Nouveau sondage : Gary Johnson à deux chiffres dans la plupart des États

Publié Par Nick Gillespie, le dans Amérique du Nord

Par Nick Gillespie.

Gary Johnson

Gary Johnson By: ronpaulrevolt2008CC BY 2.0

Le candidat du Parti Libertarien, Gary Johnson, participera aux élections dans les 50 États mais ne sera très certainement pas devant la caméra pour les débats des présidentielles, qui commenceront fin septembre. Et pourtant un nouveau sondage montre que l’ancien gouverneur du Nouveau Mexique fait des résultats à deux chiffres dans pas moins de 42 États. Dans 15 d’entre eux, il est au dessus de 15%, la barrière à atteindre pour participer aux débats. Sans surprise, il fait son plus haut score (25%) au Nouveau Mexique, mais atteint également 23% dans l’Utah et 19% en Alaska, Idaho, et Dakota du Sud.

Le sondage a été réalisé en ligne par le Washington Post et Survey Monkey entre le 9 août et le 1er septembre ; environ 75000 personnes inscrites sur les listes électorales ont participé. Selon ce sondage, Hillary Clinton mène Donald Trump par 244 Grands Électeurs à 126, avec de nombreux États traditionnellement républicains, comme le Texas, se trouvant dans un rôle de pivot. Le Washington Post note que si Johnson et le candidat du Parti Vert, Jill Stein, sont inclus dans le sondage, la course est plus serrée ; toutefois, Clinton conserve son avantage.

Source : Reason citant le Washington Post

Source : Reason citant le Washington Post

Les résultats complets, État par État, sur de nombreux sujets sont disponibles ici. L’économie est le sujet majeur de l’élection avec un peu plus d’un tiers des électeurs la mettant au premier plan. Elle est suivie par la santé et le terrorisme (chacun d’entre eux étant plus important chez les jeunes). Une majorité importante de chaque État croit que le pays restera divisé quel que soit le vainqueur de l’élection et entre 65% et 83% des personnes sondées, selon l’État, sont d’accord avec l’affirmation : « L’Amérique reflète MOINS mes valeurs que par le passé. »

C’est l’un des rares consensus actuels. De la gauche, comme au Vermont ou au Maryland, aux conservateurs, comme l’Oklahoma et le Kentucky, tout le monde semble penser que « leur » Amérique est morte ou mourante.

Traduction par Contrepoints de Gary Johnson in Double Digits in Most States: New Poll.

  1. « croit que le pays restera divisé quelque soit le vainqueur »

    Bon sang, le français ! Quel que soit le vainqueur, pas ‘quelque soit’. ‘Quelque’ n’a rien à faire ici, ça signifie un peu, environ : « Mon père m’avait laissé quelque argent à sa mort, mais quelle que soit la somme, quel que soit le montant, ça arrangeait bien mes affaires. »
    Sur le fond, pas un mot sur la bourde de Johnson : « What is Aleppo? », qui semble être un ignorant de première classe.
    http://www.bbc.com/news/world-us-canada-37312015

    1. Merci. L’erreur est humaine.

      1. De rien, bien à vous. 🙂

    2. A votre avis, est-ce que Tump ou Clinton savent ce qu’est Marseille ou Lyon ?

      Manifestement, Johnson aborde la question de la politique étrangère des US avec un certain détachement ou un détachement certain quant aux détails. Ce n’est pas incohérent avec la vision libertarienne. C’est beaucoup plus gênant pour quelqu’un qui aurait à composer avec la CIA, le FBI, les militaires et les groupes de pressions s’il devenait président. Mais vu que de toutes façons il n’a aucune chance, il n’est pas obligé de se taper le tapage médiatique sur la question. Et les moqueries des journalistes ne font que mettre en évidence leur propre arrogance …

      1. « A votre avis, est-ce que Trump ou Clinton savent ce qu’est Marseille ou Lyon ? »

        J’en doute ! 😉
        Mais quand même, Alep, ça défraye la chronique depuis des mois, et le gars est candidat à la présidence dans la première puissance mondiale, c’est quand même énorme.

  2. pour ce qui est de Lyon, Hillary avait bien apprécié la visite lors du G7 de 1996 🙂

  3. « Gary Johnson, participera aux élections dans les 50 États mais ne sera très certainement pas devant la caméra pour les débats des présidentielles »
    Ben non puisque la Commission des débats présidentiels est un organisme « non partisan » (personne ne se marre SVP) dirigé par les démocrates et les républicains. Dans le genre « on verrouille le système », c’est tout simplement grandiose.

    Malgré les appels de Schwarzy, Romney ou de quelques canards comme le Boston Herald et le Chicago tribune pour laisser Johnson et Weld débattre, cela ne se fera pas. 😉

Les commentaires sont fermés.