Le début d’une guerre contre des barbares

Publié Par Guillaume Nicoulaud, le dans Police et armées, Sujets de société

Par Guillaume Nicoulaud

frères kouachi attaque de Charlie Hebdo Credit Françoise C (Creative Commons)

Oui, les bourreaux de Charlie Hebdo sont des amateurs mais si j’en crois l’avis de ceux qui savent de quoi ils parlent1, dans la catégorie amateurs, ils sont bons – voire même très bons. Clairement, ce qui s’est passé au siège de Charlie Hebdo ne correspond en rien au coup de tête de deux paumés de banlieue qui se sont levés un beau matin, ont acheté des AK-47 dans la cité du coin et s’en sont allés « venger le prophète ». Ces types étaient psychologiquement préparés, bien équipés et beaucoup mieux organisés qu’on veut bien nous le laisser entendre. L’attentat de Charlie Hebdo, c’était un raid ; c’était une opération militaire. D’accord, ça n’était pas au niveau de ce qu’on peut attendre de véritables professionnels mais – et je cite Jacques Raillane – « ils sont meilleurs que les types de la RAF2, de Carlos ou d’Action Directe. »

Deuxième aspect saillant : la légèreté de la structure. On est bien loin du fantasme des armées de djihadistes parquées dans nos banlieues : ils étaient deux, un binôme, la plus petite unité de combat possible et leur logistique, si elle s’est montrée très efficace, était moins importante que celle nécessaire à un braquage (J. Raillane). C’était, pour reprendre l’expression de Michel Goya, un « raid du pauvre », un raid « low-cost » : ça ne coûte presque rien, c’est quasiment indécelable et, au regard de l’objectif visé, c’est largement suffisant.

Une guerre contre des djihadistes

Bref, ce que nous appelons du terrorisme n’est ni plus ni moins qu’une guerre. Nous sommes, que nous le voulions ou pas, en guerre. Concrètement, je suis convaincu que les « actes isolés » auxquels nous avons assisté depuis un mois ne sont pas du tout isolés ; ils s’inscrivent dans un plan d’ensemble, dans un horizon plus large et tout porte à croire que l’ennemi va multiplier ce type d’opérations3.

Je vais me répéter. Je n’aime pas la guerre, je n’ai jamais tiré un seul coup de feu de ma vie et mon vœu le plus cher a toujours été de ne jamais connaitre ça mais nous y sommes ! Cette guerre nous ne l’avons pas voulue ; c’est l’ennemi qui nous a désigné. Mais cette guerre, il va falloir la gagner parce qu’au regard de ce qui se présente en face de nous – j’y arrive – je crois sincèrement que nos dissensions, aussi insurmontables nous semblent-elles, ne pèsent rien. Pardonnez-moi cet écart de langage mais putain, en face c’est le Mordor, l’horreur absolue : ces types ne sont même plus humains !

Partant, deux questions fondamentales : qui est l’ennemi et que veut-il ?

Voilà mon axiome de départ : nous ne sommes, en aucune façon, même pas en théorie, en guerre contre l’Islam et les musulmans. Nous sommes en guerre contre la nébuleuse Al-Qaïda, Daesh, Boko Haram e tutti quanti ci-après, les djihadistes. L’ennemi c’est eux. Celles et ceux d’entre nous qui, sur le coup de l’émotion ou par ignorance, veulent en découdre avec tous les musulmans indistinctement commettent une double erreur : non seulement ils identifient mal notre véritable adversaire mais, pire encore, et j’y reviendrai plus loin, ils servent probablement son dessein.

Le plan des djihadistes ? Ce n’est un secret pour personne : ils rêvent de recréer leur fichu califat au Moyen-Orient et en Afrique. Vous conviendrez avec moi que ce n’est pas en fusillant douze des nôtres qu’ils peuvent raisonnablement espérer l’implanter en France. Alors quoi ? Ce n’est que pure conjecture et je suis très loin d’être un fin connaisseur du sujet mais je vois au moins deux possibilités.

Une guerre hybride open-source

La propagande open-source. En visant des objectifs symboliques, la nébuleuse djihadiste s’offre à peu de frais une couverture médiatique mondiale et en récolte les fruits localement. Ils se crédibilisent et confortent leur leadership dans les territoires à majorité musulmane qu’ils espèrent annexer au califat. J’emprunte l’idée d’open-source à Joseph Henrotin parce qu’effectivement, chaque partie de la nébuleuse peut l’utiliser en fonction de ses propres besoins : pour Daesh, ce sera une démonstration de sa capacité de nuisance et pour le Hamas, ce sera une sanction pour ceux qui soutiennent Israël. Notez l’efficacité : deux types qui tuent douze personnes à Paris ça fait nettement plus de bruit que quand Boko Haram brûle 16 villes et villages en massacrant des centaines de nigérians.

Mais à plus long terme, je suppute que des opérations comme celle de Charlie Hebdo visent aussi à gonfler les effectifs de leur armée de réserve chez nous. Bien sûr, on pense aux quelques gamins déjà fanatisés qui hésitent encore à passer à l’acte et qui pourraient trouver là une source d’inspiration. C’est possible mais je ne crois pas que ce soit le plus gros danger. S’ils sont malins – et nous devons partir de ce principe – ils savent parfaitement qu’un attentat comme celui perpétré à Paris va inévitablement générer une poussée d’islamophobie, que cette dernière va déferler sur une jeunesse musulmane qui n’y est absolument pour rien et que parmi ces boucs émissaires, il y en aura forcément quelques-uns qui vont se radicaliser. Bref, ils soufflent sur les braises en espérant que nous continuerons à jeter du charbon dans le brasier.

Et ça, c’est très grave. La capacité d’une société à résister à ce type de guerre – les spécialistes appellent ça de la résilience communautaire – dépend notamment et même peut-être principalement de notre capacité à faire bloc ensemble. Je ne vous parle pas des théories fumeuses des collectivistes – « la nation unie face à son destin etc. » – mais d’une chose infiniment plus concrète : si les djihadistes réussissent à nous convaincre que notre voisin est notre ennemi alors nous avons déjà perdu. Ce dont nous avons besoin, maintenant plus qu’à n’importe quel moment, c’est de retrouver ce qui nous rassemble, nous, Français, mais aussi tous ceux qui, quelle que soient leur couleur de peau, nationalité, religion, ethnie, conviction politique (et allez savoir quoi d’autre encore) ne supportent pas l’idée de subir le joug de ces barbares.

Et puisque notre « classe politique » se révèle, manifestement et une fois de plus, incapable d’insuffler autre chose que de la haine et de la division au moment où nous devons tous nous unir, je laisse le soin à un vrai grand défenseur de la Liberté de conclure ce billet.

« You ask, what is our policy? I will say: It is to wage war, by sea, land and air, with all our might and with all the strength that God can give us ; to wage war against a monstrous tyranny, never surpassed in the dark and lamentable catalogue of human crime. That is our policy. You ask, what is our aim? I can answer in one word: victory ; victory at all costs, victory in spite of all terror, victory, however long and hard the road may be ; for without victory, there is no survival. »
— Winston Churchill, 13 mai 1940.

—-
Sur le web.

  1. En l’occurrence, Michel Goya et Jacques Raillane que je remercie au passage.
  2. Fraction armée rouge.
  3. Voir Joseph Henrotin là-dessus.
  1. Une politique judiciaire laxiste laisse en liberté tout ce que la société compte de débiles violents et sans scrupules. Comment s’étonner qu’ils soient ensuite recrutés par les propagandistes de la haine et de la terreur ?

  2. Le plus significatif dans cet article est bien sur »l’incapacité de notre classe politique a insuffler autre chose que la haine….. »En effet, le cafouillage sur la participation du fn ou non a la manifestation républicaine est la plus parfaite démonstration de cette incapacité;En cas de conflit grave, le pays a besoin de rassembler tout le monde et non d’exclure ,même a demis mots, une fraction des citoyens sous pretextes qu’ils sont aussi des électeurs; démonstration,de la toute-petitesse de ces guignols qui nous gouvernent

    1. Le socialisme, c’est la lutte des classes, la guerre civile permenante : riches contre pauvres, hétéros contre homos, femmes contre hommes, minorités contre majorité. Comment voulez-vous que ses thuriféraires insufflent autre chose que de la haine et le sectarisme ?

      Les socialistes haïssent la liberté sauf pour eux : les Français vont le savoir à leurs dépends.

      1. +1 c ‘est leur logiciel …. on est mal barrés

  3. Notre capacité à nous unir certes. ..mais bcp trop d’individus profitent de ce drame pour semer la haine. Comment devons nous tous réagir si ce n’est par l’union? Cet article est vraiment intéressant, cependant on ne rappelle pas assez que ces individus n’étaient plus surveillés depuis 6 mois. Pourquoi? Les services secrets algériens ont envoyé un warning à l’Elysée juste après le nouvel an. ..pourquoi pas d’augmentation des process anti-terroriste?

  4. Pour comprendre la stratégie des islamistes radicaux il suffit d’observer ce qu’ils font dans les pays arabes ( Algérie…). L’objectif final est clairement de mettre en place un système de société avec ses valeurs ( l’islam est plus qu’une religion: c’est aussi une politique). Pour cela ils doivent asservir la population et l’habituer petit à petit à accepter les règles les plus dures du Coran. Faire peur pour être crédible fait partie de la stratégie ( Machiavel l’avait décrit). Dans quelques semaines l’opinion finira par trouver des raisons à leurs actes extrémistes ( ils l’avaient bien cherché, c’est à cause de nous qui n’avons pas su accueillir les musulmans etc…) et c’est comme cela que le processus de servitude gagne du terrain.Il n’y aura donc pas de trop grosses tueries mais plutôt des actes limités qui seront banalisés et acceptés. Dire que les musulmans modérés n’y sont pour rien est une erreur pour eux mêmes: ils seront aussi asservis ( voir ce qui attend les femmes avec les règles islamiques).

  5. Vous vous trompez sur le plan des djihadistes présent sur le sol français: leur but est d’installer la charia et l’état islamique ici. Et ils y arrivent petit à petit avec la complicité ou la bêtise de nos leader politiques.

    La jeunesse islamique ne souffrira que très peu en France car notre population est vieille, malade de son socialisme.

    La religion est l’obscurantisme de l’âme. Le libéralisme s’est construit en opposition à la religion ( mais aussi dans une certaines mesure en réaction ).

    Nous sommes dans un schéma de remplacement de population, les frictions vont s’exacerber ou pas. Quand une très forte partie de la population aura « doucement » remplacé la précédente vous vous réveillerez un jour en minorité culturelle.
    Ce jour-là le libéralisme sera définitivement réduit à néant. Sauf peut-être, d’un point de vue économique… Ce sera la charia, le nazislamisme, ou une sorte de socialisme boiteux.

    Le constat que nous partageons c’est que ce pays est foutu.

  6. La pénétration insidieuse de ces assassins islamistes radicaux en Europe me fait repenser à la situation de la Russie durant les années ’80-90s. Là bas, face à l’envahissement par les radicaux d’Afghanistan, arabes extrémistes refluant vers le CAUCASE après 1979. Caucase : une région subordonnée dès le XVIIIe siècle aux janissaires ottomans ; région où la population islamisée pesa ensuite sur trois-quarts de leurs habitants !

    Notre situation d’Europe occidentale et même celle centrale (accessoirement : de cultures chrétiennes…) se compare à celle menée par ces activistes islamiques en Tchétchénie et au Daguestan.

    La seule méthode capable d’annihiler leurs actes fut mise au point par les stratèges russes sous Poutine en fin des ’90s et début 2000 ! Soit une éradication des groupes violents et organisés grâce à une réplique sans concessions ! Telle est l’approche que devront accepter d’employer nos propres forces de l’ordre sur un territoire républicain et nos populations, avant qu’il ne soit progressivement mis à sac par ces extrémistes !!!

  7. Le meilleur moyen de « faire bloc », c’ est encore de considerer ces attaques comme de la « simple » criminalite. Grande criminalite, criminalite extraordinaire, mais criminalite tout de meme. Car parler de guerre, c’est non seulement leur donner le credit qu’ils ne meritent pas, mais aussi ouvrir la porte aux lois d’exception, couvre-feu, censure, tickets de rationnement… Une fois tout cela en place, on aura du mal a aller manifester!!!!!!

  8. mr nicoulaud veut que la nation fasse bloc ? et bien on en est loin :

    aujourd’hui, dans un autre article, mr bourgerie ( qui travaille en irlande , c’est dire s’il est concerné par la monté de l’islamisme en france … ) entend  » profiter  » du massacre de charlie hebdo , pour revenir sur l’interdiction de porter la burqua dans les lieux publique !!! pour qui travaille se monsieur ?

    dans des manifestations de soutient à CH, des gens qui avaient entonné la marseillaise, se sont fait ejecté par les gauchistes présent …

    pour moi, l’islam, qu’il soit radical ou bienveillant, a de beau jour devant lui dans ce pays …

    1. « Pour qui travaille se monsieur ? »

      Pour la liberté, vous devriez essayer.

  9. Combien de djihadistes noyés dans la manifestation d’aujourd’hui en train de prendre des selfies pour leur book photo, pour plus tard montrer que la marche pour l’unité n’était qu’une foire aux Bisounours ?

    Alors oui, nous avons une belle capacité à faire bloc ensemble, même avec les terroristes.

  10. Espérons qu’en réaction aux actes abominables de ces crapules on n’instaura pas un régime autoritaire …Il s’agit de criminels et doivent etre considérés comme tels!Sinon c’est fini si on se considère en guerre …

  11. Dire que l’islamisme n’est pas l’islam, qu’il n’a rien à voir avec l’islam, est faux. Pour le musulman d’hier et d’aujourd’hui il n’y a qu’un seul Coran comme il n’y a qu’un seul prophète. L’islamiste est autant musulman que le mystique car il s’appuie sur ces deux fondements. Et dans ces deux fondements il y a l’appel au combat. Ici-bas la guerre pour la victoire de l’islam doit être poursuivie tant que l’islam n’est pas entièrement victorieux. La paix n’est envisageable que si la victoire paraît, pour le moment, impossible ou douteuse (sourate 47, verset 35/37). Mais la paix sera plutôt une récompense du paradis, quand toute la terre aura été pacifiée. Comment passer sous silence que pour les musulmans le monde se partage entre le territoire de l’islam (dâr al-Islam) et le territoire non musulman, qualifié de territoire de la guerre (dâr al-harb)
    Entre l’islam et l’islamisme, il n’y a pas de différence de nature mais de degré. L’islamisme est présent dans l’islam comme le poussin l’est dans l’oeuf. Il n’y a pas de bon ou mauvais islam, pas plus qu’il n’y a d’islam modéré. En revanche il y a des musulmans modérés, ceux qui n’appliquent que partiellement l’islam.
    Pour accepter l’islam, l’Europe a forgé le mythe de l’Andalousie tolérante qui aurait constitué un âge d’or pour les trois religions. Tout ce qui concerne les combats, le statut humiliant du non musulman a été soigneusement gommé. Il s’agit d’une véritable falsification de l’histoire réelle.
    En réalité on ne nous dit jamais que les textes grecs ont été traduits par des Chrétiens d’Orient, à partir du syriaque ou directement du grec. (Ni Avicenne, ni Averroès ne connaissaient le grec!).
    C’est plutôt curieux pour les Juifs d’Afrique du Nord qui idéalisent leur vécu en terre d’islam. Ils n’ont trouvé la liberté que sous administration française ou dans les pays occidentaux…
    Là où l’islam est particulièrement dangereux, c’est qu’il englobe toute la vie du croyant, du berceau jusqu’à la tombe, dans tous les domaines et qu’il n’y a pas de séparation entre le public et le privé, pas plus qu’il n’y a de séparation entre le politique et le religieux. L’islam est total, global, il englobe la totalité car tout comportement obéit à une règle. Mais en même temps chaque règle est une règle de comportement religieux, que cette règle soit dans le domaine juridique, politique ou intime. C’est le religieux qui recouvre tout. Le système pleinement réalisé devrait s’appeler théocratie et jamais «démocratie». On nous ment quand on nous affirme que l’islam serait une foi qui se pratique dans la sphère privée, comme le christianisme. L’islam est à la fois une foi, une loi, un droit (fiqh), lequel est l’application de la Loi qu’est la charî’a. Et cette charî’a a prescrit de combattre l’infidèle (jihâd ou qitâl), de lui réserver un traitement inégalitaire (dhimmî), d’appliquer aux musulmans des peines fixes (hudûd) pour des crimes bien définis (adultère (zinâ), apostasie (ridda), blasphème (tajdîf), vol (sariqah), brigandage (qat’ al-tarîq), meurtre (qatl) et bien sûr consommation d’alcool.
    Pour expliquer les attentats, il suffit de se reporter à la vie du prophète, lequel a justifié l’assassinat politique pour le bien de l’islam. De même, faire peur, inspirer la terreur (rahbat) -dont on a tiré le mot moderne “terrorisme” (irhâb))- était la méthode que le noble modèle préconisait pour semer la panique chez les ennemis de l’islam.

  12. « Voilà mon axiome de départ : nous ne sommes, en aucune façon, même pas en théorie, en guerre contre l’Islam et les musulmans. Nous sommes en guerre contre la nébuleuse Al-Qaïda, Daesh, Boko Haram e tutti quanti ci-après, les djihadistes.  »

    La réalité/vérité n’est pas aussi simple, hélas !

  13. L’article suivant énumère SEPT domaines d’actions que tous nos chers « chefs d’Etats européens » auraient avantage à appliquer VITE, en s’accordant sur des réalités plutôt que des utopies !
    ……………………………………………………………………………………………………………
    Les sept chantiers prioritaires de la lutte contre le terrorisme islamiste

    FIGARO VOX Par Hugues Moutouh Publié le 11/01/2015 à 20:53

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/01/11/31003-20150111ARTFIG00210-les-sept-chantiers-prioritaires-de-la-lutte-contre-le-terrorisme-islamiste.php

Les commentaires sont fermés.