Pourquoi Sarkozy n’est pas soluble dans le MEDEF

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Syndicalisme

Par Éric Verhaeghe.

Le passage de Nicolas Sarkozy à l’université du MEDEF n’est pas passé inaperçu. Organisé de façon baroque, il appelait forcément à un bras d’honneur décomplexé de la part de l’ancien Président de la République. L’assistance n’a pas été déçue : Nicolas Sarkozy, qui planchait sous un chapiteau dédié à Malakoff Médéric, dont son frère vient d’être écarté de la direction générale (encore une faute de communication du MEDEF), est arrivé en retard et s’est octroyé deux fois plus de temps de parole que les autres candidats à la primaire des Républicains.

Une fois de plus, donc, la relation entre Nicolas Sarkozy et les patrons se donne dans ce qu’elle a de complexe et de malentendu.

Les promesses fiscales de Nicolas Sarkozy

Comme ses rivaux, Sarkozy s’est livré à une série de promesses fiscales, dont la suppression de l’ISF, qui, comme d’habitude, n’engagent que ceux qui les entendent. Sur ce point, il ne se distingue guère de la moyenne en vigueur chez Les Républicains. C’est à peine si la surenchère entre les uns et les autres permet de distinguer les programmes. On dira de même sur la suppression des postes de fonctionnaires, chiffrée à 300.000 chez Sarkozy.

Sur tous ces points, les patrons, comme les autres, demandent à voir tant les différents quinquennats qui se succèdent depuis 2002 ont montré la distance entre la coupe et les lèvres.

Sarkozy et le droit du travail

Sarkozy, durant son intervention de 40 minutes, a par ailleurs fait diverses annonces en matière de droit du travail. Il a reparlé des 37 heures payées 37, une solution qui tranche avec celle de ses concurrents, qui proposent un maintien salarial. Il a aussi remis le couvert sur la défiscalisation des heures supplémentaires. Il a vanté les vertus du referendum d’entreprise.

On fera volontiers crédit à Nicolas Sarkozy d’être le plus au fait et le plus volontaire sur ces questions parmi ses rivaux, même si François Fillon se déclare le plus libéral.

Sarkozy et le paritarisme

L’originalité de Sarkozy tient à un autre sujet : la place des partenaires sociaux dans l’élaboration des normes sociales. Pour les défenseurs de la démocratie sociale, cette place doit être essentielle. Pour Sarkozy, elle doit être réduite à néant. On retrouve ici les critiques adressées aux “corps intermédiaires” durant sa campagne électorale de 2012.

Un morceau de bravoure au MEDEF


Sarkozy au Medef sur les syndicats : « Le paritarisme, c’est l’autre mot de l’immobilisme »

Pour le MEDEF, ce discours est évidemment complexe à soutenir. La fonction fondamentale du MEDEF consiste en effet à gérer le paritarisme, et c’est grâce aux fonds du paritarisme que le MEDEF est financé. Certes, il est souvent de bon ton avenue Bosquet de dire pis-que-pendre du monde syndical. Il n’en reste pas moins que le MEDEF constitue, avec la CFDT, le principal partenaire social du gouvernement. Le discours de Nicolas Sarkozy n’annonce donc rien de bon pour lui à moyen ou long terme.

Vieilles fâcheries

Nicolas Sarkozy est le seul candidat de droite qui ose se prendre le paritarisme de front. On lui en saura gré. Mais il est à remarquer que cette posture relève chez lui d’une certaine constance… Durant son quinquennat, Sarkozy avait déjà noué des relations complexes avec Laurence Parisot, la protégée de Michel Pébereau. Le Président rêvait alors d’obtenir du MEDEF de grands accords interprofessionnels permettant de dynamiter les 35 heures.

Il faut donc ici comprendre que la position de Nicolas Sarkozy n’est pas de pure circonstance. Elle découle d’un substrat idéologique d’essence bonapartiste où la norme sociale ne peut émaner de corps intermédiaires qui imposeraient leur propre logique.

Les patrons face au bonapartisme

Il est intéressant de voir le scepticisme profond du patronat français face à cette modernité relativement anglo-saxonne. Peu de dirigeants d’entreprise, en France, apprécient l’idée d’un capitalisme directement organisé par des accords d’entreprise dans un cadre global fixé par la loi. Beaucoup lui préfèrent les couches de corporatisme actuel, avec une forte intervention de l’État dans les négociations.

Mais peut-être la France a-t-elle le patronat le moins libéral du monde.

Sur le web

  1. Nicolas qui ?

Les commentaires sont fermés.