Gaz de schiste : les 6 mythes qui trompent Ségolène Royal

Publié Par Kevan Saab, le dans Énergie et matières premières

Par Kevan Saab.

By: jyc1CC BY 2.0

Mythe nº1 : « Les explorations et études géologiques sont décevantes »

Contrairement à l’adage, la France n’est pas un pays plein d’idées mais dépourvu d’hydrocarbure ; à vrai dire, au vu du marasme intellectuel actuel, c’est plutôt l’inverse qui est vrai. En effet, comme en attestent les études internationales sur le sujet, la France semble posséder des réserves potentielles de gaz parmi les plus importantes de l’Europe occidentale.

Mythe nº2 : « L’exploitation du gaz de schiste n’est pas rentable »

Il est certes très touchant de voir des écologistes et politiciens de tout bord se soucier à ce point des marges de profit des grandes compagnies pétrolières, cependant il est important de rappeler ici que d’une part les risques liés aux investissements font partie intégrante du système capitaliste et que d’autre part le marché du gaz en France est diamétralement opposé à ce que l’on peut voir aux États-Unis.

Aux États-Unis, on assiste en ce moment à un processus de consolidation du marché, phénomène naturel qui vient purger les surinvestissements ayant eu lieu lors du boom initial. Si on assiste quelquefois à des faillites d’entreprises n’ayant pas su se montrer aussi judicieuses que leurs concurrentes, on assiste le plus souvent à des rachats et des fusions ayant pour but de trouver des synergies et de réaliser de meilleures économies d’échelle. Rien de surprenant à cela quand on sait que le marché du gaz naturel aux États-Unis est devenu ultra compétitif avec un prix du gaz chutant de $12 par BTU en 2008 à environ $4 par BTU aujourd’hui, le tout pour le plus grand bonheur des consommateurs américains bien sûr :

gaz de schiste prix

À l’inverse, les prix du gaz sur le marché européen sont encore trois fois plus élevés et continuent à augmenter, alimentant de fait ce que les sociologues appellent désormais la « précarité énergétique ».

Bref, d’un côté nous avons des consommateurs – particuliers et industriels – pris à la gorge par des prix du gaz toujours plus élevés et de l’autre des compagnies pétrolières auxquelles on répète à tue-tête qu’il n’y a pas de rentabilité à attendre de l’exploitation de nos ressources naturelles. Ridicule n’est-ce-pas ?

Mythe nº3 : « La fracturation hydraulique cause des tremblements de terre »

Contrairement à un mythe très répandu, la fracturation hydraulique ne représente pas un risque sismique. En effet, en termes de magnitude mesurée, toutes les études s’accordent pour dire que l’impact réel de cette technique d’extraction se mesure entre 0 et 3 sur l’échelle de Richter (voir rapport de la Royal Academy of Engineering au Royaume-Uni). D’ailleurs, comme le rappelle très justement le United States Geological Survey, ces mini-secousses sont généralement classées dans la catégorie I sur l’échelle de Mercalli dont les sismologues se servent pour mesurer l’intensité d’un séisme. Pour les secousses de cette catégorie, aucun mouvement n’est observé, et l’activité sismique n’est généralement perçue que par les instruments de mesure et par quelques personnes dans des conditions particulières.

Mythe nº4 : « L’exploitation du gaz de schiste pollue les nappes phréatiques »

Avec près de 500 000 puits en activité, et dont beaucoup sont exploités en utilisant la méthode de la fracturation hydraulique, les États-Unis sont parmi les leaders mondiaux de l’exploitation gazière. À ce jour, malgré les multiples enquêtes lancées par l’Environmental Protection Agency (EPA), aucune aquifère n’a montré de trace de pollution par des fluides issus d’un processus de fracturation hydraulique. Bien sûr, ceci n’étonnera aucunement ceux qui sont familiers avec l’industrie gazière : en effet, les forages où ont lieu les fracturations hydrauliques se situent à plus de 2000 m de profondeur, une profondeur à laquelle aucune interférence physique n’est possible avec les nappes phréatiques, situées quant à elles en très grande majorité entre 0 et 500 m de profondeur.

Signalons au passage que la vidéo, qui a fait sensation, montrant une habitante du Colorado transformant son robinet en chalumeau avec une simple allumette, n’a tout bonnement rien à voir avec l’exploitation du gaz en général. De fait, une enquête diligentée par le Colorado Department of Natural Resources a conclu à une banale contamination géologique naturelle du fait que l’aquifère locale traverse une série de couches de charbon en profondeur.

Mythe nº5 : « Le liquide de fracturation est un cocktail de produits dangereux »

Comme son nom l’indique la fracturation hydraulique est une technique visant à créer un réseau de fissures dans la roche afin de permettre au méthane qu’elle contient, enfermé dans ses différentes couches, d’en sortir avant d’y être ramené en surface (explication plus détaillée à lire ici pour ceux que ça intéresse). Pour ce faire, le principe est simple : il s’agit de fracturer la roche en utilisant un liquide pressurisé composé à 90% d’eau auquel on ajoute du sable – à hauteur de 9,5% environ – pour empêcher les fissures ainsi créées de se refermer sur elles-mêmes, et enfin 0,5% d’additifs chimiques, dont essentiellement des substances bactéricides pour empêcher la contamination du réservoir par des bactéries provenant de la surface, et des composés viscosifiants servant à maintenir le sable en suspension dans l’eau puis à le maintenir dans les fissures (composés dits tensioactifs). Bref, on est loin du cocktail de produits chimiques dangereux habituellement évoqué dans les médias ; d’ailleurs, nombre d’entre vous connaissent ou utilisent régulièrement la petite dizaine de produits chimiques employés lors d’une fracturation hydraulique tant ces produits sont courants, pratiques et relativement sans danger à faibles concentrations.

Mythe nº6 : « L’exploitation des gaz de schiste est pire que l’exploitation du charbon »

Alors que l’exploitation du gaz naturel commence à supplanter petit à petit l’usage du charbon aux États-Unis, on entend de plus en plus souvent la théorie selon laquelle le gaz naturel extrait par fracturation hydraulique provoquant des fuites de méthane importante dans l’atmosphère serait en réalité plus néfaste que l’exploitation traditionnelle du charbon.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons rapidement que même en laissant de côté la question de l’effet de serre, le gaz naturel est sur tous les plans plus propre que le charbon dont la combustion relâche une quantité phénoménale de polluants nocifs pour la santé qui font de son exploitation un pis-aller énergétique et non une option durable.

Revenons maintenant aux accusations formulées contre l’exploitation du gaz naturel, et en particulier du gaz de schiste, aux États-Unis. D’après le rapport 2011 de l’EPA, les émissions de méthane liées à des fuites lors de la production de gaz naturel étaient de 2,5 millions de tonnes par an en 2011. Chiffre qu’il faut mettre en rapprochement avec la production annuelle de gaz naturel qui s’élevait à 28,48 millions de tonnes en 2011. Pour faire simple, les fuites de méthane dans l’atmosphère représentent moins de 10% du volume produit annuellement. Enfin, dans une étude comparative du Worldwatch Institute, l’organisme conclut que le gaz naturel à travers tout son cycle de vie – hors fuite lors de la production – est 47% moins émetteur de gaz à effet de serre que le charbon pour une même quantité d’énergie produite. Ainsi, avec ou sans les 10% de fuites non comptabilisées à la production, il est absolument indéniable que l’exploitation du gaz naturel n’a en aucun cas les mêmes impacts que le charbon en termes d’effet de serre.

Par ailleurs, signalons au passage que l’industrie gazière commence à adopter des équipements anti-émissions qui s’avèrent très prometteurs : en effet, plusieurs études sur la question relèvent des baisses quasi-totales dans les fuites mesurées (99% de baisse d’après l’une d’elles).

  1. Petit complément quand même sur le point 6 : l’auteur se focalise sur les émissions de gaz à effet de serre (on entend médiatiquement « CO2 ») « hors fuite lors de la production », en admettant quand même 10% de fuite à la production. C’est oublier que le méthane est aussi un gaz à effet de serre, et qu’il aurait un effet beaucoup plus fort que le CO2.
    Sans vouloir faire le calcul, ces fuites à la production semblent compenser largement le potentiel d’émission moindre à l’utilisation. À mon sens cet argument se retourne donc contre l’auteur.

    1. Les calculs sont faits en parlant en équivalent CO2 comme dans tous les travaux sur le réchauffement climatique. Bref, quand le Worldwatch Institute affirme que le gaz naturel est 47% moins « polluant » que le charbon, il prend déjà en compte le point que vous soulevez.

      1. On peut ajouter que le méthane a une durée de vie dans l’atmosphère assez courte, il est rapidement oxydé en CO2 et H2O.

  2. Ce débat ayant viré au quasi-religieux en France, je doute que quiconque écoute des arguments sensés dans ce pays à ce sujet…

    1. Bonjour Tridir
      toutafé c’est comme les OGM. C’est le diable.

    2. c’est vrai et pourtant, on doit rappeler certains faits de temps en temps , le mode de pensée des écologistes est une maladie pour la raison…diabolisation, omission, absence de relativisation, multiplication et interchangeabilité des « priorités », imprécision crasse du propos, grande peur totale de tout …etc…ça permet tout…

      quoiqu’on pense de l’exploitation du gaz de schiste , on ne peut pas en discuter sans considérer les avantages et les inconvénients par rapport à ses concurrents…

      mais le gaz de schiste pose aussi problème pour le petit écologiste qui vous vend sa vision du monde renouvelable et de l’appauvrissement général redistributif mondial… c’est ballot de se flatter de mettre en place une transition énergétique qui coûte bonbon quand l’argument du pic fossile qui supposément lui donnait l’allure d’une vision du monde éclairée ( plus éclairée que vous ou moi, que celle de ‘importe quel capitaliste) est encore reportée pour dans 20 ans…

  3. Le nucléaire, ça irradie et ça produit des déchets.
    Le gaz, ça fuit de partout et ça explose facilement.
    Le pétrole, c’est une horreur hyper dangereuse et polluante à raffiner.
    Le charbon, ça tue les mineurs et génère des particules et des sulfures.
    Les barrages hydroélectriques, ça inonde de vaste bassins quand on construit et génère des tsunami quand ça craque.

    L’éolien, la géothermique, le solaire c’est pas au point et pas rentable.

    Reste le vélo avec des dynamos. Si on mettait tous les neuneus sur des vélos, on serait le plus grand producteur d’électricité au monde.

    1. pragma,bonjour tout à fait d’accord avec vous;si l’on écoutai les prétendu écologiques nour retournerions dans les cavernes

    2. « Le nucléaire, ça irradie et ça produit des déchets. »

      Comme les hommes et le soleil.

      Interdisons l’homme et le soleil et tout ira bien sur Terre. 😀

    3. Reste l énergie socialiste qui sclérose en plaques

  4. Rapport de la cour des comptes : Depuis cinq ans, la France conduit sa politique de lutte contre le changement climatique à l’aveuglette.

    Il faut d’urgence construires de nouvelles archives nationales pour classer tous ces encombrants rapports.

    1. On peut les archiver à la BNF, le dernier délire architectural du socialiste à la francisque Mitterrand… Il paraît que la BNF prend l’eau, idéal pour réduire à néant les rapports dérangeants pour les étatistes.

  5. article trop partisan : bien sur qu’il peut y avoir interaction avec les aquiferes ne serait ce que par le puits d’extraction qui s’il n’est pas fait dans les regles de l’art (le puit doit etre gaine) pollue les nappes (ce qui est deja arrive)… bien sur aussi qu’il peut y avoir des interactions avec les aquiferes dans les zones karstiques (c’est un cas particulier mais qui existe)

    de maniere generale, depuis que je suis ici, j’ai plus l’impression de lire des articles de propagande que des articles fouilles

    le vrai probleme des GS, c’est quand meme ca : https://maps.google.com/maps?q=donie+texs&hl=en&ll=31.484893,-96.266327&spn=0.147853,0.209255&sll=28.275963,-99.101486&sspn=0.15269,0.209255&t=h&hnear=Donie,+Freestone,+Texas&z=13

    1. Quand on néglige les règles de l’art, les problèmes ne sont pas dus au gaz de schiste mais aux négligents. Je suis parfaitement d’accord pour m’opposer aux négligents qui nous pourrissent la vie.

      1. La gestion étatique de ces questions n’est-elle pas la source même du problême : Quand l’état impose une politique technologique sur une large échelle, il couvre de fait la responsabilité des intervenants sur les conséquences. Les media seront invités à taire ou minimiser les problêmes. Les personnes lésées n’auront plus de recours juridique contre les sociétés.

        Imaginer par ailleurs que des fonctionnaires et surtout des politiciens sont aptes à effectuer une analyse de risques, à se remettre en cause et à assumer des conséquences est assez illusoire.

        Les risques sont partout et multiples : santé, environnement, économie. Les effets de bords pas toujours prévisibles et surtout pas par des idéologues. Ce qui est prévisible, c’est les conséquences d’une mauvaise gestion.

    2. Bonjour marcel
      Ben oui Contrepoints est un site partisan pro libéral, ce n’est pas un site scientifique.
      Le terme de propagande est peut-être un peu excessif.
      Le forum est ouvert à tout le monde.
      Votre lien sur google est en effet impressionnant.

      1. Pour ma part, j’apprécie particulièrement le point de vue libertarien des intervenants qui replacent toujours les débats sur un plan pratique, a-politique et contre-idéologique.

        A chaque fois, il est nécessaire de rappeler que le seul parti-pris est celui de l’efficacité et de la compatibilité avec la nature humaine débarassée de toute considération moralisatrice, que le doute est la règle et qu’il s’applique aussi bien au contenu des articles qu’au arguments et aux liens présentés par les intervenants.

        A chaque fois, on se fait traiter de négationistes, de personnes à courte vue, d’égoïstes, de simplets parce qu’on refuse de dogme ou le pilitiquement correct, par des intervenants qui ne comprennent pas la pensée libertarienne ou l’assimilent un peut trop vite à un ultralibéralisme américain ou à du lobbyisme.

        1. Mieux vaut être un libertarien égoïste qu un socialiste voleur

    3. marcel : « le puits d’extraction qui s’il n’est pas fait dans les regles de l’art (le puit doit etre gaine) pollue les nappes (ce qui est deja arrive)
      —————————————-
      « Déjà arrivé » où, avec quel produit, pendant combien de temps, etc… ???
      Ah oui, on sait, la réponse, on l’aura à la St Glinglin et en attendant, le marcel il va faire le mort ou faire diversion en brassant du vent, encore du vent, toujours du vent, typique de la propagande escrologiste.

      marcel : « le vrai probleme des GS, c’est quand meme ca : https://maps.google.com/maps?q=donie+texs&hl=en&ll=31.484893,-96.266327&spn=0.147853,0.209255&sll=28.275963,-99.101486&sspn=0.15269,0.209255&t=h&hnear=Donie,+Freestone,+Texas&z=13 »
      —————————–
      Le vrai problème, c’est les mecs qui ne savent pas utiliser la fonction zoom-

        1. Futura-Sciences n’est pas vraiment une référence du point de vue scientifique, ça l’est du point de vue activisme écologique.
          Par ailleurs je cite le premier paragraphe « Oui, l’exploitation des gaz de schiste peut occasionner des pollutions dans des nappes phréatiques », qui dit le contraire ? L’important est la fréquence de ces pollutions et là il faut constater qu’elle est très faible.

          1. Je suis prêt à parier qu’il y a plus de pollutions de nappes phréatiques par des fuites de cuves de fioul de particuliers que par l’exploitation des gaz de schiste.

          2. riffraff: « Futura-Sciences n’est pas vraiment une référence du point de vue scientifique, ça l’est du point de vue activisme écologique. »

            tout à fait les discussions parfaitement scientifiques y sont même censurées comme sur le RCA.

            Nous avons là un domaine scientifique, la climatologie, ou on ne sait pas encore grand chose mais futura-science SAIT ! Tout est dit le GIEC à raison, il sait tout, point final.

            5 ans plus tard, tous les modèles sont avérés faux ils ce sont planté gravement mais futura-science, qui a censuré pendant des années les scientifiques qui disaient « attention, ce n’est pas de la science » est droit dans ses bottes.

        2. @marcel ,
          utiliser google, c’est bien. Lire, comprendre et vérifier au lieu de répéter des titres sensationnalistes, c’est mieux.
          Car ce qu’on lit dans l’article, par Futura Science, pourtant un torchon sponsorisé pour faire de la propagande climatique, c’est il s’agit de « pollution » par le méthane, éthane et propane qui n’ont jamais été … des polluants (car si c’était le cas, il vous suffirait de montrer un seul dictionnaire, manuel de toxicologie, de chimie, de gestion de risques qui le classe en tant que polluant, pas vrai ? on attendra la St Glinglin, là encore…). Il est nullement question de pollution par les fluides de fracking, pourtant, le mensonge principal des escrolos.

          Soit dit en passant, contrairement à ce qu’insinue Futura Science, le méthane thermogénique (venant de gaz de schiste, contrairement au méthane biogénique proche de la surface) n’a jamais été une preuve que de la faute du fracking, vu qu’il est naturellement présent dans la région incriminée (cf par ex. les mesures de l’étude 2013 parue dans Groundwater : http://www.ngwa.org/Media-Center/press/2013/Pages/2013-05-24-groundwater-.aspx ) .

          Et il n’y a pas que ça, l’étude de Jackson est truffée de défauts que Jackson a lui-même reconnus publiquement, comme par exemple l’absence de mesures AVANT fracking (!!!) ce qui rend toute comparaison et donc tout lien causal avec le fracking impossible, le « mystère » de puits qui les plus loin du fracking et qui ont pourtant un taux… plus élevé de méthane que les puits les plus proches.
          Bref, « l’étude » de Robert Jackson ne vaut même pas un morceau de PQ usagé.
          Et un point de détail : faut-il rappeler que Jackson n’a jamais été un spécialiste de la question, il n’est même pas géologue, il est prof de biologie au département étude environnementale de l’Université de Duke et dont le fond de commerce est la panique réchauffiste. Son « étude », au conflit d’intérêt évident, a été financée par une officine escrologiste la Packard Foundation. Pour l’indépendance et le sérieux scientifique, on repassera.

          Mais bon, visiblement, c’est le mieux que nos escrologistes ont pu trouver pour leur propagande. Mentir et encore mentir, brasser du vent, encore du vent, c’est tout ce qui vous reste. C’est triste.

          1. « absence de mesures AVANT fracking »

            Ce genre de problême me semble simple à règler : mesures avant fracking, mesures régulières après fracking, estimation du préjudice, procès.

            C’est plus simple qu’un litige sur une marée noire, plus facile à évaluer qu’une défiguration du paysage, moins catastrophique que Fukushima.

            1. pragma : « Ce genre de problême me semble simple à règler : mesures avant fracking, mesures régulières après fracking »
              —————————-
              Au contraire, c’est une problème insurmontable pour les escrolos. S’ils suivent une méthodologie qui relève du simple bon sens (à savoir prendre des mesures avant ET après pour permettre de comparer), ils auraient que dalle comme « preuve » pour leur propagande anti-gds.
              C’est la même raison pour laquelle ils commandent une « étude » sur les migrations sous-terraines de méthane non pas à un géologiste mais à un… biologiste, non pas à un département de géologie, de chimie ou d’instrumentation & mesures mais à un département de « sciences » environnementales. Ce qui intéresse les escrolos, c’est pas la vérité, c’est d’avoir un scientifique à leur solde qui écrira la conclusion qu’ils veulent entendre.

      1. A croire votre discours puéril, le risque 0 existe, la technologie est hyper au point, les habitants proches des zones de forages sont heureux, les paysages naturels ne tirent pas la gueule, nos comportements energivores sont tolérables et justifie de défoncer tout et n’importequoi et meme son contraire pour les assouvir, bref que du bonheur ! Un peu comme Shell, fuck la barière de corail, on s’en tape cassons brisons polluons et quand ça casse ça pète ça coule ça crade c’est pas grave on paiera l’amende car nos bénéfices et le prix de vente comporte des marges suffisantes pour fermer les bouches des détracteurs ! Raisonnement cohérent, idées claires et lumineuses ! Si c’est ça votre « libéralisme », laisser les gens « libre » de faire de la merde à l’insu des autres et sur les biens communs que sont nos terres et littoraux, et bien je le déteste !

        1. N’hésitez pas à être en accord avec vos principes en n’utilisant aucun ordinateur, téléphone portable, ni appareil électrique dans votre foyer.
          N’hésitez pas non plus à ne consommer que des produits locaux que l’on peut trouver à moins de 1h à pied (ou de charrette) de votre domicile.

          Mais ayez la décence de ne pas exiger des autres de vous rejoindre à l’âge des cavernes.

          1. C’est bien ce que je pensais, merci de me faire par de votre vision nullissime du monde d’ajd !

            Consommons, achetons, continuons sur le même modèle que les 30 Glorieuses mais avec une société différente et sclérosée ! Nous sommes face à des évolutions technologiques, sociétales et énergétique importantes mais nous continuons sur un modèle de consommation sans aucune pérennité. Nous pourrions centraliser les énergies, regrouper les connaissances, optimiser les flux et consommation, rendre les constructions plus économes en énergies, voir possiblement et facilement autonomes d’ici peu, mais non, nous continuons à investir des milliards dans des énergies fossiles, élargissant notre modèle de consommation au plus grand nombre et diffusant ce « confort » énergétique dans le monde comme une avancée normale, intelligente et fantastique. Elle l’est certes, mais elle n’est pas vivable.
            Comment feront nous dans 50 ans qd la moitié de l’Afrique et de l’Inde auront accès à la même qualité de vie que nous ? Comment assumerons nous ces productions et consommations ? Comment alimenterons nous les voitures de chacun ? Les chaudières des autres ? Comment fabriquerons nous le plastique de leurs jouets de noel ?

            L’égalité dirait « chacun sont tour, nous l’avons eu alors eux aussi le peuvent », mais la pérennité qu’en dirait elle ? De nous ? De nos erreurs ? Alors vivre dans une caverne connement, non, mais réfléchir et optimiser les choses grâce aux avancées remarquables de nos civilisations sans pour autant TOUT renier, peut être plus 🙂

            Avec des réponses aussi rétrogrades et sans aucune analyse que la votre, troll ou pas, le mieux serait justement que vous jetiez votre ordi et autre iphone et que vous vous taisiez 😉

            1. « Nous pourrions centraliser les énergies, regrouper les connaissances, optimiser les flux et consommation, rendre les constructions plus économes en énergies, voir possiblement et facilement autonomes d’ici peu »
              C’est qui ce nous, c’est l’état?
              C’est tjs le problème avec le constructivisme, il suffit d’avoir LA bonne solution et de l’appliquer.
              Il n’y a pas de bonne solution. Il y a seulement des individus qui ont des besoins et qui cherchent à le résoudre.

            2. Nous c’est l’ordre des architectes, les associations, l’état oui (bouuuuu vazy), les entrepreneurs en bâtiments, les boites de BTP (Vinci & co, qui d’ailleurs sont en train de ruiner le monde de la construction par leurs pratiques abusives et agressives (oui je suis architecte)), la population dans leur besoin d’énergies et leur besoin de constructions 🙂

            3. « Nous pourrions centraliser les énergies »

              Qu’entendez vous par la ?

              – créer un monopole d’état et distribuer des cartes de rationnement …
              ou
              – construire un gigantesque centre nucléaire de production électrique et de synthèse de carburants

            4. Votre commentaire et vos platitudes n’appelaient pas autre chose que de la moquerie.
              J’aurais pu tenter de vous expliquer les bienfaits du marché libre, l’équilibre d’un marché non planifié et j’aurais pu aussi vous dire que le libéralisme n’est pas synonyme de destruction de l’environnement, esclavagisme, et cannibalisme, mais j’ai bien compris que cela revenait à prêcher dans le désert.

              Il n’y a rien à discuter avec un constructiviste qui sait mieux que les autres ce qui est bien pour eux, tout en ne respectant même pas les principes qu’il prêche.

              Je ne perds mon temps à discuter sur Internet qu’avec des gens honnêtes 😉

            5. (mon message ci-dessus s’adressait à zules)

            6. Zules : « Comment feront nous dans 50 ans qd la moitié de l’Afrique et de l’Inde auront accès à la même qualité de vie que nous ?  »
              —————————————–
              Nous libéraux, on n’est pas des devins conventionnés, on sait pas.
              Mais visiblement, vous savez, et mieux encore, vous connaissez les « solutions ». Ils donnent des cours de prophétie à l’école d’architecture maintenant ?
              Vous savez faire quoi d’autre, jeter des sorts et faire revenir les amants perdus ? Si vous savez prédire les numéros de loto de la semaine prochaine, ça m’intéresse.

            7. Mmmm quel doux commentaire. Vous me faites dire des choses que je ne dis pas, et s’est la meilleure solution pour les faibles dans votre genre, qui ensuite se cache derrière la moquerie. Merci d’illustré à merveille l’obèse nauséabond caché derrière son écran.

              « vous expliquer les bienfaits du marché libre, l’équilibre d’un marché non planifié et j’aurais pu aussi vous dire que le libéralisme n’est pas synonyme de destruction de l’environnement, esclavagisme, et cannibalisme » je n’ai justement jamais dis ce genre de chose, et le faite que je fréquente ce site web (qui parfois m’ouvre les yeux, d’autres fois me répugne) indique que je m’interesse plus aux articles ici écris qu’aux commentaires fumeux dont les vôtres. Je ne cherche pas à imposer, mais à exposer ma vision due à ma culture, mes expériences et mon temps sur cette Terre. Je remarque par contre que nombre de cas libéro dans votre genre prêche le bon sens libéral et le sacro saint libéralisme à longueur de journée… On ferait une croisade on ne s’y prendrait pas différemment, et on en voit le résultat ajd.

              Et puis constructiviste, communiste, et tout ces mots à la con en « iste » qui font bander les mecs comme vous histoire de mieux cataloguer le monde entier, ça me fatigue.

            8. @Minitrucx : si vous lisiez ce que vous copier de mes propos, vous remarqueriez un signe assez étrange en fin de phrase, nommé « ponctuation ». Il permet de comprendre que je ne donne pas de solution, et que je ne les possède encore moins, mais que je pose une simple question.

              1. Zules, c’est pas zoli zoli de déformer les pseudos, même pas zouette 🙂

            9. Tiens, je pensais que la formation d’architecte était plus sélective.

            10. @Minitrux encore : je peux également voir que votre réponse comporte plus d’humour vaseux se voulant faussement cassant que de réponse intelligente, curieuse, intelligente, fausse mais assumées etc.

            11. ah, un architecte, je comprends mieux sa posture.

              sinon, il fait beau dans votre région?
              Ici c’est idyllique, on ne saurait assez remercier les conducteurs de 4X4 de faire leur possible pour accentuer le réchauffement climatique.
              Bon, 1/2 degré de mieux… mais en avons-nous les moyens?

            12. Ben voilà encore une discussion qui part en vrille, tout ça parce que Zules a fait un fait une reflexion collectiviste.
              Vous n’êtes pas raisonnable non plus Zules, pas de constructiviste ici.
              Menfin pour un architecte c’est un peu naturel lol

            13. Heu oui je vois pas le rapport… hormis construire pour tous, comme soigner pour tous pour les médecins…

              1. Ah bon ? Et c’est quoi, votre serment d’Hippocrate à vous ?

            14. « Comment feront nous dans 50 ans qd la moitié de l’Afrique et de l’Inde auront accès à la même qualité de vie que nous ? »

              T’inquiète pas pour ça, les ordures d’associations comme le WWF font tout pour que cela n’arrive pas. Faire intredire la construction de barrages et faire passer cela pour de l’humanitaire, faut vraiment haïr les êtres humains, enfin ça dépend lesquels.

            15. « Consommons, achetons, continuons sur le même modèle que les 30 Glorieuses mais avec une société différente et sclérosée ! »

              Qui vous interdit d’arrêter de vivre sur ce modèle ? Allez, un peu de courage au lieu d’attendre que les autres le fassent pour vous.

              Vous croyez vraiment que le socialisme est la solution aux problèmes ? L’existence du problème justifie et cautionne donc des solutions stupides et idéologiques qui ont été mainte fois essayées et ont tant de fois échoué ?

              Ce qui est bien avec les étatistes, c’est qu’ils n’argumentent pas en défendant leurs solutions… Celles-ci étant vites réfutées.. Alors il ne leur reste qu’à faire dans le procès hypercritique du capitalisme… Comme si les imperfections de l’économie de marché suffisaient à cautionner l’étatisme…

            16. « Comment feront nous dans 50 ans »

              Pourquoi nous ? Donc incluant vous, alors que vous ne serez plus dans le coup depuis longtemps… Vos enfants (si vous en avez et s’il n’ont pas été élevé dans une caverne) auront à se démerder comme vous avez dû le faire. Déjà qu’ils devront payer nos/vos dettes contractées, pour une part, à investir massivement dans des énergies qui côutent la peau du cul et qui ne sont même pas efficace…

            17. Au milieu du XIXe siècle, on se demandait comment on allait gérer la pollution chevalline avec l’augmentation de la circulation dans les villes. Et au XXe, on craignait qu’il n’y ait pas assez de cuivre avec la généralisation du téléphone…
              Les nouvelles technologies sont porteuses d’espoir d’amélioration, mais aussi de difficultés. Les écologistes nous vendent un monde parfait, immobile et sans risque qui n’existe que dans leur idéologie et essaient de nous faire croire que tout était mieux avant.
              Pour tout progrès, il y a une évaluation bénéfice/risque à faire.
              Le premier problème est de pouvoir laisser l’évaluation des conséquences des nouvelles technologies à des scientifiques et pas à des idéologues (même avec un vernis scientifiques)
              Le deuxième problème est que la décision politique ne soit pas polluée par le goût du pouvoir et l’argent.
              Des citoyens qui ont peur n’aident pas à surmonter ces problèmes

            18. Mais de grâce, vivez la votre vie ainsi décrite, mais SANS L IMPOSER AUX AUTRES !
              Qui pensez vous être pour faire autant de morale infantilisante ?

            19. Consommons

              Pas le choix : j’ai une imprimante OfficeJet 8509. Les têtes d’impression doivent être changées. Compter 60.- par tête sur amazone, et 100.- en magasin. En plus poireauter pour être livré. Sans être certain que cela fonctionne après. Résultat, je suis allé acheter une imprimante laser Samsung à 159.-

              Pas consommer = pas imprimer de lettre, pas copier de document = pas vivre = pas se défendre de ces sangsues sotcialistes …

        2. C’est votre discours qui est puéril. Du fait que le risque zéro n’existe pas, on doit considérer les risques sur une échelle relative. Un risque B un ordre de grandeur ou plus en dessous d’un risque A lui-même jugé acceptable est forcément acceptable, et les râleurs feraient mieux de s’attaquer au risque A qu’au risque B. Les technologies présentent l’avantage que leurs risques sont évalués avec précision, et je n’en connais pas qui ne soit pas aujourd’hui un ordre de grandeur au moins en dessous de celui des « erreurs » humaines, dont la plus fréquente est de nommer les responsables sur la connivence plutôt que la compétence. Les compagnies que vous accusez se retrouvent systématiquement mises en cause par la faute d’individus qui violent ouvertement les règles qu’elles instaurent. Un commandant qui picole et plante son Exxon Valdez sur les rochers, un foreur qui laisse monter la pression dans son puits au delà de ce que même un profane sait être acceptable sur BP Horizon, des cadres qui s’amusent à débrancher les systèmes de sécurité « pour voir » à Tchernobyl, etc. etc. etc. Tous ces gens ont gagné les places qui leur permis ces bourdes monumentales contre tous les préceptes du libéralisme, par connivence. Dans un système libéral, ils n’auraient jamais atteint ces postes, ils auraient été trop occupés à réparer leurs erreurs précédentes.

          Le libéralisme est fondé sur la responsabilité, c’est elle qui définit la liberté : on n’est libre de faire que ce dont on assume pleinement la responsabilité. La merde qui finit chez les autres est toujours le fait du dirigisme, celui qui permet au coupable de commanditer sans assumer.

          1. Ce sont de beaux propos que j’accepte, mais je ne suis pas d’accord à 100%. Je suis pour un relan libéral en France, mais pas sur tout. Je pense que l’état se doit d’assumer certaines fonctions, dont celle de protéger ces territoires de l’appétit voraces de qquns sans trop d’état d’âme. Car dans votre système, les fameux grains de sables qui aboutissent aux catastrophes, ils sont DEJA dans le système, et ce n’est pas en mettant un régime plus libéral au commande que Shell et autres deviendront plus responsable, et leur salariés plus qualifiés et responsables… ne pensez vous pas ?

            1. « et ce n’est pas en mettant un régime plus libéral au commande que Shell et autres deviendront plus responsable, et leur salariés plus qualifiés et responsables… ne pensez vous pas ? »

              Non, c’est l’effet de la concurrence, et d’un système de justice correct, que de les rendre responsables.

              « Je pense que l’état se doit d’assumer certaines fonctions, dont celle de protéger ces territoires de l’appétit voraces de qquns sans trop d’état d’âme. »

              Quelques uns qui se trouvent être, sans surprise, à la tête de l’état sitôt qu’il y’en a un…

              « Car dans votre système, les fameux grains de sables qui aboutissent aux catastrophes, ils sont DEJA dans le système »

              Les grains de sable se trouvent surtout dans le votre, de système.
              Vous niez les libertés individuelles et les droits de propriété dans chacune de vos interventions.

            2. pfff ces pétroliers .. des irresponsables.
              je vous suggère aller passer une semaine sur une plateforme, vous verrez à quel point ce sont des irresponsables.
              mais derrière un clavier évidemment…

            3. Peut être bien, mon jeune discours est encore peu habile 🙂

              La concurrence à certes des effets bénéfiques, surtout face à l’état et aux dogmes, mais la course à la réussite et au succès blesse aussi… Vous parlez de système de justice correct, je pense que le notre est pas mal, j’ai pas entendu parler de peine de mort ou de lapidation en France depuis belle lurette, les seuls en abusant et rendant ce système infecte sont justement les têtes gouvernementales et privées.

              Vous me parlez de droits, mais pensez vous réellement que le propriétaire d’un terrain se doivent, par droits, d’exploiter une ressource de manière inadéquate et polluante. C’est ça votre droit ? votre liberté ? Quid du voisin qui en subit les conséquences à 1km de là ? Dans un système idéale ou des gens compétents ont fait une étude de faisabilité, dans les règles de l’art. Quid de l’accident ? Quid du grain de sable ?

              1. Vous parlez de système de justice correct, je pense que le notre est pas mal

                Face à un service de l’état tel que le service fiscal que tout le monde nous envie :mrgreen: allez donc faire rétablir une injustice.
                Comment parler de justice s’il faut dépenser 2000 Euros en avocat pour récupérer 2000 Euros ❓

                Grâce à la voracité de vos amis sotcialistes, on en est là.

              2. J ai toujours soutenu que ceux qui veulent passer de la compétition à la pure collaboration étaient en fait uniquement ceux qui ont une mentalité de perdant et son incapable de supporter leur faiblesse

            4. Et surtout quid de notre pays tempéré aux mille et un paysage, à la fois montagne, littoral, méditerranéen, à la fois chaud froid et doux ? Du béton ? Pour continuer de sur consommer ?

            5. Chez nous, l’état est propriétaire ses sols, et il a toute lattitude pour imposer des normes de sécurité, de respect de l’environnement et prévoir des pénalités.

              Le fait de prévoir des pénalités rend en général les gens beaucoup plus responsables. Encore faudrait-il il est vrai prévoir des pénalités pour rendre responsables les politiques.

              Mais au train où l’on va, dans 3 ans la France est sous tutelle du FMI et on sera peut-être obligé d’exploiter tout et n’importe quoi sans prendre de précautions.

            6. « Vous parlez de système de justice correct, je pense que le notre est pas mal »

              C’est sûr… Aucune indépendance de la justice, pas de réelle séparation des pouvoirs, lois aberrantes, pas de respects des droits, pas de responsabilités des juges… A part ça, il est pas mal, notre système!

              « mais pensez vous réellement que le propriétaire d’un terrain se doivent, par droits, d’exploiter une ressource de manière inadéquate et polluante. »

              Non, il ne se DOIT rien. Par définition, il a le DROIT de faire ce qu’il veut de son terrain.

              « Quid du voisin qui en subit les conséquences à 1km de là ?  »

              Z’êtes bouché vous, hein? C’est pas comme si ça faisait 15 fois qu’on vous parle de justice…

              « Et surtout quid de notre pays tempéré aux mille et un paysage, à la fois montagne, littoral, méditerranéen, à la fois chaud froid et doux ? Du béton ? Pour continuer de sur consommer ? »

              J’en sais rien et vous non plus! C’est aux propriétaires de décider ce qu’ils veulent faire de leur terrain. Pas à vous, ni à moi.

            7. Alors, c’est que vous avez une idée fausse du libéralisme. Dans un système libéral, le consensus va déterminer le seuil de risque acceptable pour autrui qui s’impose aux activités de tous. En général, comme je l’ai dit, on n’accepte pas d’augmenter plus que marginalement l’exposition courante en échange, dans notre cas, d’une division par deux du coût de l’énergie. Dans la pratique, cette augmentation disparaît dans l’incertitude sur l’évaluation de l’exposition courante (épaisseur du trait) et sera de toute façon compensée par la réduction constante des risques, en un an au plus. On offre à ceux auxquels le consensus ne convient pas la possibilité de rester en dehors de l’ensemble {bénéfices+risques}.
              Le point important, c’est qu’ensuite les opérateurs, Shell disons, sont libres de la manière dont ils atteignent cet objectif, et totalement responsables de ce qui se passe au cas où ils ne l’atteignent pas. En clair, ça signifie que si la compagnie laisse monter le risque au dessus du seuil et que l’accident se produit, elle est morte et les dirigeants à la rue. N’en doutez pas, c’est extrêmement incitatif… Ca marche très bien, et beaucoup mieux que le système dirigiste où l’important est de respecter des règlements faits par des imbéciles, du genre « vous pouvez tuer qui vous voulez avec votre voiture si c’est à moins de 90 km/h, et nous vous tomberons dessus si vous ne tuez personne, mais à plus de 90 ».

              Un état qui régule prend à sa charge la responsabilité. Un état libéral oblige les individus et les compagnies à assumer.

            8. Il est toujours possible d’optimiser et d’améliorer, et si les libéraux sont pas d’accord, les coco non, les centraux un peu.. bref jamais content.

              Quant au « proprio décide » c’est une horreur ! Allez voir les lotissements ou chacun fait à sa sauce sa maison dégueu en crépis coloré ! Je suis hélas, allez y insultez moi, pour un contrôle du paysage par une instance supérieure.
              Permis de construire, autorisation, il faut surement réviser les règles, mais en aucun cas laisser les gens libre de faire n’importe quoi. N’avez vous jamais entendu parler de projets paysagers ? de continuité du territoire ? Vous les visualisez vraiment les alpages en damier béton/herbe/béton/herbe, parsemés de chemin défoncés emprunter par 50 poids lourd par jour pendant 10 ans ? Vous trouvez ça excitant comme futur ?

            9. Zules : « Je pense que l’état se doit d’assumer certaines fonctions, dont celle de protéger ces territoires de l’appétit voraces de qquns sans trop d’état d’âme.  »
              ————————–
              Que l’Etat s’en tiennent aux fonctions régaliennes et assurent au mieux l’état de droit, c’est la position des libéraux conservateurs, des minarchistes, des libéraux classiques. Ca n’a rien d’un scoop, voir sur wikiberal.

              ——————————————
              Zules : « Et surtout quid de notre pays tempéré aux mille et un paysage, à la fois montagne, littoral, méditerranéen, à la fois chaud froid et doux ? Du béton ? Pour continuer de sur consommer ? »
              ——————————————
              Cessez d’insinuer que le gaz de schiste = béton, c’est archi faux. L’empreinte au sol d’un forage de gaz de schiste n’est pas plus grosse ni plus haute que celle d’une cabane.

              Quant aux paysages, si vous y tenez vraiment, militez pour que les gens s’entassent tous en ville, et qu’on rase progressivement tous les villages de France, c’est le meilleur moyen pour partager les ressources, réduire la consommation et rendre de l’espace à la nature. Ah, ça se met à réfléchir…

            10. Le problème c’est que pour vous c’est noir & blanc, pas de nuance de gris entre les deux… C’est triste.

            11. Zules : « Je suis hélas, allez y insultez moi, pour un contrôle du paysage par une instance supérieure. »
              ————————-
              Vous êtes hélas, un aspirant libéral qui a été formaté au collectivisme par l’EdNat et qui a encore beaucoup à apprendre. Mais il y a encore de l’espoir, certains sont partis encore de plus bas et ont remonté la pente.

            12. Les lotissements patchwork ? D’une part, il leur a fallu obtenir l’accord d’un fonctionnaire sur la couleur qu’ils ont proposée, et comme ça ne ressemblait à rien, ils ont fait autrement. Mais personne ne vous oblige à y aller. Vous pouvez choisir un lotissement où les propriétaires s’entendent pour une certaine homogénéité à leur goût. Ah non, vous ne pouvez pas, ce serait dans un système libéral…

              Quant aux alpages, je vous rassure, on sait forer en biais depuis les vallées, et c’est beaucoup plus économique que de monter l’équipement.

            13. Ben tiens ! Ca me fait penser : forer + vallée + alpage : vallée de la maurienne :

              http://www.ecotoxicologie.fr/friche.jpg

              Yummy !

            14. Zules: « La concurrence à certes des effets bénéfiques, surtout face à l’état et aux dogmes »

              Le problème quand tu régules à mort c’est que tu donne « l’anneau unique » aux malin.
              Regarde qui est accoquiné avec les distributeurs d’indulgence et de monopoles et qui en profitent à mort et profitent aussi des lois pour tuer toute émergence de meilleurs prestataires.

              Toutes les corporations les plus pourries de France, immobilier, énergie, trafic d’influence, copinage.

              Les libéraux ne disent pas dérégulons youpie il n’y aura plus aucun problème, ils disent que c’est bien moins pire qu’avec une gestion corporatiste, et colbertiste.

            15. Certes, c’est clair je comprend…

              Après cette fabuleuse après midi de trolling/découverte/rage/échanges, je vous souhaite un bon week end 🙂

            16. « C’est ça votre droit ? votre liberté ? Quid du voisin qui en subit les conséquences à 1km de là ? »

              Voilà l’habituel renard libre dans le poulailler, la liberté de tuer, etc…

              Renseignez-vous sur ce qu’est le libéralisme. Le libéralisme n’est pas l’absence de règles, mais est un ensemble de règles de vie en société.

              Si je fais n’importe quoi avec ma propriété, celle-ci verra sa valeur dégradée et j’en subirai les conséquences.
              Si ce que je fais sur ma propriété endommage la propriété du voisin, celui-ci exigera un dédommagement, par justice interposée s’il le faut.

            17. Je pense que l’état se doit d’assumer certaines fonctions, dont celle de protéger ces territoires de l’appétit voraces de qquns sans trop d’état d’âme.

              Mais c’est ce qu’il fait déjà, avec l’appétit d’une grosse limace sur un lupin fraîchement levé, à la rosée du petit matin 🙁
              Vu l’état intellectuel des « zélites » de ce pays, les limaces vont se multiplier comme des forumis…

        3. les paysages naturels ne tirent pas la gueule,

          Nan nan nan, les zéoliennes ne défigurent rien du tout Zules, elles sont même zilencieuses 🙂

    4. Non c’est article n’est pas partisan il reproduit fidèlement les informations des scientifiques, pas des industriels, pas des écologistes.

      http://www.pseudo-sciences.org/recherche.html?recherche=gaz+de+schiste

      La photo très impressionnante en effet, je gage que la situation vue du plancher des vaches l’est beaucoup moins, technique habituelle des propagandistes écolos.

      Cela dit elle soulève un point intéressant, l’occupation foncière aux US et en Europe n’est pas la même ainsi que la densité de population, l’exploitation posera (pas de conditionnel pour moi) plus de problèmes, qui seront réglés par une réforme du code des mines et la juste rétribution des propriétaires et des collectivités locales.

    5. Problème des GS, en quoi ?

    6. Quel est le problème ? On a deux km2 avec des puits tous les 100m. Autour, on a des champs cultivés. Quand les puits seront épuisés, cela redeviendra des champs cultivés. Ou est le soucis ?

    7. Les Américains ont de grandes étendues quasi désertiques, pas nous. Ils peuvent se créer de vrais déserts.
      En France on aurait immanquablement un impact au robinet. La vidéo citée n’est pas unique, il y en a des quantités! Par ailleurs des gens ont négocié avec le gouvernement US pour être livrés en eau potable par citerne, d’autres n’ont pas su le faire… Il y a eu un documentaire télé, très documenté.
      Tout cela n’est pas au point, mais il faut continuer la recherche… Là dessus, le moratoire, S.Royal a tord

  6. Myhte n° 2 sur la rentabilité ; est-ce vraiment un mythe? L’article de l’auteur est peu argumenté, de toute évidence l’économie n’est pas sa spécialité.

    1. Ce qui est un mythe, c’est que l’état, des ONG, des lobbyistes ou des individus isolés soient compétents pour juger d’une rentabilité dans un domaine industriel.

      Les entreprises font des études et prennent des décissions. Si elles se trompent, elles disparraissent.

      1. « …c’est que l’état, des ONG, des lobbyistes ou des individus isolés soient compétents pour juger d’une rentabilité dans un domaine industriel… »

        Oui, certainement, mais alors bien sûr Thomas Porcher, docteur en économie, professeur en marché des matières premières à l’ESG-MS et chargé de cours en économie internationale à l’université Paris-Descartes, est d’après vous un hurluberlu totalement incompétent quand il juge que la rentabilité de l’exploitation des gaz de schiste est plus qu’improbable à long terme.

        « …Les entreprises font des études et prennent des décissions… »

        Oui, effectivement, comme les laboratoires pharmaceutiques font des études qui « prouvent » que leurs médicaments sont efficaces…

        1. Ne mélangez pas tout. Si Thomas Porcher à raison, cela veut dire que les gaz des schistes sont au mieux une solution transitoire. Et dans soltution transitoire, il y a le mot « solution ».

          Les labo pharmaceutiques font sans aucun doute des études bidons pour promouvoir leurs médicaments, mais avant de faire des recherches, ils font aussi des études de marché. (Je vous accorde que c’est lamentable car on fait de la recherche sur les maladies bénignes qui touchent beaucoup de riches plutot qua sur les maladies rares).

          Mais d’une façon générale, les seuls à pouvoir juger de façon efficace d’une rentabilité sont ceux qui engagent les capitaux. Libre à eux de prendre en compte les études de Porcher.

          Vous ne pouvez pas empêcher les autres de prendre des risques financiers – sauf convictions idéologiques.

          1. « …les gaz des schistes sont au mieux une solution transitoire…. »

            En êtes-vous si sûr?

            Savez-vous ce qu’est une chaine de Ponzi?

            Les premiers entrants sont les gagnants, les derniers sont les dindons de la farce.

            L’exploitation des gaz de schiste demande d’importants capitaux qu’il faut sans cesse renouveler car les puits s’épuisent très vite ; quand il n’y aura plus rien à creuser, ou que ce sera devenu trop cher (ce qui revient au même) alors que deviendra la valeur des actions aux mains de ceux qui n’auront pas vendu à temps?

            « …les seuls à pouvoir juger de façon efficace d’une rentabilité sont ceux qui engagent les capitaux… »

            Oui comme ceux qui avaient misé dans les années 90 sur les dot.com, ou ceux qui croyaient plus récemment aux subprimes, ça fait effectivement du monde au balcon (et dans balcon il y a bal)

            1. C’est gentil de votre part de vous préoccuper des actionnaires imprudents. En plus cela permet de justifier les ENORMES bénéfices des méchants capitalistes actionnaires de TOTAL qui risquent leurs économies dans les gaz de schistes au royaume uni.

              N’oubliez pas de vous inquiéter pour les actionnaires de Peugeot ruinés par l’incohérence de la politique du gouvernement.

            2. « Savez-vous ce qu’est une chaine de Ponzi? »

              Vous ne le savez pas vous-même. La chaîne de Ponzi consiste à payer les intérêts des sortant avec le pognon des entrants. Un bon exemple c’est notre système de retraite.

              Dans le cas des GDS, on lève des fonds, et on construit des puits. C’est simplement de l’investissement. S’il s’avère mauvais, l’entreprise fera faillite, comme n’importe quelle entreprise qui prend trop de mauvaise décision.

              « Oui comme ceux qui avaient misé dans les années 90 sur les dot.com, ou ceux qui croyaient plus récemment aux subprimes, ça fait effectivement du monde au balcon (et dans balcon il y a bal) »

              C’est pas non plus du Ponzi. Dans le cas des subprimes, le problème ne venait pas réellement des subprimes, mais des prêts accordés à des personnes non solvable (par des banques, sur ordres d’états), et de la bulle immobilière qui s’en est, logiquement, suivit.

              Vous mélangez les torchons et les serviettes et regroupez tout ça sous le nom de Ponzi. Aucun de vos exemples n’a quoique se soit à voir avec du Ponzi.

            3. Mano : « L’exploitation des gaz de schiste demande d’importants capitaux qu’il faut sans cesse renouveler car les puits s’épuisent très vite ; quand il n’y aura plus rien à creuser, ou que ce sera devenu trop cher (ce qui revient au même) alors que deviendra la valeur des actions aux mains de ceux qui n’auront pas vendu à temps? »
              —————————
              Les puits s’épuisent bien moins vite que le temps de retour sur investissement, et les investissements ne se font pas que par actions, vu que l’immense majorité des spécialistes de gaz de schistes (et le savoir-faire associé) est le fait de petites entreprises inconnues du public (comme Talisman, MouvOIl, Toreador, San Leon, Marathon Oil…).
              D’ailleurs, l’exploitation du gaz de schiste est celui qui demande le moins d’investissement comparé au forage offshore, au sable bitumineux, aux éoliennes et même aux usines de panneaux photovoltaïque. Ce sont là des FAITS, massifs et incontestables, pas des spéculations à deux balles à la mode escrolos.

              Quoi d’autre comme question ?

        2. Mano : « Oui, certainement, mais alors bien sûr Thomas Porcher, docteur en économie, professeur en marché des matières premières à l’ESG-MS et chargé de cours en économie internationale à l’université Paris-Descartes, est d’après vous un hurluberlu totalement incompétent quand il juge que la rentabilité de l’exploitation des gaz de schiste est plus qu’improbable à long terme. »
          ——————————————–
          Oh mon Dieu, l’argument d’autorité maintenant.
          Depuis quand un professeur d’université sait comment faire des profits dans le pétrole ?
          Depuis quand les professeurs d’université et autres « experts » savent mieux prédire « à long terme » que n’importe quel péquain croisé dans la rue ? Ah oui, depuis jamais et largement moins bien qu’un gars qui prédit aucun changement, selon le professeur Philip Tetlock, professeur de psychologie et de management à l’Université de Pennsylvanie, titulaire de médailles décernés par la National Academy of Science et par l’AAAS, récipiendaire de prix du Woodrow Wilson Award pour le meilleur livre sur le gouvernement et du Robert E. Lane Award pour le meilleur livre en psychologie politique.

          Alors ton professeur à côté, il peut aller se rhabiller. Mais merci quand même pour la tentative d’enfumage.

          1. Ça vous fait bander tous ces titres hein ? Vous en rêver mais votre cortex vous fait défaut ?

            1. Non, je n’en rêve pas. Je cite ces titres uniquement pour montrer que l’argument d’autorité de votre coreligionnaire ne vaut pas un clou.
              La prochaine, si vous ne comprenez pas des phrases simple, relisez, avec le doigt.

            2. C’est les phrases qui sont simples, donc simple prend un S. Avec ou sans doigt, phrases simpleS ou pas, relisez-vous 🙂

            3. En tant qu’architecte ou comme professeur, un titre qui atteste que vos études vous permettent d’assumer des responsabilités est surement indispensable.

              Pour une entreprise, seule l’expérience et la personalité de la personne compte quand il s’agit d’engager des capitaux.

            4. D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi on aurait besoin d’un économiste pour faire des investissements.

              Est-ce que les entreprises embauchent des économistes pour établir leurs stratégies.

              Comme d’habitude, cela ressemble à une pseudo-argumentation pour discréditer les énergies fossiles et promouvoir le « renouvelable », les économies d’énergie et la décroissance (Tiens ! Pas vu de commentaires sur le peak-oil récemment).

              Qui peut prétendre connaître les ressources et la rentabilité mieux que les compagnies pétrolières. Qui peut douter que ces compagnies n’augmenteraient pas massivement leur investissement dans l’éolien si c’était rentable.

          2. « … l’argument d’autorité maintenant… »

            Euh, il est de quel côté l’argument d’autorité?

            Par ailleurs, Thomas Porcher n’est pas que « professeur d’université », il est aussi « professeur en marché des matières premières à l’ESG-MS » ; voulez-vous insinuer que l’ESG-MS embaucherait des tartuffes? Des gens qui n’auraient pas les pieds sur terre?

            Et que vient faire Philip Tetlock dans ce débat?

            Quand il n’y a plus d’argument convaincant à avancer, on essaie de noyer le poisson en faisant diversion et en attaquant ad hominem.

            En matière d’enfumage je vous conseille de postuler comme enseignant, vous semblez en connaitre un rayon.

            En ce qui me concerne je n’ai pas de savoir spécifique sur le sujet des gaz de schiste, j’essaie seulement de me faire une idée en confrontant les idées, y compris celles proposées par ce site dont je ne suis pas particulièrement fan mais dont je reconnais parfois la qualité des intervenants.

            Tout le monde a bien compris que miniTAX a un message à faire passer, c’est écrit dans son pseudo, je respecte cela et vais donc vous laisser le dernier mot qui ne manquera pas de venir avec sa pointe d’humour au 45ème degré.

            1. Mano: « professeur en marché des matières premières à l’ESG-MS »

              Dans les spécialistes d’une branche on reconnait ceux qui ont raisons par la rentabilité de leurs boite, les autres coulent et ils se font virer et changent de métier.

              Vous nous dite sans rire que ce type là qui n’a jamais investi un euro ni conseillé quelqu’un pour de vrai en saurait plus que les acteurs du marché qui eux font fonctionner les tuyaux, de la machinerie lourde, voient ce que ça coute et ce qu’ils dépensent.

              LOL !

        3. Ah bon, les industriels de la pharmacie font des études pour décider l’avenir de leurs investissements ? Je pensais qu’ils mandataient des CRO selon des protocoles draconiens et indépendants… Avec des gens comme vous l’aspirine n’obtiendrait pas son AMM oh wait, avec les normes actuelles, l’aspirine n’obtiendrait déjà pas son AMM !

    2. Comme c’est gentiment dit Mano, non l’auteur n’est pas économiste mais le lien qu’il fourni est celui d’une étude de KPMG http://fr.wikipedia.org/wiki/KPMG :

      « KPMG est un réseau mondial de prestations de services d’audit (Audit), fiscaux (Tax) et de conseil (Advisory). En 2013, KPMG employait près de 155 000 personnes dans 155 pays et a généré un chiffre d’affaires consolidé de 23,4 milliards de dollars. »

      Point par point, post par post on aura raison de vos idées écolo-néomarxistes absurdes.

      1. « …a généré un chiffre d’affaires consolidé de 23,4 milliards de dollars… »

        Bon, je pense que vous avez tout dit là.

        Se référer à KPMG pour appuyer une argumentation économique, c’est un peu comme se référer à Philip Morris pour appuyer une argumentation sur la non-nocivité du tabac.

        1. Ok je feed le troll.
          KPMG est une société d’études économiques, on lui confie un dossier, il donne une réponse.
          Si il donne des réponses à côté de la plaque, il perd ses clients.
          Est-ce que tu peux comprendre ça ?

          1. Et bien entendu cette société au capital de 26 Md€ ne doit avoir absolument aucun intérêt de prêt ou de loin dans le reste du monde, pouvant, de prêt ou de loin, influencer ces « réponses »… Bisounours land yahou !

            http://www.easybourse.com/bourse/international/article/25552/un-associe-de-kpmg-accuse-davoir-participe-a-un-delit-dinitie.html
            http://m.ledevoir.com/economie/19315/scandale-comptable-apres-andersen-kpmg
            http://lauer.blog.lemonde.fr/2013/04/10/kpmg-les-bons-amis-ne-font-pas-forcement-les-bons-comptes/

          2. Pas de troll à nourrir, une simple discussion entre nous sur un sujet controversé.

            «  » ».Si il donne des réponses à côté de la plaque, il perd ses clients… »

            Non, pas forcément.

            Donner une réponse qui va dans le sens du client n’entraine pas obligatoirement sa perte.

            Donner une réponse qui va dans le sens du client n’est pas toujours une bonne réponse.

            Et je sais qui est KPMG (et les quelques autres aussi)

            Autant je hais les intégristes écolos, autant je plains les admirateurs béats du « système ».

            La nature nous a doté d’un cerveau, utilisons-le pour réfléchir et ne pas gober tout ce qu’on nous raconte.

            1. Les entreprises qui paye des audits pour entendre ce qu’elles ont envie d’entendre jettent simplement l’argent par les fenêtres. Si elles en abusent et se basent sur des études bidon pour investir, elle finissent par disparaître.

              Tout ne peut pas être bidon à 100% dans un audit. En tout cas pour une entreprise privée. Pour un gouvernement c’est autre chose, il peut très bien commander une étude bidon sur le réchauffement climatique, jeter l’argent par les fenêtre et ruine le pays, invoquer le principe de précaution et être réélu.

            2. Mano : « Autant je hais les intégristes écolos, autant je plains les admirateurs béats du « système ». La nature nous a doté d’un cerveau, utilisons-le pour réfléchir et ne pas gober tout ce qu’on nous raconte. »
              ———————————
              Dixit le mec qui nous répète servilement les prophéties d’un devin non conventionné.
              Pouahh, faudrait penser à t’acheter un miroir.

            3. La nature nous a doté d’un cerveau, utilisons-le pour réfléchir et ne pas gober tout ce qu’on nous raconte.

              Mais, c’est ce que nous faisons face à ces âneries de moulins à vent et de GES 🙂

        2. De plus je répondais à ton argumentation sur l’expertise économique de l’auteur de cet article.
          Non l’auteur n’est pas économiste.
          Oui il y a des études d’économistes qui confirme ce qu’il explique.

          Si à la base tu rejettes par principe une réponse d’un économiste pourquoi argumenter sur l’expertise économique ?

          1. Voir plus haut ma réponse à Pragma.

    3. Qu’est ce que vous ne comprenez pas dans l’explication donnée? Le prix du gaz naturel est à $ 12 / BTU en Europe, à ce prix l’exploitation du gaz est LARGEMENT bénéficiaire. On est loin de la situation américaine ou la concurrence acharnée et le prix du gaz à $ 3/4 le BTU est entrain de condamner certaines boites à la faillite (le grand gagnant étant le consommateur final dans cette affaire).

  7. Bon article. Cependant, au risque de me répéter cent fois, la notion même de gaz à effet de serre est une incongruité scientifique.
    http://arxiv.org/pdf/0707.1161.pdf
    http://www.skyfall.fr/wp-content/2011/12/comprendre-l-effet-d-atmosphere-thermodynamique-tr-mln-cor.pdf
    Ce dernier étant en Français et plus abordable pour un non scientifique.

  8. Peut être bêtement, mais surement : voir les paysages savoyard de mon enfance défigurés par Total pour un coût du gaz qui ne baissera jamais (une fois les prix hauts en place, ils ne baissent jamais avec ce genre de compagnie, jamais !) Ils justifieront ces augmentation avec du « R&D » à toutes les sauces, et autres raisons obscures que la classe moyenne ne comprend pas, et dont elle se fiche royalement car le prix en bas de la facture trimensuelle importe plus que des infos biaisés de journaleux et experts plus douteux les uns que les autres…

    1. Bonjour Zules
      « voir les paysages savoyard de mon enfance défigurés  »
      C’est un peu la même problématique pour l’éolien. Not in my backyard.
      C’est d’ailleurs tout à fait défendable.
      Ce que je reproche au anti-gaz de schiste, c’est le rejet massif.
      Toute solution a ses avantages et ses inconvénients.
      Nous sommes plus dans une discussion sereine, les anti-gds sont dans une croisade le bien (eux) contre le mal (Total), diabolique forcement diabolique, car privé (le sale argent) multinational (cosmopolite) et anti-naturel (des produits chimiques) .

      1. Je trouve les sifflements d’éoliennes, selon les goûts, moins moches et gênantes, que des nuées de 35 tonnes puants en milieu sauvage, reliant des plateformes bétonnées bruyantes et polluantes éparpillés dans nos Alpes !

        1. Savez-vous que pour planter un mât d’éolienne, il faut 400 m3 de béton armé ?

          Source : http://www.ventdecolere.org/archives/sept-erreurs-eolien.pdf

          1.  » En moyenne pour une longueur de puits horizontal de 1 km il faut 30 opérations de fracturation qui consomment chacune environ 300 m3 d’eau, 30 tonnes de sables et 0,5 % d’additifs (chiffres fournis par la société pétrolière TOTAL) » source de wikipédia

            Alors lequel est le mieux, je n’en sais rien, par contre le vent soufflera à priori toujours, quant au gaz…

            1. Autre problème futur : le béton et le sable dans la construction.. mais c’est un autre sujet ! 😉

            2. ah, il a relu son bréviaire, le problème de l’eau.
              Il y a un problème d’eau?
              ben non, c’est une ressource inépuisable, comme le vent,et en plus l’eau utilisée est majoritairement recyclée, mais cela fait partie de la panoplie du petit anti GDS

              concernant le vent,on sait que cela ne marche pas, mais on fait des recherches pour trouver le bouton du ventilateur…

            3. Oui on cherche et heureusement ! Le vent ne se recycle pas, les traitements de l’eau sont quant à eux très coûteux et énergivore. Je pourrais enchaîner sur les ptits africains qui parcours 20km par jours pour en trouver qq litres mais c’est trop facile, et vous avez surement un super calembour pour justifier le gachi qui en résulte, et faire porter leurs fameuse responsabilité au ptit noirs enfin !

            4. « Je pourrais enchaîner sur les ptits africains qui parcours 20km par jours pour en trouver qq litres mais c’est trop facile »

              Les problèmes de ces petits Affricains (et aussi des plus grands), venant surtout de gens comme vous qui nient les droits de propriété d’a peu près tout le monde dans ces pays, vous pourriez au moins avoir la décence de vous taire sur le sujet.

            5. @zules

              Si je ne m’abuse, le problême du béton est surtout je coût énergétique de la production du ciment ? Manque-t’on de sable ou est-ce un problême de coût du transport ?

              Pour les petits africains, peut-être un espoir puisque certains prétendent être capables de localiser d’immenses nappes souterraines par sismologie. (A condition que des compagnies (et des gouvernements corrompus) ne leur vendent pas l’eau au prix du pétrole).

              Le vent souflera toujours mais quel est la durée de vie et le coût de maintenance d’une éolienne. (Simple question – je n’ai aucune idée sur le sujet).
              Par ailleurs, ce qu’il faudrait c’est un faible coût éoliennes+centrale de pompage/turbinage.

            6. a ce stade, cela devient pathétique …
              sur que vous installez des toilettes sèches, et une citerne à eau de pluie, toutes choses qui vont résoudre le problème du petit africain, bien entendu.

              on a affaire à un pro…il va toutes les passer en revue,et on critique les témoins de jehova

            7. Le problème du béton c’est le sable et les littoraux :
              http://blog.surf-prevention.com/2013/05/21/enquete-sur-la-disparition-du-sable-sur-arte/

              Quant aux éoliennes non je ne sais pas, et l’argument du prix du foncier est nul.

              @minitax : TU LA MATES CETTE PHOTOS AERIENNE AU TEXAS OU TU CONTINUES DE BÉGAYER TES HORREURS A TOUT BOUT DE CHAMPS ??? Ca y ressemble a tes cabanes ? Ca y ressemble tes bosquets ? Et tes foutus puits qu’on construit à la chaîne, les matériaux c’est par gazoduc qu’on les amène sur site ?! Réfléchis ! Ou du moins fais semblant comme depuis tout à l’heure, mais en mieux !

            8. @zules

              Je veux bien croire que l’exploitation du sable pose des problêmes localement, mais en tant qu’architecte vous n’allez quand même pas me dire que le sable est en passe de devenir plus cher que le ciment.

              De toutes façons, construisez moi une maison en bois pas chère comme au Canada de 50 ans de durée de vie et je serais ravi.

            9. Oui, l’exploitation du sable pour le mélanger au ciment pose problème. Les qataris pour ne citer qu’eux construisent en full béton à des hauteurs démesurés, aillant aboutis depuis longtemps à une pénurie chez eux. Ils importent leur sable… de Chine ! La sable est une matière peu renouvelable naturellement, les cycles étant long, et le béton peut recyclable cela fini par poser pb.

              Une maison en bois de 50 ans ? Notre chalet familiale en Savoie (de mon coeur) date de 1870, mélange pierre et bois… pas trop de soucis depuis 1.5 siècle.

            10. Pour moi les bâtisseurs de gratte-ciel « le mien est plus grand que le votre » sont des fous dangereux. Et les Quataris sont assez riches pour aller chercher leur sable sur mars.

              Je parlais de maisons en bois pas chère. Pourquoi forcément construire durable en bois ? Ce n’est pas anti-écologique il me semble.

            11. Car c’est un matériaux que se renouvelle bien lorsque c’est un peu pensé avant : replantation, recyclage…

              Le bois bien traité est une bonne solution, reste a utiliser des essences du coin et pas importé depuis l’Alaska sinon le coup en énergie grise est défavorable je pense, et d’isoler intelligemment selon les région. Je suis perso très attiré par les construction semi-enterrées, qui règle d’un coup l’isolation + l’empreinte paysagère, tout en permettant la revente de terre due à l’excavation.

            12. Zules : « par contre le vent soufflera à priori »

              Sauf que pour chaque éolienne il faut un backup conventionnel parce qu’il à la mauvaise habitude de ne pas souffler quand on a vraiment besoin d’énergie. (haute pression hivernale)

          2. Il faut aussi certains métaux qui ne se trouvent que dans les terres rares exploitées en Chine autour du lac Baotou qui est totalement pollué et pour lequel on n’entend jamais les escrologistes.

            Sans oublier que les éoliennes fonctionnent aussi avec des moteurs au diesel pour compenser l’absence de vent.

            L’environnement à géométrie variable des escrologistes est devenu une habitude.

        2. Zules : « Je trouve les sifflements d’éoliennes, selon les goûts, moins moches et gênantes, que des nuées de 35 tonnes puants en milieu sauvage, reliant des plateformes bétonnées bruyantes et polluantes éparpillés dans nos Alpes »
          ———————————
          Ah bon, moi qui croyais naïvement que le gaz se transporte par tuyau enterré sous terre et non par des 35 tonnes. Je me demande bien qui raconte des bobards dans l’histoire.
          Et puis vous pouvez m’expliquer la logique de préférer un hachoir à oiseau (ça, vous allez le nier peut-être ?) de 200m de haut, qui fait un bruit continuel et qui fiche en l’air le paysage et la valeur foncière dans un rayon de plusieurs km à une manifold de gaz de schiste qui prend en surface ET en hauteur moins qu’un emplacement de voiture et qu’on peut planquer derrière des bosquets ? Ca doit être une logique enseignée en école d’architecture qui échappe au commun des mortels.

          1. Minitax: le robinet en question, qui est tout ce qui reste après la mise en production du puits, s’appelle un arbre de Noël dans l’industrie pétrolière 🙂
            Effectivement la propagande ant gaz de schiste a fait pénétrer profondément tout un tas d’idées fausses dans l’inconscient collectif.

          2. J aurai tendance à croire l histoire des camions, la durée de vie d un forage gs étant peu élevée l investissement en gazoduc pourrait être plus conséquent financièrement parlant

        3. La nuisance sonore des éoliennes n’est pas dans leur sifflement, mais dans les pulsations à très basse fréquence qui ont des répercussions sur les organismes. On voit que vous n’avez pas potassé le problème.
          La sentez-vous la différence entre cette nuisance constante et un forage d’une semaine avec va et vient de camions, mais qui se termine par une tête de puits cachée par un bosquet ? (sur l’air des partisans…)

  9. La fracturation hydraulique n’étant pas vraiment un problème, les difficultés viennent surtout de l’accroissement du nombre de puits nécessaires pour récupérer une même quantité de gaz par rapport aux exploitations conventionnelles.

    Plus de puits, c’est plus de bétonnage, plus de risque de fuite de gaz, plus de risque de contamination des eaux de surface, plus de tuyaux nécessaires pour acheminer le gaz, plus de main d’oeuvre, plus de métal consommé, etc..

    On est très loin d’une solution miracle. Mais la technique en soit n’a pas à être diabolisée.

    1. Fabricem : « Plus de puits, c’est plus de bétonnage, plus de risque de fuite de gaz, plus de risque de contamination des eaux de surface, plus de tuyaux nécessaires pour acheminer le gaz, plus de main d’oeuvre, plus de métal consommé, etc.. »
      —————————-
      Plus d’argent, plus d’emplois bien payés, plus de rentrées fiscales pour faire plus de « social », plus de pouvoir d’achat, plus d’énergie bon marché et non polluante, plus d’indépendance énergétique, etc… Quand tu racontes une histoire, il faut raconter TOUTE l’histoire, pas juste la moitié qui t’arrange.

      Et puis le coup du « plus on produit du gaz, plus il y a de risque de fuites », j’aime beaucoup. La prochaine fois, n’oublie pas d’ajouter « plus on a d’argent, plus il y a de risque de se faire voler », ça fera bien plus crédible.

      1. C’est toujours la même rengaine avec la mouvance, sure quelque sujet que ce soit.
        Les « croyants » régurgitent des pseudo arguments sans la moindre validité, mais qui à force d’être propagés partout, ont l’apparence d’une vérité, et le pire ,c’est que ça marche.
        Prenons un argument:la pollution des nappes phréatiques.Pas un seul cas recensé,alors que l’EPA, qui, et on en a la preuve, est phagocytée par les ONG vertes US depuis des années,a mené de multiples enquêtes, sans pouvoir établir quoi que ce soit.
        mais la fable a été tellement répétée que Mme Michu y croit dur comme fer.
        Par contre, quand on évoque le massacre des oiseaux et chauvesouris,là, c’est motus,et pourtant malgré un lobbying intense, les autorités commencent à se réveiller.

        bref, on ne mesurera jamais la malfaisance de la mouvance, et ce n’est pas les millions de morts du fait de l’embargo sur le DDT qui contrediront cette affirmation.

        Tiens, on s’inquiète,en Camargue, le moustique tigre s’est installé, et les traitements écolocasher ne semblent pas faire peur à la bête.
        Un « vieux » me racontait comment à l’époque, les épandages de DDT avaient résolu le problème.Pas entendu qu’il y a eu un problème sanitaire, et il y a toujours autant de flamands roses.
        Mais la mouvance a décidé, donc on attendra le premier mort pour « prendre conscience » du problème.

        1. Pas sur qu’on prenne conscience de quoi que ce soit : les famines causées par le détournement des céréales pour les bio-carburants n’ont même pas remis en cause cette brillante, inutile et couteuse fillière.

          1. Ni les révolutions qu’elles ont causé…

  10. Une petite précision s’impose même si beaucoup le savent déjà :

    Gaz de schiste ou pas, CO2 ou pas, etc. Les pollutions n’existent que parce que les droits de propriétés sont mal définis.

    Tout argument à portée holiste et collectiviste n’a absolument aucun sens dans ce contexte.

    1. Surtout quand on connaît les ravages du collectivisme sur l’environnement.
      Si vous croyez tout savoir sur les dégâts causés par l’économie collectiviste sur les hommes, attendez de voir ce qu’elle a fait sur l’environnement !

      1. pour arriver a nier que ce genre de photos (https://maps.google.com/maps?q=donie+texs&hl=en&ll=31.484893,-96.266327&spn=0.147853,0.209255&sll=28.275963,-99.101486&sspn=0.15269,0.209255&t=h&hnear=Donie,+Freestone,+Texas&z=13) est un problème il faut vraiment être bien payé… (ca en fait des cabanes de jardin hein ! :O)

        c’est fou comme tu es hargneux dans tes commentaires : a vrai dire tu me dégoutes du libéralisme… ce n’était pas l’idée que je me faisais de ce concept.

        ton argumentaire c’est :
        un article qui ne va pas dans ton sens c’est une etude de merde faite par un escrolo-collectiviste sorti par un media mainstream
        un article qui va dans ton sens c’est fait par une etude faite par un chercheur brillant qui se bat contre la dictature des merdias

        je pense que tu devrais changer de boulot : le loobyiste professionnel que tu es fais de toi un mec aigri de tout…

        1. +1

          Je rêve de mes alpaaaages remplis de cabanes comme ces quelques LOL que l’on voit ici…
          Oui oui minitax, je ne suis pas le seul à trouver ton discours à vomir !

        2. So what, il n’y a pas d’habitations aux alentours, ces exploitations gênent qui ? Certainement pas les propriétaires terriens qui doivent être très content du marché qu’ils ont passé avec l’exploitant.
          Au moins aux USA, le propriétaire terrien, s’il se décide à vendre/louer son terrain, est rémunéré, et non exproprié comme en France.

          1. les USA c’est 34 hab/km2 la France c’est 103 hab/km2 : c’est toute la différence….

            vous etes payes vous aussi pour ce genre d’article ?…

            1. Ouais je touche la blinde mais j’évite de le dire pour ne pas attirer les jaloux.
              Commenter sur ContrePoints c’est 150 euros de rémunération en moyenne par ligne.

            2. « les USA c’est 34 hab/km2 la France c’est 103 hab/km2 : c’est toute la différence…. »

              Avec plus de 80 % de la population concentrés dans les villes…

              Continuez à nous faire rire !

        3. Vous vous trompez complètement sur miniTax. J’ai pensé aussi un moment que c’était un lobbyiste professionnel catégorie roquet-panzer. En fait je pense maintenant que c’est le troll le plus génial que j’ai rencontré : il n’intervient ici que pour démolir, via ses outrances qui doivent bien le faire marrer, toutes les thèses développées par les brillants auteurs de ce remarquable site militant.

          1. keskidi: « il n’intervient ici que pour démolir, via ses outrances qui doivent bien le faire marrer »

            Il est virulent c’est vrai (trop parfois pour le but suivi) mais il argumente, documente et en connait un rayon surtout dans ce domaine de l’énérgie, par contre toi depuis que tu es arrivé sur ce site c’est le zéro absolu coté argumentation. Je ne t’ai jamais vu sortir un seul arguments à part des « vous êtes naze » à répétition.

            Tu es un troll en bref.

            1. Quelle perspicacité !

        4. marcel: « pour arriver a nier que ce genre de photos »

          Résumer toute une filière avec une photo, on sens le big boss de l’argumentation. On a les mêmes photos pour des tas de sites industriel, exploitations, mines, so what !?

          Ton ordinateur n’a pas poussé sur un arbre, on a labouré, creusé, fouillé des milliers d’hectares de terre pour le produire et ça fait un tas de photos du genre….

          Sauf que ce n’est pas dans l’actualité, ni vu à la télé avec des musiques tristes et des commentateurs sinistres. Forcément, les sots n’y pensent pas.

  11. Pour ceux qui seraient intéressés de creuser un peu plus, ils peuvent consulter cet article qui vient de sortir : http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20140117.OBS2831/gaz-de-schiste-la-fin-de-l-euphorie-polonaise.html

    A toutes fins utiles comme on dit.

    1. Merci !

      « Alors que le prix du gaz sur le marché ne cesse de baisser à cause de la surproduction américaine. »

      Que se passera t’il a la fin de la ruée ? La carence en énergie reviendra et le problème du prix avec.

      « Sauf que même en considérant qu’une extraction propre soit possible, cela augmenterait le coût d’extraction rendant le prix du gaz beaucoup moins compétitif et limitant ainsi les impacts sur l’emploi et la compétitivité des industries. »

      Alors on ya va et on s’en fou ? Déréglementation totale pour rester compétitif ?

      1. vous comptez placer les économies de votre grandmère dans ce secteur?
        car je ne comprends pas votre intérêt dans la rentabilité de sociétés capitalistes irresponsables qui eux investissent dans ce domaine?
        Contrairement à vos assertions, cette technique produit des richesses, et pour le grand bien de tout le monde, par contre la gabegie verte dans les renouvelables ,gavée de fonds publics, produit des « précaires énergétiques » comme s’il en pleuvait.

        Mais tout cela vous le savez, et, ayant donné à ce genre de controverses stérile, et parfaitement inutile avec les cocos, je vous laisse.

    2. A toutes fins utiles, comment peut-on savoir puisque l’on refuse d’aller voir?? Ceci étant, la ressource la plus importante de la France semblerait plutôt être l’huile de schiste dans le bassin parisien, avec quand même du gaz comme sous-produit.

      1. Parfait pour ma vinaigrette.

      2. Vous n’avez pas tort sur le principe, cependant qui dit licence d’exploration dit presque automatiquement licence d’exploitation à la clé.

        En effet une société industrielle qui engage des capitaux pour faire de l’exploration va forcément vouloir les rentabiliser par une exploitation future ; même cas que ce que je citais plus haut avec l’industrie pharmaceutique qui fait de la recherche et souhaite bien évidemment en récolter les fruits.

        Tout est affaire de lobbying et non pas, comme certains voudraient nous faire croire, d’efficacité économique et de rentabilité financière ; il y a trop d’enjeux financiers qui polluent les choix des décideurs.

        Comme dans les bons romans policiers, regardez à qui profite le crime ; ce qui m’étonnera toujours c’est qu’il y a des gens à qui le crime ne profite pas mais qui font le jeu des criminels.

        1. Ah ça y est, le mot est lâché.
          Gagner de l’argent est criminel.

          C’est bien d’assumer et d’avancer sans masque.
          Au fond, comme d’habitude avec les gens comme vous, ce n’est pas ‘la beauté visuelle de vos paysages d’enfance », ou les « souffrances qu’endure la Grande Gaïa » qui vous gêne… C’est juste le fait que certains gagnent (beaucoup) d’argent en proposant un service indispensable au plus grand nombre, garant du développement économique de toute une région/pays.

          Ce bon vieux sentiment de jalousie et de frustration typique des socialistes, amoureux de l’argent des autres.

          1. Ron, rentrez chez vous…

            Je me moque du gains d’autrui tant qu’il ne nuit à personne hormis la concurrence dudit secteur.

            1. Par exemple, l’arrivée de l’électricité qui a fait du tort aux marchands de chandelle, vous êtes contre, parce que ça a nuit à « la concurrence dudit secteur » ?

            2. « vous êtes contre, parce que ça a nuit à « la concurrence dudit secteur ?  »

              Non je ne le suis pas, mais par votre tournure de phrase vous l’insinuez ce qui est débile. Encore une fois vous faites dire des choses aux gens… depuis un écran. Dans la vrai vie on vous tabasserait, gratuitement et libéralement j’en suis sur.

            3. Dîtes donc, quand je fais la somme de vos commentaires tous plus insultants les uns que les autres, et maintenant teintés de menace de violence physique, vous n’avez honte de rien pour jouer les moralisateurs ici 😀

              Ressaisissez-vous, on dirait un enfant énervé qui réagit hystériquement face au mur de la réalité qui ne lui plaît pas.
              Le fait est que vous êtes constructiviste, vous ne respectez pas le droit de propriété privée.

              En venant sur un site libéral, il ne faut pas vous attendre à recevoir un doux accueil. On connaît très bien les esprits totalitaires qui réagissent exactement comme vous venez de le faire, en invectivant de manière hystérique vos détracteurs, en appelant à une régulation étatique pour couper les têtes qui ne vous plaisent pas, en vous référant à l’idéologie au mépris de toute réalité philosophique ou économique, et en niant le droit à la propriété privée, sans parler des libertés individuelles les plus élémentaires comme faire ce qu’on veut de son terrain ou de son habitation, qui apparemment, ne sont pas très importantes pour vous qui « savez », puisque vous prétendez être architecte et savoir mieux que les autres ce qui est « beau » ou symétrique (cf votre remarque sur les lotissements désordonnés)

              Je ne m’abaisserai pas à commenter votre niveau d’orthographe, par gentillesse, pour ne pas en rajouter.

            4. C’est très facile de se cacher derrière votre écran… la violence physique ne résout rien, mais qu’est ce que soulage parfois !

              Je ne joue pas aux moralisateur, je pose des questions et expose mon point de vue. Je suis pour une dérégulation étatique de notre système, mais pas sur tout, pas jusqu’à renier certains acquis, pas pour laisser la place à des gens aux dents encore plus longue que nos députés… Certes nous avons besoin de réformes profondes, mais laisser les vannes ouvertes n’amènera que plus d’abus de toutes parts, malgré ceux déjà existants. L’Homme est un loup pour l’Homme…

              Je sais ce que j’aime, quant à savoir ce qui est bon pour les autres non je ne le sais pas, contrairement à vous qui donnez des leçons rudimentaire de libéralisme sur un site oueb et qui pensez savoir comment modifier la société selon vos idées, imperméables aux questionnements et doutes d’autrui.

              Quant à la symétrie très cher c’est juste une question d’œil et d’intérêt… j’y connais rien en bio, chacun son truc. Et oui ma formation d’archi me pousse à juger du logements bas prix sur plan catalogue fait par un entrepreneur en BTP qui construit à 144m² habitables pour passer sous les surfaces et renier ainsi la réflexion qu’un archi pourrait avoir sur sa vision pécuniaire de l’habitat, et ainsi voler notre boulot. Après si les lotissements à l’américaine vous plaisent, foncez c’est la nouvelle norme ! Chacun son manoir de misère.

              Votre libéralisme sonne individualisme, alors que nous vivons en société. Je ne renonce à aucun droit, j’emets juste l’idée que trop de liberté amène bcp de problème : en extrapolant, un voisin construit un puits chez lui, vous adhérez ?

              Quant à mon orthographe, elle est à chier oui, et alors ça vous empêche de lire ? c’est vos yeux qui saignent, pas les miens 😉

            5. Zules « Votre libéralisme sonne individualisme, alors que nous vivons en société. Je ne renonce à aucun droit, j’emets juste l’idée que trop de liberté amène bcp de problème »

              Tu n’as pas la plus petite idée de ce qu’est en vrai le libéralisme, ça n’a en gros rien à voir avec tout ce qui se dit en France chez les journaleux et ailleurs et tout ce que tu crois sur le sujet.

            6. « Votre libéralisme sonne individualisme, alors que nous vivons en société. Je ne renonce à aucun droit, j’emets juste l’idée que trop de liberté amène bcp de problème »

              Mais lol, quoi !

        2. En effet une société industrielle qui engage des capitaux pour faire de l’exploration va forcément vouloir les rentabiliser par une exploitation future
          ah bon?
          moi je croyais que tous ces capitalistes étaient des irresponsables, et n’avaient aucune idée sur leur faillite inéluctable.
          Bref, des sociétés gagnent de l’argent, créent de l’emploi, et pas qu’un peu, paient des imôts ,des redevances, des propriétaires font une bonne affaire, et le prix du gaz est divisé par 4, ce qui profite globalement à tout le monde

          c’est une catastrophe

          1. Monsieur le taxi, merci de prendre le temps de commenter mon commentaire, essayez cependant de le faire à bon escient en vous étant assuré d’avoir bien compris ce que j’expliquais.

            Je ne disais pas qu’il était anormal qu’une société industrielle souhaite rentabiliser ses investissements, je pense précisément que c’est une nécessité pour elle.

            En ce qui concerne la création d’emplois et le prix du gaz divisé par 4, permettez-moi de douter (c’est mon droit non?)

            Pour les rares propriétaire qui feraient une bonne affaire, allez parler à ceux, les plus nombreux, qui auront la malchance de se trouver à côté d’un site sans en profiter, ils vous raconteront la baisse de LEUR foncier, j’imagine que vous vous précipiterez pour leur faire une offre d’achat?

            1. Mano: « Allez parler à ceux, les plus nombreux, qui auront la malchance de se trouver à côté d’un site sans en profiter »

              Ah mais la nous pouvons tomber d’accord. Au états unis le sous-sol appartient aux propriétaires, les compagnies doivent débourser des blindes et tous les revenus aux USA ont chuté SAUF ceux dans les zones d’exploitation. Les mecs se font les burnes en or.

              En France par contre tout appartient à l’état au final, état fortement corporatiste qui émet de plus en plus de lois, réglementations pour favoriser les amis et corporations amie aux détriment des autres.

              Donc éolienne ou tête de puits, du moment que c’est une corporation adossés à l’état qui le promeut les habitants n’auront qu’un droit: payer et la fermer.

              Cette année on fête le 40eme anniversaire des budgets négatifs de la France.

        3. Ils sont fous chez Total and Co : ils payent des lobbyistes pour qu’on les laissent exploiter du gaz à perte !

          Et comme l’industrie pharmaceutique, ils vont nous obliger à acheter du gaz dont on n’a pas besoin pour augmenter leurs pertes …

        4. Vu le nombre de zozos doctrinaires qui sont prêts à s’en prendre à leurs intérêts de droit, ils sont intérêt à en faire, du lobbying…

    3. Tiens c’est marrant ! On retrouve notre voyant économiste St Thomas Porcher qui sait déja que ce n’est pas rentable en France sans savoir quelles sont les réserves et la profondeur des gisements.

      Il faut l’exporter en Angleterre pour leur éviter de grosses bêtises !

      Encore un escrologiste !

    4. Par ailleurs, la réglementation est plus stricte en ce qui concerne l’environnement.

      arf, mais quel clown ,allez dire cela aux industriels US, et parlez leurs d ‘EPA

      Rien que sur le charbon, les normes d’émissions sont telles que toutes les centrales charbon vont fermer, ce qui est d’ailleurs le rêve de la mouvance US,du fait de surcoûts impossibles à compenser.
      Avec les normes EPA,toutes nos centrales, y compris en Allemagne, devraient fermer.

      1. tiens j’ai encore une question :

        quid de la remise en état ? attention je vais prendre un exemple fort : TEPCO (attention je vous vois venir avec vos bates de baseball, je ne suis pas un escrolo-anti-nuke-crypto-socialiste-collectiviste, pas taper la tête SVP !)… que répondent les liberalistes au fait que quand tout va bien TEPCO et ses actionnaires se gavent et quand ca pète et bien on est obligé de nationaliser et faire payer les dettes a toute la société… si j’ai bien compris votre solution c’est le marché : TEPCO est en faillite et disparait mais qui est ce qui paye dans ce cas la ?….
        en fait je posais la question car, incorrigible pessimisme qui me transperce parfois, je me demandais si une fois plein d’argent gagné, on ne pouvait pas se retrouver avec sur les bras beaucoup de cabanes de jardin a démolir avec des petits robinets a fermer le tout a la charge de la collectivité… désolé c’est un peu incongru comme question surtout qu’a part TEPCO je ne connais pas d’autres exemple…
        réponse gentille et pas violente souhaitée (ah mince je ne suis pas non plus un post-soixantehuitard-babacool-peace-and-love-aux-cheveux-longs…)… minitax ya un autre article sur contrepoint plein d’escrolos menteurs qu’il faut mettre au pas (moi c’est bon maintenant…)

        1. C’est évidemment une excellente question à laquelle nos amis libéraux vont se dépêcher de répondre.

          Dans le même ordre d’idée, les nombreux camions qui alimentent les puits en eau (et produits chimiques, mais bon on va pas insister) dégradent les chaussées, donc les contribuables vont devoir financer leur entretien avec leurs impôts, à moins qu’on les laisse en l’état (les routes, pas les impôts) comme par exemple (par exemple hein) aux USA.

          Je ne parlerais même pas des risques d’accident de camions qui déverseraient leur chargement sur les autochtones ayant l’incongruité de se trouver sur leur chemin, c’est négligeable et ça fait partie des règles du libéralisme, on est bien d’accord non?

          Ah oui, j’oubliais de préciser que la région parisienne tant prométeuse est justement aussi densément peuplée que la Lozére, c’est bien connu, donc pas de risque, on a de l’espace profitons-en.

          1. Sauf qu’un forage dure environ une semaine et occupe moins de surface que la construction d’un immeuble. Les nuisances sont incomparables

          2. Tant que c’est l’état qui financent les routes, c’est à lui de faire ses comptes pour établir la redevance à exiger de l’exploitant. Et à l’exploitant de calculer sa rentabilité. Où est le problême ?

            De toute façon, si l’état devait répercuter les coûts d’infrastructures au coup par coup pour toutes les activités économiques, cela couterait une fortune comme pour l’ecotaxe dont vous êtes probablement un supporter, qui cumule l’absurdité de la taxe écologique et de la gestion catastrophique de l’administration.

            1. D’ailleurs, rappelez-moi sous quel prétexte l’état impose autant les entreprises, et bien plus en France qu’ailleurs : financer les infrastructures qu’utilisent ces entreprises, non ?

        2. On descend toujours du général au particulier. Votre réflexion sur TEPCO fait d’un cas particulier (ô combien, et à plusieurs titres!) un risque général.

        3. « TEPCO est en faillite et disparait mais qui est ce qui paye dans ce cas la ?…. »
          D’une part, dans un système libéral les actionnaires n’ont aucun interet a ce que l’entreprise fasse faillite.
          D’autre part dans un système libéral la collectivité n’irait certainement pas indemniser ou remettre en etat un terrain. Le propriétaire en aurait la charge.
          Un terrain vaut de l’argent, le propriétaire n’a aucun interet a voir la valeur de celui-ci s’effondrer.
          Pour finir le liberalisme ne promet pas le paradis comme le socialisme.

      2. joletaxi : « sont telles que toutes les centrales charbon vont fermer »

        Par perdu pour tout le monde, les états engoncés dans les « transition énergétique » comme l’Allemagne en importent par gigatonne pour payer les conneries « écolos » qui coutent déjà un blinde.

        Payer et polluer plus: l’excellent bilan des escrologues.

        1. oui,mais à l’heure décharge, ils importent aussi du bois, et rasent des forêts,paraît que c’est bon pour la planète.

          Une épidémie de chikungia a fait déjà un mort en Guadeloupe,300 personne à l’hosto, cachez ce DDT que je ne saurais voire…

          1. oups « leur »

  12. Le gaz de schiste c’est bon pour la santé
    Le gaz de schiste c’est bon pour la nature
    Le gaz de schiste c’est bon pour la couche d’ozone
    Le gaz de schiste ne pollue rien, il purifie les nappes phréatiques
    Le gaz de schiste est favorable à l’agriculture
    Le gaz de schiste résoudra la crise écomonique
    Vénérons le gaz de schiste et ses bienfaits
    Remercions ses disciples TOTALement informés de ses bienfaits
    Et bonne messe….

    1. Le gaz de schistes est du methane, mais ne le répétez pas, c’est un secret de fabrication de TOTAL.

    2. android: « Remercions ses disciples TOTALement informés »

      Faudra en parler aux allemands qui malgré une facture énergétique record sont les premiers pollueurs d’Europe parce qu’ils ont gobés tous les hameçons escrologique.

      android: « Le gaz de schiste c’est bon pour la santé »

      Encore un sot qui confond « ne pas céder à la propagande vue sur Télé7Jour » avec « mangez en »

      1. En tant que sot, puis-je poser une question?

        Pourquoi suivre tête baissée nos amis Américains, au lieu d’avoir une approche différente du problème énergétique?
        Pour exploiter le gaz de schistes il faut forer à environ 3000m, maltraiter la roche et y injecter divers produits secrets.
        Pour la géothermie il suffit de forer environ 500m, et faire circuler l’eau.

        Il me semble que la deuxième méthode est plus simple et risquons le moins polluante pour les sols lors de l’extraction, et pour l’atmosphère lors de l’utilisation.
        Une sottise?

        1. maltraiter la roche et y injecter divers produits secrets.

          ouais et le cri de la roche que l’on maltraite est insoutenable,que fait brigitte bardot?

          Pour la géothermie il suffit de forer environ 500m, et faire circuler l’eau.
          réf pifgadget
          vous n’y connaissez rien,

          1. L’espèce humaine se distingue des autres par le langage.
            Pourquoi vous contentez-vous d’éructer, si vos connaissances sont à la hauteur de vos prétentions, faites nous profiter, développez, instruisez.
            Je ne lis dans vos réponses et celles des amis du gaz de schistes que des anathèmes, espérez-vous convaincre des personnes qui ne partagent pas votre béatitude?

        2. Il y a aussi des produits dans la géothermie…

          De plus, quelle est la viabilité de ce système ?
          Pourquoi les gens ne le font pas si c’est l’avenir ?

          1. J’y ai cru moi aussi pendant un temps. Puis un ingénieur des mines m’a expliqué : ça marche un temps puis la source chaude se refroidit petit à petit et ça marche plus.
            A moins d’habiter sur un volcan, mais chacun ses goûts.

            Je laisse les bonnes âmes expliquer à R2D2 la différence d’énergie qu’on peut récupérer entre une machine thermique et la combustion de CH4.

            Et que de toutes façons, quand les méchantes sociétés capitalistes n’exploitent pas une ressource, c’est parce que ce n’est pas rentable.

        3. android: « En tant que sot, puis-je poser une question? »
          android: « Pour la géothermie il suffit de forer environ 500m, et faire circuler l’eau. »

          De l’énergie qui ne coute quasi rien et rapporte beaucoup et personne sauf toi n’y a pensé avant…

          android: « Pourquoi suivre tête baissée nos amis Américains, au lieu d’avoir une approche différente du problème énergétique? »

          Comme par exemple de l’énergie qui ne coute quasi rien et rapporte beaucoup mais auquel personne n’a pensé avant ?

          1. CF réponse à Joletaxi

            1. Renseignes toi un peu avant de dire des âneries sur la géothermie.
              C’est tout.

        4. « Pourquoi suivre tête baissée nos amis Américains, au lieu d’avoir une approche différente du problème énergétique? »

          Parce que depuis que les USA existent, tous ceux qui ont parié contre ce pays ont perdu. Personnellement, je n’aime pas perdre.

          1. Non ! DES vietnamiens ont  » parié  » contre DES Français rebelotte 25 ans plus tard contre DES US et ? et ? et bien certains en sont morts d’ autres sont vivants mais ils ont gagné .

            1. Je parle de concurrence économique entre pays, pas de guerre. Décidément, les escrolos aiment tout mélanger pour mieux enfumer. Votre malhonnêteté intellectuelle vous perdra.

        5. Si la géothermie profonde est rentable, il n’y a pas besoin d’incitation de l’état, de grand plan quinquennal.
          En effet, les affreux capitalistes investiront naturellement dans le secteur.

          Toutes les discussions sur la rentabilité des forages est surréaliste. Les actionnaires des entreprises concernées jouent leur argent comme ils veulent.
          Qu’ils gagnent ou perdent de l’argent reste leur problème.

    3. Je te comprends mon fils, et je te suggère deux sujets de réflexion et de prière :
      celui-ci
      http://www.praying-nature.com/site_pages.php?section=Ecology+Matters!

      et celui-là, si vous préférez les grandes plaines de l’ouest.
      http://www.medecinedemereterre.com/pages/philosophie-amerindienne/les-paroles-au-tout-puissant/les-septs-prieres-sacrees.html

      Que Gaïa te protège et guide tes pas vers moins de consommation et plus de nature, mon fils.

      1. C’est le problème avec la laïcité, les abrutis ont le choix de leur religion donc prennent celles qui sont à la portée de leur cerveau tuméfié: escrologie, animisme, rastafarisme… Peace man. Fais gaffe à mother nature, quoi.

    4. « Le gaz de schiste c’est bon pour la nature »

      Il ne vous aura pas échappé qu’il vient justement de la nature, comme l’uranium ou l’acide sulfurique.

      Continuez à nous faire rire !

  13. Avec le principe de précaution que certains estiment nécessaire pour ne pas exploiter le gaz de schiste et que ce principe de précaution devrait être appliqué avec l’exploitation du schiste comme pour tout les sciences et technologies tel également avec les OGM on vivrait encore dans des cavernes sans même oser utiliser le feu parce que le feu ça peut nous brûler et faire des dégâts irréversibles. Oui ce fameux principe de précaution qui veut qu’il ne faut surtout pas avancer parce que l’on a pas assez de recul pour savoir si c’est mauvais ou non.

    En Attendant la victoire des écolos en Europe sur le gaz de schiste fait que l’on paie notre gaz 3 fois plus cher qu’aux Etats-Unis. Parce que l’Europe voit ses prix du gaz augmenter parce qu’elle préfère dépendre des pays comme la Russie ou l’Iran et que les américains eux voient leur prix en énergie baisser fortement parce que la concurrence existe contrairement aux cartelx des pays producteurs de pétrole et de gaz qui imposent leurs prix à leurs clients.

    La France de Bové stagne avec un chômage de masse et une croissance anémique. Contrairement aux Etats américains qui ont vu leur croissance décoller et l’emploi également avec l’exploitation du gaz de schiste.

    Dans dix ans les pays producteurs du gaz de schiste auront encore fait des progrès pour une exploitation plus sobre en eau et en additif chimique alors que la France et une bonne partie de l’Europe continuerons a refuser cette énergie en restant sur l’idée que les méthodes sont toujours celle du début de l’exploitation de ce gaz. Et ça les écolos à la boviste vont tout faire pour entretenir cette image négative de la première heure qui sera un combat d’arrière garde. Bref les perdants seront ceux qui n’osent pas à cause de peut-être c’est dangereux et les gagnants comme toujours seront ceux qui osent.

    D.J

    1. Dans son discours du 13 juin 1836 à la Chambre des Députés, François Arago, le physicien, soutenait que l’écart de température consécutif à l’entrée dans les tunnels, provoquerait chez les personnes sujettes à la transpiration, « des fluxions de poitrine, pneumonies ou catarrhes ».

      Il faut interdire les trains de voyageurs par précaution !

  14. Votre mythe 4 relève de la désinformation; c’est démonté par les gens de Total eux-mêmes :

    « Claire VIENOT
    Est-ce à dire que tout ce qui est décrit dans Gasland est faux ?

    Bruno COURME
    Non, mais le film fonctionne en montrant des images chocs et en les associant au terme de « fracturation hydraulique ». Cependant, il est arrivé que des opérateurs n’aient pas bien travaillé et que la nappe phréatique ait été contaminée par du gaz lors de la production. Cela n’est pas lié aux phénomènes de fracturation hydraulique, mais plus vraisemblablement à un défaut d’intégrité du puits. »

    Bruno COURME
    Responsable de Total Gas Shale Europe

    « Quels risques pour l’homme et l’environnement ?

    Manoelle LEPOUTRE
    Directrice du développement durable et de l’environnement, Total

    Il existe différents types de risques liés à cette activité. Tout d’abord, les risques industriels inhérents à la mise en œuvre de nos technologies de forage (pollution de nappes phréatiques en cas de mauvais contrôle du forage ou de l’intégrité de l’ouvrage…). La maîtrise de ces risques est essentielle.

    Il existe par ailleurs des risques liés à la fracturation hydraulique. »

    J’ai préféré évité de perdre mon temps à vérifier les autres, vu déjà le niveau de celui là.

    1. Il est arrivé aussi des séismes avec des barrages (comme celui meurtrier du Sichuan) , la question n’est pas de savoir si une activité humaine industriel peut provoquer des nuisances, c’est une quasi certitude, mais de savoir leur proportions, le rapport cout humain/environnemental et le bénéfice humain qu’on en retire.

      Quel fréquence ? combien ? rapport production/nuisance, comparaison avec d’autres modes de production etc. etc.

      Sinon on se borne à « découvrir » qu’une activité peut induire des nuisances ce qui n’étonnera que ceux qui n’y connaissent strictement rien ou ceux qui croient à la musique des sphères.

      1. On finit par se demander si les gens ont idée de ce qu’est un séisme, à part une catastrophe mise en scène dans un film éponyme. Pensent-ils que la terre est creuse, et que si on fragilise la voûte, on va tomber ?

        1. Quand on milite pour l’écologie, tout est grave à quelques exceptions près :

          – les famines à cause des bio-carburants,
          – le chomage à cause des coûts de l’énergie ou des taxes,
          – les dégradations du paysages ou les nuisances sonores causées par les éoliennes,
          – les baigneurs mangés par les requins,
          – les problêmes des bergers avec les gentils nounours,
          – le CO2 et les particules émises par le charbon en Europe (à ne pas confondre avec les CO2 émis par le charbon en Chine)
          – le ciment gaspillé pour ancrer des éoliennes (à ne pas confondre avec ses autres utilisations)

          Tout ces points sont au contraire extrêmement positifs et soutiennent en outre la croissance verte.

          1. pragma: « – le chomage à cause des coûts de l’énergie ou des taxes, »

            Tu oublies « la pauvreté à cause des coûts de l’énergie ou des taxes »

            Comme toute la chaine de production est basée sur le cout de l’énergie, l’impact sur le pouvoir d’achat est directe et drastique.

            Mais bon, le pauvre qui vit dans une masure en bois ça fait rêver les écolos.

    2. « Cela n’est pas lié aux phénomènes de fracturation hydraulique, mais plus vraisemblablement à un défaut d’intégrité du puits »

      Tout est dit.

      Je parlais plus du mythe concernant la remontée des fluides de fracking des profondeurs vers les nappes phréatiques, mais vous abordez un autre sujet intéressant: les problèmes d’isolation des puits.

      Tout d’abord, permettez moi de vous signaler que c’est là une problématique qui est loin d’être unique au gaz de schiste. Là encore, l’immense majorité des forages sont bien isolés, mais effectivement on a relevé plusieurs gainage en béton abimé ces dernières années aux États-Unis. En effet, quand le travail d’isolation du puit est baclé, il y a des risques pour l’environnement. Rien de très exceptionnel, d’ailleurs la plupart des activités industrielles peuvent provoquer les mêmes effets ou pire si elles sont conduites de manière irresponsable. Bref, cessons de blamer à tort la technologie et rendons responsable ce qui ne l’utilise pas dans les règles de l’art.

    3. J’ai préféré évité de perdre mon temps à vérifier les autres, vu déjà le niveau de celui là

      ben comme vous avez du temps, vous pouvez peut-être enfin me citer un cas ,documenté,(pas par les zozos verts type gazland hein)avéré, prouvé de pollution au méthane d’un aquifère?
      car depuis le temps que vous et vos coréligionnaires en parlent,il devrait y en avoir des centaines non?

      Mêmel’EPA, qui a pourtant cherché,n’a pas réussi à prouver quoi que ce soit.
      mais vous par contre vous semblez être un expert?

      1. joletaxi: « car depuis le temps que vous et vos coréligionnaires en parlent,il devrait y en avoir des centaines non? »

        Et des procès retentissant, au pays ou on en fait même pour la température du café ce silence est étonnant.

  15. Si en plus cela vous permet de faire des sous oce serait une vraie nuisance que de s’y opposer. Les gens sont d’un tel manque de tact, c’est incroyable !

  16. Ouais, c’est comme les sables bitumineux au Canada. Ca ne pollue pas. Bon y a bien quelques poissons qui mutent, les enfants indiens naissent avec des malformations et impossible pour les populations locales de vivre de la pêche car les poissons sont impropres à la consommation. Mais on s’en fout, hein, c’est des sauvages !
    C’est comme les OGM : ça contamine pas.. enfin, p’têt un peu, mais c’est pas grave, qu’est-ce qu’on s’emmerde avec du bio… Les tomates au venin de scorpion, c’est quand même meilleur que les tomates en plastique espagnoles et puis, on peut les garder pendant 2 ans sur la fenêtre, elles ne changeront jamais ! Et de toute façon quand toutes les semences auront été contaminées par des OGM brevetés, on n’aura plus de choix, faudra payer !
    Là, y a juste quelques villes aux USA qu’on doit ravitailler à l’eau minérale, mais bon, c’est des bouseux et ça fait toujours du boulot chez Evian ! Puis y a aussi une ville qui s’effondre, mais on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, et puis, c’est chez des bouseux ! Z’ont qu’à aller vivre à la ville, comme tout le monde, ces abrutis de Rednecks. C’est comme en France : on s’en fout des gens qui vivent dans les montagnes, du moment qu’on fore pas sous les pistes de Méribel et de Gstaadt, le monde s’en remettra…

    1. Et vous êtes content ? Vous pensez avoir traité la question avec compétence ?

      1. Oui, je suis content et j’ai traité la question avec compétence. Pas une compétence technique ou technocratique, mais avec celle d’analyser ces discours qui nous disent depuis 100 ans que tout va bien et que c’est le progrès et qu’on a intérêt à en être content, sinon on est un (insérez ici ce que vous voulez).

        Ma compétence de citoyen me ferait dire qu’en Amérique du Nord les maisons sont surchauffées. Les gens veulent avoir accès à une énergie bon marché pour pouvoir être en tee-shirt chez eux, même quand il fait -10° dehors.
        Moi je fais partie des gens qui mettent un pull en laine et qui chauffent à 18°.

        C’est toujours pareil : on peut se dire que c’est aux générations futures de régler les problèmes qu’on leur laissera, ou bien se dire que c’est à nous de ne pas leur laisser de problème à régler.

        Chacun son camp.

        1. @(insérez ici ce que vous voulez).

          Sur ce site, la plupart des intervenants critiquent justement les pseudo-raisonnements du genre « il faut mettre un pull parce que les américains surchauffent leur maison » ou « les gaz de schistes polluent les nappes phréatiques parce que l’avenir c’est l’énergie décarbonnée ».

          Tout ce charabia est clairement un discours idéologique anti hydrocarbures, anti consumériste, moraliste. On n’a aucune préférence quant aux choix énergétiques, on respecte la liberté des autres de consommer ou pas, on s’inquiète autant que vous des générations futures (en intégrant en plus dans cette inquiétude les conséquences d’une décroissance.

          Mais on ne peut accepter les conséquences graves de tout ce fatras idéologique qui va à l’encontre de la science, de l’économie, de la liberté, de la démocracie et du simple bon sens. On ne supporte plus ce lobbying incessant et le trollisme ridicule pour propager des thèses stupides avec des arguments mensongers en nous accusant en plus de dire n’importe quoi quand on cherche simplement à émettre des arguments rationnels prenant en compte la globalité des problêmes et les conséquences des choix.

          1. Je respecte la liberté de consommer, mais je combats celle de sur-consommer.

            Un américain consomme presque 2 fois plus de pétrole qu’un français (source INSEE 2012 puisqu’il faut tout expliquer). Au-delà du réchauffement climatique (auquel je ne crois pas vraiment), la pollution aux hydrocarbures est un fléau dans les villes modernes.
            J’ai vu une étude (désolé, je ne trouve plus le lien) qui montrait que les ravages liés au tabac seraient en fait plus liés au cocktail tabac+pollution atmosphérique.

            Des paléontologues ont émis l’hypothèse, d’ailleurs, que nos ancêtres dans leurs grottes avaient moins de cancers que nous. Et pas parce qu’ils vivaient moins vieux (les os étudiés avaient une moyenne de vie de plus de 75 ans). Mais parce que 95% des cancers que nous avons seraient d’origine environnementale (ou au moins où l’environnement déclencherait les « susceptibilités génétiques ».
            Ils ont regardé sur les os trouvés les traces de tumeur et n’en ont vu que très peu (autour de 5% justement). La mortalité était liée aux blessures, accidents, famines et maladies. Pas aux cancers.

            De nos jours, 48% de la population aura un cancer un jour.

            Lisez ceci, il y a pas mal d’éléments intéressants sur ce sujet :
            http://www.artac.info/fr/prevention/prevention-environnementale/l-origine-environnementale-des-cancers_000126.html je parle surtout des points 4, 5 et 6.

            Alors oui, on vit plus vieux car on a domestiqué les vaccins, la pénicilline et le paracétamol. Oui, les récoltes sont abondantes. Et ce sont des vrais progrès (ce qui me permet de répondre à chauve-souris).

            Mais entre se nourrir de pesticides qui provoqueraient stérilité et cancers pour nourrir l’industrie agroalimentaire (qui heureusement est la même que celle qui produit les médicaments donc ils savent de quoi ils parlent) et choisir un mode de consommation plus raisonnable et basé sur le partage, j’ai fait mon choix.

            Plus du 1/3 de la nourriture produite est jetée en France (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaspillage_alimentaire#Estimations_globales). Est-ce que je dois m’en satisfaire, sous couvert de liberté de choix ? Ma réponse est « non ». Ce que j’achète sans le consommer fait monter les prix et en empêche l’accès à d’autres, moins fortunés que moi.
            Alors, quand on me dit qu’on pourrait nourrir tout le monde en bio, j’ai envie d’y croire et d’en faire la promotion.

            Est-ce si idiot de vouloir ce genre de monde ?

            Quant à Ilmryn : la TV ? C’est Gulli pour les enfants et quelques séries. Donc, à moins que Bones et NCIS soient des chantres de l’écologie subversive, je ne vois pas de que vous parlez.
            Et pour la première partie de votre remarque : vous voulez me faire jeter le bébé avec l’eau du bain ce qui est un sophisme simpliste.
            L’informatique est un progrès. Doit-on pour autant accepter ce qu’il se produit en Inde ou en Chine où des rivières et des villes sont totalement polluées aux métaux lourds parce que nous y envoyons nos déchets ? Non. Doit-on supprimer l’informatique ? Non plus.

            Mais il y a une voie centrale.

            1. Vous nagez en plein délire, Jérôme. les hommes préhistoriques vivaient en moyenne jusqu’à 75 ans? 1/3 de la nourriture jetée ?

              Et ma grand-mère, elle court le 100m en moins de 10 secondes?

            2. Chauve-souris apprenez lire, d’une part. J’ai dit que l’âge des sujets étudiés était de 75 ans. oui chez les hommes des cavernes on n’était pas vieux à 15 ans ! Ceux qui ne mouraient pas d’accident ou de maladie (genre grippe) vivaient très vieux. Quant au gâchis de nourriture, libre à vous de ne pas me croire, c’est quand même la vérité : plus de 40% aux Usa et près de 30 en France. Donc je vous conseille d’appeler votre grand-mère

            3. Bon vous m’avez l’air un peu lent donc je vais étayer. Vos quelques squelettes de 75 ans ne sont pas représentatifs de la population de l’époque donc ils pouvaient bien mourir de ce que vous voulez. C’est comme si on analysait les causes de mortalité des individus de 110 ans aujourd’hui et qu’on extrapolait à toute la population. Vous comparez des choux et des carottes.

              Quant au gaspillage de nourriture, j’attends une démonstration sérieuse de ce que vous avancez. Ma grand mère courre toujours le 100m en moins de 10 secondes.

            4. Si vous savez soigner toutes les maladies classiques et remplacer les organes comme par exemple des coeurs artificiels, que vous évitez tous les accidents, alors vous mourrez forcément d’une maladie qu’on ne sait pas soigner (cancer, alzeimer, sclérose en plaque …)

              Le problême étant que l’on ne connait pas non plus tous les facteurs de risques, de déclenchement … Si vous voulez appliquer un principe de précaution, il faut au moins avoir une connaissance exacte, précise et exhaustive des facteurs de risque.

              Un exemple : quel est le risque de vivre dans une atmosphère confinée d’une maison étanche (économie d’énergie oblige) plus ou moins bien ventilée par une VMC double flux à travers des tuyaux en plastique non décontaminés qui brassent l’ensemble des émanations des colles, peintures et vernis des matériqux modernes.

              Vous diminuez votre risque sur la combustion d’énergie fossile ou le nucléaire mais vous augmentez le risque d’un autre côté.

              Je n’ai pas la réponse. Mais les risques les plus grands ne sont pas forcément ceux qu’on craint le plus. Et la médiatisation à outrance d’un problême fausse la perception des risques dans leur globalité.

            5. Je vais conclure en essayant de mieux expliquer, parce que ça a l’air compliqué de croire que les cancers que nous vivons actuellement pourraient être évités.
              Chauve-souris : les vieux de 75 ans qu’ils ont examinés sont représentatifs des vieux de 75 ans de l’époque. Ni plus, ni moins. Et il s’avère que le taux de cancer des vieux de 75 ans de l’époque est bien plus faible que celui de nos vieux de 75 ans. Je ne compare pas des choux et des carottes : je compare la même espèce à 2 époques. Et il s’avère que le risque de cancer lié à la génétique est le même : 5%. Et que les vieux de cette époque avaient 8 à 9% d’avoir un cancer à ces ages-là. Les nôtres sont à 48%.
              Donc si vous voulez continuer à croire que nos 48% de cancers liés à l’environnement (pour la source cf. supra) ne peuvent pas être évités, libre à vous. Quant à moi je crois le contraire.

              Pour la nourriture jetée, voici un lien : http://www.leparisien.fr/une/on-jette-chaque-seconde-38-kg-d-aliments-bons-a-manger-08-07-2011-1525040.php pensez-en ce que vous voulez, je m’en fiche.

              pragma > la probabilité de développer un cancer est la même chez tous les individus, qu’ils aient alzeimer ou pas. Ces gens mourraient plus jeunes autrefois et, du coup, ils n’entrent pas dans le panel testé par les paléontologues.
              Le risque de cancer « obligatoire » se situe autour de 5% et c’était déjà le cas il y a 30 000 ans. Le reste, c’est le facteur environnemental (ex : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/17/la-pollution-de-l-air-exterieur-est-cancerigene-pour-l-oms_3497663_3244.html)
              Donc 43% environ pour la france. Sur les 148 000 morts en 2012, cela fait 140 600 personnes qui sont tuées par l’environnement (pollution des maison, tabagisme passif/actif, travail, amiante, nourriture, pesticides etc.) que nous créons au quotidien.
              140 000 mort par an en France, autant dans les autres pays, ça vaut la peine d’y réfléchir 2 secondes. Enfin, moi, je crois.

              1. Jérome, ce n’est pas compliqué à croire, c’est simplement que les éléments que vous donnez sont totalement foireux. Il n’y a strictement aucune correspondance entre la population de 75 ans d’il y a 2000 ans qui correspond à des individus hors norme représentant une infime partie des humains, infime partie ultra résistante car ayant survécu à toutes les maladies infantiles et autres et probablement ayant des carctéristiques physiques hors norme pour avoir résisté à la vie excessivement dure et physique qui était nécessaire, à celle d’aujourd’hui de 75 ans dont la quasi totalité serait morte bien avant dans les conditions de vie antérieure. Bref, vous comparez des survivants à des bedonnants du style de notre capitaine de pédalo.

              2. Jérome, ce n’est pas compliqué à croire, c’est simplement que les éléments que vous donnez sont non recevables. Il n’y a strictement aucune correspondance entre la population de 75 ans d’il y a 2000 ans qui correspond à des individus hors norme représentant une infime partie des humains, infime partie ultra résistante car ayant survécu à toutes les maladies infantiles et autres et probablement ayant des caractéristiques physiques supérieures pour avoir résisté à la vie excessivement dure et physique qui était nécessaire, à celle d’aujourd’hui de 75 ans dont la quasi totalité serait morte bien avant dans les conditions de vie antérieure. Bref, vous comparez des survivants à des bedonnants du style de notre capitaine de pédalo. D’autre part, ils sont morts et pas de mort violente donc ils sont aussi morts de maladie et non de vieillesse puisque vous posez en prémisse qu’ils sont comme nous. Ce serait donc qu’ils mourraient d’autres maladies auxquelles ils étaient bien plus sensibles.
                Pour finir ce chiffre de 48 % de cancer pour la population de 75 ans est faux. 48% des gens de 75 ans n’ont pas de cancer, voyons, nous savons tous que c’est ridicule comme affirmation.
                J’ai trouvé ici une stat complète sur l’évolutions des cancers sur 70 ans aux USA qui ne correspond en rien à votre chiffre de 48%. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.3322/canjclin.48.1.6/full et qui montre la flambée des cancers des poumons(tabac) et le plongeon de ceux de l’estomac (donc l’alimentation moderne est infiniment meilleure à ce niveau) et une stabilité des autres. Donc en gros rien comme évolution sur près d’un siècle.

            6. « pollution des maison, tabagisme passif/actif, travail, amiante, nourriture, pesticides etc. »

              Détaillez moi le « etc » et donnez moi le poids relatif à chaque facteur car s’il faut arrêter le « travail » on a un petit problême.

              Ma voisine mange bio, je me méfie de la polution des maisons, vous craignez les hydrocarbures, tout le monde à peur de l’amiante, la chasse au tabagisme tourne au maccartisme … Mais on ne va quand même pas retourner dans les grottes !

              Un peu moins d’activisme et de médiatisation à outrance et un peu plus de sciences et on y verra peut-être un peu plus clair.

            7. @Jerome
              OK, admettons pour nos spécimens de 75 ans. Ça donne quoi à des âgés moins avancés ? Histoire d’éliminer le biais du survivant.
              Sinon, quid de l’exhaustivité de l’analyse sur des squelettes vieux de milliers d’années ?

              Concernant le gâchis de nourriture, l’argument d’autorité de l’ONU me laisse de marbre. Récemment, un zozo a tenté de me convaincre, étude de l’ONU à l’appui, qu’on pouvait devenir auto-suffisant avec un potager de quelques m2. Mouarf, vu le rendement du mien je serais déjà mort de faim.

            8. En gros, vous me dites que tant qu’on ne sait pas quelle est la part de chacun des facteurs, on ne fait rien sur aucun ?
              Moi, je dis, dans le doute, je fais tout. Je mange bio, j’utilise des produits les moins nocifs possible dans ma maison, je limite la consommation de tabac en fuyant comme la peste les agents de texture et de saveur ainsi que le papier à l’arsenic, je prends le grand air le plus possible et je mange bio, quand je ne mange pas ce que je produis moi-même. Quant à mon lieu de travail, je fais attention à l’environnement qu’il me propose (enfin, là je suis à mon compte, chez moi, donc c’est plus facile…).

              Remarquez aussi que, du coup, je ne fais pas la chasse au tabac, hein, mais au tabac ‘amélioré’.

              Il ne peut pas y avoir de chiffre car c’est bien trop compliqué : on ne peut pas séparer tous les facteurs sur la durée d’une étude. Ce qui ressort toutefois, c’est que l’inégalité face aux cancers du fumeur dépendrait de la présence d’autres facteurs environnementaux (pollution en tête).

            9. Jerome: « Et il s’avère que le taux de cancer des vieux de 75 ans de l’époque est bien plus faible que celui de nos vieux de 75 ans. »

              Mais bien sur, comparer un échantillonnage de quelques centaines d’individus dont on n’a souvent que des fragments de squelette (Et souvent qu’un ou deux par génération) contre quelques centaines de millions dont on a des analyses des tissus mou.

              Jerome: « Le risque de cancer « obligatoire » se situe autour de 5% et c’était déjà le cas il y a 30 000 ans »

              Dixit les centres de cancérologie d’il y a 30’000 ans ?

              Vous vous rendez compte des âneries que vous débitez ou pas ?

            10. @Ilmryn : C’est quoi l’échantillon représentatif pour faire la différence entre une proba de 5% et 48% ? Allez, je vous le donne : c’est 20 sujets pour avoir 95% de chance de ne pas se tromper. Pour déterminer une proba de 5% sur un échantillon, c’est 32 sujets. (à +/- 5% je vous l’accorde). Donc voilà.
              Quant au risque de cancer, c’est celui de la génétique, de l’espèce et, croyez moi, ou pas, mais nous sommes la même espèce que celle qui peuplait les grottes à l’époque de cro-magnon. Eh oui. Bon je sais, on a l’impression de péter plus haut que notre cul avec nos ordinateurs et nos voitures en face de ces primates qui dessinaient sur les murs et marchaient pieds nus… mais c’est notre espèce.

              Mais vous êtes libre de penser que nos 140 000 cancers par an en France sont inévitables. Moi, je ne fais plus partie de ceux-là. Mais je ne lis pas que les rapports de l’OMS et de Monsanto.

        2. Je voulais dire par là que vous mélangez tout… et que vous continuez.

        3. Jerome: « mais avec celle d’analyser ces discours qui nous disent depuis 100 ans que tout va bien et que c’est le progrès »

          Et pourtant depuis 100 ans les progrès ont été immense pour l’humanité ce qui rend évident le fait que tu passes bien trop de temps devant la télévision et que ta culture économique, sociale et historique avoisine celle d’un parc à huitre un jour de grande marée.

          1. Jérôme aurait préféré vivre du temps où une mauvaise récolte provoquait une famine et un enfant par fratrie n’atteignait pas 3 ans. Ce sont de grands progressistes, ces escrologistes.

          2. Merci de ne pas utiliser une adresse email qui n’est pas la votre pour commenter, la personne s’en est plaint. Cette adresse email est bannie, mettre la votre.

  17. Même s’il n’y avait pas de produit chimique, le fait même d’envoyer de l’eau douce à 2000m de profondeur me laisse perplexe… A moins qu’on veuille qu’à terme, on veuille un pétrole pas cher car abondant mais une eau chère car devenant rare…

    1. L’eau douce n’est pas rare chez nous, voyez les inondations …

      1. en plus, il a été montré aux USa que cela consomme moins que l’arrosage d’un « green »
        interdisons le golf,

        1. il a été démontré…. aux usa …..
          Par qui? comment?

          Je remarque aussi que Jérome ne parle pas de golf, il cite des familles qui ne peuvent plus vivre chez elles. C’est plus grave que de ne plus pouvoir taper la petite baballe blanche. non?

          1. j’en ai marre de devoir sans arrêt répéter les mêmes choses, à des gens qui de toute façon sont étanches à tout argumentaire à leur dox.
            Il n’y a aucun problème d’eau sous nos latitudes ,cela fait partie du fatras de contre vérités sans cesse répétées par la mouvance,et qui à force, ont une apparence de vérité.

            Avez-vous la moindre idée des risques financiers qu’encourt un industriel aux USA pour un risque même fantasmé sur son activité.
            Tiens, un plaignant réclame une somme dingue, parce que il a frappé à mort quelqu’un avec une chaussure et que nulle part sur l’emballage, il n’est fait mention de ce risque.
            Et vous croyez que des plaintes n’ont âs été introduites pour ces installations?
            Il existe même des bureaux d’avocats spécialisés pour cette filière,mais avez-vous un cas d’indemnisations?

            des enclumes

      2. l’eau douce potable, si et de plus en plus.
        Nous n’avons pas besoin du gaz de schistes pour aggraver la situation.
        Et le choix entre eau et pétrole, ne devrait même pas se poser.

        1. Les problèmes en eau potable sont surtout dus à l’utilisation domestique de produits lessiviels et des pesticides (autant de la part des particuliers que des agriculteurs).

          1. Je ne sais si ça sert de le répéter étant donné la profondeur de pénétration des idées fausses en la matière, mais les cas de pollution de nappe phréatique par les liquides de fracturation sont impossibles si le tubage est correctement réalisé, et les 500.000 + forages principaux effectués aux USA en sont la preuve. Sinon, il y aurait longtemps que l’EPA aurait interdit la fracturation, et on n’aurait entendu qu’un cri de la part des écolos américains.

        2. android: « Et le choix entre eau et pétrole, ne devrait même pas se poser. »

          Effectivement, l’eau comme force de travail à part l’hydro qui ne vient certainement pas de l’extraction ni ne dépend de la potabilité c’est zéro.
          Le pétrole lui donne une force de travail avec laquelle tu extrais de l’eau douce ou la rend potable, la transporte, construit des hôpitaux, cultive du blé, nourris, soigne, construit, fait voler, rouler, naviguer etc. etc. Mais bon, ce n’est de toute façon et certainement pas un choix ou/ou vu les quantités employées et les conditions.

          Cette capacité à ne rien voir sauf les âneries qui passent à la télé… lol.

  18. la réalité maintenant :
    1. les études prospectives évaluant les quantités et l’exploitatbilité sont à prendre avec recul, il suffit de voir l’exemple de la Pologne qui a déchanté.
    2. Dans la revue Nature, un ancien conseiller scientifique du gouvernement britannique, David King, souligne que le rendement d’un puits de gaz de schiste décroche de 60 à 90 % au terme de sa première année d’exploitation. « L’économie de la fracturation est une économie destructrice, avertit le journaliste Wolf Richter dans Business Insider. L’extraction dévore le capital à une vitesse étonnante, laissant les exploitants sur une montagne de dettes lorsque la production s’écroule. Pour éviter que cette dégringolade n’entame leurs revenus, les compagnies doivent pomper encore et encore, en compensant les puits taris par d’autres qui le seront demain. Hélas, tôt ou tard, un tel schéma se heurte à un mur, celui de la réalité. ». « On est tous en train d’y laisser notre chemise. On ne gagne plus d’argent. Tout est dans le rouge. » ( le président-directeur général d’ExxonMobil, M. Rex Tillerson). No comment.

    4. un exemple : Des chercheurs de l’Université Duke, en Caroline du Nord, ont analysé des échantillons d’eau provenant de 141 puits privés alimentant des maisons réparties dans le bassin de gaz de schiste particulièrement riche de Marcellus, dans le nord-est de la Pennsylvanie et le sud de l’Etat de New York. Les concentrations en méthane étaient en moyenne six fois supérieures, et celles en éthane 23 fois plus grandes dans l’eau potable des maisons se trouvant à moins d’un kilomètre des sites de forage que dans celles situées au-delà de cette distance.
    D’autre part, c’est oublier que des produits injecté loin sous la surface peuvent remonter au cours du temps, la planète est aussi un organisme dynamique.
    5. J’aime bien le « relativement » qui donne toute l’ambiguité.
    6. je vous renvoie à l’étude publiée de 25 novembre par la revue scientifique PNAS dont on conclut que le gaz de schiste est une source d’énergie aussi émissive que la charbon.

    1. 1. Ils peuvent gazéifier leur charbon
      2. l’ancien conseiller n’est plus écouté puisqu’ils exploitent.
      2. le journaliste Wolf Richter peut raconter ce qu’il veut, il y a longtemps que je ne crois plus un mot de ce que peut dire un journaliste.
      2. L’extraction ne « dévore pas le capital ». Elle est rentable ou non. Ce qui pose un problême à l’industrie pétrolière en général est la fluctuation des cours. Laissez faire le marché. N’investissez pas si vous n’y croyez pas.
      4. Il faut faire des mesures avant et après. Et si une nuisance est prouvée aux EU, le plaignant touche le jackpot.
      5. L’activisme dans un domaine stratégique comme l’énergie n’est pas en tout cas « relativement » mais « excessivement » dangereux.
      6. Vous avez le choix : charbon ou gaz.

      On ne prétend pas que gaz de schistes sont la panacée. On dénonce simplement le lobbying écologique mensonger qui empêche d’en étudier la faisabilité, la rentabilité et l’intérêt politique (indépendance énergétique) ou économique (balance commerciale et emploi).

      1. 1. cela fait référence aux études estimant les réserves et leur exploibabilité
        2. je ne fais que rapporter ces propos. Qu’il soit écouté ou non ne change rien. Dommage votre parti pris non scientifique qui refuse d’écouter les arguments tout simplement parce que la personne qui les présente ne vous plaît pas.

        4. Je pense que les chercheurs de Duke n’ont pas attenu vos conseils….
        5. le « relativement » fait référence à des substances à des concentrations « relativement » sans danger. Cela ne veut rien dire. C’est notre auteur qui emploie cette expression.
        6. Simple constat sur l’émission entre gaz et charbon.

        En quoi y-a-t-il mensonge ? Les arguments opposés sont documentés et appuyés sur des articles, des sources scientifiques dont j’ai donné plusieurs exemples.

  19. Intéressant. Sujet auquel je ne connais strictement rien ; je pense quand même que si jamais on a des doutes pour l’environnement, autant attendre de voir ce que ça donne dans d’autres pays d’autant plus que les prix de revente seront plus élevés dans 20 ans => pas très grave si on attend (mais je dis peut-être une bêtise :))

    1. Inconnueaubataillon

      Oui mais on sera en retard car on n’aura (encore une fois ) pas pris le train en marche.
      Par ailleurs, moi j’aime avoir chaud l’hiver, utiliser et abuser de mon ordi, avoir accès à des la haute technologie pour les soins …(bouhhhh vilaine consommatrice !) Et je ne suis pas sûre que sans énergie puissante et pas trop chère on garde ce confort. Et : non je ne suis pas prête à « déconsommer », »décroitre » ou autres réjouissances, surtout quand je sais que dans les pays émergents on ne va pas se gêner pour accéder au confort 😉

      1. On a probablement déja créé quelques millions de chomeurs de plus en Europe :

        http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20131120trib000796609/le-gaz-de-schiste-va-t-il-tuer-la-petrochimie-europeenne.html

        Les écolos seront contents : l’air de nos cavernes sera plus pur …

    2. Oui, c’est une bêtise, effectivement. Le raisonnement qui consiste à dire « gardons ces richesses sous terre afin de les exploiter plus tard » ne tient pas compte de l’aspect dynamique des choses. Les Etats-Unis, avec une énergie meilleur marché qu’est le gaz de schiste, pourront moderniser leur industrie, créer de la croissance, prendre un avantage concurrentiel certain sur la plupart de leurs compétiteurs. A supposer même que la production de gaz de schiste ne soit qu’une bulle, une chaine de Ponzi, quelque chose de très temporaire, comme l’affirment les escrolos, les Etats-Unis (et ceux qui exploiteront le gaz de schiste) pourront se développer pendant toutes ces années, moderniser leur économie, donner le coup d’envoi d’un nouveau départ. Et à nouveau, à supposer un instant que les escrolos aient raison et que l’avantage du gaz de schiste ne dure que dix ans, cette période de dix ans donnera un avantage quasi impossible à rattraper pour les autres pays. Evidemment, certains intervenant ici, sur Contrepoints, sont à ce point obtus qu’il ne voient que dans le gaz de schiste un moyen pour les Américains de chauffer plus leurs maisons à meilleur marché. Ce sont les mêmes idiots irrécupérables qui ne voient dans le pétrole que l’essence qu’ils mettent dans leur voiture. « Y qu’à rouler moins » disent-ils. Or, l’énergie meilleur marché, c’est permettre aux industriels de produire à meilleur compte pour développer production et produits nouveaux, de localiser des usines là où est cette énergie, c’est créer de l’emploi là où seront ces usines, d’y ajouter des emplois administratifs dans la gestion, la banque, la finance, et des emplois commerciaux induits, et tout ce qui tourne autour, de réduire la pauvreté, et tout cela, afin, finalement, de permettre à ceux qui vivront dans cette société d’avoir un regard confiant sur leur avenir et celui de leurs enfants. Mais de tout cela, Escrolos et Socialauds n’en veulent pas, c’est leur pouvoir qui est en jeu : ils vivent des peurs qu’ils créent (depuis le « Printemps silencieux » et les rapports du Club de Rome), de la pauvreté qu’ils maintiennent et favorisent, pour leur plus grand profit, à eux, apparatchiks d’organismes divers visant à confisquer le pouvoir aux citoyens.

      1. Merci pour ce point de vue intéressant ! Vous m’avez presque convaincu. Le seul bémol que je mettrais est que le prix des énergies est mondial et que par conséquent, nous bénéficions tout de même d’une baisse de prix des énergies fossiles (ou du moins une stabilisation depuis au moins 2011 http://prixdubaril.com/ ) du fait que les USA importent (beaucoup) moins depuis les pays du Golfe & co. Par conséquent, nous ne sommes pas totalement à l’écart des gains de productivité (même si notre balance commerciale en pâtit et que les USA paie quand même leur gaz maison moins cher que les cours mondiaux ; il y aussi le fait que les pays pétroliers peuvent baisser la production pour maintenir les prix élevés et compenser la non importation des USA). Pour répondre à « Inconnueaubataillon », je ne pense pas que nous prenions réellement du retard en R&D car les Total, Technip, etc… développent et exploitent les technos gaz de schiste à l’étranger (par exemple en UK pour Total http://www.rfi.fr/emission/20140114-total-donne-coup-accelerateur-gaz-schiste-royaume-uni ).

        1. Ce que vous dites sur le prix de l’énergie au niveau mondial n’est pas vraiment exact. Voyez l’article cité par Pragma en lien ci-avant pour l’industri de la pétrochimie : le prix du gaz est très différent aux Etats-Unis et en Europe, même si l’abondance du gaz de schiste peut, il est vrai, tirer vers le bas le prix du pétrole (encore que pour celui-ci, c’est essentiellement l’intervention du cartel de l’OPEP, et donc de l’Arabie saoudite qui dispose des plus importantes réserves mises sur le marché, qui détermine les prix par une restriction volontaire de l’offre). L’industrie européenne (pétrochimie, chimie, et toutes les industries pour lesquelles les produits chimiques sont à la base de la production) est en train de mourir, sous nos yeux, par la volonté des Escrolos et Socialauds interdisant l’exploitation du gaz de schiste.

    3. De quel droit interdire aux gens de travailler ?

  20. Le but des partis politiques européens est de maintenir leur population en état de stress économique : le clientélisme y peut se déployer avec un maximum d’efficacité.
    Eau, électricité, gaz, emploi….

  21. Que l’une des 6 idées présentées en soit encore à prétendre qu’aucune preuve ne démontre que la facturation hydraulique conduit à des pollutions de nappes phréatiques en dit long sur la crédibilité et l’honnêteté intellectuelle de son auteur. Ou alors, ç’a en dit sur ce qu’il connait du sujet.
    Juste un petit article récent de USA Today sur une enquète d’Associated Press rapportant que 4 Etats Américains ont admis des centaines de cas de contamination d’eau dûs à ces activités: http://www.usatoday.com/story/money/business/2014/01/05/some-states-confirm-water-pollution-from-drilling/4328859/
    C’est également ignorer les dizaines d’études approuvées par leurs pairs établissant des liens clairs entre la technique d’extraction de ce gaz et la contamination de l’eau et de l’air environnants.

    Les 5 autres réponses aux « idées reçues » sont au moins aussi mauvaises, basées sur des informations sans fondement ou mal fondées ou, pire, volontairement désinformatrices. Ce faible travail journalistique ne mérite en aucun cas de passer bcp de temps à y répondre.

    1. Bravo, bien essayé. Mais ce n’est pas « juste un petit article récent », comme vous le dites, question de faire croire qu’il y en a plein d’autres, que l’auteur de Contrepoints est très mal informé, et que le reste de l’article de Contrepoints ne vaut pas tripette. Votre message est typique de la désinformation sournoise, de la duplicité cauteleuse que les escrolos pratiquent en grand. Mais c’est raté. L’article de Kevin Begos, qui a fait beaucoup de bruit aux Etats-Unis, dit qu’il y a eu des plaintes, oui. Et soit vous ne savez pas lire, soit vous mentez, parce que dire que quatre Etats américains ont admis des centaines de cas de contamination d’eau : c’est faux. Tous ceux qui liront l’article pourront le comprendre. Donc, de votre part, c’est un mensonge. Vous mentez. Le reste de votre message est donc discrédité, comme vous l’êtes.
      Sur le fond : il est inévitable que l’exploitation de gaz de schiste donne lieu à des plaintes (vous voulez que l’on parle des plaintes relatives aux éoliennes ?) et qu’il y ait l’un ou l’autre cas accidentel de contamination à cause d’un travail mal effectué (vous voulez que l’on parle des pollutions lors de l’exploitation de terres rares nécessaire aux éoliennes ?) : sur des dizaines de milliers de puits, le contraire serait étonnant. Ceci dit, des plaintes, il y a eu. Mais des condamnations, après un jugement contradictoire, après que l’affaire ait été étudiée en profondeur, il y en a eu combien ?

      1. c’est une de leurs techniques préférées, jeter un lien au titre accrocheur, espérant que personne n’ira lire l’article, qu’ils n’ont sans doute d’ailleurs pas lu eux-même la plupart du temps.
        car si on lit l’article, c’est plein d’hypothèses, de réserves, et cela concerne finalement 2/3 dizaines de cas,qui en plus sont loin d’être avérés.

        que dit l’article
        Experts and regulators agree that investigating complaints of water-well contamination is particularly difficult, in part because some regions also have natural methane gas pollution or other problems unrelated to drilling. A 2011 Penn State study found that about 40% of water wells tested prior to gas drilling failed at least one federal drinking water standard. Pennsylvania is one of only a few states that don’t have private water-well construction standards.

        bref, on en sait trop rien

        mais surtout

        In Pennsylvania, the raw number of complaints « doesn’t tell you anything, » said Rob Jackson, a Duke University scientist who has studied gas drilling and water contamination issues. Jackson said he doesn’t think providing more details is asking for too much.

        Cette étude, qui a fait l’objet d’investigations de l’EPA,s’est révélée pleine d’erreurs ,et l’EPA a même décidé de recommencer toute la procédure cf le commentaire de Minitax plus haut

        Soit dit en passant, contrairement à ce qu’insinue Futura Science, le méthane thermogénique (venant de gaz de schiste, contrairement au méthane biogénique proche de la surface) n’a jamais été une preuve que de la faute du fracking, vu qu’il est naturellement présent dans la région incriminée (cf par ex. les mesures de l’étude 2013 parue dans Groundwater : http://www.ngwa.org/Media-Center/press/2013/Pages/2013-05-24-groundwater-.aspx ) .

        Et il n’y a pas que ça, l’étude de Jackson est truffée de défauts que Jackson a lui-même reconnus publiquement, comme par exemple l’absence de mesures AVANT fracking (!!!) ce qui rend toute comparaison et donc tout lien causal avec le fracking impossible, le « mystère » de puits qui les plus loin du fracking et qui ont pourtant un taux… plus élevé de méthane que les puits les plus proches.
        Bref, « l’étude » de Robert Jackson ne vaut même pas un morceau de PQ usagé.
        Et un point de détail : faut-il rappeler que Jackson n’a jamais été un spécialiste de la question, il n’est même pas géologue, il est prof de biologie au département étude environnementale de l’Université de Duke et dont le fond de commerce est la panique réchauffiste. Son « étude », au conflit d’intérêt évident, a été financée par une officine escrologiste la Packard Foundation. Pour l’indépendance et le sérieux scientifique, on repassera.

        Et une fois encore, dans le même article cette fois, on ressert un argument faux,alors qu’il a en fait déjà été commenté plus haut, ce qui n’empêche nullement qu’il ressorte, et ressortira demain sur un autre article, à l’infini.
        Je n’ai pas trouvé d’autre mot, en restant poli, de qualifier ces gens:des enclumes

      2. Je vous rappelle :
        – que l’on dépense 37 milliards par an (3/4 de l’impôt sur le revenu) pour une transition énergétique dont on n’a absolument pas besoin en France et dont tout le monde se fiche en dehors de l’Europe.
        – que les gaz de schistes pourrait nous rapporter … – en fait on ne sait pas combien ou si c’est faisable puisque les écologistes font tout pour qu’on ne le saches pas.

        Alors que la France est super endettée, que l’on n’arrive pas à réduire le déficit budgétaire, que l’économie est au point mort, le chomage pas prêt de baisser, l’imposition a atteint la limite du supportable avant que cela ne tourne à la guerre civile.

        Cela nécessite quand même un peu de propagande pour justifier ça auprès du public …

        N’oubliez pas de voter pour les verts et leurs amis politiques, qui les supportent pour sauver leur misérables rentes de politiciens.

    2. Antoine Simon : « Juste un petit article récent de USA Today sur une enquète d’Associated Press rapportant que 4 Etats Américains ont admis des centaines de cas de contamination d’eau dûs à ces activités »
      —————————–
      « Des centaines de cas », warfff. T’es pas de Marseille toi ? Tu sais, là où des centaines de millions de sardines bouchent le port ?
      Si les bobards étaient passibles du pénal, nos escrolos auraient depuis longtemps perpète incompressible.

  22. Bien que je sois spécialisé de formation dans le développement durable, je dois dire que j’ai une vision de l’écologie très simple en terme de « bonnes pratiques » et de « modération ». En gros pour moi adopter une attitude respectueuse de notre environnement c’est choisir si possible entre deux solution, celle qui est la moins impactante (celle qui ne demande pas le sacrifice d’un panda en gros). Exemple plutôt que de se vêtir en peau de panda, habillons nous en peau de mouton ( le temps que les panda se multiplient). C’est ni plus ni moins que de la gestion.
    Par conséquent je ne suis pas opposé à ce que l’on exploitent du gaz de schiste Mais:
    – Pourquoi ne pas attendre que le reste du monde se retrouve sans ressource? On serait alors leader! Rien ne presse, laissons d’abord c’est guignol gaspiller leurs réserves.
    – Prenons le temps de bien analyser les bouleversements géographiques que cela engendrera dans notre territoire afin d’adapter notre société le plus sereinement possible. En effet des déplacement de population sont à prévoir pour raison sanitaire, ou sécuritaire ou économiques (il y à des villages partout en France).
    – commençons par nous faire la main sur une dizaine de puits et laissons les autres faire des erreurs avant nous. Rien ne presse encore une fois….on à un milliard d’année devant nous alors frenchement…

    1. john : « Exemple plutôt que de se vêtir en peau de panda, habillons nous en peau de mouton ( le temps que les panda se multiplient). C’est ni plus ni moins que de la gestion. »
      —————————————————-
      C’est ce que vous croyez, mais ce n’est pas la réalité. La réalité, c’est qu’il faut encourager la consommation de peau de panda, c’est le meilleur moyen pour inciter les gens à multiplier les pandas.

      S’il y a une quantité et une diversité explosive de poulets, moutons, vaches, c’est justement parce qu’on n’interdit pas de les abattre ! Si vous voulez plus d’arbres, il faut consommer plus de papier ou non moins, c’est un fait, massif et incontestable. C’est le paradoxe de Jevons (pourtant, un malthusien fanatique), connu depuis deux siècles : il n’y a pas un seul exemple où économiser quelque chose entraîne la réduction de sa consommation, PAS UN SEUL.
      La machine à vapeur plus efficace économise le charbon => la consommation de charbon augmente. Les voitures sont plus économes => les gens roulent plus. Les ampoules consomment moins => les gens achètent plus d’ampoules. Les frigos consomment moins => les gens achètent plus de frigos…
      Ouch, ça fait mal, le principe de réalité. Les faits et la réalité se moquent éperdument du politiquement correct.

      john :  » Pourquoi ne pas attendre que le reste du monde se retrouve sans ressource?  »
      ——————————
      Attendre a un coût, qui peut être astronomique : ça s’appelle le coût d’opportunité : http://fr.wikipedia.org/wiki/Co%C3%BBt_d%27opportunit%C3%A9

      john : « Tchernobyl allait très bien avant que tout pète, pas de soucis. »
      ———————–
      Tchernobyl allait très bien, dans l’URSS en pleine décomposition ??? Vous avez besoin d’aller chez l’ophtalmo ! Comme disait Goethe, rien n’est pire que l’ignorance en action.

      1. Ainsi donc, les gens font des stocks d’ampoules et de frigos tout en forniquant avec les pandas.

        1. keskidi: « Ainsi donc, les gens font des stocks d’ampoules et de frigos tout en forniquant avec les pandas. »

          Non, certains forniquent avec les pandas, qui accouchent d’abrutis comme toi et leur jettent des frigos sur la tête en espérant un éclaire d’intelligence.

    2. Vous dites : « Pourquoi ne pas attendre que le reste du monde se retrouve sans ressource? On serait alors leader! Rien ne presse, laissons d’abord c’est guignol gaspiller leurs réserves » (…) « Rien ne presse encore une fois….on à un milliard d’année devant nous alors frenchement… »

      Non, cette argumentation traduit une vision statique et passéiste des choses qui n’est pas recevable : les Etats exploitant le gaz de schiste prendront une avance considérable sur nous, créeront de la croissance, des emplois, des richesses, alors que nous restrons englués dans un sous-développement qui nous sera peut-être fatal. Nous nous serons épuisés à poursuivre des chimères, nos ressources gaspillées à essayer de forcer des impasses (et les éoliennes en sont une belle illustration). Une fois que nous nous déciderons d’exploiter le gaz de schiste, peut-être que ce jour là, l’humanité aura découvert une nouvelle source d’énergie bien plus prometteuse (Thorium ou autre), nous laissant avec notre gaz de schiste qui ne vaudra plus rien, et croupissant dans notre misère de sous-développés, comme les Etats du Tiers-Monde aujourd’hui. « N’exploitons pas les silex, gardons les pour plus tard » aurait dit l’homme de Néandertal. Croyez-vous qu’à un certain moment, par un coup de baguette magique, nous créerons une société performante aussi développée que celle du reste du monde lorsque nous en aurons le désir ? Non, la croissance sera ailleurs, nous n’aurons que des miettes, tout comme les Pays en Voie de Développement aujourd’hui. Pourquoi l’Afrique centrale est-elle à ce point sous-développée alors qu’elle regorge de richesses naturelles ? Croyez-vous qu’il suffise aux Africains de dire : « allons-y, exploitons ceci ou cela, et notre pays sera l’égal des USA et de l’Europe » et l’Afrique nous rejoint alors dans le développement ? C’est pourtant évident qu’elle n’a pas les infrastructures nécessaires, les universités, les sociétés commerciales, l’industrie, les bureaux de recherche nécessaires. Le développement, la croissance s’entretient, se crée tous les jours, et l’absence du gaz de schiste tuera nos industries au profit d’industries dans d’autres pays, créera des millions de chômeurs, se traduira par un appauvrissement collectif mais ce sera voulu : c’est la décroissance que les Escrolos appellent de leurs voeux depuis des années.

  23. En revanche j’ai lu ça et là que si la fracturation hydraulique était bien réalisé il n’y avait aucun problème pour les nappes phréatiques….ah mais je suis totalement d’accord! Tchernobyl allait très bien avant que tout pète, pas de soucis. La technique je suis près à croire qu’elle est très bien maitrisé le problème c’est qu’il y aura forcément un pépin un jour quelque part. Encore une fois si on me garanti que cela restera rare et circoncis ça me va…
    Mais l’argument de la maitrise technique si vous voulez c’est pas trop trop crédible, les pétroliers, vu le nombre qui circulent aux quatre coins du monde, son assez bien maitrisé également…pourtant des millions d’êtres vivant sont décédés dans des marrée noirs.

    1. john : « La technique je suis près à croire qu’elle est très bien maitrisé le problème c’est qu’il y aura forcément un pépin un jour quelque part »
      ———————————-
      Dire qu’il y a pépin un jour quelque part, c’est enfoncer une porte ouverte. Il faut évaluer en terme de risque. Risque = dégât x probabilité

      Prendre la voiture : dégât moyen, probabilité moyenne => risque moyen
      Prendre l’avion : dégât important, probabilité infime => risque faible
      Collision d’astéroïde : dégât énorme, probabilité infinitésimale => risque infime
      Feu : dégât moyen, probabilité d’occurrence forte = risque élevé
      Fracking : dégât infime (faut il rappeler que le méthane n’a JAMAIS été un polluant et qu’on en trouve partout, surtout près d’une vache), probabilité infime (il y a 1 millions de puits et les escrolos n’ont toujours pas pu citer un seul exemple de contamination par le fracking) => risque infinitésimal.

    2. Combien de millions de verres de terre et d’insectes détruit-on quand on creuse les fondations d’une maison ?
      Doit-on sauvegarder les pandas en milieu naturel (on peut tenter de les sauvegarder dans les zoos et stocker leur ADN), alors que l’évolution a amené l’espèce dans une impasse ?
      Faut-il défendre les poissons par rapport à la sur-pêche ou considérer qu’une auto-régualation va s’opérer ?

      On peut avoir des avis nuancés sur ces questions : les verres de terre sont une forme de vie inférieure, sauvegarder les pandas ne nous coûte pas très cher et ils sont mignons, il faut limiter les abus plutot que de constater les dégats.

      Mais comment faites vous l’arbitrage quand il s’agit de l’intérêt économique stratégique d’un pays, de la menace de se retrouver dans la même situation que la Grêce, l’Espagne, le Portugal ? Pensez vous qu’il n’existe pas de risques ou que vous n’êtes pas personellement menacé ou qu’on doit se démerder autrement ?

      1. La situation délicate de la France n’ est pas le fait d’ une non exploitation de cette énergie mais la conséquence d’ une mauvaise gestion et gouvernance bien antérieure donc d’ ABORD mettre ce pays sur les rails et ensuite exploiter cette richesse intelligemment .
        @ chauve souris 18 /1 20h52 Quand on ose vous contredire on est un escrolo ?

        1. Non, c’est idiot ce que vous dites-là. Nous sommes au tout début de l’exploitation du gaz de schiste dans le monde. Mais cela suffit déjà pour entrevoir les futures conséquences extrêmement dommageables pour l’économie de notre pays si nous ne l’exploitons pas. Dire qu’il faut d’abord résoudre d’autres problèmes n’a aucun sens. Je ne discuterai même pas cette proposition : toute personne sensée verra son inanité.

          1. D’autant plus que cette exploitation a créé plus de 600.000 emplois aux US. Si cela en créait le 1/4 en France, la courbe du chômage s’inverserait et une partie de notre déficit extérieur disparaîtrait.

        2. Pour reprendre votre métaphore, pour remettre un train sur les rails, il faut faire venir une grue ET PAYER les travaux.

          A moins que vous n’envisagiez de ne pas payer vos dettes.

          Endettez vous à mort avec un crédit revolving et vous verrez s’il suffit d’être plus sage pour s’en tirer. Non ! Il faudra d’abord vendre la maison pour rembourser.

      2. Il n’y a pas d’être inférieur
        Toute vie à la même valeur, c’est quand même la base je pense.
        En outre l’évolution à conduit toutes les espèces autres que l’homme dans une impasse. on a la possibilité de les détruire toutes. Quel est l’intérêt en terme de service écosystémique de sauvegarder de l’ADN??
        Il n’y à pas d’auto régulation en ce qui concerne le monde animal. Les saumons peuvent tous disparaitre avant que la demande ne cesse (car ils peuvent être péché par mégarde).

        En outre tuer sciemment des êtres vivants et venir dire que c’est du darwinisme c’est un peu comme aligner tout les habitants d’un village et de les exécuter sommairement en disant que c’est la faute à l’évolution…Ben non c’est la faute du type avec une mitraillette.

        Enfin je crois qu’il faut tout simplement, et ce sans même penser au réchauffement climatique et autres bouleversement réel ou présumé, accepter le principe selon lequel le droit de propriété ne vaut que pour les Hommes. Nul être humain ne peut jouir à ma place de ce que je possède….mais je ne peut jouir de mon bien que dans la limite de l’intégrité des autres espèces pouvant être impacté par cette utilisation.

        Exemple, on peut posséder une arme aux USA mais pas tuer des gens (enfin pas trop), de la même façon que l’on peut posséder un terrain mais pas empêcher la vie des autres espèces vivant sur ce terrain. C’est tout.

  24. @ scaletrans vous avez raison : dans un PREMIER temps le chomage sera réduit ainsi que le déficit de la balance commerciale .
    @pragma je n’ ai pas écrit « remettre » le train sur les rails mais bien « mettre » signification différente . mais bon c’ est un autre sujet l’ historique de gestion et gouvernement de ce pays .

  25. Cet article relève, en tous points, de la pure et simple désinformation. Voilà un article plus sérieux, afin de remettre les pendules à l’heure : http://www.alternet.org/swarms-earthquakes-shake-shale-gas-fields

    1. Propagande escrologiste: un poids lourd qui passe dans la rue d’à côté fait plus trembler votre maison qu’une fracturation à 2 ou 3 km de profondeur.
      Si toutes les nuisances et pollutions annoncées par les verts se produisaient réellement après plus d’n million de forages avec fracturation, on en aurait entendu parler !

    2. on peut rappeler qu’un tremblement de terre ….c’est… la terre qui tremble… et que a peu près n’importe quoi peut causer un tremblement de terre…

      vous faites c… le gaz de schiste est un hochet…un jouet un truc que les écolo s ont pris en grippe car un type à fait un docu à la con…

      si vous ne voulez pas de nucléaire pas de charbon pas de pétrole, pas de gaz de schiste ..n’EN CONSOMMEZ PAS!

  26. Le gros problème de l’extraction des gaz et pétroles de schiste, tiens également de ce que provoque le pompage des eaux souterraines, et l’industrie minière, un affaissement gravissime des sols…

    1. … nous dit quelqu’un qui n’a pas la moindre notion de géologie.

  27. La France, république administrative bureaucrate sovietoïde est totalement rétrograde. Le rejet et la peur de la science avaient disparu depuis 500 ans et la France en est le porte-drapeau. Ecœurant.

    1. L’homme nouveau n’a pas fini de faire des ravages.
      Aie honte d’être un homme. Aie honte d’inventer, d’innover. Aie honte d’exister.

      Bien sur, ce serait mieux si 90% de la populace mondiale pouvait crever d’un virus (neutre, chui pas responsable, pour le coup, me mettrai bien a croire en Dieu, tiens)

      Surtout on fait partie des 10% des potes des potes élus par des potes.

      Poussez n’importe quel Khmer Vert dans ses retranchements, la logique fondamentale reste la meme.
      Ecoeurant.

  28. Un petit commentaire à ajouter à tout ce qui a été dit? Quand il existe une ressource énergétique, jusqu’à présent ignorée, mais abondante en quelques endroits géologiques, devenue accessible en raison de la technologie, on l’exploite. C’est ce que font les américains, spécialistes de l’exploration et de l’exploitation pétrolière chez eux, un continent. Pas chez nous. On ne veut même pas savoir et on veut imposer cette ignorance aux autres.

    Ressource énergétique, jusqu’à présent ignorée. Il faut parler de l’huile et de gaz de roches mères. C’est une partie de la biosphère qui constitue le 4è élément de l’écosphère les autres étant la lithosphère, l’hydrosphère et l’atmosphère. La biosphère se développe depuis plus de 3.5 milliards d’années, principalement sur les terres; elle y a laissé ses traces partout. On n’a exploité jusqu’à présent que ce qui s’était concentré en quelques endroits et à des époques géologiques particulières.

    1. Voir mon fil rss sur le gaz de schiste…. http://bit.ly/1Or8pmY

  29. Il y a de vrais problèmes ecologique liés à l’exploitation des gaz de schistes comme avec toute autre industrie. Le véritable enjeu écologique se situe dans ce qu’on appelle les « produced water ». Il s’agit ici des eaux que l’on récupèreen sortie de puits. Ces eaux sont effectivement très polluées et peu aisées à nettoyer. Mais comme les règles sont strictes sur ce type d’effluents, ces seaux sont traitées, à grand frais. C’est même d’ailleurs une es principales variables du prix d’exploitation des gaz de schistes. Faites baisser le prix du traitement de l’eau et vous ferez baisser le prix de production d’autant. Il y a même des endroits arides où les pétroliers réutilisent cette flotte justement parce que c’est une ressource chère à importer.

    Autoriser l’épandage de ces effluents serait une catastrophe. Mais il n’en a jamais été question.

    En plus le nettoyage des produced water et un secteur fort dynamique dans lequel les Européens ne sont pas en reste. il y a même une entreprise industrielle luxembourgeoise qui vend des unités de traitement d’eau pour cette « produced water » aux américains. Comme quoi on ne fait pas que e la banque au Luxembourg… En refusant de bêtement s’exclure du marché, e grand duché pourrait bien avoir fait un très bon pari. Si cette boite arrive comme ça en a l’air, à devenir incontournable dans ce secteur, elle risque sérieusement d’amener une quantité de fric hallucinante dans ce pays.

    Mais bon continuons dans le sectarisme et le passéisme, la France s’en portera bien mieux…

  30. N’importe quoi. Passons pour le mythe 1 (… ridicule) et le mythe 2 (discutable et de toute façon insuffisant pour convaincre). Mythe 3 : Vous ne citez pas de sources scientifiques mais une association d’industriels. Voici une source scientifique s’intéressant aux tremblements de terre de magnitude > 3 http://science.sciencemag.org/content/341/6142/1225942 vous verrez l’augmentation clairement et l’article évoque des pistes humaines expliquant cette forte augmentation après les années 2000. Mythe 4 : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1539-6924.2011.01757.x/full Encore une fois je vous cite un article scientifique à comité de lecture qui contredit vos postures (et il y en a des centaines, je prends le premier qui me tombe sous la main …). Mythe 5 : Encore une fois vous racontez n’importe quoi. Il y a plus de 750 produits qui ont été identifiés comme étant utilisés comme additifs dans l’extraction de gaz de schistes. http://ww2.health.wa.gov.au/~/media/Files/Corporate/Reports%20and%20publications/PDF/Hydraulic-Fracturing-HHRA-18June%202015.ashx Ce rapport gouvernemental (Australie) liste à partir de la page 45 (Table 2) différentes études sur le sujet, et présente en Table 4 à 9 les origines, destinations et risques associés à ces substances. Les risques possibles évoqués pour les particuliers et concernant la contamination possible de l’eau sont  » Aesthetic discomfort from odours • Respiratory irritation • Skin irritation • Gastrointestinal irritation • Reproductive effects • Liver or kidney effects • Neurological effects • Cancer « . Mythe 6 : Une autre étude : « Compared to coal, the footprint of shale gas is at least 20% greater and perhaps more than twice as great on the 20-year horizon and is comparable when compared over 100 years. » dont voici la source http://link.springer.com/article/10.1007/s10584-011-0061-5 il s’agit encore d’une revue scientifique à comité de lecture. On trouve à ce sujet des publications scientifiques contradictoires, je le précise donc et me garde bien d’avancer quoi que ce soit avec fermeté, contrairement à votre article … Notez que mes autres références, elles, ne semblent pas devoir rencontrer trop de mitigations.

    1. Pour le mythe 3 la source que vous citez est vachement moins péremptoire que ce que vous dites. Vous parlez vraiment anglais?

      1. Vous voulez sans doute dire vachement moins péremptoire que ce que vous avez cru lire dans mon commentaire … mais pas que je ne dis réellement. Regardez : « activity increased starting in 2001 » , et « We tend to view earthquakes as unpredictable phenomena caused by naturally shifting stresses in Earth’s crust. In reality, however, a range of human activity can also induce earthquakes », « In addition to directly causing increased local seismic activity, activities such as deep fluid injection may have other ramifications related to earthquake occurrence. « . Je ne dis rien de plus, presque moins. Je parle vraiment anglais, merci de vous intéresser à moi.

  31. Je me pose tout de même la question, si le gaz de scishte ne pose que des problèmes limités, notamment au niveau environmental, pourquoi est-ce que de nombreuses voix, notamment Bernie Sanders (oui je sais il a très mauvaise presse ici) s’opposeraient-elles à son exploitation? Ce serait absolument débile, un vrai non-sens, alors que l’Amérique du Nord se dirige vers l’indépendence énergétique grâce à cette ressource notamment… Honnêtement je n’ai pas lu d’études scientifiques sur le sujet, seulement eu l’avis d’un membre du DG energy de la commission sur le sujet qui semblait plutôt défavorable à son exploitation ainsi que regardé le documentaire Gasland (clairement opposé et un peu agé, si certains veulent le voir, c’est en Anglais https://www.youtube.com/watch?v=6mp4ELXKv-w )

    1. Pitié, pas encore Gasland, c’est enterré depuis longtemps, ça.

      https://www.contrepoints.org/2012/09/25/98295-gaz-de-schiste-truthland-demonte-les-mensonges-de-gasland

      Sur la motivation : très bonne question. Très bonne. Les intentions d’autrui ne nous sont jamais connaissables, n’est-ce pas ?

Les commentaires sont fermés.