Souffle de liberté à Taïwan

Publié Par Johan Rivalland, le dans Asie

Par Johan Rivalland

Tsai Ing-wen crédits Davidreid (CC BY-SA 2.0)

Tsai Ing-wen crédits Davidreid (CC BY-SA 2.0)

On en a relativement peu entendu parler dans nos médias, mais la candidate indépendantiste Tsai Ing-wen a remporté, le 16 janvier dernier, l’élection présidentielle taïwanaise, à une large majorité (56% contre 31% à son principal adversaire), face au candidat du parti au pouvoir (le Kouo-Min-Tang, créé par Tchang Kaï-chek). Elle devient ainsi la première femme présidente de cet endroit toujours surnommé officiellement « la République de Chine ».

Taïwan et les échecs du régime chinois

Il s’agit non seulement de la fin du parti unique nationaliste qui régnait jusque-là tout en tentant de se rapprocher, depuis vingt ans, de la Chine communiste (ce qui a joué un rôle majeur dans sa défaite), mais aussi un symbole fort de « la résistance et de la liberté ».

C’est cette dernière expression qui est au centre d’une intéressante chronique de l’IHS (Institut d’Histoire Sociale), parue le 22 janvier.

Son auteur y analyse l’information, replacée dans le contexte de la répression politique chinoise et des persécutions religieuses qui perdurent toujours dans ce régime demeuré communiste, malgré la vision tronquée que l’on peut trop souvent en avoir ici.

Après Hong-Kong, c’est donc au tour de Taïwan de parvenir à résister à la Chine et à son capitalisme d’État, loin de la libéralisation politique et l’avènement de la démocratie que d’aucuns espèrent voir émerger. Un pays où mensonge et corruption règnent en maîtres, de la part de dirigeants formant une véritable nomenklatura quasi héréditaire qui s’accapare le pouvoir et vise à perpétuer le système en vigueur.

Loin de la démocratie libérale

Est-il besoin de rappeler, en effet, que ce qui forge la démocratie libérale chez nous repose sur des principes forts issus d’une longue histoire, celle d’un Occident multi-millénaire aux influences riches et multiples ?

En Chine, la démocratie au sens occidental ne semble hélas pas être pour demain. Et c’est bien davantage par pur pragmatisme que l’économie chinoise a conduit ses réformes et fondé son développement économique, continuant de honnir le terme même de capitalisme.

Une puissance où dominent le clientélisme, la bureaucratie et un pouvoir central à la fois puissant et autoritaire.

La propagande y règne d’ailleurs toujours en maître, puisque l’article de l’IHS rappelle que, malgré son échec pitoyable lors de la campagne électorale, elle continue de sévir. À peine élue, Tsai Ing-wen fait ainsi l’objet de mesures de censure sur internet, via Weibo, le principal réseau social de Chine…

Ce qui n’empêche pas cette élection de constituer une excellente source d’espoir pour l’avenir et celui de ses habitants, même s’il faudra bien sûr nécessairement du temps pour que les choses évoluent vraiment en profondeur.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Asie

 

  1. Taïwan est un beau pays démocratique et montre bien que les Chinois peuvent très bien vivre avec ce système. Ce pays renforce ses alliances avec le Japon d’ailleurs c’est une très bonne chose.

    Taïwan doit faire face à des problèmes économiques cependant, le pays a atteint sa maturité comme le Japon avant lui et a une croissance faible ainsi qu’une population vieillissante et stagnante. Un grand défi.

    1. On attend avec impatience les gens qui vont nous expliquer que le PCC ne veut pas écraser Taïwan car il a peur de cette preuve de succès mais car Taïwan serait agressif.

  2. Le modele de Tsai Ing-wen est Margaret Tatcher. C’est de bonne augure pour l’avenir de l’ile. J’espere qu’elle menera une politique de fer contre certains pro pekins taiwanais (il y a quand meme une masse et la plupart des riches Taiwanais habitent desormais Shanghai). Quelques mesures contre eux, comme contre les grevistes lors de l’arrivee au pouvoir de Tatcher, serait la bienvenue.

  3. Par contre, la nouvelle taiwanaise, bien que possedant des idees que j’apprecie enormement, est vraiment laide. J’ai du mal a regarder la photo tellement c’est le visage est laid.

  4. Le dernier commentaire sur le physique de Mme Tsai Ing-wen est particulièrement mal venu. Et Thacher alors, et Mme Merkel ? Et le physique de Hollande pour ces dames ?
    Il serait bon que ce genre de commentaires reste dans la sphère privée. Le nivellement par le haut, c’est justement de ne pas céder à la politique-spectacle.

    1. Comparer le physique de nouvelle presidente taiwanaise avec celui de Margaret Tatcher, il ne faut pas exagerer.

  5. Honnir le « capitalisme est l’objet mêmes de l’invention du concept vide de capitalisme par les socialistes du 19eme . Ils se sont fabriqué un ennemi par un pur nominalisme . Ils suffit ensuite de remplir la »coquille vide » par tout ce qu’on hait ou veut détruire .
    Il en est ainsi de climato sceptique …

  6. Did, suis-je le seul à ne pas vous comprendre ? s’il vous plaît, explicitez votre pensée.

    1. Il me semble qu’il dit que le mot même de capitalisme est une invention socialiste et qu’il au uniquement à désigner ce que les socialising n’aiment pas. De même est appelé « climato-sceptique » quiconque ne colle pas à la doxa dominante.
      Ce ne sont pas des idées, des courants mais des insultes de gauche.

      Après on peut se les reapproprier, comme les rapeurs le mot « nigga » mais c’est risqué. Je ne suis pas « pro capitaliste » ou même « capitaliste », je libéral et pro marché… Au moins ce ne sont pas des mots inventés par mes adversaires.

      1. À la limite anarcho-capitaliste peut marcher, grâce au « anarcho »…

  7. Franchement ce papier n’apporte rien , aucune informations , éructer contre le système chinois reviens à  » pisser dans un violon et cela ne fait pas de musique  »
    Le papier intéressant dans ces colonnes serait de voir comment se nouveau vent sur Taïwan va contribuer à sortir l’île / pays / province selon le prisme , de la crise actuelle . La croissance du PIB est en panne en 2015 (0,9) aucun économiste sérieux ne croit à la projection 1,2% du PIB . Le commerce extérieur est devenu au fil des années très dépendant de la Chine , le retard en infrastructures est considérable pour la region , les délocalisations ont été massives depuis 3/5 ans et pas seulement en Chine populaire . Beaucoup de fortunes se sont délocalisées à Singapour , Hong Kong , mais aussi Shangai . Il est intéressant de noter le ton très modéré de la Chine en regard des dernières élections . Contrairement à certains commentaires la Chine a tout intérêt à donner du temps au temps et montrer la limite d’un système  » libéral  » dans la region .
    Un seul atout pour Taïwan la dette public est maîtrisée donc le pays a une capacité à investir et accompagner des segments de l’ économie qui sont à la peine comme les services . Ce serait aussi la démonstration encore une fois de la prégnance du rôle de l’état sur l’économie , pas terrible !
    Quand aux commentaires sur le référentiel capitaliste sur la Chine , rémettons les pendules a l’heure .
    L’économie chinoise industrielle et services vit à l’heure d’un recentrage majeur vers une économie dirigée décidé par XI !
    En clair tout le dispositif visant à passer d’une économie « usine du monde  » vers une économie « marché intérieur « s’appuie principalement sur les grands groupes d’état et le financement de l’état remis au carré sur leur gouvernance et leurs objectifs ( parallèlement à une décapitation de l’ économie grise et de la prévarication à grande échelle ) donc tout cela est très éloigné du capitalisme qui est un mot que l’on ne prononce plus en Chine d’aujourd’hui !

    1. Cher monsieur,

      Je ne peux vous donner entièrement tort : cet article n’apporte pas d’analyses de fond extraordinaires et ne peut donc en aucun cas vous apporter satisfaction au regard de ce que vous recherchez.

      Cependant, ce site est aussi un site d’information. Ce très court article aurait pu être classé dans ce que l’on appelle les « brèves ». Il n’avait pour but essentiel que d’informer, de faire part de l’espoir que constitue cet événement factuel, et accessoirement d’ouvrir à la réflexion, ce que vous pouvez d’ailleurs tout à fait envisager de réaliser vous-même en proposant un article aux rédacteurs en chef de Contrepoints, si vous vous en sentez le désir.

      Pourquoi ai-je souhaité porter cette information à la connaissance de ceux que cela pouvait intéresser ? Parce que moi-même je n’en ai pris connaissance que grâce à de très courtes références à travers la presse, qui en a fort peu parlé.
      Peut-on affirmer que ce qui se passe à l’autre bout du monde intéresse vraiment tout le monde ? Et pouvez-vous m’affirmer que tout le monde, même parmi ceux qui suivent assez attentivement l’actualité à travers la planète, était au courant des résultats de cette élection ?

      Merci donc, néanmoins, pour votre réaction et les quelques éléments que vous apportez. Et au plaisir, peut-être, de vous lire dans ces colonnes, pour des analyses plus approfondies.

      1. Merci de l’élégance de votre commentaire .Je retire le violon !
        Je vous accorde que l’info a été peu commentée en france par contre très suivie en Asie par médias blogs et commentateurs d’où ma surprise suite à votre réaction au premier degré . Cette victoire démocratique tombe mal ( en fait c’est plus un vote rejet de la population jeune active qu’une adhésion …..) la marge de manœuvre de la Présidente ne peut être que deceptive pour ses fans et le tremblement de terre du sud plutôt mal géré ne va aider
        Bref ce n’était pas le bon momentum .
        Je retiens votre idée pour la Chine . La deuxième économie mondiale opére un ciseau qui est du jamais vu depuis le new deal sur un autre registre ! Personne ne commente et on ressasse des vieilles ritournelles
        La Chine redeviens ce qu’elle a toujours été sauf de 1949 à nos jours , une économie et un système impérial qui privilégie son marché intérieur

Les commentaires sont fermés.