Des motards encore plus propres et plus normés

Publié Par h16, le dans Édito

Respirer un air pur, c’est important, d’autant que tout le monde sait qu’il ne l’est pas du tout actuellement. Entre les centrales nucléaires économes en CO2 mais riches en poussières de licornes radioactives, les industries pétrochimiques qui polluent exprès, les acariens qui mêlent leurs nanocrottes aux micropollens portés par le vent et les pizzaïoli qui cuisent leurs productions diaboliques au feu de bois cancérigène, tout est réuni pour que les petits poumons des citadins soient définitivement condamnés à des tumeurs grasses et glaireuses. C’est pourquoi il faut absolument cogner fermement sur les motards.

Le lien n’est pas évident ? Pourtant, c’est limpide.

Il y a quelques jours, je montrais que l’emballement normatif peut s’emparer de tous les domaines, y compris ceux qui concernent des esprits pourtant libres et affranchis de ce genre de chicaneries administratives que sont, traditionnellement, les motards. Dès lors, puisqu’ils ne sont pas hermétiques à la paperasserie, la bureaucratie et la normatite aigüe qui frappe maintenant toutes les strates de la société française, autant y aller de bon cœur en les désignant, avec les adeptes d’autres moyens de locomotion tout aussi cracra, comme les cibles idéales de restrictions de circulation.

On savait déjà qu’au premier juillet prochain, la mairie de Paris interdira la circulation des deux-roues dont la date de première mise en circulation est antérieure au premier juin 2000. Cette mesure, évidemment présentée par Anne Hidalgo comme destinée à soigner les bronches des petits Parisiens maltraités par tous ces véhicules qui brûlent du méchant pétrole, est en elle-même problématique en ce qu’elle prive de leurs moyens de transport des milliers d’usagers.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là.

L’actuelle maire de Paris, toute engoncée dans une idéologie boboïdo-mortifère qu’elle soit, ne pouvait décemment pas aller trop vite en besogne sans risquer quelques désagrément électoraux.

hidalgo lama

Qu’à cela ne tienne ! Si la mairie de Paris n’est pas assez à l’aise pour faire pleuvoir les interdictions les plus fumeuses sur les Parisiens, le ministère de l’Écologie peut largement prendre la relève. Après tout, en matière d’idéologie délétère, il en connaît un rayon lui aussi. C’est ainsi qu’il vient de lancer une consultation publique visant à modifier la nomenclature des véhicules classés en fonction de leur niveau d’émission de polluants atmosphériques.

Oh, chouette, une révision de nomenclature ! Voilà qui sied tellement à l’esprit motard que beaucoup, sans doute, passeront à côté de cette délicieuse tranche de paperasserie interne pourtant destinée à leur faire subir une avanie supplémentaire. Et c’est dommage : si une telle nouvelle nomenclature est adoptée, elle remplacera l’ancien classement.

Or, c’est en fonction de ce classement que sont qualifiés les différents moteurs des véhicules qui circulent en France en général et dans la capitale en particulier. Par exemple, les motos sont actuellement réparties en quatre catégories (de EURO 1 à EURO 4, pour faire violemment original), et pour le moment, l’interdiction de circuler concernera tous les véhicules n’atteignant pas la norme EURO 1 (en vigueur au premier juin 2000).

Autrement dit, avec le projet du Ministère de faire disparaître une des normes (l’EURO 1), on étend mécaniquement l’interdiction jusqu’aux véhicules disposant de cette norme. Seuls les véhicules fabriqués sous les normes suivantes (EURO 2 et au-delà) pourront rouler. Malin.

Sauf que ceci se traduit par une extension de la date au premier janvier 2007 : tout deux-roues immatriculé avant celle-ci se retrouverait interdit de circulation prochainement, ce qui représente 700.000 motos au lieu des 400.000 initialement comptabilisées, selon les calculs de la FFMC. Au passage, rappelons que les motos au diesel ne courent pas les rues, ce qui rend particulièrement rock’n’roll l’argument de lutte contre les particules fines liées à ces motorisations.

Oh, bien sûr, tout ceci n’est pour le moment qu’une étude préalable de la part du Ministère, qui consulte et ausculte de ci, de là, histoire de tâter le terrain. On ne peut donc pas prétendre, sans insérer quelques conditionnels de circonstance, que tout ceci aura effectivement lieu. Pour le moment, l’interdiction ne concernera que les véhicules âgés de plus de 15 ans. Soit.

Mais l’historique des surprises en provenance du Ministère de l’Air Pur et des Petits Oiseaux Qui Gazouillent Dans Une Ville Morte ne laisse rien présager de bon. Prendre un pari sur une sévère dégradation de la situation n’est pas prendre un gros risque.

Ce qui, du reste, entraîne deux questions.

D’un côté, difficile d’oublier que cette interdiction va concerner un nombre croissant de motards qui le sont devenus parce qu’avec les bouchons parisiens incessants, précisément provoqués par les politiques écologistes enragées et la guerre ouverte contre les véhicules individuels, seule la moto permet encore d’aller d’un point à l’autre de la capitale sans passer par la case bouchon, parking introuvable et autres misères de circulation savamment orchestrée par une clique qui se déplace avec gyrophare, chauffeur et grande remise.

Dès lors, comment vont réagir les victimes de ces attentats à la liberté de circulation ? Quelle alternative ces naufragés de la norme routière vont-ils trouver, les réseaux de métro, de RER et de bus de la capitale étant saturés, en grève ou en incident technique (au choix, panachage possible), les taxis en nombre insuffisant et les Uber et alternatives équivalentes officieusement indésirables dans la capitale ? Pourtant, il devrait apparaître de façon claire à notre maire de Paris que les motards ne sont pas réputés pour être une population particulièrement calme lorsqu’on vient marcher sur ses plates-bandes.

moto euro 5

Mais baste, je suppose que tout est prévu. Après tout, ces politiciens sont des professionnels et savent ce qu’ils font. Ahem.

Une seconde question s’impose ensuite.

Puisqu’on a vaillamment empêché certains de circuler, ils vont, de guerre lasse, soit circuler ailleurs, soit arrêter de circuler. Je conçois que sur les 400 à 700.000 motards concernés, une majorité s’adaptera et trouvera une solution. Il en restera néanmoins sur le carreau qui iront chercher le bonheur ailleurs que dans l’enfer douillet du boboland que Paris devient.

Or, ceci n’est pas sans impact économique : des gens qui se déplacent, ce sont aussi des individus qui ont des activités, notamment économiques. Et une activité économique qui disparaît, ce sont des rentrées fiscales qui s’évaporent et des prestations et des coûts sociaux qui augmentent. Des motards en moins, ce sont aussi des boutiques qui ferment, des commerçants qui gagnent moins.

Dès lors, on s’interroge : le manque à gagner de ces pitreries écolo-vexatoires a-t-il été pris en compte dans le budget déjà lourdement déficitaire de la ville de Paris ? J’en doute.

Dites, Anne, ne voyez vous rien venir ? Oh, vous verrez bien votre soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie, mais rappelez vous : ce n’est pas avec le poudroiement et le verdoiement qu’on paye vos émoluments.
—-
Sur le web

  1. Je vais être obligé de rester au fond de ma campagne , avec ma vieille Pan de 1992 🙂
    tant pis , si les autres villes s’y mettent je ferai mes courses sur internet, ou alors je la remplacerai par un side Ural ou une Royal Enfield , ces machins là ont l’air d’avoir 50 ans même quand ils sont neufs 🙂 , ça sera juste de la provocation.
    N’oublions pas qu’un O-fonctionnaire avait qualifié les motards de « public structurellement indiscipliné  » , ça m’avait bien plu.

  2. j’ai eu peur , j’ai cru qu’elle voulait mettre un pot catalytique sur les motos et un filtre a particules sur les motos diésel…elle ne s’attaque qu’aux motos de collection ha ha ha

  3. Vivement qu’on parle de « bruit » en tant que polluant atmosphérique. Là les motards vont peut-être enfin comprendre pourquoi ils exaspèrent certains … …

  4. Il serait moins mortifère de supprimer les bus qui empoisonnent les poumons et les cerveaux (pollution et bruits) grâce aux encouragements des mairies d’Ile de France, pour un service de transport plus cher et lent que la moto ou la voiture ces bus polluent plus par passager, sauf aux heures de pointe.

    1. « ces bus polluent plus par passager, sauf aux heures de pointe »
      pas sur , la consommation varie en fonction de la barbaque transportée

  5. Qu’ils commencent par leurs saloperies de bus…
    Et voir en région parisienne ces milliers du bus circulant quasiment à vide en dehors des heures de pointe, quelle honte !!!
    Je ne vais quesiment plus sur Paris depuis que les parking sont devenus payants…

  6. Flagrant délit d’Andalousophobie !
    Heureusement que sur la photo du Lama il n’y a pas Christine ex garde des sots, sinon vous seriez déjà à la 17ème chambre correctionnelle !

  7. « seule la moto permet encore d’aller d’un point à l’autre de la capitale sans passer par la case bouchon, parking introuvable et autres misères de circulation savamment orchestrée »

    Faut arrêter un peu les conneries !

    Je parle du gouvernement et des bobos-écolos.

    Les 2 roues génèrent des nuisances (bruit, incivilités, complication de la circulation) mais plutôt moins de pollution. En revanche, leur usage est plus dangereux que la voiture, en particulier quand l’usager en question se découvre sur le tard une vocation de motard.

    Le problème de la pollution est soit-disant un problème de sécurité (pour la santé). Mais est-il acceptable de pousser au risque (et au stress pour les autres usagers) le malheureux citoyen qui a besoin de se déplacer – soit-disant pour le bien de tous. La circulation à Paris est devenue un grand n’importe-quoi et la sécurité aussi. Il ne suffit pas de créer des sous-commités et passer des décrets pour résoudre les problèmes. Il faut d’abord avoir une vision claire et objective du problème et des conséquences des pseudo-solutions. On dépasse largement le cadre du choix du mode de vie pour arriver à une culpabilité non reconnue et encore moins assumée sur des conséquences humaines statistiquement aisées à établir.

    1. À Paris, les transports collectifs sont sales et inaccessibles aux personnes à mobilité réduite, aux personnes âgées et aux poussettes.
      En dehors de Paris, ils cumulent, en plus des défauts précédemment évoqués, l’inconvénient d’être peut fiables, pas sécurisés, bondés et lents.
      Alors franchement, tant que les transports collectifs ne seront pas au niveau où ils doivent être, toucher aux transports individuels est une HERESIE, et donc donc être combattu avec toutes les armes à notre disposition. Hidalgo à la lanterne !

    2. @Pragmat
      « Les 2 roues génèrent des nuisances (bruit, incivilités, complication de la circulation) », c’est surtout vrai pour les 4 roues. Le bruit, oui, nous faisons plus de bruit que les autres véhicules, mais ce bruit nous est primordial, car dans les habitacles très « sécurisés », et quasi insonorisés, nous ne sommes pas entendus par les conducteurs assistés, par leur radar, leurs aides à la conduite, les rétros inutiles, etc… Ok certains motards ne font pas gaffe à vous, mais nous payons assez vite, et assez cher (pécunièrement et physiquement) nos erreurs. Nous avons beaucoup moins le droit à l’erreur.
      Quant à l’usage, il n’est pas dangereux de rouler à moto. C’est plus risqué, c’est tout. Et cela est dû aux conséquences d’une erreur. Si vous toucher un parechoc en voiture, vous risquez des éraflures et un peu de tôle froissée. En moto, vous risquez d’endommager la colonne de direction ou la fourche (coûte beaucoup d’euros) et même une chute. Chuter en roulant c’est pas bon, même à 20km/h.  » Dangereux » signifierait que nous sommes des dangers pour nous-mêmes et pour le reste du monde.
      Perso’, j’ai trouvé ma formation à la conduite moto bien plus efficace et pertinente que pour la voiture. J’ai fait les deux en même temps. Mon apprentissage sur la moto, m’a facilité celui de la voiture.
      Je suis d’accord avec vous sur votre 2nd paragraphe, même si je ne suis pas parisien.

  8. Et on se demande pourquoi la France et en 29-ème position dans le classement mondial de la compétitivité.
    Elle se déplacera en 33-ème position, et puis en 50-ème.
    Regarder le Venezuela !!
    Pas d’émeute de la fin, et pourtant la situation est dramatique.
    Je pense qu’avec une situation qui évolue lentement, les gens ne savent pas quoi faire pour arrêter la dégradation. EN fait ils comprennent que ça va mal, mais pas sur la façon de corriger l’évolution (ou plutôt , l’involution).
    Donc , comme je disais depuis un certains temps déjà, ce qu’ils veulent au bout de tout ça c’est le contrôle du déplacement des populations et leur taxation sur chaque millimètre de chemin parcouru, en utilisant surtout la connerie (idiotie) intrinsèque de pas mal d’êtres humains d’accuser tout l’univers de ces maux , mais … pas lui. !!
    Regarder pour l’aéroport de Nantes (enfin en projet). Ni les uns ni les autres ne veulent d’un référendum , non, surtout pas, chacun a raison, contre le camp adverse, et rien a foutre de l’opinion des autres

  9. Eu égard au choix de son mode de déplacement, le motard devrait avoir un esprit libertarien.

    Mais, au fond il est comme le reste de la population française : inculte, râleur, moutonnier, incapable d’assumer ses convictions une fois dans l’isoloir.

    J’en connais même plusieurs qui votent socialiste !

    C’est vous dire comment cette population qui défend une certaine conception de la liberté, analyse mal la cause de son malheur.

    Comme je le dis souvent, les français n’ont que ce qu’ils méritent.

  10. parking introuvable… pour trouver quelque chose encore faut il le chercher, les trottoirs font pour la grande majorité tres bien l’affaire.

    1. Sauf que miraculeusement, vous ne retrouverez pas ledit véhicule là où vous l’aviez laissé, mais devrez engager une certaine somme (162.80€+29€/jour) pour payer le garage VIP des mal-garés.
      C’est pas trop le même prix qu’une place de parking.

  11. BORN TO BE WIL… *ahem* on me dit que non, trop subversif.

  12. Au fait dans leurs calculs sur la pollution, nos brillants réglementaristes ont-ils bien pris en compte celle évitée par les motards qui ignorent, eux, les bouchons ?

    Bon, nos motards pourront toujours ressortir leur volkswagen zéro pollution du garage.

  13. Ca veut juste copier le voisin britanique ! Ils vont vous instaurer des zones, comme à Londres, avec des péages, non physiques avec une espèce de disque à payer tous les mois à la préfecture, ou physique, avec un checkpoint et des gugusses armés chargés de récloter la taxe/droit de passage. Ca fait très Ancien Régime non ? C’est plus facile de taper sur les moins nombreux. Les routiers quand ils sont pas contents, on le sait et ça se voit. C’est toujours dans nos poches qu’ils viennent chercher les ronds pour leur débâcle.
    Je suis pas de Paris, et je vous plains.
    Ma moto est de 1993, et c’est la seule que j’ai pu me racheter. Alors si je pouvais pas en plus me rendre sur mon lieu de travail, ou circuler là où j’habiterais, ça irait complêtement contre le maintien de mon bonheur (DDHC 1789, préambule). Ils sont plus à ça près.

    1. J’ajoute état d’urgence, interdiction de manifester, quels bons outils pour nous faire fermer nos clapets !

      1. Faut manifester avec une pancarte : « taxi-moto en colère ». Casse et coups de poing autorisés, même en état d’urgence.

        1. Mais non, il faut voter comme il faut, banane!

  14. Ceci est un parfait exemple de l’obsolescence programmée … par la loi! :-))

    1. HAHAHHA ! YES ! 300000 euros de dommages par motard, comme prévu par la loi ! C’est rentable pour ma moto de 1993 !! hahaha . Je vais déménager sur Paname !

      1. Edit : « de dommages et intérêts par motard … »

  15. h16,
    Votre dernier argument ne tient pas : ceux des motards qui ont un job vont devoir essayer de vendre leur moto (ailleurs que Paris, pendant qu’il en est temps), et surtout en acheter une autre, qui soit plus éco-responsable.

    Cette mesure est donc toute à la gloire de l’équipe qui prétend s’occuper de la capitale. Cela fait rentrer de la TVA dans les caisses d’un état qui en a bien besoin, et, mais oui, génère du PIB (au moins au niveau de la marge brute des intermédiaires dans les deux transactions).

    Vous auriez néanmoins pu plaider la vexation fiscale.
    Et, qui sait, des proches de cette brillante équipe se sont-ils déjà organisés pour racheter les motos ainsi désignées ? Les meilleurs pronostics d’affaires ne concernent-ils pas ce qu’il est en « notre » pouvoir de déclencher ?

    La vie est belle !

    1. C’est pas parce qu’on a un job qu’on peut revendre sa moto pour en acheter une plus récente, et donc plus chère. En plus, dans ce cas, sur Paris, il sera très très difficile de revendre une moto d’avant 2000.
      Et puis pour ce qui est des taxes, il n’y en a pas entre particuliers (pour l’instant). Bon, il reste le prix de la carte grise.

Les commentaires sont fermés.