Une France de radars

Publié Par h16, le dans Édito

Tiens, voilà qui est surprenant : une de nos administrations réalise une jolie performance et vient de battre un nouveau record d’efficacité ; ceci est suffisamment rare pour être souligné. Ne vous emballez pas trop tout de même, il ne s’agit pas de la SNCF ou de l’URSSAF, soyons sérieux deux secondes. Mais avouons que la belle prouesse de l’Agence nationale du traitement automatisé des infractions mérite quelques applaudissements.

Comment ? Vous ne connaissez pas l’ANTAI ? Pourtant, c’est grâce à leur travail décisif que vous pourrez recevoir, joie, bonheur et ponction monétaire, vos amendes et autres contredanses automatiques à la suite d’infractions routières vous plaçant immédiatement dans la catégorie des dangers publics ! Et pendant l’année 2015, l’ANTAI a battu son précédent record en émettant 13,31 millions de contraventions (au lieu de plus de 12 millions en 2014). Youpi, non ?

Au passage, on ne pourra s’empêcher de noter que cette multiplication des PV n’est pas liée à la multiplication des flashs mais à la meilleure qualité des radars et des photos qu’ils prennent et au meilleur recouvrement de la part de l’administration.

radars routiers moins laxistes

Vraiment, il aurait été dommage de passer sous silence les améliorations techniques, le bon recouvrement financier et le déploiement toujours plus grand de ces radars sur les routes de France. Il est vrai qu’on se demande souvent quand les nouvelles technologies s’insinueront dans certaines administrations et certains services publics. Ainsi, quand Paul Employ va vraiment découvrir internet, ça va poutrer violemment, vous verrez. Et lorsque le gouvernement ou l’Élysée recruteront des gens compétents pour leurs réseaux sociaux, peut-être ira-t-on jusqu’à découvrir qui est vraiment Président actuellement (c’est vrai, quoi, la blague a assez duré) ?

En attendant, réjouissons-nous de voir la France des radars progresser à grands pas.

Après tout, qui ne voudrait pas de ces magnifiques engins qui permettent à nos forces de l’ordre de brigander contrôler l’automobiliste sans que cela puisse vraiment se traduire par une meilleure sécurité sur les routes ? Qui pourrait réellement s’opposer à ce qu’on occupe nos bataillons de gendarmes et de policiers à choper du père de famille en Touran sur l’autoroute plutôt qu’aller risquer leur couenne et leur badge dans des cités ou s’organisent trafics, go-fast et traites des blanches, qui, de surcroît, ne rapportent rien à l’État et qui, quand ils sont gênés, peuvent même provoquer des aigreurs d’estomac à nos gouvernants ?

Bref, des PV qui arrivent à bon port, des amendes qui sont payées et des radars qui se multiplient, c’est vraiment une excellente nouvelle pour ce pays de liberté.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Et puis ne l’oublions pas, le principe du radar est tout de même bien ancré dans les mœurs françaises. On aime beaucoup contrôler son monde. On adore s’assurer que tout le monde (les autres surtout) est bien dans les clous. On supporte assez mal celui dont la tête dépasse et qui fait le malin.

D’ailleurs, si l’on trouve du radar par douzaines sur nos routes, on trouve du radar ou son équivalent symbolique à peu près partout ailleurs.

oooh filocheEn entreprise, tout excès sera copieusement sanctionné. Le contrôle intervient à tous les niveaux et aucun n’épargnera le petit malin qui, s’il sommeille en chaque entrepreneur, ne manque pas de se réveiller si on lui en laisse la possibilité : les syndicats savent pertinemment que le patron cherche essentiellement à nuire aux salariés ; et ça tombe bien, les salariés se doutent, confusément parfois, que tout est fait pour les entuber. Le fisc sait que l’entreprise est le nid de tous les abus. L’URSSAF ne se fait aucune illusion et diligente heureusement assez régulièrement de perspicaces inspecteurs qui remettront l’exploiteur dans le droit chemin.

À l’école, au collège, au lycée, à la fac, là encore de solides petits radars existent et font tout ce qu’il faut pour garantir qu’aucun excès de vitesse intellectuelle ne sera enregistré. L’esprit critique est évidemment encouragé lorsqu’il s’agira de critiquer ceux qui en ont. Les récents événements ont d’ailleurs poussé notre brillantissime ministre de l’Éducation actuelle à mettre en place quelques jalons importants pour lutter contre rumeurs et autres théories du complot, ce qui assure que chaque individu, correctement cornaqué encadré, ne se fourvoiera pas dans l’une ou l’autre impasse intellectuelle, à commencer par celle du libéralisme.

Quant au reste de la société française, à commencer par sa culture, elle n’est pas moins exempte de ces radars qui flashent à qui mieux-mieux lorsqu’un excès de pensée déviante est détecté. Qu’est-ce que le politiquement correct, soi-disant pourchassé dans les émissions, les films, les pièces de théâtre, les spectacles qu’il faut avoir vus et qui sont pourtant les exemples parfaits de ce politiquement correct et de cette norme imposée discrètement mais implacablement à tous ? Comment ne pas voir ce politiquement correct depuis le moindre journal télévisé jusqu’à la récente (et soporifique) cérémonie des Césars, et comment ne pas noter tous les petits radars, à droite, à gauche, qui s’assurent que tout le monde est bien à sa place, dit bien ce qu’il faut, pense bien là où il faut penser et quand il faut penser ? Au passage et puisqu’on parle de cinéma, comment ne pas se rappeler du sort délicat que fut celui d’un film très politiquement incorrect, Made In France ?

Non, décidément, la performance de l’ATAI est la simple extension dans le domaine de la sécurité routière de cette habitude de la société française d’installer des radars absolument partout : on a instillé chez tous les bons petits citoyens la nécessité de détecter le déviant, le différent, celui qui va trop vite, trop lentement, qui est trop grand, trop petit, trop bête et surtout trop intelligent…

C’est inquiétant, à bien y réfléchir.

En effet, la meilleure des dictatures n’est pas celle qui donne à quelques uns, par l’armée et la police, le pouvoir de vie et de mort sur tous les autres, mais celle qui permet à chacun d’entre nous, par le vote, par le lobbying, par l’auto-censure ou la censure active, d’exercer une petite tyrannie sur tous les autres. Elle est bien plus stable, bien plus durable et bien plus solide que la dictature autoritaire traditionnelle puisqu’elle utilise les ressorts les plus profonds de chacun d’entre nous, cette part de jalousie et d’envie de contrôler les autres qui nous amènent, tous à des degrés divers, à accepter la société dans laquelle nous vivons, à la cautionner, et, pire que tout, à en redemander bruyamment lorsque l’occasion se présente.

Grâce à ce mécanisme qui a infusé cette dictature du radar social partout, la France est parvenue à se passer de l’étape suivante, la dictature autoritaire complète. Malheureusement, à mesure que, de politiquement correct en censures frénétiques, de contrôle permanent en sanctions automatiques, l’atmosphère se fait plus lourde et plus irrespirable, les nécessaires bouffées d’air frais que pourraient amener un peu de liberté n’arrivent pas ; les individus, se sentant chaque jour plus incarcérés dans un système étouffant, se font plus violents.

Par réaction, l’État et son gouvernement montrent leurs muscles, instaurent un état d’urgence, multiplient contrôles et sanctions. L’issue semble évidente : peu importe les prochains raouts électoraux, la petite tyrannie de chacun, montrant des difficultés croissantes à se maintenir sans heurts, sera bien vite remplacée par un pouvoir fort, autoritaire, sans contestation possible, et, pire que tout, appelé par les vœux de tous.

Ce pays est foutu.

winston churchill sur les fascites de demain
—-
Sur le web

  1. Efficience (efficacité au moindre cout), gestion en processus décloisonné, flux tendu, automatisation extrême, tendance au zéro défaut, utilisation intelligente des nouvelles technologies de l’information et de la communication, saluons la performance de l’État qui ne nous avait pas habitué à pareil genre.
    Même le secteur privé ne peut que tirer son chapeau bien bas devant la performance.

    Quand il faut faire rentrer l’argent dans les caisses, l’État sait se surpasser.
    Que n’en fait-il autant pour diminuer nos dépenses et faire maigrir notre bureaucratie obèse ?

    1. Pourquoi voulu qu il se coupe un bras

      1. L’obésité n’a pas de raison particulière de se loger dans le bras.

        1. Mais cela peut coûter un bras … Au sens propre comme au figuré ❗

  2. Les radars violent quand même plusieurs articles des droits de l’homme :
    On emmerde les innocents. Innocent veut dire « in nocere » c’est à dire « Qui ne nuit pas.
    Les droits de l’homme qui font partie de la Constitution nous garantissent que la loi ne peut empêcher que ce qui nuit à autrui.
    ART. 4. — La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui; ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
    ART. 5. — La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.
    ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale.
    Y a-t-il volonté générale pour multiplier les radars ?
    ART. 8. — La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires.
    Alors pourquoi 45 à 180 euros ou 90 et 375 euros ?
    ART. 9. — Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable.
    Alors pourquoi le propriétaire du véhicule est obligé de payer les amendes ?

    Les forces de l’ordre n’ont pas le droit de mettre des peines :
    « Aucune peine ne peut être appliquée si la juridiction ne l’a pas expressément prononcée. » (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)

  3. Les performancesde l’ANTAI montret que, quand l’Etat veut vraiment faire les choses efficacement, il y arrive. C’est plutôt encourageant, non?

    Les radars ça énerve quand on se fait flasher, mais tout compte fait:
    – ça libère des policiers pour du boulot plus difficile
    – c’est objectif et rigoureux: on respecte la limite ou on la respecte pas (avec une marge de tolérance clairement annoncée)
    – c’est incorruptible
    – ça travaile 24×7 sans congés et sans jours de récupération ou prime de nuit
    – ça a quand même bien calmé les excités de la route (souvenez-vous, ceux qui vous faisaient des appels de phare quand vous étiez déjà à 140 km/h sur l’autoroute)

    Alors pourquoi râler?

    1. Euh injuste ça te dit quelque chose ? Donc une amende injuste généralisée est un impôt… Donc en défendant les radars tu défend l’impôt, donc par conséquent je pense que tu t’es trompé de site.
      Ne t’inquiète pas je n’allais pas oublier d’expliquer le sens du mot « injuste ».
      Donc sais-tu que les accidents mortels sont en hausse ? Donc que le radar si aimé n’entraîne pas la baisse du nombre de mort, mais par conséquent son augmentation… Sais-tu que sur l’intervalle 1996-2004 la baisse du nombre de morts à été plus importante que de 2004-2012… Donc depuis l’acharnement radaresque… Donc un contrôle qui ne sert pas à baisser le nombre de mort est par conséquent injustifié.
      Sais-tu que, d’après les chiffres de la police, 5% des accidents mortels sur autoroute serait lié à la vitesse… Et peux-tu me dire combien de fois tu as été contrôlé pour ton alcoolémie au volant, ton endormissement, ta drogue, ton téléphone,… Sur autoroute ? Maintenant combien de fois tu as été contrôlé (donc combien il y a de radar auto + contrôle jumelles) sur autoroute ?

      Maintenant sais-tu comment la police sais qu’un accident est du à la vitesse ? Non je te rassure il n’y a pas de police scientifique… Juste le policier qui arrive sur place et qui arrive à voir à loeil en fonction de la tollé froisee que l’automobiliste était à 140 au lieu de 130… Sont balaise chez les policiers tout de même.

      Et petit rappel un radar coûte 100.000€ donc en impôt, rajouté au amendes impôt.

      1. La somnolence, les fausses manoeuvres et les distractions du conducteurs sont fortement aggravées par la vitesse relativement réduite et monotone imposée par les radars, comme on peut facilement le déduire d’une étude autoroutière. Elles causent sur autoroute de nombreuses fois plus de morts que les excès de vitesse dont beaucoup ont d’ailleurs lieu à moins de la vitesse limite ( route glissante, brouillards,… donc ne sont pas dus au dépassement du 130km/h réprimé par les radars.

      2. Sais-tu que sur l’intervalle 1996-2004 la baisse du nombre de morts à été plus importante que de 2004-2012…

        Entre 1996 et 2004 le nombre de morts a baissé de 35%. Entre 2004 et 2012 il a baissé de… 35%. Et entre temps, le nombre de véhicules en circulation n’a pas cessé d’augmenter. Le nombre de morts par kilomètre parcouru diminue donc de plus en plus vite.

        Plus de détails sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_la_route_en_France

        1. En réalité de 1996 à 2004 le nombre de kilomètres parcourus a beaucoup augmenté, tandis que de 2004 à 2012 le nombre de kilomètres parcourus a stagné. Le nombre de morts par kilomètre parcouru diminue donc moins vite depuis 2004 qu’entre 1996 et 2004.

    2. l@fm06
      tout à fait d’accord avec liberté adorée : le problème est qu’en mettant des radars partout on augmente le nombre d’accidents.Le cerveau humain ne voit plus rien lorsque l’on mobilise son attention sur les radars ( dans le cas présent). C’est ce que l’on appelle la cécité cognitive. le principe est bien connu des pickpockets et des magiciens. le problème est que sur la route si on se concentre sur le radar qui va nous piéger on ne voit plus la vielle dame qui traverse ! Il est donc criminel de mettre ses radars partout, d’autant qu’ils ,e répondent à aucune logique de sécurité routière ( chiffres débiles).ceux qui ont le plus d’amendes ne sont pas ceux qui ont le plus d’accidents: que l’état sorte les chiffres !! Recroisons les fichiers des assureurs et ceux des radars.

  4. Ouvrons les yeux : les radars automatique, c’est Big Brother.

    La question n’est pas de savoir si la répression des mauvaises attitudes au volant est nécessaire. Ni de répondre à la question (évidente) de savoir si le système est détourné en système fiscal automatique. Ce système de radars montre simplement que Big Brother est possible, qu’il existe déjà en partie, et est très facile à mettre en place dès lors qu’on a attribué un identificateur numérique à chacun.

    Yapluka mettre une puce à chacun comme aux animaux de compagnie et l’état pourra enfin réglementer la couleur des slips.

  5. Les radars sont faits pour faire respecter les limitations de vitesse. Certaines sont propres aux endroits dangereux. Mais il y a aussi les limitations générales. Ces dernières ont été adoptées pour 2 raisons:
    – la sécurité: l’énergie cinétique d’un corps en mouvement est proportionnelle au carré de sa vitesse. Mais on ne saura peut-être jamais vraiment quel aura été l’impact réel de ces limitations sur la sécurité car elles ont été mises en place à peu près en même temps qu’une réduction de l’alcoolémie autorisée et que le port obligatoire de la ceinture de sécurité. Compte tenu du temps nécessaire à ces mesures pour entrer dans les mœurs, il est difficile d’évaluer leur impact les unes par rapport aux autres.
    – les économies de carburant. La résistance de l’air, les frottements mécaniques, sont d’autant plus forts que la vitesse est élevée. Nous sommes en 1973-1974, rappelons-le.
    Je pense qu’on peut adresser deux reproches (un peu contradictoires, j’en conviens) aux radars:
    – être absents là où ils pourraient apporter une sécurité supplémentaire, comme la traversée de certains villages.
    – être globalement en échec. La preuve ? Ils rapportent à l’Etat. Des radars efficaces ne rapporteraient rien car les conducteurs en tiendraient compte.

    1. les radars ont au moins comme intérêt de rappeler que la route (domaine publique) n’est pas un terrain de jeux.

      1. Je ne prends pas la route pour un terrain de jeu et me considère comm un conducteur apaisé, responsable. Mais j’apprécie de plus en plus une remarque de Pompidou à un de ses conseillers qui voulait introduire une nouvelle réglementation : il faut arrêter d’emmerder les Français.

  6. Merci les parasites du Sénat, une chambre á faire disparaitre le plus vite possible. Le rapport du sénat sur l’ANTAI nous donne le detail de la procedure pour fliquer la population. Voir le document officiel:
    http://www.senat.fr/rap/r13-082/r13-082.pdf

    On y apprend notamment, que l’ANTAI va (je cite):
    « élargir son spectre d’intervention et proposer ses compétences à d’autres partenaires en dehors de l’Etat. En effet, l’article 2 du décret du 29 mars 2011 portant création de l’ANTAI dispose que « l’agence nationale agit en qualité de prestataire de services de l’Etat, de collectivités territoriales ou de tout organisme public ou privé chargé d’une mission de service public ».
    C’est ainsi que l’Agence s’est vue confiée le développement et la gestion de la chaîne pénale du procès-verbal électronique (PVé). En effet, depuis 2009, le carnet à souches est peu à peu remplacé par un équipement électronique. Or cette évolution ne concerne pas seulement les services de police ou de gendarmerie : des milliers de collectivités territoriales ont aussi vocation à basculer dans le système PVé. Conformément au principe de libre administration, les collectivités territoriales n’ont cependant aucune
    obligation en la matière. »
    Bonne chance á tous…

    1. Quand vous recevez une contravention pour stationnement impayé dans un endroit ou vous n’êtes jamais allé, c’est très pénible. Mais on peut s’en sortir si l’on ne pète pas les câbles.

  7. Merci H16, je vais pouvoir refaire une petite annonce sur « Radars tous pourris » nouvelle édition.
    Pour les radars routiers tous nos politiques sont malins faisant passer ces mesures pour moitié réduction des victimes que tous nous approuvons et l’autre moitié pour remplir les caisses de l’État. Donc les pour et les contres cela ne sert à rien de les exprimer, c’est déjà prévu.
    Seule l’abstention de plus en plus importante lors d’élections pourrait les ramener à de l’honnêteté et faire naître de nouvelles politiques. Vœu pieu, hélas.
    http://www.monbestseller.com/manuscrit/radars-et-justes-sanctions-texte-integral?page=1#comment-23442

  8. « excès de vitesse intellectuelle »

    Culte ! ^^

  9. Le radar ça:
    -augmente la mortalité sur les autoroutes en augmentant fortement les risques de somnolence et de distraction, qui cause sur autoroute de nombreuses fois plus de morts que les excès de vitesse et encore plus que ceux dus au dépassement du 130km/h réprimé par les radars,
    -augmente peut-être le nombre de morts sur les autres routes, puisque depuis 2 ans avec plus de radars il y a plus de morts.

  10. A quand la dénonciation du bug des cartes grises qui vole de l’argent aux propritaire des grosses voitures étrangères d’occasion uniquement parce que la case du numéro de réception communautaire n’est pas prévu dans les nouveaux formulaires. Connu par les services des préfectures, mais vous obligeant à vous déplacer pour récupérer vos 300 €. Gain mensuel pour eux minimum un million d’euros car peu de gens le savent et réclament leur du.

  11. bah , la culture c’est ça , la surveillance généralisée de la population par la méthode la plus efficace , elle même . peut être qu’un jour l’excès de vitesse fera partie de nos mœurs autorisés et n’existera plus mais , ils trouveront bien un autre sujet pour vous encadrer comme baisser les yeux lors du passage du président ou de sa 12 éme épouse illégitime
    le radar est une sorte de symbole de cette culture , on pourrait limiter la vitesse des voitures pour empêcher la tentation d’être ‘hors la loi’ , non , on préfère détecter les déviants et puis , c’est bon pour le PIB et la caissette du roi

  12. Si vous croyez que les portiques qui restent de la défunte taxe sont inactifs vous vous mettez le doigt dans l’oeil. votre plaque est lue et enregistrée … vous étiez tel jour à telle heure à tel endroit et peut être que vous rouliez à telle vitesse, en prime votre trombine sur la photo seul ??? pas seul ??? ça passionne les pieds nickelés bien qu’apparemment il nous ont moult fois prouvé qu’ils ne savaient pas quoi en faire ni comment s’en servir … utilement j’entends .
    Puisque le flicage, le pistage et l’espionnage du citoyen est érigé en système rien de plus simple que de se servir d’un bidule qui semble roupiller …. je dis bien qui semble.

  13. Personnellement j’ai eu un PV pour 52 km/h avec 2 points alors que j’étais en réunion au conseil général de mon département avec 20 personnes dont la préfète et le président du conseil.

    La délation n’étant pas encore légalisée et n’étant pas ma tasse de thé j’ai payé ….

    En fait posséder une carte grise à son nom suffit pour faire sauter des points ….

    Et bravo pour la « sécurité » ….

Les commentaires sont fermés.