Conférence-débat : la guerre contre la drogue est-elle pertinente ?

Publié Par Contrepoints, le dans Événements

Par Contrepoints

Students-For-Liberty

 

Students for Liberty – Strasbourg, association du réseau Students for Liberty – France, organise une conférence le lundi 7 mars sur la pertinence de la guerre contre la drogue et la fin de la prohibition.

Succédant à sa grande sœur de la première moitié du XXe siècle, la Prohibition, la guerre contre la drogue a mobilisé, depuis son déclenchement dans les années 1970, forces de police et appareils judiciaires, partout dans le monde, tant au niveau national qu’international.

Mais ses objectifs, à savoir réduire la consommation de produits stupéfiants et stopper le trafic, n’ont évidemment pas été atteints. À titre d’exemple, la consommation de cannabis augmente en France, surtout chez les jeunes, qui sont 45% à avoir déjà essayé de fumer, selon le Pr Bertrand Dautzenberg, ancien président de l’Office français de prévention du tabagisme.

La War on Drugs lancée par le Président Nixon aux États-Unis a conduit à une explosion de la population carcérale, qui est maintenant la plus importante au monde, tant en niveau absolu qu’en proportion de la population. La lutte contre le trafic au Mexique a conduit à une guerre civile responsable de plus de 100 000 victimes.

Face à ces échecs, plusieurs pays ont adopté une approche différente. Le Portugal a ainsi décriminalisé depuis 2001 l’usage personnel de toutes les drogues. L’Uruguay a totalement légalisé la consommation, production et vente de cannabis. D’autres pays d’Amérique latine, en première ligne dans la guerre contre la drogue, ont adopté ou envisagent d’adopter une législation plus souple.

Avec la victoire de Justin Trudeau au Canada la libéralisation est en marche. Plusieurs États des États-Unis ont eux aussi légalisé le cannabis.

L’équipe de Students for Liberty – Strasbourg est heureuse de vous convier à une conférence-débat pour échanger sur ce thème de santé publique et de sécurité. Pour ce faire nous avons le plaisir de recevoir Messieurs Olivier Maguet et Bertrand Rambaud.

Bertrand Rambaud est le président et fondateur de l’association UFCM-iCare. Atteint du VIH, il utilise le cannabis à des fins thérapeutiques pour atténuer les effets secondaires de son traitement. Il nous parlera de son combat pour pouvoir se soigner et des conséquences de la prohibition des drogues au niveau médical.

Olivier Maguet siège au conseil d’administration de Médecins du Monde. Avocat d’une politique différente en matière de lutte contre les drogues, il nous présentera la situation mondiale et les changements qui s’opèrent, notamment aux États-Unis et en Amérique latine.

Nos deux intervenants feront chacun une présentation puis la conférence se poursuivra avec une séance de questions de la part du public.

L’événement est évidemment gratuit et ouvert à tous, nous vous attendons nombreux :

  • le lundi 7 mars à 18h30 en salle D7 à l’École de Management de Strasbourg !

Lien Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/1739708099574176/

  1. En tous cas ça fait plaisir, on en a pas parlé depuis longtemps sur Contrepoints.

  2. Pour faire court : Oui, c’est légitime

    1. En quoi on a le droit d’empêcher des gens d’ingérer ce qu’ils souhaitent ? Que ce soit des drogues (alcool, tabac, cannabis, amphétamine…), des aliments (trop gras, trop sucrés, trop salés, OGM…), des médicaments (jugés trop dangereux, expérimentaux, à des fins non thérapeutiques…) ..?

      1. Ok, mais qu’ils ne viennent pas pleurer s’ils n’ont ps les moyens de faire soigner les maladies qu’ils pourront attraper suite à leur manque d’hygiène de vie.
        Bon, vous trollez, je suppose ?

        1. Je suis pour la privatisation totale de la santé alors non. Vous oubliez aussi un peu vite que la plupart des problèmes de la santé dus à la drogue sont du à la dépendance (donc n’apparaissent pas lors d’un usage récréatif) et aux produits toxiques mis par les idiots qui la fabriquent.

        2. @xc +1 ! les droits ok , mais avec les devoirs les responsabilités qui vont avec .

          1. Qui a proposé l’irresponsabilité ?

  3. La liberalisation du canabis en UY c est du pipeau. Il devrait etre vendu dans les pharmacie. mais beaucoup ne veulent pas car ils vont se faire attaquer pour voler le cannabis. Pays socialiste pire que la France, dans le meilleur des cas, on va monter un systeme avec des fonctionnaires, une passion ici – 50 postes ºa la mairie 25 000 candidats), donc tout le monde sera d accord. Mais le cout de distribuition va faire que le gramme sera plus cher que celui des trafiquants.
    Quelques point de references de ce beau pays: les chemins de fer n existent plus depuis les années 80 mais quelques milliers de fonctionnaires émargent toujourts au budget de l Etat. Les casinos sont nationalisés et se sont les seuls casinos du monde qui PERDENT de l argent. Donc la libéralisation (qui n a pas commencée) j en rigole déjà. Mais pour la coke, la pasta base, un petit mort par semaine dans les quartiers chauds. En fait on veut libéraliser la marijuana juste pour appliquer la TVA (22%) sur le prix de vente. Avbec un peu de chance les trafiquants vont pouvoir augmenter leur prix du fait des prix étatiques qui comme tout marché de monopole ne seront jamais concurrentiels.

  4. la repression contre la drogues a des effets negatifs qui dépassent de trés loin ceux de la drogue.

    la peuve en a ete apportée par la lutte contre la prohibiion en amérique qui a amené la création du crime organisé a tel point que les usa on renoncé a la prohibition……. sans pour autant devenir une nation d’ivrogne

    la lutte contre la drogue a amené la création de gangs violent en france et ailleurs, mais finance également des guérillas qui destabilisent les pays

    les talibans afgans, les farc colombiennes les cartels mexicains vivent de la drogue et disparaitrait sans elle, comme le crime organisé a regressé aux usa apres la suppression de la prohibition.

    dans ma jeunesse il n’y avait pas de repression de la drogue qui étaient quasiment en vente libre….et trés peu de drogués

    l’interdiction crée l’envie

    et puis sur le plan phylosophique j’estime être le seul proprietaire de mon corps ( mais bien sur j’en suis responsable )

Les commentaires sont fermés.