Marylise Lebranchu pénalise les fonctionnaires entrepreneurs

Publié Par Jacques Clouteau, le dans Entreprise et management

Par Jacques Clouteau.

Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction Publique (Crédits ; Philippe Grangeaud/Solfé Communications, CC BY-NC-ND 2.0)

Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction Publique (Crédits : Philippe Grangeaud/Solfé Communications, CC BY-NC-ND 2.0)

Revenons d’abord sur la longue carrière de Marylise Lebranchu : titulaire d’un diplôme d’aménagement du territoire, elle entre immédiatement, sans avoir jamais pratiqué son art, dans le cocon délicieux de la fonction publique métissé d’un zeste de « responsabilité politique » (on notera la savoureuse antinomie des deux vocables) : chargée d’études, assistante parlementaire, intervenante à l’université, conseillère parlementaire, maire, députée, secrétaire d’État puis ministre. Ah j’oubliais : elle a été très tôt socialiste, forcément… Quand on n’a jamais produit de richesse dans le privé soi-même, il est beaucoup plus facile de partager l’argent des autres…

À peine est-elle ministre de la fonction publique (donc ministre de sa propre administration), elle supprime le jour unique de carence des fonctionnaires (qui avait pourtant réduit de 40% l’absentéisme dans la fonction publique). Beh oui, c’était injuste et ça stigmatisait…

dessin politique185Rappelons que pour les salariés du secteur privé, c’est trois jours pendant lesquels, si on est malade, on n’est pas payé. Pour les indépendants libéraux, c’est 90 jours avant de pouvoir faire intervenir son assurance. Zéro jour, 90 jours : on voit la mise en œuvre de l’égalité et la solidarité nationales envers ceux que la maladie frappe…

Ah oui, j’oubliais : un malheureux fonctionnaire qui serait cloué sur son lit par une horrible grippe pendant trois ans serait payé tout pareil. Pendant que le travailleur indépendant tombé de son toit est cloué sur son lit à lui par des attelles et des poulies, sans aucun revenu puisqu’il ne peut, à l’évidence, remonter sur un toit, doit continuer, lui, à payer son assurance-maladie. S’il ne peut pas, un huissier viendra foutre hors de la maison son lit à poulies…

Reprenons au début : contente d’avoir chouchouté les fonctionnaires de son administration, Madame Lebranchu vient de s’apercevoir d’une chose épouvantable, certains fonctionnaires étaient devenus auto-entrepreneurs, 45.000 exactement. Tétanisant pour un ministre qui pense que les serviteurs de la nation sont au garde-à-vous 24/24 pour exécuter prestement les nobles tâches que ne manquera pas de leur confier la République. Impossible à même imaginer pour elle… Il existe des fonctionnaires qui veulent entreprendre, qui ont besoin pour s’épanouir de créer, d’inventer, d’innover, de se confronter au monde réel, et, tout simplement qui souhaitent augmenter leurs revenus.

Son argument imparable : si le fonctionnaire crée une activité complémentaire, c’est qu’il n’est pas épuisé par le travail. Pourtant, dur de nier que le temps de travail des fonctionnaires sensiblement plus court que dans le privé… Ou alors nous avons de la notion de travail et d’épuisement une notion qui n’est pas la même.

Mais passons sur cet argument ministériel totalement niais. Cette possibilité offerte en 2008 par Hervé Novelli à tout citoyen, qu’il soit étudiant, fonctionnaire, salarié, de créer sa propre activité, une des plus belles lois jamais mises en place depuis 1945, partait du principe que chaque Français puisse, au cours de sa vie, changer d’activité, voire avoir deux activités en même temps. Essayer une idée, l’abandonner, en tester une autre. Peut-être créer une vraie entreprise plus tard. Vivre, tout simplement. La LIBERTÉ, tout simplement…

Un fonctionnaire qui entreprend, c’est aussi un bel exemple qu’on ne peut enfermer les gens dans des cases, que chacun a le droit de se réaliser, de réaliser ses talents en dehors d’un travail purement alimentaire.

On citait dans un article de presse l’exemple de Fred, professeur de musique, qui s’était mis auto-entrepreneur pour vendre ses créations musicales. Et Maurice, instituteur, qui passe ses week-ends dans son atelier de poterie. Au prétexte que madame Lebranchu ne trouve ça pas moral, Maurice n’a plus le droit de créer de belles poteries et de les vendre ? Comment vont-ils faire désormais ? Un peu de black, un peu de bricolage, et surtout une grande désillusion.

Un projet de loi adopté en octobre 2015 par l’Assemblée nationale va passer devant le Sénat pour faire incontinent cesser cet abus. S’en fout la Marylise, avec toutes ses indemnités cumulées, elle n’a nul besoin d’imaginer, d’inventer ou de créer quoi que ce soit. À part des lois pour empêcher les autres de réaliser leur rêve…

Oui, j’oubliais : rêver, pour un socialiste, ce n’est pas nécessaire, puisque le pays qu’ils administrent est un paradis. Rêver d’un autre paradis est une perversion, une maladie, ou pire un comportement anti-social…

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial auto-entreprise

  1. Vraiment gerbant !

  2. la bétise dans toute sa splendeur ; la jalousie , aussi , peut être , de ne pas être capable de créer quelque chose ….il faut un cerveau pour ça , de l’immagination , du courage , un minimum d’intélligence ….ce que n’ont pas ses individus qui vivent grassement sur notre dos et se rappelent à notre bon souvenir d’une seule et même manière : nous emmerder jusqu’à la gauche , c’est le cas de le dire ; pauvre france va …..

  3. Un nouvel article prétexte donc, pour cracher à la gueule des fonctionnaires, ces salauds de feignants surpayés qui finissent à 15h00, partent en retraite à 45 ans et sont malades 366 jours par an.

    Vous êtes un minable Clouteau, et vous avez donc parfaitement votre place ici.

    1. Quant à vous, vous irradiez par l’éclat de votre bon sens. Votre place n’est peut-être pas ici…

    2. Bonjour SFAD

      C’est dur de voir la réalité.. mais c’est bien la réalité.

    3. @SFAD
      les fonctionnaires ne sont pas coupables mais seulement victimes , et encore plus ici avec cette loi inique.

      Après , il est vrai que fonctionnaire n’est pas un métier , mais un statut qui regroupe des fonctions et des métiers très différents.
      Comme partout il existe des fainéants, mais nier que ce statut( beaucoup trop distribué) ne favorise pas l’épanouissement de ce vice, est aussi ridicule que de traiter tout les fonctionnaires d’ une diarrhée verbale ressemblant à votre 1er paragraphe.

      1. @gc
        les fonctionnaires sont aussi responsables de la solidarité qu’ils ont avec les tirs au flanc et autres profiteurs du système. C’est à eux de faire le ménage, comme les Suédois l’avaient fait ( ils dénonçaient eux mêmes les arrêts maladies abusifs, absences injustifiées, abus divers ..) .défendre l’indéfendable n’est pas constructif. C’est d’autant plus facile à faire qu’ils ne risquent rien. L’absence de courage et le sentiment justifié qu’ils sont des privilégiés /rentiers les paralysent. Ils sont peut être victimes de l’idéologie des gouvernants et des hauts fonctionnaires mais ils sont responsables d’être complices.

    4. Vous n’avez visiblement rien compris à l’article…

    5. SFAD
      vous n’êtes qu’un petit pion, idiot utile pour ce « gouvernement » qui pille la France depuis mai 2012, quel aveuglement ! Qu’espérez vous d’eux ? Une rente ? Une médaille en chocolat ? Vous êtes pathétique !

    6. @SFAD : Visiblement vous êtes fonctionnaires et vous avez parfaitement défini votre statut.

    7. Le couplet sur les « fonctionnaires paresseux » est évidemment à prendre au second degré (ou alors vous n’avez pas bien lu l’article)

      En revanche la suppression de la possibilité d’être auto-entrepreneur est un réel scandale qu’il faut combattre. Sans compter que c’est aussi une atteinte directe au statut général de la fonction publique qui assure depuis l’origine des dérogations possibles à l’exercice exclusif. Et justement les fonctionnaires qui créent une auto entreprise le font toujours dans ce cadre là (très souvent pour des activités de formation, d’audit, conseil etc…)

    8. La France est un Etat bureaucratique soviétoïde qui devient insupportables aux yeux de nombreux de ces citoyens (suicide, dépression, pauvreté….).

    9. @SFAD
      A l’évidence vous êtes fortement frustré de voir certaines vérités révélées.

      Patience, votre sytème égalitaire doré, dont la fondation est l’inégalité de traitement avec ceux qui produisent est proche de sa fin.

    10. Ce n’est pas « les foctionnaires » qu sont attaqués, c’est bien leur « statut d’exception » qui, quoiqu’ils fassent, ou à peu près, est une rente jusqu’à une pension plus confortable: les nouveaux rentiers de la fameuse « RRRépublique » dont « l’égalité » des frontons de mairies est perpétuellement foulée aux pieds en plus d’être de toute façon, complètement irréaliste!

    11. C’est dur d’entendre des vérités !

    12. L’auteur n’attaque pas les fonctionnaires en tant que personnes mais attaque le statut de fonctionnaire qui donne des privilèges impayables et scandaleux. Bon, déja, tous les fonctionnaires ne se valent pas. Mais il y a une bonne partie où il y a un sérieux problème. Il est anormal que les fonctionnaires aient tant de privilèges.
      Quand on voit que certains fonctionnairs comme ceux de la mairie de la Rochelle sont scandalisés de dvoir travailleur 35 heures, il y a un problème.
      Il faut vraiment être de mauvaise foi pour nier qu’il y a un problème dans la fonction publique en France actuellement. Bien faisant comme vous, nions le problème et laissons le bateau couler: le réveil ne sera que plus brutal et il faudra prendre des mesures bcp plus brutales. Plus on attends, plus la situation empire. Plus il faudra prendre dans l’avenir, des mesures sévères. Au final, à long terme, les fonctionnaires seront perdants.
      Il y a des dérives dans la fonction publique, les fonctionnaires eux même auraient tout intérêt à lutter contre ses dérives. Car les dérives jettent le discrédit sur toute la fonction publique et en plus, cela coûte cher aux contribuables.
      Les fonctionnaires ne sont pas meilleurs ou pires que les gens du privé. Seulement, ils agissent de manière rationnel. S’il n’y a aucune sanction contre les dérives (absentéisme, manque d’efficacité,….), il est normal qu’elles prennent plus d’ampleur que dans le secteur privé où il y a des mécanismes de sanctions. S’il n’existe aucun avantage à faire du résultat et à avoir une certaine efficacité, normal que les fonctionnaires soient moins efficaces.

      Pour faire preuve d’une telle agressivité, il faut que vous vous sentiez viser personnellement. A moins que vous soyez par nature quelqu’un d’agressif.
      Si ce site est minable, pourquoi vous allez dessus ?

    13. @SFAD La VERITE sort de la bouche des indigents.

    14. Je suis fonctionnaire et fiert de l’être. Les concours sont ouverts il me semble…
      Comme dans le privé il y a différents emplois dans la fonction publique. Vous insultez les policiers, les personnels hospitaliers et bien d’autres par vos déclarations. Je ne me reconnais pas dans vos propos, je travaille bcp plus depuis que je suis fonctionnaire que lorsque j’étais dans le privé. Je travaille souvent dimanches et jours fériés, je ne me plains pas mais seulement vous généralisez injustement.

  4. Article parfaitement idiot, et surtout, écrit par quelqu’un qui ne connaît rien à la fonction publique : il est INTERDIT à un fonctionnaire d’exercer une activité professionnelle en dehors de sa mission. Des dérogations peuvent être obtenues, au cas pas cas, sur demande motivée de l’intéressé.

    1. Cet article est bon, et vous vous trompez sur les interdits de cumul d’activité. La listes des exceptions est longue comme le bras, à commencer par les activités d’enseignement et les activités artistiques.
      La question est : pourquoi des fonctionnaires continuent à voter socialiste, vu la maltraitance dont ils sont l’objet de la part de ce gouvernement ?

      1. Il faut cesser immédiatement cette maltraitance que constitue le 0 jour de délai de carence en cas de maladie, l’emploi a vie sans risque de chômage, ainsi que le calcul de la retraite sur les 6 derniers mois.

        1. C’est bien vrai cela. Ils sont privés d’être aussi égaux que les autres…

          1. C’est parce qu’en ce pays aussi, il y en a qui sont plus égaux que les autres 🙂

        2. Dans le privé,les mutuelles prennent en charge la carence : demander 1 jour aux fonctionnaires et rien au privé n’a pas de sens non plus.
          La réalité serait de demander un jour pour tous non remboursable…

          1. Ah une remarque juste sur le sujet, c’est rare !!

          2. Pas comparable, il faut cotiser à une mutuelle pour avoir cette prestation.
            Donc un fonctionnaire sans mutuelle se verrait malgré tout indemnisé de la carence.
            Quelqu’un du privé sans mutuelle, non.

        3. Et cette autre horreur qu’un fonctionnaire peut cumuler sa retraite avec le salaire d’un emploi réservé. Ou avoir une retraite capitalisée financée par l’argent gratuit des autres.

      2. Tres juste Alexis
        Je plussoie

      3. Pourquoi des fonctionnaires continuent à voter socialiste ? Parce qu’ils sont effrayés par les gens qui s’expriment sur ce site, qui les considèrent comme des fainéants millionnaires.

      4. Et la politique, non? Que font tous ces fonctionnaires, députés en majorité professionnelle dans cette déjà trop irréaliste assemblée nationale et si ils sont si peu à siéger en séance, c’est bien qu’ils n’étaient pas souvent à leur bureau, avant: les gens ne changent pas! Même médiocres, ils ne craignent pas de plan social, eux: ils créent des places pour leurs enfants, juste en compliquant un peu les « formalités, cerfa, exceptions, démarches etc … »

        Je vien de prendre ma retraite: un interlocuteur dans chacun des 2 pays où j’ai travaillé mais 5 interlocuteurs, en France: CARMF + CARMF COMPLÉMENTAIRE, RÉGIME GÉNÉRAL DE RETRAITE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE + AGIRC ET ARRCO: 1 bon kilo de papiers répétitifs et des mois de no-payement volés: une administration inchangée depuis le XIXième, à part des sites internet peu utiles, prétexte à toute réponse personnelle (contrairement à l’indication du nom et prénom du fonctionnaire responsable avec le numéro de sa ligne téléphonique directe`, dans mon pays ou il n’est pas question du « toutes nos lignes sont occupées… » fraçais, pendant les heures d’ouverture.

        Dans un autre pays, j’ai obtenu la prolongation de la validité de mon passeport, un DIMANCHE DE PENTECÔTE, par rendez-vous avec le diplomate de garde du Ministère des affaires étrangères qui a refusé le champagne qu’APRÈS cette formalté, je voulais lui offrir pour le remercier: il considérait son travail comme normal, étant au service DU public. Jamais eu la même impression, en France, au contraire!

        1. J’ai oublié l’IRCANTEC!

    2. je confirme ce que dit Alexis ! on peut même dire qu’il s’agit avec la Miss Lebranchu d’une atteinte directe au statut général de la fonction publique, qui permet depuis toujours ces dérogations, et les fonctionnaires créant des auto-entreprises le font toujours dans ce cadre, et très souvent pour valoriser leur expertise professionnelle (formation, audit, conseil etc…). Que font les syndicats !!!!

    3. Etonnament, mes professeurs de BTS en lycée public il y a déjà 20 ans ne se sont jamais privés de donner (beaucoup) de cours dans des établissement privés; il faut dire qu’ils avaient du temps libre.

      Grossière erreur que votre affirmation.

      1. Certains profs sont mis à disposition d’entreprises privées de cours à domicile à la demande du ministère.

        1. Ce n’était pas des cours à domicile (ma femme était présente à ces cours, formation bac +5 ingénieur).

          1. De toute façon, même si ils trchent, ils ne risquent rien: le syndicat est là pour ça!

    4. @campusliber

      Je ne sais pas quel est l’idiot l’article ou bien celui, qui comme vous écrit ce que vous écrivez. En effet il est permis de cumuler (dans de nombreux cas) un emploi public et un autre emploi (dont celui de créer une auto entreprise).

      Vous devriez en tant que fonctionnaire, être au courant. Comment pouvez vous prétendre être au service des autres et ignorer cela ? Vous n’améliorez pas l’image de la fonction publique.

  5. Bonjour,

    Je suis fonctionnaire des douanes et je me dois de vous faire part de ma stupéfaction et ma colère face à un passage de votre article qui, c’est une habitude dans ce pays, véhicule encore et toujours les pires préjugés face à une fonction publique que vous ne connaissez manifestement pas.

    Permettez moi de vous citer, pour un premier exemple: « Ah oui, j’oubliais : pendant que ce malheureux fonctionnaire est cloué sur son lit par une horrible grippe qui dure trois ans, il est payé tout pareil. Pendant que le travailleur indépendant tombé de son toit est cloué sur son lit à lui par des attelles et des poulies, sans aucun revenu puisqu’il ne peut, à l’évidence, remonter sur un toit, il doit continuer à payer son assurance-maladie. S’il ne peut pas, un huissier viendra foutre hors de la maison son lit à poulies… »: On est stupéfaits de ce parallèle entre le glandu de la fonction publique et ce malheureux salarié du secteur privé exploité, épuisé, au bout du rouleau mais ne manquant pas de courage. Dites_moi: Aviez-vous fini de regarder un épisode de « La petite maison dans la prairie » avant d’écrire cet article? Si vous vous étiez, un tant soit peu renseigné (ce qui normalement est la BASE du métier de journaliste!), vous vous seriez aperçu qu’il existe des métiers dans la fonction publique (dont le mien!), qui amènent les agents à travailler les jours féries, les week-end, de même que les nuits,pour un salaire qui, lui est GELÉ DEPUIS 5 ANS MAINTENANT, sans la moindre revalorisation. Citons pêle-mêle: La Police, la Douane,les Hôpitaux publics, la Gendarmerie,l’armée., etc…

    Avant d’écrire ce tissu d’âneries,vous auriez dû vous rendre compte qu’il n’existe pas une administration mais DES Administrations! L’une nationale, régalienne qui ne compte pas forcément ses heures sup (j’ai pour ma part plus de 110 heures supplémentaires de boulot que je ne peux pas rattraper! et je ne parle pas de mes collègues policiers ou gendarmes!) , d’autres locales aux horaires plus souples,et enfin d’autres ayant un statut mixte public-privé (les fameux Établissements Public à caractère Industriels et Commerciaux).

    Mais bon c’est sur! c’est plus facile de simplifier au maximum pour les quelques abrutis qui se mettront à cautionner ce genre de stupidité, que d’expliquer toute la complexité de l’organisation administrative! c’est impossible aujourd’hui avec le faible niveau intellectuel actuel…

    Pouvez-vous m’expliquer à quel moment vous comptiez aborder la différence de rémunération des heures de nuit travaillées par un fonctionnaire et un salarié du privé? ou encore la différence de salaire entre un fonctionnaire de catégorie C au salaire gelé depuis 5ans,et un salarié du privé dont le SMIC est revalorisé tous les ans? ou encore un chômeur dont les indemnités chômages sont, elles aussi, revalorisées tous les ans QUELQUE SOIT LE GOUVERNEMENT ? A quel moment comptiez-vous mettre en parallèle les profits générés par l’exercice d’une activité libérale (qui elle aussi ne compte pas ses heures de boulot au demeurant!) , avec le ratio « revenus nets par mois/ heures travaillées » par mes collègues douaniers,policiers ou gendarmes?

    Et puis c’est vrai, il n’ y a pas de fainéants dans le secteur privé, n’est-ce pas? il n’y a jamais de problèmes de retard au boulot, ni d’arrêts maladies fictifs, ni d’incompétence à déplorer! c’est un monde idéal! celui des malheureux, des exploités…L’univers de Zola à la sauce 21 eme siècle! il est vrai que dans le secteur privé on est prêt à déménager à l’autre bout de la France pour travailler n’est-ce pas? Non! je dis ça parce-que, dans la fonction publique nationale, vous êtes amené à travailler à l’autre bout de la France, justement, et à devoir attendre des années avant de pouvoir revenir dans votre région, quand vous n’êtes pas amené à travailler à paris pendant que votre famille se trouve ailleurs en France! Mais bon! ça doit faire partie des merveilleux côtés de la fonction publique que l’on omet volontairement d’exposer, parce-que ça colle pas forcément avec le discours « pro-privé » que l’on entend véhiculer!

    Pourtant tout n’est pas « à jeter » dans ce que vous dites. Vous abordiez pourtant un élément clé de la frustration des fonctionnaires: Ce cloisonnement des compétences, cette rigidité viscérale qui consiste à compartimenter les champs de décision et d’initiative. Cette impossibilité, pour un fonctionnaire, de pouvoir entreprendre, créer, innover lui aussi, car n’en déplaise aux libéraux de droite, il n’y a pas que dans le privé qu’il y a des initiatives! mais bon c’est aussi un préjugé que l’on a du mal à combattre dans ce pays!

    Sachez Monsieur, qu’il existe dans ce pays des fonctionnaires qui risquent leur vie, dans ce contexte sensible, afin de protéger les citoyens de ce pays. Il existe aussi une majorité de fonctionnaires qui font leur travail sérieusement,tout comme il en existe des fainéants! exactement comme dans le privé!!!

    Oh je sais, à l’heure actuelle la notion de bien public, d’autorité d’action pour le bien de la collectivité ne veut absolument plus rien dire!
    Juste une dernière question à propos de ces risques: combien de gens du privés sont prêts à mettre en jeu leurs vies pour un salaire équivalent au SMIC pour un fonctionnaire de catégorie C, sur le terrain? combien sont prêts à entrer dans l’administration pénitentiaire (qui recherche pourtant du personnel!!!), pour un salaire frisant l’indécence?… »Quelqu’un?…Personne?!! »

    c’est avec ce genre d’article que l’on comprend pourquoi ce pays est en crise!

    1. Bon et bien je vais être terre à terre :
      J’ai bossé tout la semaine, je bosse tout week end, et demain je bosse.
      Ca fait 20 ans que ca dure. Les recups n’existe pas, les RTT non plus. Le tout pour être taxé à 80% 🙂
      Je ne détaille pas où partent ces taxes, la dette du pays et le déficit fonctionnel de l’état résume la situation.

      Derrière, je connais des enseignants, en « déprime », payé depuis 2 ou 3 ans à ne rien faire.
      Des fonctionnaires sans pression avec 5 semaines de congé + 5 semaines de RTT par ans, qui partirons à la retraite alors qu’il me restera 10 ans à tirer pour abonder vos régimes spéciaux.
      Des personnes de ma famille, fonctionnaires ou assimilé, qui à 1.5K euros par mois vivent mieux que moi (appartement de fonction, aide en tout genres etc…).
      Des palanqués de personnel public qui n’ont aucune compétence au poste où ils sont (là encore je parle de vécu) et qui sous traite au privé leur boulot.

      Regarder ailleurs, vous ne pourrez qu’aboutir à une conclusion simple : vous êtes dans un cocon, cocon qui ne survit encore que parce que l’argent des autres le tient sous perfusion.

    2. Vous savez Monsieur le douanier, je prefererai beaucoup que vous soyez en conge (maladie ou autre). Car quand vous faites votre boulot, vous en donnez 2 fois plus aux autres (preparation des papiers d’import, export, taxes, controles aux aeroports, controles quand les marchandises reviennent de demos….).

      Je travaille dans une societe qui travaille souvent a l’international et le plus gros point noir pour nous, ce sont les douanes avec leurs reglements absconts et les interpretations qui varient comme la meteo.
      Alors pitie, soyez malade, partez en pension… on s’en portera beaucoup mieux.

      Votre profession est l’exemple type de la non liberte de commercer, de se deplacer…

    3. @Fred

      Je vous retourne votre dernière question : combien de fonctionnaires quittent le secteur public, globalement bien douillet, pour le privé.

      C’est avec votre raisonnement qu’on comprend pourquoi le pays est en crise. Vous croyez, hormis dans les fonctions régaliennes où les fonctionnaires sont utiles, que c’est avec ces hordes d’employés publics dont beaucoup trop malheureusement, ne servent à rien si ce n’est à se servir du système et non à le servir qu’on va sauver le pays ? Vous êtes un bel exemple de déconnexion de la réalité des Français qui chaque matin se lèvent pour aller au travail en se demandant si demain ils auront toujours cet emploi. Et vous cette inquiétude vous ne l’avez pas…alors…

      1. Je ne sais pas si, à la lecture de votre « réflexion » je dois en rire ou en pleurer…
        Votre méconnaissance de la fonction publique est navrante, mais il est bien connu que les imbéciles se contentent de préjugés pour réflechir…Laissez moi vous dire que si je suis un bel exemple de déconnexion, vous êtes en revanche un bel exemple de crétinerie profonde.
        je ne connais aucun métier dans le privé qui recouvre près de 400 missions différentes dans la même fonction,qui va de la lutte anti-drogue jusqu’à la protection du patrimoine, en passant par le réglementation des armes ou encore les contrefaçons….
        En revanche je peux vous donner, moi aussi des exemples d’emplois inutiles dans le privé comme les ressources humaines ou autres…
        Mais vous devez visiblement faire partie de ces nombreux frustrés ayant essayé d’entrer dans la fonction publique mais trop ignorants pour pouvoir en avoir le concours…
        Je vous laisse à vos préjugés et à votre médiocrité….

  6. N’importe qui devrait pouvoir créer son activité sans interdiction.

    Avec internet il est tres facile de developper une activité complémentaire avec quelques heures de travail par mois. Et si on prefere travailler que de regarder la télé ou de picoler entre amis le samedi soir, alors que fait on de mal??
    Rien, au contraire on fait du bien à l’économie et à son moral car rien n’est plus gratifiant que de recolter les fruits de son travail au bout de quelques semaines.

    Alors oui on developpe un esprit de libre penseur et d’independant et c’est ne colle certainement pas avec la vision que Mme Lebranchu a d’un fonctionnaire qui doit être aux ordres, dévoué à sa fonction, le doigt sur la couture.

    Pitoyable…
    Cela s’appelle mépriser les personnes. Si vous souhaitez moderniser la fonction publique et ne oas la plomber alors de grace ne faites pas fuire les esprit ouvert et inventif…

    et je sais de quoi je parle, moi meme dans la FP, auto entrepreneur, je frequentant des equipements public de toute sorte ou je rencontre des personnes de bonne volonté qui sont frustrés de ce genre se discours obsolète et infantilisant.

    Laissez s’exprimer votre côte entrepreuneur, cela n’a jamais ete aussi facile de créer son activité. Planter des graines aujourd’hui et vous en recolterez peut etre vos propres fruits apres demain…

  7. Si j’ai bonne mémoire, il était prévu d’interdire l’autoentrepreneuriat aux fonctionnaires. Mais la mesure n’est à ma connaissance pas passée. Le site de la fonction publique ne mentionne ainsi pas d’interdiction. Le Particulier dans un article du 13 octobre 2015 indique même que les possibilités de cumul ont été élargies.
    http://infos.emploipublic.fr/dossiers/evoluer-dans-ma-carriere/auto-entrepreneur-et-fonctionnaire/apm-548/
    http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1594287/etre-fonctionnaire-et-auto-entrepreneur-deviendra-plus-facile

  8. La solution : créer son entreprise en régime SAS. Placer une retraitée intouchable du fisc (minimum vieillesse) comme gérante sans part, votre belle-mère par exemple. Ce sera l’occasion de lui donner du « Mme la Présidente.. » pendant les repas de famille :-).

  9. « si le fonctionnaire donne l’impression qu’il fait deux choses »

    Mme Lebranchu, vous au moins ne pouvez faire deux choses : être socialiste et intelligente.

  10. C’est article est un peu trop caricatural dommage ! Pour des gens qui n’ont pas un métier à risque en terme d’emploi justice est faite (ironie). Une fois de plus notre bel état communiste : plus de Contrôle et moins de liberté 🙁 Il dénonçait des inégalités cette fois ci vrai entre le privé et le publique : pas de jours de carence d’en cas de maladie, des rtt, des semaines de congés supplémentaires, des jours enfants malades payes. En ces temps de crise ce sont de vrais inégalités …

  11. Bonjour,
    Cet article touche juste mais perd en crédibilité par des généralisations abusives.
    Oui, cette mesure est liberticide, un caractère très en vogue semble-t-il.

    [Modération : insultes]

    Cela dit, la tirade, voulue provocante, au sujet de l’épuisement des fonctionnaires obéit à un préjugé facile et intellectuellement faible.
    La fonction publique englobe tellement de postes, de niveaux, de qualifications différents que cette remarque n’a aucun sens.
    Figurez-vous qu’il y a des fonctionnaires, oui, qui s’épuisent au travail. Ou, plus précisément, qui sont épuisés par leur travail. Ce qui n’empêchent pas que ces travailleurs profitent avec plus ou moins de cynisme des avantages de leur fonction.
    Il faudrait distinguer aussi les formes d’épuisement : épuisement physique ou épuisement nerveux, psychologique (le pire).
    Incluez-vous la fonction territoriale dans votre dénonciation ? Il faudrait, après tout. Auquel cas, je peux vous garantir que les petits fonctionnaires, ouvriers, personnels de service, sont loin, très loin du confort : horaires éclatés, mépris hiérarchique, défaut de matériel, salaires ridicules, etc. Et on peut leur trouver des équivalents, sans peine, dans les autres branches de la fonction publique.
    Nous pourrions aussi parler des enseignants (ou certains enseignants, en grand nombre), des milliers de « chargés de mission » qui sont eux une variable d’ajustement des ressources humaines de la fonction publique. Nous pourrions parler des salaires en retard (ou jamais versés…), de la précarité volontairement entretenue, du travail au noir à grande échelle (pas de contrat de travail, donc pas de couverture sociale, c’est ainsi qu’on se peut se retrouver Directeur de service et … pointer à la CMU !), du népotisme qui met sur la touche les gens compétents qui veulent travailler ou monter en grade, etc. Tout cela dans la fonction publique.
    Donc, je suis d’accord avec le fond de l’article, mais de grâce, ne vous aventurez pas sur un terrain dont vous ne maîtrisez pas les tenants et les aboutissants. Il ne faut pas confondre la bureaucratie et la fonction publique.
    En ce qui me concerne, je suis fonctionnaire, pour des raisons tout à fait cyniques qui mériteraient un article sur Contrepoints. Mais cela me permets au moins de savoir de quoi je parle et de faire le distingo, aux premières loges, entre les vrais bureaucrates fumistes et les fonctionnaires qui sont victimes du système (il ne tient qu’à eux d’ailleurs de s’en émanciper mais que voulez-vous la force de caractère n’est pas donnée à tout le monde).

  12. Je viens de me lever, je bois mon café et deux nouvelles : le maintien de l’état d’urgence et la nouvelle lubie de Mme LeCornu, Lebranchu pardon.
    Et je me dis, avec nonchalance : « tiens, encore un pas vers la dérive fasciste socialiste ! »
    Cette caste, cette idéologie, cette pensée unique, sont tellement prévisibles.

  13. C’est bizarre, mais je pensais qu’elle était au PC, avant?

    C’est égal, cette dame a entièrement raison. D’ailleurs je vais lui écrire pour lui soumettre un projet d’avenir pour la société française.

    Voila, après de longues années travail et de réflexion, je suis arrivé à la conclusion qu’il y avait injustice infamante : pourquoi laisse-t-on les travailleurs aller dans le privé? Pourquoi n’ont-ils pas droit aux mêmes statuts que les fonctionnaires?

    Rien ne justifie que dans le privé les travailleurs soient aussi mal traités.
    Je veux militer pour un statut unique dans le monde du travail, un emploi garanti à vie pour chacun de nous, une retraite à 80%, 30 h de travail par semaine, la maladie couverte à 100%, sept semaines de congé par an, ou plus suivant pénibilité, etc…etc… Je serais même prêt à travailler 35 h/semaine, si les syndicats sont d’accord, bien sûr.

    Ces le moment, vu l’état lamentable où la droite a laissé le pays, de proposer aux français une reprise en mains de ces injustices sociales. Mr Hollande en sortirait grandi, et du même coup redresserait enfin la courbe du chômage.

  14. si la nommée Lebranchu pénalise les fonctionnaires entrepreneurs elle n’a rien, contre les fonctionnaires un peu trop… entreprenants !
    Et c’est ainsi qu’au moment du reclassement -au prix fort!- par Fleur Pellerin, de la sordide Agnès Saal, Lebranchu déclara sans rire que c’était là : UNE FORME DE SANCTION.
    Voilà qui donne une idée de ce qui tient lieu à cette saucialiste, de rince-pets, de cette République dont elle accepte l’argent…

  15. Je trouve la décision de Mme Lebranchu complètement idiote. On peut tout à fait mener plusieurs activités en parallèle, quand on a de l énergie, une passion, un besoin financier etc…
    Cela dit, j invite l auteur de cet article un peu puant ( pourquoi répéter sans cesse les mêmes clichés, pourquoi diviser.. ?)à venir passer une journée de fonctionnaire avec moi. Et il me dira comment il se sent le soir…
    Je parle en connaissance de cause, j ai travaillé en PME, des postes prenants, mais assise et au calme et en fonction publique… ma deuxième vie est bien plus fatiguante…

    1. La décision n’est pas idiote, c’est l’argument de sa justification qui l’est.

  16. N’y aurait-il pas risque de concurrence déloyale si les fonctionnaires étaient autorisés à se livrer à des activités commerciales ?
    Bénéficiant de leur traitement, lequel est certain, ils pourraient être tentés de vendre leurs produits à bas prix en vue de se constituer une clientèle, en espérant que celle-ci restera fidèle s’ils se mettent à vendre à des prix plus proches de ceux du marché.
    Ce qui est impossible, ou de façon limitée, à un commerçant ou artisan n’ayant pas d’autres ressources que celles qu’il tire de son activité commerciale ou artisanale.

    D’autre part, pour répondre à certains commentateurs, il y a des fonctionnaires qui finissent tôt sans que cela soit scandaleux, l’exemple-type étant celui des personnels de ramassage des ordures ménagères (mais tous ne sont pas fonctionnaires). Je crois savoir qu’ils sont nombreux à avoir un 2ème métier l’après-midi.

  17. C’est degueulasse. Je suis personnellement touchée par cette loi. Je suis Infirmiere puéricultrice a l’hôpital, et photographe le week-end, pour me ressourcer, respirer, l’oxygéner loin de l’ambiance hospitalière…
    Je suis dégoûtée

  18. Vivement une loi qui obligerait les élus à se confronter à la réalité du terrain!!!

  19. Bon. Je suis contre cette loi, qui me concerne directement, mais le ton de cet article est méprisant. Jamais épuisé,le fonctionnaire ? Pas dans la « vraie vie »? C’est quoi la vraie vie ? Crever la gueule ouverte ? Et pourquoi niveler les avancées sociales par le bas ? Pourquoi pas lutter plutôt pour qqun employé du privé ait 0 j de carence ? Il est plus efficace de se reposer AVANT de refiler ses microbes à tout le monde et d’imploser…

Les commentaires sont fermés.