Automobile : les taxes sur le carburant ont doublé en deux ans

Publié Par Automobile Club Association, le dans Fiscalité

Un communiqué de l’Automobile club Association

Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Ce début d’année 2016 enregistre un niveau de taxation des carburants encore jamais atteint ! L’ACA dénonce la sur-taxation permanente des automobilistes et revient dans son dossier spécial sur l’histoire d’un délire fiscal… qui, si l’on en croit les dernières déclarations de l’Union Française des Industries Pétrolières, n’est pas prêt de s’arrêter.

« La fin de l’année 2015 a vu le gazole passer sous la barre symbolique de 1 € le litre, compte tenu de l’importante baisse des prix du pétrole des derniers mois. Mais cette baisse apparente cache une réalité bien plus complexe : la baisse du prix du produit a été largement mise à profit par les pouvoirs publics pour augmenter encore la part des taxes ! » note Didier Bollecker, Président de l’Automobile Club Association.

« Entre 2014 et 2016, le taux de taxation des carburants est passé de 99 % (soit 5 fois la TVA normale) à 201 % (soit 10 fois la TVA) pour le gazole et de 136 % (soit près de 7 fois la TVA normale) à 210 % (soit plus de 10 fois la TVA normale) pour le SP 95. C’est un niveau de taxation record et insupportable pour les automobilistes ! » s’insurge Didier Bollecker.

« L’ACA, qui réunit plus de 838 000 adhérents, poursuit son action militante pour conserver une mobilité individuelle à un coût acceptable pour tous. » conclut Didier Bollecker.

taxes

 

Sur le web

  1. haaaa ! je me demandais pourquoi tout ça augmentait à la pompe alors que le pétrole perdait jusqu’à 3% certains jours ; des vaches à lait , voilà ce que nous sommes ; ni plus ni moins ; ras le bol des pouvoirs politiques , vraiment ras le bol !

    1. Les cours du pétrole ne sont pas le secret le mieux gardé du royaume. Le baril est passé de 26 à 36 euros entre janvier et mars.

      la TIPP est une taxe fixe au litre, dire que les taxe ont augmenté du fait de la baisse du baril est juste inepte.
      Ou alors il faudrait dire que le taux de taxe sur les carburant à baisser depuis janvier…

      1. Si l’assiette taxable en prix baisse et que la taxe reste stable en volume. L’auteur a raison la taxe augmente proportionnellement à la baisse du prix. Je suis désolé pour votre remarque c’est du calcul arithmétique élémentaire, en toute amicalité

        1. Evidemment, et après? Le titre « Automobile : les taxes sur le carburant ont doublé en deux ans » comme le contenu de l’article donne une vision biaisée de la réalité. Ça va sur un tract du club des amoureux de la BX, mais ça fait pas très sérieux sur un site d’information.
          Imaginons que le baril remonte à 130 dollars demain, suis à peu près sûr qu’un titre du genre  » les taxes sur le carburant divisées par deux en 2 jours » vous paraîtrait ridicule.

          1. Nono, je vous invite à lire l’explication que j’ai donné en bas de page des commentaires

  2. zut,

    moi qui vient de mettre 60 euros de sp95 dans ma voiture, apprendre que 40 vont à françois, ça me fout le moral à zéro !

    1. vue comme ca c’est horrible voir déprimant

      1. Franchement, les Français n’ont pas vraiment à se plaindre quand on voit le lien ci-dessous (et rien de tel qu’une comparaison, à titre indicatif, pour savoir de quoi on parle)

        Entre le prix du baril et le diesel, à la pompe, il y a des coûts en cascade, qui eux peuvent être aussi taxés. (Chez moi, le gaz-oil de chauffage est livré à 0,38 € le litre, H.T.: autre base fiable du « prix-matière sur place »)

        http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/10/07/29006-20151007ARTFIG00306-quel-pays-d-europe-taxe-le-plus-le-diesel.php

  3. http://lci.tf1.fr/jt-20h/videos/2016/invitee-du-20h-de-tf1-segolene-royal-annonce-que-la-promesse-de-8722231.html

    « Le prix de l’énergie baisse, il faut en profiter pour développer les énergies renouvelables… »

    Ne faut-il pas y voir là un message ?

    On l’aura compris, il s’agit de prendre dans le porte-monnaie de chacun y compris de travailleurs qui faute de pouvoir s’offrir un loyer à proximité de leur travail vont se loger en campagne et utilisent leur voiture par obligation, souvent un vieux diésel, pour aller gagner leur pain.

    Ces impôts à la pompe serviraient-ils à promouvoir entre autres les véhicules électriques grâce à une subvention de 6000 euros, un véhicule que les peu fortunés ne peuvent s’offrir, seuls quelques milliers de citadins pour des déplacements courts ( qui pourraient aussi être faits en bus électriques ) peuvent y trouver un quelconque intérêt.

    En sus de développer ces VE, les taxes ne contribueraient-elles pas au développement des filières des énergies dites renouvelables ( biocarburant, éolien, photovoltaïque ), et ainsi s’additionneraient à la contribution au service public que l’on nous fait payer avec notre facture d’électricité, une CSPE qui a augmenté de plus de 400% en quelques années, réduisant ainsi à zéro nos efforts pour payer moins de factures d’électricité…

    Des efforts non seulement vains mais en plus il va falloir appeler le contribuable au secours d’EDF car les énergies renouvelables produisent en surcapacité avec les installations de notre électricien public qui ne peut plus vendre à son juste prix sa production et de fait n’a plus les moyens financiers de ses obligations à entretenir son parc de centrales et barrages…

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/17/l-etat-pret-a-soutenir-financierement-edf_4884825_3234.html

  4. « Malgré la chute du prix du pétrole » Grâce à plutôt…

  5. Le consommateur « final » ne profite guère de la chute du prix du pétrole : La différence est récupérée soit par l’Etat, soit dans la marge des entreprises.

    J’aimerais bien savoir si la concurrence tant vantée dans la CE peut avoir un effet salvateur contre cette entente de fait contre nous !

    1. nous? vous pouvez chercher du pétrole…le raffiner qui vous en empeche?

      1. Les chinois pourraient nous revendre du pétrole synthétique s’ils avaient trop d’énergie dans le futur.

      2. @Lemière: Nous sommes sur un site libéral, pas survivaliste.

  6. La route n’est pas un support neutre, elle est aussi, comme infrastructure majeure si tant est que l’on veuille bien la penser, porteuse d’un projet politique, potentiellement républicain et démocratique. Sur ce sujet, la Fondation pour l’innovation politique vous invite à les deux notes de Mathieu Flonneau et Jean-Pierre Orfeuil « Vive l’automobilisme (1): les conditions d’une mobilité conviviale » (http://www.fondapol.org/etude/mathieu-flonneau-et-jean-pierre-orfeuil-vive-lautomobilisme-1-les-conditions-dune-mobilite-conviviale/) et Vive l’automobilisme (2): pourquoi il faut défendre la route » (http://www.fondapol.org/etude/mathieu-flonneau-et-jean-pierre-orfeuil-vive-lautomobilisme-2-pourquoi-il-faut-defendre-la-route/)

    1. «  »La route n’est pas un support neutre, elle est aussi, comme infrastructure majeure si tant est que l’on veuille bien la penser, porteuse d’un projet politique, potentiellement républicain et démocratique » »
      C’est bien vrai , je me souviens que une des raisons de la  » révolution  » de 1789 ( en fait , pousse toi de là que je m’y mette ) était , en plus d’un vrai régime économique libéral , la suppression de l’octroi et la liberté de circulation sur les routes de la rép…Et on se retrouve , 200 ans plus tard , avec des autoroutes payantes , une surtaxation du carburant , des véhicules etc …avec la plupart de la taxation de l’automobile allant brûler dans le budget de l’état …

  7. Robert Palmipède

    ce qui ne démontre qu’une chose: que nous ne sommes faits que pour payer, quand le prix du pétrole monte c’est répercuté plein pot le jour même, quand ça baisse, ça met 3 jours et on en voit que des miettes…
    pays de merde.

  8. « C’est un niveau de taxation record et insupportable pour les automobilistes »

    L’impôt doit bien être prélevé quelque part. Faute de pouvoir le prélever sur le sel, c’est depuis longtemps sur l’énergie ou le tabac. Mais c’est maintenant légitimé en plus par l’idéologie écologique ou bien-pensante.

    Pourtant, jamais on ne se pose la question de l’opportunité de déverser des tonnes de sable dans les rouages de l’économie. Peut-être pense-t’on que dans une économie basée sur le machinisme et non la force physique, le coût de l’énergie n’a pas d’importance ?

  9. Et avec tout ça on a encore un budget en déficit ?

  10. Je voterai pour le candidat qui promettra de façon indiscutable d’abaisser les taxes sur les carburants à un niveau raisonnable. Si tous les automobilistes font ça…….

    1. Ils vont tout nous promettre pour avoir le bulletin de vote mais ,des le lendemain du scrutin,ils nous feront un beau doigt avec un sourire narquois; Tous ces politiques ne sont que des escrocs en col blanc tout juste bons a couper les tête lors de la révolution qu’il faut souhaiter la plus proche possible.

    2. Vous ne serez pas suivi, les français moutons et pigeons voteront pour ceux qu’ils connaissent et qui font des promesses intenables.

    3. Parti comme c’est, vous allez vous abstenir…

    4. Qu’ il se contente de baisser les dépenses de l état…

  11. La stratégie est tellement simple : l’état profite de la chute du baril pour augmenter les taxes, et quand le pétrole remontera, on s’apercevra que le prix des carburants est astronomique, mais à ce moment là, l’état, relayé par les médias, accusera les compagnies pétrolières (ces affreux capitalistes) de s’en mettre plein les poches mais il ne sera pas question de baisser les taxes sous prétexte que l’état « perdrait de l’argent ».

    1. Les taxes sur les carburants sont à peu près stables depuis 15 ans. Voir en légère baisse en euros constants….

    2. Ils ont fait de même avec la taxe domaniale (+50 % !) sur les autoroutes :
      http://www.economiematin.fr/news-augmentation-tarifs-peages-2015

      1. Il n’y a pas eu d’augmentation significative des taxes sur les carburant en dehors d’une augmentation de quelques centimes sur le litre de diesel.
        L’article est juste une présentation absurdement biaisée de la réalité.

        1. « Quelques centimes », cela douille souvent… Surtout si c’est répété chaque année.

          1. L’article atteint des niveaux mélenchonien de transformation de la réalité…
            Vous avez une taxe peu ou prou à 60 centime le litre, ça représente une part du prix d’autant plus importante que le prix du carburant hors taxe est faible. Laisser penser qu’on paierait plus d’impôt du seule fait que la part des taxes croit dans le prix finale est au choix idiot ou malhonnête.

            Il y a des choses assez ridicules ( comme d’inclure la tipp au calcul de la tva…) mais de fait les taxes n’ont dans l’ensemble pas vraiment progressé en 15 ans, voir ici:

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_int%C3%A9rieure_de_consommation_sur_les_produits_%C3%A9nerg%C3%A9tiques

            1. Oui, comme beaucoup l’auteur joue sur les chiffres et l’effet contre-intuitif et émotionnel des pourcentages. Cependant le fait est que la forte TIPP réduit les variations « apparentes » à la hausse comme à la baisse. Tout comme notre protection sociale peut gommer en partie les effets de la crise et ensuite de la reprise. Mais dans la mesure où les variations de prix sont le moteur de l’innovation, et les crises le moteur des réformes et restructurations, on peut se demander si on n’a pas tout faux (avec notre modèle social que tout le monde nous envie …)

            2. Voire ma remarque amicale ci-dessous, SVP

  12. Face a la divine surprise de la baisse du prix du pétrole, les crapules consternantes qui se servent de l’état se sont précipités pour voler la différence aux automobilistes au profit des trous sans fond de leur clientèles.

    Il y a peut être même, en prime, un calcul électoral minable: se basant sur des études savantes de diverses banques qui promettent des prix bas pour longtemps, il se sont dits que le gouvernement suivant, probablement pas socialiste, sera coincé par la prochaine hausse du pétrole. Soit il diminue les taxes et donc ses ressources, soit il garde les taxes et les hausses a la pompe seront d’autant plus violentes.
    Pas de chance, le prix de la matière première a augmenté de 50% depuis le début de l’année .

  13. En France la taxation des produits pétroliers est composée de plusieurs taxes dont la TICPE (ex TIPP) qui est une taxe sur volume, depuis le 1er avril 2014, une contribution climat-énergie (CCE) intégrée à la TICPE, toutes ces taxes sont assujetties à la TVA qui est une taxe sur les prix.

    Si le prix du baril de brut s’élève, la TICPE reste fixe, idem en cas de baisse. Comme le prix du baril de brut (1 baril = 159 litres) a baissé d’environ 130 $ à 30 $ cela fait une baisse de prix du brut de 77 %.

    La TICPE, depuis 2014, est fixée à 44,19 centimes par litre pour le gazole et 61,42 centimes par litre pour l’essence. (TICPE moyenne 52,81)

    La TICPE représentait donc 64 % du prix du brut à 130 $, (plus TVA 20 %)

    Avec un baril à 30 $, la TICPE est de 280 %, la TVA qui est assise sur le prix du brut + TICPE, augmentant proportionnellement de 20 %

    Ainsi la variation à la pompe, n’a été que d’environ – 30 %, les recettes de l’Etat sont restées fixes à 34,3 milliards €. Ce sont bien les consommateurs de produits pétroliers qui ont payé la différence à l’Etat, soit 26,4 milliards € plus la TVA afférente pour 5,3 milliards €. (Importations de brut 2013 à 56 millions de tonnes)

    1. ok Goufio , vous avez transmis l’analyse que j’attendais , sur l’augmentation de la taxation du pétrole …

Les commentaires sont fermés.