Terrorisme : La France a besoin de tolérance zéro [Replay]

Publié Par Guy Sorman, le dans Terrorisme

Par Guy Sorman.

Les Français sont abasourdis par le meurtre du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray. Ils le sont plus encore par l’incompétence des services de sécurité et de la magistrature.

La lourde facture de l’incompétence de l’Etat dans ses fonctions régaliennes

Les deux meurtriers étaient connus de la police : un d’entre eux avait été incarcéré, puis libéré par un juge qui avait cru sottement aux promesses de rédemption d’un voyou de 19 ans. L’autre était soupçonné par les services de renseignement de planifier un attentat imminent, mais l’information n’a pas atteint la police. Ceci rappelle le désordre sécuritaire qui existait aux États-Unis avant l’attentat du 11 septembre 2001.

Il serait grand temps que les dirigeants français comprennent que nous ne sommes pas plus en guerre contre l’Islam que contre l’islamisme, une vieille thèse à la Samuel Huntington, dénuée de sens, mais confrontés à des criminels ordinaires pour qui le djihad est une couverture qui légitime, à leurs yeux, un désir de violence totale. Rappelons que tous les prétendus djihadistes en France et en Belgique avaient tous commis des délits antérieurs, avaient tous été arrêtés par la police et que tous souffraient de troubles psychiatriques repérés par des médecins et leur famille. Il n’est donc d’aucune utilité, comme s’y emploie le gouvernement Hollande, totalement à côté de la plaque, de faire patrouiller des jeunes militaires sur les plages et dans les rues de Paris. La lutte contre ce nouveau banditisme exige du renseignement en amont, une coordination entre police et justice et de garder en prison les délinquants condamnés et dangereux.

Au lieu de grands discours sur la guerre contre l’islamisme et des opérations militaires, on suggérera que les djihadistes ne soient traités que comme des criminels ordinaires. Et que l’on applique en France la méthode new-yorkaise de la tolérance zéro : tout délit, aussi insignifiant soit-il, mérite d’être traité sévèrement, les juges doivent être irascibles et les peines exécutées. Ce qui a permis de réduire massivement la criminalité à New York, imitée par la plupart des métropoles américaines, vaudrait pour la France. Ce qui suppose, en France, une profonde évolution de la pensée sécuritaire : le gouvernement actuel en paraît incapable.

Sur le web

  1. la tolérance zéro a un cout financier que la société ne peut pas supporter , par conséquent il faut trouver un autre moyen à cout zéro…a part le bannissement sur une ile ,il n’y a aucune solution respectant les « droits de l’homme » en vigueur .
    de tout façon , nous (le peuple) avons perdu cette guerre car personne n’a d’intérêt a ce qu’elle s’arrête et d’ailleurs ,dés qu’il y a un semblant de calme on rajoute des braises..il semblerait que le style « émir » et son pouvoir total sur la population fait rêver nos dirigeants encore sous le contrôle d’électeurs .l’islam n’est pas une religion paisible mais un système politique dictatorial , ne jamais l’oublier et c’est vrai pour toutes les religions même si certaines ont été vaincues par la démocratie mais pour combien de temps encore ?

  2. Le problème, c’est un certain nombre de juges qui « appliquent ka loi quand elle est en conformité avec leurs opinions politiques » (général Soublet)

  3. Ça serait trop beau… Le lien avec la délinquance urbaine est tellement évident, nous sommes en quelques sortes arrivé au sommet d’un problème vieux de 30 ans. Les auteurs d’attentats haïssaient déjà l’Occident avant leur radicalisation. C’est le Karsher qui a fait élire Sarkozy, un mensonge aussi gros et lourd de conséquences que l’ennemi imaginaire de Hollande « la finance ».

  4. Sommes-nous absolument certains? J’entends bien que tous ces  » criminels ordinaires  » avaient eu à faire avec la justice, qu’ils étaient dans le système…
    Il y a tout de même un pas entre rapines diverses, vol à main armée et égorger ou décapiter des personnes au nom du djihad.
    Ne nous voilons plus la face, ces jeunes, car ils sont jeunes ne semblent pas dangereux à première vue, du moins pas aussi dangereux et meurtriers qu’ils le deviennent.
    Peut-être qu’ils étaient désenchantés par le mode de vie en Europe et grâce à cela ont pu être entraîner sur la voie du terrorisme?
    Ces pauvres jeunes gens se cherchent! On devrait dès le départ les encourager à aller se chercher ailleurs. Vacances en Arabie Saoudite, Emirats, Indonésie, Turquie.
    Après tout ils seraient sûrement plus à même de se trouver dans ces pays là, à la différence que là les prisons sont moins pleines et eux pourraient pleinement et sans contrainte pratiquer leur religion.
    Le problème est qu’ils sont trop souvent « français » et on peut présumer que même s’ils recommencent après l’oeuf ils voleront le boeuf mais ils vont juste un peu plus loin, un peu trop loin.
    Leurs compagnes et enfants risquant de se sentir seuls, il faudrait penser à les envoyer dans un Club Med à Ryiad ou à la Mecque. Le coût d’un billet simple est peut-être élevé mais ce serait pour le bien-être psychologique de tous ces pauvres petits.

  5. Il est clair que nos terroristes sont plus des criminels violents nourris de frustrations que des idéalistes au service d’une cause. Une politique de tolérance zéro de la délinquance serait donc sans doute un début de solution. Cela n’empêche pas que le réservoir d’inadaptés inassimilables dont ils font partie est du pain béni pour ceux qui les instrumentalisent. La priorité ne devrait donc elle pas être d’organiser la diminution de ce réservoir ? Les moyens pour cela sont assez simple, bien que vomis par les bien pensants de gauche : bloquer l’immigration non choisie, inciter les inassimilables à émigrer en leur appliquant la tolérance zéro et en supprimant tous les petits avantages que nous leur accordons et qui agissent comme un aimant. Bien entendu il faudrait aider ceux qui sont sur la frontière de la véritable assimilation mais seulement ceux la !

    1. Donc il faut un responsable derrière chaque possible assimilable ! Juste quelques millions de flics ! Est-ce bien raisonnable ? Je commence à penser que seuls les miroirs réfléchissent encore un peu !

    2. Les premiers à les Instrumentaliser est le gouvernement: il s agit de mettre en coupe réglée le pays. Daesh est de fait l allié du PS

  6. Le problème c’est que la Constitution interdit d’enfermer les fichiers S s’ils n’ont pas commis d’infraction sur le sol français.
    L’autre problème, la lenteur à faire appliquer des peines et le manque de place en prison.
    Si déjà on arrêtait la guerre contre la drogue, on ferait pas mal de place en prison.

    1. Beaucoup de fichés S sont des délinquants. On pourrait déjà appliquer la loi.

    2. La Constitution nous protège surtout contre l’emprisonnement arbitraire.
      D’après vous, qui décide de ficher S une personne ? C’est ni vous, ni moi.
      Ce sont des fonctionnaires derrière un bureau, qui décident de leur propre chef et selon leur bon vouloir de fichier quelqu’un, sans aucun recours possible.

      Vous voulez qu’on enferme tous les fichés S. Soit.
      Que direz-vous lorsqu’un fonctionnaire vous aura fiché S et envoyé en prison illico ? … rien en fait, car vous serez en prison, sans avocat, sans avoir pu vous défendre. Et avec votre bénédiction.

      N’oubliez pas que parmis les fichés S il y a aussi des militans écologistes, des syndicalistes, des profils qui n’ont rien à voir avec le terrorisme.
      Vous pouvez vous retrouver fiché rien qu’en ayant participé à une manifestation ou en ayant signé une pétition contre le gouvernement.

      Ne souhaitez pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu’il vous arrive…

      1. Je suis d’accord avec vous sur le fond.
        Cependant, je pensais surtout aux fichiers S dont on a des preuves solides les incriminant (actes de terrorisme, viols, entrainement dans d’autres pays…).
        Et oui on a besoin de l’aval d’un juge pour l’emprisonner. Ce que je déplore, c’est la lenteur administrative et juridique (l’homme malade de la France) et des moyens exorbitants pour surveiller ou réprimer des petits dealers ou des gens roulant à 52 au lieu de 50.
        Ce que je déplore c’est que notre classe politique préfère les discours et les rustines aux vraies réformes.

      2. @AxS:

        Merci.

        Ca fait plaisir de voir qu’il y a encore des gens qui comprennent les principes de l’habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum qui est au coeur de nos règles de procédure.

  7. D’accord pour dire que les dissertations sur les bienfaits et les désagréments de l’Islam sont à côté du problème. Mais pour appliquer la doctrine de la tolérance zéro, encore faudrait-il une volonté politique de réprimer impitoyablement cette forme de criminalité qu’est le terrorisme.
    Or, au fond du fond de l’inconscient de la gauche qui nous gouverne, il y a le sentiment que le véritable ennemi du bien, et donc de la gauche, n’est pas là. L’ennemi, l’incarnation du mal, c’est la droite.
    Je ne crois pas que la gauche soit par nature anti-répressive. Mais elle veut diriger la répression contre ceux qu’elle considère comme ses vrais ennemis. Il n’y a qu’à se rappeler le zèle de la police contre les manifestations des opposants à la loi Taubira sur le mariage des homosexuels, en 2012 et 2013. Aujourd’hui, après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, contre qui a-t-on entendu les socialistes aboyer ? Contre Sarkozy, Estrosi et autres méchants du même acabit. Jean-Marie Le Guen (j’ai bien dit Le Guen, pas Le Pen) nous explique que qui critique le gouvernement dans son manque de vigilance sécuritaire, critique l’administration, qui critique l’administration s’en prend à la République, qui s’en prend à la République est un traitre, etc. C’est un langage que le dictateur vénézuélien Maduro n’aurait pas désavoué.
    En fait, Hollande, Vals et Cazeneuve regardent cette vague de terrorisme comme ils regarderaient des cheveux tombés dans leur soupe. Qu’est ce qu’on peut faire avec ça ? Quel embarras ! C’est étranger à leur monde, à leur petit monde de petits politiciens de gauche.
    Il y a toujours un fond de sympathie dans la militance de gauche et d’extrême-gauche pour ce qui touche, non pas au terrorisme, certes, mais à des formes modérés de contestation islamistes. On y voit le nouveau prolétariat, celui, d’ailleurs qu’ils ont laissé croupir dans des banlieues qui suintent la misère et le désespoir pour mieux servir le noyau dur de l’électorat de gauche, la petite bourgeoisie d’état. Peut-être est-ce une forme de mauvaise conscience.
    Bref, il n’y a pas à s’en prendre à tout ce joli monde du salafisme; sauf quelques malheureuses exceptions, on n’y trouve que des gentils (tous les magistrats du syndicat du « mur des cons » en sont bien convaincu). Les méchants, ceux contre qui on a envie de montrer les dents, sont ailleurs. Le fait que la droite prône une politique sécuritaire plus sévère prouve bien sa vilénie incurable.

  8. La dernière phrase de l’article est très juste, mais elle pourrait être élargie à d’autres personnes qui sont également responsables de la situation que nous connaissons : ajoutons-y la plupart des journalistes et des sociologues, toutes les ONG ainsi que les bidules subsidiés auto-proclamés défenseurs des Droits de l’Homme, un nombre considérable de juges, et une bonne part de l’opinion publique. Eux aussi sont incapables de modifier leur mode de pensée et d’accepter que la politique à la Taubira est un échec patent. Autant dire que rien ne changera fondamentalement malgré tous les attentats passés et futurs.

  9. Simplifions : quand les français seront matures et n’élireront plus des guignol et des margoulins, quand les mensonges seront justiciables, quand les promesses non tenues justiciables.

  10. Si cette analyse est exacte, il s’agit alors d’un énorme aveuglement de nos plus hauts responsables qui va conduire à une catastrophe sociale avec en arrière-plan un possible motif électoraliste du plus terrifiant mauvais goût. Si cette analyse est inexacte ou incomplète, il s’agit alors d’une volonté de cacher une réalité encore plus terrible.

  11. Absolument, ce pays vit dans la démagogie, le populisme, les mots, les déclarations, les recherches de raisons, les explications de bistro. La rhétorique de Coluche est devenue la pensée unique.

    Il n’y a aucune cause « scientifique » ou « philosophique » aux événements actuels, juste une énorme incompétence de gens qui ne font pas leur boulots, se cachant derrière des excuses et des boucs émissaires.

    Non seulement le gouvernement est incompétent, mais la grande majorité des fonctionnaires sont incompétents. Ce n’est pas de leur faute d’ailleurs, on les encourage à être incompétents. Enfin un peu leur faute quand même, d’être cantonné dans l’incompétence sans se remettre en question.

    Quel est le résultat des milliards d’heure de ronde effectuées par nos bidasses armés ? Rien. Avec toute leur bonne volonté, ils sont complétement incompétents à arrêter qui que ce soit et leur seul effet a été de gonfler l’égo de malades trop fier de voir qu’il faisaient tellement peur qu’ils déclenchaient la mobilisation de milliers de soldats suréquipés, sur entrainés …

    Quel est le résultat des pores avions, des rafales, des bombes à guidage laser ? Rien. A part bruler l’argent public plus rapidement que le briquet de Serge Gainsbourg et faire un concours de celui qui en a la plus grosse avec les russes, les américains, les anglais, les kurdes, les turcs etc…

    La principale raison de pratiquement chaque attentat est une accumulations d’erreurs et d’incompétences de gens qui ne font pas leur boulot : de juges qui libèrent, de services de renseignement qui cherchent midi à quatorze heure, de barrage de police qui laissent passer des camions, de services de sécurité de concert qui n’ont ni arme ni entrainement, de policiers qui arrivent 3 heures plus tard, de médecins que l’on empêche de soigner avant que la zone ne soit « sécurisée » etc…

    Alors on préfère se gargariser de mots sur les dangers de la religion, sur la perte d’identité nationale, sur le choc de civilisation, sur le voile, sur les écoles hors contrat, sur la nécessité de parler Français, etc…

    Ce ne sont ni les mots, ni les discours, ni les coups de menton, ni le yakafokon qui arrêtent les balles.

    1. Stéphane Boulots

      @Ibn warraq :

      Incompétent ne veut pas dire de mauvaise volonté. Tout le monde subit ce système socialiste débile.

      Je refuse entièrement le terme d’islamistes et entièrement toute connection avec une religion : ces voyous sont aussi religieux que ma grand mère est championne du monde de foot. Ce sont des psychopathes qui souffrent d’un mélange de dépression suicidaire et de complexe d’infériorité exacerbé.

      Ce n’est pas parce qu’un autre psychopathe qui avait des comptes à régler avec la religion (et surtout avec son père fils de rabbin converti au protestantisme) et qui a décrété que la religion était l’opium du peuple, qu’il faut simplifier tout problème en expliquant que c’est à cause de la lutte des classes que le monde est ce qu’il est.

      A ce tarif là, on peut se poser la question du rôle de l’éducation nationale dans ce qui pousse des gens comme Fourniret, Emile Louis, Francis Haulme à haïr etc…

      Ce n’est pas non plus parce que ces psychopathes se sont auto-baptisé « représentants uniques du vrai islam » qu’il faut les croire : il y a des centaines de Napoléons et Jules César auto-proclamés et ce n’est pas pour cela que l’on doit larger une bombe H sur la banlieue de Bruxelles ou pilonner Rome au Napalm.

      Quand à mieux connaître la pensée du musulman « en général », je vous remercie de votre mansuétude, mais je n’ai pas attendu pour être entièrement persuadé que la question « musulmane » n’existe pas : il n’y a aucune pensée musulmane « en général » pas plus qu’il n’existe de pensée « chrétienne » ou juive « en général ».

      Par contre, il existe une bêtise assez courante, qui consiste à considérer que les gens qui sont différents sont tous identiques, tous dangereux et tous dénués de conscience personnelle : qu’ils ne pensent pas par eux même, mais « en général », en suivant bêtement des livres qu’ils ne comprendrait pas et qu’ils prendrait tous au pied de la lettre ….

      1. Soit ! J’imagine que vous comprenez le fond du dernier article de DABIQ, appelant à convertir les Chrétiens ou à les tuer, que vous savez pourquoi tant de musulmans lisent ce genre d’article. Juste après l’autoflagellation du pape d’avant hier….! Que pensez vous des commentaires de Remi Brague sur la violence de conquete et soumission de l Islam et la violence de conquete des corurs du christisnisme ? Avez vous lu les echanges entre la soeur otage et l égorgeur de pretre qui s’insurge et s’oppose à ce que Jesus soit considéré fils de Dieu ( en Islam c’ est serviteur de Dieu, comme dans l Arianisme, hérèsie chrétienne du 4è siecle) ? 19 ans il avait, et clairement maitrisait les ressorts du Coran ?
        Pour vous tout ça n’existe pas ? Sans importance, alors qu’un pretre a été tué pour un ècart de vision christologique du 7è siecle ??

  12. Tolérance zéro pour tous et laïcité pour tous . Ceux /celles qui ont un pb avec ça sont priés de déguerpir toutes origines confondues y compris locales.

  13. Que l’on pratique enfin la tolérance zéro serait – au plan intérieur – une bonne chose.
    Ici il faudrait flinguer les activistes de la « suppression des prisons » et autres peines dites « alternatives ». Or l’une ne protège guère mieux que l’autre. Où placer alors la barre ? L’infection est partout et agit sournoisement (y compris chez certains juges-idéologues).
    Nul ne tient une réponse efficace (hors le système israélien ?), encore faudrait-il pour l’appliquer une gent politique différente que celle dont nous subissons les outrages !

    Ne mésestimons pas l’aspect extérieur : celui des mouvements qui suscitent les « vocations pernicieuses ». Donc la guerre est une nécessité. Il faut lire correctement les écrits d’Huntington…

    Agir sur les deux terrains fait pleinement sens.

    En contexte, l’action d’un pape F. actuel est par contre …contre-productive.

  14. Très bel article: simple clair et précis.

    Le jour où la tolérance zéro sera de mise en France les poules auront des dents et les poulets plus de travail. Quelques exemples:
    * stationnement n’importe où, à proximité des écoles, des plages, des propriétés privés…. tout le monde fait ce qu’il veut!
    * interdiction de circulation des poids lourds, pas du tout respecté! pourquoi ne pas utiliser le GPS comme moyen de surveillance.
    * limitation de vitesse à proximité des écoles, en ville…
    Dans tous ces cas, aucune efficacité de la police, qui rechigne à mettre des pv… passe beaucoup de temps à discuter.

    Trois voitures stationnées en zone d’arrêt et stationnement interdit à proximité d’un panneau danger « vigipirate alerte attentat » m’ont laissé aujourd’hui sans voix.

    Tolérance zéro signifie aussi qu’il faut un suivi précis en matière de santé: je ne limite pas la santé à tout ce qui est en dessous des sourcils mais même au dessus…! Le Dossier Médical Personnel (DMP) doit être une obligation si l’on veut être couvert par la sécurité sociale. Il faut un suivi de l’évolution des personnes et de leurs maladies (psy entre autres) et vérifier qu’elles soient bien traitées. Il y a souvent des alertes par leur entourage sans que ce dossier passe le seuil de la porte du psy de famille. Tous les psychiatres ne sont pas du même niveau, il faut un suivi beaucoup plus sérieux de tous les individus par une communauté de spécialiste qui donnera son avis…

    L’objectif est de mettre en commun tous les dossiers (en incluant celui de la santé): si le gouvernement ne le fait pas , Google (ou autres) le feront…. ce n’est qu’une question de temps.

  15. Tolérance zéro en matière de criminalité organisée et de terrorisme est incontournable pour une république qui se respecte et qui cherche à assurer la sécurité de ses citoyens. Les américains l’ont montré, Rodrigo Duterte aussi aux Philippines.
    Partant de cela, l’analyse de l’auteur centrée sur l’incompétence des services de l’État est juste mais incomplète. La question qui vient de suite est pourquoi.
    Et c’est là que le sujet devient particulièrement épineux.
    Les leaders politiques ont-ils délibérément choisi l’inaction à des fins électoralistes ou par négligence ?
    Ou bien, l’échelon politique est-il lui même incompétent ?
    Dans le premier cas, il s’agit soit d’un calcul politique, soit d’une faute grave et le Parlement doit se saisir du dossier car il y a des centaines de victimes. La justice devra alors faire son travail car on serait dans le domaine de la complicité de terrorisme. Dans le second cas, il faut que les Français se débarrassent de ces leaders incompétents.

    1. @baishan dans les deux cas il faut se débarrasser de ces leaders. Le pb : le système politique actuel ne génère que ces profils….
      Bref pas gagné gagné.

  16. Pour appliquer la doctrine de la tolérance zéro, encore faudrait-il une volonté politique de réprimer impitoyablement cette forme de criminalité qu’est le terrorisme. Or, au fond du fond de l’inconscient de la gauche qui nous gouverne, il y a le sentiment que le véritable ennemi du bien, et donc de la gauche, n’est pas là. L’ennemi, l’incarnation du mal, c’est la droite.
    Je ne crois pas que la gauche soit par nature anti-répressive. Mais elle veut diriger la répression contre ceux qu’elle considère comme ses vrais ennemis. Il n’y a qu’à se rappeler le zèle de la police contre les manifestations des opposants à la loi Taubira sur le mariage des homosexuels. Aujourd’hui, après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, contre qui a-t-on entendu les socialistes aboyer ? Contre Sarkozy, Estrosi et autres méchants du même acabit. Jean-Marie Le Guen nous explique que qui critique le gouvernement dans son manque de vigilance sécuritaire, critique l’administration, qui critique l’administration s’en prend à la République, etc. C’est un langage que le dictateur vénézuélien Maduro n’aurait pas désavoué.
    En fait, Hollande, Vals et Cazeneuve regardent cette vague de terrorisme comme ils regarderaient des cheveux tombés dans leur soupe. Qu’est ce qu’on peut faire avec ça ? C’est étranger à leur petit monde de petits politiciens de gauche.
    Il y a toujours un fond de sympathie dans la militance de gauche et d’extrême-gauche pour ce qui touche, non pas au terrorisme, certes, mais à des formes modérés de contestation islamistes. On y voit le nouveau prolétariat, celui, d’ailleurs qu’ils ont laissé croupir dans des banlieues qui suintent la misère et le désespoir. Peut-être est-ce une forme de mauvaise conscience.
    Bref, pour la gauche, il n’y a pas à s’en prendre à tout ce joli monde du salafisme; sauf quelques malheureuses exceptions, on n’y trouve que des gentils . Les méchants, ceux contre qui on a envie de montrer les dents, sont ailleurs. Le fait que la droite prône une politique sécuritaire plus sévère prouve bien sa vilénie incurable.

  17. l’expression tolérance zéro me dérange un peu car elle est assez creuse…
    dire que tout délit exige une sanction sévère est creux, car c’est une question de point de vue…
    on se retrouve toujours devant un machin du genre tel délit/ crime tel peine prévue par la loi…

    je trouve que cette histoire d fichier S est un attrape gogo si ça se trouve tous les loustisc étaient aussi dans les pages blanches: allez hop toutes les personnes des pages blanches en détention…
    je ne sais pas qui est fiché S et pourquoi et qu’on demande d’approuver des mesures de mise en détention de gens sans savoir ce qu’on leur reproche me g^ne un peu beaucoup.
    je vous rappelle qu’on nous explique que ce sont des gens qui ont juste essayé d’aller en Syrie parfois..ça mérite la suspicion, une enquête mais ça ne peut pas être un crime…
    plus de sévérité ok …mais pas balancer l’etat de droit et les libertés fondamentales pour autant

  18. Cela ne va pas être facilité par la probable victoire de Juppé lui meme repris de justice…. ( Sarko multi mis en examen sans jamais être condamné vaut guère mieux : s’il avait gagné en 2012, l’élection aurait dû être invalidé par non respect des lois qu’il avait lui même voté)

    Mais en effet, la tolerance ZERO face à l’incivilité est importante… Une question d’éducation autant que de repression .

    Je pense que la justice devrait mettre les pré délinquant sous une sévère géolocalisation avec une restriction adaptée et progressive des dplacements des jeunes …. Qui devraient être à l’école à l’heure de l’école, chez eux à 20h… Étc…
    La même approche peut être tenté avec les déracinés de l’islamimisme

  19. La première mesure préalable à toute tentative d’appliquer la « tolérance zéro » qui n’est en réalité que l’application de la loi par toute la chaîne pénale police-justice est la remise à niveau de la Justice, ministère déglingué et rouillé.
    Si les américains ont pu mettre en place cette politique, c’est que leur justice était en bon état de fonctionnement et leurs prisons capables d’héberger un nombre supplémentaire d’incarcérés.

    La Justice française a un budget qui représente la moitié de ce que nos grands voisins européens (Allemagne, GB, Espagne etc..) consacrent au fonctionnement de leur institution judiciaire en pourcentage de PIB.
    Elle est donc sous-dimensionnée par rapport à la délinquance réelle qu’elle ne peut ni examiner quantitativement ni sanctionner correctement.
    Bref, elle est incapable de traiter la masse des affaires élucidées transmis en amont par la police et la Gendarmerie et donc elle refoule, comme un tuyau de jardin branché à un gros collecteur..

    La Justice a été délaissée par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis l’ère giscardienne. En fait, tout comme l’Armée, elle a servi de variable budgétaire à l’Etat à la recherche de toutes les économies à faire afin d’arroser les « mieux-gueulants » avant les élections.

    Parler donc de « tolérance zéro » actuellement est une grosse plaisanterie puisque, si la Police et la Gendarmerie seraient encore capables de la mettre en oeuvre, cela ne suivrait pas derrière et ils ne feraient que pédaler encore plus dans la choucroute ce qu’ils font déjà depuis longtemps, passant souvent leur temps à arrêter les mêmes qu’ils retrouvent quelque temps après à commettre d’autres méfaits.

  20. Françoise Le Borne

    On peut adorer les yakas, mais nous sommes encore dans un Etat de Droit, où on ne punit pas des intentions, mais de délits, à due concurrence de leur importance. La plupart des condamnations de nos minables djihadistes sont des vols d’auto-radios et autres petits trafics.
    Notons encore que si les soupçons avaient valeur de preuves, il faudrait incarcérer trois fois plus de gens que ne peuvent en contenir les prisons, et ne pas perdre de vue qu’une année de détention d’un seul type coûte en moyenne au contribuable 70.000 euros

  21. « confrontés à des criminels ordinaires »

    Et quel est le but de ces criminels ordinaires ? Faire les poches de ceux qu’ils viennent d’exécuter ? Quel est l’intérêt pour un criminel ordinaire d’une attaque suicide ?

Les commentaires sont fermés.