[Replay]100% des femmes harcelées dans les transports ?

Publié Par Benoit Rittaud, le dans Sujets de société
Par Benoît Rittaud

 

Le gouvernement vient de lancer un « plan national de lutte contre le harcèlement dans les transports ». L’intention est d’éradiquer (ou, plus modestement, de réduire) les agressions dont les femmes sont victimes de la part des hommes parce qu’elles sont des femmes. L’expression consacrée est le « harcèlement sexiste ». Étant de sexe masculin, il est sans doute imprudent de ma part d’écrire les lignes qui suivent, mais on ne choisit pas toujours les sujets sur lesquels on tombe.

En préambule, il convient sans doute que je marque mon évidente désapprobation à toute forme d’agression physique ou morale. Il est important de ne pas sous-évaluer le caractère pénible, voire angoissant, des incivilités telles que le harcèlement sexiste, et il est tout à fait normal que le gouvernement se pose la question des moyens à mettre en œuvre pour s’attaquer à ce problème.

Cela étant posé, mon attention a été attirée il y a quelques semaines par la publication d’un rapport par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) qui signale notamment (p. 5) que « 100% des utilisatrices de transport en commun ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste ou agressions sexuelles ». En vieil habitué des transports en commun (mon côté écolo…), et notamment en banlieue nord de Paris, je dois dire que j’ai quand même été un peu surpris d’un tel pourcentage. Qu’il y ait des moments où l’on ne se sente pas trop à l’aise dans les transports, certes. Que de nombreuses femmes aient dû subir du harcèlement sexiste, c’est tout aussi certain.

Mais 100%…

La source mentionnée dans le rapport pour ce résultat est un laconique « Résultats des consultations menées par le HCEfh, mars 2015 ». J’ai donc fait ce que tout citoyen un peu préoccupé de la qualité des rapports officiels devrait faire plus souvent : j’ai écrit au HCEfh pour leur demander des détails sur leur méthodologie.

Réponse : ce chiffre est issu d’une consultation d’une soixantaine de questionnaires collectés à l’issue de rencontres organisées sur le thème « genre et espace public ». En gros, c’est un peu comme faire un sondage dans une file d’attente à un distributeur bancaire grec pour demander à ceux qui font la queue s’ils souffrent du manque de liquidités.

Mon interlocutrice du HCEfh m’a explicitement dit qu’il s’agissait, via cette courte enquête, d’obtenir « un chiffre d’appel ». C’est vrai que 100% en est un, mais il est tout de même éthiquement fort contestable de l’utiliser sans la moindre prudence et à des fins de communication. Lorsqu’un organisme public s’autorise une telle manipulation des chiffres, il obtient peut-être l’effet médiatique recherché, mais à un prix qu’il ne mesure sans doute pas : la perte d’une part de sa crédibilité. Une noble cause n’a pas besoin de « chiffres d’appels » pour être défendue.


Sur le web

  1. 100% des gagnantes ont tenté leur chance ?

  2. Je vous invite à consulter le dépliant de la conférence en question: La quintessence du blabla associatif subventionné qui se touche. Magnifique…

    Et pour les crédules qui auraient pu donner la moindre valeur à cette affirmation, il aurait fallu quand même réfléchir: 100%? Vraiment? Même celles qui n’ont pris le bus que deux fois dans leur vie? Attention! C’est qu’ils sont méthodiques les harceleurs et bosseurs en plus. Des qu’une femme rentre dans le métro on vérifie qu’elle a bien déjà été harcelée. Sinon on ne laisse rien passer sans un harcèlement. Il s’agit de préserver cette statistique!

    1. Il devraient peut-être donner des reçus, ce serait plus facile pour le comptage. Et aussi pour éviter de réharceler les mêmes pendant que certaines passent entre les mailles du filet, ce serait dommage.

      Je me demande s’il est possible de poursuivre ceux qui utilisent ce genre d' »enquêtes » et qui les diffusent. C’est carrément de la fraude, ça. Bon, ce serait pas la première foi, de la part de ces gens, il faudrait pas oublier les fameuses inégalités salariales, mais quand même.

  3. J’ai 46 ans et depuis que je vis en région parisienne (1986), j’ai été « harcelée » de nombreuses fois dans la rue et les transports publics (dont 3 fois par des hommes qui se sont masturbés devant moi dans le métro- la dernière fois en 2014, plusieurs qui m’ont fait subir des attouchements sur les jambes, les fesses, la poitrine, sans parler des propos sexistes et autres avances sexuelles souvent très vulgaires). Mais à l’époque, je prenais sur moi, on n’en parlait pas, ..

    Et je ne connais PAS UNE SEULE femme de mon entourage parisien (amies, collègues, étudiantes…) qui n’a pas subi au moins une fois du harcèlement sexuel public dans sa vie…

    Donc oui, les 100% c’est évident!

    Comment régler ce problème? par l’éducation c’est évident (familles et Education nationale, campagnes médiatiques…) mais aussi en faisant respecter la loi (car aujourd’hui on peut prendre des photos avec son Smartphone pour porter plainte contre Attentat à la pudeur)…

    1. Moi je connais des femmes qui prennent les transports en commun en province et à qui il n’arrive jamais rien.

      Ma solution: Soit on rase paris soit on construit des prisons supplémentaires et on demande aux policiers de protéger la population des délinquants au lieu de se transformer en collecteurs d’impôts.

      1. Aïe !
        Oui mais une des solutions est un coût, l’autre est une source de revenus.
        L’État à besoin d’argent, l’absence de sécurité coûte moins cher et c’est pas l’Etat qui payé 🙂

    2. Non 100% ce n’est pas « évident » compte tenu de la méthodologie, c’est même tout le sujet de l’article.

    3. Ma femme est une femme (si, si…), qui prend les transports en communs parisiens tous les jours depuis 2009, en ayant pris à une époque le RER B et la ligne 13 vers le nord. Elle a subi une seule agression dans l’intervalle, c’était pour lui voler des sac à main. Si on considère que seules les femmes subissent ce type d’agression on peut dire qu’elle était sexiste, même si le caractère crapuleux de la chose semble pas probable.
      En tout cas cette statistique de 100% lui a fait penser immédiatement à une manipulation, compte tenu de son expérience personnelle et de l’expérience de ses amies.

    4. Qu’elle ligne prenez vous?

    5. @namasde +1 , 100 % de mes amies et moi même avons été harcelées au moins une fois mais c’est en fait beaucoup plus . Petits exemples pour illustrer : gifles pour port de jupes trop courtes (2 de mes amies, dans deux endroits differents en plein Paris, dans le metro,dans les années 80) , et pour ma part , étant habillée en tailleur un homme à côté duquel j’étais assise m’a demandé d’aller à l’hôtel avec lui . Etant longiligne je suis moins agresses que mes consœurs , plus les femmes sont rondes , plus c’est fréquent et violent .

    6. « Je ne connais pas une seule femme… »

      Vous connaissez la blague : trois anglais voyagent de Londres à Glasgow, quand le train passe la « frontière », le premier – journaliste – dit : « oh regardez, les vaches en Ecosse sont marrons »; alors le philosophe lui répond : « non, on peut dire qu’en Ecosse il y a une vache marron » et le mathématicien ajoute : « En Ecosse, il y a au moins une vache qui apparait marron sur un flanc ».

      Le chiffre intéressant serait de savoir si 100% des hommes ont agressé sexuellement des femmes, et sinon quel est le profil type de l’agresseur…

      Je suis un homme et parfois aux heures de pointe ou les jours de grèves ou d’incidents, je suis mal à l’aise parce que des corps (hommes et femmes) sont fortement en contact avec le mien, sans parler des haleines, est-ce considéré comme agression ou attouchement ?

    7. Paris (avec l’agglo), c’est 10 millions d’habitants. On peut considérer (ce sera probablement pas tout à fait ça, mais c’est pour donner une idée…) que la moitié doivent être des femmes, ça donne 5 millions.

      Même si vous fréquentiez de manière habituelle 100000 ou 200000 femmes, ce qui paraît déjà dur, votre entourage ne serait pas représentatif. Même en considérant que toutes les femmes de votre entourage aient bien été agressées (c’est tout à fait possible, après tout), ça reste anecdotique, on ne peut pas en tirer quoique se soit.

      C’est exactement le même problème que celui décrit par l’article. A-t’on vraiment besoin d’expliquer pourquoi une étude portant sur 60 femmes sondées pendant un événement au cours duquel le profil étudié est surreprésenté ne nous apprend rien sur la situation? Qu’on ne peut rien en conclure à par la malhonnêteté de ceux qui la diffuse et qui l’instrumentalise?

      C’est de la propagande, purement et simplement. De la fraude, aussi.

  4. Nous ne parlons jamais de l’inverse… lorsque j’étais étudiant à Paris, j’avais obtenu un stage à la Défense et à 2 reprises sur les 6 mois de stage j’ai eu des attouchements de la part de femme dans le métro.

    Bon forcément je ne me sentais pas en danger.

    1. Flatté? 🙂

      Bon ok je sors…

    2. Ça m’est arrivé aussi et je me suis senti flatté, juste le temps de me retourner et de voir la tête horrible de la chose (je ne veux pas insulter les femmes en les associant à cette personne)…

    3. La même ici, et je me suis pas sentit flatté.

      En tout cas, je peux dire une chose de façon certaine, c’est que 100% des hommes Français sont victimes de l’atteinte au principe d’égalité devant la loi que constituent les lois d’exception votées sur lobbying des féministes et de l’exercice de la justice en France.

      Et pour ça, il n’y a pas besoin d’études.

      Hommes et femmes ne sont plus égaux depuis que la loi favorise dans les faits ces dernières, ce qui devient inquiétant.

      Quelque part, dans notre civilisation qui en est venu à glorifier la faiblesse et la médiocrité (qui sont les mamelles du socialisme), il n’est pas étonnant que des lois soient votées en fonction des lubies du premier qui passe et qui gueule un peu plus fort que les autres.

      Les féministes se cachent derrière leurs grands principes, se parent de toutes les vertus, mais ce ne sont que des socialistes qui ne sont guerre différents ou meilleurs que ceux qui ont saigné à blanc l’URSS, la Chine ou le Cambodge. Avec les verts, on tient les vrais héritiers de Marx et Staline.

  5. J’ai eu la même réaction que vous, à savoir que le 100% ne devrait JAMAIS sortir dans un sondage. Veulent-ils nous faire croire qu’il n’existe aucune femme qui n’a pas été harcelée dans ce pays ? Pitoyable …

    1. @DirtyHayek , désolée de vous contredire , je ne connais pas une seule femme n’ayant pas été harcelée . Par ailleurs , j’en connais de moins en moins qui n’ont pas été tout simplement victime d’attouchements ou pire relevant de la prison . Les hommes ignorent tout simplement ce que nous vivons au quotidien , parlez-en avec des femmes .
      Dans le même registre 100% des personnes de couleur subissent des agressions racistes , cela fait partie de leur quotidien .
      Maintenant , une fois que j’ai dit ça je ne demande rien à l’état , sinon d’ appliquer la loi , pour le reste je me débrouille . Et je ne fais pas payer aux hommes normaux ce que j’ai pu subir des co***ards.

      1. « je ne connais pas »

        Depuis quand on fait des études sociologiques sur la base de ressentis personnels ? A ce compte là, autant renommer la sociologie en café du commerce.

        Un contre exemple : ma copine m’a assurer que cela ne lui était jamais arrivé. Elle prend le métro parisien tous les jours. Est-ce représentatif ? Non, pas plus que votre expérience.

        « Dans le même registre 100% des personnes de couleur subissent des agressions racistes , cela fait partie de leur quotidien . »

        Non. Source : moi.

  6. 100 % je confirme. Ce matin j’ai moi même été victime de manspreading et j’ai vu au moins 1 autre cas (sur seulement 5 stations !).

    La question n’est pas de savoir si c’est 100 % ou 99 ou 95 etc.. mais est-ce que nous sommes en présence d’un phénomène massif et sur lequel des mesures doivent être prises pour garantir aux femmes leur liberté d’aller et venir et leur sûreté.

    La réponse est évidement oui. Les arrêts de bus à la demande me semble être une bonne mesure, de même que des wagons réservés aux femmes le soir aussi. Une campagne d’affichage peut aussi être une bonne mesure pour faire évoluer les mentalités de certains « croco ».

    Il est temps de réagir et cette étude à le mérite de poser le débat car en france nous sommes très en retard. Aux états-unis les 2 premières arrestations pour manspreading ont eu lieu cette année http://www.telegraph.co.uk/women/womens-life/11643966/Manspreading-New-York-arrest-I-was-groped-by-a-mans-legs-on-the-train.html

    En france on en est encore loin…. malheureusement…

    1. Je ne connaissais pas ce terme de « manspreading ». Je viens d’en lire la page wiki. J’ai… j’ai envie de rire, vraiment.

      Qu’une personne (oui parce que une femme peut très bien le faire…) écarte ses jambes et donc « bouffe » l’espace de ses voisins, quand y’a du monde dans le véhicule, c’est pas très sympa effectivement. Comme au ciné quand votre voisin vous bouffe votre accoudoir.

      Pour ceux qui veulent comprendre de quoi il s’agit : https://www.youtube.com/watch?v=KbQeNm68USk

      Bref. On est d’accord, c’est pas sympa pour les autres. Comme poser son sac sur le siège d’à-côté c’est pas sympa non plus.

      Mais… mais… comment on peut dire « j’ai moi-même été victime de manspreading » ???? C’est aussi ridicule que de dire « j’ai été victime d’une femme qui a posé son sac-à-main sur le siège d’à-côté », « j’ai été victime d’un type qui a pris 95% de notre accoudoir commun au cinéma »….

      Dans ces conditions là, c’est clair, 100% des femmes ont été victimes de harcèlement, mais à ce compte-là, moi aussi j’ai été victime de manspreading, plein de fois…..

      Franchement Adèle, quand je lis votre commentaire, j’ai de la peine parce que ça décrédibilise totalement votre point : le harcèlement dans les transports (et dans la rue) est un phénomène massif. C’est vrai que c’est un phénomène massif, j’en ai vu plein des filles se faire ennuyer par des lourdingues pathétiques, mais on peut pas considérer le manspreading comme un harcèlement ou une agression. C’est, au pire, une incivilité (quand y’a du monde dans le véhicule, pas autrement), comme celui ou celle qui parle fort au téléphone.

      Manspreading = harcèlement ? Ridicule, ridicule, ri-di-cule.

    2. « Ce matin j’ai moi même été victime de manspreading »

      Pour Adèle, le simple fait de croiser un homme est déjà une agression…
      Pire encore. Le simple fait qu’il y ait des hommes sur terre en est déjà une…

    3. Ah Adèle et sa répression chérie…

      Peut-être un biais de coquetterie dans les réponses de femmes : avouer qu’on a jamais été agressée revient à dire qu’on est tellement moche et mal fichue qu’il vaut mieux dire que oui, les hommes sont tous d’horribles satires.

    4. Pour le 100% je reste sceptique sur de tels stats, que des femmes se sentent mal à l’aise dans les transports en commun (encore plus selon certaines lignes de métro/RER), je le conçois et ce n’est pas normal.

      Mais de là à proposer des wagons réservés aux femmes le soir… J’ai le sentiment que cette proposition est une fausse bonne idée et créerais plus de problème qu’elle n’en résoudrait.

      Il s’agit clairement d’une question d’éducation, de valeur morale et de respect de l’autre, ces différents principes étant, à mon avis, totalement discréditer depuis pas mal d’années.

      Pour le manspreading, je nuancerais votre propos, il peut juste s’agire de quelqu’un s’affalant sur sa place et n’ayant pas une position convenable. Après, s’il s’avère que cette personne est en face d’une femme et qu’il la regarde fixement ou de manière à bien lui montrer son entrejambe, ok c’est indécent. Mais ça reste un comportement sur lequel il me semble difficile de légiférer… La loi, à mon sens, ne devant pas intervenir à ce niveau, sinon ceci implique de le faire sur tout comportement que nous pourrions juger indécent 🙂

      Et pour répondre rapidement aux personnes discrédiant systématiquement Adèle (sur cet article comme dans d’autres), c’est un peu bas comme comportement et vous ne faites que renforcer/confirmer son raisonnement.

      1. Adèle propose un modèle de ségrégation en fonction du sexe. Adèle rêve de vivre sous une bulle entre femmes loin de toute contamination masculine.

        1. Combien d’agressions sexuelles dans les prisons pour femmes en France ?

      2. On a pas droit d’écarter les jambes quand on s’assoit?!! C’est une blague, j’espère? A ce moment là, puis-je considérer comme du harcèlement sexuel le fait que des femmes portent des récoltés qui attirent mon attention ou des minijupes qui me laissent voir l’intégralité de leurs cuisses?

        1. A aucun moment je n’ai parlé de droit, j’insiste, justement, sur le fait qu’il ne faut pas légiférer sur ce genre de chose. De même je ne parle pas d’harcèlement, qui implique une action répétée et non un fait ponctuel.

          Pour ma part, je range dans la même catégorie un homme qui s’assiéra les jambes écartées et une femme avec un décolleté trop prononcé : indécent. Mais ceci n’engage que moi et mes valeurs, je ne vais pas pour autant demander une loi sur la profondeur maximum d’un décolleté ou le degré d’écartement des jambes…

          1. Je ne vous répondais pas spécialement, en fait.
            Pour ce qui est de s’asseoir les jambes écartées, ce n’est pas indécent, c’est une forme d’assurance, de se mettre à l’aise, ce qui est plutôt sain (et pour le décolleté, c’est pas tout à fait la même chose, mais c’est similaire). Maintenant, il faut tenir compte de la situation, et éviter de gêner les gens qui s’assoient autour de vous, mais s’asseoir les jambes ouvertes n’a en soit rien de sexiste.

            1. Jambes écartées : prend de la place lattéralement
              Jambes serrées : prend de la place en longueur

              Donc ça depend ce qui dérange le moins, sachant qu’il n’y souvent aucune solution qui ne dérange personne, sauf quand on est sans vis à vis.

              1. Dans tous les cas, il faudra m’expliquer ou est le sexisme.

      3. Adèle n’a pas besoin d’être discréditée : elle le fait elle même sans l’aide de personne à chacune de ses publications.

        Au point que je doute sérieusement que ce soit involontaire. Je la soupçonne d’être un homme anti féministe visant à ridiculiser le point de vue qu’à de le prétend défendre.

        1. Note de la modération :
          Les critiques sur les contenus (articles, commentaires) sont bienvenues. Mais les attaques sur les personnes ne sont pas bienvenues.

          1. A la modération: J’avais pas l’impression d’attaquer quelqu’un. Je trouve que vous modérez de façon curieuse. Enfin, je me soumes aux règles du lieu.

  7. 100%..

    Sur la base de…. 60 questionnaires.
    Décidément, le manque de rigueur intellectuelle est de plus en plus flagrant.

    Sur le fond, les lois existent contre le harcèlement, les attouchements. Il suffit de les faire appliquer.

  8. @namasde je suis désolé de ce qui vous est arrivé, mais vos solutions me laissent sans voix ?
    Vous comptez encore sur l’éducation nationale pour régler quelque chose en France. ?????

  9. Messieurs, c’est de l’éthique et du savoir-vivre qui manque à nos congénères. Mais que cela nous choque ou non : Les mains aux fesses, ça existe depuis la nuit des temps …
    La bonne question est de se demander si c’est un comportement en dangereuse augmentation.

    1. Il faut arrêter de considérer ça comme une fatalité !
      C’est le bobard sempiternelle qu’on nous sort pour excuser la nullité de la justice et de la sécurité dans notre pays. Des meurtres, des vols, des viols, des agressions… il y en a toujours eu, depuis la nuit des temps, et un jour on trouvera ça aussi naturelle que le soleil qui se lève tous les matins. On veut nous habituer à l’insécurité car les politiques sont des incapables.
      Si ça ne touchait qu’une minorité de femmes, je comprendrais qu’on s’inquiète de la tendance. Mais là, même si les chiffres sont bidonnés comme une élection soviétique, il en reste tout de même une certitude : ce n’est pas anecdotique. Je me vois mal aller expliquer à ma femme ou à ma fille que « malheureusement, il y aura toujours des cons, il faut sagement faire avec ».

    2. @DirtyHayek , il ne s’agit pas de mains aux fesses , renseignez vous ! Une gifle en pleine figure , pour rien , un type qui sort son bardas devant une gamine , il vous faut une liste ? je ne compte plus les agressions ni sur moi ni sur les autres , tombez de votre arbre ! Ouvrez les yeux !

      1. La définition de harcèlement ne comprend pas QUE les vraies agressions. Sinon on atteindrait pas le chiffre de 100%.

        1. @Deegs c ‘est pour ça que le chiffre est franchement crédible en tous les cas en région parisienne . Dans mon entourage 100% des femmes ont été agressées (coups , propositions lubriques , types se masturbant devant elles etc.) les choses plus light (mains baladeuses , paroles déplacées ) ne sont même pas à évoquer c’est le tarif presque quotidien . Mais Deegs ou donc vivez vous ???, vos femmes sont elles sous tente ??

          1. Avez-vous lu l’article ? On parle de 60 questionnaires réalisés dans le cadre de conférence sur le harcèlement sexuel, donc remplis par des personnes concernées par le sujet.

            Ce n’est pas parce que ce chiffre fait écho à votre situation personnelle qu’il est crédible.

  10. 93% serait passer comme plus crédible, et aurait le meme effet au final. Parfois il faut savoir perdre une partie de bataille pour gagner le combat. (je vis en province loin des grandes villes, 100% de mes amies n’ont jamais été embêtés ni dans les TER, ni dans les bus, donc les chiffres un….)

    Après sur les faits :
    1) J’avais 20 ans, je prenais le métro a Paris, un vieux pervers se colle a une gamine, personne ne bouge, j’étais dans ma jeunesse un peu rebelle, le mec s’est retrouvé a terre… mais voila je suis le seul a avoir bougé, je ne demande meme pas que tout le monde fasse comme moi et le fasse physiquement, mais les gens ne disent meme rien…
    2) 20 ans encore, j’étais sur le quai du métro, un grand mec d’185 (je suis assez petit donc je précise) embete lourdement une fille, jusqu’a la toucher avec sa main, personne ne bougait, je me suis interposé, en lui retirant sa main mais avec un ton affirmé… les gens ont commencé a venir et a ouvrir leurs bouches… mais je ne serais pas intervenu, les gens auraient bouger juste si la fille était tomber sur les rails…
    Bref les premiers responsables, c’est ni l’Etat, ni les policiers, mais bien les citoyens qui acceptent tout, par peur de chambouler leurs petites vies et de rater leur métro… J’ai aujourd’hui femme et enfants, je le referais sans sourciller… il y a un moment, il ne faut pas tout accepter.

    Après, et la personne ne voudra etre d’accord avec moi, mais peu importe, il y a des tenus a adoptés en fonction de ses déplacements… on ne traine pas en mini-jupe a Barbes… tout comme on ne rentre pas dans un magasin Cartier avec les tongs, la serviette de plage et sa bouteille d’alcool a la main… on s’adapte aux lieux. Après en effet, certains voient le simple port d’un jean comme une provocation, et la c’est autre chose, mais il y a des tenus plus adaptés que d’autres suivants ou l’on va. Tout comme tu n’es pas accepté dans certaines boites de nuit si tu viens en jogging basket casquettes. C’est pas normal, mais dans un pays comme le notre ou l’on accepte que l’Etat soit partout, pour tout (loi renseignement, humour,…) faut pas se plaindre que les citoyens deviennent aussi demeurés et infantilisés et que certains se sentent obliger d’harceler les femmes vu qu’elle porte un jean (ba oui si l’Etat me dit rien, c’est que j’ai le droit de le faire).
    Bref, mais avant tout, que les petits pèpères des grandes villes bougent un peu leurs fesses pour prendre la défense des gens qui paraissent plus faible… ou sinon rien ne changera.

    1. « on ne traine pas en mini-jupe a Barbes »

      Avec le pseudo « Liberté Adorée « … c’est d’une tristesse de lire ça…

      1. C’est juste une question de pragmatisme. Ce n’est pas parce que vous êtes libéral, responsable et tout et tout que les autres le sont.
        Vous devriez essayer la minijupe à Barbés 🙂

      2. Réponse typique… vous n’etes pas triste pour « on ne rentre pas dans un magasin Cartier avec les tongs, la serviette de plage et sa bouteille d’alcool a la main » par contre… Et bien évidement vous n’avez pas lu le « C’est pas normal… » et ce qui suit.

        En 2 mots pour REpréciser… J’aimerais POUVOIR (et j’ai le droit) arriver dans une église et crier en pleine messe… je le fais pas, par respect pour ses occupants, j’aimerais rentrer dans une mosqué en chaussures, mais je les enleve par respect et car je m’adapte à la situation, j’aimerais pouvoir me ballader dans la rue en habit de SadoMaso avec des images obscènes sur moi (bon j’avoue c’est pas mon délire lol) , mais autant je le ferais sans hésiter pendant la Gaypride, autant je le ferais pas devant une école… Je ne me balladerais pas a moitié a poil lors d’un enterrement,… bref je m’adapte aux situations et au monde qui est autour.

        Vous savez quelqu’un qui aime la liberté d’une facon débordante comme moi, a tout de meme un bout de cervelle. J’ai compris que des situations se prêtent plus ou moins aux choses, et meme si je trouve cela anormal, je m’adapte.

        1. Dans un lieu de culte (propriété privée), je peux comprendre les us et coutume et éventuellement m’y plier, dans un magasin de luxe (propriété privée) ou dans une entreprise (propriété privée) aussi.

          Vous vous admettez juste qu’à Barbes (qui n’est pas une propriété privée) on peut accepter des règles d’un autre âge parce que les populations qui y vivent sont justement les populations à problème dont je parle plus bas.

          CQFD

          1. Mouai, mais j’ai aussi dit « j’aimerais pouvoir me ballader dans la rue en habit de SadoMaso avec des images obscènes sur moi (bon j’avoue c’est pas mon délire lol) , mais autant je le ferais sans hésiter pendant la Gaypride, autant je le ferais pas devant une école… Je ne me baladerais pas a moitié a poil lors d’un enterrement,…  »
            Et je reprend mon exemple cité pour un autre commentaire, mais si vous avez une maison, il y a des cambrioleurs, alors soit vous vous dites « c’est pas normal le vol » et vous pensez que vous allez les arreter comme çà… soit vous mettez une alarme… c’est pas normal de devoir mettre une alarme, devoir fermer sa porte a clef,… mais on le fait, car on s’adapte. C’est un peu comme les couillons qui traverse de force la rue sans regarder en disant « je m’en fou je suis prioritaire »… le mec a raison, mais si il se fait écraser, elle aura belle jambe « madame raison ».

            1. Si vous vous habillez en sado-maso devant une école, personne ne vous agressera. Vous serez juste arrêté par la police.

              1. Et finir comme Marcellus Wallace. 😀

      3. @Ron: Je pense qu’on peut légitimement dire qu’il est plus prudent de ne pas trop attiser les hormones des satyres sans pour autant légitimer le harcèlement de ces mêmes satyres ni prôner l’interdiction des mini jupes.
        Il y a le légal, et après il y a les décisions personnelles. Perso je pense que les gens devraient même avoir le droit de se promener à poil s’ils le veulent sans devoir pour autant subir d’attouchement, tout en reconnaissant que a titre individuel, ce ne serait pas chose la plus prudente à faire non plus étant donné la situation. Ça ne devrait pas être retenu comme élément à charge contre une personne agressée sexuellement, mais ça peut être un bon conseil d’une personne à une autre.

    2. Et la drague, c’est considéré comme un harcèlement ?

      Qu’est ce que propose le HCEfh ? L’ignorance totale des femmes par les hommes ? Ou un protocole de séduction amoureuse ?

    3. Un avis et un vécu intéressant 🙂 Je suis entièrement d’accord que les premiers à pouvoir agir contre ce genre de comportement c’est nous.
      A un moment il faut arrêter de se regarder le nombril et agir, ça demande un certain courage. J’irais même plus loin, un acte d’harcèlement, comme vous le décrivez, intervient et personne n’agit (en faisant semblant de ne rien voir). Comment les personnes n’ayant pas ag arrivent à se regarder dans le miroir ensuite ?
      Alors nous aurons toujours les personnes qui diront : oui mais si le type est armé ? S’il s’agit d’un piège ? Si la terre était plate et que ma tante en avait ?… Bref, pour moi ce ne sont que des excuses pour justifier son comportement et son inaction.
      Je vous rejoins encore pour les tenues adaptées en fonction de son environnement, pour prendre un exemple non féminin, quand je vais dans un endroit que je sais potentiellement dangereux ou avec des individus louches, je ne mettrai pas un costume/cravate mais plutôt en jeans/basket classique. C’est une question de bon sens.

      1. Oui, mais si vous agissez, vous risquez la tôle. On peut comprendre que la plupart des gens ne veuille pas courir ce risque, d’autant plus ceux qui ont une famille à charge. Il faut s’y faire, en France, il est dangereux de porter secours à ceux qui se font agresser, dans les faits on nous en décourage, et les gens ont finit par retenir la leçon.

        « Comment les personnes n’ayant pas ag arrivent à se regarder dans le miroir ensuite ? »

        Comment peut-on sortir sciemment des études bidonnées, s’en servir pour jeter l’opprobre sur toute une population (les hommes) en fonction de son sexe (et en l’y réduisant), le tout avec le pognon du contribuable en se posant comme gardien de la morale et du bien, et continuer à se regarder dans le miroir?

        Au-delà de ça, notre pays punit l’initiative privée, détruit la responsabilité depuis des décennies par l’état providence, la bureaucratie et l’administration. Tout est fait pour produire une population de moutons bien obéissants et veulent. Ça vous étonne tant que ça que la lâcheté s’y développe? D’autant plus que les féministes réclament des hommes sans couilles, sans plus rien de ce qui les rend masculins. Ben ça y’est, vous les avez.

        Ce que je trouve rigolo, c’est que les féministes font payer à la grosse majorité des hommes qui n’ont rien à voir la dedans les agissement des quelques uns sur lesquels ils n’ont aucune prise. Parce que les quelques uns contre lesquels les féministes prétendent lutter s’en foutent complètement, ça change rien à leur vie, et c’est le reste de la population qui ramasse.

        1. Il ne faut pas non plus exagérer, on ne demande pas à aller démonter l’agresseur au point de le laisser par terre agonisant.

          Pour la comparaison entre la phrase entre guillemet et la suite de votre réponse, je suis d’accord, même si la comparaison est un peu osé 🙂

          Qu’est-ce-qu’un homme avec des couilles pour vous alors ? Vu que les féministes souhaitent que des eunuques selon vous.

          1. « Il ne faut pas non plus exagérer, on ne demande pas à aller démonter l’agresseur au point de le laisser par terre agonisant. »

            Oh, il en faut pas autant, pour que la justice vous casse en deux.

            « Qu’est-ce-qu’un homme avec des couilles pour vous alors ? Vu que les féministes souhaitent que des eunuques selon vous. »

            Comme toujours avec ce genre de chose, c’est pas forcément facile à décrire. Je veux parler de quelqu’un qui a confiance en lui, accepte de regarder la réalité telle qu’elle est sans se soumettre au politiquement correct, n’a pas honte de ce qu’il est, assume réellement ces convictions, fait preuve de courage et de l’assurance qui va avec, dans tous les aspects de sa vie. Ce qu’on attend d’un homme, et au-delà de tout adulte responsable. Ce dont on ne veut plus dans nos sociétés. On préfère le consensus mou et le politiquement correct, des individus bien obéissant. c’est à gerber. Et les féministes participent à ça. Pour une bonne partie d’entre eux, en tout cas (en tant que mouvement, assurément).

    4. le silence des agneaux? ou des pétochards?

    5. J’aimerais être comme vous mais je suis un « gringalet ». Comment avoir la force mentale et physique pour arrêter des « grands mecs de 1m85 » dans des villes ou personne ne me viendra en aide si ça tourne mal ?

      1. 1) Pour le mental et la capacité physique a intervenir, inscrivez-vous dans un club de Penchak-silat , de Krav-maga (si vous n’avez pas ces 2 precedentes activités a proximité du selfdefense de manière générale), ca va vous permettre de vous défendre contre nombres d’agressions (pas contre toutes on est d’accord et en 1 contre 1) après c’est a vous de diagnostiquer la scene… vous voyez un mec vraiment costaud, trop alcolisé… et bien regarder autour de vous, choper 2,3 mecs qui ont une carrure correct et dites leur qu’il faut intervenir ou sinon vous irez tout seul… les gens face a une situation de ce genre, viendront. Il y a bien des milliers de trucs a faire , sans meme intervenir physiquement, il y a sur les quais des téléphones d’urgence, vous avez la méthode de crier, bref….

        2) Ne pensez pas que personne ne vous viendrait en aide si vous n’intervenez pas, car si tout le monde pense ainsi en effet c’est ce qui se passera… plus les gens seront nombreux a intervenir, plus ca deviendra normal. Après encore une fois, je ne dis pas, qu’il faut intervenir sans réfléchir et sans mesurer l’après… Exemple, vous etes dans un RER, une fille se fait violé par 20 mecs… intervenir physiquement est une connerie, en plus de se faire violer (la fille) vous risquez de vous faire tuer… mais qu’est-ce qui vous empeche de tirer le signal d’alarme du train, et de crier, de manière cachée « la police arrive » ou bien de faire comme si vous faisiez parti du groupe « on se casse ! les flics »… bref il y a mille et une méthode pour empecher une situation, mais la pire c’est de laisser faire.

        1. Dans notre société, même la victime peut vous reprocher d’être intervenu.

    6. à Barbes, comme ailleurs, on devrait, si on le veut, pouvoir trainer en minijupe OU en burka !

      1. Il suffit de mettre la minijupe sous la burka, facile.

      2. Tout le monde est d’accord avec toi (enfin ici) personne ne dit le contraire… maintenant je pourrais dire aussi « personne ne devrait voler son voisin », « personne ne devrait etre méchant pas beau »,… mais concretement, soit tu te bas pour arreter tous les voleurs, soit tu met une alarme dans ta maison… tu t’adaptes…
        Bien sur que dans l’idéal et dans le pays des bisounours, chacun DEVRAIT etre libre de circuler comme bon lui semble… mais on a tous conscience que l’on est pas dans ce monde, on est dans un monde ou il faut s’adapter aux situations… ou tenter de les changer activement et pas juste avec 3 commentaires sur des blogs… donc on est très loin de cette situation pour 99% de la population, donc oui, c’est triste, mais a Barbes une femme ne devrait pas mettre de mini-jupe, et tu es obliger de mettre une alarme dans une maison, tu évites de sortir ton portable en plein milieu de Stain,… bref tu t’adaptes, meme si c’est pas normal.

      3. Vous croyez sincèrement qu’on peut avoir une société avec un mélange san fransisco karachi qui soit vivable?

        1. Bien sûr, avec un système libéral qui fait effectivement respecter les droits.

        2. Londres ! Les burquas musulmanes croisent les papilottes des juifs othodoxe. ces 2 la croisent les costumes-cravates de la City, qui croisent les punk de Camden Town…
          Le monde s’est ouvert il y a longtemps, la France est resté dans son temps.

    7. Quel dommage de tomber sur, pour faire court, « mini-jupe = elle l’a mérité ». Oui on comprend l’idée, mais non, 1000 fois non, on ne peut pas formuler les choses ainsi et mettre ainsi la faute sur la victime, la vraie et la seule victime.

      Une femme (ou un homme) devrait pouvoir se balader à poil dans la rue sans avoir peur de se faire agresser, toucher, violer. Comme vous devriez pouvoir vous balader avec votre iPhone scotché à l’oreille sans avoir peur de vous faire voler… « ah ouai mais il téléphonait, il exhibait son iPhone, c’est sûr qu’il allait se le faire voler ».

      Votre parallèle avec la tenue correcte exigée dans certains lieux est complètement à côté de la plaque. C’est pour respecter un standing, pour « garantir » une ambiance aux autres clients, pas pour éviter les agressions.

      Cela étant dit, je suis d’accord avec vous : la solution c’est nous tous. La France est un pays effroyablement égoïste, personne n’aide son prochain… et pourquoi le ferait-il, l’État dit qu’il le fait et il vous impose en conséquence.

  11. Les français sont tellement habitués à la violence qui règne dans leurs transports en commun hors de prix pour le contribuable qu’ils ne s’étonnent même plus que cette violence existe, ils s’interrogent seulement pour savoir si c’est plutôt 100% des femmes qui la subissent, plutôt que 80% ou 60%.

    Brave peuple bien docile à qui on fait avaler toutes les couleuvres, comme si cette violence était normale et acceptable dans un pays civilisé.

    Au moins pendant ce temps là, on ne se pose pas la question de savoir qui est vraiment à l’origine de cette violence…
    On les appellera ici simplement « les hommes ».
    Cette traditionnelle pudeur française, on fera toujours tout pour se boucher les yeux et les oreilles pour ne pas voir la réalité et appeler un chat un chat.

    Si le transport français craint, ce n’est pas parce que les « hommes » sont sexistes, les hommes à l’origine de cette violence sont dans la majorité des cas des hommes issus de l’immigration nord africaine.

    Je laisse aux sociologues et autres truc-o-logues le soin d’analyser si cette violence provient d’une éducation machiste, d’un manque d’éducation et de savoir vivre en général, ou d’une sorte de défiance que ces personnes entretiennent vis à vis de tout ce qui leur rappelle la france, comme on peut le voir régulièrement avec les émeutes qui ébranlent régulièrement la douceur de vivre de notre franchouillie ou les nombreuses incivilités dont ces gens sont coutumiers.

    Pour celui qui aura la bonne idée de me taxer de raciste, je précise que ce n’est pas moi qui suis raciste, c’est la réalité qui l’est, je ne fais que rapporter des faits. Ces 100% (80%, 60%…) de dames pourront de toute façon évidemment le confirmer 🙂
    (même si on connaît tous le cas sur 100 où une agression a été le fait d’un blanc blablabla)

    Si on commençait par poser les problèmes tels qu’ils le sont réellement, on pourrait peut être prétendre à trouver une solution autre qu’un énième comité théodule, plan machin truc ou une énième loi à la con.

    1. @Ron Swanson : Votre message aurait très bien pu ne pas être raciste si vous n’aviez pas eu la maladresse d’écrire ce passage :

      « Si le transport français craint, CE N’EST PAS parce que les « hommes » sont sexistes, les hommes à l’origine de cette violence sont dans la majorité des cas des hommes issus de l’immigration nord africaine. »

      Quand bien même la majorité des harceleurs de femmes seraient, comme vous dîtes, des hommes d’origine africaine, leur harcèlement est une forme de sexisme, donc le sexisme EST un problème.

      (Votre affirmation maladroite « CE N’EST PAS » est donc fausse.)

      En revanche, s’il est une chose qu’on peut affirmer, c’est que, contrairement à ce que laisse entendre votre message : l’immigration EN SOI n’est pas un problème, alors que le sexisme est EN SOI un problème.

      L’immigration, lorsque ce terme est correctement défini, c’est la liberté d’un étranger de se rendre chez un propriétaire ou employeur national qui consent à l’inviter. L’immigration, ce n’est pas la liberté d’un étranger de forcer des propriétaires français à l’accueillir.

      En vous opposant à l’immigration EN SOI, plutôt qu’à la propriété publique et aux aides sociales qui amène une mauvaise immigration, vous vous opposez au droit des français de faire ce qu’ils veulent avec ce qui leur appartient (leurs propriétés privées), par conséquent vous vous opposez à votre propre droit de faire ce que vous voulez avec ce dont vous êtes propriétaire, vous vous opposez à votre propre droit d’inviter qui vous voulez chez vous, d’employer un étranger plus productif qu’un compatriote, de choisir un client étranger, un locataire étranger, etc.

      Vous n’avez pas conscience que quand l’État gagne en légitimé pour s’attaquer aux libertés des « étrangers africains » il gagne en légitimité pour s’attaquer à vos propres libertés, et que ce sont ces atteintes aux libertés des français qui sont la source de tensions ethniques et non l’immigration en tant que liberté d’un étranger de se rendre chez un propriétaire privé qui l’invite.

      1. Non, je n’ai pas dit que l’immigration était un problème, j’ai dit que les hommes nords africains se comportaient mal.
        Je suis pour le laisser passer, dans un sens comme dans l’autre.

        1. @Ron Swanson : Parmi les causes qui font que certains hommes issus de l’immigration harcèlent les femmes dans la rue et les transports, vous avez mentionné : une éducation machiste, un manque d’éducation, un manque de savoir vivre, et une « défiance vis à vis de tout ce qui leur rappelle la france ».

          Je pense que le manque d’éducation (instruction) est le problème principal. Donc au lieu de râler contre l’immigration, il faut râler contre le décrochage scolaire et le chômage. La plupart des harceleurs sont peu qualifiés, n’ont aucun diplôme, ne travaillent pas, sont chômeurs.

          Quant à l’éducation machiste que certains de ces hommes issus de l’immigration reçoivent de leurs parents, étant féministe/progressiste je la trouve bien évidemment problématique. Cependant le soucis c’est qu’il y a des conservateurs parmi les opposants à ce machisme : ces conservateurs sont des hypocrites qui, par exemple, applaudissent quand les Femen dénoncent le machisme de l’islam, mais s’opposent aux Femen quand elles dénoncent le machisme du christianisme.

          Selon moi, si on s’oppose au sexisme, on s’y oppose d’où qu’il provienne (Bible, Torah, Coran…) sinon on est qu’un hypocrite. Si on est intransigeant avec l’islam, il faut être aussi intransigeant avec le christianisme.

          1. Ce ne sont pas « les femmes » qui sont harcelées, mais les femmes occidentales . Les femmes voilées ne subissent pas de harcèlement…
            Noyer ça dans une glose antipatriarcale revient à passer complètement à côté du problème.

            1. « Les femmes voilées ne subissent pas de harcèlement… »

              Les femmes contraintes, par une loi patriarcale ou de trop fortes pressions sociales (peur de se faire traiter de salope), de porter un voile sont des femmes harcelées, des femmes victimes de sexisme, donc c’est vous qui passez à côté du problème en prétendant que le sexisme n’en ai pas un.

              1. En réalité se sont les femmes musulmanes qui portent d’elle même la burqa, elle font sa pour se rapprocher de leur dieu, donc elle sont consentantes.

          2. « mais s’opposent aux Femen quand elles dénoncent le machisme du christianisme. »

            Se tripoter le vagin dans une église sans l’accord du propriétaire, ce n’est pas dénoncer, mais agresser. Et tant pis s’il y a des enfants dans l’assistance hein ? Voltaire n’a jamais eu besoin d’exhiber ses couilles dans une église pour exprimer son désaccord avec elle.

            Quant aux femen, quand elles feront à Ryad ou à Téhéran ce qu’elles font à Paris, elles seront un poil plus crédibles.

    2. « Pour celui qui aura la bonne idée de me taxer de raciste, je précise que ce n’est pas moi qui suis raciste, »

      Si, si, votre propos est clairement raciste. Vous êtes un raciste.

      1. Tout le monde il est raciste! Le monde réel est raciste! C’est commode, parce que du coup ce genre d’imprécation permet de nier la réalité, et au vu de l’évolution de la situation le déni est en train de devenir une discipline olympique.

        Pour voir ce qu’il en est, un petit reportage « femme de rue » qui a fait le buzz en son temps… Auprès des gens qui acceptaient d’avoir les yeux ouverts, pour sûr.

        http://www.marieclaire.fr/,sofie-peeters-femme-de-la-rue-bruxelles,696077.asp

        1. Bonjour Stéphane Montabert,

          Je suis justement en train de préparer un article sur le reportage « femme de la rue » à Bruxelles.

          Je peux d’ores et déjà vous dire que les conclusions issues de ce reportage sont aussi exagérées que le chiffre de « 100% de femmes » harcelées en France.

          Toute l’argumentation sur le « harcèlement de rue » repose sur un amalgame entre la drague (fréquente), et le harcèlement réel (beaucoup plus rare).

          Dans le cas du reportage belge, on a utilisé le réflexe xénophobe pour renforcer le message féministe selon lequel « les femmes » seraient menacées par « les hommes ». (si on les remplace par « les hommes de couleur », le message a hélas plus de poids, comme ont pu le constater les noirs lynchés dans le sud des Etats-Unis à une certaine époque).

          En bref on joue sur l’idée que « si un arabe drague une femme » c’est nécessairement du harcèlement. J’espère que vous comprenez la gravité de ce type d’amalgames.

          Au final voici le résultat que ce type de psychoses peut donner :

          « Pérou, le harcèlement de rue puni de jusqu’à 12 ans de prison ».
          http://www.peruthisweek.com/news-peru-street-harassment-to-be-condemned-up-to-12-years-in-prison-105452

          1. « « si un arabe drague une femme » c’est nécessairement du harcèlement. J’espère que vous comprenez la gravité de ce type d’amalgames. »

            Traiter une femme de salope au passage, c’est de la drague maintenant?

            Vous tentez de démontrer une manipulation là où il n’y a rien d’autre qu’une réalité dérangeante pour vos convictions – autrement dit, vous recherchez le confort intellectuel et non la vérité.

            L’auteur de Femme de Rue n’est même pas féministe. Elle a simplement voulu témoigner de son quotidien dans un quartier « multiculturel » de Bruxelles, et a été surprise de réaliser à quel point son vécu était partagé par d’autres femmes autour d’elle. Maintenant la façon dont les autorités essayent de récupérer l’affaire je m’en fiche un peu.

            A force de vous interdire toute forme d’amalgame, vous en arrivez à faire celui qui tente de faire passer des insultes et du harcèlement pour de la drague. En guise de largeur d’esprit, c’est assez navrant.

            Évidemment, ce sont souvent des magrébins qui semblent se comporter ainsi (d’après l’accent, leur visage étant flouté). Ou des noirs. Ou autres vibrants éléments de la diversitude triomphante particulièrement représentée à Bruxelles. Mais je pense que ce n’est pas un problème de couleur de peau mais plutôt de culture et de religion, du rôle de la femme dans la cellule familiale et la société.

            Forcément, si vous venez d’une culture où les mariages sont arrangés et les femmes voilées et accompagnées en permanence par un homme (ou se déplaçant au moins en groupe) de peur qu’elles ne soient violées par le premier venu, la vision d’une jolie femme en robe marchant seule sur le trottoir a quelque chose d’aguichant et de déstabilisant. Mais on peut blesser par maladresse. Ou au contraire chercher à rabaisser celle qui ne se comporte pas selon ses valeurs. Quelles que soient les raisons les souffrances infligées à la victime sont réelles.

            Les trottoirs existent, les femmes occidentales existent, les individus allogènes à la société occidentale existent – donc pas de bottage en touche à la con sur oh-si-on-remettait-en-cause-la-définition-de-l’espace-public et autres délires de théologiens libéraux trop heureux de compter les anges qui dansent sur la pointe d’une aiguille plutôt que d’affronter la réalité puante en bas de chez eux.

            Les trottoirs existent, les femmes occidentales existent, les individus allogènes à la société occidentale existent donc. Et tous ces gens se rencontrent sur le trottoir, ou dans les transports en commun. Il y a conflit.

            Comment régler ce conflit? L’un des camps doit plier. Soit comme dans le roman Fitna les femmes s’habilleront et se voileront assez vite (c’est la trajectoire actuelle) soit les individus allogènes à la société occidentale sont repérés et changent de comportement ou sont retirés de la circulation.

            Je reste assez réservé sur le volet répressif de l’affaire, en particulier s’il se réduit à une simple amende, d’autant plus que ce sont des quartiers où la police ne va déjà presque plus (et quand elle y va ce n’est certainement pas pour faire des vagues). Je me demande néanmoins combien de PV pourraient dresser une équipe suivant une policière en civil dans les conditions du reportage. Et plutôt qu’une approche péruvienne avec douze ans de taule, une annulation du permis de séjour assortie d’un retour au pays (et à ses femmes plus culturellement conformes) pourrait tout à fait convenir.

            Sofie Peeters, à l’origine de femme de rue, a déménagé. Pour le moment, le salut est dans la fuite, mais on manquera assez vite d’endroits où déménager.

            1. Stéphane Montabert ,

              Je ne nie pas qu’il y ait des problèmes de coexistence entre les cultures et des normes qui sont différentes. Il y a aussi un lien statistique entre situation socio-économique d’une population et délinquance. Indéniable.

              Vous parlez des femmes qui se font traiter de salope. Bien-sûr ce n’est pas de la drague. Mais par contre les « madame vous êtes belle » « bonjour madame » etc, c’est de la drague. Et ces interpellations sont infiniment plus fréquentes que les « salope ».

              Si vous voulez vous en convaincre regardez ces 10 heures de marche dans les rues de New York. Selon les féministes il s’agit de harcèlement. Comptez les insultes. Aucune. Il s’agit de drague. Et oui la plupart des hommes qui tentent leur chance sont noirs. Faut-il les arrêter et les envoyer en prison pour avoir essayé d’engager la conversation avec une femme ? Vous voyez le risque d’abus ? Femme blanche interpellée par un noir = harcèlement.

              https://www.youtube.com/watch?v=b1XGPvbWn0A

              Ces interpellations ont peut-être choqué votre sens de la politesse, mais dans une société libre, il ne s’agit pas de délits.

              Votre « il faut les retirer de la circulation » est franchement préoccupant. Donc selon vous il faudrait mettre les hommes arabes qui parlent aux femmes dans la rue, dans des camps ou quelque chose comme ça?

              1. « Donc selon vous il faudrait mettre les hommes arabes qui parlent aux femmes dans la rue, dans des camps ou quelque chose comme ça? »

                L’explication est donnée dans le paragraphe suivant de mon propre texte mais puisque vous en êtes à vous faire mousser avec des sous-entendus aussi minables je vous laisse à votre mauvaise foi.

          2. Je viens de faire un tour d’Europe en congés et globalement l’endroit où j’ai eu le plus d’ennuis est Paris et chaque mauvaise interaction a été avec quelqu’un issu de l’immigration nord africaine. Je trouve que globalement la fracture autochtones-immigrés et issus de l’immigration devient de plus en plus importante.

      2. rhétorique de socialiste pour se cacher de la réalité comme un enfant, cela n’a pas l’effet que vous attendrez sur moi, je suis immunisé contre le socialisme et ses basses manoeuvres

        1. C’est fou de voir que pour une bonne partie des gens, la négation des évidences est comprise comme une marque de raffinement…

  12. Pour les hommes qui ont du mal à comprendre en quoi le « harcèlement » de certaines femmes dans la rue ou dans les transports publics est un réel problème :

    Ma technique à moi consiste à envisager le « harcèlement » comme étant une forme de PARASITISME qui réduit les choix de vie des individus harcelés / empêche à ces individus de s’accomplir personnellement / limite les usages potentiels que ces individus peuvent faire de leur temps, etc.

    Je vais prendre un exemple simple : Imaginez que vous vivez dans un quartier contrôlé par la Mafia. Chaque jour les mafieux du coin vous demandent poliment une cigarette.

    1 – Soit vous refusez et les mafieux vous laissent tranquille. Dans ce cas tout va bien.

    2 – Soit vous acceptez et les mafieux vous considèrent immédiatement comme un membre de leur Mafia ayant les mêmes privilèges mais aussi les mêmes obligations pénibles que les autres mafieux.

    3 – Soit vous refusez et les mafieux vous considèrent immédiatement comme un ennemi menaçant l’intégralité de leur système mafieux, un ennemi dont il faut se débarrasser.

    Nier que le harcèlement de certaines femmes dans la rue ou les transports est un réel problème est donc similaire au fait de refuser à des hommes honnêtes la possibilité de consacrer leur énergie, leur temps, à autre chose qu’à des mafieux qui ne leur laissent qu’un choix : » T’es avec nous ou t’es contre nous. »

    Par conséquent c’est une très bonne chose de lutter contre le « harcèlement ». En revanche d’un point de vue libéral ce n’est pas là le rôle de l’État. Ce dernier a certes le devoir de lutter contre les agressions physiques et la fraude, cependant le rôle de l’État n’est pas de lutter contre, je cite, les « agressions morales » . Du moins cette expression très vague demande, me semble-t-il, à être clarifiée.

  13. Et bien entendu, les résultats de ce sondage ont été repris sans aucune vérification de cohérence par tous les médias nationaux, moutonniers, dont la paresse intellectuelle n’a dégale que la bêtise crasse qu’ils servent à la population en osant la nommer « information »

    1. Ils s’en foutent: Grace aux subventions ils sont protégés et n’ont pas pas à subir la concurrence de nouveaux médias.

  14. … et des esprits malveillants pourraient même aller jusqu’à soupçonner d’autres données « officielles » de relever de la même méthodologie !

  15. Conclusion de votre article : il faudrait qu’un maximum de citoyens se renseignent sur la méthodologie des sondages et autres « études », et accessoirement sur qui les commande. Ça éviterait que la majorité de la population se fasse enfumer à chaque fois.

  16. C’est vraiment agaçant, ces manipulations pseudo-scientifiques pour faire valoir des idées politiques, la plupart du temps de gauche… On voit là quelques méthodes fort présentes en URSS…
    Tout comme l’écart salarial ou l’emprunte écologique…

    Et bien sur, si on démontre que ces trucs sont des fumisteries, ils vont quand même les justifier pour leur aspect éthique…
    Ah oui, la dette écologique ne repose sur rien de sérieux, mais c’est pour sensibiliser (c-a-d endoctriner en novlangue), c’est pour la bonne cause, donc c’est ok…

  17. Non 120 %, mais attention car un grand nombre fantasme et ne sont pas mécontentes
    Les fantasmes ça existe et tout le monde vit à certains moments dans ce monde imaginaire.
    Que les féministes se blindent et surtout qu’elle soient punies de chasteté´forcée

  18. contre le harcèlement, il n’y a pas 36 solutions , il y en a une : Krav Maga pour toutes

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/08/harcelementderue.html

    1. Attention, le droit de se défendre est purement théorique en France.

    2. Hélas, blessez seulement un peu votre agresseur et vous verrez de quel côté est la loi.

  19. en revanche, ce qu’on peut ajouter, c’est que les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant le contact envers l’autre sexe

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2014/11/le-probleme-de-linsecurite-des.html

    Ce qui explique que les cas de harcelement féminin sont plus rares voire inexistants

  20. Le pire est la malhonnêteté.
    Outre ce chiffre absurde de 100%, déduit d’une 60aine de questionnaires, il y a ce sous-entendu abject que 1000% des hommes sont des harceleurs… Bien entendu, personne ne le dit, ni ne l’affirme. Mais c’est bien pire.

    Et pourtant, il est exact qu’une grande majorité des femmes et des filles ont connu des expériences déplaisantes, voire plus, dans les transports. C’est un véritable problème qui semble plutôt se généraliser.

    Pour autant, si on devait faire un questionnaire sur les agressions que les hommes ont subi dans les transports durant leur vie entière, je ne serais pas surpris qu’on arrive également à un chiffre de plus de 90% … Mais ça, ça n’émeut personne…

  21. Même les « républiques » d’Afrique centrale n’osent pas faire du 100% dans les suffrages… Est-ce un sondage nord-coréen?

  22. @L’auteur , avez vous une fille ? si c’est le cas demandez lui et vous verrez bien (attendez toutefois qu’elle ait les mots pour dire) . Le harcèlement vient tres vite , et bien plus tôt que vous ne le croyez , mais bon , si l’ignorer vous permet de dormir tranquille , continuez donc de fermer les yeux et les oreilles …. maintenant , encore une fois , je ne demande rien de particulier et cela ne m’empêche pas de vivre , mais je suis vigilante et veille à ne pas me mettre dans des situations qui pourraient dégénérer.

    1. Bonjour Val, vous pourriez aussi lui demander s’il a un fils de lui poser ce type de question.

      Moi, en tant qu’enfant, je me suis fait menacer et frapper dans les transports et dans la rue. Donc pourquoi se limiter aux problèmes des filles ?

      Vous pensez vraiment que les garçons n’ont pas parfois la vie dure dans l’espace public ? Pourquoi limiter vos investigations aux filles ?

      Vous dites que vous êtes vigilante et « veillez à ne pas vous mettre dans des situations qui pourraient dégénérer ». Et bien moi en tant qu’homme, je vous dirais exactement la même chose.

      L’insécurité ne concerne pas que les femmes. Mais le discours sur le « harcèlement de rue » a pour but, je pense, de le faire penser.

      1. @Alain , je suis d’accord avec vous , mais l’article ne traitait que des femmes . On aurait peut être pu faire une enquête pour tous les usagers , c’est certain . Le problème est en tous les cas la sécurité au sens large dans les transports .

  23. Je prend très souvent et depuis des années les transports à toutes heures et un partout (métro, bus et rer) et je n’ai jamais vu ce genre de scène, et pourtant je transite par beaucoup de gares dite sensible.

    1. @Hercule , la raison est sas doute dans votre nom 😀

  24. Le terme harcèlement est pour le moins excessif pour qualifier ce que subissent les femmes dans le métro. Effectivement, je pense que 100% des femmes ont déjà été dérangées dans le métro par des propos ou des actes de nature sexiste et/ou sexuelle. Pour autant, il me semble tout de même que le terme de harcèlement revêt un caractère répétitif qui me semble totalement inadapté à la situation décrite. Est-ce que chaque femme se prend une main aux fesses à chaque fois qu’elle prend le métro ? Non, c’est indéniable et je sais de quoi je parle.
    Résoudre un problème nécessite avant tout de le qualifier correctement. Le problème des incivilités dans le métro est néanmoins réel mais il n’a pas besoin d’emphase ou de manipulation de chiffres pour être considéré comme tel.
    Autrement, supprimer le métro est aussi une bonne solution ! 😀

  25. Huger: merci de revenir au sujet. C’est un peu juste exactement ca.
    Je fais une proposition de loi moi aussi: le port d’armes neutralisantes dissimulées est autorisé pour toutes femmes voyageant avec les transports en commun. Je me réjouis d’avance a la vue des corps jonchés dans les rames de métro de sous-hommes,, encore secoués de faible décharges électriques résiduelles, les yeux ruisselants de larmes, en train de subir l’enfer qu’ils se proposaient d’infliger a une inconnue.
    D’ailleurs, je viens de faire un sondage et 100% de Tintincan est d’accord.

    Pour le reste, c’est malheureusement tout le mal Francais en action (sorry).
    En ce qui concerne le comportement et les réactions que je dois avoir lorsque je suis confronté a un problème (harcèlement, viol), je dois tout a l’education que mes parents m’ont donnée. Et c’est tout. Mes enfants sauront aussi quoi faire, et ne pas faire. Je ne compte sur personne d’autres pour leur apprendre.
    Le libéral doit pouvoir faire appliquer les lois essentielles du vivre ensemble si l’état régalien n’est pas en mesure de le faire. Le citizen’s arrest devrait être possible. L’agresseur devrait perdre tous ses droits et ne jamais pouvoir prétendre par la suite être une victime.
    Les femmes qui ont appris a ne pas dépendre de la gentillesse d’inconnus, qui refusent d’être des Blanche Dubois,qui ont appris a se défendre de ce genre de cloportes, et a les neutraliser, violemment, courent inévitablement le meme risque que ce père de famille, il n’y a pas si longtemps (dépôt de plainte du violeur en herbe). Nous en sommes la. Ne pas avoir le droit de défendre sa propre intégrité physique…Et cette nouvelle loi ne fera qu’empirer le problème. Le seul programme d’état que je pourrais accepter en l’occurence, ce serait d’encourager femmes et filles a s’initier aux techniques de self defence, et accepter (transcrire dans la loi) qu’une femme a tous les droits lorsqu’il s’agit de se défendre, son agresseur, aucun, meme si les conséquences de son agression s’avèrent extrêmes. Et que si, par miracle, un quidam assiste cette femme dans cette noble démarche, qu’il ou qu’elle ne soit jamais emmerdé(e) d’avoir agi.

    Enfin, je suis vraiment inquiet. Ou est Adele?

  26. Pourquoi ? .. il a une quelconque crédibilité le « machin » cité par « l’étude » en question.
    C’est de la propagande, et comme telle , plus c’est gros plus ça « passe ».
    En fait, il faudrait euthanasier tous ces comités Théodule qui, en plus de consommer
    les taxes des français produisent de la merde !!

  27. C’est sûr que sortir une telle énormité, cela doit choquer un statisticien.
    Et j’abonde totalement dans le sens de l’auteur ; quand on s’appuie sur un élément statistique, une base scientifique, pour développer sa thèse, que cette thèse soit louable ou pas, si la donnée en entrée est fausse tout le discours est décrédibilisé.
    Le résultat peut même être à l’exact opposé pour pas mal de monde.

  28. Si dire bonjour à une femme c’est harceler, alors forcement, 100%, ca se comprends.

    Nous sommes dans une société où parler à un inconnu dans la rue est considéré comme du harcèlement.
    Bienvenu dans le monde moderne.

  29. Le terme de harcèlement à caractère sexiste n’a plus de limite dans la rhétorique des féministes victimaires. On y mélange les agressions physiques et verbales (attouchements, insultes), les regards trop appuyés ou encore la drague lourdingue.
    Si l’on pousse cette logique un peu plus loin, tout ce qui peu importuner une femme, selon ses propres critère est assimilable à du harcèlement.
    En suivant cette logique toujours plus victimaire, il faudrait que les hommes baissent les yeux dans la rue. Le mieux serait bien évidemment de spécialiser les rames de métro en fonction du sexe comme ça on serait sur du résultat.

    1. Les seules solutions qui conviendrait réellement aux féministes, c’est le goulag ou la solution finale.

  30. 100% ne me choque pas; et pour deux raisons :
    1. « une fois dans leur vie de harcèlement sexiste »
    2. vous voyez une réponse « non; Je suis tellement répugnante …-
    100% des 60, évidemment !

  31. Je crois volontiers que « 100% des utilisatrices de transport en commun ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste ou agressions sexuelles ». Surtout quand avec les critères modernes une invitation sexuelle non sollicitée, voire la simple possibilité imaginée d’une telle invitation, devient un harcèlement sexuel. La précision 100% est assez absurde, tout femme sait ce qu’il en est et tout homme fréquentant quelques femmes le sait aussi.
    Seulement, ça me semble du même niveau que d’autres affirmations toutes aussi justes, tels que
    « 100% des hommes ont été victimes au moins une fois dans leur vie d’ agression ».
    ou
    « 100% des hommes ont été victimes au moins une fois dans leur vie d’une accusation infondée de harcèlement sexiste ou agressions sexuelles ».
    (que celui à qui ça n’est jamais arrivé se dénonce)
    Et alors ?
    La seule différence, c’est que je ne connais par d’hommes qui en déduirait la nécessité d’un « grand plan national de lutte »
    D’autant que la « lutte » ne peut prendre que deux formes (étant supposé que les méthodes de police actuellement en vigueur ne répondent pas à la question puisqu’il en faut d’autres …)
    * ségrégation, les femmes d’un coté, les hommes de l’autre
    * guerre déclaré aux hommes, tous suspects (voire présumés coupables ), soumis à des obligations spécifiques préventives.

    1. Ca veut combattre la gent masculine, mais ca ne dérange pas de lui piquer son pognon.

  32. Je suis une femme, j’ai utilisé les transports quotidiennement et j’ai subi ce genre de choses. D’aucuns ont d’ailleurs eu quelques doigts cassés, d’autres ont pris une beigne, les plus futés, la fuite. Et j’ai rongé mon frein quand la presse dans les cages à bestiaux empêche de savoir qui tripote.
    Mais 100% calculés sur ce qu’on appelle pompeusement un sondage qui n’est constitué que de 60 personnes, c’est clairement de la manipulation malhonnête !
    La question est : qui va encore nous piquer de l’argent sur ce postulat mensonger ?
    Et je serais surprise que les femmes s’en portent mieux, une fois leurs finances ponctionnées un peu plus pour des gens aussi avides d’honnêteté dès le départ !

  33. La solution est simple, les transports en communs sont réservés pour les socialo coco gaucho…….Les autres en voiture et puis c’ est tout.

  34. je trouve pénible de répondre à un questionnaire qui force les gens à s’engager à répondre à des questions de stigmatisation sexiste.

  35. Cela peu choquer 100% mais c’est le but, c’est la situation qui est choquante: le sexisme et l’impunité de ce harcèlement courant, du harcelement « grivois » des transports en communs parisiens: tout un symbole…

    1. Non. Ce qui est choquant, c’est d’utiliser des sondages purement bidonnés pour donner une caution scientifique à ses assertions. S’ils sont prêts à mentir la-dessus, comment leur faire confiance sur le reste? Ces gens sont prêts à toutes les bassesses, et ne s’en cache même pas. Quand je vois que certains ici s’associent à ça…

  36. faut eut être revenir à la question soulevée qui est de la partialité des médias …

    ce n’est pas parce que la cause est bonne qu’il faut abandonner son esprit critique..

    mr Rittaut aurait pu aussi demander si ils avaient eu l’idée de demander aux hommes u ayant pris le métro combien on été » agressés » une fois au moins une fois dans leur vie… sans cette information le pourcentage de femmes agressées ne renseigne pas sur le coté sexiste de l’affaire.

    et sur le harcèlement, porter plainte et à mon humble avis exiger des moyens de surveillance dans les transports en commun pour pouvoir étayer l’accusation.

  37. moi aussi j’ai été choqué par ce chiffre de 100% et alors j’ai demandé a ma femme… résultat c’est tout juste si elle ne m’a pas dit que ce chiffre était en dessous de la réalité…

  38. Si j’ai bien compris, une femme a le droit de harceler une femme sans rien risquer.

  39. « 100% des utilisatrices de transport en commun ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste ou agressions sexuelles »

    De la tautologie dans les « enquêtes » de victimisation.

    On définit le harcèlement sexiste comme toute forme d’agression même légère pourvu qu’elle vienne d’un homme et qu’il s’adresse à une femme. On définit comme agression sexuelle toute forme d’interaction même légère entre un homme et une femme mais que la femme ne désire pas à l’instant considéré.

    Sur cette base on a probablement 90% (au pif) des utilisatrices régulières des transports en commun d’Île de France qui ont été « victimes ». Ensuite on fait une enquête par questionnaire sur un petit (tout petit) échantillon collecté de façon biaisée (bah oui, aux réunions « genre et transport » ne viennent pas les femmes qui ne se sentent pas agressées quand un homme les regarde ou quand un homme les effleure involontairement dans la foule du métro à 19h sur la ligne 13… ). On arrête d’ailleurs aussitôt que la valeur « frappante » est quittée (on pourrait légitimement penser qu’on a du « look-elsewhere effect » vu la méthodo -les questionnaires n’étaient pas spécialement conçu pour ça, juste « on collecte tout ce qu’on peut et on espère trouver un truc bien choquant »). Après correction de Dunn–Šidák (même de Bonferroni) il ne reste sans doute plus grand chose de leur « 100% »…

    Maintenant si on n’est pas sexiste on devrait faire la même chose coté masculin. Et on trouverait très certainement un chiffre similaire : je suis près à parier que l’immense majorité des hommes prenant les transports en commun ont été victimes d’agressions, de regards de travers, de commentaires « déplacés et sexistes » de la part de femmes.

    Je n’habite plus à Paris depuis quelques années, mais si mon expérience (intense et répétée) sert de guide, il ne m’arrivait guère de traverser un mois entier sans avoir une femme (souvent vieille mais pas toujours) qui me bouscule et me somme de sortir du wagon pour lui faire de la place « parce qu’elle est pressée » et qui devant mon inertie (bah oui, moi aussi je suis pressé, que diantre) me traite de « gros porc machiste » ou de « salopard » ou autre épithète chantant, qu’elle n’aurait de toute évidence jamais sorti si j’avais été une femme…

    Après, il y a aussi de vraies agressions sexuelles et plus souvent avec des femmes en victimes (seulement « plus souvent », pas « toujours »… C’est juste qu’il n’y a pas beaucoup de femmes qui pourraient agresser un mec d’un mètre quatre vingt cinq et quatre vingt quinze kg et ne pas finir bredouille). Mais en les noyant dans les chiffres « affolants » on les neutralise, on leur fait perdre tout poids. Bref, on lutte CONTRE les victimes réelles pour faire plaisir aux « victimes morales » « il m’a regardé, ouuuhhhh ».

    Bref, le métro et le RER c’est pas sympa, les gens s’y bousculent s’y insultent et parfois des mecs mettent des mains aux fesses de filles, en douce, et parfois des filles font l’inverse, et c’est trophorrrrrible.
    Conclusion : il faut plus de métros et permettre autant que faire ce peut à ceux qui ont une voiture ou une moto de l’utiliser plutôt que de saturer les transports en commun… Heu, non, désolé. Faut culpabiliser les hommes, convaincre les femmes qu’elles sont des victimes et jeter l’opprobre sur la moitié mâle de l’humanité, c’est vachement plus efficace.

    Pour finir, si les gens pouvaient se défendre et défendre les victimes d’agressions sans craindre (outre le potentiel coup de couteau, si vite arrivé, et la bastonnade avec des potes, à la sortie du train) de se faire trainer aux tribunaux et possiblement mettre en prison, ça aiderait surement un peu. Rajoutons le « concealed carry » et on voyagerait bien plus tranquilles, jolies femmes en mini-jupe comprises.

  40. Au nom du principe de précaution, il convient d’interdire les transports en commun aux femmes ou mieux, afin de ne pas mener de politique discriminante, d’interdire les transports en commun tout court, le pied et quelles économies !

    1. et pourtant , c’est bien ça , la conclusion que tire certaines féministes est de faire des bus interdits aux hommes…tout en haissant la discrimination…bien sur..

      Le problème n’est pas que des femmes soient agressées c’est que des usagers soient agressés. Et que ce soit un homme agressé pour 10 femmes n ‘est important sinon le piège discriminatoire se referme…

      1. Et les hommes seraient invités à financer volontairement les bus réservés aux femmes.

        Un combat imaginaire pour aller bouffer dans la grande gamelle de pognon gratuit. Il faut bien se figurer que ces grandes âmes n’iront jamais dans le métro défendre les femmes.

  41. Pris le bus et le tramway durant 5 ans dans une grande ville de province, je n’ai vue qu’une seule fois une femme se faire importuner de manière soft.
    Pour être dans les chiffres pour 3000 heures de transports en commun j’ai vue qu’une femme se faire importuner.
    Donc naturellement je ne crois pas une seule seconde a ce chiffre de 100%.
    Chiffre obtenue par la manipulation et le mensonge, comme savent si bien le faire les féministes.
    Bref une fois de plus le sexisme et la domination viennent d’un mouvement de pensé précis qui se nomme: féminisme.

    1. Pareil : ça fait des années que de je prends le bus et le métro tous les jours, je n’ai jamais vu une femme se faire emmerder.

      En revanche, des femmes agressées très violemment par d’autres femmes, ça arrive de temps en temps, mais pour les féministes sectaires, ça ne compte pas.

  42. puisque la cause est bonne pourquoi se soucier de vérité? ethiquement honteux mais de plus en plus courant…

  43. je n’ai jamais remarqué, ne serait-ce qu’une seule fois dans ma vie, d’agressions sexistes ni de manspreading dans les transports en commun et pourtant j’ai du prendre les transports toulousains 5000 fois, concernant le manspreading aux us ils ont des métros avec de grands sièges car une bonne partie de la population est obèse, à toulouse il n’y a que des sièges individuels dans les bus ou métros, et chacun respecte donc sa place, ça peut être une solution pour lutter contre le manspreading, sauf pour les obèses bien entendu, qui pourraient vouloir lancer une campagne de discrimination à leur tour, on ne s’en sortirait donc jamais. Il est clair que la majorité des gens sur le forum viennent de paris avec une quantité énorme de cas sociaux, j’y suis allé plusieurs fois et je n’ai pu m’empêcher de constater des groupes de 10,20 parfois 250 jeunes, dans les gares ou sur les avenues, ça n’existe pas à toulouse. j’ai aussi constaté le nombre de vigiles dans les métros parisiens, à toulouse il n’y en a qu’un par station, et pas à toutes, et ça suffit amplement. Il semblerait que les groupes soit tellement important et souvent armés que même 10 vigiles ne suffisent pas à assurer la sécurité des voyageurs à paris. Bref cette étude concerne seulement des comportements isolés qui sont différents dans chaque ville, à marseille par ex il y a des règlements de comptes chaque semaine. Venez faire le même sondage à Toulouse et vous aurez 3 ou 4%. Bonne chance avec vos cas sociaux mais n’en faîtes pas une généralité.

    1. théo31, je viens de lire ton com et je suppose que toi aussi t’es du 31, ça me rassure de voir un autre toulouse dire qu’il n’a jamais vu de femmes harcelées, concernant les agressions entres femmes j’en ai aussi vu une il y a quelques jours.
      Ps on est un peu con on devrait leur faire croire qu’il y a pleins d’agressions ici sinon on risque de se retrouver avec 12000 parigos de plus dans quelques semaines

  44. Statistique à la soviétique, je trouve ça assez amusant.

    Sinon, utilisant des transports en Ile de France, ça m’est arrivé de voir des gestes déplacés, notamment dans les heures de pointes sur des lignes surchargées de RER, mais 100% c’est totalement ridicule.

  45. Maintenant que la prostitution va être interdite totalement, vous allez voir qu’on va les atteindre rapidement, les 100%

Les commentaires sont fermés.