Le MEDEF pour la liberté syndicale sauf pour les patrons ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Syndicalisme

Par Éric Verhaeghe.

Au chapitre des contradictions inhérentes au corporatisme français, la question de la liberté syndicale des patrons français mérite une mention particulière. L’interview (ci-dessous) de Jean-Claude Volot, vice-président du MEDEF, qui nous a fait l’amitié de témoigner en toute liberté sur le sujet, le montre de façon limpide.

La liberté syndicale des patrons en question

Officiellement, la liberté syndicale existe, même pour les patrons. Elle autorise donc chaque dirigeant d’entreprise, qu’il soit employeur ou non, à rejoindre l’organisation syndicale de son choix, et à la financer. Tel est le côté face de la pièce de monnaie patronale.

Mais… il y a un côté pile : la loi du 6 mars 2014 a instauré une cotisation patronale pour le financement du paritarisme qui oblige tous les employeurs de France à financer le MEDEF et la CGPME et l’UPA, même s’ils n’y sont pas adhérents. Accessoirement, cette cotisation profite aussi à la CGT, à la CFDT, à la CFTC, à la CGC et à FO. En tout, ce sont 113 millions d’euros qui profitent à tout ce petit monde.

Ce système pose évidemment un problème politique simple et concret : pourquoi chaque employeur est-il obligé de financer une organisation patronale qu’il n’a pas choisie ?

Le sujet de la GFPN

Pour gérer cette cotisation patronale, le gouvernement a encouragé la création de la GFPN, présidée par Jean-Claude Volot, patron libéral et sans langue de bois dont l’interview ci-dessous est éloquente. La GFPN est l’un des rouages immenses de cette constellation paritaire à laquelle ce blog va consacrer une série sur plusieurs jours.

Peu de Français, et singulièrement peu de salariés et d’employeurs mesurent le volume exact de cette constellation qui prétend représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être malgré eux. La visite vaut pourtant le détour : le paritarisme est un univers en expansion permanente, et les partenaires sociaux sont d’une imagination insatiable dès qu’il s’agit de monter des usines à gaz qui permettent de détenir des mandats, des présidences, des vice-présidences, toutes accompagnées d’une carte de visite ronflante.

L’économie française se meurt, mais les généraux de l’armée mexicaine trouvent chaque jour une nouvelle épaulette ou une nouvelle médaille à s’accrocher sur le torse !

Sur le web

 

  1. Le paritarisme est l’une des plaies de notre pays.

    Des syndicats qui ne représentent qu’eux mêmes décident pour le reste de la population , uniquement en fonction de leurs intérêts propres.

    Ailleurs, on vit très bien sans ce systeme
    Ailleurs, la cogestion fonctionne mieux que chez nous…

    Une mesure est simple à prendre :
    – un accord signé avec un syndicat ne concerne que ses adhérents
    – les syndicats ne sont financés que par les cotisations VOLONTAIREs de ses adherants.
    – tout salarié est libre de se présenter aux elections IRP, dès le,premier tour.
    – tout élu dans les IRP peut être adoubé par l’inspection du travail comme DS

    1. Pas besoin de DS reconnu par je ne sais qui.

      1. lédialogue social merite des interlocuteurs de chaque partie prenante…

        Je ne suis pas opposé par principe aux syndicats.

        Mais aujourdhui ils sont les fossoyeurs de l’emploi…

    2. Le paritarisme ou parasitisme français 🙁

      La fRance n’est pas le pays de la liberté, mais celui de l’obligation (de se taire, de cracher au bassinet…).

Les commentaires sont fermés.