L’étrange traitement des Panama Papers par la presse

Publié Par Ernest S. Hemingwe, le dans Édito, Pushmobile

Par Ernest S. Hemingwe.

Chapeaux Panamas en paille

Panama hat crédits Fabrizio Cornalba (CC BY 2.0)

Plus le temps et les révélations des Panama Papers avancent, plus je me sens mal à l’aise avec cette histoire.

Formation

Comprenons-nous bien pour débuter : je n’ai rien contre le fait que des journaux et journalistes d’investigation mettent en lumière ce genre de pratiques. De même je considère que la fraude est une gangrène du système économique au même titre que le dumping ou la corruption. Ceci posé, ce qui m’ennuie très fort et me met mal à l’aise est la forme que prennent cette enquête et ces dénonciations.

Tout d’abord, et avec tout le respect que j’ai pour la profession, les CV de certains journalistes qui ont traité les informations sont fort légers. Par exemple, 3 ans en activité, pas de spécialisation en fiscalité ou en économie. Quand on sait que des experts fiscaux qui officient depuis 30 ans ont du mal à s’y retrouver, comment imaginer qu’un jeune qui fait ses armes y parvienne ?

Je me pose aussi la question du choix des journaux ayant collaboré à l’enquête ; de manière étrange et qui me gêne, peu de journaux spécialisés dans le monde des affaires. Ceci me fait penser à ces « experts » en terrorisme qu’on retrouve sur tous les plateaux de télévision. Qui sont-ils et d’où tiennent-ils leur expertise ou leur légitimité ? Je ne lis nul questionnement à ce sujet.

Lanceur d’alerte ou pro du commerce ?

Déontologie… comment appeler « lanceur d’alerte », une personne qui, finalement, ne fait pas mieux que ce qu’elle dénonce elle-même. En l’occurrence, une personne qui a piraté illégalement un système informatique (ce qui est un crime dans la majorité des pays), pour en revendre les informations (au choix : chantage, recel, revente de matériel volé). Je me permets de mettre en doute la volonté de justice et l’honorabilité d’un individu manifestement bien plus intéressé par l’argent qu’il retirera de l’opération que de savoir si la justice sera rendue. Je lui dénie en tout cas le titre de « lanceur d’alerte » tant le motif pécuniaire est présent. L’air de rien, notre « lanceur d’alerte » n’a rien « donné » de manière désintéressée, il a vendu le fruit d’un crime.
Ceci dit, même si elle se révèle utile, je continue à être personnellement méfiant avec la dénonciation, surtout rétribuée, et la délation. Ça reste un système que je trouve répugnant.

Présomption d’innocence ou lynchage médiatique de cibles choisies

J’ai du mal avec cette forme de lynchage médiatique. Les journalistes, toujours si prompts à défendre la présomption d’innocence, ont-ils oublié leur discours et leur morale à ce sujet ? Aujourd’hui, ces journalistes, dont je le rappelle, beaucoup ne sont pas des spécialistes de la question, lancent en pâture des noms et des réputations.

Ces noms, déjà, ils les sélectionnent. Qui, pourquoi, comment ? Qui sont-ils pour décider eux-mêmes souverainement qui est « coupable » et qui ne l’est pas ? Chez certains journalistes, on sent poindre une forme de haine du riche, un forme de revanche de sans-grade à l’égard d’une élite. Ça me gêne, ça me dérange dans le sens où j’ai le sentiment d’une perte d’objectivité dans le traitement du sujet et de l’information.

Enfin, quand ces noms n’apparaissent pas, peu importe, ils décident de cibler quand même. Ainsi, et dieu sait que je la déteste, ils visent Marine Le Pen tout en reconnaissant que le nom des Le Pen n’apparaît pas dans les Panama Papers. Ce sont ceux de proches, voire de très proches. En fait-ce des coupables pour autant ?

Justice ou action commerciale ?

Quand des ministres des Finances demandent aux journaux ou au consortium de journalistes de fournir les preuves recueillies, la réponse me dérange. Ils disent agir pour la justice et pour l’équité, l’égalité et tout le toutim de jolies valeurs auxquelles on ne peut que souscrire mais… c’est un discours.

Leur réponse c’est, pour les journaux locaux : on ne vous transmet rien, nous sommes engagés vis-à-vis du consortium à ne pas fournir les documents à des tiers. On ne parle pas de protection de la source, ce qui pourrait être vu comme légitime, mais d’un « cartel » qui décide souverainement de ne pas répondre à des demandes judiciaires. Cela me fait un peu penser à ces collusions que les journalistes sont prompts à dénoncer…

Alors observons ce que le « consortium » (ICIJ) répond : à la fin de l’enquête (comprendre : quand nous aurons commercialisé nos informations et vendu nos papiers), nous prendrons nos responsabilités en publiant sur notre site les informations qui nous sembleront pertinentes. Malaise encore une fois. Ils refusent de fournir l’intégralité des données disponibles mais choisiront, eux-mêmes, souverainement, quelles informations fournir à la justice. Ce faisant, ils vont décider d’une certaine manière qui mérite d’être poursuivi, et qui ne le mérite pas.

Justice parallèle

Cette manière de faire, de décider eux-mêmes qui est coupable, d’oublier la présomption d’innocence, de n’attendre aucune décision de justice, de ne collaborer que partiellement avec celle-ci… ce consortium de journalistes finit par appliquer ce qu’il dénonce lui-même, une forme de privatisation de la justice, une justice parallèle et une justice de classe. Une fois de plus, la méthode, la forme me dérangent.

Ceux qui mélangent tout…

Et c’est sur la base de ce cocktail particulier que certains réagissent, en confondant tout. Certains éditos suent la haine et sèment la colère. Malaise.

J’ai ainsi lu un édito, que je cite : « […] irrécouvrable consenti sur la seule base d’une idéologie qui percole insidieusement à gauche comme à droite : il y aurait trop de fonctionnaires, le bien commun serait décidément impayable, la justice et l’équité seraient des valeurs d’un autre siècle, vive l’anarchie néolibérale et les pavillons quatre façades. »

Prétendre cela en Belgique, c’est méconnaître complètement la réalité économique et institutionnelle du pays. Nous sommes parmi les pays les plus fonctionnarisés d’Europe. Nous sommes un pays qui prélève 56% de son PIB pour le bon fonctionnement de son État… alors évoquer le manque de moyens ou l’anarchie néo-libérale, c’est vraiment ne pas maîtriser son sujet. C’est un mélange idiot. Rien n’excuse la fraude fiscale, mais mettre le mauvais fonctionnement de l’État et le mauvais usage des deniers publics sur le dos de la fraude fiscale, c’est simplement idiot et ces liens n’en sont pas. Ce sont des problèmes distincts.

Dans le même édito, ce journaliste, qui fatalement est en train de défendre l’impôt, écrit ceci : « Les gouvernements ne songent qu’à alourdir le joug des populations qui restent asservies à l’impôt, les salariés, les pensionnés, les chômeurs, créant une fracture digne de l’Ancien Régime : voici le retour des serfs et des affranchis, d’une part ceux qui ploient sous l’impôt, et d’autre part ceux qui sont de facto dispensés de toute solidarité ».

Je vous avoue, je suis un peu perdu… l’impôt, c’est bien ou c’est un joug qui asservit ? Car s’il est un joug qui asservit, alors il est normal de vouloir s’en libérer, fusse-t-il frauder pour cela… Bref, j’ai un souci de cohérence.

Enfin, il va surfer sur l’actualité, ( je raccourcis un peu le trait), s’il n’existait pas de fraude fiscale, d’abord l’État gérerait mieux ses deniers mais de plus, nous n’aurions pas eu d’attentats (faute de rentrées fiscales, combien d’argent a-t-on dû économiser sur les forces de police ? Sur les services de renseignements ? Rappelez-moi : avec quels résultats ?)… je reste pantois.

Ou alors, ce tweet d’un Twitto influent : « Certains prétendent que @couckeMarc serait nommé dans les #panamaPapers. Absurde ! La Belgique lui a blanchi un milliard gratos ! #OnFaitMieux ».

Cela me dérange. Marc Coucke n’a fait aucune fraude, il n’a pas fait d’opération d’optimisation fiscale, d’évasion fiscale. Il a revendu l’entreprise qu’il a créée en partant de rien, pour laquelle il a tout risqué, et a fait une fantastique plus-value. Aucune loi ne taxe ça, est-ce mal ? Est-ce mal d’avoir travaillé toute une vie, d’avoir réussi et de se faire une plus-value ? Quand on fait des moins-values, je n’entends personne proposer de nous refinancer.

Alors, Marc Coucke est-ce qu’il a pris sa thune, s’est tiré sur un yacht pour s’enivrer de substances illicites (serait-ce d’ailleurs le cas qu’on n’aurait quand même pas à en juger) qu’il mérite d’être couvert de boue de cette manière ? Mais non, même pas, Marc Coucke est en train de ré-investir sa plus-value dans toute une série d’entreprises du pays, soutenant ainsi l’activité et l’emploi.

Cette espèce de haine du riche, de jalousie et de la réussite, ça me dérange.

Alors quoi ?

Alors, plus le temps avance, plus je suis mal à l’aise avec la façon dont ce scénario se déroule.

Est-ce du journalisme ou une justice parallèle ?
Est-ce du journalisme ou une série scénarisée conçue pour vendre du papier ?
Est-ce du journalisme ou une action commerciale qui utilise certains noms choisis pour le buzz qu’ils génèrent ?
Est-ce du journalisme ou un choix de cibles à abattre à partir de critères que nous ne connaissons pas ?

Le fond de l’histoire des Panama Papers est grave, important, d’une dimension qui nous dépasse je pense. Le fond est extrêmement complexe et il faudra des experts de très haut vol pour dénouer, un peu, l’enchevêtrement de ce foutoir. Je ne suis pas très optimiste quant aux suites judiciaires, tellement tout ceci est compliqué. Le temps de mettre en lumière, la prescription risque bien d’être atteinte.

Sans compter que la chaîne de preuves finit par être salement compromise, entre autres à cause du consortium qui choisira les informations qu’il jugera pertinente de fournir à la justice. Que va-t-il conserver ? Que va-t-il occulter ? Qu’en sera-t-il du procès « équitable » si toutes les preuves ne sont pas fournies, à charge et à décharge ? Sans compter le choix des « coupables » qu’il établit finalement lui-même.

Le fond est tellement important, le contenu de ces révélations méritait probablement mieux que les choix qui ont été posés.

Sur le web

  1. Les questions de fond sont parfaitement posées. Merci à l’auteur.

  2. On peut être sûr que les journalistes qui ont participé à l’enquête ne seront jamais cités ; sont-ils tous honnêtes ? De même pour les hommes politiques qui accordent de généreuses subventions aux médias ainsi que des avantages fiscaux, comme Hollande le fait. Les médias surfent sur la jalousie, l’envie et la mesquinerie des citoyens moyens frustrés de n’être jamais devenus riches (et qui auraient volontiers planqués leur argent s’ils l’étaients devenus).

    1. Bonsoir. Sans acrimonie aucune, où est-ce que vous voyez une enquête ?

  3. Pitié, cessez d’appeler journaliste, ceux qui ne méritent que la dénomination de rédacteurs.
    Journaliste, c’est un autre métier.
    Un journaliste aurait fait preuve d’une éthique minimale en publiant la liste des 1000 noms annoncés de nationalité Française, se serait limité à préciser si ses investigations laissaient planer un doutes sur la légalité des montages et surtout sur l’origine crapuleuse ou non des fonds, avant de transmettre l’intégralité du dossier à la Brigade financière.

    1. Un journaliste n’est pas un flic et transmettre à la police des documents volés pour action judiciaire me stupéfie tellement que je reste sans voix, mais non sans indignation.

    2. Non, un journaliste ne publierais pas tous les noms seulement ceux qui ont commis des actes illégaux et ceux des politiciens. Publier le nom de quelqu’un n’exercant pas de fonction publique et n’ayant pas de mandats publics est tout simplement scandaleux. Surtout quand on insinue que cette personne a commis un délit.

    3. @ça-suffit c’est donc que vous vous considérez comme victime ? Non, alors vous dénoncez un crime ? ou peut-être un crime ? En fait vous ne savez pas mais vous dénoncez quand même on sait jamais !
      Je pense que je vais dénoncer vos parents !

  4. 1. On parle de centaines de milliers de dossiers mais :
    A. L’émission de Fr2 (Lise Lucet)mercredi, sur 5 ou 6 exemples, cite 3 juifs: BRAHI ( résident Suisse? + sièges Numéricable idem) , la famille Rotschild, Balkany et comme toujours un associé de Sarkozy à défaut de Sarkozy lui même)
    2. Le Soir et Rtl ne sont pas en reste.
    3. Une expression bien belge :  » foutage de gueule » s’applique à cette opération de désinformation: seuls les gogos croiront que des centaines de journalistes dans des dizaines de pays peuvent garder un secret pendant plus d’un an sans fuites.( voir le commentaire de… JP CHEVENEMENT.)
    L’ opération serait parrainée par Georges Soros, anti israélien rabique,en bonne compagnie avec le Monde ,le Guardian ,le Soir, épinglés presque quotidiennement par les sites Desinfo, Honest Reporting etc pour leurs mensonges grossiers.
    B
    4. Manifestement, le journal allemand réceptionnaire de la soi- disante fuite ( en fait fournie fort probablement par un organisme para étatique (lequel?)alimentant des agents d’influence, a voulu se protéger et protéger ses journalistes ( attaquer les russes est rarement sans conséquences, y compris des violences physiques) en associant tous ces jouneaux et en diluant la responsabilité.

  5. Vous y croyez vous, que « le Monde » qui appartient à Berger (directeur financier de la campagne présidentielle de Hollande), Pigasse (banquier et financier du PS) et Niehl, n’aient pas informé leur copain Hollande depuis le début, et que les noms qui seront dévoilés soient soigneusement choisis, ainsi que ceux qui ne seront jamais dévoilés.

    1. Hollande n’a pas besoin de se retrouver dans Le Monde pour que l’on sache que c’est un fraudeur.
      Il n’a jamais rempli de déclaration commune d’ISF avec sa concubine notoire Valérie Trierweiler alors que le patrimoine de celui-ci est comme par hasard juste en dessous du plafond de l’ISF, et que par conséquent Hollande et Trierweiller se serait retrouvé assujetti à l’ISF ce qui pour un président qui n’aime pas les riche la foutrait mal.
      Mais pour une raison que j’ignore il semble que tout comme Thévenoud, Hollande soit laissé en paix par les services fiscaux.

      1. Vous oubliez Cahuzac, Andrieux, Guérini et bien d autres qui ont le droit, étant du kampdubien.

  6. « De même je considère que la fraude est une gangrène du système économique au même titre que le dumping ou la corruption.  »

    Vous mélangez la coercition et la liberté. Ce que les antilibéraux appellent le dumping n’est rien d’autre que l’exercice de la liberté alors que la corruption ne peut exister sans la coercition. Quant à la fraude fiscale, il ne s’agit que d’un terme de novlangue pour désigner les individus assez habiles pour échapper à la coercition. Ainsi :

    – Le dumping : si j’achète 100 kilos d’oranges à 10€ et que personne n’en veut sur le marché, dois-je vraiment continuer à les afficher à ce prix-là en les regardant pourrir petit à petit, ou ne devrais-je pas plutôt essayer de les vendre à 8€, afin de limiter mes pertes ? C’est ça, que les communistes appellent le dumping et ça n’a rien de scandaleux. Le dumpeur est légitime.

    – La fraude fiscale : c’est très vrai qu’échapper à son voleur en courant plus vite que lui gangrène tout le secteur du vol à la tire et met en danger les plus jeunes entrepreneurs qui seraient tentés de percer dans la profession. Inutile d’en dire plus : le fraudeur est légitime.

    – La corruption : payer l’État ou ses clients pour qu’il nous accorde un avantage quelconque. Ça, en effet, c’est très mal, puisque c’est un peu comme payer un tueur à gages pour éliminer la concurrence. Rien à voir avec la liberté. Le corrupteur n’est pas légitime. Mais le corrompu l’est encore moins !

  7. Donc l’ ICIJ , 109 rédactions , 76 pays , 1 an de lecture …
    Et le plus remarquable c’est la légèreté de certains ?
    Mais sur Internet comme partout, il faut TOUJOURS faire le tri…

    Aucune pertinence de cette article, ça brasse de l’air.
    Ce n’est même pas une antithèse !!!

    Enjoy.

    1. En dehors de quelques noms vous n’avez strictement aucune information:

      -De quelles somme on parle pour chaque nom ?
      -Quelle somme ont été réellement perdue pour les impôts nationaux pour chaque nom ?
      -Quelle part ça représente de ce qu’ils paient en impôt/ce qui était du ?

      « 109 rédactions , 76 pays , 1 an de lecture » juste pour avoir un nom sans aucune distinction du degré de la faute par rapport à la contribution sans même savoir si des sommes ont été effectivement perdues ?

      Vous êtes probablement trop occupé à agiter des torches et à hurler au lynchage pour que la notion de justice et d’information vous effleure.

      1. Je pense que vous ne tenez pas du tout compte de la globalité du contexte, et de sa complexité.
        Qui peut se permettre d’assimiler 11 000 000 de fichiers en moins d’une semaine , et de faire une synthèse ???
        Vous allez plus vite que la musique…
        Personnellement je ne fais pas de bond à la moindre information, je ne suis pas surpris tout simplement.
        C’est théâtral, c’est amusant de voir les réactions des concernés, parce qu’il s’agit là d’assumer aussi…
        Ce n’est pas une question « de somme », « de montant »
        A travers ce système opaque, c’est plutôt la cupidité, la sournoiserie, qui en ressort…

        Enjoy!

        1. Moloney: « Ce n’est pas une question « de somme », « de montant » »

          Vous voulez dire qu’un type qui paie 1 million en impôt et détourne 10’000 euros est équivalent à un autre qui fait l’inverse ?
          Voila qui va grandement simplifier la justice…

          1. Allez donc vivre, un peu pour voir, dans ces lieux paradisiaques à la fiscalité idyllique.
            Cessez donc vos mesquineries avec des « impôts » en dollars ou en euros…
            Pour la justice, c’est à l’Etat de s’en charger,
            Mais parlons un peu de ce Modigliani, l’« Homme assis » je vous prie…

            Wait and see !

            1. Allons donc, nous parlons bien d’un lynchage médiatique, un tribunal populaire avec des journalistes en inquisiteurs et tu ne réponds pas à la question.

              1. La réponse à la question : Qu’importe la quantité !
                C’est une raisonnement étriqué de vouloir calculer : combien et son pourcentage …
                Le danger dans l’opacité, c’est la potentialité, aucune limite…
                Nous avons Darknet, va faire un tour chez les bitcoins !

                Pour ma part, j’en suis au stade de la lecture des informations, des renseignements, des réactions, dans un premier temps.
                Diffuser, publier : ce n’est pas du lynchage, ni du bashing,
                Ou se trouve ce fameux tribunal populaire ???
                Il n’y a pas d’inquisitions, il y a des CONSTATS.

                C’est la vérité qui dérange, la lumière qui éblouit
                l’obscurantisme est une attitude d’opposition à la diffusion du savoir, dans quelque domaine que ce soit.
                Regarde le monde d’abord.
                Et Bonne Lecture.

                Enjoy!

                1. Moloney: « C’est une raisonnement étriqué de vouloir calculer : combien et son pourcentage … »

                  Celui qui vole un œuf après avoir nourri la communauté condamné comme celui qui vole un bœuf sans n’avoir jamais rien donné… Tu fais vraiment un humain déplorable.

                  Moloney: « Il n’y a pas d’inquisitions, il y a des CONSTATS. »

                  Tu as tiré tes conclusions et jugé ces gens en bloc puisque tu les qualifies de « cupide et sournois » sans rien savoir de chaque cas. Certains payent peut-être cent fois plus d’impôt que toi et ont créé bien plus de richesses voir des emplois.

                  Cette démarche de jugement en bloc est typique des racistes et des fascistes. Le pire, c’est les mesures que les gens comme toi vont demander suite à cette affaire et là, ça va être festival dans un pays qui est déjà moins libre que le Ghana ou le Kazakhstan :
                  Indice liberté économique – Classement des pays

                  Moloney: « l’obscurantisme est une attitude d’opposition à la diffusion du savoir, dans quelque domaine que ce soit. »

                  Celle-là est collector dans le genre hôpital/charité… 🙂

                  Moi je veux des données et des explications sérieuses sur cette affaire et sur chaque cas sans amalgames ni raccourcis douteux.
                  De ton côté, un nom te suffit, tu ne veux tellement pas savoir que tu appelles même cela « des mesquineries… »

                  Le savoir est « mesquin » LOL !

                  1. Je suis désolé pour toi. Tu es jeune, c’est sur et certain. Mais c’est un monologue en fin de compte, et je te laisse la suite des commentaires…

                    1. C’est clair que ta liste de noms de gens tous « cupides et sournois » au même degré parce qu’en savoir plus « c’est de la mesquinerie » ça sent la sagesse et la maturité.

                      J’ai eu toute sorte d’interlocuteurs ici, mais des gens qui tendaient les bâtons pour se faire battre à un degré pareil, c’est rare.

                    2. Tu n’acceptes pas le fait qu’on puisse penser différemment.
                      Tu parles, tu parles mais tu n’écoutes rien.
                      Tu parles en mon nom, tu transformes mes dires.
                      Tu veux absolument avoir raison.
                      Tu cherches à imposer ton point de vue.
                      Tu refuses de voir la motivation à travers ce genre de comportement.
                      Ton argumentation n’a aucune pertinence.

                      On s’arrête là ! Point Final.

                    3. Merci pour les bâtons encore 🙂

      2. Imryn votre reaction me fait penser au 1er Ministre islandais quand on lui a posé la question de sa présence sur les listes, de l’enfumage tout simplement…quelques nom ahha mdr mais renseignez vous c’ est pas bon pour le cerveau de consulter toujours les mêmes médias 🙂

        1. Toujours au top du troll le Lazarius 🙂

          Eh oui ne te déplaises, seulement quelques noms soigneusement choisis sans aucune arrière pensée évidemment sont lâchés au publique par les journaleux.

          Avant d’allumer tes petits bûchers, il faudrait éventuellement savoir dans chaque cas s’il y a eu réellement soustraction d’argent aux impôts et quelle est son ampleur.

          Mais peut-être que tu es un admirateur de ceux qui jugeaient sommairement d’après de simples listes de noms ?

  8. https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Munich

    4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
    5. S’obliger à respecter la vie privée des personnes.

  9. la haine envers les plus riches ?je pense que les plus gros poissons ont été mis au courrant depuis belle lurette de cette future fuite les concernant ; je pense que certains dirigeants savaient à quoi s’en tenir ; et je continue à penser que cette histoire c’est de l’enfumage et que cela ne va pas changer grand chose à la suite  » du film  » ; et je suis d’accord avec winch13 en ce qui concerne ses médias qui flirtent plus ou moins avec le ps ;l’affaire des panama papers , c’est un petit caca qui va flotter quelque temps , histoire d’occuper les esprits …..et pendant ce temps…..

  10. Ce qui est amusant surtout, c’est que la seule chose qui semble intéresser les gens, c’est les impôts non payés. Tout en sachant qu’une partie de ce scandale concerne aussi des trafics et autres délits de corruption manifeste, mais non, ça on s’en fout, ce qui compte c’est les impôts non payés.

    Au passage, concernant les entreprises impliquées et pointés du doigt, il faudra expliquer un jour aux quidams de par le monde qu’une entreprise ne paye PAS d’impôts. C’est le consommateur qui paye les impôts de l’entreprise, puisque ceux ci sont intégrés aux prix. Ou alors ce sera payé sous forme de chômage et de baisse d’activité, mais c’est encore pire. Dans tous les cas, on sera perdant.

    1. « C’est le consommateur qui paye les impôts de l’entreprise, puisque ceux ci sont intégrés aux prix »

      C’est vrai de la TVA, c’est plus discutable en ce qui concerne l’IS ou l’on peut considerer qu’il est paye par l’actionnaire… C’est d’ailleurs tout l’interet des paradis fiscaux dans leur utilisation legitime (il ne sont pas utilises uniquement pour du blanchiment) : eviter de payer deux fois, et c’est parfaitement legal.

  11. Quand l’Etat ne fait pas son boulot l’impôt n’est rien d’autre qu’une spoliation, passible de prison!

    1. L’impôt est une spoliation par définition. Nous payons l’impôt car nous y sommes obligés. Si nous ne payons pas, des voyous costumés en bleu (et armés) finiront par venir casser nos portes pour nous kidnapper pour nous dans des cages à viol ; et si nous résistons à notre rapt, alors nous serons traité comme une bête sauvage et ils nous abattrons.

      Que l’État accomplisse quelque chose ou non avec ce qu’il nous extorque n’a aucune espèce d’importance. L’impôt et l’État doivent être éliminés.

  12. Excellent…cela rejoins ce que dit Amartya Sen sur la presse…devoir de rigueur

  13. C’est bien sûr la quatrième option dans une campagne financée et organisée par Georges Soros et par les organisations de renseignement étatsuniennes

    1. J’ajouterais que M. Soros annonçait au mois de janvier qu’il spéculait sur un affaiblissement de la monnaie chinoise. Maintenant que l’on sait que le président chinois est concerné, s’agit il d’une manipulation ou d’un « délit d’initié » ?

      1. Il n’y a pas de rapport prévisible entre des attaques contre la personne du Président chinois et les fluctuations du Yuan, donc ça ne peut se jouer en bourse. Le parcours personnel de Soros suffit d’ailleurs parfaitement à expliquer son anti-communisme quasi-maniaque, et sa vision financière n’a pas besoin de manipulations en sous-main pour être plus souvent juste que celle de ses concurrents.

  14. Moi je trouve que le « riche bashing » est une très bonne chose, de cette manière, ils vont enfin se décider à partir et tous les « basheurs » se retrouveront sans rien à prendre aux autres pour vivre

  15. Je répète du matin au soir que si la fiscalité n’était pas prohibitive, la dette et les dépenses publiques maitrisées à un viveau raisonnable et une administration légère et réactive la fraude fiscale serait beaucoup moins forte…
    Allez-vous frauder pour 20% d’impot sur le revenu, des charges sociales de 20% et des dépenses et une dette publique de 30%?

    Au sujet de la corruption je comprends maintenant pourquoi Mme le Pen ne demande pas la peine de mort pour corruption ou faude fiscale…En prenant modèle sur la Chine pays dont elle vantait il y à peu le dodèle économique…

  16. Le panama (chapeau) est comme son nom l’indique un chapeau équatorien.
    C’est une raison de plus pour ne pas faire porter le chapeau au Panama.

  17. En 70 ans de socialisme, le collabo, pardon le lanceur alerte, redevient fréquentable. La francisque devrait être remise à l honneur.

    1. Bizarrement le lanceur d’alerte, le vrai, celui qui dénonce les turpitudes des gouvernements n’est pas fréquentable, et notre gouvernement qui se gargarise de valeurs républicaines et de vivre ensemble n’a point souhaité accorder l’asile politique à Snowden qui a du trouver refuge en Russie.

      1. Pierre Kirool (futur émigré)

        Oui, c’est incroyable cette faculté qu’on les socialauds de se contredire constamment. Un coup c’est bien, un coup ça l’est pas. Ah mais oui, eux sont dans le camps du bien, ils savent et pas nous cons que nous sommes.

  18. J’écoutais un journaliste du fameux consortium interrogé il me semble par le journal télévisé suisse et il disait en substances « c’est un gros travail qui a pris un an d’ou l’intérêt de travailler en consortium » … Puis un peu plus tard il indique « ce sont des information de valeur et recentes puisque les dernieres infos datent d’une quinzaine de jours ».
    Ce qui m’a interloqué c’est ce planning 1 an vs. 15 jours. Donc quelle est cette veritable source? Cela ressemble plus à un robinet qui coule qu’un acte de hacker qui copie une bloc d’informations et part en courant.

  19. Merci, excellent article.

  20. Et surtout, un rappel: les journalistes bénéficient d’une niche fiscal. Alors, c’est hypocrite de leur part de s’offusquer du scandale des Panama Papers . e jour où ils ne bénéficieront plus de traitements de faveur (même chose pour les politiciens) et qu’ils payeront les mêmes impôts que tout le monde, ils pourront se permettre de donner des lecons de morale. En attentant, ils ne sont pas très crédibles

  21. L’auteur mentionne avoir beaucoup de respect pour les journalistes ?
    Corrigeons ? Respect pour la noble profession de « ceux qui informent vraiment »…
    Or – pour la plupart d’entre eux – les actes du réel se situent bien loin de l’idéal et d’une douce définition !

    L’histoire m’a quelquefois mené dans des écoles de journalisme. Examinez là leurs corps professoraux, les marques d’engagement de ces derniers dans une vie d’à-côté (par un marquage idéologique, d’opportunité et les cercles professionnels où ils opèrent) ? Voyez au passage le style pédagogique qui répand ses effets sur des générations de jeunes souvent portés à s’engager… à gauche ?

    En résultat de quoi, une fois entrés dans une vie professionnelle où règne l’hyper concurrence (rivalités diverses, mal être d’une marginalisation, chocs provoqués par l’ère Internet)… la pratique stylistique pousse vite à la *délation* en lieu et place de l’information. D’où le succès des Assange – Snowden – tutti quanti !

    Qu’en est-il de l’ORGANISATION dissimulée sous l’ombrelle d’un CONSORTIUM (?) de 317 mecs/gonzesses fouillant à qui mieux mieux dans une masse de documents issus de « vols de données privées ». Que vise précisément ce consortium, sinon à déstabiliser autrui plus qu’à informer les peuples malléables ?
    Notre démocratie consiste t-elle à désigner de nouveau sbires-justiciers et à lâcher l’info douteuse aux requins des hémicycles ?

  22. J’ai toujours été atterré par la dictature évidente exercée par la gent journalistique sur la diffusion de l’information, qui plus est particulièrement orientée et pourrie d’idéologie de gauche pour 95 % de la profession . Heureusement aujourd’hui les canaux de communication à la portée de chacun permettent, insuffisamment certes, d’avoir d’autres points de vues nettement plus sains.

    Ce qui aujourd’hui me choque est le mode d’acquisition par des voies douteuses des informations communiquées dans cette affaire. Afin d’évacuer leur bile par rapport aux riches qu’ils honnissent ils sont prêts à tout, même aux pires saloperies. Rien de nouveau certes, mais là on entre sur un sujet hyper sensible dans ces temps de disette financière pour nombre de gens. Argument supplémentaire pour déstabiliser encore un peu plus le corps social.

    Que les personnes qui ont agi illégalement soient sanctionnées, rien de plus normal. Mais pourquoi livrer en pature nombre de personnes qui lasses de se faire racketter par le fisc essaient « d’optimiser fiscalement » ? C’est absolument dégueulasse mais ces journalistes (ont-ils d’ailleurs toujours le droit d’être appelés ainsi quand on voit l’indigence de leurs informations ?) se font vraiment un immense plaisir de dézinguer mieux nantis qu’eux. La jalousie est le pire des moteurs humains.Ce sont des affreux !

  23. « Quand des ministres des Finances demandent aux journaux ou au consortium de journalistes de fournir les preuves recueillies, la réponse me dérange. »

    Ce qui est cocasse, c’est qu’ils leur font suffisamment confiance pour leur confier 60% de leurs revenus…
    Quelle bande d’idiots…

    1. Autre chose. Je constate que pour pas mal de gens, il est plus scandaleux que des gens protègent leur épargne d’une fiscalité gourmande que d’avoir des politiques liberticides, d’avoir des politiciens corrompus, incompétents et malhonnêtes…
      Les premiers sont pourtant membres de la société civile comme n’importe qui alors que les derniers sont représentants de l’État et doivent rendre des comptes à la population.

      Les ennemis de la société ouverte sont nombreux…

      1. Et aussi, dénoncer le fait que des gens cherchent à payer moins d’impôts quand la profession entière profite de taux avantageux, c’est tout lol…

      2. Pierre Kirool (futur émigré)

        Oui! De la même manière les gens qui jouent les offusqués devant les propos volontairement outrageant d’un Trump ou d’un Le Pen à coup de « les années les plus sombres de notre histoires », d’extrême droite et de populisme et qui sont heureux quand on leur dit qu’on va prolonger l’état d’urgence ad vitam eternam ou presque…

  24. Oui ce qui est encore plus révélateur c’est que l’on pietinne injustement un pays en l’affligeant de tous les préjugés sans assumer les véritables révélation de ce dossiers qui sont que : 1/ La panama est une place très secondaire 2/ le Royaume Uni a une place hégémonique sur ce marché et 3/ Les Européens banques et avocats sont ceux qui sont les promoteurx et responsables de ce qui figure dans les dossiers.

    On pietine donc le Panama au mépris du fond du dossier mais vu que l’on instruit à charge je n’ai pas vu les communiqués officiels du pays dans la presse, et pourtant ils sont intéressant et font preuve de beaucoup plus de mesure que la mediocrité génñeralisée de la presse francaise.

  25. Ce soir, explication en Une du Monde, soi-disant journal de référence : « Comment le pétrole congolais s’évapore dans les paradis fiscaux. Des membres de la famille du président Sassou-Nguesso ont organisé une myriade de sociétés offshore. C’est l’une des explications de la pauvreté des Congolais, malgré les richesses du pays. » Conclusion : si les congolais sont pauvres, c’est à cause des paradis fiscaux. Plus simple la vie avec nos journaleux !

  26. L’affaire des Panamas pampers par des « journalistes » biberonnés au baril de Moraline.
    Quand on pointe la niche fiscale des autres, les autres ne voient pas votre niche fiscale mahousse… le bon peuple est berné :mrgreen:

  27. Au lieu de vous en prendre aux journalistes prenez vous en à ce qui ont permis au journalistes de faire leur investigations ah bah merde ça se pourrait que les States et quelques à y voir de près ou de loin 🙂

  28. Qu’y a-t-il de commun entre les amendes ad hoc de la justice américaine, la loi qui permet de faire tomber le secret bancaire hors US, et les papiers du Panama?
    Au non averti que je suis, je remarque:
    1. les décisions de justice américaines sont pour le moins sous un régime d’exception. Non seulement par leur extra territorialité, mais par le simple fait qu’elles dépendent du bon vouloir de l’une ou l’autre partie prenante d’initier ou non, puis de judiciariser ou non, puis de poursuivre ou non, puis de punir ou non, de menacer ou non, de faire payer ou non, d’emprisonner ou non etc. Bref un régime tout ce qu’il y a d’exceptionnel et de singulier.
    2. les parties exposées sont systématiquement celles qui contreviennent aux intérêts US directs ou indirects. Chaque cas est d’espèce et traité en ce sens. y compris dans la décision d’appliquer ou non la loi.
    3. on assiste à la promotion des coupables, tels qu’ainsi déterminés. Les médias dominants ne font pas exception. Mais on ignore systématiquement ce qui est omis; à savoir les intérêts en jeu et ceux (les autres) qui pourraient être soumis au même jugement mais ne le sont pas.
    4. dans la veine des intérêts bien compris, on ne s’étonnera pas que la disposition géographique des bureaux de la société concernée à l’origine (Mosack Fonseca) et qui couvre le globe, ne se superpose pas du tout à celle des révélations… il y aurait comme des zones blanches.
    5. inutile également de se demander pourquoi parmi les leaders politiques concernés, on ne trouve que Poutine, des proches du premier chinois, les Premier Ministre islandais et … anglais. Bon, pour les deux premiers, on sait. Pour le troisième, on devine, surtout avec ce clin d’oeil dont seul la Providence a le secret quand trois jours plus tard on apprenait que les banquiers islandais condamnés venaient d’être libérés avec des années d’avance. Pour Cameron on se demande. Serait-ce la victime expiatoire pour justifier de la validité du procédé? Ou faut-il comprendre une sanction des cousins américains? Que nenni. Il suffit pour s’en convaincre de se demander comment Obama a pu croire un instant que d’aller expliquer aux Anglais qu’il leur serait défavorable de quitter l’UE avec des propos pleins de menaces (rétorsions tarifaires et autres joyeusetés). Evidemment personne, ou presque. C’est donc que la sortie de la GB devait se faire, Cameron n’étant victime que de la géopolitique US.
    6. le sixième point n’a que peu de rapport, c’est une petite gourmandise personnelle: le responsable chilien de « Transparency Interntional » a du démissionner pour être lié à au moins 5 des compagnies offshores dénoncées par les papiers du Panama… Quant au patron de la « Congressional Task Force on Terrorism and Unconventional Warfare », le représentant du Cpngrès Robert Pittenger, il vient de partir pour une semaine en Amérique du Sud pour se faire une idée de « quels pays regardent ailleurs quand leurs banques sont accessibles [aux terroristes] » et les aider en faisant du data mining pour dévoiler les liens concernés… On croirait presque une menace… pour les terroristes bien entendu.

    Ainsi, on apprend que la très grande majorité des informations concernées par ce travail de recherche, ne sera pas disponible. Les auteurs de ce travail faisant preuve de retenue sans doute. Mais où a-t-on déjà entendu cela?

    On assiste même aux plus comiques des commentaires, comme cet article intitulé: « Rothschild humilie Obama, révèle que les « Etats-Unis sont le plus grand paradis fiscal au monde » »… Ben oui. Ils ont tout fait pour, y compris en éliminant un a un les concurrents.
    Ou comment présenter l’évidence comme une conséquence fortuite…

    Car pour revenir à ma question première: le lien entre tous ces évènements est simple. Il consiste à faire passer un message aux détenteurs de fonds qu’on aura cornaqué une décennie (et plus) durant: point de salut hors des US. Clear and simple.

    Enfin, je ne mets pas les liens dans ce texte, sinon il mettra des heures à être validé, mais je les fournirai si vous m’en faites la demande. Il suffit cela dit de chercher un peu, rien de secret dans ce qui est écrit.

  29. Panama Papers, Complément d’enquête, Cash Investigation… les journalistes ont une nette tendance à se prendre pour des flics et des juges… Une erreur d’orientation, une vocation refoulée ?

    1. sam player : « les journalistes ont une nette tendance à se prendre pour… »

      …la police politique du régime.

      On n’entend quasiment rien sur les détournements faramineux d’argent publique par les élus.
      Les 4 de la commission anti-blanchiment qui avaient des comptes en Suisse, l’élu qui avait détourné 20 millions et qui a été condamné à 10’000 euros avec sursis, celle qui venait à l’assemblée nationale de la république exemplaire avec son bracelet électronique d’aménagement de peine…

  30. Dans une série de déclarations qui ont eu lieu depuis Mardi, le Panama a fait connaître sa position sur l’affaire des « Panama Papers » et cette position s’appuie sur une très bonne analyse du dossier.

    Il n’est pas étonnant que les médias n’aient pas cru bon de relayer l’avis de ce pays, tant la position du Pays met en lumière le travail déplorable d’une presse n’a d’investigation que le nom puisque son seul travail s’est soldé à récupérer le fruit d’un crime, à lancer des noms et des sociétés et d’accuser le panama dont les mêmes chiffres révélés par l’ICIJ montre que ce pays n’y est à peu près pour rien.

    Vous pourrez consulter les interventions officielles en espagnol ici
    https://www.youtube.com/watch?v=0sRBSZq_Jgo&nohtml5=False
    ou encore ici :
    http://www.prensa.com/economia/Panama-revisara-practicas-legales_0_4454554674.html

    Le Panama rappelle que cette affaire n’a de Panama que le nom, un nom bien mal choisi et comme le soulignait un journaliste Mexicain de CNN –qui visiblement fait son travail- cette affaire devrait s’appeler Mossack Fonseca Papers ou encore UK Papers …

    Car selon les chiffres même de l’ICIJ consultables ici (https://panamapapers.icij.org/graphs/), le Royaume Uni avec sa place, les Iles vierges Britanniques, représente 55% su marché mondial de l’offshore.

    Par ailleurs la presse unanime entretient la confusion et présente les clients comme étant ceux de Mossack Fonseca. Il n’y a rien de plus faux. Le cabinet est un sous traitant qui propose des services administratifs aux banques et aux avocats du monde entier et si ses registres disposent de l’identité des clients finaux, c’est à des fins purement admnistratives.

    Ainsi lorsque Cash Investigation affirme que Michel Platini est un client du cabinet panaméen, c’est faux. M. Platini est le client d’une banque ou d’un avocat, qui lui a conçu et vendu un montage au footballer et acheté à Mossack Fonseca la structure nécessaire.

    Qui prétend enquêter sérieusement sur ce marché devrait donc s’intéresser aux donneurs d’ordre et non au sous traitants d’autant que les dossiers fournis à la presse contiennent les informations.

    L’ICIJ a d’ailleurs fourni des informations géographiques sur les cabinets et banques, clients de Mossack Fonseca, les plus actifs. https://panamapapers.icij.org/graphs/

    Dans ces graphiques, trois places se distinguent et se suivent d’assez près avec pour chacune d’entre elles entre 30 000 et 35 000 intermédiaires. On y trouve, par ordre d’importance : Hong Kong suivi de la Suisse et du Royaume Uni. Dans une moindre importance avec seulement 15 000 Clients, le Luxembourg. Ces 4 places représentent 90% du marché du conseil Off shore.

    Avec 80 000 donneurs d’ordre sur 115 000 il est très clair c’est que les Européens dominent très largement l’industrie, ce sont eux qui conçoivent et vendent les montages qui permettent d’optimiser et d’évader la fiscalité ou de cacher son patrimoine.

    Le Panama a invité les journalistes à bien relire leurs dossiers. Il considère que les attaques calomnieuses contre le pays ne sont pas fondées au regard des pièces du dossier et il considère qu’il s’agit là d’une tentative d’imposer au Pays l’échange automatique de données chère à l’OCDE mais dont de nombreux membres influents refusent de s’imposer eux même. Le Panama, pays parmi les plus libéraux au monde le refusera et rappelle qu’un état sérieux ne négocie pas par média interposés.

    Le Panama considère que les Pays l’attaquent, car il est plus faible et constitue un bouc émissaire facile afin de détourner l’attention du public dans cette affaire sur le fait qu’ils sont incapables de faire appliquer leur loi sur leur propre territoire.

    Le Panama a déclaré qu’il aidera tous les pays qui en font la demande sur tous les cas d’investigation. Qu’il collaborera sans réserve mais dans un cadre bilatéral.

    Enfin il refuse de se laisser piétiner par des gens qui profèrent partout des préjugés sur un pays qu’ils ne connaissent pas et il refuse toute discussion avec des gens qui ne prennent pas en considérations les efforts monumentaux de transparence que le pays a réalisé ces dernières années et qui lui a valu d’être retiré de la liste Grise du Groupe d’action financier International (GAFI), l’autorité qui lutte contre le blanchiment et le terrorisme.

Les commentaires sont fermés.