Primaire US : Trump, envers et contre tous !

Publié Par Daniel Girard, le dans Amérique du Nord

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis

Donald Trump crédits Mark Nozell (CC BY 2.0)

Donald Trump crédits Mark Nozell (CC BY 2.0)

La candidature de Donald Trump n’en finit plus d’être sur le point de s’effondrer. Le magnat immobilier devait mordre la poussière après avoir dénigré les Mexicains, mis en doute le statut de héros de guerre du sénateur John McCain et invoqué la nécessité d’interdire d’entrée aux États-Unis les musulmans… Et voilà qu’il s’en prend maintenant à la famille Bush… en Caroline du Sud, l’un de ces rares États où George W Bush est demeuré populaire. L’ex-président vient d’entrer dans la course pour appuyer son frère dont la campagne bat de l’aile.

Donald Trump demande à Jeb Bush sur son compte Twitter si l’implication de son frère permet de lui poser des questions sur ce qu’il a fait durant sa présidence :

Samedi dernier, lors du seul débat télévisé avant le vote du 20 février en Caroline du Sud, il a rappelé à l’auditoire que c’est W qui était le président lors de l’attentat 9/11. W, dit-il, qui a lancé, en 2003, une guerre inutile, dommageable et coûteuse contre l’Irak. Cette charge à fond de train de Donald contre la famille Bush étonne plusieurs commentateurs qui estiment qu’il s’agit là d’une manœuvre risquée

Les attaques de Donald Trump contre la famille Bush ont certes indisposé des républicains qui ont vu le débat. Mais ils ont aussi été nombreux à apprécier la combativité du candidat new-yorkais. Ils étaient cinq contre lui, de s’exclamer l’un des membres de l’auditoire, c’est bien sûr qu’il doit jouer se défendre avec force. Il s’écrit beaucoup de choses sur le populisme de Trump, une appellation surtout utilisée pour le discréditer. Mais si on l’écoute attentivement, on constate que ses positions sont tranchées et ne sont pas noyées dans les périphrases. Les commentaires qu’il fait sur ses adversaires sont révélateurs. Pour lui, un leader a une obligation de dynamisme. C’est pourquoi il écorche Jeb Bush pour son manque d’énergie. À Ted Cruz, il reproche son incapacité à négocier, un gros défaut dans l’univers de Trump, univers bâti autour de négociations musclées avec des gens forts et intègres au bénéfice des parties.

Donald Trump l’isolationniste

L’importance de maîtriser l’art de la négociation se voit aussi dans les positions de Trump en politique étrangère. Donald est convaincu que les États-Unis se sont fait rouler économiquement par la Chine et que l’entente avec l’Iran est mauvaise. Il estime que les USA n’auraient jamais dû intervenir en Irak. Il croit que la meilleure option est parfois de tolérer un régime dictatorial au lieu d’intervenir et de créer un chaos qui empire la situation, comme ce qui se passe avec Daech. Il a même ce bon mot pour Saddam Hussein.

« Saddam Hussein était un méchant mais au moins il tuait des terroristes ». Pour Donald Trump, un régime autoritaire a parfois des vertus. Un allié peu recommandable peut servir à lutter contre l’islamisme radical. Donald Trump a un style abrupt et ne manque pas de formules à l’emporte-pièce, mais son discours révèle un leader qui privilégie l’intérêt national et ne veut pas être le gendarme du monde. Sa vision est pragmatique. Il trouve contre-productif de tenter d’imposer la démocratie à des régimes qui ne sont pas prêts ou taillés pour elle. Il préfère transiger avec des personnalités fortes et directes avec lesquelles il peut nouer des partenariats. Il voit d’un bon œil Vladimir Poutine avec qui il serait possible, dit-il, de faire avancer des dossiers au Moyen-Orient. Le président russe a pour sa part déjà dit que Donald Trump était brillant. Donald a beaucoup de chemin à parcourir pour se rendre jusque-là, mais alors que ses adversaires se retirent les uns après les autres, on a l’impression que la voie s’ouvre de plus en plus juste pour lui

Retrouvez sur Contrepoints tous les articles de Daniel Girard

  1. LOL, article un peu à la bourre. Et souvenez-vous que les sondages sont très peu fiables dans cette primaires, par exemple les sondages dans l’Iowa prédisaient 30% à Trump et 23% à Cruz alors qu’au final on a eu 28% pour Cruz et 24% à Trump.

    Je suis cette élection de très près et au contraire il semble que Trump risque de faire beaucoup moins que prévu en Caroline du Sud, il a commis des erreurs majeures :

    -Il a attaqué W. Bush dans un Etat où 85% des Républicains ont une opinion positive de lui, il y a déjà eu des interviews d’électeurs de Trump qui sont détournés de lui et ont fini dans des town halls de..Marco Rubio !
    -Il a félicité le Planning Familial dans un Etat très religieux où 65% des électeurs républicains sont évangéliques et haïssent l’avortement.
    -A son dernier évènement là-bas il a laissé de nombreuses personnes dans une salle (pas assez de place dans la salle principale) sans chauffage alors qu’il faisait près de 0 degrés, il n’est pas non plus passé les voir. Beaucoup étaient en colère et se sont sentis maltraités, étant sûrs de ne pas voter pour lui.

    A côté de ça Marco Rubio profite du fait qu’il ait gagné le dernier débat car il semble vraiment faire le buzz : dimanche dans la ville d’Earsley, 20 000 habitants, il a attiré plus de 2000 personnes soit environ 10% des habitants, beaucoup en sont ressorti ravi et convaincus.

    Même si Trump gagne ce sera avec une faible marge, et certainement pas avec 35% des voix.

    Mark my words, cet Etat est connu pour être un tombeau de politiciens. Je prévois une victoire à faible marge de Trump, un Rubio surprenant en seconde place, Cruz pas loin derrière et le reste (Bush, Kasich, Carson) décevra et renoncera après la primaire du Nevada dans 7 jours.

    1. Espérons, espérons. On ne peut pas autoriser un tel clown à devenir président.

      Le mec ne sait pas placer la Syrie sur une carte, il a fait faillite 4 fois, il a réussi grâce à son influence à faire raser la maison d’une vieille dame pour y construire un parking de casino, il a créé une université avec de faux diplômes pour lesquels des étudiants ont payé 15 000 dollars l’inscription.

      Ce mec est une pourriture sans nom.

      66% des républicains ne le soutiennent pas certes mais les divisions lui permettent de gagner avec son soutien actuel. Please dégagez-le !

      1. En Fronze, le corps électoral a autorisé au moins un clown et un baltringue à devenir présidents.
        Les States ont réussi à porter Bush jr, un alcolo repenti born again, au pouvoir : je suis certain qu’ils peuvent nous dépasser ce coup ci et le clown n’est pas celui qu’on pense …

      2. « Le mec ne sait pas placer la Syrie sur une carte, il a fait faillite 4 fois, il a réussi grâce à son influence à faire raser la maison d’une vieille dame pour y construire un parking de casino, il a créé une université avec de faux diplômes pour lesquels des étudiants ont payé 15 000 dollars l’inscription. »

        Et encore une foi on va voir des « libéraux » se précipiter pour défendre la caricature même de ce que les socialistes appellent « libéral »…

        1. Je doute qu’on puisse soutenir Trump et être libéral, à moins d’être très mal informé.

          1. « à moins d’être très mal informé »

            Vous ne croyez pas si bien dire, j’ai malheureusement monté dans le hype train quelques semaines avant de me rendre compte de mon erreur.

            1. L’erreur est humaine va 😀

      3. Akashi ,

        Bof , Obama pensait que les autrichiens parlaient l’autrichien …et Hoover , en 1918 , qui négocia le Traité de Versailles et son fameux  » droit des peuples à disposer d’eux mêmes  » , ne savait pas situer la Hongrie sur une carte européenne …

        Au moins , Trump , après quatre faillites , a su rebondir et devenir milliardaire …les politiciens français eux , ne risquent pas la faillite , même ceux qui fricotent avec le marché libre et désétatisé têtent à la mamelle de l(‘état …

        1. Ce n’était pas Hoover mais Wilson, si vous parlez du président qui a négocié le traité de Versailles en s’appuyant sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes…

      4. Sarkozy pensait que les iraniens étaient sunnites.

      5. 1. Très largement exagéré, voire ânecdotique ou mensonger.
        2. Les autres candidats ont pour leur déjà démontré de manière éclatante qu’effectivement, ils sont très mauvais.
        3. À parties attaques ad hominem, avez-vous des arguments contre son programme ?

        1. 1. Non pas exagéré, juste la réalité. Si vous refusez de le voir tant pis pour vous.

          2. Les autres candidats sont meilleurs, Rubio et Cruz montrent notamment une vraie connaissance des dossiers là où Trump offre le néant.

          3. Son programme? Mais quel programme ? Le mec nous dit qu’il va construire un beau mur à la frontière mexicaine et que c’est le Mexique qui paiera ! Vous savez à quel point c’est ridicule ? Le Mexique ne paiera jamais.

          1. Ce qui fait la force de Trump c’est la même chose que ce qui fait la force du FN, tout le monde s’imagine qu’ils ont le programme qui leur plait car ils n’en ont simplement aucun et ne font qu’enchainer les déclarations sans queue ni tête.

      6. Il ne sait pas placer la Syrie sur une carte, mais combien de dirigeants du G20 savent placer le Montana sur une carte ?
        Et la capitale de la Californie, combien diront autre chose que Los Angeles ou San Francisco ?

        Quant à avoir fait faillite, c’est plutôt une bonne chose, il sait donc comment ça se passe quand on merde.

        Il n’est pas libéral, du moins pas au sens « libéral classique » mais il est très loin d’être un clown, un populiste (ou du moins pas plus que les autres politiciens)… Ne tombez pas dans le piège médiatico-gauchiste du « tout sauf Trump », il serait un bien moins mauvais président qu’Hillary ou Bernie.

    2. Les sondages dans l’Iowa ne se sont pas plantés, c’est le mode de scrutin d’un caucus qui peut réserver des surprises, comment ça marche ? C’est simple, tu convoques tes électeurs au bureau de vote à une heure précise, tu fermes les portes (plus personne n’entre ou ne sort) et tu leur demandes de se mettre en groupe selon qu’ils soutiennent le candidat A, B, C, D ou E. Ensuite, si par exemple les candidats D et E n’atteignent pas un pourcentage déterminé à l’avance, ils sont éliminés et charge aux candidats A, B et C de convaincre ceux qui les soutenaient de venir chez eux. Bref, les résultats d’un caucus sont un peu comme les résultats d’une élection à deux tours.

      Lorsque je dis que les sondages ne se sont pas trompés, c’est parce qu’ils envisagent les résultats comme si c’était une élection à un tour comme une primaire classique. Pour appuyer mes dires, vous aurez noté qu’il n’y a pas eu de surprise dans le New Hampshire où chaque électeur déposait un bulletin dans l’urne (ou votait électroniquement mais c’est pareil). Trump a donc conservé une forte avance parce que ses poursuivants directs n »ont pas pu bénéficier d’un report de voix des électeurs de Christie, Fiorina ou Carson, c’est resté figé dans le marbre.

      L’Iowa reste néanmoins un résultat inquiétant pour Trump car il n’arrive visiblement pas convaincre au delà de son cercle chez les Républicains. Tant que les autres resteront divisés, ce ne sera pas un problème mais imaginez qu’il ne lui reste plus qu’un adversaire ou deux dans 15 jours lors du super tuesday ?

      1. C’est une bonne analyse cher François 🙂

      2. Bonnes observations. Mais en Iowa, l’équipe Trump ne s’était pas rendue sur le terrain (ground game), ce qui a été corrigé au New Hampshire. La primaire de Caroline du Sud sera un bon test !

    3. Aucun doute que Donald Trump ressemble à un homme qui danse dans un champ de mines lorsqu’il attaque la famille Bush dans l’État où elle est la plus populaire, mais cela cadre bien avec son style de foncer tête baissée à l’encontre des idées reçues.

      1. C’est pas faux, néanmoins je m’aperçois que ça ne plaît pas à tout le monde cette fois, et Ted Cruz l’attaque férocement. Au dernier débat ce style a eu l’air de s’être épuisé, il a été hué à plusieurs reprises, ce qui est rare..

  2. « Saddam Hussein était un méchant mais au moins il tuait des terroristes ».

    Lol!!! Il doit surement parler de ces 200’000 terroristes kurdes que Saddam a gazé en une seule journée.

    D.J

    1. Typique des gens qui soutiennent ces dictateurs sanguinaires, prêts à accepter des mecs qui tuent encore davantage que les terroristes au final.

      1. Sans parler du fait qu’au final cela ne fait que radicaliser plus de gens et produire plus de terroristes.

  3. Trump s’est franchement déporté vers la droite avec ses discours sur les Mexicains ou les Musulmans, ce qui est parfait pour obtenir l’investiture républicaine et…Se prendre une raclée le jour de la présidentielle (Romney en sait quelque chose).
    Je crois qu’il a parfaitement conscience de la situation et comme il a beaucoup d’avance sur ses adversaires dans les sondages, il considère qu’il peut se permettre de faire le grand écart idéologique et commencer à s’adresser à tout le monde car il y a un moment où il ne devra pas rassembler la moitié des Républicains mais la moitié des Américains, ce qui n’est pas la même chose.

  4. Seul Trump pourra sauver l’Amerique de la perversion socialisante.

    1. Sauf qu’il est socialiste : favorable aux programmes sociaux, pas fan de la propriété privée, anti-libre échange..etc..Trump est un pur socialiste, il a même dit une fois qu’il aimerait nommer soeur juge à la Cour Suprême, qui est une femme appartenant à la gauche.

      Les gens semblent totalement désinformés sur ce mec..

      1. Sa soeur juge à la Cour Suprême, qui est une femme appartenant à la gauche radicale*

        1. Merci pour ces renseignements que j’ignorais. Je penche du coup pour Cruz.

          1. J’apprécie pas Cruz des masses mais au moins c’est un vrai conservateur voulant protéger la constitution 😉

            1. Depuis le départ de Rand, Cruz est le plus valable.

              1. Je préfère nettement Marco Rubio.

                1. Entre Trump le nationaliste protectioniste, Cruz l evangeliste, Sanders le communiste et Clinton la plus pourrie de tous, l’election americaine semble bien mal engagee…

                  1. « Cruz l evangeliste »

                    Concrètement, même si vous êtes un progressiste hardcore, quel risque Cruz ferait peser sur votre mode de vie ? Surtout si il ne compte pas empiéter plus sur les compétences qui relèvent des états…

                    1. il propose la guerre nucleaire en Syrie et en Irak, il propose de bombarder l’Iran, il est d’accord avec Trump pour construire un mur avec le Mexique, il est pote avec des anti-avortements qui reclament la peine de mort pour les femmes et les medecins qui pratiquent l’avortement…

                    2. Tout cela ressemble en effet à une course à l’échalote assez inquiétante, mais je ne suis pas sure que ça arriverait. Le personnage a quand même l’air assez raisonnable.

                    3. Cruz est en réalité un mec très intelligent et assez raisonnable mais il est prêt à dire n’importe quoi pour être élu. Au Sénat il voulait réduire les dépenses militaires encore plus qu’Obama par ex, un pur opportuniste quoi mais pas vraiment dangereux.

                  2. Si Trump et Sanders sont les nominés Michael Bloomberg a clairement fait comprendre qu’il se présenterait à l’élection en tant qu’indépendant et mettrait 1 milliard de $ de sa fortune personnelle dans sa campagne. Il y aura un candidat centriste, modéré et raisonnable dans cette élection quoiqu’il arrive.

                    1. Merveille ! L’establishment, dont les primaires en faveur des extrêmes montrent que la grande majorité du peuple en a par dessus les oreilles, aura sauvé sa tête. Transposé en France, ça nous met Juppé en homme providentiel qui va sauver le pays.

                    2. « ça nous met Juppé en homme providentiel qui va sauver le pays. »

                      Comme je le dis souvent, nombreux sont les gens raisonnables et responsables qui préfèrent dévaler doucement la pente du déclin plutôt que de faire un saut de l’ange depuis une falaise.

                      Je ne vois absolument pas l’utilité de voter pour quelqu’un qui va provoquer des catastrophes juste pour le coté « anti-système », c’est un comportement d’adolescent.

                    3. Non non et non, les gens en ont pas marre, ce sont les membres des 2 parties qui sont enragés. Les indépendants sont plus nombreux que les démocrates et les républicains, hors selon les sondages ils n’aiment ni Trump ni Sanders.

                      Ensuite arrêtez de raconter n’importe quoi, comparer Bloomberg à Juppé ? Non mais sérieux quoi..Bloomberg c’est le mec qui est parti de rien et a fini par atteindre une fortune de plus de 40 milliards de $ et tu oses comparer avec nos énarques ? Quelle ignorance crasse ! Pas surprenant de votre part vous me direz..

                    4. Exactement, ces gens sont comme Trump, des ados qui se rendent absolument pas des dégâts et qui s’en fichent car leur vie est si ennuyeuse qu’ils veulent de l’action même si ça va bousiller la vie de plein de gens.

                    5. Des gens raisonnables qui vont préférer dévaler doucement en essayant d’enrayer la chute, passe encore, mais des gens dont toute la stratégie est basée sur l’obtention des suffrages grâce à la dénonciation des adversaires afin d’une part de rameuter les abstentionnistes, et d’autre part de faire oublier qu’ils n’ont pas la moindre idée personnelle sur la manière de procéder, non, trois fois non, c’est ainsi que « nous » avons élu Chirac ou Hollande, qui « nous » ont pris pour des imbéciles et qui ont eu raison de le faire.
                      Donc sans voter pour les anti-système, il est parfaitement légitime de les laisser atteindre des postes où ils bouleverseront l’establishment, en se souvenant que nos régimes sont conçus pour limiter leur pouvoir de nuisance s’ils n’ont pas, comme c’est probable, une majorité parlementaire en faveur de leurs excentricités.
                      Je laisse à SweepingWave la responsabilité de ses déclarations comme quoi il n’y aurait pas de lassitude envers l’establishment, et des attaques personnelles gratuites à mon égard dont il est coutumier.

                    6. Une page Facebook très intéressante que je vous conseille de lire: https://www.facebook.com/UnbiasedAmerica/?fref=ts (une autre c’est cellle que j’ai donné en lien dans mon commentaire au dessus: we are capitalists)

                    7. Merde, je me suis trompé de commentateurs. Désolé

                    8. « Des gens raisonnables qui vont préférer dévaler doucement en essayant d’enrayer la chute, passe encore »

                      Justement. J’ai cru comprendre que vous avez beaucoup voyagé, vous devez donc avoir un certain age et avoir une famille et/ou accumulé des richesses au cours de votre vie. Soit vous avez déjà tout mis à l’abri à l’étranger et vous ne risquez rien à voter pour des gens proposent une politique suicidaire et dans ce cas vous êtes un irresponsable, soit vous n’avez rien mit à l’abri et vous êtes simplement un inconscient.

                      Moi j’ai des choses à perdre et pour tout un tas de raisons ma vie ne sera pas en dehors de France (sans parler de ma famille qui n’a aucune envie de bouger), alors oui je pense que les gens qui se défoulent en votant pour des originaux ont un comportement d’adolescent.

                      « la dénonciation des adversaires afin d’une part de rameuter les abstentionnistes, et d’autre part de faire oublier qu’ils n’ont pas la moindre idée personnelle sur la manière de procéder »

                      Mais il y a des choses à dénoncer dans le programme du FN ou de Trump enfin… Ce tas de mesures socialisantes (et donc fascisantes, car le socialisme est toujours fascisant) et incohérentes méritent d’être dénoncés. Encore une foi, si vous pensez que ça mérite moins d’être dénoncé que tout les petits bricolages et autres mesurettes que les politiciens traditionnels proposent, vous êtes un inconscient.

                      « c’est ainsi que « nous » avons élu Chirac ou Hollande, qui « nous » ont pris pour des imbéciles et qui ont eu raison de le faire. »

                      Si Le Pen avait gagné, on ne pourrait peut être pas parler comme cela aujourd’hui. Il ne faut pas voter en pensant que les libertés les plus fondamentales sont acquises pour toujours, c’est avec cette pensé que tout un tas de pays se retrouve coincés avec une dictature socialiste pour plusieurs décennies… Quand à Hollande, vous trouvez vraiment cela catastrophique par rapport à Sarkozy ?

                      Pour finir, si il y a eu en effet un déclin relatif, je pense que l’on peut observer que la condition des français s’est dans l’absolu amélioré pendant un peu plus d’une décennie. Ce qui s’est réellement aggravé, c’est l’incertitude économique, mais ce n’est pas en votant pour le socialisme sauvage que l’on va améliorer cela…

                      « il est parfaitement légitime de les laisser atteindre des postes où ils bouleverseront l’establishment, en se souvenant que nos régimes sont conçus pour limiter leur pouvoir de nuisance s’ils n’ont pas, comme c’est probable, une majorité parlementaire en faveur de leurs excentricités. »

                      Mais enfin à chaque foi qu’un de ces parti progresse les partis traditionnels reprennent leurs idées les plus absurdes car ils en concluent que les gens supportent leur programme ! Cela n’a pas pour effet de provoquer un sursaut de pragmatisme mais une surenchère d’idées irréalistes qui provoqueront des catastrophes…

                  3. En même temps sur Sanders même si ses propositions sont effectivement plus proches du socialisme sur la fiscalité on se dit qu’il n’a pas tout à fait tort.

                    Les US avaient une croissance à presque 2 chiffres dans les année 50-70 malgré des taux d’imposition à presque 70-90%.

                    http://s158.photobucket.com/user/OnlyObvious/media/Tax_Rates/TopTaxBracket_TaxRate.jpg.html

                    Dans des pays où la croissance dépend fortement de la consommation comme les US, la captation de la richesse par une faible partie de la population entraîne moins de consommation et donc moins de croissance. Et en tout cas les forts taux de fiscalité n’ont pas empêcher les entrepreneurs d’innover et les entreprises d’investir dans les années 50-70. On peut dire aujourd’hui que le marché est global et que les entreprises et les riches quitteront le pays mais on peut aussi leur dire que le marché américain leur sera interdit. Il n’est pas normal aujourd’hui que des sociétés comme GE ne paie plus un seul impôt alors que leurs profits n’ont jamais été aussi élevés.

                    1. « Les US avaient une croissance à presque 2 chiffres dans les année 50-70 malgré des taux d’imposition à presque 70-90%. »

                      J’ai déjà lu de nombreuses fois cet argument des gauchistes sur les forums anglophones, et si il a tort le Bernie !

                      Revenir à la croissance des années 50 est impossible, aux USA comme en France. A l’époque ces taux élevés n’empêchaient pas la prospérité car les entreprises et investisseurs étaient restreints dans leurs choix : peu de pays développés et tous avec des taux d’intérêt élevés aussi donc nulle part où fuir, aujourd’hui ils ont l’embarras du choix avec de nombreux pays attrayants où fuir.

                      Les socialistes vont ils comprendre que le monde a totalement évolué ?

                    2.  » la captation de la richesse par une faible partie de la population entraîne moins de consommation et donc moins de croissance.  »

                      Ce n’est pas ceux qui créent la richesse qui la captent mais l’état. Faut pas tout confondre.

                      D.J

                    3. Sauf que cet argument est totalement faux, c’est un argument de propagande gauchiste totalement faux. Lisez ceci: https://www.facebook.com/WeAreCapitalists/photos/a.195735437264673.1073741832.157541337750750/396037853901096/?type=3&theater
                      Ce post démonte cet argument venant du gros porc, Michael Moore.
                      Les taux d’imposition effectifs payés aux USA dans les années 50 60 étaient bien moindres qu’aujourd’hui.

                    4. Sauf erreur, les plus-values n’étaient pas imposées à 70-90%. Comme l’essentiel des gros revenus ne sont pas des salaires, mais des gains de revente des entreprises qu’on a développées, ce qui procure une échappatoire, la taxation des revenus fixes a peu d’importance. En l’absence d’échappatoire comme en France, on voit le résultat.

                      Et il est parfaitement normal qu’une société qui optimise sa fiscalité ne paie pas d’impôts. Cet argent n’appartient pas à l’état, si l’état en veut sa part, à lui de rendre en échange des services pour ce montant.

                    5. Tout ce que dit Sanders est basé sur des mensonges et sur des contre vérités. Ce n’est même pas qu’il est socialiste, c’est juste que c’est un menteur manipulant la vérité.
                      Lisez mes commentaires sous cet article: http://www.slate.fr/story/111635/bernie-sanders-donald-trump-media-desequilibre
                      (j’ai démonté les mensonges de Sanders. Enfin, j’en ai démonté quelques uns car cela m’aurait pris trop de temps de tous les démonter).

                    6. Une page Facebook très intéressante que je vous conseille de lire: https://www.facebook.com/UnbiasedAmerica/?fref=ts (une autre c’est cellle que j’ai donné en lien dans mon commentaire au dessus: we are capitalists)

                    7. Je vous mets la traduction au cas où vous n’avez pas facebook.

                      Votre allégation est trompeuse. Il est vrai que le gouvernement avait une fois les taux d’imposition marginaux aussi élevés de 91-92%, mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, les taux de personnes effectivement taxés étaient beaucoup moins élevés que les taux actuels. Comment? Nous allons vous expliquer ci-dessous.

                      D’abord, il faut comprendre que les impôts sur le revenu de travail découpent votre revenu en niveaux distincts et en taxant les différentes parties de celui-ci à des taux différents. Si, par exemple, vous gagnez 120.000 $, votre premier tranche de $ 20.000 pourrait être imposé au taux A, de $ 20,000 à $ 100,000 pourrait être imposé au taux B, et que votre dernière 20.000 $ pourrait être imposé au taux C. Ceci est pour la compréhension de supports questions; il n’y a pas «un taux appliqué à l’ensemble du salaire annuel. » Disons, par exemple, que le gouvernement allait vous permettre de garder les premiers 10 $ de votre revenu, non imposable, mais qu’ils allaient imposer tout ce qui est plus haut que 10 $ à un taux de 90%. Si votre revenu est de 20 $, dans cette hypothèse, votre salaire net serait que de 11 $. Mais disons qu’à la place, le gouvernement allait vous permettre de garder les premiers 19 $ dollars non taxé, mais après toujours la taxe à 90%. Si votre revenu est toujours à 20 $, votre salaire serait maintenant 19,10 $; beaucoup plus que 11 $. Le but de cette démonstration est d’illustrer la pertinence des tranches d’imposition au lieu de taux d’imposition. Les parenthèses peuvent être fermés, sans évolution des taux, en plus des revenus des personnes qui peuvent effectivement être imposés dans le processus. De même, on peut se poser un support, et augmenter le taux pour cette tranche, mais en fait taxer moins d’argent, parce que le support est si éloignée de la majorité des revenus des personnes qu’il s’ applique rarement. Ceci est précisément ce qui est arrivé dans les années 50-années 60.

                      Comme les économistes Daniel Baneman et Jim Nunns expliquent dans leur rapport intitulé «impôt sur le revenu correspondant à chaque taux d’imposition 1958 à 2009, » en 1958 « il y avait 24 supports (contre 6 aujourd’hui) et le taux le plus élevé était de 91 pour cent » (contre environ 35 pour cent aujourd’hui), mais « seulement une petite fraction des déclarations ont été soumis à des taux supérieurs à taux supérieur de 35 pour cent d’aujourd’hui. » [2] La vérité est, que presque personne n’a pété imposés à ces taux d’imposition élevés. « En 1963, par exemple, il y a eu seulement 501 rentrées ( 64 millions de déposés) ont déclaré un bénéfice imposable dans la tranche de 91 pour cent. » [2] Voilà seulement 0,00078% de toutes les déclarations d’impôt sur le revenu fédéral, et il ne comptaient que pour 0,1% des recettes de l’impôt sur le revenu fédéral total. Il est difficile de se rapprocher plus de « 0 » que cela.

                      En outre, comme Timothy Taylor, économiste et directeur de publication du Journal of Economic Perspectives, l’explique, une fois que nous ajustons tous les chiffres de l’inflation et les traduire en 2009 USD, nous voyons que «le taux d’imposition marginal le plus élevé se produit beaucoup plus faiblmente dans la distribution des revenus dans 2009 qu’en elle l’a fait en 1958.  » Pour comprendre intuitivement cela, il faut penser à notre précédente hypothèse, lorsque la tranche d’imposition proposée était à l’origine inférieure et appliquée à tous les revenus de plus de 10 $. Ce qui a été une illustration d’un taux marginal d’imposition survenant plus FAIBLE à la distribution des revenus, et à cause de cela, plus de revenus étaient imposés. Il est également symbolique de la façon dont nos supports supérieurs travaillent actuellement.

                      A l’inverse, en 1958, la tranche supérieure n’a pas vraiment le coup jusqu’à ce que quelqu’un d’abord obtenu 3,1 millions $ de dollars (09 USD), avec le taux d’imposition élevé en utilisant uniquement au revenu gagné plus haut que 3,1 millions. Voilà un exemple d’un taux marginal d’imposition survenant plus HAUT dans la répartition des revenus. Le support au deuxième rang était également très élevé par rapport à aujourd’hui, efficace seulement environ 2,3 millions $ (2009 USD) de revenus. En revanche, le support supérieur en 2009 était applicable à un peu moins de 400.000 $. [3] Cela signifie beaucoup plus de revenus a été imposé en 2009, en dépit de la tranche supérieure ne taxer à un taux de 35%. Comme l’explique Taylor, « la part des recettes de l’impôt sur le revenu perçu par ceux dans les meilleurs supports pour 2009 – soit la catégorie 29-35%, est plus grand que le taux perçu par toutes les tranches d’imposition marginaux dessus de 29% dans les années 1960 ». [3] Ainsi, les taxes étaient – efficacement – inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui.

                      Comme cela devrait maintenant être clair, les tranches d’imposition changent de manière significative notre compréhension des taux d’imposition, en créant une disparité entre le taux d’imposition marginal et le taux d’imposition effectif. Lorsque les individus soutiennent que « les taux d’imposition utilisés à 90%», comme pour justifier le plaidoyer pour des augmentations d’impôt, ils sont souvent mal compris le rôle des tranches d’imposition. Corrige-les

                      Sources:
                      [1]
                      http://www.politifact.com/truth-o-meter/statements/2009/oct/02/michael-moore/michael-moores-film-capitalism-claims-richest-paid/

                      [2]
                      http://www.taxpolicycenter.org/UploadedPDF/901456-Tax-Paid-Each-Rate.pdf

                      [3]
                      http://conversableeconomist.blogspot.com/2012/03/top-marginal-tax-rates-1958-vs-2009.html?m=1

                    8. Lisez aussi ceci: http://www.manhattan-institute.org/pdf/ib_19.pdf
                      c’est très intéressant

                    9. autre lien intéressant: http://blackburn.house.gov/uploadedfiles/jec_republican_staff_analysis_historical_tax_rates_rhetoric_vs_reality.pdf.pdf

                      Ce que vous dites est un mensonge très répandu chez les gauchistes américains mais qui malheureusement pour eux a été démonté maintes et maintes fois. Il existe des milliers de liens, d’articles,…démontant ce mensonge

                    10. Contrairement à ce que dit Sanders, les bénéfices des entreprises loin de battre des records sont relativement stables depuis la seconde guerre mondiale.
                      Ils ont généralement fluctué de seulement quelques pourcents à la fois. Ils ont augmenté légèrement autour de 2008 et 2009, passant de 8 % du revenu national à 11 % du revenu national, mais sont depuis tombée à 9 %. Depuis la seconde guerre mondiale, la norme se situe entre 6 % et 12 %
                      Regardez le schéma: https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xtp1/v/t1.0-9/12717385_451796038339730_6535853236997687199_n.png?oh=96a3f8cbd2fa6f560e29593daf7d105a&oe=574DF0B5
                      SOURCES:
                      Les données viennent directement de sources gouvernementales
                      La rémunération des salariés : http://research.stlouisfed.org/fred2/data/W209RC1A027NBEA.txt
                      Bénéfices avant impôts : http://research.stlouisfed.org/fred2/data/A051RC1A027NBEA.txt
                      Le revenu des sociétés nationales : http://research.stlouisfed.org/fred2/data/A032RC1A027NBEA.txt
                      http://www.bea.gov/iTable/iTable.cfm?ReqID=9&step=1#reqid=9&step=3&isuri=1&903=53

                    11. Des économistes de gauche (Alan Krueger, Austan Goolsbee, Christina Romer et Laura D’Andrea Tyson) ont envoyé une lettre à Sanders où ils disent que son programme économique n’est pas crédible et qu’il est irréaliste. Selon eux, le programme économique de Sanders va nuire aux classes qu’il prétends défendre.

                      Les propositions du plan de santé figurant sur le site de campagne de Sanders risquent de coûter entre plus de 18 000 milliards et 20 000 milliards de dollars la prochaine décennie, selon le New York Times. L’estimation de Kenneth Thorpe pour le plan de la santé de Sanders considère que ce plan aura un coût total de plus de 30 000 milliards de dollars.
                      Autrement dit, son programme est juste fantaisiste.

                    12. Le top des 100 PDG gagnent un combiné de 3 milliards de dollars par an. Les 100 entreprises elles emploient des dizaines de millions de personnes, avec un chiffre d’affaires de 7 700 milliards de dollars. Les PDG sont payées 0.04 % de ces revenus de l’entreprise. C’est 9 $ par citoyen des États-Unis. Et pourtant, leurs salaires sont blâmé par les gauchistes et Sanders.
                      Le gouvernement, pendant ce temps, prend plus de 18,054 $ par citoyen des États-Unis. L’argent sort de nos salaires et de nos entreprises, ce qui diminue considérablement les salaires et les revenus des citoyens. Pourtant, cette réalité est pratiquement ignorée par les médias et par les gauchistes.

                      http://www.aflcio.org/Corporate-Watch/Paywatch-2014/100-Highest-Paid-CEOs
                      http://www.payscale.com/data-packages/ceo-income-2013/fortune-100

        2. Et alors ? Sa sœur est socialiste donc il est socialiste ? Il y a bien des néoconservateurs qui se croient libéraux, vous me direz..,

          1. Apparemment vous ne savez pas lire ! Ça semble être une constante chez les soutiens de Trump !

            S’il nomme sa soeur à la Cour Suprême ou envisage de le faire ça montrera bien qu’il est socialiste, on ne nomme pas quelqu’un de totalement opposé à son idéologie pour un poste aussi capital, sauf si au final on est d’accord avec les vues de ces personnes.

            Et s’il n’y avait que ça qui montrait son socialisme…son mépris complet de la propriété privée et sa volonté de ne pas réformer les programmes sociaux suffit à comprendre.

          2. Donald Trump, ancien démocrate, fan des Clinton qui dit aux américains ce qu’ils veulent entendre pour avoir le pouvoir. Quant à son programme personne ne le connait, même pas lui. http://www.usapoliticstoday.com/trump-endorses-hillary-clinton/

          3. Un excellent article: http://thefederalist.com/2016/01/26/the-uncanny-parallels-between-donald-trump-and-fdr/
            On peut comparer Trump à Roosevelt qui ont énormément de points en commun

          4. Trump est avant tout un mégalomane pensant à lui même. Il ne croit pas vraiment ce qu’il dit. C’est d’ailleurs une véritable girouette, il change sans cesse d’opinions, il va dans le sens du vent. Avant, il était démocrate. Trump n’est pas raciste, il dit des choses racistes car il sait que cela va scandaliser les gens et cela permet de faire parler de lui. De plus, le fait que « l’élite » politique et médiatique se ligue contre lui est une excellente chose car les gens soutiennent Trump justement par rejet des élites et de la bien pensance.
            Trump n’est pas du tout idiot, c’est quelqu’un de très intelligent (certes, il dit des choses totalement absurdes mais il ne croit pas ce qu’il dit).
            Insulter les gens soutenant Trump ne me parait pas une bonne stratégie. Les gens soutenant Trump ne sont pas cons, ce sont juste des gens qui en ont marre (à juste titre) des élites politiques et médiatiques de Washington, des gens qui en ont marre de la bienpensance.

    1. Tellement inculte qu’il a réussi à accumuler une fortune de 10 milliards de dollars et que les doctes critiques n’ont à tout casser qu’un million ou deux… Il ne maîtrise sans doute pas aussi bien la théorie que certains, mais niveau pratique il est dans les tous bons !

      1. Pas 10 milliards, ça c’est ce que dit Trump qui a tendance à exagérer ses chiffres et surtout il n’a fourni aucune preuve. Forbes est réputé pour ça et estime sa fortune à 4 milliards de dollars.

        Il a hérité de l’argent à papa, a fait disparaître ses dettes et pertes via une utilisation intensive du code US des faillites et je parle pas des arnaques ici et là.
        Il est surtout doué pour exploiter les lois et la naïveté. Et il a eu l’avantage de naître dans une famille riche et influente, il est pas parti de rien le bonhomme hein.

Les commentaires sont fermés.