Agressions de Viry-Châtillon : tout va bien, les affaires continuent.

Publié Par h16, le dans Édito

Vous savez, en France, malgré tout, tout est simple : vous travaillez, vous commercez gentiment, vous payez vos impôts et en échange, l’État fait régner la loi et l’ordre et tout va bien. C’est sur ce principe simple que repose le consentement à l’impôt, et c’est sur l’assurance d’un minimum d’ordre et de règles que la société arrive à fonctionner. Enfin, en principe.

Parce qu’en réalité, c’est nettement moins simple.

Par exemple, il serait inconcevable qu’en l’échange des douzaines et des douzaines de milliards d’euros levés en impôts, taxes et ponctions, le chômage continue de grimper ; que la formation des adultes soit toujours plus fumeuse ; que les transports en commun soient toujours plus médiocres ; que la couverture sociale laisse tous les jours plus à désirer ; que l’éducation de nos enfants se réalise toujours de façon plus lâche et floue, ou sur des concepts tous les jours plus fumeux, pour aboutir à excréter des illettrés et des analphabètes toujours plus nombreux.

état gère tout forcément

Accordons cependant que ces domaines, hors du régalien, peuvent souffrir d’un peu de relâchement si, d’un autre côté, le régalien est suivi à la culotte, que ce domaine est taillé au cordeau et en devient d’autant plus irréprochable. Pour rappel et pour ceux qui ne suivraient pas, le régalien, c’est la police, la justice, la diplomatie et l’armée, et la bonne utilisation de ces institutions assure normalement la loi et l’ordre sur le territoire républicain. Dans ce cadre, il serait donc parfaitement outrageant que des pans entiers du territoire échappent à la loi.

Malheureusement, il faudrait être niais, mal informé ou aveugle pour ignorer encore que, depuis de nombreuses années, le territoire français supporte quelques petits trous, ici ou là, officiellement appelés ZSP (zones de sécurité prioritaires) ou plus pudiquement dans les médias, des quartiers émotifs sensibles.

Dans ces zones impressionnables, la police a bien du mal à faire régner quoi que ce soit et c’est une autre loi qui s’est installée. Ainsi, dans la cité de la Grande Borne (Essonne) et depuis des années, il est devenu extrêmement dangereux de s’arrêter à certains feux de circulation : au « carrefour du Fournil » qui tient son nom d’une boulangerie installée à l’angle, on ne dit ni pain au chocolat, ni chocolatine, mais plutôt car jacking ou vol à la portière avec violence. Depuis plus d’un an, la mairie tente de reprendre ce territoire aux agresseurs… Sans succès.

La mairie sent bien que ces petits désagréments aux feux provoquent probablement un manque à gagner au niveau du commerce, des taxes et des impôts, sans parler des petites démangeaisons frontistes de certains électeurs, ce qui la motive donc à pousser la police à tenter de faire des trucs et des machins. On ne parle pas, ici, de réinvestir les lieux, tenter de pacifier la cité et d’y faire régner la loi et l’ordre, que nenni ; et de toute façon, des lois douces, des procédures souples et surtout des juges compréhensifs veillent à ce qu’un retour local à la norme ne puisse avoir lieu que dans les limites strictes d’un plan (multi-quinquennal ?) forcément câlin. Partant, la police tente malgré tout de faire, vaguement, son travail en installant quelques automates de surveillance. Manque de bol comme dirait un président à la (petite) hauteur, ces caméras sont détruites, avec application.

On insiste donc. Puisqu’il le faut, on va sécuriser le dispositif de sécurisation. On va surveiller l’appareil de surveillance. On va mettre des flics au pied des caméras (oui, oui, n’importe quelle autorité préfectorale peut très bien tenir ce genre de raisonnement à condition d’être correctement gonadectomisée).

Et bien sûr, là, c’est le drame.

achille talon - comme un faille

Comme le territoire, perdu pour la République mais manifestement gagne-pain pour une certaine catégorie de « jeunes », tente d’être repris par un camp (celui de l’État), l’autre s’empresse de bien faire comprendre qu’il n’en sera pas ainsi. Une violente attaque à base de cocktails Molotov s’en suit donc logiquement. Pour s’assurer que le message passera bien, les assaillants des voitures empêcheront les fonctionnaires de police de sortir, ce qui aboutira à des brûlures graves pour une policière et à une mise en coma artificiel pour un adjoint de sécurité.

Le temps que les réseaux sociaux fassent monter la sauce et que la presse, forcée de suivre les clics et les pages vues, relaie l’information, les politiciens montent au créneau : tous dénoncent l’acte (étonnant !), tous réclament des sanctions exemplaires (surprenant !), tous expliquent doctement que la justice sera faite (et encore heureux !). Aucun, pas même ceux qui sont en campagne, pour admettre que nos systèmes régaliens ont quelques petits soucis. Aucun, ni Cazeneuve (substance évanescente en charge de l’Intérieur et dont la matérialisation sur ce plan astral n’est manifestement pas prévue à l’ordre du jour), ni Urvoas (l’actuel patron de l’Ajustice) pour admettre qu’il faut en finir avec les zones de non droit. C’est bien simple : elles ont un nom (ZSP) mais elles n’existent pas, il n’est donc pas besoin de s’en occuper, oh oh oh, même si ce qui vient de se passer en est une illustration frappante/brûlante.

Le constat posé, l’indignation correctement étalée en couche épaisse dans les journaux, que peut-on dire à présent ?

Il suffit de lire un peu la presse pour comprendre qu’absolument rien n’a changé et que ces événements, pourtant scandaleux qui nécessiteraient certainement une reprise en main complète de ces quartiers oubliés, ne provoqueront qu’une volée de papiers pondérés et d’analyses subtiles, un rapport ou l’autre d’une commission quelconque, et que rapidement, les choses reprendront leur cours normal. Il faut se résoudre à l’évidence : un pays qui voit régulièrement des émeutes dans les banlieues avec tentatives de meurtres de flics, caillassages/lapidations, douzaines de voitures cramées, etc… sans plus réagir que ça pourra très bien supporter d’abandonner un quartier de plus à ces petits gangs mafieux.

Il suffit d’ailleurs de lire la titraille consacrée au tragique événement pour s’en convaincre tristement :

Policiers attaqués : « une situation prise très au sérieux au sommet de l’État »

… On peut pouffer intérieurement : la seule question qui doit préoccuper vraiment le « sommet de l’État » est probablement de savoir si cet événement pourra faire grimper le Front National ou pas et si cela lui permettra d’en tirer quelques bénéfices pour sa prochaine et inévitable campagne. En réalité, le sort de policiers brûlés (ou blessés, ou en grève, ou sur le terrain, avec ou sans revendication, etc…) indiffère complètement le sommet de l’État. Le sommet de l’État proute dans la direction générale de ces quartiers et des problèmes qu’ils génèrent. Le sommet de l’État a un buffet cet après-midi ou demain, doit serrer des pognes dans la semaine, et il doit se débrouiller pour éliminer un maximum de concurrents de la droite et de la gauche pour choper la queue du Mickey et obtenir un tour de manège supplémentaire. Sur le plan sécuritaire, sur le plan social, le sommet de l’État n’a rien, absolument rien à carrer de ce qui s’est passé à Viry-Châtillon qu’il serait d’ailleurs infoutu de situer sur une carte sans utiliser Google.

Soyons clair : le sommet de l’État a pris un bon petit déjeuner ce matin et il vous emmerde.

Eh oui, chers lecteurs, il n’y aura pas de prise de conscience. Il n’y aura pas d’action ferme, pas plus que de sanctions rapides. La justice ira son petit train-train quotidien. La justice continuera, proprement, calmement, à poursuivre avec assiduité les octogénaires courageux qui font fuir leurs cambrioleurs. La justice continuera à condamner ceux qui tenteront de remettre un peu d’ordre et de morale dans ce pays, ceux qui, après 53 cambriolages, finissent par prendre les armes. La justice sera ferme, pour le coup, avec les méchantes milices de citoyens excédés par l’absence de réponse des autorités. La justice, comme le sommet de l’État, n’a que faire des récriminations des gueux et des petites gens : ils sont solvables. Ils sont calmes. Ils sont punissables. Ils sont faciles à choper.

En vertu de quoi, je vous le garantis : ce qui s’est passé à Viry-Châtillon se reproduira, de façon plus violente, encore et encore.

Ce pays est foutu.

Émeutes en Banlieue
—-
Sur le web

  1. Ils vont mettre une 2ème caméra pour surveiller la 1ère :-)))

    1. Ou rajouter une troisième voiture pour protéger les deux premières …

      1. affreux jojo ,

        Vous nous jouez la résolution du problème petit pied…imaginez simplement que votre deuxième , doublant la première , caméra tombe en quenouille … vous ne seriez pas plus avancé …non , il est préférable d’être souple et de prévoir deux caméra doublant la première …nous devons raisonner en certitude …

        1. On a qu’à orienter la première sur la 2nde, comme ça elle s’auto-surveille !… oh wait…

  2. « Dans un communiqué, François Hollande parle d’une attaque « intolérable et inqualifiable ». « Signe que la situation est prise très au sérieux au sommet de l’État. »
    Extrait de l’article de Francetvinfo cité…..

    Hum…. Hollande a daigné parler, donc c’est un signe fort ?……… Comment dire……????…….
    Et pour les actes, il faut quoi ? Combien de policiers tués ? ou des enfants peut être ?
    Je ne sais plus ce que Etat veut dire actuellement… Pourvu que le prochain gouvernement ait un peu plus de cran…..

  3. Nous sommes trahis, ils ne feront jamais rien contre leurs ‘protégés’ au contraire. Cela dure depuis si longtemps. Seul un vrai changement de politique peut remettre le pays d’aplomb.

    1. Nous sommes trahis

      correction,
      « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice. »
      Georges Orwell

      1. @tabbehim
        Bonsoir

        « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. » DDHC 1789- préambule

        « Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » DDHC 1789.
        « Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. »

        Si si ! Cest de la trahison. Envers le Peuple qui les a tout de même élus, et envers leur propre vocation à servir la France, et non pas en s’en servir.

  4. Plus le temps passe et plus les agressions de ce type montent dans le niveau de violence. Maintenant, je me demande juste quel évènement sera assez tragique pour réveiller le brave citoyen et lui faire prendre les armes dans ce type d’endroit, car malheureusement avec nos hommes politiques actuels (et futurs !) je ne vois pas d’autres solutions.

  5. Le pire est le traitement différent par les médias quand il s’agit d’un gaucho-écolo qui est blessé ou tué par la police.
    Les policiers sont pris entre la peur légitime d’affronter des caïds et celle, plus importante encore, de commettre une « bavure » parce qu’ils ont voulu faire leur travail…

  6. Police municipale armee et entraînée, autorisée à tirer à balle réelle pour tuer.
    Un mort ou deux, les émeutes qui vont bien, de nouveaux morts (cette fois par les CRS et l’armée), petit à petit l’ordre rentrera.
    Répression musclée, il n’y a que ça.
    Sinon, ce sera autodéfense généralisée, puis milices privées habillée en chemises brunes, puis…

    1. La police n’est pas le problème, n’a pas besoin d’être plus nombreuse ou mieux armée et entrainée ; elle connait la douzaine de malfrats à mettre à l’ombre pour que le calme règne.
      Les juges ne sont pas le problème non plus d’ailleurs, ils sont durs et près à faire le job.
      Le problème c’est,
      les politiciens, qui ont rempli le code pénal d’une quantité hallucinante de dispositions pénales complétement idiotes et hors de propos (exemple tout bête : l’incitation à sortir de la sécurité sociale… sérieusement …) et de procédures toutes plus stupides les unes que les autres au nom de la « présomption d’innocence » y compris quand le type est pris en flagrant délit.
      et par suite les procureurs, qui d’une part sont bien incapables de faire régner l’ordre matériel, et se rattrapent sur l’ordre moral en poursuivant des braves gens qui n’ont fait que se défendre ou commis des crime-pensées (ou payer une pute, quelle horreur …)
      Bilan des cours : une justice pénale inique qui n’a aucun problème pour condamner le quidam solvable et obéissant, mais qui semble comme une poule qui a trouver un couteau devant la vraie crapule (alors que c’est suppose être son métier).

    2. supprimons l economie souterraine du cannabis. Ca ira deja mieux.
      .

      1. Samy: supprimons l economie souterraine du cannabis. Ca ira deja mieux.

        Pour quoi faire ? Un dealer de shit a un commerce, il n’est pas occupé à racketter et carjacker les gens pendant ce temps, ça attirerait l’attention sur lui.
        De plus seuls les régimes totalitaires y sont arrivés et le remède est bien pire que le mal.

        Pour finir sans libéralisation de l’économie qui ferait repartir l’entrepreneuriat dans les ZSP, la seule alternative de revenu pour les dealers c’est le banditisme: vols, casses, agressions, racket.

        1. « De plus seuls les régimes totalitaires y sont arrivés et le remède est bien pire que le mal. »

          Ah bon?

          Je ne savais pas que les Pays Bas, certains états des Etats Unis (L’Oregon, l’Alaska, l’Etat de Washigton, le Colorado) étaient des régimes totalitaires.

          1. Et le Portugal 🙂

          2. Voir ma réponse plus bas

  7. Et pour ceux qui veulent échapper aux hordes à ce feu tricolore en le franchissant au rouge, c’est pour eux la sanction immédiate de 4 points en moins, et selon ce qu’il leurs restait de points c’est même le permis à repasser. Décidément les chiens ont envahis Paris.

    http://www.monbestseller.com/manuscrit/radars-et-justes-sanctions-texte-integral

    1. C’est pour ça qu’elles sont là les caméras, vous avez cru autre chose?

  8. Encore des violences policières ! C’est intolérable.
    Assez plaisanté, assez tourné autour du pot. Dans un affrontement violent entre des voyous et des policiers, provoqué par les voyous, les policiers doivent avoir le dessus, « par tous les moyens, je dis bien tous les moyens », comme l’a dit De Gaulle en son temps. Sinon c’est le désordre généralisé, comme on le constate de plus en plus souvent.
    Amusez vous à taper violence le traitement de texte vous propose policière ! C’est drôle, non ?

  9. Caseneuve domine son sujet , ce sont des sauvageons … Pagnol n’aurait surement pas aimer que l’on compare son héroïne a ces assassins.. out of time ce mec sorti tout droit des années noires de la France

  10. C’est ce que j’appelle la socialisation des risques. Il vaut mieux laisser faire les agressions et faire payer les dégats par les assureurs (donc nous) plutôt que d’engager une répression avec le risque de provoquer des émeutes comme en 2005. Le pouvoir, quel qu’il soit, temporise car il ne veut pas de vagues surtout juste avant les échéances électorales !

  11. Articles toujours caustiques et bien vus, çà fait du bien.

    Cependant je me suis pris de culpabilité à sourire quand on sait la réalité du drame auquel aboutit cette absurde situation, car il semble que le policier en coma artificiel s’il s’en sort, n’aurait plus grand chose à la place de ses mains et nécessiterait une greffe de visage…

  12. si à la place des policiers , les proches d’un élu se soient fait trés gravement agréssé , croyez bien que là , les choses auraient peut être bougé because dans le petit monde obscur des politiques , ce qui n’est pas grave pour ceux d’en bas , l’est en en revanche pour ceux d’en haut ;

  13. C’est rigolo, il y a plus d’élus en France que tout le régalien.

    246’000 – Police et Gendarmerie
    77’951 – Justice
    263’350 – Armée

    = 587’301 contre 618’000 élus.

    Chaque militaire, policier, gendarme ou juge à un petit chefaillon sur le dos chargé de lui dire ou aller…
    Ou alors ils sont occupés à pondre des lois pour emmerder le monde … pondre des lois pour emmerder le monde.

  14. Quand on voit comment sont méprisés et complètement brimés par leur hiérarchie carriériste les policiers , on se demande franchement comment des jeunes veulent encore faire un job de mer.. pareil , sachant qu’on les enverra se faire tuer dans les banlieues , avec des salaires bas de gamme en plus ! C’est comme gardien de prison , il faut être tombé sur la tête eu être bien dans la mer.. financièrement pour faire un job pareil , dans lequel vous vous faites craché dessus , insulté et menacé constamment sans pouvoir répliqué ! mieux vaut encore d’être balayeur au smic que de faire ces boulots là , c’est moins risqué !!! Moins payé ( et encore ) mais au moins , vous n’êtes pas payé à vous faire tuer ! Je peux me permettre d’affirmer tout cela car ce sont des milieux que je connais très bien .
    Les policiers sont des fonctionnaires d’exécution et sont tenus d’obéir aux ordres lâches du gouvernement en place et sont fortement incités à démissionner s’ils ne sont pas contents d’obéir lâchement . J e le sais et je l’affirme !

  15. le sommet de l’État a un buffet cet après-midi ou demain, doit serrer des pognes dans la semaine, et il doit se débrouiller pour éliminer un maximum de concurrents de la droite et de la gauche pour choper la queue du Mickey

    En attendant, le Mickey, ils l’ont sur le doigt, et il ne veut pas se détacher 🙂
    Allez François, vas-y et bouffe le… :mrgreen:
    Les français se souviendront du risible de la situation en 2017 ❓

  16. Je suis pour la légalisation, mais en France ça ne peut que mal tourner.

    Des milliers de commerçants de shit relativement pacifique ne pouvant pas devenir entrepreneurs à cause des lois ahurissantes vont se requalifier dans le banditisme. (Voir mon post sur la justice plus bas)

  17. PukuraTane : Un mort ou deux, les émeutes qui vont bien, de nouveaux morts (cette fois par les CRS et l’armée), petit à petit l’ordre rentrera.

    Il y a bien mieux à faire qu’avoir une police meurtrière d’état totalitaire:

    Faire appliquer la justice et le droit prévus par la loi !

    -Sur 7 millions de salariés de l’état seul, 324’000 fonctionnaires de justice et police s’en occupent soit 4.6%. Presque deux fois moins que le nombre d’élus !

    -110’000 peines de prison ne sont pas appliquées faute de places dans les prisons.
    -Les prisons sont tellement pleines, que les juges relâchent des multirécidivistes dangereux et requalifient les crimes à tour de bras.
    -Ainsi les tribunaux sont tellement engorgés que 75% des viols sont requalifiés en simple agression pour aller plus vite: 5 ans max au lieu de 15, ils sont condamnés à quatre et sortent au bout de deux ans.
    -568 000 ménages ont été cambriolés l’an passé, 65 par heure.
    -8 braquages par jour, 5 par heure (ouvrables).
    -etc., etc.

    Le fondement de l’état, sa justification primaire c’est le droit et la justice, la France à une justice d’opérette, « virtuelle » comme le dénonce le syndicat de la magistrature.

    En cause 100% les élus ! La justice, le droit, les prisons ce n’est pas « vendeur » pour un socialaud. Le ministère de la Culture a le même budget que celui de la justice, le message des élus à l’attention de la société française qui a besoin de sécurité pour fonctionner est très clair:
    https://i.imgur.com/7HUMTcO.jpg

  18. J’ai du mal à comprendre la lâcheté des socialistes et du gouvernement.

    Je pense qu’on doit être le seul pays à honorer les victimes des crapules et des djihadistes, un peu comme si on célébrait Waterloo, au lieu de se débarrasser des agresseurs.

    Et j’entends un certain Le Guen en profiter pour réclamer, à nouveau, la libéralisation de la drogue, car dans son esprit fumeux, si la drogue est libre plus besoin de tuer les policiers qui auront ainsi plus de temps pour s’occuper de Sarko and Co. Je me demande parfois quel son intérêt dans cette affaire.

    Et dans le même ordre d’idée, je lui suggère de mettre les armes en vente libre, l’Etat pourra au moins récupérer la TVA. De toute façon elles circulent déjà librement.

    Quant au premier ministre, je me rappelle l’époque heureuse où etant ministre de l’intérieur, il demandait aux policiers de s’excuser lors des contrôles d’identité, et même de remettre un reçu en bonne et due forme, pendant qu’il leur interdisait d’entrer dans les quartiers sensibles pour ne pas troubler la paix sociale. Tartuffe.

  19. J’avais fait un post disant en gros la même chose sur le Figaro, il fut refusé. Peut-être parce que j’avais cité Obertone et son livre « Guérilla » qui décrit l’effondrement de la France livrée à la racaille armée, un 2005 qui n’aurait pas été circonscrit parce que les forces de maintien de l’ordre ne peuvent partout et qu’elles fatiguent à la longue. L’élément déclencheur dans le livre est exactement le même, une patrouille de police attaquée et sur le point d’être lynchée, mais cette fois il y a ouverture du feu et de la racaille au tapis.

    L’insécurité tolérée par les gouvernements depuis trente cinq ans fragilise le lien entre l’Etat et le peuple qui peut alors décider non seulement de changer le gouvernement mais le régime. On appelle cela une révolution et des régimes, nous en avons eu depuis la monarchie constitutionnelle de 1790, nous en somme quand même à la cinquième république, et la plupart de nos régimes furent renversés par la rue ou à la suite d’une défaite militaire.

    De la vieille sagesse médiévale nous avons encore, mieux que toute dissertation oiseuse, un texte de cette époque qui se retrouvait partout en Europe mais qui subsiste au Royaume Uni sous le nom de « common law ».
    Les common law sont ces vieilles lois médiévales qui servent de lois organiques et donc de base à toute la législation moderne.

    Il s’agit de la common law sur « la Paix du Roi »

    – « en contrepartie de l’allégeance, de taxes, travaux et service militaire, le monarque garantit au peuple un état de paix et de sécurité appelé « la Paix du Roi »
    – toute interruption dans la paix et le bon ordre qui se doivent de prévaloir dans une société civilisée (*) est un attentat contre la Paix ».

    (*) et oui 🙂 … les gens du moyen âge se considéraient comme hautement civilisés comparés aux populations malheureuses des siècles qui avaient précédé, siècles d’obscurantisme et de barbarie 🙂 Nous gens du Moyen Age …. ! disaient-ils en relevant le menton.
    (fin de la parenthèse)

    Ce texte signifie en clair que si le monarque n’est plus capable d’assumer sa part du marché, le peuple son vassal est délié de son allégeance envers lui et ne le reconnaît plus comme son suzerain.

  20. Très content de m’être barré outre-rhin, où l’insécurité reste petite et n’est en rien comparable avec ce que vit la France.

  21. La Justice n’existe pas en France ! La Justice est un marteau ! Les citoyens, les contribuables, les gens qui vivent sans trop emmerder le monde sont pris entre les délinquants et autres criminels d’un côté, et l’Etat de l’autre. Un bel étau ! Le marteau tape toujours plus fort sur ce qui est serré par l’étau. Les deux veulent ce qu’il y a dans nos poches, les deux usent de la force pour contraindre/obliger la coopération et ou punir en cas de refus, un seul est estampillé avec le Drapeau National.

    Quand on sait que des lois sont là pour protéger les voyous, on se demande encore comment des gens peuvent encore aller porter plainte, et s’en remettre encore à la Police ou la Justice ? Une loi, magnifique, dit que si une personne quitte son logement, plus de 4 jours, et que lors de son retour, elle y trouve des inconnus, alors les occupants ont chez eux désormais, si dans ce laps de temps, aucune plainte n’a été faite. Cependant, la personne paiera toujours ses impôts sur le logement, paiera la note EDF-GAZ et sera dans un beau merdier administratif en plus. (Cas de l’octogénaire qui a trouvé des squatteurs dans sa maison, après qu’elle avait passé deux jours à l’hôpital, et qui se retrouve sans logis.). Les flics n’ont qu’à demander un bail (paperasse administrative légale et obligatoire), ou un acte notarié (paperasse administrative légale, obligatoire et enregsitrée) pour savoir dans l’instant qui est résident du lieu. Ils peuvent interroger les impôts, la mairie, EDF-GDF (peut importe leur nouveau nom), la Sécu, les voisins. Bref du taff de police. Avec ça ils peuvent savoir. Mais bon, c’est la France, il est plus judicieux de laisser une octogénaire à la rue et des squatteurs ruiner une propriété qui n’est pas la leur.

    Reportage vu à la télé ce week-end, je n’ai pas le nom de l’émission, dans lequel, du bout des lèvres, il était dit que Marseille avait échappé à la vague d’émeutes de 2005 parce que les Caïds tenaient les quartiers. On y apprend aussi, que pour assurer la paix sociale, un maire embauche le frère d’un trafiquant notoire, et l’utilise pour faire peur à leurs opposants politiques. Etonnemment, de la drogue et des armes sont trouvées dans un dépôt municipal dont l’embauché était le chef. Bizarrement, aucun autre agent n’a été nommé ou volontaire, pour prendre la suite du chef, lors de son renvoi. (La ville de Bagnolet, est l’exemple.)

    1. Tout à fait STF , il n’y a vraiment plus aucune raison d’être honnête les politiques ont monté le chemin , il faut faire pareil : magouille et corruption à tous les étages , sinon vous resterez dans le camp des dominés , des serf, des gueux , et ils continueront de nous prendre pour des cons !

      1. @jacques
        Je suis content que vous n’ayez pas relevé mes fautes. Je suis désolé pour votre lecture.

        Si seulement les honnêtes gens qui fautent une fois n’étaient pas, eux, matraqués aussi fort, pour eux il y a de la place en prison étrangement je pense que beaucoup d’entre nous seraient un peu plus hors-la-loi. Hors-la-loi, que la Loi nous rend assez facilement ces temps-ci.

        « Le crime ne paie pas. » dit-on. L’honnêteté encore moins, dirai-je.

Les commentaires sont fermés.