La Russie, tombeau des empires [Replay]

Publié Par Jean-Baptiste Noé, le dans Histoire

Par Jean-Baptiste Noé.

Cathédrale Alexandre Nevski credits Guillaume Speurt (CC BY-SA 2.0)

Cathédrale Alexandre Nevski credits Guillaume Speurt (CC BY-SA 2.0)

 

C’est un lieu commun des études géopolitiques que de constater que la Russie oscille sans cesse entre l’Europe et l’Asie. Que Pierre le Grand ait érigé Saint-Pétersbourg dans les marais baltiques pour mieux arrimer son empire aux wagons de l’Europe ne fait pas oublier la Tartarie et les steppes eurasiatiques, où les Cosaques de Tarass Boulba firent vibrer une certaine idée de l’âme russe. Alexandre 1er vainquit Napoléon, comme autrefois Pierre 1er, Charles XII de Suède, et comme plus tard Staline, le chancelier Hitler. Si la France a longtemps vécu sous la menace des troupes du Pacte de Varsovie, la crainte ne fut pas que virtuelle. Avec l’effondrement du Premier Empire, les Cosaques ont bien envahi Paris, découvrant certes le charme de ses bistrots et de son champagne, mais laissant aussi le souvenir d’une désolation.

La Russie fut souvent le tombeau des empires, même sans l’aide du Général Hiver. Est-elle sur le point d’en abattre un quatrième, celui de l’Union Européenne ? Depuis des mois que la crise ukrainienne chauffe, les Européens n’arrivent à conclure ni accord ni entente. Ce sont les diplomaties nationales qui reprennent le dessus, et les échanges se font d’État à État, sans vraiment tenir compte d’une diplomatie continentale unifiée. Comme autrefois en Yougoslavie et en Serbie, l’Europe comme structure politique diplomatique montre son impuissance. Personne ne songe à conclure une nouvelle Sainte-Alliance comme au temps du congrès de Vienne (1815), et les Allemands ne semblent pas disposer non plus à se rapprocher de la nouvelle Russie, alors même qu’ils furent les premiers à conclure un accord avec la toute jeune URSS (traité de Rapallo, 1922).

La stratégie unifiée de Moscou ne peut que heurter une Europe désorganisée et déstructurée. La crise actuelle en Ukraine est un nouveau révélateur de l’attraction et de l’incompréhension séculaire entre ces deux espaces culturels qui, tout en étant proche, n’arrivent pas à se comprendre.

Une communauté de destin

Pourtant, entre Europe et Russie les destins sont bien liés. Le fait même qu’ils se combattent depuis l’époque moderne montre qu’ils ont une histoire commune. Dans leurs racines et leurs constructions mentales, les Russes se rattachent à Byzance et Moscou se voit comme la nouvelle Rome. On rejoue là l’opposition des Grecs et des Latins.

La Russie a plus souvent rêvé de l’Europe que l’Europe de la Russie. L’obtention d’un débouché sur la Méditerranée fut une des constantes de la diplomatie russe au XIXe siècle, alors qu’aucun pays européen n’a pensé planter son drapeau à Vladivostok et se baigner dans le Pacifique. Combien d’écrivains russes ont été influencés par l’Ouest ? Dostoïevski et Tolstoï, Tchekhov et Soljenitsyne. Combien de musiciens, de Tchaïkovski à Rachmaninov ? C’est le génie de ces artistes que d’avoir su concilier leur culture avec celle de l’Europe.

Quand Charles de Gaulle annonce l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, ou quand Jean-Paul II encense les deux poumons culturels et spirituels du continent, ils s’attachent bien à montrer l’unité et la continuité d’un territoire marqué par les fractures. Ces visions étaient d’autant plus remarquables qu’elles allaient à l’encontre de la balafre du Mur. Abattre la nouvelle frontière mentale entre l’Ouest et l’Est est bien un des enjeux majeurs de la construction de l’Europe.

Sur le web

  1. la crise actuelle en ukraine….d’aprés hélène carrère d’encausse , spécialiste de la russie , il faut désamorcer la crise ukrainienne sans les usa ; parole trés sage mais qui ne seront pas entendu par les valets des usa , hélas ;

  2. La crise ukrainienne montre tout simplement que l’UE est une construction artificielle et sans réel avenir, peut-être le début de l’éclatement de ce « machin ».

    1. Vous voulez dire comme tout les états ?

      1. pire qu’un état « classique ».
        les états européens comme la France ont quand même un semblant de cohésion à partir d’une culture et d’une histoire grosso modo communes à leur peuple , alors que l’UE n’a rien , aucune cohésion et aucune envie d’être cohérent.
        je me sens proche d’un auvergnat ou d’un breton , mais en aucun cas d’un polonais.

        1. Ce que vous appelez « cohérence » est un manque de subsidiarité, c’est un gros problème et ça nous amène vers une catastrophe.

        2. C’est assez étrange de parler de cohésion aujourd’hui. L’époque est au multiculturalisme. Enfin c’est ce qu’on dit.
          J’avoue ne pas me sentir très proche, comme vous dites, d’une partie non négligeable de la population ayant un certain statut administratif appelé « français ».
          Toute ressemblance avec un chef de guerre, pillard, trafiquant d’esclave et illuminé du temps de l’Empereur Héraclius est une pure coïncidence.

        3. Avez-vous déjà voyagé en France pour parler de cohésion, de culture et d’histoire commune ? oO

          La France, c’est Paris. Le reste, ce sont des colonies.

  3. Merci pour cet article.

  4. Cessez de parler de la Russie comme d’une entité abstraite et lisez bien plutôt ce dernier opus qui décortique le système corrompu, autoritaire et mafieux aux racines profondes construit par Poutine depuis 15 ans:
    ‘Putin’s Kleptocracy,’ by Karen Dawisha http://nyti.ms/1FpqrB3
    … livre encensé par The Economist et le WSJ. Tant que ce psychopathe sera au pouvoir, rien ne progressera et on aura au contraire tout à craindre.

    1. encensé par The Eonomist et WSJ … utilisation du terme « psychopathe » … bon là , on est au niveau zéro de la propagande.
      Le système corrompu et mafieux a été largement mis en place par Eltsine et ses potes ( Nemtsov par exemple ) pendant les quelques années passées à dépecer ce qui restait de la Russie après l’effondrement de l’URSS. Les régions du Caucase sont particulièrement riches en mafia diverses et variées.

      Et même si l’ouest essaie de mettre en place une révolution colorée ( budget de 10 milliards de $ voté par le congrès US il y a quelques mois) , il obtiendra un gouvernement encore plus dur et nationaliste.

      1. Elstine n’a pas mit en place ce système, je pense que vous ne vous rendez pas compte de la difficulté de sa tache. Il fallait qu’il réforme toute l’économie et la Russie n’avait plus de capitaux après tant d’années de communisme, il n’avait simplement aucun moyen d’endiguer la corruption. Encore aujourd’hui les pays de l’est sont très corrompu, malgré d’énormes efforts pour lutter contre ce fléau.

        1. Les pays de l’est…….,dont l’Ukraine et la Pologne….,je crois penser.

        2. Le FMI et le G7 ont fourni de l’aide à Elstine notamment sur le plan financier, puisque l’Etat Russe avait énormément de difficultés à recouvrer l’impôt (ce qui a perduré jusqu’à l’instauration de la flat tax).

          Nombre de facteurs ont compliqué la tâche d’Elstine sur le plan économique (mise en place, sur initiative américaine en 1995, du peg rouble / dollar qui a fortement impacté la monnaie russe, par exemple), mais il s’est aussi compliqué les choses tout seul en approuvant un mode de privatisation qui a favorisé la corruption (1995), forte proximité du gouvernement avec de grandes entreprises nationales pour favoriser le développement vers « l’ouest », avec la corruption qui est allée avec…

          Difficile de dire qu’Elstine a été contraint en tout par les événements.

          Ce doc est assez intéressant:
          http://www.imf.org/external/pubs/ft/history/2012/pdf/c7.pdf

          1. Je ne dit pas que c’était parfait, il y avait surement de meilleures choses à faire dans l’absolu. Vous parlez des privatisations, les privatisations par coupons faites en république tchèque me paraissent être un moyen bien plus juste et efficace pour privatiser. Je ne pense par contre pas qu’il ai favorisé la corruption, la corruption était la bien avant lui, c’était le seul moyen pour les gens de survivre en URSS. Toutefois une privatisation pourrie vaut mieux que pas de privatisation du tout (surtout vu l’état de ce pays à ce moment la) et il ne faut pas lui retirer ses mérites dans le redressement de l’économie russe.

            1. Des privatisations accompagnées de meurtres, rien de nouveau sur ce plan là d’Eltsine à Poutine.

              Avez-vous oublié les faits divers des journaux du temps de Nemtsov, Kirilenko, Iavlinski ou Gaïdar?

              Les privatisations ont profité à quelques oligarques proches du pouvoir et non pas à l’enrichissement du pays. C’était quand même la « merde » dans les années Eltsine surtout vers la fin.

              Bravo pour cet article qui tend à montrer l’aspiration toujours réelle et présente du peuple Russe a se tourner vers l’Europe.

              En tout cas ras le bol des commentaires pro ou contre Poutine !!!!! et je vais juste vous dire pourquoi ca nous concerne :

              les élites du KGB dans les années 70-80 financaient déjà l’après URSS qui s’est produit en 1991 avec Eltsine, ne croyant plus depuis longtemps au Communisme (idéologie…)

              Il serait intéressant de voir ce que les cercles bien pensants et les élites préparent pour l’après Poutine que ce soit tot ou tard (2022 au pire il me semble) et que les libéraux de la Russie y prennent part au lieu de se lamenter et de jouer les cassandres comme Philippe Fabry.

              Les Russes n’étant aujourd’hui absolument pas prêts pour une nouvelle révolution, même si des milliers de personnes dans la rue est un fait plus que notable en Russie pour honorer leurs morts, il n’en ai pas moins que les Russes ont de la mémoire, et que les années de leurs vies sous Eltsine restent un calvaire quotidien plutot qu’une salvation.

              Enfin, l’Europe et la Russie ne pourront s’entendre que si chacun fait des concessions, d’égal à égal, car elles ont changé l’une et l’autre et la crise ukrainienne met plus en valeur les défauts de l’UE que de la la Russie.

              1. En somme vous demandez aux européens d’agir avec le même atavisme que Poutine ,je le crois aussi c’est même « recommandé »,on n’est plus à l’époque des bisounours marxistes léninistes et leurs shows « must go on » .. LOL

              2. Il y a une analogie qu’on peut faire: c’est celle de la constitution des grandes fortunes américaines entre 1880 (la conquête de l’Ouest se termine) et 1929 (le krach), avant donc que les lois et les règlements encadrant l’économie ne soient progressivement rentrées en application et que les fondateurs des trusts américains ne troquent leur Colt à six coups et leurs mercenaires armés contre une armée d’avocats ..
                Avec également la montée en puissance de la maffia, la Pieuvre, qui s’insinue partout où il y ‘a de l’argent à gagner et en offrant ses « services » à ceux qui peuvent payer, grandes compagnies et syndicats.

                Quand un régime s’effondre, ce sont toutes les institutions qui s’effondrent avec lui.
                Qui sont les oligarques ? au départ, c’étaient des apparatchiks d’un certain niveau, des directeurs le plus souvent en charge d’importants secteurs de l’économie gosplanifiée de l’Union Soviétique.
                Le régime communiste s’effondre, cela a été le règne du « demerdieren sie sicht » à tous les niveaux et ceux qui étaient bien placés se sont taillés leur part en ne faisant pas dans la dentelle ni dans le juridisme formel.
                Depuis 1998, la Russie se normalise et toute une classe moyenne de cadres subalternes, moyens et hauts s’est constituée. Cette classe moyenne a les moyens maintenant de partir en vacances.
                Je l’ai constaté en septembre dernier en voyant en Espagne la multiplication des menus traduits en russe et en voyant ces touristes russes se promenant en famille sur la Costa Dorada et consommant dans des restaurants où on leur propose même quelques spécialités de leur pays.

      2. C’est clair que ce « psychopathe » aura bien du mal pour parler à »armes égales  » avec Merkel surtout (flanby étant une relique du socialisme décentralisé .LOL) de constitution ukrainienne,en tenant compte des défis et des éxigences d’une société contemporaine ..RELOL

    2. +1 C’est drôle mais les gens qui reviennent à des siècles en arrière sont justement les mêmes qui veulent à tout prix qu’on ne fasse pas de parallèles avec l’URSS…

      1. Sachez que l’histoire est un perpétuel recommencement. Beaucoup,surtout les novices en politique semblent l’oublier.

        1. « Sachez que l’histoire est un perpétuel recommencement. »

          Vous dites ça avec un air satisfait en soutenant la Russie ? Vous êtes effrayant…

          1. Pas plus que vous le russephobe

    3. Le problème c’est que les autres sont encore pires. Par exmeple Ziouganov propose ni plus ni moins que la re-stanilisation de la Russie; Jirinovski est un ultra-nationaliste au coté du quel le FN est un parti d’extreme-gauche et Navalny est sympatisant de certains movement d’etreme droite anti-sémites et ouvertement racistes…Il est vrai que Poutine fait c… sur c.. depuis sa réelection de 2012 et que cette réelection fut à mon avis une erreur…

      1. « Navalny est sympatisant de certains movement d’etreme droite anti-sémites et ouvertement racistes »

        Pire qu’Alexandre Douguine et le parti national bolchévique (oui ça existe, no joke) de qui Poutine est très proche ?

        1. Arretez avec ce Douguine qui est un allumé du cerveau et est considéré comme tel en Russie… Le jeu n’est pas de dire pire ou meilleur, mais bien de préparer l’après Poutine.
          Certes il a des influences au plus haut lieu, mais dire que c’est la doctrine de Douguine qui prédomine en Russie surtout chez Poutine est une ineptie.

          1. Tiens, j’ai posté ça il y a un moment, et surprise, les idées de Douguine n’ont fait qu’avancer dans le monde réel. L’Ukraine est envahie, le peuple syrien massacré…

            Douguine, en Turquie, il y a peu, déclarait :

            « la Turquie et la Russie ont le même ennemi : le premier de tous est l’hégémonie américaine et le terrorisme islamique radical, son instrument »

            http://www.historionomie.com/archives/2016/10/11/34426202.html

            Et voilà Erdogan qui avance en Irak avec un aplomb impressionnant. Mais allons y, ne prenons surtout pas garde aux idées de Douguine, la politique du Poutine n’a bien évidemment rien à voir avec lui…

            1. L’Ukraine est envahie

              Ah ?

              le peuple syrien massacré…

              Les 300’000 morts du conflit syrien sont du aux 30 avions russes sur place depuis 1 an ?

              aux idées de Douguine, la politique du Poutine n’a bien évidemment rien à voir avec lui…

              C’est clair, un mouvement tournant par les ardennes la Syrie avec 30 avions et hop, Poutine envahi toute l’Europe avec 20 de plus.
              Un plan qui fera date dans la géostratégie ! 🙂

              T’as commandé ‘Tempête Rouge’ ?

              1. « Ah ? »

                Sérieusement, le Donbas et la Crimée ne sont pas envahis par la Russie ?

                « Les 300’000 morts du conflit syrien sont du aux 30 avions russes sur place depuis 1 an ? »

                Plus ceux du régime et les dizaines de milliers de terroristes iraniens, oui.

                « C’est clair, un mouvement tournant par les ardennes la Syrie avec 30 avions et hop, Poutine envahi toute l’Europe avec 20 de plus. »

                Vous ne voyez donc pas que l’on perd de plus en plus d’objectifs stratégiques et que Poutine se place tout doucement pour nous encercler, comme je vous l’ait déjà expliqué ? Comment fera t’on quand Poutine sera en position de nous imposer un blocus sur tout nos approvisionnements passant par le sud-est de la méditerranée ?

                1. Plus ceux du régime et les dizaines de milliers de terroristes iraniens, oui.

                  En bref Leur contribution est modeste contrairement à ce que tu dis.

                  un_lecteur: « Sérieusement, le Donbas et la Crimée ne sont pas envahis par la Russie ? »

                  Ta vision grossière des choses est fatigante.
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Donbass#La_crise_ukrainienne
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Donbass#Forces_s.C3.A9paratistes_pro-russes

                  un_lecteur: « et que Poutine se place tout doucement pour nous encercler, comme je vous l’ait déjà expliqué ? »

                  Revoir sérieusement les bases de la géométrie:
                  http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/encercler/29146

  5. Très belle analyse et un historisme de la Russie mieux maîtriser que ceux de certains équilibristes, prophètes de leurs propres vérités et « poutinephobes » à outrance. La Russie est un pays qu’Europe a besoin pour son éclosion

    1. L’éclosion de quoi ?

  6. Enfin un article pertinent, j’en ai marre d’entendre et de lire des pseudos journalistes opposer la Russie et l’Europe comme si la Russie n’était pas une composante importante et même essentiel de l’Europe. Et oui la Russie est une immense réserves de ressources naturelles dont on a un cruel besoin, de plus l’Union européenne serra vraiment une union le jour ou la Russie en fera partie.

  7. J’ évite ce mot fourre tout de fainéant employé à tort et à travers par les médias Crise il s’ agit bien d’ un Conflit communautariste en Ukraine , pro occident c pro russe
    L’ article est instructif et fort bien écrit
    l’ Europe de CDGaulle et celle de Hollande a changé des pays d’ Europe seront tot ou tard piégés par leur imprudente politique communautariste imposée depuis quelq décennies du moins par ceux qui sont antagonistes l’ ex Yougoslavie est révélateur

  8. Article nul. Certes, la Russie a une grande culture, mais le Japon aussi, ou l’Autriche. Et alors ? Cela autorise la Russie à annexer la Crimée ukrainienne ?? La conquête au nom de Tolstoi ??
    Et non, trois fois non, l’Union européenne n’est pas un empire, c’est une union VOLONTAIRE, et la preuve est que la Grande-Bretagne est libre de s’en retirer ! Comparer l’Union européenne à l’Empire nazi, c’est absurde et insultant !! Accessoirement, en 1941, Hitler n’était plus un simple Chancelier…
    En tout cas, le seul Empire réel actuellement, c’est bien la Russie !

    1. Il n’y a jamais eu de Crimée ukrainienne. Il y a eu un khanat tatar de Crimée vassal de la Sublime Porte qui fut détruit et annexé par l’armée russe du prince Potemkine, prince consort non officiel de l’impératrice Catherine II la grande. https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_II
      Le territoire de l’ancien Khanat, qui ne se limitait pas à la seule presqu’île de l’ancienne Cherson byzantine (la Tauride des grecs), fut alors appelé « Nouvelle Russie ».
      L’impératrice le peupla de colons russes et allemands tandis que Sebastopol devenait port de guerre.

      A côté de la Nouvelle Russie se trouvait le protectorat cosaque, l’Hetmanat de Kiev. Plus d’un siècle auparavant, les cosaques en guerre contre les polonais à l’ouest s’étaient placés sous le protectorat du tsar Alexis 1er, second des Romanov, la nouvelle dynastie élue par le Zemski Sobor (l’équivalent de nos Etats Généraux) après l’extinction des Riourik de Moscou suivi du « Temps des Troubles » (1598 – 1613, l’époque de Boris Godounov, du faux Dimitri etc ..). La Rada (assemblée) des cosaques avait reconnu le tsar comme suzerain.
      A l’issue du conflit, une « paix éternelle » avait été signée (1686) entre la République des Deux Nations (Pologne-Lituanie) et la Russie. La Pologne reconnaissait la suzeraineté russe sur l’Hetmanat de Kiev, la Russie celle de la Pologne sur la « Rive Droite ». Russie et Pologne s’alliaient contre l’empire ottoman.

      Catherine II mit fin au protectorat et annexa l’Hetmanat qui fut joint à la Nouvelle Russie pour former la « Rive Gauche du Dniepr ». Les cosaques furent militarisés pour devenir le fer de lance de la cavalerie russe. Une partie des tribus cosaques fut envoyée à la conquête de la Sibérie où elles formèrent de nouvelles communautés..

      La Pologne disparut après avoir été partagée (trois partages, 1772, puis 1793 et 1795 confirmé par le traité de Vienne (1814 – 1815) entre la Prusse de Frederic, l’Autriche de Marie Thérèse et la Russie de Catherine.

      Jusqu’en 1918 l’Ukraine russe et l’Ukraine polonaise furent unifiée, mais l’administration impériale distingua toujours la Rive Gauche de la Rive Droite.

      Quelques soient les vicissitudes et les destructions apportées par le temps – l’Ukraine fut champ de bataille de la 1ère et de la 2ème guerre mondiale, et également champ d’expérimentation du « socialisme scientifique » ce qui vaut plusieurs guerres – les tendances lourdes de l’Histoire demeurent.

      Voici la carte politique, linguistique et religieuse de l’Ukraine dans ses deux composantes au moment des élections donnant la victoire au « parti bleu » (pro-russe) sur le « parti orange » (pro-occidental). On y retrouve à peu près les mêmes lignes de séparation qu’à l’époque de l’empereur Nicolas II.
      http://www.slate.fr/monde/83755/cartes-comprendre-ukraine

    2. Justinien: En tout cas, le seul Empire réel actuellement, c’est bien la Russie !

      Avec un PIB en dessous de la Corée du Sud ?

      Au 12eme rang après l’Union européenne les États-Unis, la République populaire de Chine, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Inde, le Brésil, le Canada, la Corée du Sud ?

      Avec des dépenses militaire qui représentent 5% de celles de l’UE et des USA ? (52 milliards contre 997 milliards)

  9. « La Russie fut souvent le tombeau des empires, même sans l’aide du Général Hiver. Est-elle sur le point d’en abattre un quatrième, celui de l’Union Européenne ? »
    Dans les exemples que vous donnez, à savoir Napoléon, Charles XII, Hittler, le Russie avait été envahie par les armées de ces derniers.

Les commentaires sont fermés.