Le suicide de l’Occident

Publié Par Guy Sorman, le dans Politique

Par Guy Sorman.

[ C ] Lucas Cranach - Suicide of Lucrezia (1529) - Detail credits Playing Futures: Applied Nomadology (CC BY 2.0)

[ C ] Lucas Cranach – Suicide of Lucrezia (1529) – Detail credits Playing Futures: Applied Nomadology (CC BY 2.0)

La réaction désordonnée des Européens face à l’afflux des immigrants, la tentation britannique de quitter l’Union européenne, la montée en puissance de leaders populistes, en Europe de l’Est, en France, et aux États-Unis, l’incapacité de contenir les ambitions impériales de la Russie et de la Chine : voici autant de symptômes convergents, troublants et que l’on peut qualifier de suicidaires.

Depuis 1945, le monde se civilisait

Les Occidentaux, en Europe et aux États-Unis, étaient parvenus depuis 1945 à édifier un nouveau monde, plus civilisé, plus éclairé, plus respectueux du droit, des libertés individuelles, plus prospère, plus pacifique de manière à éliminer ou au moins à contenir les idéologies totalitaires. La création de l’OTAN, de l’Union européenne, la mondialisation économique, ont été en deux générations seulement des succès sans précédent, héritage direct de l’idéologie des Lumières. Certes, toutes les guerres n’ont pas disparu, toute pauvreté n’a pas été éliminée mais jamais dans l’histoire de l’Humanité, autant d’hommes ont si bien vécu et si longtemps.

Ces progrès ont été si rapides que certains, la plupart en vérité, semblent oublier qu’ils ne furent pas un heureux hasard, mais une laborieuse conquête de la raison contre la déraison. La liberté des peuples de choisir leur destin, pour chacun de s’épanouir mieux que la génération précédente, a été le résultat de négociations interminables, de l’élaboration de règles de droit discutées pas à pas, de la prééminence finale du droit sur la force.

Mais pour le grand nombre des Occidentaux qui vivent libres, ce lent processus est inconnu, rarement enseigné ; ils imaginent que leur liberté, leurs droits, leur relative prospérité, vont de soi comme l’air que l’on respire : la nature humaine s’habitue plus vite à la liberté qu’à la contrainte. C’est le retour à la tyrannie, à la violence qui soudain, révèle combien la liberté et la paix n’allaient pas de soi. Il y a dans la nature humaine comme une asymétrie psychologique dont se moquait le personnage de Pangloss dans le Candide de Voltaire, répétant que « tout  allait toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Le garde-fou contre la tentation précédente et inconsciente du suicide eut été l’éducation publique, une incessante pédagogie pour rappeler d’une génération à l’autre que chaque progrès est le résultat d’un effort sur soi, d’une répression de l’instinct par la mobilisation de la raison. Mais les pédagogues ont démissionné des Universités, et de la vie politique, tandis que les nouveaux modes de communication ont ouvert une voie royale à l’empire du n’importe quoi, sans modération et sans modérateur : le recul des médias écrits, sans être la cause unique de la percée du populisme, du nationalisme, de la théorie du complot, du retour de la pensée magique, du culte de l’homme fort et providentiel, a évidemment facilité l’œuvre destructrice des camelots et marchands de sornettes qui chatouillent les instincts davantage que les neurones.

Suicide de l’Occident ? Non, l’expression n’est pas trop forte.

Si, par exemple, la Grande-Bretagne quitte l’Europe, ce départ donnera des ailes à tous les Indépendantistes au risque de déclencher une réaction en chaîne qui détruira le marché unique européen, ne laissant dans son sillage que le chômage et la récession. Chaque nation, chaque province sera tentée de se replier sur elle-même, oubliant que l’échange est le fondement de la prospérité.

L’OTAN résistera-t-il à cette balkanisation ? Probablement pas, autorisant l’armée russe à reconstituer un empire à l’Est de l’Europe, englobant l’Ukraine et les Pays Baltes pour commencer. On n’ose imaginer Donald Trump à la Maison Blanche, mais c’est envisageable, et si cela devait arriver, comptons sur lui pour déclencher, par inadvertance, quelque conflit majeur avec la Chine ou le monde arabe. L’absence de coordination entre les gouvernements occidentaux laisserait aussi libre cours aux mouvements terroristes qui se constitueraient en États. Ce désordre général ferait le jeu des mouvements fascistes en Europe : on connaît cette logique du pire puisqu’elle a déjà été expérimentée.

En ces instants graves où l’Histoire peut bifurquer, rappelons combien ce que l’on appelle l’Occident est un édifice fragile, bipolaire dirait un psychiatre s’il s’agissait d’un individu. Un précédent aussi me vient à l’esprit : à Sarajevo en 1914, un gros bourg que peu d’Européens auraient su situer sur une carte, un seul coup de revolver provoqua une guerre mondiale, parfaite illustration de la Théorie du chaos quand un événement d’apparence insignifiante déclenche un ouragan généralisé, que personne n’avait désiré. Eh bien, le monde actuel est parsemé de Sarajevo en puissance, en Libye, en Macédoine, en Syrie, en Ukraine, en Mer de Chine. Bien entendu, le pire n’est jamais certain, mais il est possible, particulièrement si on refuse de l’envisager, de l’analyser et d’adopter une stratégie en retour. Parlons-en la semaine prochaine.

Sur le web

  1. « les nouveaux modes de communication ont ouvert une voie royale à l’empire du n’importe quoi, »

    ..et les jeux video. lol

  2. Bien écrit, mais le parti pris saute au visage dès le premier paragraphe :
    « …les ambitions impériales de la Russie et de la Chine. »

    Bien entendu, les USA sont des saints qui n’ont toujours agi que pour « édifier un nouveau monde, plus civilisé, plus éclairé, plus respectueux du droit, des libertés individuelles ».

    Guy Sorman ou le rêve américain…………. 🙂

    1. La Chine et la Russie ne défendent pas le même monde que l’occident. En réalité on a bien affaire à un test pour voir si l’occident est encore capable de défendre ses valeurs contre des puissances hostiles, ou si nous sommes entrés dans une spirale de déchéance et de haine de soit telle qu’on est juste capable de courir après des barbus dans le désert.

  3. Le Royaume-Uni ne peut pas quitter « l’Europe ». Mieux, il peut y rester en gardant des relations amicales et de libre échange avec les autres pays. La confusion introduite ici entre quitter l’UE est quitter l’Europe « chatouille les instincts davantage que les neurones » comme l’écrit l’auteur lui-même.

  4. Je n’ai même plus le courage de réagir aux chroniques, publiées avec la régularité et la disponibilité d’un fonctionnaire, de Sorman.
    Elles tournent lamentablement en rond sans même qu’il ne s’en aperçoive.
    Pourtant, les enjeux sont énormes, puisque ce sont justement ses thèses (truffées d’erreur historiques, de contresens, d’aveuglement sidérant) qui sont à l’origine du déclin de l’occident.
    Tous les jours, le ministère de la propagande, par la voix des médias, nous inflige le même leitmotiv avec l’idée qu’il a la charge impérieuse d’éduquer le peuple méprisable des sans-dents. Nous avons à faire à l’étendard des médiocres ayant accéder au pouvoir.

    1. 100% d’accord.
      Sorman est un idéologue mondialiste, doté d’un fort penchant totalitaire.
      Il diffuse inlassablement sa propagande, méprisant la volonté des peuples, avec une argumentation insignifiante quand elle n’est pas fallacieuse.
      Tout contradicteur éventuel est systématiquement et préventivement traité de fasciste.
      Il faudrait une âme charitable pour lui dire cet artifice oh combien éculé.
      Il convient de plus en plus de lire sur ce site, le nom du chroniqueur avant de se faire accrocher par le titre.

    2. +1 à Yves , Sorman est inepte , il nous sort à chaque fois le même brouet : le lecture du monde d’aujourd’hui avec son décodeur bloqué à 1939 …

  5. Article en forme d’alerte, brillant, d’une rare lucidité, qui mériterait une très large diffusion dans toute la presse occidentale.

    1. … La menace russe… Vous vous trompez d’époque. Le pacte de Varsovie est dissous. Quant aux moyens russes regardez les chiffres et perspectives économiques.
      Michel. Sorman est le petit telegraphiste de la propagande américaine. Et est citoyen américain également.
      Ça ne prend plus

      1. « La menace russe »

        Mais les russes se vantent sans cesse d’être une menace pour l’occident enfin… On s’est déjà fait avoir plusieurs fois par la Russie, ne recommençons pas.

        « Quant aux moyens russes regardez les chiffres et perspectives économiques. »

        Le fait que ce pays soit dans une spirale de décadence économique, politique et morale bien plus rapide et profonde que l’occident ne change rien au fait que son pouvoir de nuisance reste énorme.

        1. Reflechissez 2 minutes. Poutine a besoin de l’occident pour vendre ses ressources énergétiques. Chine et Inde ne suffisent pas pour faire rentrer des devises. En tant que fournisseur il a besoin de vendre, nous d’acheter.
          Il montre ses muscles quand nécessaire, comme ses concurrents américains.
          C’est la géopolitique. Dites moi donc si L’UE a quelque chose à gagner de soutenir aveuglement les EU.
          Vous croyez sérieusement que Poutine va jouer à Staline, et envahir l’Ukraine et les pays baltes ? De grâce ne me parlez pas de la BCE Crimée, dont tout le monde connaît les origines russes. Et franchement, l’Ukraine peut rester en dehors de L’UE. Mourir pour le Dombass ?
          Risible

          1. « Reflechissez 2 minutes. Poutine a besoin de l’occident pour vendre ses ressources énergétiques. Chine et Inde ne suffisent pas pour faire rentrer des devises. En tant que fournisseur il a besoin de vendre, nous d’acheter. »

            Donc il faut faire pression sur Poutine pour qu’il stop sa politique agressive. Il me semble qu’aujourd’hui le pétrole est bas et qu’il ne serait pas dure de trouver des alternatives.

            Vous qui êtes visiblement si intéressé à défendre les intérets européens, pourquoi on ne travaillerait pas à mettre un maximum de pays en concurrence ? L’Afrique du nord, l’Asie centrale, l’Iran, les pays du Golfe… Si vraiment on veut défendre nos intérets énergétiques, alors il faut acheter à une multitude de petits pays et pas à un gros pays menaçant. C’est la meilleur façon de garder notre indépendance en étendant notre influence.

            « Il montre ses muscles quand nécessaire, comme ses concurrents américains.
            C’est la géopolitique. Dites moi donc si L’UE a quelque chose à gagner de soutenir aveuglement les EU. »

            Mais si l’Europe veut rester influente au 21e siècle, alors il est absolument primordial qu’il soit impossible de démarrer une guerre sur notre continent, dans le cas contraire on deviendra le terrain de jeu de tout le monde comme le moyen-orient ou l’Afrique…

            Il est donc nécessaire de stopper les ambitions impériales de la Russie et d’exiger la restitution de tout les territoires colonisés, dans le cas contraire les conflits se multiplieront et l’influence de l’Europe deviendra inexistante puisque 100% de la géopolitique de chaque pays consistera à éviter de sombrer dans le chaos.

            « Vous croyez sérieusement que Poutine va jouer à Staline, et envahir l’Ukraine et les pays baltes ? »

            Mais c’est ce que Poutine a fait envahir l’Ukraine et il menace les pays baltes, heureusement pour eux dans l’OTAN !

            Pour ce qui est de Staline, c’est comme pour Hitler, le pire ne serait pas arrivé si leurs fanboys nous avaient pas interdit d’analyser le personnage à temps.

            « De grâce ne me parlez pas de la BCE Crimée, dont tout le monde connaît les origines russes. »

            Non. Mais ce n’est pas l’important, avec ce genre d’excuse presque tout les pays du monde peuvent trouver une bonne raison d’envahir leurs voisins. C’est exactement ce qu’il faut que l’Europe évite étant donné le nombre de régions dans tout un tas de pays qui pourraient être utilisés par des puissances extérieures pour démarrer une guerre rattachiste et neutraliser un pays… Il est nécessaire pour que l’Europe ne devienne pas un terrain de jeu géopolitique de s’opposer fermement à cela et d’exiger la restitution de tout les territoires à l’Ukraine.

            « Et franchement, l’Ukraine peut rester en dehors de L’UE. Mourir pour le Dombass ? »

            Vous êtes un court-termiste, vous ne voyez pas le long terme. On va sortir cette excuse dans chaque pays jusqu’à ce que ce soit notre tour. Il est encore une foi nécessaire de défendre nos intérêts en empêchant toute puissance, européenne ou pas, de faire avancer ses intérets en Europe grâce à une guerre au 21e siècle.

            1. Vous êtes un pro de l’explication de texte, bravo!

              Pour clore cet échange épistolaire, je pourrais vous répondre que l’OTAN poursuit une politique agressive contre Poutine, le dessein d’y faire adhérer l’Ukraine ne vous aura pas échappé. Ceci dit, je ne suis pas un marxiste, et supporteur de l’ancien chef du KGB, qui se nomme Poutine.

              Simplement, et sans être court-termiste – quel quolibet, j’en tremble – j’essaie de relativiser dans les blocs géopolitiques et multipolaires. Il ne vous aura pas échappé non plus que l’influence de l’Europe au 21ème siècle – je n’ergoterai pas avec vous sur ce concept digne des théories mathématiques des ensembles, qui relève davantage de l’ectoplasme, au mieux d’une inféodation à la puissance américaine, et dont les fondamentaux sont l’euro et l’universalisme/égalitarisme bisounours – sera proportionnelle à celle du savon, i

              1. « je pourrais vous répondre que l’OTAN poursuit une politique agressive contre Poutine »

                L’OTAN ne mène aucune politique agressive contre Poutine, il a même été proposé plusieurs fois à la Russie de rejoindre l’OTAN, et ainsi d’en terminer avec la division du monde occidental qui plombe tout le monde. Qui à par la Chine profite de la situation actuelle ?

                « le dessein d’y faire adhérer l’Ukraine ne vous aura pas échappé. »

                Mais Poutine ne cesse pas de faire des prophéties autoréalisatrices. Si il ne fait que menacer les pays qui ne sont pas dans l’OTAN, évidemment que tout les pays voudrons renter dans l’OTAN…

                « j’essaie de relativiser dans les blocs géopolitiques et multipolaires. »

                Le relativisme fait justement partie de ce qui tue l’occident d’aujourd’hui. Si ceux qui nous menacent sont surs d’eux pendant que nous on ne croit plus en rien, on ne pourra que perdre.

                Pour ce qui est de la multi-polarité, le monde proposé par Poutine n’est absolument pas multipolaire. Regarder ce qu’il se passe en Ukraine et en Syrie, Poutine a clairement dit que seuls la Russie et les USA décideraient de ce qu’il se passera. Ce qui fait que tout pays qui ne tient pas une position dans l’axe entre celle de la Russie et des USA est écarté et que les autres ne sont la que pour faire de la figuration.

                Poutine propose un monde unipolaire dirigé par la Russie et les USA, ce qui augmenterait l’influence des USA que vous ne semblez pas aimer. C’est pour cela que l’Europe doit rester ferme face à la Russie aujourd’hui alors que les US semblent céder aux desseins russes, et cela pour éviter d’être effacé de l’histoire.

                « je n’ergoterai pas avec vous sur ce concept digne des théories mathématiques des ensembles, qui relève davantage de l’ectoplasme, au mieux d’une inféodation à la puissance américaine, et dont les fondamentaux sont l’euro et l’universalisme/égalitarisme bisounours – sera proportionnelle à celle du savon »

                Rien compris.

              2.  » Pour clore cet échange épistolaire, je pourrais vous répondre que l’OTAN poursuit une politique agressive contre Poutine,  »

                ça c’est tout ce que la propagande poutiniste des Sputniknew et cie nous rabattent sans cesse. Les pays de l’est ont vécu 40 année d’enfer communiste imposé par Moscou. Comme si la politique de Poutine qui fait sans cesse reculer la Russie dans le fin fond des classement des libertés politiques économiques et celle de la presse; allaient rassurer les pays baltes qui sont des voisins directes.

                D.J

                1. « Les pays de l’est ont vécu 40 année d’enfer communiste imposé par Moscou.  »

                  La Russie en a subi soixante quatorze 1917 / 1991.
                  Ce qui signifie d’ailleurs qu’au moment de l’écroulement de l’Union Soviétique, il n’y avait que très peu de russes qui avaient pu connaître comme adultes la Révolution d’Octobre, qui avait vécut jeunes sous Nicolas II puis sous Lénine.

                  Staline avait fait la seconde guerre mondiale avec des soldats qui, pour la plupart, n’avaient connu que le régime communiste cad. qu’ils avaient été à l’école primaire communiste, fait du scoutisme dans les jeunesses communistes et s’ils avaient poursuivi des études secondaires puis universitaires, c’est avec l’aval du Parti.
                  Mais ceux-là avaient des parents qui avaient connu « avant »

                  Ce n’est plus le cas avec la génération de Poutine qui est un babyboomer (né en 1953) qui a grandi sous Kroutchev et sous Brejnev et occupé un premier poste de travail sous le même Brejnev.

                  Je regardais l’année dernière le défilé de la victoire de 2015. L’URSS s’étant crashée en vol en 1991, aucun des jeunes soldats participants au défilé n’avait connu l’URSS, leurs jeunes officiers et sous-officiers étaient enfants sous Gorbatchev et seuls leurs vieux sous-officiers ainsi que leurs officiers supérieurs et généraux avaient l’âge d’avoir connu, quand ils débutaient dans la vie active tout comme Poutine, les dernières années de Brejnev.
                  Il s’agit bien de l’Armée Russe et non de l’Armée Rouge Soviétique.

                  Transposons dans l’Histoire de France. La révolution datant de 1789, soixante quatorze ans après (durée de vie de l’URSS) nous serions en 1863 sous le règne de Napoléon III. et 25 ans après (2016 moins 1991) ce serait l’année 1888 c’est à dire en pleine présidence de Sadi Carnot qui va poser les préliminaires ce qui sera en décembre 1893 l’alliance franco-russe qui prit fin en 1917.

                  On oublie souvent l’épaisseur du temps et donc les changements de générations qui ont d’autres problèmes et d’autres points de vue que les générations précédentes.
                  nota: une génération, par convention, c’est trente ans.

    2. Patrick Aulnas ,

      Vous alors , vous êtes un bon public !!!

  6. Arrêtez de confondre libre-échange et Union européenne, on peut très bien avoir le premier sans le deuxième. Ni Andorre, ni la Suisse, ni la Norvège, ni l’Islande ou le Liechtenstein n’ont eu besoin d’adhérer à l’UE pour signer des accords.

    Et puis vous idéalisez l’avant-1914, si ça a pété ce n’est pas à cause des séparatismes, Sarajevo était un prétexte. C’est bien de la faute des grands nationalismes impériaux et des grandes alliances installés qui menèrent une course effrénée jusqu’à la guerre, et ce depuis la fin du XIXe siècle, on sentait le conflit arriver.
    On retrouve la même chose aujourd’hui, des grandes puissances régionales et mondiales qui foutent la merde partout (Europe, Russie, US, Chine etc…) et qui se constituent en alliances agressives comme l’OTAN. Donc imputer les désordres actuels à la Grande-Bretagne qui veut se séparer de l’UE ou aux régions qui veulent se séparer, je pense que vous avez louper le cochet totalement. Ce ne sont que les conséquences de désordres créés par les grands Etats que vous adorez qui ont guerroyé au Moyen-Orient, qui ont répandu la dépense publique et la réglementation, et qui maintenant créent des forteresses à leurs frontières.

    1. Tremendo. Totalement d’accord avec vous. Sorman épouse les thèses socialisantes avec un manque confondant de connaissance, de clairvoyance et, tout simplement, d’intelligence.

    2. Parfaite analyse historique, qui fait défaut en revanche à l’article….

    3.  » Arrêtez de confondre libre-échange et Union européenne, on peut très bien avoir le premier sans le deuxième. Ni Andorre, ni la Suisse, ni la Norvège, ni l’Islande ou le Liechtenstein n’ont eu besoin d’adhérer à l’UE pour signer des accords.  »

      La Suisse signes des accords pour devenir eurocompatible. Le problème c’est qu’elle na aucune voix au chapitre quand les règle de l’UE change et dont la suisse doit suivre. UE ou pas il faudra toujours une certaine union politique en Europe pour tous se mettre d’accord.

      D.J

      1. Ca a toujours été l’argument de ceux qui sont en dehors, j’en ai pas mal discuté avec des amis norvégiens : si on rentrait, on pourrait faire valoir notre avis. Les Britanniques commencent à se rendre à l’évidence : c’est en sortant qu’on retrouve le droit à faire valoir son avis…

      2. L’AELE montre le contraire…

    4. En 1914, la situation était explosive, et n’importe quel événement autre que Sarajevo aurait effectivement pu mettre le feu aux poudres de la même manière.

    5. @Tremendo +1000 totalement d’accord.

  7. en voilà une bonne nouvelle : ( » l’OTAN ne résisterait pas à la sortie de l’angleterre). l’OTAN n’a plus aucune justification. Elle ne sert qu’à asservir les peuples européens .
    Non, ce n’est pas l’europe qui se suicide: ce sont des traîtres qui ont mis un coup de poignard dans le dos des peuples européens et ceux-ci commencent seulement à le comprendre. Les politiques Européens ont une haine de l’identité, des nations et des peuples : leur objectif est de casser le souverainisme ( une saloperie comme dirait l’odieux BHL) et ils font face maintenant à des peuples qui veulent se libérer. Tous ces gens ont  » vendu  » l’idée européenne sur la base du poids qu’il fallait pour faire face aux USA et à la Chine et ils n’ont fait que détruire nos forces.

  8. Cette ode à la liberté me semble en décalage par rapport au pouvoir grandissant des Etats et des organismes supra-étatiques.

  9. Stéphane Boulots

    Cette doxa de « l’Europe des Lumières » à base de Voltaire, de protectionnisme, de nationalisme, d’éducation publique me gave au plus haut point.

    C’est historiquement faux et archi faux : l’Europe du XIX° et du XX° n’a fait que dilapider un énorme héritage millénaire, en agissant comme des enfants gâtés arrogants sans conscience ni reconnaissance, se complaisant dans les luttes fratricides et les délires mégalomanes.

    Les anglais font partie des rares nations à avoir conservé un sentiment de liberté, absolument normal qu’ils quittent le Titanic des étatistes pleurnichard.

    1. Les anglais font partie des rares nations à avoir conservé un sentiment de liberté, absolument normal qu’ils quittent le Titanic des étatistes pleurnichard.

      Le Royaume Uni est le seul pays européen à ne pas avoir subi la Révolution Française ni appartenu à l’Europe napoléonienne, elle l’a d’ailleurs vaincue au « finish » en 1815 à Waterloo.
      C’est un pays qui a évolué sans à coups majeurs du haut moyen âge normand aux temps modernes, comme nous aurions du le faire sans notre révolution de 1789.

      1. Ce ne serait pas plutôt le fait de s’être retrouvé pratiquement seuls face aux Allemands en 1940 qui marque encore leur perception politique dans tous les domaines. Quand je réfléchis à la situation unique qu’à subie l’Angleterre, pendant 5 ans, je me dis que j’aurais exactement la même méfiance envers mes « amis », le même sentiment de ne devoir compter que sur moi, le même pragmatisme et la même ténacité.

  10. je ne suis pas entièrement d’accord. A mon sens plutôt qu’un suicide je parlerais d’une profonde mutation mondiale. La petite France, et les Français, égocentrée a beaucoup de mal a regarder et comprendre ce qui se passe dans le monde. Je vis dans l’hémisphère Sud et je vous assure qu’aimant la France elle nous désole non seulement par ce qui s’y passe mais parce qu’elle n’est plus partie prenante du reste du monde. Les Français sont bernés de clichés qui n’ont plus court sur les autres pays du monde. C’est du gâchis quand on sait, comme moi, le potentiel Français.
    Le monde bouge a une vitesse incroyable. C’est passionnant et positif. Il y a de l’enthousiasme dans l’air……… J’eusse aime que votre article soit positif …………. il y a plus de 4 M de Français a l’étranger. Demandez leur.

    1. Oui enfin dites nous où vous vivez. C’est un peu facile de critique « les français » en disant des horreurs tout en faisant semblant de les aimer sans nous dire quel est ce pays où l’ont trouve tout cet effervescence. Ici par ailleurs on parle plutôt de l’hémisphère nord et des relations entre Chine-Ue-Usa-Russie qui restent quand même les puissances mondiales.

  11. Merci pour cet article, je ne suis pas d’accord avec tout, surtout sur l’éducation publique, mais j’admire le fait que vous êtes un des derniers humanistes face à tout les déclinistes qui défendent un relativisme porteur d’aucun espoir.

    1. J’ai pas très bien vu l’espoir dans l’article. En revanche j’y ai bien vu son idée fixe anti-Poutine. Je veux bien reconnaitre que Poutine pose des problèmes et des inquiétudes. Mais le mettre au centre de tous les problèmes du monde n’est franchement pas malin. Cela a tendance à amoindrir le reste des problèmes. A moins bien sur que l’on se fiche de ces problèmes et que le but du jeu ne soit que de régler ses comptes avec Poutine …

      1. « Mais le mettre au centre de tous les problèmes du monde n’est franchement pas malin. »

        Mais Poutine s’y met tout seul enfin…

        Bref, en gros vous dites qu’il y a un problème, mais qu’il ne faut pas trop le dénoncer, sinon il va falloir commencer à réfléchir à ce qu’il faut faire.

  12. A mon avis c’est surtout l’islam qui menace l’occident. Et son suicide est précisément l’absence de réaction face à l’islamisation.

  13. « L’OTAN résistera-t-il à cette balkanisation ? Probablement pas, autorisant l’armée russe à reconstituer un empire à l’Est de l’Europe, englobant l’Ukraine et les Pays Baltes pour commencer. »

    Euh, c’est pas un peu raccourci comme raisonnement ? Les Etats-Unis patrouillent avec leurs chars à la frontière estonienne

  14. Les mensonge sur armes de destructions massisves de Saddam, la guerre en Irak, la bienveillance envers l’Arabie Saoudite et le harcellement de la Syrie ne viennent pas de Russie mais de Washington…

    1. Vous devriez juste vous renseigner du rôle de l’URSS dans la montée du parti Baas en Irak.

      D.J

      1. @OK DJ , je suppose que le propos de Bernard consistait à mettre les choses en équilibre . L’auteur Sorman est franchement pro américain et manque totalement d objectivité à leur égard …
        Le problème de l’europe est celui là : nous nous contentons désormais à commenter le match .

      2. C’est bien W (Bush) qui a foutu le plus gros bordel dans la région, et il serait intéressant de connaître ses vraies motivations (autre que ses mensonges sur les armes de destruction massive).
        Le pétrole ? La protection d’Israël ? L’industrie américaine de l’armement ? Autres raisons ?

        1. « C’est bien W (Bush) qui a foutu le plus gros bordel dans la région »

          Non les graines du chaos ont été planté quand l’URSS a mit en place les dictatures socialistes et nationalistes arabes, car le socialisme ne marche pas.

          En y réfléchissant bien, l’action du Bush a été au pire épiphénoménale au mieux visionnaire. Saddam Hussein aurait il résisté à l’idée de se lancer dans une nouvelle guerre, une nouvelle opération Anfal ou aurait il résisté au printemps arabe à 75 ans ? Surement pas.

          Bush avait laissé un moyen orient prometteur à Obama. Pour faire baisser l’islamisme les arabes ont besoin d’un nouveau modèle duquel s’inspirer après l’échec retentissant du socialisme. C’est ce qui avait été accomplit en Irak. En 2008, l’Irak était une démocratie fonctionnelle, ou les irakiens avaient plus de droits qu’ils n’en avaient jamais eu auparavant.

          Malheureusement l’Irak avait besoin que les troupes américaines restent un peu plus longtemps pour y garantir la stabilité politique. Avec les troupes US jamais al-Maliki n’aurait pu se lancer dans sa politique de persécution religieuse qui a mené à la création de l’IS. Sans oublier que les USA auraient été dans une position idéale pour mettre fin au chaos syrien.

          « autre que ses mensonges sur les armes de destruction massive »

          Saddam reconnaissait avoir des WMD jusqu’en 1996 et soudain elles auraient toutes disparues ? Pensez vous… Les USA ont retrouvé des armes chimiques, des installations de production, des vecteurs de lancement… Tout ce qu’ils n’ont pas retrouvé, c’est des ogives opérationnelles à monter dans les têtes des scuds.

          1. C’est bien l’intervention de Bush qui a causé le départ des chrétiens d’irak par millions, il faut arrêter il y avait pas de démocratie fonctionnelle en Irak celle-ci dépendait du bon vouloir des iraniens qui faisait la pluie et le beau temps et qui ont imposé un gouvernement sectaire. Ensuite on a bien vu comment cela s’est passé en Afghanistan vous auriez voulu quoi qu’obama reste encore dix ans en Irak ???

        2.  » C’est bien W (Bush) qui a foutu le plus gros bordel dans la région,  »

          Le gros bordel est venu quand Obama a retiré toute les troupes d’Irak et quand Bachar Al Assad a déclenché sa guerre civile en contrant à l’arme de guerre les protestations populaires. La vague de réfugiés que subit l’Europe n’a pas eu lieu en 2003 quand les USA ont envahi l’Irak et destitué Saddam .

          D.J

          1. Il y a encore une foi un léger problème de timing que beaucoup ne sont pas friands d’analyser.

          2. Bien sûr les chrétiens qui avait quitté l’Irak après l’intervention de Bush sont juste un détail pour vous. N’oublions pas la montée en puissance de l’Iran grace à cette intervention mais bon c’est clair que pour vous il aurait fallu qu’Obama reste dix ans en Irak. Si non l’Afghanistan belle réussite aussi.

        3. @ Pat
          L’objectif était d’empêcher que Saddam vende sont pétrole en euro, cette option avait commencé à intéresser Chavez.

      3. Sans oublier le rôle de l’URSS dans la montée de l’antisémitisme. Le roi Faisal I d’Irak, qui faisait partie de la dynastie hachémite que les sociopathes baath ont massacré, déclarait :

        « We Arabs, especially the educated among us, look with the deepest sympathy on the Zionist movement…. We will wish the Jews a most hearty welcome home. »

        https://en.wikiquote.org/wiki/Faisal_I_of_Iraq

        « All necessary measures shall be taken to encourage and stimulate immigration of Jews into Palestine on a large scale. »

        http://www.azquotes.com/quote/787780

        Sans l’influence néfaste de l’URSS pour mettre en place les dictatures socialistes, le moyen orient serait surement bien plus stable, libre, prospère et en paix. Je continue à penser que les USA ont misé sur les bons chevaux dans la région, jusqu’à la politique pro-mollahs d’Obama.

        En tout cas ça commence à devenir fatiguant cette tentative de faire passer Saddam Hussein pour un martyre, mais bon, on a les idoles qu’on peut…

        Enfin, chose rassurante, si les zozos pro-russes racontent n’importe quoi, les arabes se sont rendus compte de leurs erreurs et ont expulsé la plupart de leurs dictatures corrompues.

        On notera, pour finir, que le nombre de pro-russes qui ont déménagés en Syrie, en Irak saddamiste ou en Libye Kadhafiste est aussi bas que le nombre de socialistes qui sont allés vivre dans les paradis cubains, Venezueliens ou nord-coréens.

        1. « les USA ont misé sur les bons chevaux dans la région, jusqu’à la politique pro-mollahs d’Obama. »

          La politique pro-mollah est un héritage de BUSH qui en envahissant l’Irak a donné la clé aux iraniens du pays. Le gouvernement mis en place par les américains avait l’aval des iraniens qui ne voulait pas partager le pays avec les sunnites.

  15. Pierre Kirool (futur émigré)

    « Si, par exemple, la Grande-Bretagne quitte l’Europe, ce départ donnera des ailes à tous les Indépendantistes au risque de déclencher une réaction en chaîne qui détruira le marché unique européen, ne laissant dans son sillage que le chômage et la récession. Chaque nation, chaque province sera tentée de se replier sur elle-même, oubliant que l’échange est le fondement de la prospérité. »

    C’est une blague? On doit pas vivre dans la même Union Européenne. L’UE est déjà en proie au chômage et à la récession. Il faut sortir des frontières de l’UE pour trouver des pays qui connaissent forte croissance et pleine emploi (Suisse, Norvège, Islande) faisant même mieux que les champions de l’UE (R.U et Allemagne). L’UE c’est aussi cette formidable organisation qui interdit le gaz de schiste et les OGM (entre autres). Sur la plan économique l’UE est une catastrophe.

    Par ailleurs, je crois pas que les libertés et la démocratie aient progressé grâce à l’UE. L’UE en est l’antithèse dans son fonctionnement et dans sa construction qui ont plus avoir avec l’URSS que les États-Unis. Le fédéralisme américain s’est construit en réaction au pouvoir central de la métropole britannique et alors que le fédéralisme européen s’est construit en opposition aux nations européennes qui ont abandonné une grande partie de leur souveraineté à des technocrates non élus.
    La conséquence, on la voit en Grèce avec Syriza, en Espagne avec Podemos et en France avec le FN, les nationalismes sont déjà de retour et ce n’est pas la faute de la Grande-Bretagne.
    L’UE s’est aussi cette organisation qui a la prétention de créer un peuple européen par delà les frontières et les cultures…si ça c’est pas du constructivisme, je sais pas ce que c’est!

    Enfin, la seule réussite en Europe, à savoir 70 ans de paix n’est même pas à mettre au crédit de l’UE qui n’a pas d’armée et qui est donc incapable d’assurer sa défense ; mais à celui de l’OTAN.

    1. Pierrekirool ,

      En effet , l’UE , combien de divisions et à tous les niveaux , aussi bien de l’organisation que militaire …

    2. @pierre k +1 !

  16. Résistant Valaisan

    Mooouuuaaaiiis…. donc si on suit l’ auteur, l’ UE est une bonne chose sans laquelle pas de paix ni de libre-échange en Europe (LOL !), la disparition des media-papier est à regretter et l’ internet est plein de « tout et n’ importe quoi » (et Contrepoints, on le positionne ou ?), les champs de bataille actuels sont autant de foyers de WW3 potentiels (bim ! comme ça et puis c’ est tout), et Donald Trump aurait des chances d’ accéder à la Maison Blanche (SPOILER ! Trump et les autres – Mélenchon, FN, Sanders, etc… sont des épouvantails dont l’ unique fonction est de maintenir le bipartisme qui tient le peuple en otage et qui garde les copains au pouvoir, aux USA comme en France par exemple – je vous promets donc qu’ il ne sera pas élu).

    L’ Occident a bien des tendances suicidaires, mais elles sont à rechercher dans l’ empilement de dette à l’ infini, la construction technocratique de l’ UE (Neo-URSS), le bipartisme sus-mentionné qui rend la démocratie inopérante, etc etc etc… mais de tout cela, rien n’ est mentionné.

    Et ça enseigne à Sciences Po Paris….

Les commentaires sont fermés.