La démocratie selon Hillary Clinton

Publié Par Bill Bonner, le dans Amérique du Nord

Par Bill Bonner.

« L’État, c’est moi », avait déclaré Louis XIV, qui régna sur la France pendant 72 ans.
« Le gouvernement, c’est nous tous », a déclaré Hillary Clinton, qui espère devenir la prochaine présidente des États-Unis.

Ces déclarations ne sont vraies ni l’une ni l’autre.

Louis, malgré toutes ses belles paroles, n’aurait rien pu faire sans le soutien de milliers d’apparatchiks, arrangeurs et fonctionnaires… sans parler de ses charognards et bourreaux.
À tout moment, son entourage aurait pu l’abattre… son armée aurait pu se retourner contre lui… ou le peuple aurait pu se révolter et le renverser.

Hillary, si elle est élue, sera à peu près dans la même situation, mais beaucoup plus puissante.

Louis ne disposait pas de services du renseignement capables de surveiller les faits et gestes et conversations de tout un chacun. Il ne pouvait pas envoyer en mission des drones assassins. Il ne pouvait imaginer passer à la télévision pour mentir simultanément au monde entier… ou confisquer la moitié des salaires de ses sujets… ou envahir des pays à l’autre bout du monde.

Hillary (ou Donald Trump, d’ailleurs) aura plus de personnel à son service au sein du Département de l’énergie, que tous les bureaucrates réunis au temps du Roi Soleil.

Si elle est élue, elle deviendra le personnage le plus puissant de toute l’histoire du monde… soutenu par l’armée la plus létale, l’économie la plus productive, et la technocratie la plus énorme et la plus agressive sur Terre.

Des fusils, des drones et des bombes

En fait, à lui seul, l’Animal and Plant Health Inspection Service (APHIS), l’une des multiples branches du Département américain de l’agriculture, n’a rien à envier à l’armée de Louis XIV.

Selon le Wall Street Journal, l’APHIS aurait dépensé 4,8 millions de dollars, entre 2004 et 2015, en “fusils, carabines de calibre 308, lunettes de vision nocturne, canons effaroucheurs au propane, explosifs liquides, matériel pyrotechnique, chevrotines, canons au GPL, drones, hélicoptères télécommandés, caméras thermiques, jumelles étanches à infrarouges, entre autres”.

(L’APHIS est paré, en cas d’attaque des rutabagas !)

Et contrairement à ce que les gens croient, « nous tous » ne soutiendrons pas Hillary. Et « nous tous » ne trancherons pas sur les questions importantes qui nous concernent tous.

« Nous tous » ne gouvernerons pas, autrement dit. Seuls certains d’entre nous le feront. Le reste sera gouverné.

L’idée selon laquelle le « gouvernement, c’est nous tous » est absurde. Nous ne pouvons nous dire les uns aux autres ce qu’il faut faire. Et si nous étions tous d’accord, nous n’aurions pas besoin d’un gouvernement.

En l’état actuel des choses, vous pourriez invoquer qu’un gouvernement est peut-être utile. Mais un gouvernement atteint vite le stade où sa rentabilité marginale diminue.

C’était le thème de notre dernier livre, Hormegeddon. Et c’est pourquoi Thomas Jefferson a déclaré que “le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins”.

Les gouverneurs d’Hillary seront du même type que ceux qui ont soutenu Louis XIV… et tous les monarques, dictateurs, présidents, empereurs, amateurs sans scrupule et chefs d’État va-t-en-guerre allant de Nabuchodonosor à Barack Obama.

La nomenklatura… les initiés… l’élite… la Parasitocratie : Hillary sera soutenue par les gens qui comptent… les véritables décideurs…

Ce sont eux qui contrôlent réellement l’État et la plupart de nos plus grandes institutions.
Ensemble, ils rançonnent le reste des citoyens ordinaires.

Mais ce racket fonctionne encore mieux lorsque les gens pensent qu’ils accomplissent leur devoir civique en coopérant.

Voilà l’avantage de la démocratie participative : cela facilite la tâche aux gouvernants en vue de saigner un peu plus une population déjà exsangue.

Hillary Clinton a tenté d’enjoliver le concept, samedi dernier :

“Le pouvoir de la démocratie américaine vient du fait que personne n’est laissé de côté : peu importe d’où vous venez, à quoi vous ressemblez, ou qui vous aimez. C’est ce que je veux dire en déclarant qu’ensemble nous sommes plus forts”.

Voici ce qu’elle veut dire, en réalité : les décideurs s’en sortent mieux lorsqu’ils arrivent à duper le peuple pour qu’il devienne complice.

Les idiots utiles

C’est ainsi que Napoléon a pu conquérir 10 fois plus de territoires que Louis XIV.

Louis avait des sujets, qui partaient à contrecœur livrer les batailles de leur monarque.
Napoléon avait des citoyens prêts à sacrifier leur vie et leurs biens pour la Patrie.

La démocratie participative attire presque tout le monde sur scène. Mais 95% des participants sont ce que Lénine appelait des “idiots utiles”.

Soit ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’il se passe, soit, tels les kapos dans les camps de concentration, ils exercent une autorité les uns sur les autres, en espérant recevoir quelques miettes supplémentaires.

Naturellement, les hommes sensés et honnêtes méprisent le gouvernement en tous lieux et tous temps.

Ils méprisent également les politiques démocratiques.

Ils savent que ce n’est rien d’autre que de la manipulation et de la démagogie : un spectacle affligeant mais distrayant où s’agitent des charlatans et des vauriens faisant tous semblant d’être moins mauvais que les autres.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

  1. J’ose espérer et penser que je fais partie des 5% qui ne sont pas, comme vous, des « idiots utiles ». Merci pour votre article très éclairant.

    1. Salut Mariah .
      La question n’est pas d’etre idiot utile ou pas .
      Le sujet est qu’est ce que la démocratie et sommes nous en démocratie ?
      Si la démocratie est le pouvoir du peuple grâce à des élections transparentes (1) , le suffrage universel direct (2) , l’indépendance de la justice (3) , la liberté de conscience (4) , la liberté d’association (5) , la liberté de presse (6) , le secret des correspondances (7) , le respect des droits des minorités (8) , la sécurité des citoyens (9) alors sur ces 9 critères qui selon moi définissent la démocratie six sont manquants aux Etats Unis ( 1 , 2 , 3 , 6 , 7 , 9) et cinq sont manquants en France ( 3 , 6 , 7 , 8 , 9) .
      Etats Unis et France furent des démocraties , elles ne le sont plus .
      Ces deux pays possèdent plus des caractères oligarchiques et ploutocratiques que démocratiques .
      Les démocraties américaine et française sont au plus incomplètes sinon malades .
      Ce sont des régimes qui n’obtiennent plus de résultats sur les fronts économique , de la sécurité ou de la gestion de la crise climatique .
      Alors nous , citoyens ordinaires , nous avons les régimes que l’on mérite .
      Parce que les citoyens continuent de voter pour les memes partis , depuis la fin de la seconde guerre mondiale , des partis qui font grosso modo la meme poliqtique , 2 partis aux Etats Unis et en France , parce que les citoyens ne s’engagent pas en politique , parce que les citoyens plébiscitent et reconduisent des figures politiques populistes ou qui ont échoué , alors les régimes ne font que refléter les choix de société .
      Si vous avez votée 2 fois de suite droite ou 2 fois de suite gauche ou une fois droite puis une fois gauche , vous ne faites pas partie de ces 5% , vous faites partie de ces 99% de citoyens « idiots utiles » .
      Alain Badiou appelle le régime sous lequel la plus part des occidentaux vivent le « capitalo-parlementarisme » .
      Et ce que dit Badiou (un anarchiste communiste , moi étant libéral libertaire) , avec lequel j’ai de profondes différences d’opinion , est que ce type de régime court ( quel euphémisme) vers son remplacement par le régime populiste voire la dictature . Et c’est ce qui s’est passé en Europe ( Berlusconi , Bepe Grillo , Nicols Sarkozy) et qui risque encore plus de se passer avec Le Pen fille et aussi Donald Trump aux Etats Unis .
      Alors quelle réponse face à cela .
      Badiou et Onfray disent qu’il ne faut plus voter , je dirais plutot qu’au lieu de compter sur un effondrement du régime capitalo-parlementariste par le non vote , j’oserai espérer un reveil citoyen où le citoyen laisse de coté son propre profit personnel , un profit courtermiste disons le franchement , et le substituer par une attitude de vote plus volontariste , axée sur le long terme , moins idéologique , plus pragmatique , favorisant la jeunesse , les nouveaux visage et les moins populistes . Alors il y a moins à gagner pour le citoyen lambda qui si il fait cela peut etre qu’il n’aura plus demain matin son Etat-providence , mais gagnera dans un future proche ses 9 libertés et la prospérité .
      But it’s not gonna happen till the citizens get really really hard with education and catch up with the level of the Elite that govern them .
      Le plus éduqué seront les cioyens , le plus « aware » ils seront et le plus probable le régime qu’ils auront sera réellement démocratique .
      Alors si j’ai un conseil à donner à tous , c’est cultivez vous ! comme disait l’autre enrichissez vous , moi je dis cultivez vous , lisez de la philosophie , de la littérature , des livres sur l’économie , la géopolitique , l’histoire et notre monde sera réellement beau et démocratique , parce que ainsi les citoyens feront le choix de la démocratie , la vraie celle la .

  2. Et que propose l auteur ?
    Comme le disait Churchill la democratie s est le pire systeme a l exception de tous les autres
    C est vrai que le systeme n est pas parfait, qu Hillary ne fait campagne qu aupres des 1% les plus riches afin de remplir son tresor de guerre. En france on a un systeme verrouille qui s apprete a faire elire un homme qui a deja echoue (sarkozy en 2002/2007 juppe 95/97)
    Par contre quelle alternative avez vous ?

    Il y a peu de chance qu on se dirige vers un systeme a la suisse avec referendum
    On ira plutot vers une dictature plus ou moins soft ou les dirigeants n ont meme pas besoin de faire semblant de se preoccuper du sort de leurs concitoyens
    Et c est meme pas un gouvernement efficace car il faut des services de renseignements puissant, si possible plusieurs qui se concurrence (pour etre sur que le chef de ce NKVD ne veuille pas etre calife a la place du calife)
    Et en cas d erreur, personne n osera dire quoi que ce soit de peur d aller au goulag. Donc l etat perseverera dans l erreur

Les commentaires sont fermés.