Sécurité sociale : Marisol Touraine trop optimiste

Publié Par Jean-Yves Naudet, le dans Pushmobile, Social

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’Iref-Europe

Sécurité sociale : Marisol Touraine trop optimiste

Marisol Touraine – Crédit photo Photo Mathieu Delmestre – Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Les prévisions ministérielles en matière de déficit ont un côté magique, car elles permettent une autosatisfaction, même quand les résultats sont mauvais : il suffit qu’ils soient moins élevés qu’annoncé ! En outre, Marisol Touraine, conformément à son poste ministériel, s’intéresse d’abord au déficit de l’assurance maladie, mais sa présentation est telle que beaucoup de médias ont titré sur la réduction globale du déficit de la Sécu, comme s’il ne fallait pas tenir compte aussi des branches famille et retraite.

naudet

Marisol Touraine annonce le retour prochain à l’équilibre

Il s’agit de résultats jusqu’en 2015 et de prévisions pour 2016. Ce qui provoque l’enthousiasme de la ministre de la Santé, c’est non seulement le recul du déficit global, mais encore le fait que, selon elle, la prévision sera encore améliorée lors des comptes qui seront publiés le 22 septembre, le déficit de l’assurance-maladie étant « nettement au-dessous » de 5 milliards (contre 5,2 de prévus). Marisol Touraine a même déclaré : « L’horizon du rétablissement complet de la sécu, de l’équilibre des comptes de la sécu, ce n’est plus une utopie, il est à portée de mains (…) pas pour 2016, mais très vite ». La sécu est donc sauvée… sans doute en 2017 !

Rappelons que c’est un discours que l’on a entendu bien souvent dans le passé, surtout à l’approche des échéances électorales. À chaque fois, après les élections, le déficit est toujours vivant. Rappelons qu’en 2012, le gouvernement avait annoncé un retour à l’équilibre pour la branche maladie en 2015, alors que le déficit s’est révélé cette année-là de 5,8 milliards. Gageons que les prévisions optimistes sur le retour prochain à l’équilibre seront balayées en 2017. La raison en est simple : aucune réforme de fond n’a été entreprise ; il s’agit donc de simples effets transitoires, résultant soit de modifications de paramètres, soit de l’évolution de la conjoncture.

Qu’en est-il des retraites ?

marisol-rene-le-honzecLa question du régime retraite a souvent été traitée par l’IREF (22 juin 2015 : « Négociations sur les retraites complémentaires : à quand la capitalisation ? Le système par répartition est voué à la faillite : qui aura le courage d’y mettre fin ? »). Un système par répartition est en fait un système de pyramide de Ponzi (ou à la Madoff), dans lequel les nouveaux entrants (les actifs) financent les sortants (les retraités) : entre le recul du nombre de naissances, donc à terme des actifs, et la hausse de l’espérance de vie (donc du nombre de retraités), le système est fatalement condamné. L’amélioration actuelle n’est que provisoire et n’est due qu’à la modification de paramètres, tels que le recul de l’âge de la retraite et l’allongement de la durée des cotisations. En outre, l’amélioration est largement compensée par le grave déficit du FSV (Fonds de solidarité vieillesse), qui finance les retraites de ceux qui n’ont pas assez cotisé. Seul un passage à la capitalisation, indépendant donc de la démographie, dans lequel les sommes capitalisées rapportent, permettrait de sauver les retraites.

Du régime famille ?

La branche famille ne s’approche de l’équilibre que parce qu’elle perd peu à peu son rôle de politique familiale (universalité des prestations pour compenser les charges des familles), pour devenir une simple politique sociale, de redistribution verticale, s’ajoutant au reste de l’État-providence, en raison des conditions de ressources mises à la plupart des prestations. (IREF, 17 mai 2015 : « Réforme de la politique familiale : il faut stopper cette politique de redistribution ! »). Il serait d’ailleurs infiniment plus simple, au lieu d’avoir une usine à gaz qui prend l’argent des familles pour le redistribuer à certaines d’entre elles, de leur laisser cet argent, en supprimant le plafonnement des effets du quotient familial.

Et de l’assurance maladie ?

Quant à la santé, l’IREF a montré que l’amélioration actuelle se faisait sur le dos des assurés, de moins en moins remboursés, et 2017 verra croître les dépenses (tiers payant, hausse des salaires des hospitaliers,…), alors que les vraies réformes devraient concerner l’hôpital et la mise en concurrence de l’assurance-maladie (IREF 30 août 2016 : « La consultation des médecins généralistes à 25 euros : un écran de fumée masquant le refus des réformes »).

Après moi le déluge a toujours été la doctrine des socialistes

Faute de vraies réformes et de mise en concurrence, la Sécu continuera à aller de déficit en déficit, gonflant toujours plus la dette sociale, qui s’ajoute à celle de l’État et des collectivités locales, portant la dette publique officielle fin mars 2016 (sans les engagements, notamment de retraite des fonctionnaires) à 2137 milliards, soit 97,6% du PIB. La gestion purement comptable de la Sécu revient à accroître les charges, à réduire les prestations et à faire financer les déficits par les générations suivantes. Ludwig von Mises l‘avait déjà dit : « Après moi le déluge a toujours été la doctrine des socialistes ».

Sur le web

  1. Aucun candidat à la primaire ne propose d’ouvrir le monopole de la secu.

    Aucun syndicat patronal ne propose de simplifier réellement la vie des employeurs, en cessant les risques et les couts de la collectes des cotisations aux assurances sociales de leurs salariés.

    Et pourtant, tous honnissent soi disant le socialisme, et ventent les mérites de la concurrence.

    Et pourtant, que du plus pour les entreprises, débarassées d’une charge sans aucun rapport avec le business, sans compter sur l’effet positif sur la consommation.
    Et pourtant, que du plus pour le pouvoir d’achat des salariés : autour de 10% en se basant sur les tarifs actuels des asssureurs Francais à destination des populations qui échappent à la secu/rsi
    Et pourtant que du plus pour les caisses de l’état grâce à une consommation dopée, et une hausse des revenus imposable.

    Comprennent qui pourra.

    1. que du plus pour le pouvoir d’achat des salariés

      Oui, mais ils s’en cognent du pouvoir d’achat des salariés.
      Ce qui leur importe, c’est de savoir comment piquer ce pognon sans le mouton ne se rebelle.
      Que le mouton attrape une pneumonie, ils s’en cognent, puisque ce sera demain.

    2. Si… Frédéric Lefebvre a rejoint le mouvement des libérés il y a quelques mois pour essayer de finir 1er aux primaires mais il a été évincé par la pourriture de sarko car il dérange les loobystes mutualistes et autres enculeurs de mouches autour de la sécu!!! Bref etc……

  2. « Après moi le déluge a toujours été la doctrine des socialistes »
    Pas que …..
    C’est la devise de tout politique qui accède aux responsabilités comme pour Giscard, Mitterand, Chirac, Sarkozy et Hollande et ce sera celle du prochain.
    La politique de la patate chaude a un bel avenir …. avec à l’appui l’adage: « ce n’est pas moi, c’est l’autre »

    Tout va très bien madame la Marquise …..

  3. Ah quels beaux yeux qu’elle a MT, des yeux qui respirent la sincérité ou la naiveté ? A moins que ce ne soit un jeu d’hypocrisie sournoise ?

  4. La voix de son maître: Tout va bien !

  5. perso je suis pour le monopole de la sécu alors , ne m’en veuillez pas si je vous dis que vous avez tout faux..la secu rembourse de moins en moins ..cool pour vous puisque des entreprises privées, les mutuelles , prennent le relais…alors , c’est quoi votre problème , Paris ne s’est pas fait en un jour ,vous l’aurait votre sécu privée et les classes moyennes auront la médecine qu’ils méritent ..z’ont ka bosser dur si ils veulent se faire rembourser leurs chicots , payer les chicots des riches et soigner les pauvres à l’hôpital Rothschild !
    et oui , Tourraine travaille pour vous et fort bien 😉

    1. D’autres pays n’ont pas notre si brillante,,efficace et généreuse SECU…
      Et en France, nous ne sommes pas mieux soignés qu’ailleurs, en tout cas pas tous…

      Moi aussi je suis pour une solidarité face à la maladie…
      Ce n’est pas le cas de la SECU… Et cela empire.

    2. La sécu est un organisme de droit privé, l’assurance maladie est une mutuelle, mutuelle à la quelle nous devons obligatoirement nous affilié, mais qui malgré son prix exorbitant ne suffit pas pour être correctement assuré alors nous devons aussi prendre une mutuelle en complément.

      1. en effet , c’est une mutuelle obligatoire entre les mains de…malfrats agissant pour le compte ….des mutuelles privées….rendues elles mêmes obligatoires et faisant des bénéfices sur le dos de la sécu et des cotisants.

        1. « mutuelles privées….rendues elles mêmes obligatoires et faisant des bénéfices sur le dos de la sécu et des cotisants.

          NIMBY. Je comprends bien qu’en temps que retraité vous soyez contre vu que ça vous coûterait plus cher à retraite nette égale.

          Mais dire que les mutuelles sont responsables du déficit de la sécu, non. Les taux de remboursement de la sécu baissent depuis 50 ans, même quand il y avait très peu de mutuelles.

          En fait la sécu est aussi un ponzi : la moitié de nos dépenses de santé ont lieu dans les 2-3 dernières années de la vie.

          Regardez des systèmes qui fonctionnent bien, en Suisse* par exemple : une assurance santé coûte (suivant la franchise) entre 200 et 300€ par PERSONNE ADULTE (pas par famille) et 80€ par enfant. En france il est aberrant d’avoir les soins d’une famille de 4 personnes (ou plus, 5, 6, 8…) couverts par UNE seule cotisation assise sur un seul salaire : faire des gosses, c’est les assumer à tous niveaux et non les mettre à la charge des autres : allocations familiales, cantine, vacances etc…

          France, pour un célibataire avec un salaire de 50,000€, il vous reste en net après impôts et charges salariales 33,111€ et vous avez coûté à votre employeur 74,547€

          Suisse, pour un célibataire avec un salaire de 50,000€, il vous reste en net après impôts et charges salariales 38,400€ et vous avez coûté à votre employeur 57,000€

          Vous voyez que vous auriez de la marge pour payer votre santé et votre retraite : (74,547-57,000)+(38400-33,111)= 22,836€ PAR AN

          http://www.forbes.com/global/2009/0413/034-taxing-spending-raising-roof.html

          (Aller à mi-page aux pdf : Comparison of tax burden married, single etc)

  6. « Seul un passage à la capitalisation (des retraites), indépendant donc de la démographie »

    Il faut m’expliquer comment, en ayant déjà cotisé toute ma vie, il va en plus falloir que je capitalise pour avoir une retraite ?
    Tous mon bel argent est déjà dans la poche de l’état. ;-(

    1. Capitaliser!!!!!
      Avec un rendement aussi minable …. le placement devra durer 250 ans …… voire plus …. et encore si l’état ne vous le vole pas ….. à cause de la « crise » qu’il a lui même organisée ….

    2. La capitalisation ne fonctionne plus non plus.. Taux à zéro voire négatifs, dettes des états qui ne seront jamais remboursées, aucun rendement nulle part.
      Il va rester la solidarité familiale et le petit lopin de terre à la campagne

      1. On trouve du rendement en cherchant bien.

        L’acquisition d’un simple bien immobilier peut assurer un rendement de 3-4%. La bourse est aussi une solution. Le S&P500 a pris 4.5% depuis le début de l’année, et qui s’élève a 15% si vous avez eu la bonne idée d’acheter mi-février. L’or, +24% depuis le début de l’année. Les cryptomonnaies, si bien appréhendées peuvent avoir des rendements a 3 chiffres (bitcoin +40%). Les assurances vie proposent encore du 2%.

        Capitaliser ne signifie pas laisser dormir l’argent sur son compte épargne.

        En se bougeant, on trouve.

        1. L’immobilier, j’en ai en locatif. Des emm… mais le rendement, bof.
          J’ai aussi de l’or et de l’argent, mais c’est pas avec ça que je vais tenir 20 ans.
          Il me restera toujours mon jardin (3000 m2, ça produit pas mal)

          1. L’immobilier, j’en ai en locatif. Des emm… mais le rendement, bof.

            Dans tout pays sauf … la fRance. Sinon, vous avez des fonds immobiliers. Certains sont dans les centres commerciaux, d’autre le locatif.
            La fRance est un pays à fuir. Il faut se réveiller.

        2. Les assurances vie proposent encore du 2%.

          L’assurance-vie en fRance, c’est pourri de chez pourri. Au Luxembourg, c’est pas mal si vous avez de l’ordre de 100000 Euros ou plus.
          En fRance, la banque ou assurance n’est que l’agent du fisc.
          Vous laisseriez vos économies au fisc ❓

      2. @Pat rick

        « La capitalisation ne fonctionne plus non plus »

        Globalement vous ne ferez jamais mieux que l’inflation (sauf immo… peut-être) et si inflation zéro il suffit d’ajuster votre taux de cotisation à votre espérance de vie.

        Inflation zéro donc calcul sans actualisation :

        Pour un salarié actuel célibataire ayant un brut de 2,500€ soit 30K€ annuel brut, son net est de 1,750€ soit 21K€ net et son super brut est de 45K€.

        Si on vous donne ce super brut vous allez avoir 250€ mensuel d’assurance santé lissée sur la durée de votre vie soit 3K€ annuel et le reste (45-21-3) soit 21K€ vous pouvez l’épargner pour votre retraite et pour chaque année de travail vous auriez une année de retraite à 100% de votre salaire de laquelle il faudrait juste déduire votre assurance santé et il vous resterait donc 21-3=18K€.
        Donc en gros, en commençant à travailler à 20 ans et avec une espérance de vie de 85 ans : (85-20)/2 = 32.5 années de travail pour 32.5 années de retraite à 100% de la moyenne des salaires.

        Avec un conjoint et 2 enfants la santé vous coûte (2*250 + 2*80)*12 = 7,920€ arrondi à 8K€ et il vous reste donc 21 – 8 = 13K€ pour cotiser à votre retraite et donc chaque année de travail vous donne 13/21 soit près de 2/3 d’année de retraite à 100%.
        Même calcul que ci-dessus donne donc 39 ans de travail pour 26 ans de retraite à 100% de la moyenne des salaires.

  7. L’Etat devrait déjà cesser de puiser dans les caisses de la sécu pour des projets qui n’ont rien à voir avec la protection sociale. Ce serait une avancée notable.

    Oui pour la retraite par capitalisation, avec un fonds public qui prendrait en charge l’épargne des actifs pour la placer sur les marchés financiers, selon des règles strictes : diversification des placements en actions avec pondération pour diminuer les risques au maximum.

    1. « L’Etat devrait déjà cesser de puiser dans les caisses de la sécu pour des projets qui n’ont rien à voir avec la protection sociale. Ce serait une avancée notable.  »
      Pour avoir exercé des responsabilité à la Commission Paritaire Locale, Syndicat, Ordre et ARS et avoir épluché de 2000 à 2005 les rapports de la cour des comptes force est de constater que l’état ne s’est pas privé de faire passer sur les comptes de la sécu entre autres la rénovation des hôpitaux. Déjà à cette époque Douste Blazy que j’avais interrogé sur le sujet a affirmé « mais l’état n’a plus les moyens … »

    2. « pour diminuer les risques au maximum.

      Mettez les sous dans un coffre sous une dalle dans le jardin : si vous faites mieux que l’inflation il y a obligatoirement un risque, le risque zéro n’existe pas.

      « avec un fonds public »
      Pourquoi public ? Pour avoir un responsable au cas où ? Prenons nos responsabilités. En plus la diversité des méthodes diminue le risque.

  8. En bloquant depuis des années les honoraires des médicaux, je comprends pas comment l’AM peut être encore ne déficit.
    Il faudrait juste prendre les cotis en rien rembourser pour espérer arriver à l’équilibre .

  9. Ce ministre ignore t’il que si le remboursement de la dette de l’Algérie libéralement accordée par des fonctionnaires irresponsables, était effectif, la branche maladie de l’assurance maladie Française serait épongée

  10. Il n’y a jamais eu d’équilibre financier dans ce mastodonte communiste et pétainiste qui nous pille! Elle blablate simplement par peur que l’UE retoque l’obligation d’adhérer à cette mafia car l’équilibre financier est une des obligation pour faire perdurer un monopole!!! Berf etc…. Qu’ils crèvent!!!

Les commentaires sont fermés.