Les 3 dossiers chauds de la rentrée

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Politique, Pushmobile

Par Éric Verhaeghe.

3 dossiers de la rentrée By: Lisa NottinghamCC BY 2.0

 

Les vacances approchent et à peine ont-elles commencé qu’en arrière-fond, déjà, les rumeurs de ce qui fera la rentrée nous parviennent. Voici donc, en guise de petite préparation au retour, un point sur les dossiers chauds que vous retrouverez en septembre.

Le terrorisme, encore et toujours

Croisons les doigts pour qu’aucun attentat meurtrier ne survienne sur nos plages (dans le genre petit commando qui fait irruption sur les plages des Kalachnikovs à la main et y provoque un terrible carnage) durant le mois d’août. Le pire malheureusement, même s’il n’est jamais sûr, n’est pas à exclure.

Quoi qu’il arrive, le terrorisme constitue un méchant choc exogène pour la population française. Personne ne sait encore jusqu’où ira le mal. Pour l’instant, le phénomène de représailles ethniques ne s’est pas produit, mais on peut se demander combien de temps continuera l’apparente paix civile qui règne en France.

Sur le champ proprement politique, la capacité du gouvernement à mobiliser les services publics restera sans doute l’une des principales interrogations secouant l’opinion et le débat public. C’est probablement sur ce terrain-là que se jouera une partie importante de la phase précédant les primaires à gauche et à droite.

La politique scolaire

Fortement lié au terrorisme, le multiculturalisme devrait continuer sa traversée du désert en France, entamée l’an dernier avec les attentats contre Charlie Hebdo. Les attentats en France soulignent les risques auxquels nous nous exposons en renonçant à une puissante politique éducative capable d’assimiler les nouveaux venus.

On peut imaginer que, dès la rentrée, la question des politiques éducatives soit posée avec d’autant plus de vigueur que la ministre alibi Vallaud-Belkacem affiche un bilan complètement nul sur le sujet.

Chômage, croissance, crise

Les derniers chiffres du chômage et de la croissance ont montré que le « ça va mieux » de François Hollande confirmait tout ce que l’on savait déjà de la profonde ignorance en économie dont cet ancien magistrat de la Cour des Comptes est porteur. En plus de 4 ans de mandat, toutes les prédictions et annonces économiques du Président ont été systématiquement désavouées par les faits. Le « ça va mieux » du 14 juillet, les promesses sur l’emploi et la croissance viennent, ces derniers jours, d’en reprendre un vilain coup sur le museau.

Le pire serait évidemment que ce ralentissement annoncé il y a quelques semaines ne se joigne à une déroute des marchés financiers à la rentrée. Pour le coup, la situation globale deviendrait extrêmement mauvaise.

Surveiller 2017

Comme toujours à l’automne, les débats budgétaires seront à suivre. Cette année, les projets gouvernementaux mériteront un suivi à la loupe, dans la mesure où François Hollande devrait avoir la tentation de dilapider largement les fonds publics pour assurer sa réélection. Pour être à nouveau candidat, le Président aura besoin d’alliés. Voilà autant d’occasions de faire des cadeaux à des amis qui se sont parfois sentis maltraités par Manuel Valls.

Nous suivrons avec une attention toute particulière ces évolutions et consacrerons plusieurs articles à ces questions, notamment sous le prisme de la transparence du financement syndical, dont on peut parier qu’il sera un sujet privilégié.

D’ici là, bonnes vacances à tous.

Sur le web

  1. Sur le chômage, en consultant les statistiques détaillées de la DARES, on voit que le nombre d’entrées à Pôle Emploi, stables autour de 500 000/mois depuis l’automne 2013, on bondi en quelques mois à 550 000…

Les commentaires sont fermés.