90% des migrants victimes d’un réseau criminel ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Europe

Par Éric Verhaeghe.

Les migrants sont-ils les grandes victimes d’une manipulation criminelle ? Un rapport commun d’Interpol et d’Europol sur les migrants en Europe met en lumière le caractère totalement artificiel du phénomène et les réseaux d’intérêt qui tirent profit de ce mouvement. On notera en particulier dans ce précieux document de synthèse que 90% des migrants sont aidés par des réseaux à caractère criminel. Ce trafic est lucratif : il aurait rapporté de 5 à 6 milliards de dollars aux trafiquants pour la seule année 2015.

migrants

Selon Interpol et Europol, ces réseaux s’appuient sur un maillage de 250 camps à travers l’Afrique et le Moyen-Orient où se rassemblent les candidats au voyage. Celui-ci est organisé par des réseaux mafieux qui se livrent à une polyactivité (drogue, trafics en tous genres, etc.)

La carte des 250 « hotspots » est la suivante :

migrants

On le voit, ces camps ne concernent pas que des pays en guerre.

Selon Europol et Interpol, 800.000 migrants attendent en Libye la possibilité de passer en Europe.

Le retour de la crise des migrants en 2016 ?

Rien n’exclut donc que la crise des migrants revienne très vite en Europe cette année. Les risques de conflit ouvert en Libye pourraient attiser le phénomène. Celui-ci risque d’être accru dans l’hypothèse où la Turquie considérerait l’Europe comme trop rigide dans ses règles d’adhésion et lui refuserait la suppression sans condition des visas pour ses ressortissants.

Dans tous les cas, la politique migratoire de l’Union devrait être affectée. De deux choses l’une : soit l’Union supprime les visas pour les ressortissants turcs, et elle s’expose au risque d’une arrivée massive de ce pays. Soit elle refuse de supprimer les visas, et tout laisse à penser que le président Erdogan relancera le flux de réfugiés sur les routes européennes.

Sur le web

  1. « Les migrants sont-ils les grandes victimes d’une manipulation criminelle ? »

    Ni plus ni moins que les amateurs d’alcools durant la Prohibition. Ou les amateurs de « beuh » actuellement.

    1. +1

      Quelque soit l’opinion que l’on a sur l’immigration, il semble tout à fait naturel qu’une offre soit là pour répondre à une demande. Il faut avoir tout oublié du libéralisme pour qualifier ça d’artificiel.

      1. Et vous aussi favorable à la pleine liberté du monde de circuler dans votre salon?

        1. Possédez vous toute la France pour la considérer comme votre salon ?

          1. Non en effet, cette question s’adresse bien à vous précisément. Je ne possède rien d’autre qu’une moto, et je ne crois pas qu’être libéral consiste à penser que n’importe qui puisse l’utiliser comme il le souhaite.
            Quant à la « liberté » de circuler dans votre salon, si vous y êtes favorable, donnez moi votre adresse, je débarque avec quelques amis pour profiter de bein sport. Si vous avez en plus l’amabilité de remplir votre frigo, c’est top! Vive votre libéralisme!
            Le libéralisme ne nie pas l’existence de communautés (famille, ville, région, pays par exemple), au contraire, il entend leur redonner toute leur prérogative (subsidiarité). L’individualisme extrême n’est pas plus le libéralisme que le socialisme.

            1. « Non en effet, cette question s’adresse bien à vous précisément. »

              Non, je ne veux pas que tout le monde vienne dans mon salon, mais ça n’a absolument rien à voir avec le sujet.

              « Je ne possède rien d’autre qu’une moto, et je ne crois pas qu’être libéral consiste à penser que n’importe qui puisse l’utiliser comme il le souhaite. »

              Vous devez confondre le libéralisme et le communisme. Le libéralisme vous donne le droit de décider de l’utilisation de ce qui vous appartient, et uniquement de cela. Vous souhaitez décider de quelle façon les autres doivent utiliser leur moto.

              « Quant à la « liberté » de circuler dans votre salon, si vous y êtes favorable, donnez moi votre adresse, je débarque avec quelques amis pour profiter de bein sport. Si vous avez en plus l’amabilité de remplir votre frigo, c’est top! Vive votre libéralisme! »

              Je vois mal ou vous voulez en venir.

              « Le libéralisme ne nie pas l’existence de communautés (famille, ville, région, pays par exemple) »

              Cool, on va où à partir de là ?

              « au contraire, il entend leur redonner toute leur prérogative (subsidiarité). »

              Cool, on va où à partir de là ?

              « L’individualisme extrême n’est pas plus le libéralisme que le socialisme. »

              Là n’est pas la question, l’individualisme est nécessaire pour les analyses et pour le droit. Il est évident que les individus interagissent entre eux.

              Bref, vous zigzaguez tellement que je peine à voir le sens de votre argumentaire.

              1. Ayant lu votre commentaire, je supputais que vous étiez tout à fait favorable à l’immigration, puisque chacun peut bien circuler comme il l’entend. Mais quelle est l’offre à laquelle réponde les migrants? A mon sens aucune, donc il y aurait bien là qc d’artificiel. Et par ailleurs, vous plussoyez le commentaire précédent, qui compare la prohibition au contrôle des migrations; c’est une comparaison stupide. Le producteur d’alcool ne force personne à boire sa production, l’immigrant oblige le pays d’accueil.

                1. Ne vous déplaise, Jb²o, la comparaison entre les réseaux criminels qui proposaient et proposent à des gens qui en veulent des produits rendus illégaux par l’État (alcool, drogues, etc.) et les réseaux criminels qui proposent à des gens de faire des choses rendues illégales par l’État (entrer sur le territoire, avoir des relations sexuelles tarifées, etc.) est tout à fait probante.

  2. Voilà pourquoi il faut arrêter tout de suite ces migration et ne pas les laisser entrer. Il faut être ferme sinon nous seront envahis (si nous ne le sommes pas déjà). Ce raz de marée migratoire n’a rien à voir avec une immigration choisie et saine pour un pays. Nous devons rester ferme même-si cela a un coût humain.

    1. « Voilà pourquoi il faut arrêter tout de suite ces migration… »

      Votre proposition est aussi vaine et dangereuse que si l’on disait à l’époque de la Prohibition qu’il fallait interdire l’entrée d’alcool sur le territoire des États-Unis. Ou aujourd’hui, qu’il faut interdire l’entrée de drogues. Les États, via la guerre contre l’alcool, les drogues ou la prostitution, ont créé les plus formidables organisations et réseaux criminels ayant jamais existé. Et ont complètement raté l’objectif de prohibition, malgré un coût humain hallucinant. Vous voulez vraiment rajouter une couche ?

      1. Tout dépend ensuite de la fermeté qu’on montre. Si notre fermeté se résume à fouetter du chaton mignon avec un sourire béat en disant c’est pas bien, je doute fort qu’un résultat positif apparaisse.
        Si par contre, vous leur donnez 24 heures pour quitter le pays sous peine d’être virés manu militari, en mettant en avant comme solution entassés sur un bateau sans moteur (mais avec des vivres pour un mois) qui sera tracté jusqu’au milieu de l’Atlantique (en face de l’Afrique) ou de la Méditerrané (en face de la Turquie ou de la Libye ou de l’Algérie) en prenant en considération bien sur la dérivation qu’aura le bateau et que vous les laissez ensuite se débrouiller avec dame Nature, je pense que l’exemple sera suffisamment fort pour ne pas devoir le mettre en œuvre. Au pire, si on ne vous croit pas, une simple mise en pratique une fois suffira pour calmer les plus téméraires.

        1. « Tout dépend ensuite de la fermeté qu’on montre. »

          Comme si, par exemple, les États -Unis n’avaient pas fait et ne font pas preuve de « fermeté » pendant la Prohibition et durant cette « guerre contre la drogue » lancée il y a 40 ans maintenant par Nixon – avec les brillants résultats que nous connaissons.

          Quand à votre proposition ignoble, elle résume à elle seule l’indigence morale des ennemis de la liberté. Ceci dit, je vous trouve néanmoins plutôt pusillanime : que ne proposez-vous de tirer directement à la mitrailleuse lourde sur les réfugiés qui essaieraient d’entrer sur le territoire ?

          1. La drogue, l’alcool, les cigarettes, ça se cache facilement. Un être humain, non. C’est là toute la différence. Il faut aussi rajouter que contre la drogue, la guerre peut aussi se jouer sur le plan de l’éducation par les parents et par des soutiens. La recherche de paradis artificiel a toujours existé (voir les religions et leur expansion) et la drogue en fait partie.
            Aussi, le problème des migrants n’est il pas le même.

            Donc soit on fait la guerre en les dissuadant de toutes nos forces et tant pis, s’il y a des dommages collatéraux (mais ces derniers seront limités dans un temps court), soit on ne fait rien et on se fait bouffer. Entre l’autre ou moi, je suis désolé mais je me choisis. Dans une guerre, il y a toujours des conséquences. Pourquoi les USA ont ils employé la bombe nucléaire à deux reprises ? Pour mettre le plus rapidement possible à la guerre contre le Japon et ainsi sauver leurs boys. Ici, c’est pareil. Il faut choisir son camp.
            Quant à tirer sur les réfugiés à la mitrailleuse lourde, vous ne pouvez pas savoir quel pied j’ai pris quand j’ai dû m’en servir. Alors oui, s’il le faut, je suis pour. Là encore, tout est une question de droit et de devoir. Ils ont le droit de demander asile mais ils ont le devoir de repartir illico si leur demande est rejetée. Et s’ils essaient de rentrer d’une manière illégale et en nombre et si la mitrailleuse lourde est la seule solution pour les arrêter, je dis feu.
            J’ai par ailleurs la même idée au regard des casseurs qui mettent en danger les forces de l’ordre et qui tuent l’emploi

            1. Il y a une solution plus simple et efficace qu’un mur de barbelés et des mitrailleuses : privatiser intégralement l’espace public. Ca éviterait aux Parisiens se se farcir cette abomination de Nuit debout .

              Les casseurs tuent l’emploi ? Elle est énorme cell-là.

              1. Certes pas ceux des vitriers, grand bien leur fasse, mais au niveau réputation de la France, l’image envoyée au monde, et puis pour les petits, l’augmentation qu’ils vont prendre pour l’assurance, la perte en CA, …

            2. Et si je penses pas que l’on est en guerre ? Je suis un traitre ?

            3. Comparer immigration et Seconde Guerre mondiale… Seriously!?

              À se demander pourquoi vous traînez vos guêtres sur un site libéral.

          2. « que ne proposez-vous de tirer directement à la mitrailleuse lourde sur les réfugiés qui essaieraient d’entrer sur le territoire ? »

            C’est un peu raide quoique ca a l’air de marcher, n’est ce pas pour ca qu’ils débarquent chez nous ils fuient quoi à votre avis ?

            1. J’ose espérer que vous ne proposez pas d’agir comme de parfaits criminels pour régler le problème de la crise des migrants.

  3. ils sont des millions à vouloir venir en europe ; et rien ne pourra les arréter ; ça en arrange certains , ça en gène d’autres , mais le mouvement est enclenché , depuis longtemps et il ne s’arrètera pas ; autant s’y préparer ….pour le meilleur …ou pour le pire ….

  4. « De deux choses l’une : soit l’Union supprime les visas pour les ressortissants turcs, et elle s’expose au risque d’une arrivée massive de ce pays. Soit elle refuse de supprimer les visas, et tout laisse à penser que le président Erdogan relancera le flux de réfugiés sur les routes européennes. »

    Donc pour résumer d’une manière plus directe, soit on baisse le pantalon et Erdogan nous la met bien; soit on garde le pantalon en haut et Erdogan nous la met d’une autre façon. Bref, ce n’est ni plus ni moins que de la négociation ou du chantage. Donc on devrait agir en coulisse pour le faire tomber.

    1. Il faut être réaliste. Tout les autres partis avaient une position plus dure que l’AKP sur les migrants. Soit car agacés par les migrants (MHP, CHP), soit par sympathie pour eux (HDP).

  5. Un « réseau criminel » n’investit que dans les créneaux solvables. Or, ce créneau du « trafic d’êtres humains » (mais depuis quand appelle-t-on le service qu’offre une agence de voyages un « trafic d’êtres humains » ?) n’est solvable que grâce aux Etats occidentaux. Le circuit économique classique est le suivant : (1) dans le pays d’origine, la famille s’endette auprès d’usuriers (parfois de mèche avec les « agences de voyage », comme on y appelle les trafiquants), afin de payer le passage au membre de la famille choisi. (2) le membre de la famille arrivé en Europe renvoie ensuite à sa famille, si tout se déroule comme prévu, une partie des aides sociales qu’il reçoit, ainsi que d’éventuels revenus occasionnels obtenus pour des travaux effectués en noir. Cet argent sert à rembourser les mensualités du prêt aux usuriers (ou aux membres de la famille qui ont prêté cet argent).

    Entre l’argent collecté par les fonctionnaires et les agences de voyage et les usuriers, il faut juste un pipeline. Les migrants sont ce pipeline. Le business model de ces réseaux est en bonne partie fondé sur l’argent du contribuable européen. Sans les prélèvements obligatoires qui le financent, ce business model n’existerait même pas, car personne n’émigre dans le simple but de perdre de l’argent.

Les commentaires sont fermés.