EDF va bénéficier de 3 milliards de vos impôts pour éviter une vraie réforme

Publié Par Nicolas Lecaussin, le dans Énergie et matières premières

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’IREF-Europe.

Le contribuable, mouton tondu au profit d'EDF ?

Sheep By: Mike HallerCC BY 2.0

Déjà actionnaire à 85 %, l’État français va injecter 3 milliards d’euros dans l’entreprise EDF. Depuis quelque temps, EDF annonce des résultats financiers très mauvais imputés ou bien à la chute des prix de l’électricité ou bien aux travaux nécessaires pour prolonger l’utilisation de plusieurs centrales nucléaires. Ces arguments sont en partie vrais mais les dirigeants d’EDF oublient de rappeler la très mauvaise gestion de l’entreprise ainsi que les extraordinaires privilèges dont bénéficient ses employés, les agents d’EDF. Tout cela payé par les contribuables.

La facture d’électricité, déjà majoritairement composée de taxes

Comme l’a montré l’IREF, 52 % de la facture d’électricité sont des taxes dont la plupart servent notamment à financer les avantages du personnel. Parmi ces taxes, il y a la Contribution tarifaire d’Acheminement (CTA) qui a été instaurée par la CNIEG (Caisse nationale des Industries électriques et gazières). Cette contribution est intégralement reversée par tous les fournisseurs et distributeurs d’énergie à la CNIEG, Cette taxe, qui représente environ 1 milliard d’euros par an, est entièrement reversée à la Caisse des retraites des agents EDF, afin de financer leur régime de retraite extrêmement privilégié par rapport à celui du privé : la retraite dès 50 ou 55 ans, différentes bonifications ou trimestres gratuits, le calcul de la pension à partir du dernier salaire, augmentation régulière des pensions de 5%, revalorisation de l’indemnité de départ à la retraite, temps partiel transformé en temps complet pour la retraite, instauration d’un régime complémentaire par capitalisation… De plus, ce régime particulier a été adossé au régime général et aux régimes complémentaires Arrco et Agirc sans aucune compensation. Conclusion : 1,3 milliard d’euros a déjà été pris dans les caisses du privé pour financer le régime des agents EDF.

René Le Honzec

René Le Honzec

Le contribuable est en droit de se demander si cette injection d’argent public va pousser l‘entreprise à se réformer et à supprimer les avantages extraordinaires accordés à ses agents. Malgré une dette estimée à plus de 30 Mds d’euros et des retraites non provisionnées qui dépassent la somme de 90 Mds d’euros, les agents travaillent en moyenne 32h/semaine, ont droit à 30 jours de RTT/an et peuvent jouir du Comité d’entreprise le plus dispendieux, le CCAS, dont le budget s’élève à 470 millions d’euros/an. Tandis que le consommateur, qui est aussi contribuable, voit sa facture augmenter régulièrement : +1.7 % en 2011, + 2 % en 2012, + 5 % en 2014 et 2.5 % en 2015. La nouvelle participation de l’État est absolument inadmissible dans ce contexte. C’est un véritable racket sur le dos des contribuables.

Sur le web

  1. Votre article est à charge contre les agents edf et vos commentaires sont faux, soyez honnête avec les gens plutôt que de faire le jaloux concernant les avantages des agents. Pourquoi ne parlez vous pas des avantages des agents communaux, de la SNCF, de airfrance …chacun a ses avantages et tant mieux.
    Pourquoi ne parlez vous pas de la taxe pour les énergies renouvelables qui est payée sur chaque facture? Pourquoi ne pas dire que edf doit racheter l énergie des panneaux solaire 5fois le prix qu elle le revend ?

    1. Vous ne parlez que d’avantages (et ils sont nombreux voire indécents pour EDF) que le contribuable finance, comme il finance les autres avantages des compagnies que vous citez ; vous avez une position scandaleuse qui consiste à évoquer des privilèges auxquels vous vous accrochez sans tenir compte un instant de la situation nationale. J’espère qu’un jour la révolution portera le coup de grâce aux personnes qui relèvent de votre catégorie arrogante, l’effort est valable pour tout à chacun…créez votre Entreprise, bagarrez vous pour garder et développer vos marchés, après seulement vous serez digne de donner des leçons !

    2. Bonjour Contre vérité

      Vous avez raison, EDF est tout pourri, rien dans sa gestion n’est sain, y compris les agents EDF et leur comité d’entreprise…

    3. Par définition, un avantage / privilège pour l’un est nécessairement la dépense forcée / la servitude d’un autre.

      C’est à dire que des gens qui n’ont pas le choix de prendre leur retraite à 62 ans sont contraints à payer pour que d’autres puissent la prendre à 55 (et j’ai vu en dessous).
      Dit comme ceci : est ce juste?

    4. « chacun a ses avantages et tant mieux. » D’accord, tant que c’est payé par l’entreprise et non par le contribuable, de façon directe ou indirecte

    5. « es agents communaux, de la SNCF, de airfrance » SNCF, EDF, Air France,…tout cela c’est quoi ? ce sont toutes des entreprises publiques qui sont en quasi état de faillite.
      Les personnes travaillant dans les enteeprises publics ont des avantages scandaleux tout cela payer par le contribuable.
      Contrepoints dénonce justement cela (il y a aussi déjà eu des articles sur Air France,SNCF,…sur ce site)

    6. Ce site dénonce aussi les énergies renouvelables et le gouffre financier que représente ces énergies

  2. Votre article est d’une mauvaise foi inégalée ! Obsédé à vouloir charger EDF (mais pourquoi donc ?!) vous apportez des valeurs absolument erronnées et délirantes sur des sujets que vous ne semblez pas connaitre : les taces ne représentent pas 52% de la facture du consommateur mais aux alentours de 30% (le reste étant constitué par le prix de l’énergie elle-même et par le coût de l’acheminement). Les RTT ne représentent pas non plus 30 jours/ an. Et comment pouvez-vous avancer un chiffre de 32h travaillées par semaine avec la variété des statuts (et surtout des types de postes occupés) existants au sein de l’entreprise ?
    Votre article arrogant donne envie de vomir, vous vous basez sur des chiffres complètement délirants pour tenter de rallier quelques lecteurs à votre dégout pour l’entreprise EDF. Bravo, joli travail d’honnêteté…

    1. Je regarde ma facture, elle donne TTC tout compris 0.155 du kWh. Je regarde le graphique des Echos aujourd’hui, il donne un prix de marché de 0.031 du kWh, en forte hausse grâce à l’engagement de notre Normal 1er d’interdire par la taxation toute baisse de prix des énergies carbonées (!!). Je prends les coûts d’acheminement prétendus par ma facture, 0.031 aussi. Ca ne fait encore que 0.062, auxquels je rajoute la distribution, sur la base de 20%, qui est le pourcentage que prend le secteur pétrolier pour la distribution — et qui comprend d’ailleurs lui l’acheminement –, j’arrive à 0.075. Où partent les 0.08 restants sinon en taxes ?
      Alors vos cris m’ont l’air parfaitement hypocrites, parce que moi, j’arrive aux mêmes chiffres que l’auteur, et j’en tire les mêmes conclusions.

      1. C’est étrange, vous regardez votre facture mais vous vous basez sur les prix (de marché !!!) du site des échos. Pourquoi ne pas regarder sur cette même facture le prix qui vous est facturé au kWh ?
        Partons sur l’hypothèse que vous êtes particulier, vous avez une forte probabilité d’avoir une tarification au tarif réglementé de vente fixé par la Commission de Régulation de l’Énergie. Ce tarif est issu d’une formule de calcul basé sur les coûts d’approvisionnement d’EDF, et donc sur les niveaux de prix de marché passé.
        Si jamais vous êtes particulier en offre de marché ou bien un professionnel en offre de marché, alors le prix de votre énergie dépend de l’offre commerciale qui vous a été faite. Il n’est en aucun cas égal au cours du marché. Quelle que soit votre situation, une marge s’applique au prix de l’énergie (comme toute entreprise, EDF se rémunère sur sa marge).

        Sur la base de ces nouvelles informations, je vous invite à revoir votre facture (ah oui, et utilisez le bon prix de la distribution, pas celui du « secteur pétrolier » !! Vous ne regardez pas le prix des pommes pour en déduire celui des oeufs…)

        1. Pour avoir le prix TTC au consommateur, je regarde ma dernière facture, 156 Euros pour 1010 kWh, pour avoir le prix de marché du kWh brut (votre « prix de l’énergie »), je regarde le site des Echos. Où est le problème ? La marge fait partie du coût de distribution. Comme font partie du coût de distribution tous les gaspillages liés aux avantages accordés à EDF et à ses salariés. J’ai peut-être un peu exagéré en appelant « taxes » ces prélèvements imposés par la loi sur la consommation, mais d’un autre côté dans le prix soi-disant hors taxes de l’acheminement, l’Etat n’a pas manqué de toucher sa part (Erdf paie bien plus au fisc et aux organismes sociaux que la seule TVA récupérable !).
          Comme le prix de distribution que m’annonce EDF comprend tous ses gaspillages, je cherche ce que serait un prix de distribution honnête en m’appuyant sur une autre branche de l’énergie et, en comptant largement, je trouve 20% du prix de l’énergie à distribuer. Quand je regarde le coût de la distribution d’une boisson, je ne vois pas pourquoi la bière, le coca ou le Perrier ne seraient pas comparables. Si vous voulez contester ça, je vous écoute, mais de grâce ne me sortez pas le chiffre d’EDF comme une vérité.

          1. Vous ne semblez pas savoir de quoi vous parlez. Relisez mon message précédent, le prix payé au kWh n’est pas le cours du marché : il est soit le niveau du TRV soit le prix que vous offre EDF si vous êtes en offre de marché (et encore une fois, ce prix n’est pas le cours du marché !).
            Le prix de marché évolue constamment (c’est une bourse). Or vous ne payez pas votre énergie à un prix différent à chaque heure.
            Les « gaspillages » – comme vous les appelez – sont payés dans les taxes. Aucun rapport avec la distribution, qui n’a elle même aucun rapport avec la marge, puisque la distri est réalisée par ERDF (ou tout autre gestionnaire de réseau).
            Vous avancez des arguments en confondant toutes les composantes…

            1. Je sais sûrement mieux que vous ce dont je parle. Vous n’avez pas un seul chiffre, pas un seul calcul, que des dénigrements à opposer.
              Vous nous avez dit que le « prix de l’énergie elle-même et le coût d’acheminement » représentaient 70% du prix TTC, 156E pour mon Mwh du début d’année. Expliquez-moi comment vous arrivez à ces 109 E à partir d’un prix HT de l’énergie elle-même et de l’acheminement reconnus par des sources indépendantes, ou acceptez mon interprétation et celle de l’auteur que les taxes et l’incurie EDF sont pour 80E dans les 156.

        2. Simon qui bosse chez EDF prend comme base ca propre facture. C’est pour ca qu’il n’arrive pas aux memes conclusions que l’auteur.

          1. « sa » propre facture. Qui n’est pas celle du commun des mortels. Je me trompe Simon ?

            1. Vous vous trompez. Je travaille effectivement dans le secteur de l’énergie mais pas chez EDF, donc ma facture est exactement la même que la vôtre (et pour info un agent EDF reçoit également une facture classique).

              MichelO, en fait je pense que vous ne comprenez pas les notions de prix de l’énergie, ni celle de TTC et HT.

              Ma facture (qui est celle d’un particulier au TRV, et donc tend à s’approcher d’autant plus de vos chiffres par rapport à un pro en offre de marché) :
              – TTC = 46€
              – Prix de l’énergie (c’est le nom, pas besoin de le mettre entre guillemets) : 0,0932€/kWh (et non 0,031, cela n’a aucun sens de prendre le prix de marché, mais vous ne semblez pas vouloir comprendre), pour une conso = 209 kWh soit 19,5 €/kWh, d’où 19,5/46 = 42% du prix TTC de la facture. Ce prix de l’énergie comprend la distribution.
              – Taxes (toutes taxes sommées) : 15€, d’où 15/46 = 32%. Donc 32% de taxes (CQFD).
              – Abonnement : 11,7€ = 25%
              Aux approximations près, nous y sommes.

              Il y a quelques heures, vous sembliez avoir sous la main votre propre facture : avant d’intervenir, essayez avant tout d’en comprendre les grandes lignes (et les notions mathématiques de base, mais c’est un autre sujet).

              1. U peu de sémantique Simon et ce sans rentrer dans le détail de vos calculs.
                Un taxe et son pourcentage s’applique sur un prix HT. Ainsi on dit que la TVA est de 20% (sous entendu : du prix HT)
                Si votre prix TTC est de 46, vos taxes de 15 alors votre HT est de 31€.
                L’électricité est donc taxée d’après vos chiffres à 15/31=48.3%

                1. Sorry quelques lettres manquantes… j’ai bouffé sur le clavier !

                  1. Sam player justement non, ça dépend du contexte. Et dans notre contexte, l’auteur écrit que les taxes représentent 52% de la facture, il ne parle pas de 52% du prix de l’énergie. Un peu de sémantique !
                    Vous avez un prix total de la facture, appelons le P. Il est constitué de 3 blocs : A (énergie), B (acheminement) et C (taxes). P = A + B + C. Si vous souhaitez connaitre la part de C dans P (« % de la facture qui sont des taxes ») vous divisez C par P, le prix TTC. Vous ne pouvez pas exprimer un pourcentage en vous basant sur le prix de l’énergie HT et un autre en vous basant sur du TTC.

                    1. Sauf erreur de ma part, ça ne serait pas justement C / (A+B) ?
                      Lorsqu’on dit que la TVA représente 19.6%, c’est bien 19.6% du prix HT que l’on ajoute à ce prix HT. Et non 19.6% du prix TTC.

                      En fait, on paye un prix HT, plus des taxes. Il me semble qu’au quotidien on exprime ce que représentent ces taxes par rapport au prix HT.
                      On peut aussi dire « ça représente tant par rapport au prix TTC », mais c’est biaisé car nécessairement inférieur à 100%.
                      Exemple (exagéré). Un produit à 1 € HT + 99€ de taxes. On peut dire que les taxes représentent 99% du prix TTC, ou bien…. 9900% du prix HT. L’abus apparait clairement mieux exprimé sous cette dernière manière.

                    2. Il suffit d’aller suivre le lien, on voit que les 52% correspondent à 52% du prix hors-taxes.

                    3. Non ça ne dépend pas du contexte et là c’est une erreur de l’auteur car si on va sur le lien de son article il s’agit bien du pourcentage de taxes sur le prix hors taxe.
                      L’énergie est taxée à 48.3% (d’après votre facture) comme le camembert est taxé à 5.5%.
                      Mettez une taxe de 100% sur un produit et avec votre raisonnement vous pourriez dire que les taxes représentent 50% du prix total mais c’est une façon de présenter les taxes sous un meilleur jour. En fait le prix a été multiplié par 2 à cause des taxes.

              2. @Simon:
                Votre prix de l’énergie ne veut rien dire, c’est un prix affiché par le fournisseur. C’est vous qui ne voulez pas comprendre que refuser de prendre en considération le prix du marché est une arnaque de propagande pour masquer les facteurs aberrants qui entrent dans la composition du prix « tarif ».
                Je comprends parfaitement les grandes lignes de ma facture, et comment elles masquent les petites fourberies d’EDF en les incluant sous l’intitulé « prix de l’énergie » et en prétendant que ce nom aurait une toute autre signification que celle littérale (et pour les notions mathématiques de base, ne vous inquiétez pas, mes profs à l’X, dont une médaille Fields, avaient eux l’air de penser que je les connaissais plutôt bien et même un peu plus).

    2. Cette discussion sur le taux de taxe est vaine : c’est l’État qui décide des tarifs comme des taxes, et qui peut à volonté substituer les uns aux autres en fonctions des prétexte qu’il trouve pour justifier tout et son contraire (afficher les tarifs les plus bas possibles, mais tondre au maximum le français tantôt comme consommateur tantôt comme contribuable).
      Bref il serait peut-être plus juste que la facture est composée à 100 % de taxes…

  3. s’attaquer aux ‘privilèges’ d’ EDF n’a pas de sens , cette entreprise commerciale vend un produit et en fait bénéficier ses agents , rien d’anormal à cela. par contre que l’état fasse des cadeaux sur le dos des contribuables..

    1. Vous distinguez l’entreprise de son actionnaire ?

      1. L’entreprise comme l’actionnaire font bien cette différence, et sont très, très loin d’être d’accord (sur les tarifs, sur les dividendes à verser, sur la stratégie, sur quoi faire avec AREVA, etc.) , alors pourquoi pas nous ?

        1. L’entreprise propose, l’Etat dispose. Les positions de l’entreprise n’ont pas beaucoup de valeur, par rapport en particulier à ce qu’elles seraient pour une entreprise privée dans un marché libre.

  4. Et combien de dividendes l’état à récupéré (et claqué) pour maintenant re-injecter des milliards en empruntant ?

  5. J’ai remarqué également , que lorsqu’il s’agit de fonction publique non régalienne les informations sur contrepoint sont fortement orienté.
    Ça ne représente pas les conditions réelles , et çà décrédibilise le site.

    1. Fausses informations sur les avantages des salariés, aveuglement sur les raisons de la situation actuelle d’EDF (ce que vous ne mentionnez pas, c’est que l’état a soutiré 20 Milliars de dividende en 10 ans, fait fermer Fessenheim pour des promesses politiques, oblige EDF à racheter la partie endettée d’AREVA, a limité à de nombreuses reprises les hausses d’électricité justifées par la CRE suite notamment au rachat imposé par l’Etat à EDF des EnR, …).

  6. La subjectivité de l’auteur est désagréable à la lecture de l’article, mais le plus gênant reste les contre-vérités.
    N’en déplaise à certain, les réforme se succèdent à EDF SA et l’entreprise n’a plus grand chose à voir avec l’EPIC qu’était EDF avant 2004.
    – Pour la retraite,ce sera après 42 ou 43 années de cotisations comme tout le monde selon l’année de naissance.
    – 32h en moyenne par semaine –> la blague! Pensez vous que les centrales de production d’électricité tournent toutes seules? De plus, dès le 1er mai, la majorité des cadres a EDF SA passent au forfait jour (ce qui était déjà le cas dans les faits).
    – L’état va ré-injecter 3 milliard dans EDF SA d’un côté et oblige EDF SA a racheter Areva pour 2,7 milliards de l’autre. De plus, au lieu de jouer son rôle d’actionnaire principal, l’état voit EDF SA comme une vache à lait depuis des années : 2 milliards de dividendes par an.
    – Si le consommateur était tenu de payer ce que coute vraiment l’électricité, la facture serait bien plus salée. Les augmentations des tarifs ne sont que le reflet de la mise en concurrence progressive et du démantèlement en cours de l’ancien EPIC EDF (le monopole d’état a permis au consommateur de payer bien moins cher son électricité pendant des décades).

    Concernant les avantages extraordinaires et indécents des agents EDF, cela relève du fantasme de masse.
    Tarif agent? Après impôt sur les avantages en nature, mon gain par rapport à ce que je devrais payer en factures/abonnement est de 500 euros par an (50% de la facture totale, en hausse chaque année).
    La CCAS? Largement sur-vendue, les cadres n’y ont pratiquement pas accès, cela fait bien longtemps que j’ai arrêté de faire des demandes pour aller dans des centres CCAS.
    Quand tout ça sera reformé (et ça le sera), je ne pleurerai pas sur mes factures et mes places de ciné à 7€50.

    Dire que la gestion d’EDF SA par l’état est absurde est totalement justifié, mais l’auteur de l’article confond allégrement contribuable et consommateur.

    D’ailleurs FM fait la même confusion avec beaucoup d’agressivité. Et il n’est pas raisonnable d’opposer salarié et entrepreneur. L’entrepreneur a besoin de salarié pour faire croître son entreprise et tout le monde n’a pas l’envie et/ou les capacités de monter son affaire.

    1. Bonjour max

      Mais l’auteur ne dit rien de plus, la gestion calamiteuse d’EDF par l’état, mais EDF c’est l’état.
      Apres que vous défendiez vos avantages, c’est bien humains.

      1. @ gillib ou tout qui voudra bien me répondre!
        Je comprends bien l’article et les critiques comme le fait que chacun a le droit de défendre son statut et ses avantages.
        Mais n’avez-vous pas, en France, le choix de votre fournisseur de gaz ou d’électricité sur un marché concurrentiel, seul capable de faire baisser les prix?

        1. Bonjour miky stouffs

          C’est une bonne chose que la concurrence existe, mais les prix peuvent baisser, si l’état renfloue EDF avec nos impôts le résultat reste le même.

          C’est d’ailleurs le titre de l’article, il faut que EDF, société privé, ne soit pas renflouée par l’état et qu’elle fasse d’elle même les reformes nécessaires.

          1. Oui, sans doute, mais son actionnaire principal (l’état avec 80 ou 85% des parts, si j’ai bien retenu, contre 25%, dans mon pays, ne lui a-t-il pas IMPOSÉ la reprise d’Areva, en difficulté? Peut-on encore parler d’entreprise privée dans ce cas?

    2. Il n’y a pas que des contre vérités. Ces messages que vous dites agressifs sont souvent du fait que les gens se sentent obligés (EDF n’a pas de vrai concurrent et est payé par l’état) de payer pour que quelques uns aient de beaux avantages. Contribuables et consommateurs sont strictement identiques à partir du moment ou il y a monopole d’état.
      Parmi ceux ci :

      – Pour la retraite à 42/43 ans, cela concerne t-il tous les métiers? Certains sont bien mieux lotis que d’autres, y compris en centrale.
      – La retraite se calcule à edf, comme pour la fonction publique, sur les 6 derniers mois. Avec régulièrement des augmentations qui se font pile 6 mois avant de partir en retraite.
      – Le forfait jour qui a été signé est un forfait à 209 jours par an avant de compter du temps supplémentaire, soit si je ne me trompe pas plus de 8 semaines de congés par an pour ceux qui prennent le forfait maximal. Formule qui peut passer à 202 jours; avec la même augmentation de salaire (au prorata 202/209). Voire en dessous avec un forfait à 196 jours. On reste dans tous les cas loin des 5 semaines accordées à un salarié du privé.
      – Ok sur le fait que ce ne sont pas les cadres qui profitent de la CCAS puisque 75% de son budget est en frais de fonctionnement. Reste qu’avec les 500 millions qu’elle reçoit par an (!!!) des poches de gens qui ne peuvent pas toujours partir en vacances; des familles et des retraités peuvent, eux, partir se dorer la pilule pour 100€ la semaine pour 4 personnes.
      – 32h par semaine, en centrale, sisi. Et payées 35. Aux 3*8, sur des cycles de 7 semaines, on y est sur ces 32h par semaine payées 35. Avec des primes supplémentaires (50% pour service continu). Et avec les heures sup que font certains et le jeu de prime qui va avec, on a déjà vu le technicien de base émarger un salaire annuel à 6 chiffres. On a même vu des agents de ces services détachés dans d’autres services pour un arrêt de réacteur négocier une prime pour compenser les heures sup qu’ils auraient pu faire s’ils étaient resté en quart.
      – Et devinez quoi. Un agent aux 3*8 touche une prime de 50% pour compenser ces horaires particuliers, ce qui est normal. Là ou ça devient intéressant, c’est lorsqu’il quitte les 3*8: il continue à toucher cette prime pendant 2 ans (certains ont déjà pu négocier 5).

      Et j’en ajoute :

      – Les permanents syndicaux sont augmentés automatiquement, en moyenne une fois tous les deux ans, EN PLUS de l’augmentation par défaut calculée sur l’inflation.
      – Certains services touchent, juste parce qu’on y appartient, 10% de plus que ce que touchent d’autres qui ont des contraintes identiques. Simplement parce qu’ils ont gueulé plus fort pendant certaines grèves.

      1. En réponse à Gillib et Tof,
        Justement l’article en dit beaucoup plus. La conclusion de l’article : « c’est un véritable racket sur le dos des contribuables ».
        Parler de racket, c’est oublier de dire que les consommateurs ont bénéficié par le passé de tarif très en-dessous des coûts réels de production grâce aux tarifs régulés et que l’état (donc les contribuables) ont bénéficié de rentrées d’argent substantielles gr‚ce aux dividendes.

        Je ne suis pas d’accord avec vous; à mon sens, EDF SA ce n’est l’état et le contribuable n’est pas forcément le consommateur (car justement il n’y a plus monopole d’Ètat). L’état est l’actionnaire majoritaire d’EDF SA depuis 2004, les salarié d’EDF SA ne sont pas payé par l’Ètat, l’argent investit ne vient pas des poches de l’Ètat.

        De plus, libre à chacun de choisir son fournisseur d’ÈlectricitÈ (mais la plupart ne produisant pas un kWh, quelle est la valeur ajoutée pour le pays?).

        Le fonctionnement actuel n’est de toute façon pas viable. Soit on fait un monopole d’état pour faire bénéficier le consommateur/contribuable de prix bas fixes. Soit on dérégule tout (ce qui est en train de se produire) et on fait payer au consommateur le vrai coût de l’électricité. Mais jusqu’où va-t-on? Fin de la péréquation du prix de l’électricité par exemple? (nos amis corses ou bretons seront ravis de voir leurs factures multipliées par 10)

        Les 3 milliards en question ne sont pas là pour éviter une reforme d’EDF (réforme qui est déjà à l’oeuvre depuis un moment). Ils sont là pour forcer la main d’EDF SA sur le dossier EPR UK, qui est un investissement très risqué, mais dont la décision politique est déjà actée.

    3. Max, l’agressivité dont vous parlez est simplement une mise au point pour les malentendants…je fais partie de ceux qui ont monté une Entreprise, qui la défend avec ses salariés ; ne vous trompez pas de cible, il est bien plus facile de vivre aux dépens des autres que de prendre des risques, certains confortent mes idées et j’en suis très heureux car dans ce monde les inégalités sont bien plus flagrantes que vous ne semblez le penser…pour un pays qui se veut égalitaire, quand même les syndicats ne se battent que pour les salariés du public et vous le savez très bien. A d’autres vos arguments, mais il est vrai que plus de 5 millions de fonctionnaires ou apparentés vous font énormément de taux d’écoute.Point de polémique, seulement l’expression avec mes mots d’un ras-le-bol des « nantis » qui pensent pouvoir ne rien craindre…l’avenir dira qui a raison, vivement que la gauche foute le camp pour retrouver les fondamentaux de l’économie !
      Pour finir, défendre votre position est au moins le mérite de l’expression, laissez à chacun cette faculté, que dis-je cette liberté de réponse.

  7. Votre article devrait préciser que depuis que l’Etat s’est approprié 85,5% du capital d’EDF, il a perçu en dividendes payés par les consommateurs 20 milliards d’euros, en oubliant d’honorer ses devoirs d’investisseur. Il a aussi perçu beaucoup plus en impôts et taxes payés par l’entreprise et son personnel. EDF est tenue d’acheter toute la production «alternative »,( soi-disant écologique!) à des tarifs exorbitants et de la revendre à perte ! Tout en assurant seule la continuité de l’alimentation qui n’est pas garantie par le écolos, et encore moins gratuite. Contrairement à la loi, EDF n’est pas autorisée à facturer en totalité à ses clients le surcout du courant faussement écologique et se trouve dans l’obligation d’en produire elle-même pour éviter d’enrichir un peu plus les producteurs autonomes. Enfin et malgré ce que vous dites il vous reste à expliquer pourquoi EDF vend son électricité deux fois moins chère que les vertueux Allemands… qui polluent deux fois plus qu’elle …y compris en France et à Paris. Contrairement à une idée bien répandue EDF n’est pas subventionnée, contrairement à toutes les autres entreprises de l’Etat français. Faut-il cacher qu’EDF s’étend hors de France partout dans le monde où sa compétence est largement appréciée, et où 40% de son personnel travaille….Il est donc inexact de parler de 3 millions d’euros à la charge des contribuables….surtout quand on met à sa charge la réparation de la lourde faillite de la socialiste Lauvergeon…Avez-vous pensé qu’en rendant obligatoire le chauffage électrique et la voiture électrique dans Paris, on supprimerait toute pollution? Sauf bien sûr celle due au lignite brulé en Allemagne….Ségolène et Hildalgo n’en ont rien à faire….

    1. Jetez un oeil sur le marché spot de l’électricité et venez nous raconter ensuite que notre électricité (hors renouvelable) est subventionnée
      https://www.epexspot.com/fr/donnees_de_marche/intradaycontinuous
      Aujourd’hui 30 avril elle était entre 19 et 30€ le MWh

  8. Ajoutons que EDF et ERDF, à qui j’ai régulièrement affaire pour motif professionnel, est la pire des bureaucraties inefficaces que je connaisse. Non pas que le personnel soit particulièrement je m’en foutiste mais il y a un système ultra procédurier, déresponsabilisant et cloisonné.
    Je pourrais en raconter des tonnes.

  9. Article à charge

    Cet article est complètement à charge contre les agents edf responsables de tous maux de l’entreprise selon l’auteur. Il faut être honnête, vous vous êtes rendu compte des contraintes qu’on a imposées à cette entreprises ? Rien que les dividendes renversées à l’État depuis 2005 représentent plus de 20 miliards d’euros. Le financement du renouvelable est réalisé par EDF qui doit racheter au prix fort cette énergie. Les agents et leurs « privilèges » n’ont rien demandé et la charge salariale est comparable à ce qu’on retrouve dans n’importe quelle grosse entreprise ni plus, ni moins.
    Votre article aurait mieux fait de parler des avantages de nos ministres et parlementaires, certains vous auraient fait vomir. Mais non il est plus simple, de taper sur son voisin, d’ailleurs c’est ce que recherche nos gouvernants, « diviser pour mieux régner ». Pathétique.

Les commentaires sont fermés.