Xavier Raufer : « il n’y a pas de service antiterroriste en France » [Replay]

Publié Par Auteur invité, le dans Terrorisme

Après les attentats de Bruxelles, les failles du dispositif de sécurité français, belge et européen dans la lutte anti-terroriste apparaissent au grand jour. Pour nous éclairer sur la question, Contrepoints a interrogé Xavier Raufer. Xavier Raufer est directeur des études au département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l’université de Paris II. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine de livres consacrés à la criminalité et au terrorisme.

 

1 – Les derniers événements liés au terrorisme qui ont secoué la France et la Belgique témoignent de failles dans le dispositif de sécurité européen. À quel niveau se situe le problème ? Y a-t-il impréparation de la police ? Manque de réactivité de la part des politiques ? Bernard Cazeneuve a réagi aux attentats de Bruxelles en renforçant le dispositif militaire. Y a-t-il une chance pour que cette réaction soit efficace ?

Encore une fois, rien n’avait été prévu ni anticipé, pas plus en Belgique qu’en France. Le Premier ministre belge arrive et dit « qu’il s’en doutait ». C’est loin d’être suffisant. On est dans le flou le plus absolu. Or il faut bien comprendre que ce qui s’est passé à Bruxelles n’est pas un coup porté exclusivement à la Belgique. Le front est clairement franco-belge, avec des terroristes qui ne cessent de faire des allers-retours entre les deux pays.

En France, nombre de mesures prises aux lendemains des attentats de 2015 ont été à la fois utiles et nécessaires, comme l’état d’urgence1, le renforcement policier dans les zones sensibles ou les contrôles aux frontières, mais l’essentiel n’a pas été accompli. Rien ne pourra fonctionner vraiment tant que l’on verra à la table de réunion de l’UCLAT (Unité de Coordination de la Lutte Antiterroriste) au ministère de l’Intérieur, pas moins de 22 services différents, tels que la DGSI, la DGSE, la PJ, TRACFIN pour le financement du terrorisme, etc. Situation démentielle ! Plus la situation se tend, plus pour y remédier l’État crée d’entités antiterroristes qui viennent s’agréger à ce qui existait auparavant.

Résultat, il n’existe pas vraiment à proprement parler de service antiterroriste en France, mais un conglomérat de plus en plus obèse au fil des années. Imaginons qu’il en soit de même dans tous les pays de l’Union européenne, la réunion de coordination au niveau des 28 pays nécessiterait la location du Palais des Sports.

2 – Vous avez à plusieurs occasions critiqué la désorganisation des services de renseignement : sommes-nous en train de payer le prix de ses multiples réorganisations au sommet, et éventuellement de la négligence du renseignement de terrain ?

Il faut simplifier les appareils antiterroristes tant français qu’européens et les mettre en ordre de bataille : qu’on sache clairement qui commande et qui obéit. Par ailleurs, aussi bien en France qu’en Belgique, il serait préférable qu’on ne tienne plus devant les commissions d’enquête sur les attentats des propos du type mettons-nous à leur place, ils n’ont pas d’avenir, les pauvres. On ne paye pas les responsables de l’antiterrorisme pour nous dispenser des cours de sociologie ni de morale, mais pour faire en sorte qu’il n’y ait pas d’attentats. On a besoin de services antiterroristes minces, flexibles, efficaces, rapides qui sachent arrêter les terroristes avant qu’ils ne provoquent des massacres de 20, 50 ou 100 personnes. Ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

Pourquoi ? Depuis janvier et Charlie hebdo, rien n’a changé dans les structures et les hommes. Tous ceux qui subissent désastre après désastre depuis Mohamed Merah en 2012 sont maintenus ou promus. Mon sentiment est que nos dirigeants politiques ont peur que si jamais ils déplacent une pièce du dispositif et qu’une semaine après survienne un attentat, cela leur soit imputé. Au moins, en l’état actuel des choses, ce n’est pas leur faute. Ceux qui voient les choses se dérouler de l’intérieur ont ce mot terrible : « des lapins dans les phares ! »

3 – Sommes-nous, avec l’organisation état islamique, face à un ennemi ordinaire ? Quelle est la particularité de cette organisation terroriste ?

En 2013 l’État islamique a envahi une partie de l’Irak, puis s’est installé en Syrie en privilégiant le combat dans son fief. Ses chefs estimaient alors que le vrai combat et les authentiques guerriers étaient au Moyen Orient sans attacher d’importance à ceux qui se réclamaient d’eux en Europe : tout au plus daignaient-ils leur accorder une sorte de parrainage moral… Or voila que brutalement, au début de l’année 2015, les coups portés notamment par la Russie de Poutine commencent à les mettre en mauvaise position : les milices chiites qui remontent du sud de l’Irak tandis que les Kurdes redescendent du nord vers le sud les prennent en tenaille.

Dès lors, ils décident d’une nouvelle stratégie de frappe tous azimuts que nos gouvernants et nos services n’ont pas perçue immédiatement et qui s’est matérialisée en France avec les attentats du 13 novembre. La volonté de l’État islamique est de desserrer l’étreinte en semant partout la mort. C’est un classique de l’histoire du terrorisme : dès lors qu’il perd ses bastions au cœur du monde arabe, Oussama Ben Laden abandonne le petit Jihad pour le grand Jihad. Même stratégie pour Daech en 2015-2016 : les attentats extérieurs jusqu’alors imputables à des locaux qui lui faisaient allégeance sont désormais conçus centralement, au sein du Califat, et des éléments partiront du Moyen-Orient pour conduire le combat.

  1. Nos lecteurs réguliers auront surement identifié ici un point de désaccord entre Contrepoints et M. Raufer
  1. Très bon article, simple, clair et concis comme d’habitude pour monsieur Rauffer.
    Outre l’aspect politique international et national du terrorisme, on peut simplement constater l’absurdité bureaucratique de nos services de police, d’un mamouth dont l’inertie permet à quelques individus de les mettre en échec.
    A cela s’ajoute le manque de courage et de volonté politique de « séparer le bon grain de l’ivraie » afin de protéger (fonction régalienne) nos concitoyens.

    1. J’ai l’impression que vous oubliez, en tout cas pour beaucoup « d’officines » du renseignement, que la discrétion y était la règle avec ces notes non signées et non adressées qu’on appelle « un blanc », si j’ai bonne mémoire. Demander à ces services de livrer aux autres services nationaux ou, pire, aux services étrangers, leurs informations est évidemment une sorte de « crime contre nature »!

      Un service secret possédant un renseignement que les autres n’ont pas et qu’en plus, ils ne savent pas que vous le détenez, c’est clairement ce qu’ils ont de plus précieux et qui fait leur pouvoir ou leur supériorité. Qui a envie de galvauder ses « trésors »?

      Il est bien clair que « partager » ces secrets n’a rien de la tradition gaullienne quand la France se voulait être une puissance en « soi », ni inféodée à l’OTAN des Américains ni alliée avec l’URSS.

      Donc, une fois de plus: un jour, il faudra choisir si vous optez pour le bloc européen ou si vous continuez à en faire le bouc émissaire responsable de tous vos malheurs, après avoir signé, de façon claire ou moins claire (je ‘ai pas oublié le référendum de 2005 (?) que l’assemblée nationale a « corrigé »!) toutes les prises de positions du conseil européen.

      Dans un cas, vous collaborez loyalement, dans l’autre vous isolez sur vous-mêmes (attitude acceptée de la Grande Bretagne, à tort, à mon avis).

      1. vous isolez sur vous-mêmes (attitude acceptée de la Grande Bretagne, à tort, à mon avis).

        Simple hypothèse de votre part.

  2. Je reste persuadé que la solution se trouve :
    1- le retour des personnels de securité dans les cités, pour une police de proximité, de citoyenneté bien éloigné de la posture ultra répressive … Cette police là, elle verrait les enfants devenir adolescents, et les dérives de certains. Elle serait connu et reconnu, appreciée des citoyens. Du renseignement en or.
    2- une approche collaborative de notre securité lors de nos déplacements : l’état à la,possibilité de creer en environnement de confiance ( tout l’opposé dès posture en vigueur depuis des décenies) pour que 90% des déplacements ( auto, transports en commun) soient geolocalisés … Volontairement… Cela sécurisé de se savoir entourés de citoyens dans cette démarche collaborative, vigilante et responsable. Big brother fera le reste pour cibler les comportements inhabituels… Ou non identifier… Plutot que de fouiller les bagages inutilement… Cette approche démultiplie les yeux et oreilles des forces de sécurité… Permet de concentrer les moyens là où il le faudrait.
    2- la création d’un fbi européen est inéluctable pour le banditisme complètement international ainsi que la mutualisation de la garde de nos frontières européennes…

    1. 1- la police a des priorité claires : les infractions routières et le marché de gros de la drogue. Elle en a RAF du marché de détail qui fait vivre les « cités » (au contraire…). Le « gardien de la paix » de proximité est mort, et ne sera pas ressuscité par des incantations.
      2- lire que des gens, comme vous, en vienne à attendre big brother comme le messie est … je ne sais pas pas quoi dire … ça devient grave …
      3- le FBI … le machin inutile remplis de « control freaks » qui veulent accéder à toutes nos données ? décidément vous êtes grave …

      1. le big data ne devient big brother uniquement parcequ’ il s’agit d’une volonté d’utiliser les données à des fins répressives. Cela n’a rien d’inéluctable en soit… Même si je conçois il faut une bonne dose d’utopie pour croire cela possible.

        Mais vous n’y échapperez pas… Ni à la,multiplication des controles, ni à la constitution de fichiers interconnectés…

        Alors moi, Je prefere inverser totalement l’approche.

        Mon propos est de dire qu’il est possible de créer un environnement qui encourage les citoyens à partager entre eux et avec les forces de sécurité leurs géolocalisation… Sur la base du volontariat, d’une démarche responsable… Cela commence par n’utiliser ces données qu’aux seules fins consenties, et que les citoyens en conservent la proprieté.

        Le big data est aussi un outil puissamment positif. Alors comme nous sommes certains que les pouvoirs en place s’en serviront contre les peuples, autant en avoir des effets bénéfiques.
        Mais vous avez raison, et Je l’écris.. Il faudrait que le pouvoir soit au service des citoyens,,,, qu’il ait la volonté d’apporter la sécurité aux citoyens… Conditions de toute évidence non réunies.

        PS : le fbi a déjà accès à toute les données… Rien ne vaut le renseignement du terrain… D’où réinventer une police de proximité, totalement éloignée des délires répressifs actuels.

        1. Pierre Kirool (futur émigré)

          « Mais vous n’y échapperez pas… Ni à la,multiplication des controles, ni à la constitution de fichiers interconnectés… »

          Surtout si on laisse faire.

          « Mon propos est de dire qu’il est possible de créer un environnement qui encourage les citoyens à partager entre eux et avec les forces de sécurité leurs géolocalisation… »

          Alors là… AMHA le BigData excerce sur vous une telle fascination que vous n’avez plus conscience de ce que vous écrivez.

          L’État n’encourage rien du tout, il n’invite personne à faire ceci ou cela. Il ne se préoccupe pas d’avoir votre consentement. Il contraint par la menace de la prison. Vous serez OBLIGÉ que vous le vouliez ou non de « jouer le jeu » de la lutte anti-terroriste.

          Pas besoin d’être extralucide pour voir que ce système va immanquablement dégénérer autant par la faute de l’État que par celle de vos aimables concitoyens qui prendront leur RESPONSABILITÉ de vous dénoncer, pardon de communiquer aux forces de l’ordre tous vos faits et gestes dans une démarche volontaire.

          Par ailleurs qu’est-ce qui se passera si vous refusez de communiquer votre position puisqu’à priori dans un premier temps on aura ce choix? Et bien ce choix n’existera pas bien longtemps avec un argument facile à trouver : on considèrera que votre attitude individualiste met en danger le reste de la communauté, la suite vous la devinez on cherchera à vous empêcher de nuire à la communauté (prison au pain sec et à l’eau puis peloton d’exécution quand les prisons seront pleines).

        2. C’est vous qui aurait applaudi Hitler en 1934. Il avait ramené l’ordre…

        3. cap2006: « le big data ne devient big brother uniquement parcequ’ il s’agit d’une volonté d’utiliser les données à des fins répressives »

          Vous voulez fournir toutes vos données à des gens qui ont mis en faillite tout ce qu’ils ont entreprit, y compris le régalien, la sécurité et la justice ?
          Des gens qui mentent et abusent de leur pouvoir depuis au moins 30 ans ?

          Au moment ou la bureaucratie au pouvoir lutte pour piller ce qui reste pour survivre vous voulez vraiment leur donner la possibilité de nous traquer au millimètre en pensant que ça va régler le problème du terrorisme ?

          1. À tous….
            Je maintiens intégralement mon UTOPIE… Et je partage TOUTES vos craintes sur la réalité de la techno-structure qui détient le pouvoir, à son profit exclusif.

            Craindre le pire, cela n’a jamais empêché qu’il ne survienne… Il n’y a qu’à voir l’accumulation des lois anti terrorisme, une par an depuis 20 ans… Toutes plus liberticides les unes que les autres, sans aucune influence réelle sur le risque attentat.

            Notre sécurité nous appartient… Tous vous semblez les contraintes inutiles mises en place pour dire au bas peuple que l’on fait quelque chose… Tous vous semblez aimer dépendre de services de police visiblement peu efficaces à nos apporter la sécurité pour nous, nos proches et nos biens…

            Je le répète une dernière fois : si un gouvernement voulait vraiment apporter plus de sécurité à la population, Il le peut, à moindre coût… Et pour cela, il doit changer radicalement son positionnement, ses objectifs, sa posture. Il doit inspirer la confiance par ses actes et ses décisions.
            Je partage avec vous l’incroyable constat : nous donnons nos données à waze, coyotte, Google, Microsoft, étc… Et nous avons peur de le faire à l’état.
            Alors Je comprends que mon UTOPIE interpellé…. Et j’attends vos propositions…

            PS : signaler un comportement suspect, un bagage isolé, un agresseur dans un train, un conducteur adepte des queues de poisson ou des dépassements irresponsables, etc…. via un dispositif dans lequel nous serions authentifiés… Ne me fait pas penser à une période sombre de notre histoire. Il le peut aussi… Et c’est la version « positive » qui constitue mon UTOPIE

            1. cap2006: « PS : signaler un comportement suspect, un bagage isolé, un agresseur dans un train, un conducteur adepte des queues de poisson ou des dépassements irresponsables, etc »

              C’est bien plus un choix de société que législatif, celui de mettre en avant les « héros civiques » mais ce n’est justement pas la voie qu’a prise la France via ses « penseurs égalitaire ». Les héros quand ils ne sont pas suspectés d’avoir voulu faire justice eux-mêmes (les heures sombres patati) sont souvent foutus en taule quand ils réussissent trop bien ou totalement passés sous silence au mieux alors qu’on donne la Légion d’honneur à des tyrans criminels et des violeurs.

              Ça ne suscite pas les vocations.

              Quant à la communauté musulmane qui, au première loge, pourrait faire le ménage ; infiltrer, dénoncer, signaler, la gauche la transformée en ennemie à force de la victimiser et de la mettre à l’écart.

              Avant toute loi ou force de police, qui ont des portées obligatoirement limitées, l’imaginaire des peuples dicte leurs destins.
              La France de par ses écrivains, son histoire, ses « philosophes » ne comprend que les pouvoirs verticaux, monarchiques, alors qu’on est beaucoup plus consensuel et démocrate dans le nord et elle a le culte de la lutte des classes, de l’affrontement social et de l’égalitarisme.

    2. « le retour des personnels de securité dans les cités, pour une police de proximité » je suis pas contre cette idée. Le problème avec les polices de proximité c’est qu’elles sont sous contrôle des élus locaux. Or, ceux ci pratiquent du clientélisme et n’hésitent pas à laisser la racaille tranquille et à avoir des liens avec l’islam radical. Une police de proximité ne peut être efficace que si elle est sous traite à l’influence de politicards locaux (qui sont les premiers responsables de la situation).
      Je suis pas pour du 100 % répressif mais on en a quand même besoin (du répressif).

       » la création d’un fbi européen » Je pense que nous avons besoin d’un modèle européen, c’est-à-dire un modèle pensé par les Européens pour les Européens, pas d’une vague reproduction d’un modèle à l’américaine qui ne serait adapté ni à notre champ d’action, ni à nos contraintes politiques. Pa exemple, en matière de contre terrorisme, cela commence par renforcer ce qui existe déja, c’est à dire les services de Gilles De Kerchove, le Monsieur anti-terroriste de l’Union européenne.

      Un FBI européen ou une CIA européenne suppose un état européen ou du moins, d’une politique de défense et étrangère commune. Ce qui n’est pas près d’arriver. Donc, votre solution est complètement utopiste. Je pense qu’il faudrait quelque chose entre le « chacun pour soi » et le « FBI européen »

      1. Il y a des choses inimaginables en Europe mais réalisées aux U.S.A., comme Guantanamo!

        D’autre part, il y a une alternative à la « police municipale de proximité » (dont les défauts possibles son repris ci-dessus), c’est l’infiltration de ces milieux par des policiers ou des « indicateurs civils mais civiques » qui permettraient la « décapitation de ces bandes par les têtes ».

        Entre autres, il ne serait pas difficile d’envoyer un « honorable correspondant » pour aller écouter, en arabe, le message de l’imam, dans chaque mosquée.

        Discrimination? Oui, peut-être! Mais un pays a le droit de se défendre contre ceux qui veulent sa destruction et même si, par vos principes de laïcité folklorique, vous devez envoyer des agents écouter des sermons catholiques ou suivre les offices de la synagogue, faites-le, par « égalité », ça coûtera plus cher, en pure perte: on n’a jamais vécu de terrorisme chrétien ou juif, en France, que je sache, et tant que j’y pense, il faudra aussi infiltrer les loges maçonniques, à ce tarif-là!

        1. vous devez envoyer des agents écouter des sermons catholiques ou suivre les offices de la synagogue

          Vous avez une piètre idée des gens civilisés : qu’est que cela doit être en ce qui concerne la religion dépravée :mrgreen:

    3. Donc pour vous la solution pour guérir quelqu’un qui saigne en continu c’est :
      1) mettre plus de pansement et des plus gros
      2) que plusieurs citoyens puisse regarder si ca saigne ailleurs
      3) creer une entité qui vérifiera si le sang coule encore et qui peut fournir rapidement d’autres pansements quand ca saignera a nouveau.

      Perso moi c’est :
      1) arreter notre interventionnisme policier a travers le monde
      2) faire les vrais mesures économiques necessaires pour relancer le pays (il y en a pas 100, baisse de l’imposition des entreprises de 65 a 30%, mettre en place une flexi-sécurité pour permettre de licencier plus facilement, déréguler les métiers régulés et les ouvrir a la concurrence)
      3) arretez d’etre constament négatif, a pointer du doigt des communautés, et se remettre un poil en question….

      Donc si je met cela en parallèle avec ma personne qui saigne :
      1) diagnostiquer la source du sang
      2) soigner la source du probleme

      Cela ne me coutera aucun pansement, aucun groupuscule soit disant expert a subventionné,…
      Mais si cela vous rassure d’avoir des policiers partout, la France fait 675 000 km2, donc si on pense qu’un policier peut couvrir environ 10m2, je vous laisse faire le calcul… Moi perso si demain j’ai du mal a respirer, je ne vais pas juste me mettre une bonbonne d’oxygene dans la bouche, je vais essayer de savoir pourquoi j’ai çà, et comment empecher que cela ne se reproduise… mais j’avoue c’est une vision minoritaire en France, pays ou on aime etre rassuré, ou on aime que l’Etat soit notre nounou, et qu’il nous protège, alors meme que c’est un pompier pyromane… mais ca rassure, et ca c’est cool.

      1. Vous croyez réellement que ce que vous proposez va arrêter le terrorisme. Je suis pas contre vos propositions (sauf peut être pour la 3. Tout dépent ce que vous entendez par « pointer le doigt ». Si, dire la réalité (qui n’est pas politiquement correct) c’est pointer du doigt certaines communautés. Laissez moi dire que l’on a fait cela pdt des années. On a versé dans l’angélisme où il était impossible de dire certaines réalités. Et on a vu ce que cela a donné: du terrorisme).

        1. Pierre Kirool (futur émigré)

          « dire la réalité »

          C’est bien là que le bât blesse. Croyez vous que c’est dire le vérité que de dire que le problème c’est la communauté musulmane et l’islam quand on sait que les terroristes picolent, bédavent, ont des profils de braqueurs de banque et pour beaucoup ont été recrutés en taule? (C’est pas moi qui le dit mais l’ex juge anti-terroriste Trévidic qui estime que le fait criminel est bien plus présent que le fait religieux dans le djihadisme et qui trouve inutile les centres de déradicalisation car c’est aller à côté de la plaque.)

          C’est dire la réalité quand on pointe du doigt une communauté quand dans le même temps on apprend que notre protecteur attitré à refuser une liste de djihadistes provenant des Syriens, à ignorer ou minorer des informations venant des Américains, des Allemands, des Turcs et des Marocains (ou Tunisiens sais plus)?

          Qu’est ce qui n’est pas politiquement correcte au juste?

          1. C’est clair! Les premières victimes du terrorisme de Daesh sont musulmanes (Liban, Pakistan et Turquie, récemment). Sans oublier les autochtones des zones que Daesh contrôle qui paient à Daesh des impôts « directs » comme l’achat des groupes électrogènes (dont Daesh conserve le monopole) et l’essence pour les faire tourner ou indirects comme les taxes sur toute activité commerçante!

            De plus, on constate de plus en plus que les terroristes sont bien des « produits » de Daesh qui sont partis en Syrie librement et en reviennent conditionnés pour mourir ici en créant la terreur (le geste de se faire exploser en tuant un maximum de gens n’est pas naturel dans notre culture, évidemment!). Et celui qui a reculé, comme Salah Abdeslam n’est bien sûr plus rien pour Daesh!

            La toute grande majorité des musulmans de nos pays pensent maintenant comme nous, que le respect mutuel vaut bien mieux que de tuer celui qui ne pense pas comme nous! Et il ne faut pas leur demander de s’excuser pour ce qu’ils n’ont pas fait et qu’ils condamnent quand on leur tend un micro.

            1. « Pakistan et Turquie, récemment  » l’attentat au Pakistan a visé des chrétiens pas des musulmans. En Turquie, les attentats de l’EI ont soit visés des touristes soit des kurdes de gauche (qui eux étaient bien musulmans).

              « Les premières victimes du terrorisme de Daesh sont musulmanes » en effet mais pour les islamistes, certains courants de l’islam ne sont pas des vrais musulmans. Les terroristes islamistes sunnites visent particulièrement les chiites qu’ils considèrent comme des mécréants. D’autres courants de l’islam (y compris de l’islam sunnite) sont considéré comme non musulmans par les islamistes et une partie de la population. Je pense aux alévis, aux druzes,….

        2. astérix: « Si, dire la réalité (qui n’est pas politiquement correct) c’est pointer du doigt certaines communautés. Laissez moi dire que l’on a fait cela pdt des années. »

          les socialistes on fait exactement l’inverse en fait.

          Imaginez que vous soyez, par exemple, rouquin et que la presse se répande en article disant que les roux ne puent pas, que c’est dégueulasse de les stigmatiser que la France est anti-rouquin avec pleins d’officines « touche pas à mon rouquin », « sos rouquins ».

          Votre seule identité dans cette société là, c’est victime.

        3. La chose est entendue, les politiques font comme si « l’État islamique veut attaquer notre civilisation Européenne, nos valeurs,… Et blabla » sauf que le seul pays attaqué était la France jusqu’à ce que la Belgique (à cause des Belges qui sont rendus en France pour faire des attentats et donc non pas en Belgique pourtant ils y étaient) donc que la Belgique décidé de faire la même politique interieure que la France, donc essayer de tapper partout, peu importe les innocents, peu importe le fond… Comme on dit quand on remue la…. C’est normal que ça pue. Pourquoi l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre (et les autres) qui sont des pays bien plus puissants ne sont pas touchés ? Notre politique internationale, notre interventionisme aiguë… D’ailleurs l’Angleterre et l’Espagne l’ont bien compris en 2004 et 2005 que c’était respectivement leur soutient à l’interventionnisme de Bush en 2002 qui les avait transformé en cible pour le terrorisme, tous les autres pays qui n’avaient pas porter soutien à Bush, n’ont pas été touché.
          Donc oui nous payons notre interventionisme, je vous rappel que l’État islamique n’est pas alquaida, son seul but, comme son nom l’indique,c’est de constituer un état, pas de perdre des hommes ailleurs, mais de devenir un état à part entière…

          Les mesures éco sont essentielles car l’objectif étant que si nous avons une économie dynamique il y aura moins de chômeur qui ne savent pas quoi faire d’autre que de regarder les vidéos de daesh, et plus généralement une éco dyna entraîne une hausse de confiance dans l’avenir, donc un terreau réduit à néant pour les mouvements sectaires que sont l’État islamique, le communisme, le nationalisme.

          Et pour mon 3eme point, si le 2eme était en place, croyez moi, plus personne ne pointerait du doigt une minorité, l’histoire nous l’apprend, quand économiquement cela ne va pas, on transforme une minorité en cible, et c’est comme ça que les plus grands drames ont eu lieu… Et même si vous ne supportez pas cette comparaison, les juifs en 38 étaient devenus responsables de tout, vu que l’économie n’allait pas…. Bref le jour on on arrêtera de chercher des boucs émissaires à nos problèmes on grandira… Surtout si on se remet en question, car je rappel que c’est nous qui votons pour les handicapés qui nous gouvernent et c’est nous qui les laissons continuer à tuer notre pays et ni eux, ni nous sommes musulmans…

          1.  » Pourquoi l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre » Ces pays sont peut être pas visés ?? Vous voulez rire, j’espère ?
            Ces pays ont déjoués une série d’attentats chez eux. Alors, il faut arrêter de dire qu’ils sont pas visés. Et expliquez moi en quoi le Royaume Uni n’est pas un pays interventionniste (même après 2005) ?
            Marrant que vous parlez de l’Allemagne, l’Ei vient de menacer ce pays: http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/108048-160331-l-etat-islamique-menace-l-allemagne

            « Donc oui nous payons notre interventionisme » Totalement faux, il faut arrêter de dire n’importe quoi. Cela fait des années (bien avant une intervention militaire contre l’EI) que des experts sérieux omme David Thompson disent que les terroristes parti en Syrie disent que pour eux, la France est une cible légitime et que tôt au tard, ils finiraient par frapper la France. A l’époque, tout le monde s’était moqué d’eux (de ces experts).

            Quand au but de l’EI, il existe plusieurs courants en son sein avec des buts différents. Bien sur, l’établissement d’un califat est très important mais frapper les infidèles est aussi très important. Conquérir le monde est un de leur but.

            Les attentats du 13 novembre étaient craint depuis 2007 en France. Soit bien avant, la création de l’EI.
            Quand à la Belgique, étant donné la nullité des services de renseignement de ce pays. Rien d’étonnant qu’il y ait eu des attentats. Bruxelles est la capitale européenne, cette ville compte de nombreuses institutions européens. C’est l’une des ville avec le plus de journalistes au monde. Pas étonnant que cette ville soit pris pour cible. En quoi la Belgique est plus interventionniste que les autres pays européens ? J’ai réellement du mal à comprendre. Ce pays a une armée très faible qui fait parti de la coalition contre l’EI comme la plupart des pays européens mais qui je joue aucun rôle majeur dans cette coalition.
            En quoi la politique intérieure belge vise des innocents ? Il faut arrêter vos délires. Le problème de ce pays c’est le laxisme envers l’islam radical que l’on a laissé se développer pendant des années en silence. La Belgique paye aujourd’hui sa complaisance avec l’islam radical. Des membres du renseignement belges ont été critiqué par leurs supérieurs car ils disaient, il y a 15 ans, que la Belgique était une base arrière du terrorisme islamiste (ce qui n’est que la vérité). Un haut responsable du contre terrorisme américain avait considéré que les responsables belges étaient des enfants étonnant donné leur déni vis à vis du terrorisme islamiste.

            Vous noterez qu’en Belgique, ceux qui sont les plus durs avec l’islam radical (et avec l’islam en général), ce sont les flamands (il existe une extrême droite assez forte flamande qui a décru ces dernières années avec la montée de la NVA). Or, le terrorisme islamiste n’est pas développé en Flandre mais surtout à Bruxelles (autrement dit, chez les francophones, bcp plus à gauche et bcp plus complaisants envers l’islam radical).

            La comparaison avec les juifs est totalement ridicule. Le reproche fait aux juifs était un reproche très socialiste et anticapitaliste c’est à dire celui d’être riche. On les accusait de contrôler la finance, … Enfin, tous les reproches actuelles des gauchistes sauf que l’on ajoutait le mot juif derrière. Les juifs représentaient 1 % de la population allemande. C’est de là que vient cette obsession des gauchistes pour le 1 % de la population.

            Bien sûr, vous avez tjs des abrutis pour faire des musulmans des boucs émissaires mais c’est une petite minorité. Bcp de gens ne font pas des musulmans des boucs émissaires, seulement ils regardent la réalité et ils voient qu’une partie non négligeable de la population musulmane refuse de s’intégrer.

            Pour Al Qaeda, rappelons que c’est l’intervention en Afghanistan qui a permis de mettre fin aux attentats en Europe. En effet, Al Qaeda a perdit sa base arrière et les chefs de l’organisation ont dû se acher et vivre en étant traquer ce qui a eu comme conséquence qu’Al Qaeda a décidé de se recentrer sur le Moyen Orient.

            Ce qui est vrai pour l’Ei, c’est que la perte de territoires au Moyen Orient les a poussé à amplifier leurs attaques en Europe. Ceci dit même sans intervention, vous pouvez êtes sûr qu’il aurait eu des attentats en Europe

      2. je vous laisse faire le calcul…

        Hé hé, plus de chômage 🙂

  3. Tout concentré un seul service anti terroriste n’est peut être pas la solution. Pratiquement tous les experts de l’anti terrorisme dénonce la réforme faite par Sarkozy qui a fusionné la DST et les RG pour former la DCRI en 2008. La culture RG s’est perdu au profit de celle de la DST. Cela a grandement nui à l’efficacité de nos services de renseignement. Alors, oui, il est important de ne pas avoir 22 services mais ce n’est pas pour cela qu’il faut en avoir qu’un.

    Il y a un problème de culture (tel que dénoncé par Bauer dans un de vos articles): la culture de nos services de renseignements est celui du contre espionnage où il faut un cloisonnement et où c’est sur le long terme alors qu’ajourd’hui, il faut miser sur la rapidité et le partage d’information. Il faut passer à la culture du contre terrorisme

    1. Voilà un article intéressant contredisant Bauer: http://www.cf2r.org/fr/tribunes-libres/renseignement-quand-les-idees-re-ues-font-debat.php
      Si Bauer dit des choses intéressantes, il confonds le travail du renseignement policier avec celui des services de renseignement

    2. Pierre Kirool (futur émigré)

      « Pratiquement tous les experts de l’anti terrorisme dénonce la réforme faite par Sarkozy qui a fusionné la DST et les RG pour former la DCRI en 2008. »

      Là, je pose la question de savoir si on peut prendre pour argent comptant ce que dit Bauer et les autres experts parce que fusionner des services, ça oblige à supprimer des doublons donc des virer des personnes devenues inutiles…

      1. « Là, je pose la question de savoir si on peut prendre pour argent comptant ce que dit Bauer et les autres experts parce que fusionner des services, ça oblige à supprimer des doublons donc des virer des personnes devenues inutiles » Déja, je ne sais pas ce que je dis Bauer sur ce sujet mais un, il y a des experts du contre terrorisme ne travaillant pas pour ces services (RG ou DST) qui disent cela. Deux, il y a des agents retraités qui disent cela. Donc qui n’aurait aucun intérêt à mentir. En quoi quelqu’un comme Marc Trévédic aurait intérêt à dire de telles choses ?
        Et d’où tirez vous que du personnel a été viré ?? Personne n’a jamais été viré. Ils ont été muté
        Justement, le RG et le DST étaient complémentaires.

        La création du service central du renseignement territorial en 2014 montre bien l’inutilité et la nocivité de cette fusion. Je suis d’accord pour dire que la France possède trop de services de renseignement mais supprimer les RG était une mauvaise idée. Il fallait commencer par supprimer la Direction du renseignement de la préfecture de Paris (DRPP) qui est chargée de la capitale et de la petite couronne. Et, pourquoi pas supprimer aussi la sous-direction de l’anticipation opérationnelle (SDAO), le service de renseignement de la Gendarmerie nationale.

        Je suis même pas sûr que l’on peut dire qu’il y a eu une simplification et une rationalisation, ce serait même peut être l’inverse.

  4. Je suis assez septique sur le la problématique de la qualité supposée ou non des services et de leur organisation. Pour le moins je pense qu’il y a un problème prééminent et celui-ci est politique. Au fil des événements on apprend qu’un tel est connu des services qu’un autre a été condamné ou etait recherché. La plupart des reseaux sont connus semble-t-il. La seule chose qui manque c’est la personne pour appuyer sur le bouton et ça ce ne sont pas les services qui sont respnsables mais bien les politiques et par extension ceux qui les ont élus. Deviser indéfiniment sur la qualité de l’organisation n’apportera jamais la seule chose qui manque, la decision. Celle de supprimer une menace, d’attaquer, de neutraliser comme le veut l’expression.

    1. Votre premier lien est ridicule, la situation d’aujourd’hui montre bien à quel point Boniface a tort.
      Pascal Boniface n’est pas vraiment une source très fiable: c’est un idéologue d’extrême gauche obsédé par sa haine d’Israel et qui est un sympathisant de l’islamisme. Pascal Bonfiae s’est la personnification de l’islamogauchisme. Je me suis toujours demandé si ce mec croyait réellement les conneries qu’il racontait ou bien s’il était juste payé par le Qatar pour faire cette propagande ?

      Les loups solitaires n’ont jamais existé. Il s’agissait, certes, pas d’organisations organisés mais de réseaux (non structurés). Merah faisait parti d’un réseau, il faut arrêter de dire qu’il était loup solitaire.

      Quant a dire, oser dire que les djihadistes sont des criminels, c’est faux. Le profil djihadiste est extrêmement varié. Il faut arrêter de les réduire à celui du criminel se radicalisant en prison et devenant terroriste. Ceux qui étudient les djihadistes (David Thomson, Wassim Nasr, Gilles N, Bilad Al Fransa, Romain Caillet,…pour vous donner quelques noms d’experts sur le sujet) ont montré, il y a longtemps que ce profil de criminel devenu djihadiste était loin d’être représentatif de tous les djihadistes. Certes, il existe mais il est loin d’être le seul profil des djihadistes

  5. Gayvallet Jean René

    De toute façon comment vivre en Paix en étant le 3ème ou 4ème vendeur d’armes dans le monde ? l’économie mondiale on le sait bien tourne autour de la guerre,vente d’armes,de pétrole,de médicaments (labos) et de reconstruction avec les gros du bâtiments

Les commentaires sont fermés.