L’attentat de Nice en passe de devenir une affaire d’État

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Politique

Par Éric Verhaeghe.

L’attentat de Nice en passe de devenir une affaire d’État

Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)

Après l’attentat de Nice, ça craint méchamment du boudin pour Bernard Cazeneuve, lampiste officiel de François Hollande et de Manuel Valls. Même Slate, le site de Jacques Attali, est en train de le lâcher en plein vol et sans parachute. L’atterrissage risque d’être douloureux !

Mais que s’est-il passé après l’attentat de Nice ?

Petit à petit, c’est un imbroglio officiel qui se dessine, un de plus diront les mauvaises langues ! pour une majorité parlementaire dont la cacophonie est une marque de fabrique. Il devient d’ailleurs de plus en plus difficile de comprendre ce qui s’est passé dans les heures ayant suivi l’attentat.

Ce qui est acquis, à ce stade, est que les caméras de vidéosurveillance ont bien fonctionné à Nice, et qu’elles regorgent d’images de l’attentat. Le spectacle est si convainquant que François Hollande s’est fait personnellement envoyer une copie du best-of le samedi qui a suivi la tragédie. Dès le week-end suivant le drame, l’Élysée pouvait donc constater l’épaisse différence entre les propos soutenus par son ministre de l’Intérieur (qui a toute sa confiance) et la réalité.

Dans la foulée, la Sous-Direction de l’Anti-Terrorisme (SDAT) a envoyé deux policiers auprès de Sandra Bertin, chef du centre de supervision urbain de la ville de Nice, pour regarder les images. La SDAT, sous le contrôle du Parquet (donc de François Molins), a demandé à Sandra Bertin de rédiger un rapport sur le dispositif présent ce soir-là, puis a demandé la destruction des images.

Les accusations de Sandra Bertin

Selon Sandra Bertin, cette opération a essentiellement visé à dissimuler la vérité sur les carences de la police nationale au moment de l’attentat, et à empêcher de les démontrer. Elle soutient que le cabinet du ministre lui-même a fait pression pour maquiller les faits. Voici ses propos :

« Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un commissaire au CSU (centre de supervision urbain) qui m’a mise en ligne avec la Place Beauvau », raconte Sandra Bertin (…).

La chef du CSU dit avoir « eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant des points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité ». (…)

« Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par e-mail une version modifiable du rapport, pour +ne pas tout retaper+. J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran. À tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère ! », poursuit Mme Bertin.

« J’ai finalement envoyé par e-mail une version PDF non modifiable et une autre modifiable. Puis, quelques jours plus tard, la sous-direction antiterroriste m’a demandé d’effacer les bandes des six caméras que j’ai mentionnées dans mon rapport, celles qui ont filmé la tuerie. On nous a demandé, pour les besoins de l’enquête, d’extraire huit jours de bande sur 180 caméras. Et maintenant il faudrait en effacer certaines pour empêcher leur diffusion au public », ajoute-t-elle.

Voilà qui commence à faire sérieusement tache. Entre les demandes de trucage des positions et l’ordre de détruire les images en possession de la ville de Nice, on dirait que le Parquet n’est pas très loin de l’affaire d’État.

À ce stade, on notera que François Molins prend sur lui la responsabilité de ces demandes. Son insistance montre bien dans quel pétrin se trouve l’Élysée, et comment François Hollande multiplie les pare-feux pour éviter la contagion de l’incendie jusqu’au Château.

Cazeneuve patauge dans la salade niçoise

Pour Bernard Cazeneuve, à qui la clique socialiste a redit sa confiance et son amitié, comme un avant-goût de discours mortuaire, la situation va vite devenir intenable. Notre brillant ministre de l’Intérieur a organisé son propre piège : il a déposé plainte pour diffamation contre la fameuse Sandra Bertin. Voilà ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied.

En effet… c’est donc un magistrat du siège qui va devoir juger si oui ou non les accusations de la policière municipale contre le Parquet sont justifiées. Et le plaignant n’est autre que le ministre de l’Intérieur lui-même. Dans le remake de David contre Goliath, du gentil pot de terre face au méchant pot de fer, cette affaire devrait trouver une place digne d’Hollywood.

On s’amuse par avance des polémiques que la mairie de Nice pourra lancer à foison contre l’alliance des puissants qui veut étouffer une vérité qui la dérange. Personne ne sait quel peut être l’abruti qui a proposé à Cazeneuve d’apporter une réponse judiciaire à l’attaque, mais il mérite en tout cas une médaille de premier ordre.

Ajoutons que dans le bourbier niçois où Cazeneuve saute à pieds joints, Sandra Bertin est aussi déléguée syndicale. Tous les ingrédients sont donc réunis pour un enlisement du ministre dans les sables mouvants. Même un bleu n’aurait pas agi de la sorte.

Cazeneuve démasqué

Si Cazeneuve fait propre sur lui et se montre docile aux intérêts du gouvernement profond, son ambivalence apparaît de façon grandissante.

On se souvient ici de ses dénis sur l’affaire de Sivens, de sa façon de manquer d’empathie pour les victimes, de cette froide hostilité pour tous ces gêneurs qui demandent une police au service du citoyen. Mais, à l’époque, Cazeneuve faisait peur aux médias qui se sentaient obligés de lui cirer les pompes. L’exercice est de plus en plus difficile à mener.

Tant que les attentats du 13 novembre n’étaient pas survenus, on pouvait encore ranger dans la catégorie paranoïaque de « complotistes » tous ceux qui pointaient les circonstances troublantes de l’attentat contre Charlie Hebdo ou contre l’Hyper Casher. Depuis le 13 novembre, à mesure que les mois passent, cette disqualification des esprits critiques est de plus en plus difficile à justifier.

Cazeneuve ne l’a pas compris, et a continué à sortir ses salades comme si de rien n’était après l’attentat de Nice.

Le 16 juillet, Cazeneuve annonçait ainsi à la presse que l’auteur de l’attentat de Nice s’était radicalisé rapidement. Le Parquet (indépendant du pouvoir, bien entendu) était en charge de l’affaire, mais c’est le ministre de l’Intérieur qui commente le dossier. Pour dire une bêtise puisque, dès les premières heures, les enquêteurs comprenaient que le terroriste préméditait son acte depuis plusieurs mois.

Le 21 juillet, Cazeneuve accusait Libération de complotisme, après des révélations sur les failles de la police. Le voilà, l’argument ! tous ceux qui demandent des comptes à la police sont des complotistes.

Cette fois-ci, Cazeneuve devrait avoir droit au repas qu’il mérite : il mangera son chapeau. Et, souhaitons-le pour tous ceux qui en ont assez de cette caste au pouvoir pleine de morgue, il démissionnera.

Sur le web

  1. Qu’il démissionne, ce serait le moins qu’on puisse exiger. Dans une démocratie qui se respecte, il devrait être jugé et condamné, lui et tous les commanditaires de cette tentative de camouflage. Mais on ne peut malheureusement pas compter sur la conscience politique des « citoyens » pour obliger l’état à respecter le droit: tant qu’il y a les vacances et de quoi remplir la gamelle, jusqu’ici, tout va bien!²

    1. Mais on ne peut malheureusement pas compter sur la conscience politique des « citoyens » pour obliger l’état à respecter le droit

      Pourtant en cas de vote démocratique « voulez vous éjecter ces gêneurs? », je suis certain de la réponse.
      Ce qui manque c’est la démocratie.

      1. Sans doute. Mais la démocratie n’est-elle pas le pouvoir du peuple? Le pouvoir exercé par le peuple, pour le peuple? Si je ne me trompe pas, il faut donc bien que ce peuple reprenne le pouvoir à ceux qui l’exercent pour leurs intérêts personnels.

        A mon sens , la démocratie ne décrète pas par une clique déjà au pouvoir, elle se conquière, elle se défend, elle s’entretient, comme la liberté, comme le Droit, comme la paix. Mais comme je disais, derechef, on ne peut malheureusement pas compter sur la conscience politique du bon peuple français. Instruit à l’école de la république, formé pour être un bon petit salarié, qui s’informe au JT de 20h, et qui vote pour blanc-bonnet, puis pour bonnet-blanc, quelle compréhension des enjeux, quelle conscience de ses droits et devoirs un tel peuple peut-il avoir?

      2. Actuellement je ne connais pas un seul pays qui peu être Démocrate. Alors la Démocratie c’est quoi..? Qui nous gouverne, des ministre sans expérience ni compétence, que cela soit au niveaux professionnelles, ne connaissent rien du pays réel..? Il semble évident que quand des acteur de la vie réelle tendent d’alerter nos ministres sur tel ou tel problème, ils n’aient en réponse qu’un mur de silence..?
        Donc, une Démocratie: ces un système qui permet à des menteur et à des voleurs de vivre sur le dos des peuples Naïfs à 80%…???

        1. Wanther : « Actuellement je ne connais pas un seul pays qui peu être Démocrate »

          La suisse par exemple: 700 votations en 30 ans, démocratie directe ou semi-directe. Le peuple vote les lois et exerce de fait réellement le pouvoir.
          La Suisse est dotée d’une santé éclatante. (4% de chômage, dette à 35%, salaire moyen 5200 euros).
          Même les états unis sont plus démocratiques que la France, les états ont organisé 11’000 votations (législative ou autre) en 50 ans.

          La France de son coté a organisé 5 référendums dans les années 1960-1970 et 4 dans les années 1990-2000: 9 votations (autre que des élections) en 50 ans.

          il faut donc bien que ce peuple reprenne le pouvoir à ceux qui l’exercent pour leurs intérêts personnels.

          Et c’est là ou le bât blesse: les Français ne sont pas des démocrates, ils n’y comprennent rien, car le pouvoir comme dans les autres pays latin y est pyramidal, hiérarchique; le chef, l’homme fort, le roi, Napoléon, de Gaulle alimentent tous les fantasmes.

          Ce qui explique qu’une infime minorité de Français réclament la vraie démocratie (le pouvoir législatif et fiscal via les urnes) malgré le fait de plus en plus visible que la France est une monarchie bureaucratique en roue libre.

    2. Ne soyez pas si intransigeant envers les citoyens français beaucoup sont conscients de ce qui se passe, peu de personne par contre ont le temps de se manifester. La conscience politique des citoyens est gommé par la lacrymo depuis trop longtemps comment voulez-vous faire croire aux gens qu’ils seront écoutés?

  2. Bon résumé de la situation. Ça fait quand même légèrement amateur le traitement de cette affaire alors qu’il était assez facile de s’en tirer avec une pirouette voire un mea culpa vu que pas mal de monde avait compris qu’on ne peut pas être partout à la fois. Il serait d’ailleurs préférable de le dire plutôt que de faire croire qu’on peut passer entre les gouttes, ça responsabiliserait les individus.

    1. Quel bon sens !
      Mais c’est encore trop demander aux amateurs qui nous gouvernent. Ca ressemble vaguement aux aventures des pieds nickelés.

      1. Comme beaucoup de politiques qu’ils soit de droit ou de gauche, ils nous déblatères le verbe haut mais creux..?
        Ils vivent dans un monde d’illusions fantasmées, en réseaux, formatés par une culture mondialiste du Village global..??
        C’est sans doute la seule chose qu’ils aient en commun et qui les propulse à des poste pour lesquels ils n’ont absolument aucune compétence..??
        A par que ces individus arrivent à se masturbées les neurones..??

  3. Démissionner? C’est réservé a ceux qui ont encore un minimum de courage, la soupe est trop bonne mon bon monsieur!

  4. Dans un programme spatial, au bout de trois lancements ratés à cause d’un défaut de fabrication, il est normal que le responsable de la qualité gicle.

    1. C’est ce qui se passe dans un pays normal, pas dans un pays communiste.

  5. l’art et la manière de noyer le poisson…dites moi qu’ils le font exprès de faire foirer leur communication histoire d’occuper les journalistes et les français pendant qu’en coulisses…. ou alors , ce sont vraiment tous des tordus !

    1. « Quand on hésite entre le machiavélisme et la connerie, il faut toujours choisir la connerie »(Madelin, au sujet des stratégies politiques)

  6. ce gouvernement ne fait que mentir ; ha ouiche ! elle est belle la transparence dont on nous bassine à longueur de temps ;ils n’ont donc pas compris que tout finit par se savoir ;

    1. Fait se qu’ont de dit.. mais ne fait se que je peu faire…!! Et puis tu fait partie des sans dents..! Dont les cerfs ne font que d’obéir à leur seigneurs…

  7. La gauche est familière de la culture de l’excuse. Après en avoir usé dans les banlieues, ils en abusent pour eux-mêmes.
    S’il n’est pas possible d’éviter tous les attentats, la répétition de cette phrase sert maintenant à éluder la responsabilité de Hollande et du gouvernement. Quand on a pour objectif de faire de la stratégie politicienne, cela se fait au détriment de l’efficacité. Pratiquer des nominations selon des critères de bonne miliance socialiste en virant des gens compétents mais de droite, s’avère criminel au vu de la situation du pays.
    Plus cela se saura, plus ils vont s’enferrer dans le déni. Jusqu’à quand?

  8. Imaginer que ce type d’individu démissionne, c’est lui prêter un soupçon de morale et d’honneur dont il est dépourvu.
    Imaginer de l’institution judiciaire une réponse consciencieuse, c’est oublier qu’en 2016, des inspecteurs de police chargés de protéger la population peuvent en toute impunité entraîner aux quai des orfèvres et abuser sexuellement en réunion une touriste étrangère alcoolisée, comme l’a prouvé un SMS versé aux débats: “ C’est une partouzeuse, dépêche“
    .

    1. Oui, sur ce coup là (sans jeu de mots) on n’a pas entendu les féministes…

  9. Tout cela est maintenant entre les mains des enquèteurs et des juges?
    Peut-on leur faire tout à fait, un peu, pas du tout, confiance ?

    1. Un fonctionnaire « doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. »

      Sandra Bertin peut se préparer à être virée.

      1. Je ne suis pas aussi pessimiste. Elle appartient à la police municipale de Nice, qui reçoit ses ordres du maire de Nice. Quand on voit la pugnacité avec laquelle tant l’équipe municipale actuelle que l’ancien maire Christian Estrosi s’attaquent au gouvernement sur cette affaire, elle bénéficie de soutiens de poids.

  10. L’article reflète bien ce que 78% des français pensent, de la part d un chef de l’état qui en fait un usage permanent

  11. Fourberies en tous genres. On nous enfume encore une fois en embrouillant les pistes autant que possible. Dans une affaire aussi grave que cet attentat, ordonner la destruction des vidéos sous le prétexte -trop grossièrement faux- qu’elles ne doivent pas tomber dans de mauvaises mains n’est absolument pas croyable dans notre démocratie. Si quelqu’un appartenant au pouvoir a vraiment ordonné cette incroyable destruction – comme toute la presse l’a publié, en précisant l’honorable refus d’obtempérer de la ville de Nice – il faut le poursuivre pour tentative de destruction de preuves dans une affaire criminelle aussi terrifiante. Et Mr Cazeneuve ne peut plus dire «Le pays a besoin de vérité, de tout savoir.» si l’on a consciencieusement tenté de supprimer les preuves les plus indiscutables ? Sa plainte en diffamation contre une fonctionnaire territoriale joue plutôt contre lui, car cette plainte ne peut en aucun cas être en mesure de faire avancer la vérité d’un iota? Le vrai problème est celui de savoir qui a pu solliciter la destruction des vidéos et le poursuivre….Padpolémic, des faits…

    1. Oui mais c’est pour ne pas traumatiser avec des images qui pourraient choquer… mais celle-là on a droit :

      http://www.metronews.fr/_internal/gxml!0/2qijkhn0ctpwx8acoz5fxkpvtmr4nbh$pbb7gr6vfxt0aukk41784al1rsk23s3/migrant-ok.jpeg

  12. Une démission de Cazeneuve serait une vaste bouffonnerie et un mépris de plus à l’égard des citoyens. Le gouvernement entier est responsable politique comme le dit la constitution. Un non-énarque lampiste, c’est trop beau pour ses deux patrons qui ont choisi l’inaction pour lutter en temps de guerre contre le terrorisme. La parole d’État n’a plus de valeur. La faute n’incombe pas à ce ministre. Son mépris pour le peuple et les victimes n’en est pas pardonné pour autant. Mais il faut rester lucide sur la notion de responsabilité.

  13. Le style des récents propos de Vals, Cazeneuve, Le Guen (Jean-Marie, lui aussi) rappelle de plus en plus celui du dictateur venezuelien Maduro et de ses sbires. A moins que ce ne soit Erdogan qui les inspire. Quand on est mis en difficulté, on aboie, on menace, on accuse les autres de complot.
    Avons-nous à faire à des moutons enragés ou à de féroces coyotes ? Ce qui est sur, c’est qu’avec une telle de gauche, la démocratie, l’état de droit sont en péril pour peu que les choses tournent mal pour eux. Leur médiocrité sur tous les plans, compétence, courage politique, morale, honnêteté intellectuelle, sincérité des convictions, cette médiocrité ne doit pas nous rassurer, mais nous inquiéter car elle les rend plus imprévisible.
    Comme disaient les tontons flingueurs, un con ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnait.
    Quant au Parquet, vu son empressement à cirer les bottes des dignitaires socialistes, on devrait l’appeler le cire-parquet.

    1. Le parasitage de la France par les agent Mondialistes, telle que l’Espagnole qui se bat pour la Liberté d’expression d’une dictature mondiale..!!!
      La Question qui se pose: quelles sont toutes ces organisation qui au-dessus des « clivage » politiques et sociaux rassemblent en catimini, banquiers, syndicalistes, hommes politiques, capitaines d’industries, journalistes, énarques et haut fonctionnaires de tout poil..??
      Valls fait vivre le Nouvel Ordre Mondial, de plus c’est un FAF…!!!

  14. Je dois avouer ne pas tout comprendre au fond de l’affaire: en gros le nombre de policiers n’était pas assez grand pour le 14 juillet à Nice?
    Et du coup à priori il y a eu tentative de cacher ça en maquillant le rapport sur le sujet, et en supprimant les vidéos tournées par les caméras de surveillance?

    1. En gros le gouvernement nous a expliqué qu’on était en situation de guerre et nous a tous mis sous écoute pour cela. Mais apparemment c’est pas suffisamment la guerre pour donner de vrai flingues aux policiers.

    2. La question que vous devriez surtout vous poser est :
      Combien de centaines de gendarmes, policiers et CRS sont mobilisés à chaque déplacement du Barcelonais pour ne lui éviter que crachas et insultes ?
      Qu’ils aient été 60 ou moins, sans moyens, comme des plots en béton, quand il s’agit de protéger une foule de 100.00 personnes n’est qu’une diversion pour éviter de parler des 80 morts et de leur totale responsabilité.
      Les vrais coupables sont ce préfet et ceux qui ont nommé à ce poste cet incompétent.
      Mais Chut. Alors ! il y avait 60 policiers ou pas !!!!!!!!!

      1. CET incompétent? Moi j’étais aux feux à Nancy, il y avait des pauvres barrières en ferrailles et un Scénic de la police municipale avec trois quidam armés de terribles matraques en tout et pour tout. Même une bagarre il n’aurait pu l’arrêter. Le système entier est comme ça, des pieds à la tête. Des incompétents nomment d’autres incompétents, qui en nomment à leur tour d’autres, et ainsi de suite…. Et voilà une belle bande de copains qui dirigent tout, décident de tout, mais ne sont experts en absolument rien.

  15. Le problème est qu’on laisse faire à tous les niveaux. L’attentat lui même aurait pu être évité en appliquant une règle simple: quand on place un barrage de police pour empêcher les véhicules de passer, on dote ces mêmes forces de police de la capacité d’arrêter un éventuel véhicule forcené. Sinon ça ne sert à rien de mettre un barrage. Bon, ça c’est presque du Captain Obvious. D’ailleurs le vidéos sont effarantes: on voit la police tirer à n’en plus finir sur le camion, au ralenti, sans faire le moindre dégât. Logique, ils étaient équipés de petits calibres, incapables de percer une carcasse de camion. Le tueur n’avait qu’a se pencher pour ne rien risquer. Un famas aurait suffit à abattre le forcené. Cela fait d’ailleurs longtemps que Daesh disait qu’ils allaient attaquer de cette manière, mais nos forces de l’ordre n’ont toujours pas la capacité de répondre face à un véhicule. De la même manière, on s’est fait attaquer plusieurs fois à l’arme de guerre, on envoie des quidams avec des matraques et des 9mm pour contrer des grenades, des kalachnikovs et des fusils à pompe. Que Dieu les bénisse!

    Au passage, ça montre aussi toute l’ineptie de l’action du gouvernement, qui s’est contenté de renforcer le GIGN et le RAID, sans jamais se soucier de ceux d’en bas. Il était pourtant évident que le GIGN ne pourrait être partout à la fois et qu’il fallait bien que les premiers au contact des terroristes puissent riposter eux mêmes et mettre fin à la tuerie. On ne va pas attendre que le GIGN arrive tranquillement à chaque fois quand même, si?

    Enfin, autre point, la DGSI ne cesse de mettre en exergue la relation étroite entre le terrorisme islamique et les réseaux criminels. Encore une fois, le gouvernement favorise l’apparition du terrorisme en laissant la délinquance se durcir sans intervenir. La police nationale, la police communale et la gendarmerie sont là justement pour lutter contre la « petite délinquance ». Ce travail est primordial puisqu’il permet souvent d’empêcher ces « petits délinquants » de finir dans quelque chose de plus grave. L’absence totale de réponse actuelle face à cette délinquance là permet aux réseaux de prospérer puisque l’absence de réaction de l’Etat permet d’abord une radicalisation dans la violence et le crime, qui favorise ensuite les groupes djihadistes. Ce problème est totalement la faute du gouvernement. Lorsque ces imbéciles comprendront que le travail de la police c’est ça, et non se cacher dans les fourrées pour harceler de pauvre types qui rentrent du boulot, on aura un peu avancé. De la même manière, les peines ne sont pas appliquées lorsque ces mêmes délinquants se font chopper. Pas de place en prison, consigne est donnée de ne rien faire contre eux. On ne construit plus aucune prisons, mais on a 30 milliards pour la ligne Lyon/Turin qui s’annonce comme un four économique. Ou 8.5 milliards pour réparer une énième fois l’incurie de la SNCF. C’est donc un choix qui a été fait. Pas de prison, pas de sanctions, des policiers photographes, on arrive à ce point où la situation est devenue incontrôlable.

    Un grand bravo à eux.

    1. En complément, il s’avère que le sinistre personnage qui a commis cet attentat a été condamné le 24 mars dernier à 6 mois avec sursis pour violence. Sachant qu’il n’a pas la nationalité française, ça aurait été si compliqué d’annuler son titre de séjour et de le renvoyer en Tunisie ? (avec interdiction de séjour, soyons fous) Combien de d’étrangers restent en France malgré le fait qu’ils aient commis un délit ? On n’entend pas beaucoup cela dans les médias…

    2. @Desproges
      Bonsoir
       » De la même manière, on s’est fait attaquer plusieurs fois à l’arme de guerre, on envoie des quidams avec des matraques et des 9mm pour contrer des grenades, des kalachnikovs et des fusils à pompe » On envoie des quidams certes sous-équipés, mais les victimes sont d’autres quidams qui n’ont aucun équipement. « Sitting ducks » comme ont dit outre-Altantique.
      De plus, pour Nice, « Libération » ‘(http://www.liberation.fr/france/2016/07/20/securite-a-nice-370-metres-de-questions_146753) dit que les flics nationaux ont quitté leurs postes vers 21h relévés par les municipaux. La Police Municipale n’a droit qu’au port de révolvers en calibre .38, six coups, comparés aux pistolets chambrés en 9mm des nationaux à chargeur de 15 coups, et n’a évidémment pas accès aux fusils d’assaut de la BAC de Paris.

      Nul doute que si la sécurité avait été assurée par une socitété privée, les responsables auraient vite été trouvés, cloués au pilori ou jetés aux lions. Eux auraient été responsables et coupables de tout, idem pour les agents présents qui auraient tous été identifiés.

      1. « La Police Municipale n’a droit qu’au port de révolvers en calibre .38, six coups, comparés aux pistolets chambrés en 9mm des nationaux à chargeur de 15 coups, et n’a évidémment pas accès aux fusils d’assaut de la BAC de Paris. »

        Vous me contraignez à faire un cours d’armement pour les nuls 🙂

        9 mm parabellum, 38 spécial et 357 magnum, c’est le même calibre. Le 9mm avec une cartouche à gorge est une munition de pistolet, le 38SP et le 357 magnum avec leur cartouche à bourrelet sont des munitions de revolver cad. d’armes de poing à barillet tournant (« to revolve » en anglais). Le revolver fut inventé en 1847 par l’américain Samuel Colt avec son colt Paterson. Le pistolet semi-automatique date d’un peu avant la guerre de 14/18
        Un revolver peut aussi bien tirer en 357 magnum, une munition très puissante qu’en 38 SP, qui correspond au niveau de la puissance d’arrêt (stopping power) et en pouvoir de perforation (Perf.) au 9mm parabellum, selon le principe du « qui peut le plus peut le moins ».

        Au niveau de la puissance, je dirai qu’un revolver tirant du 38SP est un peu plus puissant qu’un pistolet tirant du 9mm pour la simple raison qu’une partie des gaz au moment du départ du coup sert à déverrouiller la culasse et à entrainer son mouvement arrière et toutes les opérations qui se déroulent durant ce mouvement dont l’extraction et l’éjection de l’étui. Avec le revolver, tout est calé et les gaz dans leur totalité servent à propulser la balle à l’intérieur du canon.

        Revolvers et pistolets ont chacun leurs qualités et leurs défauts, ils ont leurs adeptes et donc aussi leurs détracteurs. Et comme en toute chose, ce sont souvent ceux qui connaissent le moins qui râlent le plus.
        J’ai été très « pistolet » et trouvais des tas de défauts au revolver; aujourd’hui je préfère le revolver. C’est une question de gout et cela est fonction de chacun.

        Les armes de poing peuvent tirer utilement entre 50m et le bout touchant, au-delà on passe à la carabine puis au fusil. Chaque type d’arme à sa distance d’utilisation. La majorité des ouvertures du feu avec une arme de poing constatées dans le monde se fait en réalité entre le bout touchant et 7m voir 15m, qui sont les deux distances du tir rapide instinctif (au jugé, sans utilisé les éléments de visée, la position donnant la précision du tir.

        Les balles de calibre 9mm et 38sp traversent sans problème la tôle d’un véhicule ou son pare-brise. Leur pouvoir d pénétration dépend aussi du métal dont elles sont « chemisées ».

        Les forces de police en général dans le monde sont équipées d’armes de poing, légères à transporter au ceinturon, qui ne gênent pas les mouvements que le policier doit faire le long de sa journée de service. Vous vous imaginez régulant la circulation ou contrôlant un véhicule avec un Famas ? MDR ! Vous pourriez également intervenir en police secours avec un fusil-mitrailleur ou une 12-7 …

        Concernant le fusil d’assaut de la BAC Paris, il n’a pas que des fans au sein des policiers de ce service, ne serait-ce que parce qu’il faut assurer la protection de cette arme planquée au fond du coffre avant de songer à intervenir à mains nues sur un délinquant. La BAC, c’est du « saute-dessus ».

      2. La violence entraiment la violence, ils faut arrêtés cette escalade, et cette débauche de la bêtises, paranoïa, et de plus en plus stupides..!
        Ou vas la terreur, le mal être, fait-ont une guerre de religions, car sa en à tous à fait le genre et le style..!
        Es-ton partie sue le faite d’un sur-armement de notre police actuelles ou elles devient une police-militaire préconiser par Gazeneuve.! Et sur Armés, exemple de Robocop..?
        Nous devrions faire comme en Grand-Bretagne, les Bobbys de Londres ne sont pas armés..!!

    3. Desproges54: L’attentat lui même aurait pu être évité

      C’est un fantasme, il existe 36’000 commune doté d’école, de mairie, de lieu de culte, de centres commerciaux ou n’importe qui un minimum organisé peu faire un terrible massacre.
      Même si vous mettez 50 barrages à Nice, ils auront toujours un choix énorme de cibles.

      Le problème est qu’on laisse faire à tous les niveaux.

      Oui, voilà.
      La victimisation socialiste a transformé les musulmans de France en victime haineuses des « blancs », la sur-régulation socialiste les a transformé en pauvre sans travail, la haine des socialistes pour le régalien (sécurité, police, justice, prison) les a encore transformé en victimes de l’insécurité.

      1. On n’entend personne dénoncer ce « racisme » d’Etat qu’est la discrimination positive et les mesures eugénistes mises en place par nos grands humanistes pour évincer les femmes et les étrangers de la prospérité.

  16. cette affaire risque fort de se terminer comme l’affaire Cahuzac ou Thévenoud pour le gouvernement.
    Sauf que la, nous sommes a 9 mois de l’échénace électorale.

    1. Thévenoud est toujours député et sera le candidat du PS aux prochaines législatives. Elle est pas belle la vie d’un pourri en France ?

  17. Cette gauche est tellement faut-cul qu’ils avaient même demandé que la surveillance de Nice efface les vidéos peut de temps après leur intervention TV. encore des gamelles pour cette gauche qui prends les Français pour des cons. Incroyable gouvernement de nuls. C’est un état qui continu dans le Mitterrandisme. C’est fou mais dans le non respect des Victimes et la c’est vraiment dégueulasse.

  18. Pendant que l’on parle de ces images, et de la,position d’une poignee de policier nationaux…. On ne parle pas de l’essentiel.

    1- pourquoi un camion interdit de circuler dans Nice, circule, stationné durant 3 jours sans faire l’objet d’une investigation ?
    2- pourquoi, alors que l’attaque au vehicule fou est en bonne place dans les fortes probabilités que cela arrive, les plots béton ne sont pas utililisés sur le fameux trottoir… Et qu’un camion bloque l’espace en offrant une possibilité aux secours d’intervenir si besoin.

    Ce n’est pas la tête de cazeneuve qu’il faut exiger… Mais celle du préfet du responsable de la police municipale et de l’élu responsable de la securité.

    1. @cap2006 : Non. Ce n’est pas parce que la police municipale n’a pas fait l’exploit de déjouer cet acte terroriste, que la responsabilité n’en revient pas à la police nationale. Le périmètre d’intervention de la police municipale, c’est le maintien de l’ordre. La guerre et le terrorisme, c’est la police nationale et cazeneuve. En ces domaines, le préfet est le responsable. Et donc, son supérieur.

      La police municipale s’est ajoutée au système de sécurité existant (police nationale et gendarmerie hors ville). J’ai du mal à comprendre comment ce supplétif serait devenu le principal responsable alors qu’il est sous le contrôle du préfet.

      1. Pourquoi ? Mais parce que la Promenade des Anglais n’avait encore jamais été attaquée par un camion. Nos stratèges policiers gouvernementaux n’imaginaient pas que les terroristes pourraient innover, leur objectif est de donner aux Français le sentiment que les tueries ne se répéteront pas, pas d’en éviter de nouvelles !

      2. « ….la police municipale, c’est le maintien de l’ordre. »

        Même pas, c’est pratiquement que de la police administrative : prévention et surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques.

        Surveillance de l’ordre, ce n’est pas maintien de l’ordre.

        http://www.collectivites-locales.gouv.fr/agents-police-municipale

      3. @sam player: [maintien de l’ordre] J’ai hésité mais finalement choisi ce terme assez fort mais utilisé dans wikipedia, comme la limite extrême de leur périmètre d’action.
        @MichelO: Comme disaient les socialistes en 2012 : l’exemple vient d’en haut. Si Hollande a dit le 14juillet qu’il mettait fin à l’état d’urgence à la fin du mois, comment peut on reprocher à la police municipale d’avoir été inconséquente ?

        1. Les termes exacts à utiliser sont MO (maintien de l’ordre) ou MEOP (maintien éventuel de l’ordre public) ainsi que Service d’Ordre; les services d’ordre sont mis en place lors de manifestations festives (concerts, matches, défilés etc..)
          Les dispositifs de maintien de l’ordre sont mis en place quand il y a des risques de troubles à l’ordre public et, en cas d’intervention des forces spécialisées (CRS, Gendarmes mobiles) on parle de « rétablissement de l’ordre public ».

          L’ordre public en France est du domaine exclusif du préfet de département, autorité civile responsable et représentant de l’Etat, qu’il s’agisse de manifestations festives ou revendicatives.

          Lors des réunions préparatoires à la préfecture réunissant tous les participants police et gendarmerie nationales, pompiers et sécurité civile, municipalité, hôpitaux etc.. le point est fait sur les moyens mis à disposition par les participants et un dispositif où chacun est placé dans le temps avec ses missions est élaboré.
          La municipalité apporte ses moyens qui sont essentiellement ceux de ses services techniques; elle doit aussi prendre les arrêtés restreignant le stationnement et la circulation dans le secteur concerné.

          Si la municipalité dispose d’une police municipale, celle-ci est éventuellement intégrée dans le dispositif avec des missions essentiellement de circulation dont les déviations dans toutes les rues et avenues autour d’un secteur neutralisé.

          Les agents de la police municipale n’ont que des pouvoirs de police judiciaire limités. Ils sont là pour faire respecter les arrêtés du maire, maintenir la paix et la tranquillité publique et s’ils tombent sur un crime ou un délit et interpellent le ou les auteurs, ils doivent les présenter à un officier de police judiciaire de la police nationale. En réalité, ils font de la « police de proximité », la vraie.

    2. «  »pourquoi un camion interdit de circuler dans Nice, circule, stationné durant 3 jours sans faire l’objet d’une investigation ? » »

      Primo il n’est pas interdit de circuler dans Nice – comment croyez-vous que les magasins, hôtels, restaurants de la zone touristique sont approvisionnés, en autolib ? – Il y a des restrictions avec beaucoup de dérogations. C’est donc une affaire de motards de la circulation pour des infractions éventuelles qui de toutes façons sont contraventionnelles et ça ne va pas pisser bien loin.

      Par ailleurs, la Promenade dans son ensemble – elle part presque le l’aéroport à un bout de la baie des Anges et va jusqu’au Château après le cour Saleilla, un peu avant le port donc – avec ses deux sens de circulation séparés par un terre poil central planté de palmiers, est un important axe de circulation.
      Il n’est donc fermé que très ponctuellement lors d’un des nombreux évènements que la ville de Nice organise une grande partie de l’année, ça commence en février avec le Carnaval.

      C’est à peu près toujours le même dispositif, la partie touristique de la Promenade entre disons le Negresco d’un côté et le cour Saleilla de l’autre est neutralisée pour laisser le passage des chars et groupes pour les corso fleuris et les batailles de fleurs. Pour les différents feux d’artifice, il est également préférable de dévier la circulation pour une raison de simple bon sens: lors des tirs, certains automobilistes voudront avancer, d’autres s’arrêter pour voir la belle rouge ou la belle bleue, donc risques d’accrochages voire d’accidents corporels.

      Une fois que l’évènement est terminé, le Corps de balais municipal rentre en action puis la Promenade est rendue aux automobiles.

      Pour les personnels de police, gendarmerie, de la sécurité civile etc .., bref tous les intervenants, ce sont des services archi-connus qui changent peu tout au long de l’année.
      En rappelant également que pour tout évènement, il y a « Avant » – Pendant – et Après » et que le dispositif change en fonction du déroulement de la manifestation.

      Pour un feu d’artifice qui dure en gros 20 minutes, les gens se baladent dans les rues touristiques, se promènent, mangent et boivent et vont tranquillement jusqu’à un lieu où ils verront bien le tir des fusées. C’est grand, ils ont une partie de la promenade et la plage en galets.
      « Pendant » ils restent plus ou moins statiques, « Après » ils rentrent chez eux ou vont poursuivre leur soirée ailleurs. Un 14-Juillet, il y a des tas d’animations et de bals dans les quartiers.
      La police se prépare également à changer de mission pour accompagner la foule vers les lieux où elle va.

      L’attentat a eu lieu peu de temps après que le bouquet final du feu d’artifice ait été tiré.

Les commentaires sont fermés.