Nos enfants vivront mieux que nous

Publié Par Guy Sorman, le dans Société

Par Guy Sorman.

By: JayCC BY 2.0

Il n’est pas de lieu commun en ce moment, mieux enraciné dans la jeunesse occidentale, de l’Europe aux États-Unis, que d’envisager un avenir moins radieux que celui de ses parents. J’entends cela, entre autres, de nos quatre filles comme si pour nous les parents tout fut facile et qu’elles ne bénéficieront jamais d’une ascension économique et sociale comparable à la nôtre. Ce pessimisme qui me paraît absolument sans fondement est entretenu par les médias et les acteurs politiques. La campagne de Trump est, à cet égard, significative : il propose de restaurer l’Amérique « d’avant ». « Avant » tout était-il mieux ?

Chez mes parents dans la banlieue parisienne dans les années 1940, 1950, nous n’avions pas de chauffage central, pas de télévision, pas de téléphone, pas d’automobile. Si nous étions malades, la médecine était balbutiante, peu rigoureuse et la quasi totalité des médicaments d’aujourd’hui n’existaient pas. L’espérance de vie était de l’ordre de 65 ans contre 90 ans aujourd’hui.

Ma génération, il est vrai, aura vécu des progrès inespérés, passant en trente ans du Moyen Âge à l’ère postmoderne : à juste titre, nous étions optimistes. Ceux qui ont vingt ans aujourd’hui, pessimistes, pour la plupart, sont moroses en société et le plus souvent désengagés de la politique, considérant qu’elle n’est d’aucun effet sur leur devenir. Ceux qui militent encore adhèrent fréquemment à des idéologies passéistes, le nationalisme tribal ou le marxisme repeint en Vert. La mode dominante dans la jeunesse occidentale est donc au repli sur la vie privée, ce que facilitent les réseaux sociaux du type Facebook, devenu le loisir dominant des jeunes.

Progrès réel et dénégation

Le plus surprenant dans ce nouvel air du temps, Zeitgeist, est le contraste entre le progrès réel, ininterrompu, et la dénégation de ce progrès. Il est assuré que l’espérance de vie, en bonne santé, continuera à s’allonger, que la génération montante aura accès à des choix de vie grandissants dans son mode de vie, travail et loisir. Sa perturbation psychologique, collective, vient peut-être de ce que le progrès n’est plus linéaire : regarder vers le passé ne permet plus d’envisager l’avenir.

Exemple : il y a cinquante ans, les automobiles étaient fragiles, bruyantes, polluantes ; elles sont devenues sûres, incassables, et propres. Le progrès des transports a été linéaire. Mais comment nous déplacerons-nous dans vingt ans ? Du progrès linéaire, nous entrons dans une nouvelle ère faite de ruptures. Les automobiles n’auront plus besoin de chauffeurs, c’est certain, mais quoi les remplacera ? C’est imprévisible. Probablement nous ne consulterons plus de médecin car nous serons équipés de senseurs en temps réel gérés par la télémédecine. Le travail salarié ?

À heures fixes, en un lieu donné, il deviendra rare ; il sera remplacé par des micro-occupations à la demande dont « l’Ubérisation » de l’économie est le tout premier pas. La plupart des activités seront robotisées à l’exception de l’aide à la personne, de la recherche fondamentale et de la création artistique. L’enseignement se fera à distance, les opéras seront remplacés par des hologrammes, etc… À quoi s’ajoutera tout ce que l’on n’imagine pas.

Ces révolutions sont fortement probables, parce qu’en laboratoire on trouve ce que l’on cherche ; elles perturberont les modes de vie en société et les formes actuelles de la solidarité. Or, l’âme humaine n’est pas faite pour vivre isolément, ne communiquer qu’avec des machines et ne pas communier autour de passions collectives, qu’elles soient religieuses, idéologiques, sportives, ludiques… Ne devrait-on pas dans le débat public, s’interroger sur ce futur-là plutôt que de déserter la discussion ou d’ânonner des slogans périmés autour d’enjeux moisis.

Autre exemple : en politique on se querelle autour d’un Droit du travail qui fut conçu pour des ouvriers salariés en usines alors que les ouvriers, les salariés et les usines vont disparaître. Il n’empêche que des formes collectives de solidarité et de protection des droits resteront indispensables, mais on ne pourra plus les organiser autour de la société d’hier : c’est la société de demain qu’il faut penser.

Pour en revenir à l’interrogation initiale, nos enfants vivront-ils mieux que nous ? il faut s’interroger sur ce que  mieux  signifie : matériellement, la réponse sera positive. Socialement, spirituellement ? On ne le sait pas mais si j’avais vingt ans, je serais stimulé par cette plongée dans l’inconnu et la réflexion futuriste qu’elle devrait susciter. Ma génération a vécu des progrès mirifiques ; mes enfants en vivront plus encore. Il leur appartiendra d’en faire bon usage ; il est temps qu’ils y réfléchissent plutôt que de se morfondre ou s’indigner.

Sur le web

  1. les constats sont toujours utiles, la démonstration de la fausseté de certaines affirmations des verts est salutaire…mais spéculer… et surtout spéculer collectivement..

  2. Le bonheur n est pas que possession comme le laisse entendre cet article, le bonheur, c est avant tout la recherche d une harmonie avec les autres et avec son milieu. Oublier sciemment l impact négatif de notre société consumériste sur l environnement est fort dommage étant donné que c’est le Coeur du problème. Les jeunes ne souhaitent pas uniquement » acheter », ils aspirent à plus, eux.

    1. Faisant partie de ces jeunes je crains que vous ne viviez dans un monde alternatif, ces considérations spirituelles et anti-consommation ne représente qu’une infime minorité d’entre nus.

      Nous aimons consommer, et ce que nous voulons c’est pouvoir consommer davantage. On veut juste consommer mieux, c’est l’unique différence.
      Quant à l’impact sur l’environnement ne me faites pas rire : Les générations ont été les principales destructrices de l’environnement, c’est la nôtre qui change cela : Voitures électriques, recyclage, dématérialisation..etc..nous allons consommer de plus en plus tout en sauvant l’environnement.

    2. C’est sûr : le problème, c’est la vilaine société consumériste qui détruit l’environnement ! Heureusement, la Corée du Nord est là pour nous montrer le chemin du bonheur.

      1. HA HA! Vive l’humour, mais à bon escient !

  3. avec les dettes qu’on va leur laisser sur le dos , j’ai des doutes…..quand à l’allongement de la durée de vie , c’est en train de régresser…..et je ne parle pas de la planête complêtement pourris dont ils vont hériter ….

    1. La dette ne sera jamais remboursée, faut se faire une raison, y aura une décôte quelconque à un moment.
      Et puis toi ces jeunes ne vivront pas en France donc la dette n’affectera pas tout le monde.

      Non l’allongement de la durée de vie ne s’est pas arrêté, quel mensonge !
      Oui, cela a baissé légèrement en 2015 but SEULEMENT en France et SEULEMENT en 2015. Ça s’appelle un blip donc pas une tendance de fond.

      Arrêtez de vous faire du mal comme ça, l’avenir s’annonce fantastique, laissez les jeunes gérer ça.

      1. « y aura une décôte quelconque à un moment. »

        Parce que vous croyez qu’il suffit de tirer un trait dessus, de rayer une rangée de chiffres et puis hop, a plus la dette?? On ne peut rien « effacer » du tout, on ne peut ignorer un problème éternellement en faisant mine qu’il n’existe pas, il finit toujours par vous revenir dans la figure. La dette est le résultat de politiques inconséquentes et destructrices, effacer la dette n’y changera rien, et c’est vous, les jeunes, qui en paieront le plus le prix. Ne laissez pas le ronronnement étatique vous endormir.

         » laissez les jeunes gérer ça »

        Ouais, ça promet!

    2. N’avez-vous pas remarqué que c’est dans les pays développés que la planète est la moins « pourrie »?

      1. N’avez-vous pas remarqué que les pays développés ont les moyens financiers de traiter leurs déchets et des les exporter vers les pays les plus pauvres !!!

        1. « les moyens financiers de traiter leurs déchets et des les exporter »

          Le moyens financiers d’exporter des déchets ? Et il n’y a rien qui vous choque ? C’est le même principe que les moyens financiers de fabriquer des carburants avec les ressources alimentaires des autres. Vous ne voyez toujours pas le problème ?

        2.  » N’avez-vous pas remarqué que les pays développés ont les moyens financiers de traiter leurs déchets et des les exporter vers les pays les plus pauvres !!!  »

          Vous n’avez pas remarquez que ceux qui se plaignent sans arrêt que l’on exporte nos déchets vers les pays les plus pauvre sont les mêmes à s’opposer chez nous à la construction de centres stockages de déchets non recyclables!!!

          D.J

      2. Par contre, le politiciens, c’est kif!

    3. La planète se porte de mieux en mieux, les enfants, leurs parents et leurs grands-parents aussi. Arrêtez d’écouter les semeurs de l’apocalypse, vous aurez moins de doutes.

  4. Article d’un rare utopisme… et pourtant, je suis loin d’être « jeune ».

    1.  » Article d’un rare utopisme… et pourtant, je suis loin d’être « jeune ».  »

      Ce n’est pas de l’utopie que de constater que le progrès nous a été bénéfique.

      D.J

      1. Non mais il est très aléatoire de prédire l’avenir!

        On constate déjà que dans des secteurs où l’homme n’est pas indispensable (le commerce, par exemple), acheter À QUELQU’UN fait encore partie du plaisir.

        Idem pour se soigner: croire une machine ou faire confiance à celui qu’on connait et qui vous connait, peut rendre un traitement inefficace ou guérisseur! C’est l’effet placebo, connu et prouvé depuis longtemps!

        Pourquoi payer (beaucoup) plus cher au bistrot une boisson que vous avez chez vous?

        La réponse:

  5. La génération 68 et ses ultimes bobards pour maintenir un système à bout de souffle dont elle est la seule à profiter… Cotisez mes petits !

    1. + 1 000 000

    2. « La génération ’68 » était très diverse! Oui, il y eut un « noyautage » gauchiste (A.Krivine), en France, principalement (communistes, trotskistes, maoïste); ce ne fut pas le cas partout et ça ne concernait pas tout le monde. Par contre, la revendication de liberté et de remise en cause de l’autorité (gaulliste, ne l’oublions pas) était assez partagée (aux U.S.A. contre la guerre du Viêt Nam).

      J’avais 17 ans, au printemps ’68, personnellement, et j’en ai gardé un culte pour la liberté, un refus doctrinaire comme prétendument « incontestable », une méfiance face à l’autorité omnisciente et un refus du consumérisme irréfléchi. Je ne m’en plains pas!

  6. Je suis de ces jeunes (25 ans) et je suis plutôt optimiste pour l’avenir. Pas tellement d’un point de vue économique où c’est la grande inconnue mais d’un point de vue technologique où je suis très excité par les progrès réalisés : Réalité Virtuelle, voiture qui se conduit toute seule, Hyperloop, voiture électrique, réalité augmentée, Amazon Écho…etc…c’est juste hallucinant, très très excité par l’avenir pour ma part, je n’ai aucun fantasme sur le passé et n’ait aucune envie d’y revenir, et on n’y reviendra jamais.

    Merci pour cet article qui fait du bien. Et rassurez-vous: Les jeunes sont loin d’être tous pessimistes sur l’avenir.

    1. Bien sûr que consommer est excitant…. surtout quand ça touche à la technologie de pointe… C’est encore plus excitant quand tous peuvent y avoir accès et non, comme à l’heure actuelle, un monde clivé pays occidentaux et les autres… Le passé est le passé, ce qui compte, c’est l’avenir, pour nos enfants, encore faut-il être en mesure de se décentrer suffisamment de sa petite personne…..Pas donné à tout le monde !!!!!

      1. Colibri: « C’est encore plus excitant quand tous peuvent y avoir accès et non, comme à l’heure actuelle, un monde clivé pays occidentaux et les autres… »

        Vous n’avez aucune idée de la spectaculaire augmentation de la classe moyenne et de la diffusion des technologies ces 50 dernières années.

        Un chercheur britannique montre le mouvement global de l’humanité depuis 200 ans, cette vidéo est essentielle pour comprendre l’évolution de l’humanité:
        https://www.youtube.com/watch?v=jbkSRLYSojo

        Par contre les pays qui ont cédé aux sirènes de l’égalitarisme perdent en général de 20 à 50 ans de développement.

      2. « l’avenir, pour nos enfants »

        C’est très à la mode de parler de « l’avenir de nos enfants », aussi bien chez les écolos que chez l’auteur de cet article. Cependant, à ma connaissance, je n’ai pas fait d’enfant avec G. Sorman ou avec les écolos. Le « nos enfants » doit donc faire référence soit à « notre clan », soit à l’humanité. Se soucier de l’avenir de son clan est concevable, mais il est inutile d’y mêler des considérations philosophiques ou morales tout en reléguant les autres au rang de sauvages. Parler au nom de l’humanité demande en revanche une vision bien plus large du monde qui a bien d’autres problèmes que les notres et beaucoup d’humilité. Pas donné à tout le monde effectivement.

    2. Alain Le Gargasson

      Oubliée la loi de conservation de l’énergie? Lavoisier : rien ne se cré, tout se transforme.
      «Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »Kenneth Boulding (1910-1993), président de l’American Economic Association.

      https://www.youtube.com/watch?v=o7805tvS9hc

  7. oui
    facile de se dédouaner de ses responsabilités de baby boomers:
    une génération de jouisseurs égoïstes et irresponsables, qui laisse un champ de ruines derrière elle
    non mr sorman le passif a éponger est très lourd

    1. C’est sûr ! Les baby-boomers ont bénéficié du monde laissé dans un état merveilleux par une seconde guerre mondiale de rêve. Quels salauds d’avoir gâchés ce monde idillique qu’ils ont trouvé à leur naissance. Maintenant les jeunes découvrent l’horreur des textos, un facebook qui les dégoûte, Internet qui leur gâche la vie, cétroporible !

      1. Cette génération aura vécu en parasite de sa naissance à sa mort ils n’ont pas reconstruit le pays se sont contentés de prendre le pouvoir en mai 68 puis d’inventer l’inflation pour rembourser leur prêt immobilier et ensuite de se voter des préretraite ou une retraite à 60 ans bien évidemment non provisionnée donc ils laissent effectivement un champ de ruines derrière eux
        je signe et je persiste c’est une génération de salauds à laquelle vous appartenez manifestement mr pat

        1. Merci de ne pas confindre toute une génêration avec les socialistes hédonistes de gauche et de droite qui ont gouverné le pays.

          1. Cette génération a quand même régulièrement manifesté son approbation dans les urnes. Je veux bien qu’on exclue les abstentionnistes, mais pas plus.

          2. La Droite n’ a JAMAIS gouverné ce pays :
            Si cela avait été le cas, aucune autoroute n’aurait été construite car aucune ligne de chemin de fer n’aurait été fermée .
            L’automobile n’aurait atteint son niveau actuel, les tramways ayant été développés en place d’être supprimés .

          3. Déjà, il faudrait s’entendre sur la définition du « baby boom »: il s’agit d’un pic de natalité: en Europe occidentale, 1945-1975, en France, 1942-1974 (wikipédia). En théorie, génération n’ayant pas connu la guerre (exception: la guerre d’Algérie, 1954-1962, mais qui n’est pas une « guerre », comme chacun sait. Donc certains babyboomers y ont participé).
            Qui a connu les « 30 Glorieuses » 1946-1975 (ibidem): donc croissance économique, investissements, consommation, prospérité et progrès scientifiques et techniques.

            Pour le reste, les sociologues ne sont pas d’accord entre eux!

            Il n’est pas difficile de voir que les conditions actuelles sont différentes, ce que l’état français (syndicats et administration inclus) ne semble pas avoir compris, entre autres, la disparition de l’inflation et de la possibilité de dévaluer, ce qui contraint à une gestion plus rigoureuse, ce qu’imposent les « critères de Maastricht ».

            Et tout retard a des conséquences néfastes, en commençant par le taux de croissance et le taux de chômage, mais aussi la fiscalité, l’investissement, le progrès scientifique et technique, la consommation et donc la prospérité, endettement compris.

            Les critères de convergence ou de Mastricht ont été signés par la France en 1992: en 14 ans, c’eût dû être possible, non?

        2. Une génération de salauds? Grâce à leur travail, ils ont réussi à créer de la prospérité, à permettre le développement de la recherche, à aider et leurs enfants et leurs petits-enfants sans compter leurs vieux parents toujours en vie grâce aux progrès d’une médecine à laquelle ils ont contribué. Ils n’ont pas connu les RTT ni la retraite à 60 ans mais plutôt à 65, voire 70, et vous osez les traiter d’égoïstes et de salauds? Non mais, retombez sur terre!

          1. Pour être plus précis génération deparasiter de profiteurs qui a détourné l’ensemble des institutions publiques sur été mise en place pour elle et Parent El par une génération de politiciens élus et complice ils n’ont jamais bénéficier de la retraite à 80 ou 70 ans mais bien 60 depuis 20 ans au cas où ne soyez pas au courant

      2. C est sur ! Comme certains internautes qui ont bénéficié de l ecole gratuite, qui ont eu accès à de bons profs qui leur ont développé l esprit critique pour construire, innover et qui finalement détruisent, piétinent, dénaturent tout ce qu ils touchent.

      3. C’est sûr! Comme certains internautes qui ont eu la chance d’être instruits sur les bancs de l’école républicaine, qui ont eu de bons profs qui leur ont développé leur esprit critique mais qui l’utilisent uniquement pour dénaturer les propos des autres…… Grosse perte de temps avec ceux-là !!

        1. « …la chance d’être instruits sur les bancs de l’école républicaine, qui ont eu de bons profs qui leur ont développé leur esprit critique… »
          Développé leur esprit critique! Visiblement, nous n’avons pas été dans les mêmes écoles « républicaines »! Ecole du conditionnement étatiste et socialisant plutôt. Il n’y a aucun développement de l’esprit critique à l’école publique par contre la critique de tout ce qui n’est pas de gauche y est prégnant.
          « …mais qui l’utilisent uniquement pour dénaturer les propos des autres… »
          En gros, votre « bon maître » vous a donné des bribes de savoir (de gauche) donc vous n’avez plus le droit d’émettre la moindre critique. Démonstration une fois de plus que le socialisme est une superbe porte d’entrée vers le totalitarisme… pour le bien de tous bien sûr.

    2. Effectivement, ne nous défilons pas, merci pour votre objectivité et votre honnêteté ce qui n’est pas le cas de tous…. Il me semble important d’éviter de trouver 1 responsable ( une génération, un pays, un homme politique,,…..), je ne pense pas que ce soit les personnes à condamner mais plutôt un modèle économique,notre façon de penser la société. Et heureusement pour nous, on peut la repenser et la concevoir différemment en mettant au centre l’humain et non les biens matériels donc l’argent. Une jeunesse dynamique, concernée, loyale existe, je la côtoie et suis fière de les connaître.

      1. Il semble bien que ce soit la seule façon « intelligente » prouvée de vivre (l’humain avant le matériel) : voir la vidéo en réponse à D.J plus haut.

    3. philippe: « une génération de jouisseurs égoïstes et irresponsables, qui laisse un champ de ruines derrière elle »

      En france et dans quelques autres république bananière c’est vrai, sinon pleins de pays pètent la santé.

  8. dire que nos enfants vivront mieux signifie que notre situation actuelle peut s’améliorer…..ça n’a pas de sens , la vie est faite de joies et de peines et d’envies quelque soit les époques , c’est la vie et il n’y a rien qui puisse l’améliorer , nos joies ne seront pas les leurs, leurs peines seront différentes et sans doute diront ils la même chose que vous et une fois très vieux diront que c’était mieux avant !

    1. Le fatalisme empêche l’action! Il n’est pas possible de se défiler face à la mondialisation des problèmes. La vie est certes faite de joies et de peines mais certaines peines sont crées par l’homme et peuvent être évitées. Nous laissons un monde très difficile à nos enfants, et jamais dans l’histoire de l’humanité, les problèmes ont été « mondialisés » comme ils le sont à l’heure actuelle. Nos enfants n’ont pas à porter le poids des erreurs de leurs ascendants.

      1. Un monde très difficile ? Le monde actuel est beaucoup mieux que le monde d’autrefois. Désolé mais les guerres mondiales, les technologies d’autrefois, la médecine moins avancée..etc..tout cela ne me manque pas, et pour beaucoup de jeunes c’est la pensée prédominante.

        Non c’était pas mieux avant! Assez gavant toi ces vieux qui fantasment sur un monde qui n’existe plus et que les générations actuelles ne veulent pas revoir. Le monde actuel est plus compliqué mais recèle des opportunités extraordinaires pour ceux qui sont prêts à les saisir. Bien entendu les ultra pessimistes comme vous ne sauront jamais les saisir vu qu’ils ne peuvent pas voir toi les avantages.

        On vit une époque formidable et les jeunes de ma génération dont très chanceux d’y vivre. Bien sûr certains seront laissés au bord de la route, surtout ceux qui n’ont pas compris l’importance de l’éducation dans une économie de la connaissance mais ça c’est leur faute..

        1. « surtout ceux qui n’ont pas compris l’importance de l’éducation dans une économie de la connaissance mais ça c’est leur faute.. » Avoir compris l’importance de la connaissance ne vous donne pas le droit de faire ce genre de raccourcis , désolé mais je penses que l’on est plus exclus de cette connaissance que l’on ne la rejette.Bien sur, la responsabilité individuelle est importante, mais malheureusement beaucoup ( Trop ) d’enfants payent les erreurs de leurs parents.J’ai compris l’importance de l’éducation comme vous mais contrairement à vous j’ai la modestie de penser que les circonstances de ma vie ont fait que j’ai eu de la chance de l’avoir compris.

      2. « jamais dans l’histoire de l’humanité, les problèmes ont été « mondialisés » comme ils le sont à l’heure actuelle. »

        Parce que 2 guerres mondiales suivis d’une guerre froide (qui existe toujours), ce n’était pas un problème mondial ?

      3. Le problème de la mondialisation des échanges (économiques, culturels, politiques …) c’est justement qu’il dilue le volontarisme, le nombrilisme et le constructivisme. Inutile de chercher des causes et des coupables à un simple problème mathématique. De même les prétendues conséquences sont elles-mêmes diluées et bien plus imprévisibles à cause de la mondialisation : le nombre de paramètres à prendre en compte est bien plus important, les projections que l’on peut faire sont (encore plus) biaisées.

      4. il n’y a pas de problèmes , que des solutions !
        ma mondialisation est a 1 journée de voiture, pour un autre elle sera a portée d’avion avec internet elle est a un clic de souris…la mondialisation est au contraire un bienfait , elle dilue les problèmes dans la masse des clients potentiels et chaque entreprise , un homme est une entreprise très individuelle, peut trouver les clients nécessaires a son activité/plaisir…nos parents n’avaient pas cette chance inouïe de jouer dans le plus grand jardin du monde !

        1. Essayons deja de cultiver correctement notre petit jardin, notre village, notre ville, notre pays, nous avons déjà fort à faire et laissons – en aux autres… Pourquoi l homme a t-il toujours besoin d aller voir ce qu’il y a de l autre coté de la colline? Faisons peu mais bien et non beaucoup n importe comment!

          1. ….aller voir de l’autre coté de la colline…parce qu’il y a la mer et dans la mer , des poissons , n’est ce pas une bonne raison de découvrir le monde ?
            comment savoir que l’on cultive bien son petit jardin sans aller voir ailleurs pour comparer ?

            1. Eh oui! Certains préféreraient que l’on se contente de ce qu’on a, sans comparer, sans chercher à avoir plus, à savoir plus. Il est vrai que cela est inutile car nous avons des élites qui savent, eux! Et ils travaillent uniquement pour notre bien.

          2. Toute curiosité humaine est-elle légitime ??… vaste débat….N’oublions pas qu’à l’heure actuelle, le monde occidental a besoin de 3 planètes pendant que d’autres vivent sous le seuil de pauvreté….

            1. Colibri: « N’oublions pas qu’à l’heure actuelle, le monde occidental a besoin de 3 planètes pendant que d’autres vivent sous le seuil de pauvreté…. »

              C’est un mythe idiot de plus propagé par les malthusiens-écolos-bobos.

              Par contre, vous vous y croyez, vous le déplorez et pourtant vous restez là à profiter de ce luxe sans rien faire d’autre que verser quelques larmes hypocrite.
              C’est assez consternant…

            2. Sous le seuil de pauvreté: 40% de la population mondiale il y a 30 ans et moins de 10% en 2015. Tout cela avec une seule planète…

            3. Bien sûr, toute curiosité est légitime, si l’intention n’est pas de nuire: peu d’humains sont dénués d’intérêt et apprendre à les connaitre est rarement décevant. Et ce sont bien les relations d’échange qui évitent le mieux les guerres! De plus, si le « bonheur » existe, il ne réside pas dans notre personne. C’est assez clair dans cette étude sans doute unique au monde par des gens a priori crédibles: c’est un cadeau!

              Regardez: ce n’est ni long (12min46) ni ennuyeux!

          3. colibri: « Pourquoi l homme a t-il toujours besoin d aller voir ce qu’il y a de l autre coté de la colline? »

            Sans cette curiosité vous seriez toute la journée dans des champs à manier des outils sommaires comme il y a 200, 300, 500 , 1000 ans, 5000 ans.

            Vous parliez de l’EDNAT qui « développe l’esprit critique », soit ce n’est pas vrai, soit vous avez manqué quelques cours.

      5. merci et bravo colibri pour votre honnêteté intellectuelle

        1. Merci. Colibri vous laisse et retourne dans son modeste jardin, il ne repassera pas la colline pour discuter avec les humains…..

  9. Faut d’abord que ces jeunes puissent trouver un boulot, ensuite si ils veulent s’acheter une baraque, ils vont devoir raquer …

  10. J’imagine un romain du V° siècle à l’époque de Valentinien II ou III écrivant ce genre d’article en concluant: les barbares à Rome ? ils n’ont même pas de caligae !
    Notre civilisation occidentale n’est peut-être pas morte, mais en France elle est bien malade et l’avenir, je le vois plutôt à la manière des photomontages de Patrick Chauvel en 2011 (« peurs sur la ville ») http://www.lepoint.fr/arts/peurs-sur-la-ville-et-si-paris-etait-en-guerre-28-01-2011-1288782_36.php

  11. le pib décennal de la France ne fait que s’effondrer depuis 1960 et rien n’a su l’enrayer, et cela malgré tout les progrès technologiques…. 1960 on ne peut pas dire que ça ne soit pas une tendance lourde et ceci malgré un surendettement à tout les niveaux ! et malheureusement nous sommes à présent très proche de croiser les 0% (2019-2026)et de passer donc en zone négative (et encore c’est déjà le cas en considérant l’inflation et l’augmentation démographique). et dès lors nos enfants et nous-mêmes vivraient mieux avec de moins de moins (mais vive la réalité virtuelle hein) ? et effectivement la génération des 20 /40 ans d’origine française vivent souvent déjà moins bien que leurs parents : toxicomanie, chômage de masse, délinquance, absence de foyer ou minuscules, malbouffe, pas de vie de couple ou alors avec des enfants avec de plus en plus de problèmes (endocriniens, génétiques, psychologiques)…

    L’illusion est de croire, au vue de quelques progrès techniques, parfois géniaux, qu’il y n’aurait pas en parallèle des forces de régressions extrêmement puissantes et que le bilan des deux ne serait pas négatif et continuerait à l’être ! que celles-ci seraient pour tout les français ! que le progrès peut tout ! Alors que le progrès aujourd’hui à un coût plus important qu’hier et que nos politiques, et leur sbires, mentent au peuple avec quelques babioles technologiques.
    Le progrès a besoin d’énergie, l’énergie c’est la base du mouvement de tout. Or la production de pétrole s’est effondrée de 60 % rien qu’en Europe. Nul ne sait ce que l’on va découvrir pour y réellement remédier rapidement.

    A l’aune des dernières des décennies, des 9 millions de chômeurs , du surendettement,…. on n’a plus le luxe d’être optimiste – d’autant que votre niveau de vie vous met à l’abri de la misère, vous et votre descendance pour un temps. vous risquez rien de vous tromper. vous faites partie de cette génération et de ces gens qui a tout eu et qui se berce d’illusions pour notre avenir alors que de notre coté nous avons besoin de voir les problèmes en face sans rien omettre et de trouver des solutions et le courage de le faire. vous bloquez la France. vous bloquez des millions de gens dans la misère et le désespoir avec l’idée que le progrès peut tout malgré nos défauts. et peut-être que c’est plus facile ainsi.

    paradoxalement je pense que la disparition de votre génération, ainsi que l’échec qui va découler de cette optimisme, et qui conduira à la faillite de la France, nous remettra peut-être après ce cataclysme sur la bonne route , c’est-à-dire sur la route du courage de voir et d’agir au-delà des paradoxes et donc du déni et dans lesquels vous étiez enfermés (technologies bling-bling, démographie suicidaire, politique clientéliste). mais d’ici là notre génération va continuer à morfler avec des hauts et des bas encore 3 à 4 décennies (en comptant la remonté) alors que l’on pourrait, avec plus d’intelligence et de courage et moins d’égoïsme, faire disparaître en 2 décennies une grande partie la misère et des conflits socio-économiques qui l’accompagne.

    Mister LOL – qui préfère en rire qu’en pleurer.

    1. MisterLOOL: « L’illusion est de croire, au vue de quelques progrès techniques, parfois géniaux, qu’il y n’aurait pas en parallèle des forces de régressions extrêmement puissantes »

      C’est certain…la France va rejoindre la Grèce à cause de son étatisme socialiste mais ça ne changera pas le fait que les pays libéraux pètent la santé.
      Chez les voisins ou le chômage est à 3.5% et la dette à 35% (en diminution) on gagne en moyenne trois fois le salaire français et aucune caisse sociale n’est en faillite.

      MisterLOOL: « Mister LOL – qui préfère en rire qu’en pleurer. »

      Euh…

    2. BRAVO et merci !!!! Allez y, exprimez-vous encore, on a besoin de vous, de votre clairvoyance, votre intelligence est au service des autres, alors que pour certains, elle n’est que au service de leurs intérêts égoïstes. Merci.

    3. « le pib décennal de la France ne fait que s’effondrer depuis 1960 ». Précisez SVP.
      Le PIB de la France n’a connu que 3 années de croissance négative depuis 1949: 1975 (-1%), 1993 (-0,6%) et 2009 (-2,9%). De quoi parlez-vous? PIB marchand, PIB non marchand, PIB per capita…?

    4. « Or la production de pétrole s’est effondrée de 60 % rien qu’en Europe. »
      L’Europe n’est pas le monde et n’a jamais été considérée comme un territoire riche en hydrocarbure. Encore que cette notion est à relativiser avec le gaz de schiste dont la France semblerait être pourvue. Mais nos écolos empêchant toutes évaluations… Le mythe du peak oil est tenace mais est reporté aux calandes grecques avec les découvertes de nouveaux gisements.
      Par contre le reste de votre post est intéressant: une parfaite description de la société française soviétoïde avec une grande frange de la population profitant des prébendes étatiques sous toutes ses formes, une autre du capitalisme de connivence et une 3è partie portant et finançant les deux autres. Par contre, croire que le salut viendra de la génération suivante, j’ai des doutes. Les jeunes générations ont bien compris le choix qu’elles avaient: rejoindre une des deux premières franges de la population ou prendre la fuite.

  12. Exemple de la pensée erronée de l’auteur :
    1 – Le progrès des transports a été linéaire ?
    ARCHIFAUX puisque nous en France avons eu aussi nos nationaux-socialistes qui ont pratiqué la Shoah du transport ferroviaire en détruisant toute l’oeuvre admirable de leurs devanciers qui s’étaient efforcés d’équiper le pays en transport public ferré :
    Disparus : – Les réseaux de tramevoies jalonnant nos villes tout en les préservant de la pollution atmosphérique générée par les modes actuelles de déplacements ; – Les lignes rurales de chemin de fer irriguant les campagnes et assurant l’équilibre du territoire !
    Nous nous trouvons face à une régression colossale orchestrée de main de maître en séquelle de la seconde guerre de trente ans (1914-1945) .
    2 – Les automobiles étaient fragiles (?), bruyantes, polluantes {Elles le sont toujours !},  » elles sont devenues sûres, incassables et propres  » [?] :
    Non seulement, les accidents de circulation n’ont guère cessé mais les progrès techniques (accessoires) n’ont rien modifié puisque le nombre de véhicules n’a cessé d’augmenter ! L’automobile propre promise depuis 50 ans est le mythe du 21è siècle tandis que la voiture propre existe elle depuis l’invention du tram électrique par les frères Siemens, les anti-Michelin de l’industrie du déplacement …
    Par quoi remplacer les véhicules individuels, c’est tout sauf imprévisible, la technique existe depuis longtemps maintenant, la volonté seule est absente !

    Je ne sais où demeurait l’auteur, dans l’après-guerre mais il disposait probablement d’une gare dans sa commune de résidence pour se voiturer, à défaut de pouvoir disposer du tramway encor .

    1. TRINCOT: « Non seulement, les accidents de circulation n’ont guère cessé »

      1972, 18’630 tués avec un parc automobile de 13 millions seulement.
      2015: 3’461 tués (5 fois moins) avec un parc automobile de 38 millions (3 fois plus)

      Le reste de votre commentaire est à l’avenant, le monde vu depuis le fond d’une sévère dépression ce n’est effectivement pas beau.

      1. @ilmryn,
        Vous n’ignorez sans doute pas qu’en géographie, on ne trouve pas toujour des reliefs élevés … en altitude !
        Les chiffres pris en eux-mêmes ne signifient RIEN, ce qui compte n’est POINT la quantité mais la qualité !
        1 analyse de qui sont les tué.e.s serait indispensable avant de conclure benoîtement au progrès ;
        Sans oublier que si _ de gens meurent, le nombre de blessé.e.s demeure conséquent avec un coût de prise en charge considérable .
        Votre argue ment, c 1 contrevérité banale de partisan de la route qui emprunte davantage à la mauvaise foi qu’à la vérité vraie :
        La preuve en est que vous répondez peu sur le fond de mon commentaire dont la justesse vous indispose certain ne ment …

  13. « La plupart des activités seront robotisées à l’exception de l’aide à la personne, de la recherche fondamentale et de la création artistique. »

    J’ai pas compris pourquoi « la recherche fondamentale » ne fera pas partie des activités robotisées ?

  14. En URSS aussi les enfants vivaient mieux en 1990 qu’en 1950.

  15. Merci, M. Sorman pour cet article intelligent et très juste.

  16. M. Sorman se trompe de débat: le pessimisme ambiant ne porte pas sur la robotisation, les voitures sans chauffeur ou l’environnement à distance. Il porte sur un modèle social-démocrate en faillite, sur une prospérité basée sur l’endettement, sur l’incompétence et l’omniprésence de l’Etat, sur l’invasion du continent européen par des millions d’immigrés économiques musulmans illettrés et revendicatifs, un communautarisme prélude à une guerre civile que chacun devine sauf, apparemment, M. Sorman.

    « Pour en revenir à l’interrogation initiale, nos enfants vivront-ils mieux que nous ? il faut s’interroger sur ce que mieux signifie : matériellement, la réponse sera positive. Socialement, spirituellement ? »

    Vivre en paix, peut-être, pour commencer? Et j’ai déjà du mal à imaginer que nos enfants parviennent à vivre en paix avec le monde libanisé et ruiné que nous leur laisseront en héritage. Les rares enfants qui nous survivront nous haïront pour notre lâcheté collective, notre veulerie, notre absence de vision à long terme, notre angélisme et notre naïveté.

    Et à la vitesse où les choses dégénèrent, M. Sorman sera peut-être encore là pour en être témoin.

    1. Monsieur je trouve votre commentaire très pertinent et je le partage en tout point. J’ajouterais simplement que l’état de notre société doit beaucoup aux idées défendues par des gens comme Sorman. Les médiocres ont finalement pris le pouvoir au profit des médiocres. Ils habillent la confiscation qu’il ont opéré de la démocratie par un délire conceptuel qui est insupportable.

    2. Le dicton médiéval semble juste et non démenti : Le Mieux Est l’Ennemi du Bien !
      Nos enfans, s’ils naissent et se développent vivront en effet mieux que nous ;
      C à d, qu’ils auront 1 existence ardue devant la pluie de problèmes qui s’abattra sur eux à échéance …

  17. Mieux vaut lire ça que d’être aveugle.
    J’ai toujours pensé que ce site est principalement fréquenté par des naïfs et je suis vraiment désolé de constater que la médiocre pensée des écrivains y perdure.
    Quel dommage, le talent n’est pas loin.
    Je souhaite qu’un déclic se produise !

    1. Mais Grumeau qu’attend tu pour nous éclairer de ta sagesse et de ton intelligence? À moins que tu n’as rien à dire sauf critiquer?

      1. Nous attendons vos arguments avec impatience.

  18. Faire des prévisions en prolongeant les tendances à un moment de grande instabilité n’a pas de sens. Il faut plutôt rentrer dans la logique des scenarii. Les civilisations naissent et meurent. Il y a des hauts et des bas et la stabilité n’existe pas.Rien ne dit que notre civilisation occidentale n’est pas entrain de sombrer.Par exemple, affirmer ( sans le démontrer) que l’espérance de vie va continuer de monter est bien peu vraisemblable : notre système de santé est dans le déclin ( déjà les vieux ou les trop malades ne sont plus soignés à l’hôpital lorsqu’il y a des priorités à faire), les antibiotiques sont de plus en plus résistants ( c’était la raison majeure des gains des dernières décennies),il n’y aura plus assez de personnel soignant correctement formé dans les 5 ans ,les risques de guerre civile sont significatifs etc etc…Pour le reste c’est la même chose : le système éducatif est en déroute,l’islamisation va tirer tout le monde vers le bas ( comme cela se passe dans les pays à majorité musulmane ) ,la finance est au bord du gouffre etc…
    Au final, il y a bien plus de facteurs négatifs que positifs il faut bien l’admettre.Dans l’absolu une forte régression qui nous ramènerait au niveau des années 60 ne serait pas dramatique mais c’est le sentiment de régression qui est dur à gérer.

  19. Décidément, ce Monsieur est bien étroit, refusant de voir (à défaut de comprendre) la réalité qui se déploie inexorablement devant lui (en grande partie à cause de lui et gens comme lui).
    En cela, une fois de plus, il rejoint les idéologues qu’il prétend combattre. Pour le petit monde des « penseurs » de gauche, aujourd’hui est mieux qu’hier et demain sera mieux qu’aujourd’hui. Constructivisme oblige.
    Le faux questionnement, les faux doutes que Sorman affiche dans son article sont balayés par les dogmes qui structurent sa « pensée » et qui clôturent son article en forme de conclusion.
    Peu importe l’histoire et ses enseignements, les mêmes poncifs de collégiens continuent à nous être assénés quotidiennement. À nous, peuple des sans-dents, qui ne comprend rien à rien.
    Et puis, être optimiste, ça a une autre gueule quand même. Ça laisse l’impression que l’on participe au monde que l’on décrit (de façon erronée, mais peu importe). On est dedans. On est « in ». Bref, on est « intello ».
    Pitoyable !

    1. Effectivement, l’objectivité n’est pas synonyme de pessimisme, mais plutôt du courage, avoir le courage de regarder la réalité en face pour agir au mieux et construire un monde meilleur et plus juste, voilà le véritable optimisme.

  20. Le propre de la jeunesse est de s’adapter à son environnement et de croire dans son avenir et ceci malgré toute les inconnues à court, moyen et long terme.

    1. Sorman n’est pas jeune ! Ce qui rend la médiocrité de ses analyses encore plus insupportable (vous l’aurez compris, je n’ai pas beaucoup d’estime pour ce monsieur)

Les commentaires sont fermés.