Battle royale : télé-réalité, jeu vidéo, ou littérature ?

Publié Par Thierry Guinhut, le dans Lecture

Par Thierry Guinhut.

Koushun Takami Battle royaleTélé-réalité, jeu vidéo, ou littérature ? La frontière semble bien fragile entre scénario détaillé d’un jeu à suspense et fresque narrative sur les peurs et les pulsions qui animent nos sociétés modernes. Une île japonaise est le théâtre d’une opération militaire qui ressemble à s’y méprendre à celles de nos écrans. Le tout dans un roman trépidant et racoleur paru en 1999 au Japon. À moins d’imaginer de le lire au second degré, comme une satire de la pulsion de jeu, de guerre et de mort qui irrigue et pourrit notre anthropologie, notre contemporain et nos anti-utopies.

Nous sommes dans un Japon non daté, cependant inféodé au XXème siècle, que gère un régime tyrannique mené par un « Reichsführer », ce qui est la marque d’un fantasme associé au fascisme nazi. De solides barrières protègent la culture nationale de l’influence délétère de l’Amérique du rock and roll et des libertés. Nous n’en savons guère plus. Seul importe ici un jeu à la disposition du lecteur autant que des dirigeants du pays. En témoignent le plan quadrillé de l’île et la liste des quarante-deux participants au début du volume. Ce qui permet, avec un brin de perversité de la part de l’auteur, de nous sentir de mèche avec les organisateurs venus des hautes sphères politiques qui hasardent des sommes colossales… Le principe est simple : chaque année, l’on isole cinquante classes de troisième pour forcer les élèves à s’entretuer. Le vainqueur gagnera le privilège de vivre aux frais de l’État pour le reste de son existence. Ce qui fait quarante et une victimes adolescentes à multiplier par autant de classes. C’est officiellement un programme de défense nationale, une « Expérimentation militaire ».

En 80 chapitres, deux prologues et un épilogue, le lecteur suit de l’intérieur, au moyen de la focalisation omnisciente, le déroulement de l’opération. On gaze le bus scolaire afin d’embarquer tout le monde sur une île et on annonce la chose avec force menaces, puis un meurtre bien dissuasif. Et les participants de s’égailler dans la nature, munis chacun d’une arme, de la mitraillette lourde au couteau de poche en passant par l’arc ou la fourchette. Détails importants : on annonce régulièrement les secteurs interdits, faute de quoi votre collier piégé explose avec vous et le pire arrive pour tous si aucun élève n’est tué dans un certain délai. Les caïds foncent, quelques filles amicales se réfugient dans un phare jusqu’à ce que méprise et traîtrise les conduisent au carnage. Qui l’emportera ? La bête brute aux muscles assassins, ou le vainqueur d’une précédente session qui, hasard incroyable, ou manipulation, s’est trouvé dans cette nouvelle classe ?

L’histoire gagne un soupçon d’intensité lorsque l’ultime combattant déjoue les plans du régime en sabotant la surveillance informatique et en entraînant dans sa fuite deux autres dissidents, révoltés contre le jeu et le régime. Voilà qui donne un léger parfum d’anti-utopie à ce roman d’action, comme on parle d’un film d’action. Ce qu’il devint d’ailleurs en 2000, sous la caméra de Kinji Fukasaku.

On a deviné que ce livre, qui a enthousiasmé Stephen King, peut passer pour passablement médiocre. C’est un défilé de personnages sans grand relief ni individualité (inutile de donner leurs noms) de suspenses convenus, agrémentés de scènes gore carnassières, avec ce qu’il faut de surprises attendues. Le style est d’une platitude aisée, à la longue abrutissante. La narration, trépidante et sans pitié pour les nerfs du lecteur, est parfois pimentée de pathétique et de pitié pour les jeunes filles sacrifiées, avec un léger frisson d’érotisme, rendu plus sensible par le graphisme impeccablement esthétique des mangas qui ont suivi cette bombe romanesque.

Et pourtant… Force est d’avouer que l’on se laisse prendre malgré soi à cette lecture vulgaire efficacement construite et trépidante. N’est-ce pas là un révélateur de nos sociétés ? D’autant qu’un succès phénoménal et multimédia entoure cet opus au Japon et ailleurs : après le film, treize volumes de mangas à ce jour, ce qui n’est pas innocent. On pourra gloser avec gourmandise sur la dimension satirique. Le pays du Matin calme, où la criminalité est l’une des plus faibles du monde, n’est-il pas celui où, dès l’entrée dans le système éducatif, règne la compétition la plus effrénée ? En ce sens Battle royale est une métaphore des plus réussies. Mais se limiter à critiquer le Japon serait une erreur. Notre télé-poubelle n’est pas loin. Si civilisés que nous sommes, peu de chose suffirait à faire basculer une bonne partie de nos populations dans cette variante hollywoodienne des jeux de gladiateurs qui satisferait nos voyeurismes. « Panem et circenses » (Du pain et des jeux) était, selon Juvénal1, la devise d’Auguste pour aimanter le peuple autour du cirque et dans les limites de son despotisme. Elle pourrait être la devise de modernes tyrans ou d’efficaces empires médiatiques. Cette réflexion s’affinant à l’occasion de Battle royale, nous n’aurons pas perdu notre temps avec cette lecture racoleuse.

Si l’on ajoute que le jeu, bien qu’à peu de choses près tabou pour de nombreuses familles qui ne veulent ni le voir, ni en annoncer la menace potentielle à leurs enfants, bénéficie de flashs d’informations télévisées affriolants, sans oublier les paris des dignitaires de l’État, on saura combien nos téléréalités aux cruautés plus ou moins anodines ne sont que les préfigurations apéritives d’un tel possible inhérent à la nature humaine abonnée au mal et à la tyrannie du spectacle. Sans compter la propagande militaire d’un régime qui s’enorgueillit de ses héros adolescents déchiquetés ou rarement vainqueurs. Et qui laisse entendre que n’importe qui pouvant tuer n’importe qui, le seul rempart à la menace pérenne -ou à la paranoïa- est un État fort, à même d’ailleurs de juguler toute rébellion individuelle ou populaire. Le manuel de terreur politique étatiste est au service d’une des pires anti-utopies qui se puissent fantasmer. Quoique peut-être au-dessous des camps d’exterminations nazis, eux réalisés par notre Histoire. À quand une « Battle Auschwitz » ?

École de guerre, école de terrorisme ? Roman fleuve, manga coloré de sang pour catharsis et purgation des passions, ou jeu vidéo pour apprentis snipers ainsi excités et confortés, le débat ne manque pas entre fervents du pur divertissement médiatique innocent et ceux qui dénoncent la contagieuse virulence morale et physique d’un Battle royale aux multiples avatars. Les enfants d’il y a un demi-siècle jouaient aux cow-boys et aux Indiens dans les bois, ou lisaient La Guerre des boutons de Louis Pergaud. Aujourd’hui, l’on accuse les Battle royale sur consoles et autres Koh-lantas guerriers. Avant d’incriminer le couteau, lisons dans la main de celui qui l’utilise pour tuer un enfant, ou le sauver…

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Lecture

Sur le web

  1. Juvénal : Œuvres, Satire X, vers 81, Garnier sans date, p 128.
  1. Petite coquille, « Le pays du Matin calme » = Corée

Les commentaires sont fermés.