Coût du service public : ce « cher » modèle français !

Publié Par Simone Wapler, le dans Fiscalité

Par Simone Wapler.

Coût du service public-URSSAF de Rodez by Olivier Bonnenfant(CC BY-NC 2.0)

Coût du service public-Ce cher modèle français-URSSAF de Rodez by Olivier Bonnenfant(CC BY-NC 2.0)

 

Aujourd’hui, j’ai une bonne nouvelle : nous (les résidents français) avons fêté depuis trois jours notre libération fiscale et sociale.

Vous travaillez enfin pour vous depuis le 29 juillet !

Ce jour de l’année à partir duquel, si vous êtes salarié, vous avez commencé à travailler pour vous et non pour l’État est fixé au 29 juillet si l’on se fie à l’étude de l’Institut Molinari et du cabinet Ernst & Young.

Bien entendu, il s’agit d’une moyenne mais ce chiffre recouvre cependant des enseignements intéressants comme l’expliquent les auteurs :

Cette étude permet ainsi de mesurer le coût réel des services publics et de la Sécurité sociale pour le salarié moyen. Elle permet aussi d’en déduire le moment à partir duquel il recouvre la liberté d’utiliser, comme il veut, son pouvoir d’achat, en consommant ou épargnant.

Elle permet aussi des comparaisons de notre cher, très cher modèle social avec le reste de l’Union européenne, une zone économique où vous m’accorderez que les cadavres des refoulés des hôpitaux n’encombrent pas les chaussées défoncées avoisinantes.

Les impôts baissent partout… sauf en France !

Heureuse surprise, pour la première fois en six ans, le taux réel d’imposition a légèrement baissé dans l’Union européenne ! Il est de 44,96%, soit 0,23% de moins que l’année dernière.

Même en France, vous demandez-vous, une lueur d’incrédulité dans les yeux mais un tremblement d’émotion dans la voix ? Non.

La France est désormais championne d’Europe de la fiscalité avec 57,53% de taxation. Dit autrement pour avoir 100 euros de pouvoir d’achat, vous devez avoir en France un salaire complet (incluant charges patronales et salariales) de 235 euros.

En avons-nous pour notre argent ? Non.

« La France, en dépit de l’importance des prélèvements et des dépenses publiques, n’est pas plus attractive en termes de bien‐être. C’est notamment le cas d’indicateurs quantitatifs ou qualitatifs axés sur les prestations offertes et la qualité de vie. Les Nations Unies classent par exemple la France en 22ème position sur 188 pays dans leur dernier Indice de développement humain (IDH) ».

Mais quittons la question des seuls revenus salariaux.

Plus généralement, inexorablement, la part étatique augmente et la « Parasitocratie » de notre pays contrôle officiellement plus de 58% de l’économie. Officieusement, c’est sans doute bien plus…

Le grignotage est insidieux, sournois, continu,…

Et un nouvel impôt déguisé se profile

Connaissez-vous la dernière disposition qui obligera les copropriétaires à provisionner une partie des charges pour travaux futurs ? Il s’agit de la loi ALUR qui entre progressivement en vigueur et impose à toutes les copropriétés la création d’un fonds de travaux au 1er janvier 2017.

« Ce fonds d’épargne de prévoyance a vocation à anticiper le financement de futurs travaux, notamment ceux destinés à la rénovation énergétique. Il sera alimenté par une cotisation annuelle à laquelle seront soumis tous les copropriétaires.

Son montant minimal sera équivalent à au moins 3% du budget prévisionnel de la copropriété pour un petit ensemble de moins de 10 lots. Ce seuil passe à 5% minimum pour les autres copropriétés. L’Association des responsables de copropriété (ARC) estime le coût moyen de cette cotisation annuelle à 100 euros par copropriétaire.

Lorsque le compte travaux de la copropriété atteindra un plafond (fixé par décret), les cotisations cesseront. En revanche, lors de la vente d’un ou plusieurs lots par un copropriétaire, il ne pourra pas réclamer le remboursement de ses cotisations » (Source : syndic-one.com).

Voyez comme c’est ingénieux !

  • Vous avez beau être propriétaire, le législateur prévoit que vous êtes un crétin imprévoyant. Une partie de votre argent est donc affectée d’office par le sagace et avisé législateur. Vous n’en avez plus la maîtrise, c’est donc de l’expropriation.
  • Le lobby des climato-parasites s’est agité et obtient une partie du pactole qui sera affecté à la « rénovation énergétique ». Areva, EDF, les éoliennes, le vert,… ne seront pas perdants.
  • Plus c’est gros, plus c’est cher. Un classique. Que la taille du fonds soit proportionnelle au nombre de lots de copropriété ne recouvre aucune logique. Mais cela n’a aucune importance. Dans une grosse copropriété, les petits détails passent plus inaperçus.
  • Vous ne reverrez jamais cet argent, il est captif.

Et voilà comment on crée en réalité un nouvel impôt, levé par les syndics de copropriété, conservé par les banques (ça tombe fichtrement bien, elles ont besoin de dépôts) et qui tombera à point nommé pour certains.

À la prochaine relance économique, nul doute que nos gouvernants taperont dans ce joli matelas grâce à une norme rendant obligatoires et urgents des travaux que vous n’aviez pas du tout envisagés.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

  1. « championne d’Europe de la fiscalité avec 57,53% de taxation »
    Le taux de prélèvement obligatoire est de 46% en France, d’autres recettes complètent les revenus, notamment ses actifs.

    1. Humm.. Vous auriez lu l’article et l’excellent article de l’institut Molinari en référence que vous sauriez que l’auteur parle du taux de charge de l’employé moyen.

      Avant de poster il est utile de lire TOUT l’article.

      Mais l’idéologie vous aveugle..

    2. Si une fois passé l’impot sur le revenu + CSG, la taxe d’habitation et les charges salariales et patronales (qui jusqu’à preuve du contraire sont bien obligées d’être gagnées par l’employé pour être payées…), si vous arrivez à 46%, je vous invite à changer de calculatrice. Et ce calcul ne prend en compte qu’une petite partie de ce qui est réellement payé. Il manque la taxe foncière pour les propriétaires ainsi que la TVA, qui n’est certes pas un impot obligatoire, sauf qu’elle de 5 à 20% tout ce qu’on achète et qu’on a pas le droit de na pas la payer…. Plus toutes les taxes diverses et variées qu’on nous impose de payer, de gré ou de force. D’ailleurs la notion de prélèvements obligatoires me fait rire: il y a des prélèvements pour lesquels on a le droit de choisir?

      On ne comptera pas non plus les impots, taxes et réglementations qui se retrouvent naturellement dans les prix de tout ce qu’on achète, pourtant là aussi c’est obligatoire. Ce sont des prélèvements déguisés, mais ce sont quand même des prélèvements.

    3. Que faites vous des 16 % de dépenses publiques financées avec de la dette ?

  2. lehamstersortidesaroue

    Merci de l’info.

    « le législateur prévoit que vous êtes un crétin imprévoyant »

    C’est malheureusement le cas, une majorité d’individus ne voyant que son intérêt propre et à court terme.
    Ça va grincer dans les réunions de copro !

    Très bonne mesure de prévoir l’isolation dans les copro car jusqu’à aujourd’hui ce n’est pas financièrement rentable d’isoler par l’extérieur: coûts des travaux, crédit , vu que le coût de l’énergie est anormalement bas, il ne reflète pas sa rareté réelle(énergie fossile donc épuisable)

    Même si ça n’arrange pas l’individu que je suis de devoir débourser 3 ou 5% en plus, je trouve que c’est une bonne mesure qui permettra de plus facilement faire passer la douloureuse et d’enfin isoler le parc immobilier ancien qui est majoritaire.

    1. Bééééééééééééééééééé !

    2. 1) il y a des copropriétés récentes bien isolées, en général en chauffage individuel électrique. Sont-elles exemptées de cette mesure?
      2) on suppose que les copropriétés ne sont pas responsables. Beaucoup n’ont pas attendu pour faire des provisions pour travaux
      3) c’est comme toutes les bonnes intentions de ceux qui nous gouvernent. Le bénéfice des mesures est amoindri, voire anéanti, parce que tout est décidé d’en haut, de façon uniforme.
      4) on attend que les administrations donnent l’exemple en isolant leurs bâtiments
      5) le jour où il n’y aura plus d’énergies fossiles n’est pas près d’arriver.

      1. Claude Guyot-Sionnest

        Dominogris est-il au fait que dans un marché stable et en l’absence d’entretien, une propriété va perdre environ 1,3% de sa valeur chaque année qui passe et cela peu importe son âge? Donc pourquoi exempter les nouvelles copropriétés?

        1. Les copropriétaires n’ont pas besoin de l’Etat pour avoir l’idée d’entretenir leur bien.

        2. Ah oui, les copropriétaires sont des crétins ignorants de toutes choses. Mais nos bons prélats roso-verdatro nous sauverons de notre crassitude hein :mrgreen:

    3. Qui etes-vous pour juger que le prix de l’énergie est anormalement bas ? N’y a-t-il rien de plus abondant dans l’univers que l’énergie ?
      Le gaspillage en investissement pour l’isolation est énorme : hier encore un jeune neveu me disait avoir mis 20 cm de laine de bois sous toiture dans le Gard, à quelques kms de la vallée du Rhône ! A quel prix ?

      1. l’isolation est bonne contre le froid et contre le chaud , ce n’est jamais un mauvais investissement !

        1. Si vous avez une résidence secondaire,en Bretagne par exemple, je ne vois pas l’intérêt d’isoler.
          Donc jamais…

        2. Si c’était toujours un excellent investissement, comme vous dites, il n’y aurait aucun besoin de forcer qui que ce soit à le réaliser !

    4. J’aimerais que l’état ait un fond d’épargne pour provisionner les retraites par exemple (et non pas l’hypothétique catastrophe climatique), mais dans les fait les états voient à court terme, contrairement aux propriétaires qui doivent protéger la valeur de leur bien.

      1. l’état possède ce fond d’épargne dont vous parlez

        1. Exact : ce sont les poches des contribuables.

          1. Enfin un qui suit :mrgreen:

    5. lehamster ,

      Isolation extérieure des bâtiments : compter environ 100 € du m 2…Si votre cabane individuelle à 200 m 2 à isoler , c’est 20000 € …il faudrait calculer le temps qu’il faut pour rentabiliser cet investos , par rapport à l’économie en chauffage ou clim que l’investissement de l’isolation est- censé réaliser…

    6. Pourquoi ne pas également rendre obligatoire l’achat de bonnet de laine et de gants de cuir pour que le contribuable ne prenne pas froid, coup de froid qui alourdit la note pour la sécu qui rembourse visite chez le médecin et médocs ?
      L’Etat conseille aujourd’hui de consommer 5 fruits et légumes par jour à coup de pub payé par l’acheteur, mais est-ce efficace pour que le français soit en bonne santé, pourquoi ne pas rendre ça obligatoire ?
      Et puis, une contravention à chaque fois que vous saloper votre chemise neuve avec de l’harissa, ça vous évitera de faire du gachis la prochaine fois.

      C’est bizarre, cet envie de vouloir nous faire économiser de l’énergie en isolant, alors que n’importe qui peut s’acheter pour 20 000 euros de moutarde pour étaler dans son jardin; éclairer sa baraque façon Las Vegas, recréer Death Vallée dans son home avec force radiateur toutes fenêtres ouvertes en hiver…

    7. Très bonne mesure de prévoir l’isolation dans les copro

      Et ceux qui ont des logements classe A énergétique, ce sont aussi des crétins sans nom qui devront tout recommencer ❓
      Ou des pigeons ❓ Sauf que, c’est plus pigeon vole, mais pigeon volé :mrgreen:

    8. Certains feraient mieux de s’occuper de leurs affaires et non de celles de leurs voisins.

  3. Une fois encore Simone WAPLER a frappé. En point de mire, entre autres, les banques. J’imagine qu’à titre personnel elle n’use point de leurs services pour son quotidien. Elle préfère ses espèces en sécurité dans son porte monnaie.

    Si on va jusqu’au bout de l’info, il convient de préciser qu’il y a en France 7.8 millions de logements en co-propriété et que la moyenne des charges par appart. est de 2000 euros annuellement. Ce fait 15.6 milliards de flux monétaires sur les comptes bancaires soit moins de 2 % des dépôts à vue. Ce n’est donc pas cela Mme WAPLER qui alimente abondamment les dépôts de celles-ci et qui va changer quoi que ce soit dans leur quotidien contrairement à ce que vous écrivez.

    Je trouve dommageable que certains écrivant sur Contrepoints aient des propos aussi orientés et malveillants. Que vous n’aimiez pas le monde bancaire c’est votre droit, par contre vous n’avez pas à user d’arguments pas assez complets pour tromper le lecteur.

    1. Le mot « banque » est écrit UNE fois….

  4. Claude Guyot-Sionnest

    Pourquoi exciter la corde sensible du contribuable en parlant d’impôt déguisé? Puis comme vous le dites ensuite c’est une épargne, j’ajoute forcée, mais pas mauvaise quant on sait que le nouvel acheteur risque une fois sur deux d’être étranglé par sa nouvelle hypothèque. Quant au fait qu’on ne récupère pas cette épargne au moment de la vente c’est vrai techniquement mais c’est faux dans la pratique car sinon l’acheteur aurait dû ajouter à l’achat ce montant à la valeur d’acquisition de l’immeuble. Blanc bonnet ou bonnet blanc!
    Certainement pas le meilleur article de Simone Wapler

    1. S. Wapler indique « un nouvel impôt se profile ». Il faut voir plus loin que l’actuelle loi. Il possible (probable?) qu’ultérieurement, tous les propriétaires seront soumis à ce nouveau prélèvement qui ira dans une quelconque caisse publique destinée à financer certains travaux d’isolation. Que vous en ayez besoin ou pas, que vous soyez dans une région chaude ou froide, que ce soit économiquement pertinent ou pas d’ajouter une isolation à votre bâtiment, vous paierez.
      Inutile de dire que gaspillages, opacité et mauvaise gestion seront au rendez-vous de cette nouvelle collectivisation. Comme pour les autres.
      L’Etat, en dehors du régalien, c’est l’enfer pavé de bonnes intentions.

      1. Mais bien sûr que cela finira par un impot de plus payé par tous les propriétaires , impot qui tombera dans le trou sans fond de l’état et qui sera gaspillé au travers de toutes les combines qui a ccompagneront les affectations de cet argent; l’&tat n’est bon qu’a cela :depenser sans compter et , bien sur ,bande d’hypocrites, dans l’interet des citoyens

    2. Une épargne forcée est forcément mauvaise. S’il y a un risque, on peut imposer une garantie de responsabilité : assurance, caution ou nantissement au choix. Mais là ça ressemble à du racket, et contrairement à ce que vous dites, il est loin d’être équivalent de constituer par la contrainte un fonds affecté autoritairement à des dépenses dont la nécessité n’est pas encore apparue et ne correspond qu’à des raisons écolo-politiciennes.

    3. Puis comme vous le dites ensuite c’est une épargne, j’ajoute forcée,

      Vous vous contredisez sans le savoir, comme tout bon soTcialiste. Une épargne forcée n’est pas une épargne mais un impôt, puisque vous n’êtes pas libre par vous même d’en disposer. De plus vous ne reverrez jamais vos sous, car ils seront utilisés très souvent pour des travaux bidons et souvent mal faits. Si vous saviez le nombre de malfaçons, vous partiriez en courant…

  5. Excellent article où, pour une fois, le taux de prélèvements obligatoires est apprécié à une valeur plus proche de la réalité, probablement plus de 60%, que les sempiternels 46% repris en cœurs par les perroquets, qu’ils soient politiques ou journalistes. Que ceux qui soutiennent les 46% nous fassent part de leurs méthodes de calcul détaillées, qu’ils nous expliquent comment on peut avoir 58% (officiellement) du PIB en dépenses publiques assises sur 46% de prélèvements obligatoires.

    1. Pas complètement faux.
      Sur les 12% qui vous manquent :
      3% de déficit.
      3% de prélèvements ‘facultatifs’, ex les amendes (z’avez qu’à respecter les limitations !)
      3% de revenus des services marchandisés par l’Etat, ex entrées de musée.
      3% de dette.

      Mais ce chiffre (46 ou 58 peu importe) de contribution est une moyenne. Or si à l’évidence certains sont en dessous (assistés divers), ça veut dire que certains, pour compenser, sont au-dessus.
      ~30% pour les très bas revenus
      ~40% pour les privilégiés astucieux
      ~50% pour les salariés modestes
      ~60% pour la classe moyenne
      ~70% pour la classe moyenne à peine supérieure
      ~80% pour les indépendants quand le RSI ne dysfonctionne pas
      Au dessus de 100% quand il dérape !

      1. Sans oublier la TIPP sur chaque litre de carburant avant TVA et autres taxes diverses et variées.
        Z’avez qu’à prendre le RER !

        1. Ou bien bien, z’avez qu’a aller voir ailleurs.
          Eh bien, ils sont nombreux à le faire.

  6. Je suis syndic bénévole de ma copropriété depuis 3 ans. Et les travaux, on les décide librement quand on a pas l’impression de se faire arnaquer par le syndic ! Je rencontre de plus en plus d’artisan qui ne veulent plus travailler avec les syndics professionnels. Devinez pourquoi….. pot de vin, magouilles…
    Pour ma part, j’ai fait refaire des travaux dans la copro car j’explique pourquoi il faut les faire, photos à l’appui (pas de travaux avant cela pendant 30 ans !). Alors que le précédent syndic n’était JAMAIS venu sur le site !
    Ce n’est pas un fond qui fera avancer les choses. si ce n’est augmenter les non paiements des copropriétaires…. Encore une mesure ridicule de gens qui ne connaissent rien.

    1. Rétro-commissions par exemple…
      Chut, surtout ne pas l’ébruiter…

      C’est sur qu’un syndic bénévole ou mieux coopératif, c’est top de ce coté, mais c’est surtout les petites copropriétés qui y font appel.

  7. Une taxe de plus dans la myriade d’autres prélèvements. 360 taxes impôts recencés ici : http://www.lefigaro.fr/impots/2015/03/31/05003-20150331ARTFIG00373-la-france-championne-du-monde-de-la-creativite-fiscale.php. L’auteure parle de création de 9 taxes par an en moyenne. Qui dit racket ?

    1. Edit : « 360 taxes/impôts… L’auteure parle de création de 9 taxes par an en moyenne. » Elle ne les liste pas.
      Une liste de 266 ici : https://blogs.mediapart.fr/philippejandrok/blog/051115/la-liste-des-taxes-et-impots-en-france
      360 ici : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/impots-vous-voulez-la-liste-168227

    2. La droite mongaullienne n’a pas été en reste : au moins 50 nouveaux impôts créés entre 2007 et 2012 plus 600 milliards de dettes.

      1. Gauche/droite ils sont pareils ! Ce sont de vrais paniers percés, ou plutôt des paniers sans fond.

  8. Conseil syndical de copropriété

    Il est exact que beaucoup de copropriétés sont dans un état alarmant et en grandes difficultés en raison de l’inertie des copropriétaires et l’incompétences des syndic (un « lobby beaucoup plus puissant que les imaginaires « climato-parasites » soit dit en passant). C’est l’objectif des plans de travaux de lisser dans le temps les efforts financiers. Il est particulièrement faux et malhonnête de parler « d’impôts » puisque la copropriété reste maître de ses avoirs. Cela correspond aux provisions pour investissement dans les entreprises. Rien ne dit que ces fonds vont être bloqués sur une longue période car il y a toujours des travaux à faire dans un immeuble (sauf les immeubles neufs, et encore… de nombreuses malfaçons entraînent des frais peu après la livraison). La somme prévue est particulièrement dérisoire si l’on compare aux somme engrangées sous forme de loyers par les propriétaires bailleurs. Le loyer d’un 30 m2 à Paris est d’environ 800 € par mois soit près de 10 000 € par an et c’est quand même assez grave de voir un drame dans une provision de 600 € seulement par an. Enfin, il faut informer les gens et leur signaler que certaines personnes achètent pour de très courtes durées (pour loger un enfant étudiant par exemple) et bloquent tous les travaux pour ne pas nuire à la rentabilité de leur investissement. Ces propriétaires indélicats (assez nombreux) profitent et usent l’immeuble sans participer aux travaux de rénovation. D’où l’intérêt de les faire participer d’office, une excellente mesure pour sauver le patrimoine français (et francilien en particulier) du désastre et de la médiocrité. Il est préférable de connaître la réalité des problèmes avant de commenter aussi nerveusement un sujet et de faire des polémiques purement idéologiques.

  9. Le problème est que l’on a hérité, au contraire d’une poignée de petite pays comme la Suisse, d’un Etat de pouvoir, là ou, si les avis des peuples seraient vraiment écoutés, on devrait avoir dans le pire des cas un Etat mutualisé.

    La différence entre les deux n’est rien d’autres que la réalité, un Etat en France qui prend tout en main sans consulter ses citoyens (bien que j’ai peur que les français moutonniers et peureux disent oui à toutes mains basses de l’Etat sur tout et n’importe quoi) à un coût exorbitant.

Les commentaires sont fermés.