Classement RSF : la liberté de la presse nuit debout

Publié Par h16, le dans Édito

Ce 20 avril sort le rapport annuel de Reporters Sans Frontières. Vous savez, c’est ce rapport gastronomique sur les meilleures tables françaises qui… Ah non. Il s’agit du rapport, nettement moins festif, sur la liberté de la presse dans le monde. Ou l’ampleur de son absence, disons.

Et pour être moins festif, il l’est, puisque le constat est amer, comme les années précédentes. Il est surtout pire qu’en 2015, année déjà pas trop fameuse en matière de respect de la liberté d’expression, du journalisme et de la presse. Pour RSF, l’année écoulée montre que la liberté de la presse s’est encore dégradée.

La liberté de la presse est loin d'être acquise en FranceEt conformément à ce qu’on pourrait attendre d’un monde qui ne choisit pas toujours ses gouvernements, ce sont à peu près les mêmes méthodes et les mêmes armes qui sont utilisées pour museler les opinions dissidentes et les voix discordantes, dans tous les pays, à différents degrés. Ainsi certains États n’hésitent pas, en plus de sucrer internet lorsqu’ils le peuvent, à détruire presses, locaux ou antennes d’émission pour s’assurer d’un épais contrôle des informations que le peuple peut recevoir.

La France est toujours, sinon officiellement mais au moins officieusement et à l’intérieur de l’Hexagone, le phare du monde libre et moderne, qui indique à tous la direction à prendre d’un doigt secoué de Parkinson, ce qui ne l’empêche nullement d’être toujours aussi mal placée dans le classement. Ce détachement plein de toupet avec la réalité n’est pas sans évoquer un début d’Alzheimer que le pays semble mûr pour développer, mais l’oubli n’est guère possible : l’année 2015 aura été marquée, sur le plan de la liberté d’expression, par la multiplication de petits coups de canifs législatifs, la promulgation de l’état d’urgence n’étant pas le moindre.

Dans les autres pays aussi, la dégradation observée par RSF s’explique pour partie par le passage de lois spécifiquement faites pour encadrer la liberté d’expression dans le cadre de situations exceptionnelles (liées au terrorisme, essentiellement). Cependant, RSF cite aussi l’auto-censure des journalistes comme raison supplémentaire à cette baisse de la liberté d’expression.

De ce point de vue, RSF dresse un bilan argumenté de la situation et donne quelques éléments solides d’analyse. Il semble cependant qu’on n’insiste guère sur le lien pourtant évident entre les subventions à la presse et son comportement observé, notamment celui d’auto-censure évoqué par l’ONG.

subventionnez nos journaux pourrisDifficile, en effet, de ne pas noter l’écart important entre la presse telle qu’elle est pratiquée lorsqu’elle ne dépend que de ses lecteurs (que ce soit des acheteurs ou des donateurs), et la presse qui bénéficie de long en large des facilités offertes par la puissance publique, depuis les abattement fiscaux spécialement dédicacés aux journalistes, jusqu’à des frais réduits de distribution postale en passant par des versements réguliers d’argent public, à gros bouillons, depuis des tuyaux en provenance directe du Trésor Public, et que l’organe soit public ou carrément stipendié par le Grand Kapital (bisous Libération).

Et quand on parle d’écart, on euphémise à gros traits : il y a même un fossé entre les deux types de presse, celle directement confrontée à la concurrence et à l’obligation impérieuse d’aller conquérir un public par la pertinence de ses informations, de ses vues, de ses analyses et de son format, et l’autre, dont l’objectif sera de ménager autant que possible les susceptibilités de ceux qui autorisent les abondements publics sans lesquels, point de salut et de confortable rente.

Évidemment, si l’auto-censure dont RSF fait mention n’est pas intégralement une conséquence de cette subsidiation massive de la presse, la présence d’un robinet public n’en reste pas moins un élément déterminant dans le choix des sujets et l’ampleur des traitements qui en seront faits par les journalistes.

De surcroît, un autre phénomène joue énormément, en amont de cette subsidiation, et lui est consubstantiel : pour s’assurer qu’un organe de presse continuera d’obtenir ses subventions et plaira donc à l’intelligentsia en place, chaque génération de journalistes s’emploiera, par petites touches subtiles et successives, à recruter la génération suivante auprès de journalistes estimés conformes à l’idée qu’ils se font de cette continuité.

Ces journalistes seront d’autant plus facile à recruter s’ils ont été préalablement formés dans le « bon » moule. Et – ça tombe bien – ce moule, l’Éducation Nationale et les précédents journalistes vont le fabriquer sans aucune difficulté.

N’y voyez là aucun complot. C’est, tout simplement, de la reproduction d’un schéma qui a marché (encore une fois, l’absence de concurrence, tant au niveau de la formation qu’au niveau de la presse, explique très bien cette reproduction à l’identique du schéma désiré). Autrement dit, le journalisme français tourne en rond, produit par atavisme du journaliste en vase clos, quasi-consanguin, sans se confronter à la concurrence des idées et des méthodes. Et cela se remarque directement dans le résultat offert aux foules qui ont de plus en plus de mal à le gober.

journalism and media reality

Ici, l’exemple des « Nuits Debout » est tellement flagrant et se vautre si tendrement dans le caricatural qu’il aurait été dommage de ne pas l’évoquer : depuis maintenant près de trois semaines, nous assistons à une véritable déferlante d’articles complaisants sur un épiphénomène au départ microscopique, qui ne représente rien dans la société civile, mais prend une importance disproportionnée parce qu’il répond aux attentes d’une classe médiatique uniformément de gauche et quasi-fonctionnarisée.

Comment passer à côté de ces longs reportages palpitants sur Varoufakis, l’ancien et fugace ministre grec de l’Économie, qui n’est plus rien et a laissé son pays dans une merde insondable, et qui a eu la « présence d’esprit » de pointer son nez et d’être si chaleureusement accueilli place de la République ?

Comment ne pas voir la retape quasi-putassière de nos organes de presse nationaux (ici, ici ou ) ou même régionaux (ici) lorsqu’il s’agit de bien faire passer le message, urbi et orbi, que – oyez, oyez – le mouvement s’étend, gagne en importance, se fait rallier par toutes les villes du Royaume en ébullition, sonnez hautbois, résonnez musette ! … dans un mouvement qui sent surtout la prophétie auto-réalisatrice et l’événementiel hype & fashion du moment qui, s’il n’est pas correctement publicisé et marketé par nos écrivaillons, risque bien de s’essouffler dans un petit pschitt minable, tant l’odeur d’entre-soi exclusif devient forte.

Et pour en revenir à RSF, comment ne pas voir l’état de délabrement avancé d’une presse qui méprise à tel point son lectorat pour lui infliger ses petites lubies ?

Et sans même s’attarder sur les Somnambules Républicains, on aurait pu rappeler le scandale éolien dont la presse subventionnée a fini par s’emparer, plus d’un an après les remarques pourtant argumentées et les articles précis trouvés sur la presse non subventionnée, elle, Contrepoints en tête.

De ces écarts de plus en plus manifestes entre ce qui est raconté dans les journaux et ce qui est vu, et vécu, par les populations, résulte directement l’effondrement des ventes des journaux français, de même que la désaffection progressive des lecteurs y compris sur les équivalents numériques ; alors que dans le monde apparaissent de nouveaux formats, de nouveaux tons, de nouvelles « façons de faire » journalistiques, la presse française peine énormément à se renouveler et à adopter ces nouveaux codes. Pire : engluée dans cette auto-censure, elle continue dans cette reproduction idéologique sans issue que RSF mesure pourtant si bien.

Si, dans beaucoup de pays, la censure est un acte étatique, un choix gouvernemental, et passe par des lois et des interdits, en France il en va tout autrement : l’auto-censure a largement remporté la bataille. Le gouvernement n’a même plus besoin de faire taire ses opposants. Il lui suffit de laisser sa presse s’en occuper.
—-
Sur le web

  1. A partir du moment où le gouvernement ou la presse s’enfoncent dans le déni de réalité, il est logique qu’ils censurent certains sujets qui à leur yeux ne méritent pas discussion. Il faut alors se placer à l’extérieur pour échapper au déni de réalité afin de constater l’ampleur de la censure. Ce qui est grave au delà de la liberté, c’est qu’une proportion de plus en plus grande de la population se retrouve ainsi à l’extérieur : c’est la cohésion de la nation qui est menacée.

    1. C’est déjà le cas ! La nation en France n’est qu’une illusion entretenue par les « beaux parleurs ».

  2. Cher H16, votre conclusion n’est ni plus ni moins que la reformulation du célèbre « journalistes = chiens de garde du système ».
    Dans l’échelle de la détestation populaire, si cela persiste les journalistes français seront bientôt juste au dessus de « proxénètes » et « pédo-criminels ».

    1. h16h16 Auteur de l’article

      En France, j’ai bien du mal à voir pourquoi ce serait faux.

  3. Je vous fait le contre-feu automatique : RSF = CIA !

    1. J’ai mieux, RSF = facho, rappelez-vous qui en est le fondateur et tant pis s’il n’a plus aucun lien avec

      1. Mais bien sûr : tout ce qui n’est pas de la gogoche tendance nuit de boue, c’est facho … On l’a vu avec l’accueil réservé à Finkie par les ci-devants punks à chien, fonx en retraites et antifas craspouilles

  4. H16, il serait sans doute bien que vous précisiez notre place tout de meme, 45e et que tous nos voisins se classent devant nous sauf notre allié éternel dans tout… l’Italie (charges entreprises, chomage ou par contre la on est les meilleures en Europe). Pour l’Europe 26 sur 40… arrive derrière tous les pays de l’Est…
    D’autre part, ce classement est mignon, mais entre nous, autant la liberté de la presse je la trouvais importante avant l’apparition d’internet, mais depuis… je trouverais plus important un classement qui spécifie la place de la liberté d’expression des citoyens à travers le monde, et je pense que notre classement serait magnifique… comme tout, tout va ensemble… pire pays en terme de chomage, pire pays en terme de charge, pire pays en terme d’éducation,… il est beau… il est beau… il est beau mon pays…

  5. Y a-t-il encore de personnes qui lisent la presse « d’état » ?

  6. Vous oubliez aussi l’autocensure dûe aux intérêts privés.
    Et vous oubliez aussi de dire que la presse subventionnées s’en est donné à coeur joie contre Nuit Debout après l’incident Finkielkraut:
    http://www.acrimed.org/Nuit-debout-il-faut-encore-sauver-le-soldat

    1. Pourquoi le presse a-t-elle changé son opinion sur Nuit Debout après un non-événement aussi logique et conforme à toutes les attentes ?

      1. Pas sûr qu’elle ait subitement chagé d’avis justement. Je pense que ca tient au fait qu’on ait osé toucher à nôtre héros national, un des principaux chiens de garde du système, ce bon vieux Finkielkraut.

Les commentaires sont fermés.