François Hollande, le naufrage de la communication politique

Publié Par Florian Silnicki, le dans Politique, Pushmobile

Par Florian Silnicki.

François Hollande_Crédits Parti Socialiste_Mathieu Delmestre(CC BY-NC-ND 2.0)

Sur le bulletin de notes de fin d’année de ce président de la République serait inscrite par le professeur de communication politique la formule « A touché le fond, mais creuse encore » pour désigner ce naufrage de la communication politique.

Ce président de la République aura coché toutes les cases de la pire stratégie de communication politique qui soit. Des couacs successifs aux polémiques incessantes en passant par ses contradictions continues jusqu’à ses soudains revirements, François Hollande ne s’est rien épargné en termes de communication politique désastreuse. Il n’aura pas réussi à maitriser un seul instant de sa communication politique, depuis son accession au pouvoir, abimant immédiatement son image.

Hollande, président-journaliste

Ne pas raccompagner Nicolas Sarkozy depuis le perron de l’Élysée était sans doute annonciateur de ce que serait ce quinquennat de communication politique. François Hollande a inventé un style : le président journaliste. Pour être certain que son action politique soit commentée comme il le souhaitait, il aura choisi de passer son temps à le faire. Faites le test, n’importe quel texto qui lui arrive reçoit une réponse sans filtre. Le dernier exemple en date est cette offensive de communication aussi soigneusement préparée que… passée inaperçue… et pour cause ! Elle était censée préparer sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Résultat ? Elle a été torpillée par les révélations fracassantes contenues dans le livre intitulé Un président ne devrait pas dire ça. Un livre rédigé sur les confessions de François Hollande à deux journalistes.

Insultant ses adversaires politiques, méprisant les juges, violant le secret défense… Difficile d’imaginer pire boulet pour l’image du président de la République. Mais déjà sa photo officielle était un sacré raté. C’est Raymond Depardon qui a été chargé de la réaliser. Le cliché est banal, fade et quelconque. Le visage terne et éteint. Les bras brimbalants. Il a choisi de se faire photographier hors de l’Élysée pour mieux installer sa stature présidentielle… allez y comprendre quelque chose.

Hollande : président sans com ou président à la mauvaise com ?

Communication politique de François Hollande (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, CC-BY 2.0)

Signe de sa déconnexion absolue du monde digital, sa séquence Périscope, cette application logicielle pour appareils mobiles qui permet de diffuser et explorer le monde au travers de vidéos en direct, se révéla être un désastre complet. Sa volonté de faire jeune a causé sa perte. Alors qu’il visite les locaux du site Showroomprivé, il décide de retransmettre en direct cette rencontre via Périscope. Les internautes se sont déchaînés et l’ont couvert d’insultes.

Venons en à un autre exemple : l’affaire Leonarda. Une adolescente kosovare est expulsée. François Hollande décide de faire une déclaration à la télévision. Il annonce alors qu’elle peut revenir seule en France, sans sa famille. En direct, sur une chaine d’informations en continu, Leonarda rejette vulgairement l’offre présidentielle et affirme péremptoirement : « je ne reviendrai jamais sans ma famille ». Sa propre famille politique n’a toujours pas compris la stratégie qui a précédé au déploiement de cette communication politique. Y en avait-il vraiment une ?

Inutile de revenir sur la révélation de sa liaison avec l’actrice Julie Gayet ou l’aussi bref que maladroit communiqué de presse transmis à l’AFP annonçant avoir « mis fin à la vie commune qu'(il) partageait avec Valérie Trierweiler ». Toute la séquence est un raté exemplaire de non maitrise du message et de l’image présidentielle. L’incohérence de la parole et des actes ? En pleine promotion du made in France, fin juin 2014, le président de la République aborde une nouvelle paire de lunettes danoise ! La valorisation de son image ? Elle aura été marquée par la pluie ! Dès le jour de son investiture, le 15 mai 2012, il remonte les Champs-Élysées sous une pluie intense, sans s’abriter. Ce scénario du trempage présidentiel va se répéter jusqu’à son discours de l’île de Sein. Trempé, les lunettes pleines de buée, l’image du président apparaît terriblement abimée.

Village Potemkine de la communication politique présidentielle ce 29 octobre 2015, quand François Hollande et ses communicants montent un désastreux trompe-l’œil qui va s’effondrer et se retourner contre eux. En visite en Lorraine, il est suivi par de nombreuses caméras quand il va prendre le café chez Lucette, une retraitée. On apprendra quelques heures plus tard que tout a été mis en scène, de la décoration au café, en passant surtout par les sujets à aborder.

Hollande ou l’amateurisme de la communication présidentielle

Le port de sa cravate a été tant moqué qu’il mérite d’être abordé ici. Systématiquement portée de travers, elle en dit long sur l’absence de maitrise de l’image présidentielle. Une autre erreur manifeste de communication politique mérite d’être évoquée, car révélatrice de l’amateurisme avec lequel l’image de François Hollande aura été géré pendant ce quinquennat : la photographie de sa visite officielle du Président au Kazakhstan ; il y apparait coiffé d’une chapka.

On ne reviendra pas sur la polémique indécente autour des sans dents qui donnera lieu à un feuilletonnage incongru par les commentateurs de notre vie politique.

Clou de l’amateurisme de la communication présidentielle : les journées européennes du patrimoine. Le compte Twitter officiel de l’Élysée poste une photo ridicule de François Hollande qui apparait séparé des Français par un luxueux cordon de velours rouge, assis seul derrière son bureau et se faisant photographier par l’intégralité des visiteurs présents, tel un animal dans un parc zoologique.

Un triste bilan

La communication politique, c’est quoi au fond ? C’est tout ce qui est mis en œuvre pour valoriser un homme et des idées. Double échec quinquennal. Même sans volonté de rédiger un pamphlet, dresser le bilan de la communication politique de François Hollande à l’Élysée est un exercice difficile car ce président de la République ne semble avoir réussi aucune opération de communication. Cela se traduit dans l’opinion par une perte de crédibilité évidente, une image dégradée auprès des Français, une illisibilité complète de son action politique. Ce bilan est triste parce qu’il est celui d’un président de la République. La succession d’erreurs pourrait faire rire si elle n’était pas dramatique pour la fonction présidentielle.

Tout le quinquennat de François Hollande aura été émaillé de couacs successifs. Un couac chassant l’autre. L’amateurisme à l’origine de ces erreurs de communication a eu des conséquences durables dans l’opinion publique. Jamais les électeurs n’auront prêté une oreille si inattentive à ce président de la République qui n’aura cessé de bavarder. Le président de la République a d’ailleurs souvent renouvelé son équipe de communication, manifestement sans jamais trouver le juste équilibre, d’Aquilino Morelle à Claude Sérillon en passant par Gaspard Gantzer. Résultat ? Jamais un président de la République n’était tombé si bas dans les sondages. François Hollande pourra dire : la communication politique m’a tuer.

L’absence de stratégie de communication politique de François Hollande signe aussi sans doute la dernière génération d’acteurs politiques déconnectée des internets, du monde digital et des nouveaux médias. François Hollande a cru pouvoir communiquer aujourd’hui comme il a communiqué hier et avant-hier. Erreur fatale.


Sur le web

  1. Hollande, l’homme du plat pays qui est le sien. Mais, malheureusement, il ‘e s’agit pas, ici, de topographie

  2. On doit remercier le bonhomme, car sans cette mascarade, le peuple n’aurait rien compris à l’inutilité des politiciens. Mais attention Pierre Desproges nous alertait: »Les gens ne croient pas au Père Noël, …,ils votent »

    1. @goufio

      c’est dire que cette mascarade ne date pas d’hier et qu’elle n’est pas prête de se terminer.
      Même si les gens ne « votent » pas, nous sommes tous figés dans une longue protestation stérile devant un crash commun qui n’en finit plus.

  3. Si Hollande était un homme. Si Hollande était un homme, il démissionnerait pour répondre en citoyen républicain normal à ses détracteurs. Au lieu de prétendre être encore légitime quand il ne lui reste plus que 4% d’obligés et le 49/3, ne lui permettant plus de justifier d’une autorité présidentielle normale. Au lieu de cela il refuse d’entendre tous les pouvoirs régaliens (Justice, Police, et les Elus et autres corporations ou communautés …) qui viennent le supplier,- en dehors de la presse et des syndicats aussi subventionnés que s’ils étaient achetés pour de bon,- lui dire qu’ils trouvent sa conduite non conforme à la bienséance anti totalitaire habituelle en France. C’est une première, avant que le pays ne se jette dans un état révolutionnaire incontrôlable. En est-il arrivé à un autisme et un orgueil aussi démentiels qu’il puisse se croire irréprochable en s’appuyant sur la peur du futur pour oser sacrifier tout ce pays à sa petite personne et a ses petites copines? Avec comme parapluie, son ancien fidèle Walls, son alter égo, qui se prétend être le seul à pouvoir amortir en cas de besoin, le bruit de sa chute programmée ? Personne ne croit le dernier truquage des chiffres du chômage en France qui reste le double de celui des pays comparables en Europe….Les Français ne sont pas dignes de savoir la vérité, ils pourraient en faire mauvais usage. Par exemple celle promise et jurée sur l’attentat de NICE, vérité pourtant indispensable pour éviter sa répétition. Et encore mieux celle que découvrent certains magistrats trop zélés aux yeux du pouvoir, au vu de documents perdus puis retrouvés sur la vraie destination des fonds piratés à l’UMP par Pygmalion…

  4. Le problème est que les politiciens sont entourés d’une Cour, ce qui les conduit à minorer ou à voir d’une façon déformée ce que n’importe quel citoyen peut constater: leur déconnexion du réel et le ridicule de leurs postures.
    4% ça doit représenter le cordon politico-médiatique minimum pour se croire le droit de rester en place.

    1. Hollande n’est pas né roi, aucune cour ne l’a empêché ces dizaines d’années de voir la vie vraie des gens.
      Par contre, Hollande était président à 20ans – son ex s’est rapproché de lui à l’époque pour ça – à espérer prendre la place et paraître.

  5. « insultants ses adversaires politiques, méprisant les juges, violant le secret défense », en-dehors de la faute d’orthographe du début et de la troisième assertion (et encore ?) , j’ai cru un moment que vous parliez de Nicolas S***;
    D’ailleurs pas mal des reproches adressés à François auraient pu l’être pour Nicolas !
    Le prénom d’un, quoi qu’on puisse en penser, grand président, et celui d’un tsar qui a mal fini… Le prochain président aura peut être le prénom d’un grand philosophe, qui sait ce qui en résultera dans la domaine de la communication !

    1. Qui est le grand président en question ?

      1. Une fripouille, comme Nixon, mais un grand président (et toutes ses dents)

  6. la question que l’on doit se poser;est un problème de communication? ou est -ce un problème de santé mentale?

    1. La santé mentale de qui, Hollande ou ses électeurs ?
      Il était parfaitement évident que ce type était l’antithèse du leader, et pourtant il a été élu .

  7. Le Grenelle de l’Environnement et la COP21 sont deux grandes avancées pour notre pays et pas seulement. Le reste, c’est cela, de la polémique sans intérêt . Vous pourriez préciser que vous faites (ou avez fait) partie de l’UMP, cela éviterait d’avoir perdre du temps à lire de votre torchon.

    1. Il est vrai que la quenelle de l’environnement et la police de l’an de grâce 2021 sont au coeur des problèmes des français 🙂

      1. S’intéresser aux vrais enjeux, c’est comme tirer la pelote de laine par le bon bout. Comprendo ?

    2. Je dirais que la principale réussite de hollande a été d’accélérer la déconfiture de se pays. Je voterais bien pour lui pour lui donner la possibilité de performer encore 5 années supplémentaires qu’on en finisse définitivement avec le socialisme.

  8. la bonne question n’est-elle pas plutôt : la communication politique n’est-elle pas là pour masquer l’incompétence des hommes politiques ?

  9. Il suffisait de prêter une oreille à ce que disaient ses « amis » socialistes de lui pour deviner ce prévisible naufrage. Culbuto, Fraise des bois, Flanby ou Pépère, tout cela ne vient pas de l’opposition mais de son propre camp, fin de l’histoire !

    Pour moi, le plus emblématique exemple cité est incontestablement l’affaire Leonarda mais peut-être plus que pour les raisons invoquées dans l’article, c’est parce qu’il a géré cette histoire comme il gérait le PS, avec une synthèse foireuse sur le mode « je fais plaisir à ma gauche en lui disant de revenir et je fais plaisir à ma droite en lui disant de revenir seule ». Le fait qu’elle ait 14 ans, donc en conséquence mineure, et que de la séparer de ses parents était totalement absurde ne lui a même pas traverser l’esprit.

  10. AB PERPIGNAN Hollande a tout simplement dévalorisé la fonction présidentielle….On est loin des De Gaulle, Chirac et autres Mitterand..

  11. aborder une paire de lunettes?

  12. L’image catastrophique de Hollande est sans doute en rapport avec des erreurs sur son image, très bien analysées dans l’article, mais aussi, et, à mon avis, surtout, à un décalage entre ses paroles et ses actes qui donnent un sentiment de mensonge permanent: quelques exemples: « Mon adversaire c’est l’argent » suivi de l’affaire Cahuzac; « je renégocierai avec l’Europe dans un sens plus social » suivi de la signature des traités européens tels que négociés par Sarkozy quelques semaines après son élection; l’utilisation du mot « redresser la France », mots forts, alors que ce sont l’attentisme et l’inaction qui prévalent etc.

Les commentaires sont fermés.