Suisse : la gauche contre le tunnel routier du Gothard ?

Publié Par Stephane Montabert, le dans Suisse

Par Stéphane Montabert.

stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

Parmi les objets en votation le 28 février, le percement d’un second tube pour le tunnel routier du Gothard est un des sujets les plus discutés. Mais le volume des discussions ne parvient pas à masquer la pauvreté du débat.

Deux tubes pour un tunnel fiable et sécurisé

Le projet d’un second tube routier au Gothard n’est pas venu naturellement, loin s’en faut. En 2010, lorsque Doris Leuthard vient mettre en consultation son projet initial d’une fermeture totale du tunnel du Gothard pendant trois ans pour des travaux d’entretien, elle ne s’attend sûrement pas au tollé qui suit. Elle eut la stupeur de découvrir qu’au sein des Chambre fédérales tout le monde ne considérait pas le Tessin comme quantité négligeable, et que non, on ne pouvait pas « sans autre » fermer cet axe majeur de transport comme si de rien n’était.

L’hostilité des Chambres amena le Conseil Fédéral à revoir sa copie. L’Office Fédéral des Routes (OFROU) étudia plus de 200 variantes avant de venir avec un plan finalement approuvé par les parlementaires. Le projet vise à percer un second tube à côté du premier dans une réalisation en trois phases :

gothard_1.png

gothard_2.png

gothard_3.png

Cette façon de faire permettrait de garder le Tessin en contact routier avec le reste de la Suisse pendant l’intégralité des travaux de réfection, mais aussi lors de toute opération de maintenance ultérieure. De plus, au lieu d’avoir deux voies de circulation en sens opposé dans une seule galerie, ce qui est dangereux, chaque voie de circulation serait au bout du compte dans son tube propre. Non seulement il n’y aurait plus aucun risque d’accident frontal mais la voie d’arrêt d’urgence associée permettrait à des conducteurs de contourner un éventuel obstacle sans impact sur la circulation en sens opposé.

La variante finalement approuvée par le Parlement fait sens pour cet axe routier crucial à travers les Alpes. Même si tous les projets étatiques (y compris les alternatives des opposants) ont tendance à coûter plus cher que prévu, les incertitudes liées à ce second tube sont plutôt faibles : la Suisse a une vaste expérience dans le percement de tunnels et la géologie de l’endroit est parfaitement connue depuis le percement du premier tube.

Jamais à court d’idée

La perspective d’un second tube routier au Gothard suscita immédiatement une levée de bouclier de la gauche pour des raisons expliquées plus loin. Les adversaires du projet utilisèrent toute une ribambelle d’arguments successifs alors que chaque nouvelle justification se faisait balayer, trahissant une certaine fébrilité dans leur argumentaire.

Dans un premier temps, les adversaires du second tube utilisèrent un argument-choc, l’illégalité du projet de loi, invoquant l’Initiative des Alpes de 1994 visant à limiter le trafic de transit. L’approche était déjà quelque peu maladroite pour un projet déjà approuvé par tout ce que le pays compte d’autorités politiques, mais leur argument, tournant en boucle, était que les autorités suisses « ne pourraient pas résister » à faire du Gothard une véritable autoroute lorsque les deux tubes seraient disponibles.

Pourtant, cet argument tient du fantasme et Mme Leuthard a sans doute passé l’essentiel de son temps à le répéter. La limite actuelle de capacité du tunnel est inscrite dans la loi. L’augmentation de la capacité totale du tunnel,même aux pics d’affluence saisonniers, etc… n’a jamais été considérée autrement que par les adversaires du second tube. Outre qu’elle péjorerait la sécurité du nouvel ouvrage en supprimant les bandes d’arrêt d’urgence, l’éventuelle augmentation de la capacité routière du Gothard ne pourrait se faire sans une modification de la Constitution, donc une nouvelle votation populaire.

Vint ensuite l’argument du manque de moyens pour des projets routiers romands, partant du principe que le second tunnel du Gothard siphonnerait tout l’argent disponible. Et le citoyen dû se pincer pour voir des écologistes et des socialistes plaider sérieusement que le second tube retarderait des projets qui leur tiennent à cœur, allant jusqu’à citer le passage d’autoroute à trois voies de l’autoroute Lausanne-Genève contre lequel ces mêmes personnes s’opposent de toutes leurs forces depuis des décennies…

Là encore, il suffit de s’intéresser aux affaires fédérales pour comprendre qu’il n’en est rien, ce qui rend d’autant plus piquants les mensonges distillés par des politiciens expérimentés à Berne. Des projets comme le contournement de Morges, le carrefour autoroutier de Crissier ou l’élargissement de la ceinture autoroutière de Genève à six pistes sont approuvés et seront financés par un Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) que personne ne conteste. Le percement du second tube du Gothard est quant à lui un projet d’entretien. Tous ces aménagements ne seront pas gratuits, c’est certain, mais les financements proviennent de budgets différents qui ne sont pas opposés les uns aux autres.

Une fois balayé le pseudo-argument des aménagements routiers romands, le comité des opposants arriva avec toute une ribambelle de solutions alternatives. Et quelle brochette ! Ferroutage dans le tunnel de base du Lötschberg, réaménagement d’une galerie d’entretien du Gothard, toutes les idées jaillirent soudainement dans la nature, associées à des estimations budgétaires non vérifiées. La tactique consiste à noyer le citoyen dans une confusion ambiante visant à lui faire croire que toutes les alternatives n’ont pas été convenablement étudiées, qu’on est passé un peu vite à l’idée du second tube.

Ce n’est évidemment pas vrai, l’OFROU ayant travaillé sur ce dossier pendant des années pour peser ces alternatives. Si elles furent écartées, ce fut moins par idéologie que parce qu’elles ne fonctionnaient pas.

Par exemple, prenons simplement l’idée générale du ferroutage. Le Gothard actuel voit passer 25 millions de voitures et 900.000 camions par année, soit respectivement 68.000 véhicules et 2.400 poids lourds quotidiens en moyenne, ce qui permet au passage de tordre le cou à la thèse d’un trafic international, l’essentiel des véhicules circulant au Gothard appartenant à des Tessinois et des Uranais.

Où que ce soit dans le monde, il n’existe absolument aucun mécanisme de ferroutage capable de gérer un tel trafic. Même Eurotunnel transporte moins de véhicules à travers la Manche : une fois et demie le volume de camions, mais dix fois moins de voitures individuelles. Si le ferroutage passait par le nouveau tunnel de base du Lötschberg, il saturerait complètement l’infrastructure dès le premier jour, rendant impossible le transport de passagers et de marchandises. Et s’il fallait utiliser la galerie ferroviaire d’entretien du tube actuel du Gothard, où placer les dizaines d’hectares des monstrueux terminaux requis à chaque extrémité du voyage pour faire attendre, embarquer et débarquer ces millions de véhicules ?

L’idée d’un ferroutage est lancée à la va-vite pour semer la confusion mais ne tient absolument pas debout. L’essentiel du trafic du Gothard étant régional, elle ne réduirait même pas la circulation routière.

Derrière l’opposition de principe, des raisons inavouables

La combativité de la gauche contre le second tube du Gothard surprend. Ce projet d’infrastructure mérite-t-il que tant de politiciens s’impliquent et montent au front pour couler un simple projet de tunnel comme il y en a des centaines en Suisse ? Les budgets sont conséquents, certes, mais ne suffisent pas à tout expliquer. D’autres tunnels plus grands ont été percés récemment. Non seulement tous les scénarios alternatifs sont largement dans la même échelle de prix, mais l’argument financier vient d’individus habituellement fort enthousiastes lorsqu’il s’agit de dépenser de gros montants pour des causes floues au possible (fonds de cohésion de l’Union Européenne, aide au développement, politique d’asile, etc.).

Les raisons officielles des opposants semblent changeantes et peu sincères, ce qui explique sans doute pourquoi les sondages ne décollent pas.

Pour connaître les vraies raisons derrière la mobilisation de la gauche, il faut creuser un peu. Essayez de coincer entre quatre yeux quelques socialistes ou écologistes de votre entourage et peut-être entendrez-vous finalement, vous aussi, les véritables raisons derrière cette croisade anti-Gothard. Il n’y en a que deux, mais personne n’osera les articuler aux heures de grande écoute…

1. La guerre contre la circulation routière. Voiture, camion, autocar, tout ce qui s’apparente de près ou de loin à la mobilité individuelle est voué aux gémonies par les collectivistes de tout poil. Ils combattront avec la dernière énergie le moindre franc d’argent public dépensé en faveur de la route. La différence d’attitude est spectaculaire. Les cordons de la bourse ne sont jamais assez ouverts lorsqu’il s’agit de transport collectif, train, bus, tram, métro et tutti quanti. La mobilité individuelle, elle, reste taboue.

Rappelons pour mémoire que la version ferroviaire du Gothard, via le tunnel de base du Lötschberg, coûte 10 milliards ! Mais qu’on évoque le moindre ouvrage destiné à l’horrible voiture et les couteaux sont tirés. De l’argent public, oui, mais jamais, ô grand jamais, pour la circulation routière.

2. La guerre contre les Tessinois. Il suffit d’assister à l’ahurissante offensive de la gauche romande contre la continuité territoriale avec le Tessin pendant les travaux de réfection du Gothard pour comprendre que le fameux concept de Suisse latine n’existe que lorsqu’il a une quelconque utilité auprès de ceux qui le brandissent.

Ce n’est pas que socialistes et écologistes ignorent les Tessinois ; c’est pire. Il faut les punir.

Quels crimes horribles ont-ils commis ? Voyons voir… Quel canton helvétique a massivement soutenu l’initiative de l’UDC pour le renvoi des criminels étrangers ? Voté contre les minarets ? Contre l’immigration de masse ? Soutenu la Lega, encore plus infréquentable que l’UDC aux yeux de certains, au point d’en envoyer des élus à Berne ? Se plaint régulièrement de la concurrence étrangère déloyale et de la sous-enchère salariale des frontaliers ? Le Tessin, le Tessin, le Tessin.

Le Tessin est encore plus à droite que la Suisse centrale pourtant tant décriée en Romandie. Norman Gobbi, Lega pur sucre et membre du gouvernement tessinois, a été promu candidat officiel de l’UDC pour la course au Conseil Fédéral. Son parcours est un affront pour la classe politique de Berne, qui entend bien le faire payer.

Voilà les deux raisons de l’étonnante mobilisation de la gauche. Elle ne lésine sur aucune campagne d’affichage, aucune distribution de tract pour parvenir à ses fins.

La question d’un deuxième tube pour le tunnel du Gothard est une conjonction unique permettant de faire d’une pierre deux coups : couler un projet routier d’importance, les prétendues alternatives n’étant là que pour donner le change face à l’objectif de fermer l’unique tube pendant trois ans ; et jouer un bon tour à ces sales Tessinois qui ne votent pas convenablement aux côtés des forces de progrès.

Ce n’est pas tous les jours que la gauche est en position de gagner sur tant de tableaux à la fois, alors la motivation est au rendez-vous. Les citoyens suivront-ils ?

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Suisse

  1. Je vois que l’infection gauchiste veut de transformer en gangrène également en Suisse. fort heureusement il existe dans ce pays de très bons chirurgiens ( Il en est un excellent qui se prénomme Oskar )

Les commentaires sont fermés.