Hollande, totalement déconnecté ?

Publié Par h16, le dans Édito

On le dit optimiste, avec un cuir si épais que la contrariété ne l’atteindrait pas. Le Président François l’est sans doute, parce qu’il en faut, de l’optimisme ! Il en faut même des palettes, amenées par cargos entiers, pour continuer à croire que « ça va mieux ». Il en faut aussi, pour se présenter régulièrement dans les médias et laisser entendre, à demi-mots, qu’on sera candidat. De telles doses d’optimisme pourraient faire croire à de l’inconscience, ou à de la déconnexion complète du réel…

Hollande et la grosse propagande, c’est maintenant ?

La semaine dernière sortait par exemple une vidéo en provenance directe des frétillants communicants de l’Élysée. La regarder, c’est grandement renforcer cette impression de déconnexion de l’Exécutif avec le reste du pays, c’est prendre conscience que, quelque part entre Neptune et Alpha du Centaure, François Hollande continue à émettre des sons rassurants en se demandant in petto ce qu’il y a à manger ce soir… Jugez vous-même :

On y trouve beaucoup de choses, à commencer par une musique (martiale ?) abominable au rythme saccadé qui se cale parfois — avec un certain comique — sur la diction mécanique et malaisée du président, des images au ralenti ou en arrêt, bizarrement cadrées, une sélection hardie de séquences discutables, et surtout, surtout, que du bonheur, de l’optimisme, du positif et rien d’autre. Cinq minutes de petites phrases hachées d’un élu qui n’a jamais brillé par ses qualités d’orateur, c’est au moins trois de trop, surtout quand on y accole les couinements insupportables d’une bande son récupérée d’on-ne-sait-où, et la bobine rondouillarde du Président, tantôt coincée dans une grimace tristounette, tantôt dans un sourire bonhomme indiscutablement niais.

la rentrée d'hollande

Cependant, produire une telle sorte d’hagiographie flagorneuse à la gloire du président sortant, à un an de l’élection, bien que ce soit véritablement pousser assez loin la déconnexion avec le pays réel, ce n’est pas non plus si étonnant lorsqu’on voit les calembredaines consternantes que le service de communication élyséen produit régulièrement. Et puis, on peut toujours mettre ça sur le dos d’une équipe présidentielle totalement intoxiquée à ses propres ocytocines, amourachée qu’elle serait de la figure présidentielle.

Malheureusement, l’hypothèse « Les communicants en font des tonnes » ne tient plus dès que François prend le micro et tente des choses à la radio. Là, tout doute se dissipe : ces idées pourries, cette méthode de communication si abominable, ces messages idiots et cette apparente déconnexion complète avec la réalité de terrain, aucun doute, ça vient bien de lui, et de personne d’autre !

Et le voilà qui débite ses antiennes lors d’un entretien sur Europe 1, où il tente, sans rire, de réaliser un bilan d’un quinquennat au quatre-cinquième achevé, alors que les seuls résultats positifs qu’il est en mesure d’exhiber ne sont en définitive dus qu’à une conjoncture extérieure à laquelle il assiste, impuissant et qui ne lui doit rien.

Hollande, un sauveur multi-usage, vraiment ?

Ça ne l’empêche pas d’essayer de passer pour le sauveur de la France, en rapprochant ses piétinements minables et ses reculades grotesques des réformes majeures entreprises par l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder. Le contraste entre les profonds changements impulsés par Schröder et le merdoiement olympique des nanoréformes Hollande (la Loi Travail est un magnifique exemple de ratage chimiquement pur) est presque douloureux, mais n’empêche pas le pédalomane de compétition de sortir, je cite :

Je préfère qu’on garde de moi l’image d’un président de la République qui a fait des réformes, même impopulaires, plutôt que d’un président qui n’aurait rien fait.

Vu le pourcentage microscopique d’opinions favorables, c’est plutôt raté puisqu’on conservera de lui l’image d’un président impopulaire qui n’a rien su faire de ses dix doigts et de ses cinq ans.

Mais, déconnexion oblige, qu’à cela ne tienne, puisqu’en plus de sauver la France, il sauvera la gauche toute entière : hors lui, point de salut, et même s’il continue son petit jeu chafouin de ne pas se déclarer officiellement candidat, il a fait comprendre qu’aucun autre que lui ne pourrait être crédible à gauche.

Et pour cela, il lui suffit d’utiliser les mamelles habituelles de la politicaillerie française, à savoir le débinage des programmes adverses (ce qui est facile, tant ils sont objectivement affolants de nullité) et, bien sûr — il s’agit de Hollande, après tout, on ne se refait pas — de taper sur le bilan de Sarkozy, histoire de remettre le couvert à une méthode qui l’a malencontreusement propulsé à sa place.

On pourrait rentrer dans les détails, mais c’est parfaitement inutile : alors que la journée aurait pu être molle et calme, passée par les journalistes à commenter ses petites phrases niaises et le ton général de l’entretien que le chef de l’État a accordé à Europe 1, la réalité de la France apaisée a largement suffi à amoindrir ses messages et même faire oublier son passage à la radio. Entre les manifestations contre la Loi Travail qui dégénèrent et la montée en puissance des grèves multiples, les Français ont vite été rappelés à la dure réalité, à savoir que pendant que le satellite Hollande émet des petits gargouillements heureux depuis la ceinture de Kuiper, le pays, ici-bas, continue de partir en sucette.

hollande - monde pas facile pas gentil

Hollande, une déconnexion feinte ?

Cependant, pour le chef de l’État, l’interview fut aussi l’occasion, très fugace mais perceptible, d’avancer quelques pièces plutôt sinistres dans sa stratégie globale de conservation du pouvoir.

Ainsi, l’auditeur attentif aura probablement bondi en comprenant que le pépère du peuple semble assez favorable à ce que soit finalement maintenu le concert de rap en marge des commémorations de Verdun. Après le pataquès invraisemblable provoqué par l’incongruité calculée de la proposition initiale, on pouvait croire que l’affaire s’arrêterait là et que le concert annulé, elle se tasserait. Il n’en fut rien et elle devient l’occasion d’un véritable concours de chasse aux fascistes.

C’est fort pratique, parce qu’il n’y a rien de tel qu’un bon petit ennemi, aussi factice soit-il, pour souder et galvaniser des troupes, et il n’y a rien de tel qu’une bonne petite récupération crapuleuse d’un couac minable pour se ménager une petite voie de sortie, étroite certes mais bien réelle, sur le mode de l’éternel combat contre la Beuhête Immonheudeu, qui lui a déjà plusieurs fois réussi.

marine peut remercier françois

Dès lors, les calembredaines et billevesées assénées avec maladresse par le président Hollande prennent un autre sens : oh, oui, il est déconnecté, mais il s’en fout complètement. L’important est de marteler que son bilan n’est pas si mauvais afin de marquer, vaguement, les esprits et de donner quelques clefs de langage à ses troupes et ses principaux valets du Parti Socialiste. Pour le reste, la stratégie semble simple. Sinistre, mais simple : continuer à dresser les Français les uns contre les autres, récupérer certains d’entre eux en faisant passer les autres pour d’abominables fascistes.

Dès lors, dans ce cadre, le danger n’est pas qu’il se représente (il se représentera, c’est déjà chose faite). Le danger n’est pas qu’il fasse monter le FN (il fait tout pour, et ça marche !). Le danger n’est même pas l’implosion d’un PS qui mérite largement ce qui lui arrive et qui, s’il n’implosera probablement pas, en ressortira lessivé, éparpillé et hagard (et ce sera bien fait pour lui).

Le danger évident, c’est que ces manœuvres ont toutes les chances d’aboutir !

Il n’y a pas de quorum aux élections françaises, et il n’y a pas la possibilité de sortir les candidats présents en votant pour une option « aucun d’eux » qui les rendrait inéligibles de facto ; avec de telles options, on peut raisonnablement parier que lui et les autres candidats éternels seraient rapidement éliminés du paysage politique français. Malheureusement donc, aussi incroyable que cela puisse paraître à 11 mois de l’élection pestilentielle française de 2017, Hollande met donc tout en œuvre pour être réélu.

Et pour le moment, l’abominable stratégie semble fonctionner.

  1. Bonjour

    Et le pire, c’est vraiment qu’il pourrait être réélu. Cette dramatique idée me semble pourtant réalisable aujourd’hui. A en vomir tout comme regarder 30 secondes de la vidéo a suffi à me donner la nausée.
    Les français, ils s’en moquent mais on, ici du moins, le sait depuis avant son élection. Maintenant, admettons qu’il soit viré (Au grand Dieu spaghetti entendez moi), qui sera à sa place et pour faire quoi ? Or je ne vois aucune bonne réponse dans le paysage politique actuel pour répondre à cette dernière question.

    1. Le Général Didier TAUZIN…

      1. Ok pour qui mais pour quel programme ? Toutefois en tant qu’ancien militaire, je n’ai pas trop de doutes de ce coté là.

  2. L’Oncle Ho 2.0 en quelque sorte… 😭
    La montée des marches à 0.19s est collector. Quel est l’emmanché qui a eu l’idée d’inclure un tel plan ? Consternifiant !

    1. Ca donne une impression de mouvement, de pouissance.

      De la bonne propagande communiste.

      1. Propagande totalement has been et éculée s’il en est… qui peut croire à une ficelle aussi grossière ? ça donne surtout l’impression qu’il a oublié du lait sur le feu ou qu’il est au bord de se chier dessus… c’est pathétique.

  3. il sera élu.. par les abstentionnistes et plus les français seront dégoutés , plus il y en aura et qui va allez voter au lieu d’aller en weekend prolongé au soleil ?

    1. Réactitude ,

      Personnellement , devant la nullité de l’opposition entièrement socialiste à Hollande , je pense aller découvrir les orchidées aux élections de 2017…
      Peut-être pensais-je qui si tous sont socialistes et étatistes , et en m’abstenant , je voterai en fin de compte pour le socialiste assumé et glorieux qu’est not’ président et non pour les socialistes honteux et inassumés que sont ses concurrents !!!

  4. j’ai regardé  » c dans l’air  » hier , ou il était justement question de hollande ; l’un des invité a trés justement dit que le meilleur moyen pour hollande de ne pas parler de sa présidence était de critiquer à tout va le programme de la droite ; le ps est en manque d’adhérents , d’électeurs , d’idées réformatrices , d’argent , il va lui falloir trouver tout ça en peu de temps ; tout un chacun sait trés bien que la bête est d’autant plus dangereuse lorsqu’elle est acculée ; ce parti fera ce qu’il faut pour faire monter le FN , histoire de refaire l’épisode de 2002 ; vouloir remettre sur le tapis le concert de rap en dit long sur la méthode hollande ; il prend quoi comme pillule ce type pour voir tout en rose comme ça ?

    1. ça va me faire très mal mais je m’en fous, en cas de deuxième tour Hollande-Lepen , je voterai Lepen … ça va franchement me faire mal, mais là je n’en peux plus.

      1. Pareil

      2. bof , l’élection sera annulée dans les 24 h

      3. Je ne comprends pas bien. Dans le style étatiste, autoritaire et déconnecté de la réalité, Le Pen est largement pire qu’Hollande.

        1. oui , mais il faut en finir avec cette bande de pitres et cet espèce de chantage : » on se fout de votre g.. , mais vous n’avez pas le choix , c’est nous ou le FN »

        2. On est d’accord mais l’élection risque d’entraîner de gros troubles. Or seuls des événements violents (une majorité de français ne savent faire que ça. Cf notre histoire) feront changer le pays (du moins je l’espère)

          1. Cette fois je comprends. C’est tout de même un jeu dangereux et un pari assez désespéré.

        3. Vraiment? qui a instauré l’état d’urgence permanent? Si lepen l’avait ce serait la guerre civile. les marxiste français (80% de la population) avale toutes les couleuvres même les plus immondes sans broncher du moment que c’est peint en variation de teinte rouge, c’est écœurant…

      4. En cas de deuxième tour Hollande-Lepen, l’important sera d’éviter celui qui conduirait la Grande-Bretagne à ne plus accepter les émigrés Français.

      5. Voter Le Pen, c’est voter pour l’allié du PS.

        1. Voter UMP – pardon « Les Respublicains » – c’est comme voter PS…ou voter FN d’ailleurs…dans la Grande République Démocratique de france, on a le choix entre 49-3 nuances de marxisme…voter avec ses pieds c’est bien aussi 😉

      6. idem mais clicquez sur la primaire des français car la seule chance même minime de sauver le pays et d’avoir un candidat issu de la société civile qui nettoie les écuries d’Augias

  5. Attention, en cas de duel Hollande vs. Le Pen au second tour, il n’est pas du tout certain que Hollande l’emporte. La situation a quand même beaucoup changé depuis 2002.

    1. +1
      Et dans cette hypothèse, on est bien parti pour une cohabitation. Et hop, 5 années perdues. Encore.

      1. Absolument, ça sera 5 ans de bébête show de haute volée. Quant à l’état du pays…

  6. S’il repasse ce ne sera que juste !!!
    Il est parfaitement raccord au niveau des idées avec une majorité des Français. Alors oui le Français moyen le critique, couine, pleure et est victime de la paupérisation grandissante de ce pays, mais en fait sur le plan des idées le Français moyen est profondément, viscéralement socialiste pour ne pas dire communiste.

    1. c’est plus compliqué que ça.
      les français sont libéraux pour ce qui leur appartient et communistes avec les biens des autres 🙂

    2. De ce fait, n’est-il pas préférable que le socialisme termine le boulot qu’il a commencé voilà + de 40 ans, C’est triste à dire mais les français n’ont pas encore compris la leçon, Hollande est le candidat idéal pour les mettre face à la réalité, quand on veut tuer le socialisme il faut abonder dans son sens, ré-basculer à droite ne fera que ralentir le processus, oui ça va être douloureux mais ça durera moins longtemps.

      1. Peut-être, mais je serai curieux de voir quelle sera la couleur de l’assemblée élue en juin 2017, si comme j’en suis convaincu Hollande est réélu…

  7. Soyons clair. Le seul, l’unique but de Hollande depuis 2012 est sa réélection. Le reste n’a pas d’importance. Il suffit de voir comment il a géré le PS pendant 10 ans. Cependant, Hollande sait qu’il n’a aucune chance d’être réélu sauf s’il tombe contre Le Pen au deuxième tour.
    Pour cela, il faut évidemment faire monter Le Pen en énervant le plus possible les électeurs conservateurs encore chez LR.
    Il faut aussi empêcher des candidatures crédibles à gauche, par le message (« il n’y a pas d’alternative à gauche »), et en envoyant les barons se taper l’un sur l’autre plutôt que sur lui (Valls lui fait de l’ombre sur sa droite? J’envoie Macron. Aubry est gênante sur la gauche? Je laisse ressusciter Montebourg parce que Taubira, c’était vraiment plus possible).
    Il faut aussi faire baisser la droite et ne tapant pas trop pour l’instant sur les candidats les plus cramés (on se calme sur les poursuites envers Sarkozy, on ne parle pas des vieilles casseroles de Juppé), pour pouvoir les ressortir en temps utile.
    Je prévois donc, dès la primaire de droite terminée, le retour ou le rappel des enquêtes judiciaires (surtout si Sarkozy est choisi). Je prévois donc un joli petit ministère pour Montebourg si Hollande est réélu. Je prévois aussi Le Pen en tête au premier tour.

  8. L’insignifiant opportuniste qui occupe le poste de chef de l’État est prêt à tout depuis 4 ans pour se faire réélire: c’est son seul objectif. Et malgré ses 13% d’opinions favorables, c’est un politicien suffisamment cynique, retors, intelligent, tenace et persévérant pour utiliser les failles du système et l’incompétence de ses opposants pour réussir son projet de hold-up.
    Je répète ça depuis 3 ans et on me regarde comme un débile. Tout démontre aujourd’hui qu’il sera réélu.

    1. Je partage hélas votre point de vue : il sera ré-élu par défaut (il s’en contrefiche car c’était déjà le cas au PS) et le pays s’enfoncera dans la médiocrité avec la complicité des médias de garde et du mamouth, la dictature molle (doux avec la kleptocratie, dur avec les créateurs, producteurs et travailleurs) et le sous développement. Jeunes : fuyez !

    2. Entre Hollande et n’importe quel candidat de droite, je n’hésite pas trois secondes. Lui ajoute à l’incompétence le cynisme, la malhonnêteté, le mépris des Français… J’arrête la liste, ce serait trop long.
      Même M. Le Pen serait moins pire. Elle n’aura pas de majorité, donc elle sera obligée d’arrondir les angles. Sans compter que sur l’Education par exemple, elle est capable éoeuvre d’arrêter la casse.

  9. Il y a en France des partis politiques et des organisations syndicales clairement anticapitalistes qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses aillent mieux. Au contraire plus il y a de chômage, de désespoir surtout chez les jeunes et plus la situation deviendra tendue, insurectionelle. Une jeunesse désoeuvrée et désespérée sera la chair à canon de la révolution et du grand soir. Alors tout est bon pour mettre des bâtons dans les roues du système capitaliste, il faut empêcher toute réforme qui redonnerait espoir aux gens.

  10. Je viens d’arriver en Grèce,
    Tout le monde connait les problèmes de ce pays où je réside la moitié de l’année …
    Eh bien, un grec m’a dit que nous êtions dans la situation dans laquelle ils étaient l’année dernière !
    franchement pas rassurant !
    mais il faut être lucide, nous en suivons le chemin !
    En tout cas, nos problèmes intéressent les européens et il semblerait qu’ils soient plus lucides que les français
    à propos de la réalité de la situation de la France.
    malheureusement …

  11. Concrètement, si la droite est élue, la haute administration gouvernera comme elle l’entend de toute façon, il n’y a rien à attendre non plus de la droite sauf une occasion manquée de discrédit durable de la gauche si elle est élue se mange la faillite post 2017 jusqu’au trognon.

  12. avez vous tous voté pour la primaire des français ?
    le seul moyen pour en sortir de façon positive c’est d’avoir enfin un candidat issu de la société civile

Les commentaires sont fermés.