Crèches dans les mairies : bien sûr, « il y avait urgence à statuer ».

Publié Par h16, le dans Édito

La France de Hollande, c’est un peu l’autre pays du chômage. C’est aussi le pays des cités émotives, pardon sensibles. C’est ce pays où la police est massivement utilisée pour traquer les automobilistes qui polluent, roulent vite, et oublient leur clignotant dans un sens giratoire, mais pas pour pacifier les endroits un peu trop festifs. C’est le pays dont les industries ferment, les grandes entreprises s’expatrient, l’éducation s’étiole, la misère et l’insécurité s’étendent. Mais surtout, avant tout ça, au-delà de tout clivage partisan et de tous les autres dangers, depuis le terrorisme jusqu’aux crises économiques, la France est confrontée à un problème gravissime : celui de la présence des crèches dans les mairies.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Comment ça, vous ne pensez pas que ce sujet soit d’importance ? Et pourquoi donc ne serait-il pas mis sur le tapis, une nouvelle fois, avec la lourdeur et la balourdise que nos institutions, nos médias subventionnés et nos hommes politiquent affectent dès qu’il s’agit de noyer les Français dans un écran de fumée ? Oui parce qu’après tout, s’il était au menu il y a déjà quelques mois, pourquoi ne pourrait-on pas remettre le couvert ?

En effet, en novembre 2015, la classe politique frétillait déjà à débattre pour savoir s’il fallait ou non interdire les crèches dans les mairies. À l’époque, l’inénarrable François Baroin, président de l’Association des Maires de France, prenait courageusement la parole pour occuper l’espace médiatique avec cette question palpitante avec un à-propos diabolique, alors qu’on en était encore à enterrer les morts et recoudre les plaies béantes des blessés de l’attentat du Bataclan, survenu quelques jours avant.

L’idée de l’époque, transie d’émotion devant l’acte barbare, était qu’il y avait une relation évidente entre les prurits djihadistes observés en France cette année-là, et l’affichage quasiment insolent de symboles chrétiens dans nos mairies et nos institutions publiques. En somme, pour l’association des Maires de France, il fallait aller encore plus loin dans leur définition de la « laïcité » en interdisant purement et simplement ces crèches.

Probablement effaré qu’un tel sujet puisse à ce point passionner les maires, que de tels questionnements puissent traverser l’esprit d’élus, et, plus précisément, qu’une telle définition de la laïcité soit ainsi retenue pour commencer à pousser du législatif ou du décret dans les moindres anfractuosités de la République Française, une, indivisible et tatillonne, le citoyen lambda pensait néanmoins, arrivé décembre 2015, en avoir fini avec ces calembredaines fumeuses.

Malheureusement, onze mois plus tard, il n’en est rien.

On apprend ainsi que le rapporteur public du Conseil d’État a recommandé d’autoriser l’installation des crèches de Noël dans les bâtiments administratifs sous certaines conditions.

terreur-sur-la-republique-une-creche

C’est qu’on ne dérange pas le Conseil d’État pour des peccadilles, voyez-vous ! Il faut que la question, d’ordre juridique et social, soit d’importance et implique toute la société pour les prochaines décennies. Tel le courageux laboureur traçant obstinément à la force de ses bras puissants des sillons à la fourchette dans sa confiture d’abricots, le Conseil d’État a décidé de laisser une trace durable dans le champ des possibles législatifs français et de bien préciser pourquoi et comment les crèches pouvaient revenir dans les mairies, ainsi que ce qu’il entendait par « laïcité », concept pourtant largement éclairci depuis 1905.

Et les conclusions du Conseil sont claires : c’est bon, ok, on peut mettre des crèches dans les mairies, respirez, tout est prévu, tout est balisé, la loi est enfin claire. On peut, sous conditions, qui pourraient donner lieu à un Cerfa, repère administratif indépassable dans la République du Bisounoursland : il faut que la crèche soit exposée de façon temporaire (parce qu’une crèche 365 jours par an, c’est louche et pas très très laïc, ça, mon bon monsieur), qu’elle ne s’accompagne d’aucune démonstration prosélyte (fini les grandes cérémonies religieuses au milieu de la mairie), et que cette crèche revête le « caractère d’une manifestation culturelle ou au moins festive ».

La France est sauvée. Vous pouvez reprendre le cours normal de vos activités et surtout, surtout, ne pas vous demander pourquoi on s’est embarrassé de ce genre de questionnements dans le contexte actuel, pourquoi toutes ces amusantes polémiques ont ce délicieux parfum de Pépone contre Don Camillo au pays des 400 fromages et pourquoi on essaie à tout prix de monter en mousse ces histoires de laïcité qui, il y a 10, 20 ou 50 ans de cela, après des décennies de fonctionnement correct de la loi de 1905, ne semblaient poser aucun problème.

Surtout, surtout, n’essayez pas de comprendre dans les articles parus ici ou là pourquoi la véhémence des propos s’y affiche à coups de « il y avait urgence à statuer » qui permettent d’insister sur l’absolue nécessité de s’agiter sur le sujet.

Personne ne semble vouloir faire remarquer que ces crèches, dans ces mairies, s’y affichent depuis des lustres, et que si un problème devait avoir eu lieu depuis 1905, il aurait largement dû être signalé avant. Passée la centaine d’années, on peut raisonnablement parler de tradition et envoyer balader les petits excités de l’anticléricalisme de combat, babtous individus ô combien fragiles qui combattent systématiquement tout ce qui peut les choquer.

Au prétexte de laïcité, ils sautent sur l’explication aussi facile que foireuse que seule une République à l’athéisme chimiquement pur saurait éviter les affres d’un terrorisme religieux et s’engagent dans la poursuite de ce qui est, en fait, un ensemble de traditions qui définissent, par leur existence, le tissu même de la société française. Pour ces nigauds insupportables, la République française ne serait pas assez solide pour supporter une crèche dans une mairie. Bel aveu de défiance de leur part.

Du reste, on ne peut s’empêcher de rapprocher le combat de cette engeance, toujours plus irritant de stupidité, du combat tout aussi intolérable des hyper-religieux qui réclament, à chaque fois qu’une occasion se présente, qu’on adapte la République à leurs desiderata. À l’inverse des premiers, qui se verraient bien nettoyer les religions à l’acide chlorhydrique et en décaper toute trace d’un pays qui baigna pourtant dedans pendant plus longtemps que la République n’existe, les seconds goûteraient avec un plaisir tout aussi évident qu’on modifie les habitudes, les us et coutumes pour accommoder leurs dogmes. Au milieu, le citoyen qui entend ne se faire déborder ni par les uns, ni par les autres, n’ayant pour tout discours que celui du bon sens et des habitudes fermement installées, a bien du mal à se faire entendre.

Et ce d’autant plus que les institutions, les médias et les politiciens ne font leur beurre qu’en tendant l’oreille aux avatars colorés et frétillants des deux premiers groupes, largement minoritaires, au lieu de sagement les ignorer (voire de les mépriser) et se concentrer sur le troisième, très majoritaire et surtout embarrassé de problèmes autrement plus prégnants que ces conneries périphériques de taille nanométrique.

La France et les Français sont maintenant à ce point englués dans ce genre de questionnements subalternes crétins que plus personne ne semble assez lucide pour se lever et dire « assez ! ». Il n’est plus temps de se regarder le nombril pour trancher dans des questions de laïcité que la force de la coutume et des habitudes ont déjà largement tranché. Ce « débat » et ces avis juridiques de microcosme ne font qu’entretenir la défiance des Français pour leurs institutions, leurs politiciens et leurs médias qui montrent tous les jours leur médiocrité abyssale, et, pire, leur envie renouvelée de s’y vautrer.

Assemblée : CPEF
—-
Sur le web

  1. je me demande si on doit faire porter le poids de la bêtise sur les seuls politiques, car ce qui arrive à nos oreilles nécessite la collaboration des média, qui après tout, ne sont pas obligés de nous relater tous les détails de la trépidantes naissance de réglementations diverses et variées.
    Les médias auraient très bien pu tourner en dérision ce genre de mesure dérisoire dans le contexte post attentat , ils ont choisi de prendre un air sérieux et froncer les sourcils avec gravité.
    ce qui m’effare c’est le gouffre entre les postures et la réalité, les postures c’est je suis Charly, vive la liberté d’expression et les terroristes ne réussiront pas à changer notre mode de vie… la réalité est une trouille insondable de tout.
    Tenez en ce moment chaque école de la république doit prendre des mesures visant à la sécurité… alors on voit des trucs se faire à grand prix et bien sur inefficace pour arrêter ou dissuader un terroriste de vraiment s’en prendre aux enfants. Mais il faut prendre des mesures afficher une forme d’activité et de volontarisme m^me si en pratique c’est inutile.

  2. Eh non, il y a derrière tout çà, bien sur, les commanditaires, donc les journalistes et politiques… mais surtout ces citoyens qui se plaignent de tout cela mais qui participe a ce climat ambiant, et surtout a cette chasse aux sorcières qu’est devenu la chasse anti-religion. Oui, il est facile de toujours reporté la faute sur les politiques et journalistes, car quand on a des débats sans fin sur le burkini, le voile a l’école, les crèches dans les mairies, la kippa dans la rue,… on perverti bien évidement la laïcité, mais surtout on encourage ces memes journalistes et politiques a continuer a en parler… donc on envoi devant les plus hautes cours juridique un maillot de bain et une crèche… On en est la…

    Non, nos politiques, journalistes… et surtout citoyens je le repete, ne font pas de « procès » médiatique, et n’envoient pas en justice médiatique, pour ensuite envoyer réellement en justice des délinquants sexuels pédophiles recherché par Interpol comme Roman Polanski, le type est fiché Rouge Interpol pour avoir fuit la justice américaine car il avait été condamné pour pédophilie, et les politiques en font l’éloge, les citoyens vont voir ces spectacles… en France… (je me rappel meme d’un article, ici sur Contrepoints, qui faisait l’éloge d’un de ces films je crois, ou j’avais repréciser que c’était un pédophile recherché par Interpol, et le commentaire avait été censuré) non ce type est tranquille car « c’est un grand réalisateur »… ah ba tiens, il suffit d’etre bon dans son métier pour qu’un pédophile, un violeur devienne quelqu’un de bien. Mais par contre, ces citoyens débattent pendant des mois de maillots de bain et de crèches… la France est foutue.
    Et je ne voudrais pas m’acharner uniquement sur Roman Polanski, il y avait eu l’histoire de Maurice Gutman, le pédophile élu des Yvelines qui avait été piégé par France 2, le mec a été condamné a 2 mois avec sursis, sans que ni les politiques, ni les médias n’en fassent la une… un élu de la république, membre de la croix rouge et du consistoire, donc quelqu’un de connu, a été a un rendez-vous pédophile avec une gamine de 12 ans… et rien, un procès ridicule, et personne pour en parler… mais non il faut s’attaquer aux lourds dossiers d’un maillot de bain, et d’une crèche miniature…

    Les Français ont ce qu’ils méritent, des politiques et médias qui ne parlent que des sujets qui les interessent… la pédophilie étant normale pour eux, j’ai l’impression.

    1. Tout à fait. Il est fréquent d’entendre les mêmes personnes se plaindre de l’étouffelent de l’Etat et réclamer une loi au moindre dysfonctionnement.

    2. Orwell l’a écrit : « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice. »
      et l’auteur écrit régulièrement que c’est en premier la faute des « veaux-tants » qu’on en est là.
      Comme vous le dites en fin de commentaires, les français, et plus particulièrement ceux qui donnent tribune à ces types ont tout ce qu’ils méritent 🙂

  3. y a pas que les crèches il y a aussi.. les illuminations de noël , comment est ce possible de laisser passer ça dans le domaine public et laïc de France ?

    (je rigole évidement de la bêtise immense de nos charlots dont Baroin n’est pas le moins pire )

    1. Et sur la lignée… que paques, l’ascension, la pentecote, l’assomption, la toussain, et Noel bien sur… soient tous des jours fériés….

      1. Vous avez remarqué que les éphémérides diffusées en fin de bulletin météo ne parlent déjà plus des saints à fêter au calendrier… et dans certains quotidiens non plus. Il est aussi à noter que nous connaissons tous, agnostiques compris, les dates du ramadan, de l’aïd, et bientôt plus de choses de la religion musulmane que de celle de nos ancêtres. Cela avait commencé la veille du jour du Saint-Esprit, F2 ayant vaillamment rebaptisé ce jour Esprit (le mot saint étant banni).

        1. Oula autant je trouve ridicule le fait de vouloir supprimer les creches ou les jours fériés… autant je trouve ridicule d’entendre qu’on connait mieux les fetes musulmanes que les chretiennes… tout d’abord pour moi, je m’en foutrais royalement, autant, je suis athé a 3000% et je suis capable de vous dire les dates d’au moins 3 dates chretiennes (noel, paques, toussain) autant je suis incapables pour les musulmanes ou juives… donc pas de victimisation non plus, en tant qu’athée, donc population majoritaire en France, je n’ai pas de fetes athées qui célèbre la non-existance de Dieu… alors que les chretiens ont 6 jours fériés, représentants 6 fetes différentes en France… pas de çà lisette…

          La religion chretienne n’a qu’un seul ennemi… elle-meme, et surtout ces croyants qui ont désertés les églises depuis bien longtemps, et qui ont abandonnés le dons aux églises pour les maintenir… alors meme qu’ils viennent se plaindre a longueur de journée que l’Etat ne subventionne plus assez l’église… Il y a un moment ou les chretiens ne peuvent s’en prendre qu’a eux-memes.

          Maintenant cela n’enleve pas le fond de mon propos, je trouve ridicule la remise en cause de la religion en France, mais rappelez-vous, qu’avec le genre de propos que vous tenez, vous en etes responsables. A vouloir s’amuser à pointer du doigt une religion, l’islam, il était sur que cela allait retombé sur les autres… d’une évidence sans nom, et plus vous allez appuyer dessus, plus vous allez pointer votre doigt vers cette religion, plus les chretiens et les juifs seront ciblés par des politiques et autres. Je le dis depuis très longtemps, et cela s’aggrave de jours en jours… j’en veux pour exemple, qu’avant le FN (qui est a priori le livre a penser des politiques) ne pointait du doigt que l’islam, aujourd’hui ils déclarent que si ils passent tous les signes religieux devront etre supprimés dans l’espace public en citant, nommément la kippa, la croix trop voyante, ou le voile… et je vous le dis, ce n’est que le début, plus vous pointerez le doigt, plus vous le paierez (et je parle des politiques et médias pas de vengeance d’humains), c’est historique.

          1. et dès qu’on a nettoyé toutes les religions, on peut passer soit à culte de la personnalité, soit au culte politique, soit au culte de l’écologisme bien pensant, voir, soyons fou, un gros mélange de tout ça 😀
            de toutes façons, beaucoup de gens ont besoin de croire en quelque chose qui va les récompenser plus tard et de s’infliger pour ça moult interdictions pensées il y’a fort longtemps ^^
            j’ai hâte de voir comment les français vont applaudir cette nouvelle religions qui ne donnera pas son nom.

        2. C’est idiot car ce n’est pas une instance laïque (au sens de non-religieuse) qui décide qui on fête un jour donné, mais l’Eglise catholique qui le fait pour les gens qu’elle a proclamés « saints » (on dit « canonisés »). Donner les noms sans les faire précéder de ce titre est faire comme les Protestants, lesquels ne célèbrent pas le culte des saints (ils diront simplement « Marie », « Joseph », « Pierre », …), et pour lesquels les noms dans le calendrier, même sans titre, n’ont pas de signification.
          Mais comme dirait Einstein « Il y a 2 choses infinies, l’univers et l’ignaritude (1) des journalistes. Quoique, pour ce qui est de ll’univers, je ne suis pas très sûr. ».
          (1) Merci, Ségo.

      2. Pâques et Pentecôte proprement dits sont des dimanches. Les lundis qui les suivent ne sont pas des fêtes religieuses, mais sont fériés tout de même en compensation du fait que les 2 fêtes sont des dimanches. Sous réserve du statut « bâtard » du lundi de Pentecôte depuis la mise en place de la journée de solidarité par Raffarin.

  4. On pourrait dire qu’il y a confusion entre athéisme et laïcité, et qu’un vrai athée considérera les manifestations religieuses comme des faits culturels tout aussi respectables les uns les autres et ancrés dans une réalité historique.
    Mais je crains que la réalité de ce débat soit, comme le suggère l’article, une simple posture politique à courte vue et irréfléchie.

  5. À neuf mille kilomètres

    plus personne ne semble assez lucide pour se lever et dire « assez ! »
    Je crois h16 que vous avez tout résumé. Il n’y a pas en France une personnalité capable de le faire. Est-ce que nous pouvons aller plus loin dans la lâcheté et le pourrissement ? À quel moment cela va exploser ?

  6. « Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est sans doute vrai qu’une société libre qui réussit est toujours dans une large mesure une société attachée à des traditions. »
    « La Constitution de la liberté » (1960), F. A. Hayek.

  7. Bien sûr qu’il y a quelque chose de dérisoire dans cette querelle de clocher, mais est-ce spécifique à la France, comme le texte semble le suggérer ? Je me souviens que dans le film américain « La Guerre selon Charlie Wilson », le personnage de Tom Hanks, qui joue le rôle d’un député du Congrès, reçoit un de ses administrés qui lui fait part du même problème : une crèche sur un emplacement public contestée par des libres penseurs. Et que dire de la « bataille des toilettes » aux USA, pour savoir si les transgenres devaient utiliser les WC pour hommes ou femmes, un débat qui paraît aussi surréaliste chez nous que l’interdiction du burkini là-bas. Chaque pays a ses particularismes, et je ne suis pas sûr que la France ait le monopole des débats ridicules…

    1. La France n’a peut être pas le monopole des débats ridicules, mais je suis quasi certains que les français sont les champions toutes catégories des débats les plus ridicules qui soient.
      il n’y a qu’à voir les exclamations des journaux étranger ainsi que des comiques spécialisés dans le « french bashing » pour voir que ça amuse du monde 🙂

      La France, le plus grand cirque médiatique, à apprécier loin de chez vous 😀

      1. Nope, regardez aux États-Unis Black Lives Matter, ou les Young Turks, ou encore les féministes enragées et vous verrez que la France est encore loooooin d’avoir touché le fond…

        1. Black Lives Matter, on les a aussi en France. et des champions dans l’art de faire du racisme et de voir du racisme partout. Les féministes enragés ont un nom : le femellisme (et oui, vive la France ^^), les hommes ont échoué avec le pouvoir donc ils sont incompétent donc les femmes y arriveront….
          En France, on a en prime les recordmans toutes catégories des débats ridicules, les politiciens français, du vrai ridicule sans honte, et acclamé par leurs non moins ridicule votants 🙂

          1. Femellisme….. -_-

            Déjà que je n’arrivais que difficilement a supporter les féministes…

            Quant a la branche française de BLM, du moment qu’ils ne proposent pas la ségrégation entre les blancs et le reste du monde, ça va.

            Et pour le fameux « made in France », nous pouvons être fier de porter en notre sein le fluffy de combat qui a fait ses preuves dans les ZAD et qui est maintenant prêt a s’exporter…

          2. Les féministes enragés ont un nom : le femellisme

            Je préfère de loin le « feminazi » anglais, bien plus adéquat et déjà populaire sur la toile.

  8. @L’auteur,
    Quand vous dites « Personne ne semble vouloir faire remarquer que ces crèches, dans ces mairies, s’y affichent depuis des lustres », vous m’étonnez.
    Vous avez des exemples ?

    1. Bah je ne sais pas où vous habitez, mais dans ma région d’origine, ils font même des crèches vivantes sur la place publique. Après, il est vrai que je suis originaire de la France « hyper-rurale », comme j’ai pu le lire dans un rapport administratif avec sa jolie Marianne en entête….

  9. La dernière fois que je suis allé visiter les jardins de Versailles, j’ai constaté une horrible atteinte à la laïcité : des statues qui faisaient allusion à la mythologie gréco-romaine, qui est une religion tout de même ! Vite, plaidons !

  10. Bon, c’est fait, on va pourvoir repartir dans le train-train du chômage de masse, des banlieues qui brûlent, des élèves qui se crétinisent.
    Au prochain attentat à la kalach, il deviendra urgent que le Conseil d’État complète le dispositif immunitaire avec réglementation stricte de la taille des crèches et des santons. La précision du millimètre me semble un minimum,

  11. Eurêka ! YAKA faire des crèches sans le petit Jésus (laïcité), sans que Marie soit à genoux (machisme), que les deux papas soient représentés et pas seulement Joseph (euh… le saint-Esprit on fait comment ? Une colombe ?), que les animaux soient tous élevés en bio-non OGM (principe de précaution), et enfin qu’à côté des crèches « chrétiennes », il y ait des crèches musulmanes, juives, bouddhistes, Hindouistes, jainistes, Nestoriennes, laïques et obligatoires, athées (facile, y’a plus le petit jésus)… Bon ça risque de poser un problème de place, mais vive la diversité bien pensée/pensante et le « vivreensemblepourcréerdulien »..

  12. Urgent, y a-t-il un homme d’Etat dans l’assistance pour traiter un pays malade ?
    Absurdité des politiques et des médias qui focalisent sur les détails, font diversion, gèrent l’opinion publique à la petite semaine mais sont incapables depuis des décennies de s’occuper sérieusement de l’essentiel.

    1. Urgent, y a-t-il un homme d’Etat dans l’assistance pour traiter un pays malade ?

      30 ans de pratique des « homme d’état » aurait du vous vacciner pourtant : On ne confie pas son argent et sa carte de crédit à un tiers assoiffé de pouvoir et sans aucune responsabilité. Il est absurde d’en attendre quoi que ce soit d’autres que la situation actuelle.

      Il faudrait que la France deviennent une démocratie, que le peuple vote les lois par initiative et référendum, qu’il détienne enfin ce « pouvoir du peuple ».

      Le terme démocratie (du grec ancien δημοκρατία / dēmokratía, combinaison de δῆμος / dêmos, « peuple » et κράτος / krátos, « pouvoir », désigne le régime politique dans lequel le peuple a le pouvoir

  13. la laïcité est un boumerang qui nous revient en pleine figure qui profite à la culture musulmane au détriment des traditions chrétiennes de nôtre pays.

  14. Pendant ce temps, on ne parle pas de la corruption des élus. Un bonus non imposable pour ces aristocrates…

  15. Le tableau qui figure dans le titre est au musée saint Pierre de Lyon.

    On ne le voit pas bien sur la photo, mais Jésus est sur un lange qui repose sur un lit d’épines.

Les commentaires sont fermés.