revenir à un peu de bon sens et de raisonnable.

  7. Les élus votent les déficits pour leurs amis banquiers qui financent leurs campagnes électorales. Rien de bien nouveau ici, simplement une trahison qui mérite d’être mieux connue du grand public.

  8. Bonsoir à toutes et à tous,

    Il serait utile d’expliquer à TOUS les épargnants ce qui se passe VRAIMENT avec la dette d’Etat …

    https://www.linkedin.com/pulse/partageons-efficacement-notre-épargne-pierre-tarissi

    Amitiés,

    Pierre

Les commentaires sont fermés.