Ma vie d’expat’ à Londres et Zurich

Publié Par Ma Vie d'Expat, le dans International

Une interview par la rédaction de Contrepoints.

Vue du lac des quatre cantons (Vierwaldstättersee ou lac de Lucerne) et de la montagne du Rigi. Tous droits réservés.

Vue du lac des quatre cantons (Vierwaldstättersee ou lac de Lucerne) et de la montagne du Rigi. Tous droits réservés.

 

Une petite présentation ?

Je m’appelle Lionel, j’ai 43 ans, je suis marié à une Française, Laurence, nous avons 4 enfants âgés de 18 à 13 ans. Nous venons de la région Rhône-Alpes et nous avons vécu depuis notre mariage en 1997, à Londres, et maintenant depuis 6 ans à Zurich en Suisse alémanique.

Nos parents et nos frère et sœurs habitent encore tous en France, et nous sommes les seuls de notre famille à avoir fait le choix de l’expatriation. Nous nous rendons régulièrement en France pour les vacances et pour les réunions de famille, on fait aussi quelques virées shopping, du côté de Strasbourg, et on en profite pour voir des amis proches.

Tout ça pour dire qu’on vit une expatriation en douceur, en restant au contact de la France ; rien à voir avec d’autres qui sont à des heures d’avion de Paris et qui ne rentrent en France que tous les deux ans.

Pour terminer mon introduction, j’ajoute que nous n’avons pas vraiment l’âme de back-packers et que nous ne sommes pas partis sur un coup de tête en plaquant tout pour fuir une situation difficile… quoique la France sous le tandem de choc Chirac-Jospin en 1997 c’était peut-être déjà en soi une situation difficile !

Je précise aussi que dans chaque cas d’expatriation, j’avais le confort d’avoir un job à l’autre bout et donc l’assurance d’être payé à la fin du mois, ce qui permet d’enlever une bonne épine du pied. Notre témoignage dans cette chronique est donc l’histoire de deux expatriations pré-mâchées, un peu à l’eau de rose on dira même, et à des années lumières du conte de fée, où le héros débarque à l’étranger avec son sac à dos et finit millionnaire, encore que, ça peut toujours nous arriver à la prochaine… je ne suis absolument pas contre !

Quel est votre métier ?

Je suis diplômé d’une école d’ingénieur et ma formation de base est dans les réseaux télécom et les systèmes d’information. En sus j’ai un DESS d’administration des entreprises (IAE). Mon premier emploi a été chez France Télécom (en temps qu’apprenti dans le cadre de mon DESS) et j’ai eu la chance de travailler dans le secteur télécom jusqu’à ce que la bulle internet explose. Mon rôle était plutôt commercial que technique (malgré mon background d’ingénieur).

J’ai rejoint un cabinet de conseil au début des années 2000 et j’y ai fait mes classes pendant 7 ans, ensuite j’ai découvert le monde de la banque d’investissement (juste à temps avant que n’éclate la crise suivante, la grande crise financière). Mon arrivée dans la banque s’est faite par la petite porte, en tant que business analyst dans les systèmes d’information pour calculer le risque de crédit. En gros j’ai commencé à 35 ans le métier que j’aurai dû faire à 25 ans à ma sortie d’école d’ingénieur, et donc malheureusement pas en tant que le « loup de la City« , payé des mille et des cents pour programmer des algos de trading ou gérer des positions spéculatives sur le marché obligataire…

Oui… quelques regrets, c’est la faute du conseiller d’orientation qui a mal fait son boulot… De là, j’ai migré vers des rôles plus orientés business et vente et je suis maintenant responsable des ventes dans la gestion de fortune en Suisse. Mon parcours professionnel s’est pour l’instant entièrement déroulé dans des grands groupes internationaux, mais je ne désespère pas d’essayer les petites entreprises et éventuellement d’en créer une un jour (on y reviendra plus bas).

Pourquoi être parti ?

Nous sommes partis avec armes et bagages dans le cadre de mon service militaire effectué comme Coopérant du Service National en Entreprise (CSNE). L’idée était de profiter de cette formule de coopération pour éviter de perdre 10 mois à faire un service militaire « actif » et au lieu de ça d’abord acquérir une expérience professionnelle internationale, et ensuite découvrir un nouveau pays en ayant un minimum de support (c’est-à-dire un job garanti à l’arrivée dans le pays et une couverture médicale top, ce qui réduisait grandement les risques).

Ensuite une fois mon CSNE de 16 mois achevé et mon statut DOM acquis, la question est plutôt devenue : pourquoi ne pas revenir en France ? J’ai d’ailleurs décroché deux offres d’emploi à l’issue de mon CSNE et on a été à deux doigts de rentrer en France et de nous installer à Paris. Mais, au final, une offre reçue pour un job à Londres nous a fait changer d’avis, et plusieurs critères sont entrés en ligne de compte dans ce choix :

  • qualité de vie (Londres comparé à Paris : nous habitions une maison avec un petit jardin à 30 minutes porte-à-porte de mon bureau et il semblait difficile d’envisager mieux à Paris)
  • sentiment de ne pas avoir les mêmes ou moins d’opportunités de carrière (en Angleterre il ne faut pas avoir fait le job 25 ans pour être invité à un entretien d’embauche, mais plutôt être capable de montrer que vous pourrez faire le job parce que vous avez les compétences et une expérience appropriée)
  • peur de perdre l’avantage des langues étrangères pour nous mais aussi pour nos enfants (on avait déjà 1 enfant à l’époque)

Lorsqu’on a annoncé notre décision de rester à Londres à nos parents il y a eu comme un froid et pendant quelques semaines nous ne nous sommes pas parlé au téléphone.

La City. Tous droits réservés.

La City. Tous droits réservés.

 

Notre processus de décision de nous « expatrier » d’Angleterre et d’émigrer vers la Suisse a, lui, été très différent : notre départ a clairement été motivé en premier lieu par des raisons économiques, mais pas seulement : il s’est aussi agi d’une question d’évolution professionnelle (carrière bouchée en Angleterre), mélangée à une crainte quant aux coûts futurs des études des enfants (collège privé et université), le tout teinté de raisons personnelles que ce soit par rapport au cadre de vie ou à la proximité de nos parents, vieillissants… Donc il n’y a pas de facteur unique et c’est la somme de chacun qui a fait qu’il est arrivé un moment où l’attraction de notre situation en Angleterre s’est dégradée brutalement face à ce qu’elle aurait été en France. Il fallait réagir, et la Suisse est apparue comme une alternative intéressante, même si cela impliquait de se remettre à l’allemand ! Ach, so…

Pourquoi ces pays ?

Pour l’Angleterre, je dirais bêtement : l’occasion a fait le larron, j’avais initialement rêvé d’un autre pays pour faire mon CSNE car tous les garçons avaient à l’époque comme rêve de décrocher le CSNE en Malaisie, en Australie ou à New York, mais la sélection a été rude et au final j’ai décroché deux offres, l’une à Londres et l’autre à Genève. Venant de Rhône-Alpes, Londres nous a paru plus exotique, et de plus le job proposé était plus attirant, donc on est partis pour Londres pour 16 mois, et on y est resté plus de 12 ans au final…

Le départ pour la Suisse a été plus médité et le fruit d’une certaine réflexion logique. Avec le temps, l’état de santé de nos parents devenant une question de plus en plus pertinente, on cherchait à se rapprocher d’eux, pour être là en cas de coup dur, et aussi pour que les enfants qui entraient dans la période où ils pouvaient interagir avec eux puissent les voir plus souvent.

En parallèle la crise de 2008 venait de frapper et la baisse des taux d’intérêt par la banque d’Angleterre a causé une dévaluation de la livre sterling contre l’euro ce qui fait qu’à Noël 2008 on a eu un choc quand on est venu passer nos vacances de Noël en France, nos livres sterling n’achetaient plus rien…  À partir de ce moment là, on s’est dit que c’était « grillé » pour le Royaume-Uni et qu’il fallait penser à changer de pays. Les conséquences de la crise avaient conduit à des restructurations et mes perspectives de carrière partaient dans une direction que je ne souhaitais pas, j’ai donc commencé à chercher un nouveau poste à l’externe et en interne.

Ma recherche externe m’a conduit à regarder du côté de l’Allemagne, avec des rôles dans le secteur de l’énergie. Mais comme je travaille pour une banque Suisse, l’idée s’est naturellement imposée de trouver un poste au siège en Suisse. Au début j’ai visé Genève. Cela répondait à nos principales problématiques : économie et monnaie fortes, et proximité avec nos parents. On savait en revanche que côté langues étrangères on allait perdre la pratique de l’anglais. Mais l’offre de rôles en interne n’était pas aussi bonne qu’espérée, donc après quelques mois de recherche infructueuse, je me suis orienté vers Zurich, avec un nouveau challenge linguistique à la clef.

Avez-vous eu des doutes ? Comment les avez-vous gérés ?

Nous avons eu peu de vrais doutes, ce sont plutôt des craintes face à des situations nouvelles. Je me souviens typiquement de deux moments qui resteront dans ma mémoire comme des moments de panique pure. La première fois c’était la veille de mon départ en Eurostar pour Londres, j’étais à Paris chez un copain qui m’avait accueilli dans son appart pour le week-end. J’étais seul pour la soirée et je me suis mis à penser à ce qui allait se passer le lendemain : j’allais débarquer dans une ville que je ne connaissais pas, avec deux sacs de voyage et je ne savais pas où j’allais dormir le soir. Bon, avec le recul c’était vraiment pas un problème et pour beaucoup de back-packers c’est l’essence même de la chose. Au final, c’était juste une question de savoir combien j’étais prêt à dépenser pour trouver un toit. Mais sur l’instant, on s’emballe vite et on commence à paniquer avec des scénarios catastrophe. Le lendemain tout s’est bien passé et j’ai trouvé un B&B à £30 la nuit où je suis resté une semaine avant de trouver un appart à louer.

La deuxième fois, c’était aussi lié à un problème de logement, et cette fois c’était plutôt l’abattement face à la difficulté de trouver un logement convenable à prix décent à Zurich dans lequel accueillir toute ma famille. Ma femme m’avait rejoint pour la journée depuis Londres pour visiter deux apparts/maisons que j’avais sélectionnés, parmi les moins pourris de ma short-list. Le soir après les visites je l’ai raccompagnée à l’aéroport pour son avion vers Londres, et j’ai fondu en larmes tellement j’étais désespéré de ne pas pouvoir trouver de solution, car évidemment aucune des deux visites ne convenait (trop petit, mal situé, etc.), et là je me suis dit qu’on n’y arriverait jamais et que je devrais continuer à faire des aller-retour toutes les semaines pour passer les week-ends à Londres avec eux et travailler la semaine à Zurich. Bon, au final quelques semaines plus tard, on a fini par trouver la perle rare et après quelques semaines, la famille s’est retrouvée réunie.

À chaque fois donc ça n’a jamais été quelque chose de complètement dramatique, avec le recul c’est même presque stupide de s’être laissé aller, mais au moment où le krach se produit, ce problème semble une montagne et cristallise en fait la somme des craintes, des angoisses et du stress liés à cette période de « transition ».

Je dirais toutefois qu’il y a peut-être deux facteurs qui ont aggravé la situation par rapport à une situation similaire en France (par exemple un déménagement de Lyon à Paris) : la distance qui vous sépare de vos proches (on était seuls pour faire face, alors que si on avait été en France on aurait eu un réseau sur lequel s’appuyer) ; et le fait de se retrouver dans un pays étranger, sans nécessairement en connaitre les codes et pouvoir comprendre vraiment comment les choses se font.

S’ajoute à cela la difficulté de la maîtrise (ou non) de la langue, ce qui peut rendre la situation plus difficile encore. J’ai le souvenir particulier d’une conversation téléphonique avec un employé de la commune qui gère les raccordements électriques. J’ai appelé peu après avoir emménagé pour savoir comment se faisait le changement de nom pour l’abonnement et donner un relevé du compteur. Il m’a répondu en Suisse allemand, je n’ai rien compris et j’ai demandé de répéter et même d’épeler un mot, et sa réponse a été : « Quand on vient habiter en Suisse, on apprend la langue d’abord ».

En dehors des deux « aventures » relatées plus hauts, je dirais qu’il n’y a pas eu de doutes liés à notre expatriation à proprement parler. Il y a toujours une petite crainte dans un coin de la tête que nous ne fassions pas les choses correctement, parce que le pays est nouveau et/ou différent mais comme nous sommes restés en Europe, le système fonctionne généralement de la même manière en Angleterre, en Suisse et en France, donc il n’est pas si difficile de s’adapter.

La Suisse est particulière dans le sens où les gens (Suisses de souche) vous font vite comprendre ce que vous faites mal. L’été de notre arrivée nous avons fait une pendaison de crémaillère pour laquelle nous avons invité quelques amis du bureau ainsi que des contacts francophones que nous avions sur Zurich. La journée s’est bien passée, avec un barbecue et les enfants ont joué ensemble dans le jardin. Le soir on a regardé la finale de la coupe du monde de foot. Il faisait chaud, les fenêtres du salon étaient ouvertes. On faisait un peu de bruit à chaque action un peu chaude, bref on regardait une finale de coupe du monde quoi… À la fin du match nos invités sont partis et l’un de mes collègues, un Anglais marié à une Espagnole a été un peu bruyant avec son klaxon – normal, il avait gagné la coupe du monde ! Dans la semaine qui a suivi, nous avons vu débarquer notre cher voisin, qui nous a apporté une copie du règlement du lotissement où nous vivons et dans laquelle il avait surligné au stabilo jaune toutes les règles que nous avions enfreintes lors de cette petite fête. Une manière gentille et personnelle de nous souhaiter la bienvenue dans le quartier !

Notre déménagement en Suisse a par contre été vécu complètement différemment par nos enfants, principalement parce qu’ils se sont retrouvés du jour au lendemain projetés dans un environnement où ils ne connaissaient ni les règles ni les codes, et je pense qu’ils ont du avoir de gros doutes quant au bien-fondé de cette expérience. Bon cela dit, à 7-11 ans on ne réalise pas les choses de la même manière, et ils n’ont jamais vraiment formulé leurs craintes, mais la première année à l’école a été assez difficile et il leur a fallu beaucoup de temps pour se faire accepter, à commencer par apprendre les langues (allemand et suisse-allemand) afin de pouvoir suivre les cours et s’insérer dans la cour de récré et se faire des copains. Le système suisse est bien rodé pour l’intégration, les enfants qui arrivent comme ça de l’étranger et qui ne parlent pas l’allemand bénéficient de cours de soutien personnalisé pour apprendre la langue le plus vite possible. Au bout d’une année, l’intégration était presque réalisée et n’a été consommée pleinement que l’année suivante quand de nouveaux venus sont arrivés à l’école et sont devenus les nouveaux souffre-douleur. Ainsi va la vie…

Parlez-nous de votre quotidien : comment s’organise une journée, en quoi est-ce différent de la France, de ce que vous connaissiez ?

Le quotidien n’est pas forcément très différent de ce que serait notre vie en France. Métro/boulot/dodo mais à la sauce locale, à savoir que je prenais le métro à Londres pour aller au travail, et en Suisse je prends le bus. Après on vire dans le stéréotype, avec peut-être une différence notable en ce qui concerne les horaires de travail : mon expérience en tant que stagiaire à Paris était que la journée commençait vers 9h-9h30, avec une bonne pause pour le déjeuner et qu’on finissait facilement vers 19h30-20h. Le modèle anglais est plutôt nine-to-five avec une courte pause pour aller chercher un sandwich le midi. Le modèle suisse est différent, avec un début beaucoup plus tôt vers 7h-7h30, une pause déjeuner où vous vous organisez des semaines à l’avance pour fixer un RDV avec des collègues et maintenir/ développer votre réseau, et une fin de journée vers 17h-17h30. Évidemment il n’y a pas les 35 heures ni à Londres, ni à Zurich, mais je n’ai pas connu ce régime en France, donc je ne peux pas dire si ça me manque ou pas.

Pour les enfants en revanche la différence est relativement abrupte, car à l’école qui commençait à 8h25 en Angleterre, s’est substitué un régime où les cours commencent à 7h25, avec des sessions de 50 minutes et souvent un ou deux après-midis libres par semaine.

Sinon la différence fondamentale c’est évidemment l’emploi d’une langue étrangère dans le contexte quotidien du travail mais aussi des relations sociales, le soir, le week-end. L’adaptation s’est faite graduellement. D’abord on s’améliore à l’oral, en compréhension et en expression (éventuellement pour l’accent. Pour ça j’ai eu le déclic quand j’ai compris que, comme les enfants qui apprennent une langue, il faut essayer de reproduire le son, et le retenir, sans chercher à analyser comment écrire le mot), ensuite vient l’expression écrite. Le tout est grandement aidé par la lecture – au début les magazines gratuits genre 20 Minuten et Blick-am-Abend, puis après le web pour les infos – et la télé (ou à défaut les podcasts et la radio). Une fois que vous maîtrisez un minimum la langue, vous pouvez commencer à découvrir la culture et essayer de comprendre ce qui se passe au tour de vous et vous adapter.

Londres est une ville internationale dans le sens où il y a beaucoup de nationalités qui cohabitent, et toutes s’expriment en anglais. Mais j’ai vraiment fait la découverte de ce qu’international veut dire en Suisse, quand dans un même meeting vous avez des personnes qui s’expriment tantôt en allemand, tantôt en français et finalement en anglais, et quand vous quittez ce meeting, certains de vos collègues parlent italiens entre eux. Bon, mon cas est certainement particulier parce que je travaille pour une grande banque – il y a fort à parier que dans la petite boîte du coin, tout le monde parle le suisse allemand et peut-être parfois l’anglais.

Au final, ce bain continuel dans des cultures/langues différentes est très enrichissant, même si du coup j’en arrive à ne plus savoir vraiment quelle est ma culture et à perdre un peu ma langue maternelle. Le problème pour nos enfants est encore plus grand : ils ont commencé par apprendre l’anglais à l’école, avec le français à la maison (seulement parlé). Depuis notre arrivée en Suisse, ils ont ajouté l’allemand (écrit et parlé) ainsi que le français à l’écrit, tout en continuant l’anglais, et avec le suisse allemand pour les discussions dans la cour d’école et l’échange de textos et autres « Whats app » avec les copains. Bref, pour l’instant ils parlent et écrivent plus au moins 3 langues mais n’en maitrisent aucune parfaitement. Mais je n’arrive pas à me convaincre que ce soit un réel problème…

Un bilan aujourd’hui : que vous a apporté l’expatriation? (et à l’entourage familial)

Les aspects positifs :
– une ouverture au monde, aux autres et aux cultures différentes
– une flexibilité d’esprit
– la maitrise des langues des pays dans lesquels j’ai vécu
– une autonomie plus grande (nous avons vécu sans soutien familial proche, on a appris à se débrouiller seuls et à faire appel à des amis plutôt qu’à notre famille, ce qui ne serait pas arrivé si on était resté à proximité de nos parents)

Les aspects négatifs :
– effacement de notre « culture » française au profit d’une culture plus internationale
– perte de certains amis avec lesquels la distance a mis fin à nos relations
– moins de contacts avec la famille

Big Ben-Tous droits réservés.

Big Ben-Tous droits réservés.

Du point de vue de l’éducation de mes enfants, je pense que notre expatriation leur donne des opportunités supplémentaires, ne serait-ce que dans la maitrise des langues étrangères (anglais, allemand, français courants avec le bon accent qui va bien dans chaque langue, enfin presque. Tout le monde dans la famille dit qu’ils parlent français avec un accent british). Nos deux aînés suivent le cursus « long » à savoir qu’ils vont passer leur maturité (équivalent bac) et cela devrait leur ouvrir les portes de l’université (ou des écoles polytechniques fédérales, eux au moins ils auront fait Polytechnique !..) Les deux plus jeunes semblent moins intéressés par les études et donc à l’issue du collège, ils s’orienteront probablement vers un apprentissage. La voie de l’apprentissage est la « voie royale » en Suisse, avec une majorité des élèves qui suit ce cursus mêlant à la fois expérience d’un emploi (4 jours/semaine) et continuation des études (1 jour/semaine), sans fermer la porte à la reprise d’études supérieures une fois l’apprentissage terminé, mais avec la certitude de trouver un emploi, dès la qualification en poche.

Est-ce que vous vous sentez encore Français ? Pourquoi ?

Oui ! Définitivement oui ! Même si nous avons quitté la France il y a bientôt 20 ans. La proximité de Londres ou de Zurich avec la France fait que nous avons conservé des liens étroits avec nos racines. Nous n’avons jamais manqué de fromages et/ou de vins ! Le test ultime c’est quand même de savoir quelle équipe soutenir lors du Tournoi des 6 Nations, et si effectivement il m’est arrivé de chanter le God Save The Queen, c’est pour les bleus et pour la France que je vibre dès que l’action s’emballe.

Cela dit, je nourris de l’inquiétude pour les projets de taxation à l’américaine, qui sortent des cartons de manière récurrente et qui viseraient à faire payer à tous les Français des impôts en France, qu’ils vivent ou non en France. Une telle mesure me paraît totalement idiote et m’amènerait à revoir ma position par rapport à ma nationalité effective, même si de cœur, je serai toujours Français !

La situation de mes enfants est plus complexe, car ils sont nés et ont passé leur enfance en Angleterre. Nous avons fait pour eux une demande de nationalité britannique, qu’ils ont obtenue. Cela nous semblait opportun d’une part, car ils ont baigné dans la culture anglo-saxonne tout petits bien que l’influence française ait été très présente. Un passeport britannique ouvre des portes, notamment dans les pays du Commonwealth, pour y travailler par exemple.

Tous droits réservés.

Tous droits réservés.

Depuis notre arrivée en Suisse, se pose la question de savoir s’il est important d’acquérir la nationalité helvétique. Je ne le crois pas nécessaire pour moi (sauf si la menace des impôts français pour les non-résidents se précise) car je suis né Français et je souhaite le rester, mais pour mes enfants, qui ont aussi grandi dans ce pays, je peux admettre qu’ils se sentent d’ici plus que de France, et dans ce sens acquérir la nationalité de notre pays d’accueil n’est pas une question anodine, car d’une certaine manière ils y sont attachés. Mais ce sera leur décision car ils seront en âge de décider pour eux-mêmes et ils en profiteront pour décider s’ils souhaitent conserver leurs nationalités britannique et française.

Autre chose à dire ?

Oui, l’aventure continue. Il reste encore plein de nouveaux pays à découvrir, en Europe et plus loin… Pour l’instant on se plaît en Suisse, nos enfants progressent dans leurs études et l’idée est de les laisser terminer en Suisse avant d’envisager un quelconque autre déménagement. En attendant je commence à réfléchir à ce que pourrait être mon emploi d’ici 5 ans et à prévoir la possibilité/l’obligation d’être mon propre patron afin d’être libre de localiser mon activité à ma guise, et peut-être dans un autre pays européen, comme l’Espagne ou le Portugal. Notre aventure d’expatriés a encore de beaux jours devant elle !

Vous souhaitez participer à la série ? Contactez-nous à redaction@contrepoints.org !

  1. « Une émigration française existe donc bel et bien, et doit être appréhendée par les pouvoirs publics dans sa globalité, en tant que phénomène recouvrant divers profils ». Pour approfondir le sujet, la Fondation pour l’innovation politique vous invite à lire la note de Julien Gonzalez « Trop d’émigrés? Regards sur ceux qui partent de France » (https://lc.cx/4d2Z)

  2. Migrant de fait, par opportunité d’emploi, mais demi migrant de coeur. Le vrai migrant est celui qui considère le pays qui l’accueille et le nourrit comme son véritable pays. En fait, ceux qui écrivent ces articles en sont conscients eux mêmes, ils se décrivent comme des expatriés, et non des migrants, et la différence est importante.

  3. Il y a une difference entre ce monsieur Expatriés et émigrant.. je prends le cas de mon mari qui travaillait pour Ge France, il était expatrié pendant cinq ans et payait des Impots aux Etats Unis et en France, mais bon je pense que les Américains ne se plaignent pas, je ne les entends pas pour l’instant, il trouve cela normal de payer des taxes sur les deux territoires ( Europe, Etats Unis).. ils ont peur du fisc .. vous comprenez, sujet pointu… attention..

Les commentaires sont fermés.