Je quitte la Sécu : Épisode 32 – Vague médiatique

Publié Par Laurent C., le dans Social

Par Laurent C.

Comme à chaque épisode voici le tableau de bord des derniers échanges avec les monopoles illégaux depuis ma libération en janvier 2013 :

JQLS-tab1

Je rajoute un deuxième tableau pour suivre les procédures légales en cours auprès des différentes instances :

JQLS-tab2

Depuis le dernier épisode, rien de très nouveau sur mon combat personnel : les mises en demeure et passage d’huissiers se suivent et se ressemblent. Juste un peu plus de paperasse car le RSI a rejoint l’URSSAF, avec un huissier différent. Ça me change un peu.

05/09/2014 : Témoignage d’un médecin

« Chers confrères, la CARMF (Caisse de retraite et prévoyance obligatoire des médecins) n’indemnise les médecins en arrêt ou en invalidité que s’ils sont classés à 100% de taux d’incapacité. Avec une fonction cardiaque très limité, 9 stents (dispositif pour maintenir une cavité vasculaire ouverte), elle vient de me reclasser en invalidité partielle à 90% donc ne me verse plus rien. Délai de recours au tribunal du contentieux de l’invalidité minimum un an. Si vous le pouvez, fuyez, ne cotisez plus à ce régime de voleurs. »

Qui va encore croire que ce régime obligatoire de Sécurité sociale est universel et solidaire comme nos détracteurs le répètent à l’envi ? Nous pourrions ajouter que les médecins ont 90 jours de carence avant de pouvoir être indemnisés (et encore pas du tout à la hauteur de leurs revenus habituels) là où le travailleur indépendant a 30 jours, le salarié 1 à 3 jours, et le fonctionnaire aucun jour de carence. « Tous les animaux sont égaux mais certains le sont plus que d’autres. » Orwell avait déjà compris le principe de la solidarité à la française.

09/09/2014 : Article sur le site d’information Économies Positives

Une bonne interview de ce média numérique de la région Bourgogne.

11/09/2014 : Mise en demeure du RSI

Deuxième mise en demeure du RSI au titre des échéances impayées de février et mai 2014, en recommandé cette fois, contrairement à la mise en demeure précédente. Je saisis immédiatement la CRA, commission de recours amiable, qui me répondra négativement, mais dans l’intervalle le RSI ne peut émettre de contrainte. Cela permet de gagner un peu de temps.

14/09/2014 : Conférence European Student for Liberty Paris

Cette association d’étudiants faisant la promotion d’une société plus libre m’a invité à intervenir durant quelques minutes sur le sujet de la Liberté Sociale. L’occasion pour ces jeunes de découvrir un système de spoliation qu’ils n’imaginaient pas.

17/09/2014 : Question pour un champion

Encore un appel d’offre public improbable du Ministère de la Santé qui trouve bien de l’argent pour ces prestations à défaut de bien rembourser nos soins… Saurez-vous le déchiffrez ?
Référence marché DGCSSD1-CCRPA2014

L’objet du marché est (je cite car inventer un truc pareil est impossible) : « évaluation de la démarche de participation des personnes accueillies au sein du conseil consultatif national des personnes accueillies ou accompagnées (CCPA) et des conseils consultatifs régionaux des personnes accueillies ou accompagnées (CCRPA). » Glups.

28/09/2014 : Les Suisses refusent un système public d’assurance maladie 

Nos amis d’outre-Alpes étaient invités à se prononcer en faveur du regroupement d’une soixantaine d’assurances privées sous une seule caisse publique. Résultat ?

« Les Suisses ont voté non à 64% à la création d’une caisse unique publique d’assurance-maladie. »

D’ailleurs ce système de caisses privées est bénéficiaire malgré des cotisations maladie ne représentant que 8% de leur salaire net, là où en France ce pourcentage monte à 18% pour les travailleurs non-salariés et 22% pour les salariés. Comme quoi c’est possible. Il n’y a pas de fatalité au déficit chronique que nous connaissons en France.

28/09/2014 : Travailler autant pour gagner moins

L’IREF, Institut de Recherches Économiques et Fiscales, nous offre le témoignage chiffré et précis d’un travailleur indépendant qui a vu ses cotisations sociales augmenter de 21% entre 2012 et 2013 à revenu constant. Sur 100€ gagnés il ne lui reste que 47,70 après cotisations sociales… et avant impôt sur le revenu !

Pour ma part, à revenus identiques, si j’étais resté à la sécu, c’est 65% de plus de cotisations et d’impôts sur le revenu dont j’aurais dû m’acquitter entre 2012 et 2014. En me libérant de la sécu j’ai limité la casse à la seule hausse d’impôt, de 30% quand même…

01/10/2014 : De la légalité des mises en demeure

Un jugement méconnu de la chambre civile de la Cour de cassation du 30 juin 2011 (10-26.416) permet d’annuler les mises en demeure dont le motif est imprécis.

Lisons :

« Mais attendu que la mise en demeure, qui constitue une invitation impérative adressée au débiteur d’avoir à régulariser sa situation dans le délai imparti, doit lui permettre d’avoir connaissance de la nature, de la cause et de l’étendue de son obligation ;
Et attendu qu’ayant relevé que l’indication « absence ou insuffisance de versement » ne renseignait pas sur la cause ou l’origine de la dette, constaté que la mise en demeure ne faisait aucune référence au contrôle préalable et rappelé à bon droit que la saisine ultérieure de la commission de recours amiable n’effaçait pas cette irrégularité, la cour d’appel a légalement justifié sa décision ;
PAR CES MOTIFS :
REJETTE le pourvoi;
Condamne l’URSSAF de Paris et de la Région parisienne aux dépens ; »

Les libérés auront tous noté que leurs mises en demeure n’indiquent que le lapidaire « insuffisance de versement ». CQFD.

04/10/2014 : Un tribunal de proximité se prononce

De nombreux libérés ont saisi comme moi leur Tribunal de proximité pour porter plainte contre leur organisme de sécu (RSI, URSSAF…) pour pratiques commerciales agressives. C’est vrai qu’envoyer un huissier pour réclamer de l’argent au titre d’une assurance pour laquelle aucun contrat n’a été signé est, selon la loi Chatel de 2005, illégal !

Dans mon cas, le juge de proximité m’a demandé de produire le KBIS (immatriculation au registre du commerce) de l’URSSAF, document qui bien entendu n’existe pas. Ce qui d’ailleurs pour un organisme privé comme l’URSSAF est étonnant, mais cela est un autre débat. Ne pouvant donc produire ledit KBIS ma plainte a été classée sans suite.

Parmi les procédures en cours d’autres libérés, j’apprends que l’un d’entre eux a eu un jugement du Tribunal de proximité. Là où l’URSSAF demandait à statuer sur l’incompétence du tribunal de proximité au profit du TASS (pour être jugé par un jury qui est juge et partie, ce qui est plus pratique, on le comprend), le juge de proximité a débouté l’URSAFF de sa demande et a renvoyé l’affaire au TGI en décembre pour statuer. À suivre donc.

05/10/2014 : Protection de son compte bancaire personnel

Sur les réseaux sociaux, un libéré (merci à lui, il se reconnaîtra) m’éclaire sur une possibilité que j’ignorais pour protéger son compte personnel de ce que vous savez (je ne voudrais pas inciter à quoi que ce soit même si cela est légal). À la création d’un compte bancaire, la nue-propriété (en gros les murs de la maison) et l’usufruit (le droit de jouissance de la maison) sont à 100% sur la tête de son titulaire. Or, il est possible, sur un compte à son nom, de se réserver 100% de l’usufruit, et de laisser la nue-propriété à un ayant-droit, comme l’épouse ou de préférence un parent, un ou des enfants. Pour ceux qui ne souhaitent pas ou qui ne peuvent pas ouvrir un compte à l’étranger le principe consiste à donner 90% de la nue-propriété et de conserver 10% et 100% de l’usage donc de l’usufruit.

Cela est possible pour les comptes existants. Mieux, un PEA, un livret d’épargne ou encore un plan d’épargne logement ne peuvent pas être démembrés.

06/10/2014 : un libéré témoigne sur RMC au micro de Bourdin

Jean-Christophe, Libéré de la sécu témoigne :
« Depuis 20 ans les français sont libres de s’assurer pour la maladie et la retraite. »
– « Exact », répond Bourdin.
Écoutez à partir de 10 minutes 35 sec.

07/10/2014 : les syndicats bientôt financés par une cotisation URSSAF

Nous savions déjà que ce n’est pas avec une poignée d’adhérents que les syndicats pouvaient survivre, mais apparemment ce qu’ils perçoivent par ailleurs ne leur suffit pas. Pour preuve, au 1er janvier 2015, une nouvelle contribution destinée au « financement mutualisé des organisations syndicales de salariés et des organisations professionnelles d’employeurs » viendra vous ponctionner un peu plus. Oh, on ne sait pas encore de combien, nous ne sommes qu’en octobre voyons… ça serait trop bête de ne pas avoir la surprise au dernier moment avant de faire les payes. Toutefois rassurez-vous, ce taux ne pourra être supérieur à 0,02% (la première année ! Comme avec la CSG qui était de 0,5% en 1996 et qui est passée à 15,5% aujourd’hui). Une chose certaine en revanche, le taux ne sera pas inférieur à 0,014%. La source ici.

07/10/2014 : un député PS dit oui au transfert de de la Sécu vers les assureurs privés

Dans l’Argus de l’assurance : ce spécialiste des affaires sociales s’est très clairement prononcé pour une prise en charge des « petits soins » par l’assurance maladie complémentaire, tandis que la Sécurité sociale se concentrerait sur les pathologies lourdes. « Oui, il faut aller vers ce transfert, et y aller à fond », a-t-il déclaré […].

Oui, mais à 3 conditions :

  1. Que ces pathologies lourdes relèvent bien de la solidarité, payées par l’impôt, pour tous selon la même règle de calcul et non plus par des cotisations différentes selon le métier et le type de revenus (travail, immobilier, financier).
  2. Que les cotisations maladies soient par conséquent purement supprimées et que l’on redonne leurs salaires complets aux salariés, soit une hausse de 27,6% du salaire net, sans aucun surcout pour l’employeur. De même pour les non-salariés, avec une hausse de 18% de leurs revenus nets.
  3. Que l’assurance maladie complémentaire, obligatoire pour tous les salariés à compter du 1er janvier 2016, soit organisée sous forme d’un marché libre, c’est-à-dire sans assureur imposé par les branches professionnelles à toutes les entreprises de leur secteur, ni imposé par l’employeur à ses salariés, mais bien librement choisie par chaque salarié.

08/10/2014 : Réponse de la CRA du RSI

La commission de recours amiable du RSI répond comme prévu négativement à ma demande d’annulation de la mise en demeure reçue en septembre. Le MLPS me fournit en retour le courrier type permettant de saisir le TASS pour faire appel de cette décision de la CRA. Encore une fois, le RSI ne peut émettre de contrainte en raison de cette saisie du TASS. J’ai deux mois pour ce faire. Le MLPS me conseille d’attendre le dernier moment.

08/10/2014 : Émission spéciale sur RMC Brunet

Appel à 10h30 de la journaliste pour passer en studio à 12h pour une émission spéciale « Libérés de la Sécu ». Ça ne se refuse pas même si avec les bouchons du salon de l’auto au pied de l’immeuble RMC ça ne va pas être gagné pour être à l’heure.

Bien installé au micro, à côté d’un Éric Brunet remonté comme une pendule, j’ai le plaisir de pouvoir débattre avec un député PS, un administrateur du RSI et deux autres libérés dont mon camarade Faraj, libéré de la Sécu depuis 20 ans.

Entre un député, membre de la commission des affaires sociales, qui ne sait pas combien il cotise sur son indemnité parlementaire (et pour cause c’est 0,5% alors que c’est 15% chez un artisan et 22% chez un salarié !) et un administrateur du RSI mélangeant la retraite, la qualité des soins, et confondant solidarité et assurance, on a eu droit au florilège habituel.

Quelques perles :

« La France a fait le choix en 1945 d’un système de Sécu obligatoire. »
Oui, nous sommes maintenant au 21eme siècle, il est presque temps de repenser le sujet non ?

« Une assurance privée ne pourra jamais rembourser une pathologie lourde avec les cotisations que vous versez ! »
Et si. C’est justement la nature des assureurs que de mutualiser le risque sur une population et de pouvoir ainsi rembourser un assuré beaucoup plus que ce qu’il a cotisé (à l’exemple d’un incendie de sa maison ou d’une assurance décès). Il y a même un métier pour cela, ça s’appelle actuaire.

« Les étrangers viennent en France pour se faire soigner de la leucémie. »
C’est certain que cette maladie ne se soigne qu’en France, c’est bien connu. Mais effectivement certains viennent car ils ne payent rien grâce à l’AME (aide médicale d’État), alors qu’ils sont entrés clandestinement, d’autres viennent pour la qualité du personnel médical, qualité n’ayant rien à voir avec celle des bâtiments gris de la sécu comme dit Brunet, et dont les assureurs payent rubis sur l’ongle la Sécu, et au prix fort.

09/10/2014 : 14ème contrainte d’huissier URSSAF

Je n’avais plus reçu de contrainte URSSAF depuis juillet, j’étais inquiet. Me voilà rassuré.

09/10/2014 : Reportage sur BFM TV

En image cette fois, deux libérés, Jenny et Christian, secrétaire général de Liberté Sociale, témoignent devant les caméras de BFM TV. Bravo à eux deux. C’est clair, net et précis. Étonnamment, la Direction de la Sécurité Sociale a refusé de répondre pour le contradictoire.

09/10/2014 : Article dans le Daily Telegraph

Ce journaliste anglais parle de ces Français qui quittent la Sécu pour une assurance anglaise, dont votre serviteur. Ils doivent bien se marrer les Anglais. Pour les lecteurs anglophones voici l’article

09/10/2014 : Aveu de la ministre de la Santé ?

Dans cette interview sur iTélévision à 11’40 nous avons droit à une déclaration pour le moins inhabituelle de notre ministre :

« Si on commence à dire aux classes moyennes que, au fond, on va moins les rembourser que d’autres si elles sont malades, alors elles vont progressivement perdre confiance dans notre système de santé et elles vont se dire : après tout, la sécurité sociale, moi, ça ne me concerne plus et donc je préfère adhérer à une assurance privée. »

En tout cas je confirme, la Sécu ça ne me concerne plus et je préfère adhérer à une assurance privée.

10/10/2014 : Reportage sur la Chaîne Parlementaire

Bis repetita pour Jenny, la nouvelle égérie des libérés de la Sécu, accompagnée cette fois de l’inénarrable Éric, alias Ricou, bien connu sur les réseaux sociaux et dans les prétoires pour sa discrétion. Là encore, pas de contradictoire de la Direction de la Sécurité Sociale. Faut-il s’en inquiéter ou s’en réjouir ?

10/10/2014 : Dormez, vous êtes ponctionnés

Où l’on apprend dans cet article du Figaro que la nouvelle fiche de paye ne fera plus apparaître les cotisations patronales dans un objectif de meilleure lisibilité. Disons plutôt un bon moyen de masquer le vrai coût de votre assurance maladie et le salaire complet qu’on vous vole : on simplifie le bulletin de paye en faisant disparaître les charges patronales « qui ne concerne pas le salarié ». Ben voyons.

10/10/2014 : Témoignage d’un membre de commission paritaire à la Sécu et nouveau libéré

« Hier matin j’étais de commission paritaire au siège d’une CPAM (caisse primaire d’assurance maladie), je suis chirurgien-dentiste et mon syndicat est « représentatif « . Bref, après cette belle réunion, et voyant que toute l’activité de ma profession ne représente que 4% des dépenses de la caisse alors que les indemnités journalières, et les transports et cures thermales représentent autant d’argent que tous les soins de toutes les professions médicales réunies, je suis rentré et finalement j’ai coupé les ponts avec l’URSSAF et ma belle caisse de retraite. 51 % des dentistes ont plus de 50 ans je vous laisse imaginer le carnage dans 10 ans pour payer les retraites. Je commence la lutte cette année finalement, vraiment écœuré par ce système. »

11/11/2014 : Les doubles carrières salariées et non salariées pénalisées

« Jusqu’ici, vos retraites sont déterminées en prenant en compte les droits acquis au régime général et, pour ceux qui ont une activité non salariée, ceux du régime social des indépendants (RSI). Une personne qui a mené de front deux carrières peut donc se retrouver avec une pension versée par le régime de base et une autre versée par le RSI, chacune étant calculée en fonction des durées de cotisation respectives.

Résultat : la retraite globale peut être supérieure au plafond prévu par chacun de ces régimes. Cette situation ne va toutefois pas durer : à compter de 2017 au plus tard (la date sera fixée par décret), les durées de cotisation de ces deux régimes seront fusionnées et vous ne pourrez pas obtenir une retraite supérieure à la moitié du plafond de la Sécurité sociale, soit 18 774 euros, quelle que soit l’importance des droits acquis dans les deux régimes. Cela pénalisera les personnes qui ont cotisé à ces deux régimes pour un total qui dépasse le nombre de trimestres requis. »

Source : Le Point

11/10/2014 : Les caisses sont vides aussi pour les fonctionnaires

Prémisse de ce qui va se passer pour toutes les autres caisses du secteur privé comme public, le Figaro nous apprend que « L’Union mutualiste retraite (UMR) va couper de 30% les rentes versées à quelques 110.000 anciens fonctionnaires. Les personnes concernées sont principalement des retraités de l’Éducation nationale qui percevaient jusqu’à présent 1100 euros de rente par an en moyenne grâce à ce système par capitalisation. »

Après une baisse de 17% en 2001, il ne leur restera bientôt plus que les yeux pour pleurer. Tiens, au passage, pourquoi ces fonctionnaires ont droit à une retraite par capitalisation alors que cela est interdit aux salariés du secteur privé ?

12/10/2014 : Mon blog passe la barre des 300 000 vues

Merci aux médias ! Cela profite à mon livre Je quitte la Sécu qui est toujours en tête des ventes de la catégorie Assurances. Vivement la sortie papier.

À suivre prochainement : 22/10/2014 : première conférence de presse de l’association Liberté Sociale

L’association Liberté Sociale tiendra sa première conférence de presse à Paris le 22 octobre prochain. L’occasion de présenter, avec l’appui d’un grand cabinet d’avocat européen, sa démarche pour permettre aux Français d’exercer leur liberté d’assurance maladie et retraite, tels que définie par les directives européennes retranscrites en droit français.

Soyez forts.


Lire les derniers épisodes de la saga « Je quitte la sécu »

  1. J’ai une question pour l’auteur.Est ce qu’une action globale ne serait pas plus porteuse?
    Par exemple, une class action car il me semble que rien ne l’interdit…

    1. Eh non.
      L Etat a bien exclu du champs des Call Action tout ce qui est relatif aux services et produits liés à la santé et la prévoyance.
      Ils sont pas fous !
      Mais nous les aurons autrement, à l’arme atomique.

      1. Bonsoir, pouvez vous préciser sur quelle disposition vous vous fondez pour dire que les services et produits liés à la santé et à la prévoyance sont exclus du champ d’application de l’action de groupe?
        Je n’ai rien trouvé en ce sens.
        CDT

  2. La publication version papier de votre livre est prévue quand ?

    Le format électronique (kindle etc.) n’est pas pratique. En plus, Amazon impose de créer un compte spécial.

    Vive la modernité, mais parfois un bouquin en vrai papier, c’est bien pratique.

    1. je suis bien d’accord avec vous. je préfère aussi le papier. J’ai relancé l’éditeur cette semaine pour connaitre la date de publication

  3. Bravo Laurent et merci pour votre combat. Ça finira par craquer et nous (français) allons tous y gagner car le système actuel est pourri jusqu’à la moelle.

    Le coup de la nouvelle fiche de paie sans décompte des charges patronales est énorme.
    En plus ils nous prennent vraiment pour des imbéciles lorsqu’ils présentent cela comme une « nouvelle source d’économies budgétaires ». A mon sens c’est un véritable aveu de faiblesse qui prouve que vous êtes dans la bonne voie. Ils ont trop peur de la réaction des centaines de milliers de salariés français une fois qu’un jugement aura été rendu en faveur des indépendants libérés. Ce qui est désormais inéluctable.
    En prévision du ras de marrée de départs de la sécu qui leur pend au nez dans les années à venir, la meilleure solution qu’ils ont trouvé c’est de nous masquer l’information. C’est une honte. Et ce sont ces gens qui nous gouvernent et décident de l’avenir de notre pays !
    Je croyais que nous étions en 2014, mais en réalité il semble que le compteur s’est bloqué en 1984…

    1. Bah la prochaine étape sera une fiche de paie avec seulement le salaire net après cotisations sociales. Peut-être même qu’on en déduira même l’impôt sur le revenu à la source, toc! tout ça de paperasse en moins!

      Et quand les gens se plaindront de la petite somme en bas de page, on leur dira que leurs vilains capitalistes de patrons ne les paient pas assez. 🙂

      1. En Suisse , je crois comprendre qu’il n’y a pas de Sécu à la française plus mutuelles mais seulement des mutuelles qui jouent les deux rôles ( SS + mutuelle) …
        Pouvez vous nous expliquer combien , in fine , combien côute au salarié suisse son assurance maladie et sa retraite et comment le retraité est il couvert pour sa maladie ?

        1. Bonjour Volna,

          J’avais profité d’un commentaire sur un billet de h16 sur contrepoints pour faire un point sur les assurances santés en Suisse. Lien du commentaire ci-dessous.

          http://www.contrepoints.org/2014/09/30/182945-un-service-de-plus-en-plus-rikiki-et-de-plus-en-plus-cher-merci-la-secu#comment-935788

          1. gameover ,

            Merci pour ce commentarii , comme disent nos amis russes , commentaire que je vais rapidement lire !!!

        2. En Suisse, le salarié (en fait chaque individu, indépendamment de sa situation professionnelle) choisit librement sa caisse maladie de base parmi une soixantaine d’assureur. Il est obligé par la loi à être assuré de base, mais il est libre de choisir la caisse et le modèle d’assurance (franchises à choix de Fr. 300.-/an à Fr. 2’500.-/an, modèles avec passage préalable par le médecin de famille avant d’aller chez le spécialiste ou centre de télémédecine avant d’aller chez le spécialiste, etc). Sa prime n’est pas fonction de ses revenus, la prime est fixée par tête en fonction de son âge (trois catégorie: 0-18 ans – 18-25 ans – + 26 ans et plus). De plus, l’individu peut changer d’assureur chaque année (les primes évoluent chaque année, mais également car il voudrait changer de modèle ou de franchise). L’assureur n’a pas le droit de refuser ou émettre des réserves pour l’assurance de base. (Pour un adulte (+ 26 ans), la prime pour le modèle standard (libre choix du médecin et accès direct aux spécialistes) avec la franchise minimale (Fr. 300.-) coûte environ Fr. 400.-/mois). Les coûts de l’assurance de base annuels pour un individu sont la prime mensuelle (12 fois), la franchise (en cas d’usage des prestations, les premières dépenses de l’année sont entièrement à charge de l’assuré jusqu’à concurrence de la franchise, au-delà, l’assureur rembourse, mais refacture 10% de chaque facture à l’assuré (jusqu’à ce que la somme de ces 10% de factures représente Fr. 700.- sur l’année). Au-delà de la franchise et de la quote-part (ces fameux 10%), l’assureur rembourse à 100% tous les frais couverts.

          La complémentaire est facultative et ses conditions ne sont fixées que par les contrats, donc tout est négociable (mais cette fois l’assureur peut refuser de contracter ou émettre des réserves et fixe la prime comme il l’entend). C’est un contrat, chacun est libre d’y adhérer ou non. La plupart du temps l’idée est de couvrir certains soins non pris en charge par la base (médecine alternative, cliniques privées, etc.). Les coûts sont très variables et évoluent avec le temps, cela dépend des prestations incluses dans le contrat, de l’âge, de la santé, etc.

          La retraite, c’est un système hybride. D’une part il y a une cotisation en % du salaire pour l’AVS, le système par répartition, qui redistribue une pension plafonnée. Mais d’autre part il y a une cotisation en % du salaire pour un système par capitalisation, la LPP. Les prestations de la LPP sont fixées à minima par la loi, mais l’employeur reste libre d’aller au-delà en choisissant une caisse LPP plus englobante, quitte à y avoir une cotisation un peu plus élevée. Pour l’AVS, la cotisation est paritaire et partagée de manière égale entre l’employeur et le salarié. Pour la LPP, la cotisation est paritaire, mais l’employeur peut prendre à sa charge une part plus importante que le salarié (pas l’inverse). A nouveau la questions de la LPP dépend du contrat de travail et des conditions négociées à l’embauche.

          Bref, sans aller trop dans les détails, le système suisse est d’une manière générale et pas seulement dans le domaine de la couverture médicale et de prévoyance, un système basé sur la liberté contractuelle. Tout (ou presque) est négociable et adaptable, de plus révisable dans le temps. Ceci est valable à l’heure actuelle, mais comme mentionné dans l’article, la gauche essaie de temps à autre de figer certains pans de ce système en étatisant des éléments, mais c’est en général refusé en votation populaire (qui est soit automatique, soit demandée à chaque fois).

  4. Je ne comprend pas le passage
    « Dans mon cas, le juge de proximité m’a demandé de produire le KBIS (immatriculation au registre du commerce) de l’URSSAF, document qui bien entendu n’existe pas. […]. Ne pouvant donc produire ledit KBIS ma plainte a été classée sans suite. »
    Si je comprend bien ce juge proximité, il suffit qu’une société n’ait pas de KBis (pas enregistré, ou étrangère) pour qu’elle puisse harceler à sa guise la clientèle qu’elle a décidé d’avoir, sans recours de celle-ci ?
    Et depuis quand est-ce à celui qui porte plainte de fournir des documents administratifs relatifs à l’autre partie ?

    1. Apparemment tous les juges de proximité ne demandent pas les même justificatifs. Dans mon cas le juge a bien demandé de fournir le KBIS de la société que je poursuis. Ce qui est hallucinant sachant que ces documents sont payant sur infogreffe pour les obtenir.

      1. Donc, si vous êtes en conflit avec une entreprise qui se s’est pas immatriculée, vous n’avez pas le droit de l’attaquer en justice ? C’est une excuse bidon pour se dédouaner.

  5. C’est qui le député PS en question ? QUi propose que seul les pathologie lourde soit du ressort de la sécu.

    1. Polark ,

      Analysé rapidement , la proposition du dépité socialiste Terrasse n’est pas absurde !!! En gros , la dame SS + mutuelles vous couvrirait pour les pathologies lourdes et en gros pour l’hospitalisation , le reste de la médecine de ville restant à votre charge !!! Cela peut se vendre si le côut de l’assurance baisse fortement et si vous avez le choix complet de votre assureur … en gros , cela revient à éjecter la Sécurité Sociale du vaillant CNR !!!

      1. Je pense que c’est une étape :
        Étape 0 : La sécu aujourd’hui
        Étape 1 : Ouverture officiel (et facile) à la concurrence
        Étape 2 : La sécu s’occupe des pathologie lourde (pas forcément l’hospitalisation : Un changement de hanche peut être pris en charge par le privé, mais plus ce qui est long, chère : Cancer, Sida …)
        Étape 3 : Suppression de la sécu

        1. L’idée Sécu = pathologies lourdes = gros risques = financée par l’impôt n’est pas absurde… en soi.

          Mais comme d’habitude, il est impossible de leur faire confiance.

          Ce mouvement a déjà commencé, doucement. La Sécu rembourse de moins en moins le petit risque… mais dans le même ponctionne toujours plus, accumule les déficits.

          En clair : ne fait aucun effort.

          Donc, il faut vraiment se méfier.

          En outre, attention au financement « impôts », qui leur permettrait de noyer encore un peu plus le poisson.

          Qui peut croire que le périmètre réel de la Sécu (personnel hospitalier, administratif et coûts) serait fortement réduit ?

          Leur idée de fond c’est :
          -perpétuation du monopole, en clair, de la cassette, des financements, des clientèles
          -remboursements moindres

          1. Oui amha la sécu uniquement sur les grosses pathologies c’est un piège et ça se passera comme ça s’est déjà passé historiquement : la sécu se déchargera petit à petit sur les mutuelles tout en continuant à facturer de plus en plus. On ne change pas une équipe qui gagne. A la fin la sécu ne s’occupera plus que de la phase terminale !

            Exactement pareil que pour les intercommunalités. Une nouvelle ponction est apparue sur les impôts communaux sans que la précédente ne diminue.

            Mais pour la sécu c’est bien présenté et à voir même les réactions positives ici, on va se faire enfler comme d’hab.

            1. On ne change pas une équipe qui gagne. A la fin la sécu ne s’occupera plus que de la phase terminale !

              La Sécu évoluera donc vers  » Soleil vert  » !!!

        2. C’est, à mon avis, plutôt une étape vers médecine étatique « type régime légal européen » pour les pathologies nécessitant des actes techniques (hospitalisation) avec impôts et CSG PROGRESSIVE: la ou ils voulaient aller au début ! (ils aiment bien le système canadien)
          Ils font le dos ronds en attendant que la situation deviennent irréversible à mon avis.
          Et ça va fonctionner malheureusement vu qu’ils sont tous d’accord ! Ils n’en ont rien à faire de la santé des autres, ce sont les miettes du gâteau qui les motive.

  6. L’association Liberté Sociale tiendra ….. le lien marche pas…

  7. Ce qui est affolant dans tous ca, c’est qu’on finance pour les non libéré des assurance privé Rsi et autre …

    Moi ça commence à me les briser menu leur cirque de se voiler la face de pas avouer leur échec.

    Bref ça changera pas tant qu’on finance tous ce beau monde à crédit …

    la date butoir arrive de ma décision de quitter tous ce beau « m » .

    Ça va mal finir cette histoire, je sent ça mal .

  8. Bravo Laurent. J’admire votre pugnacité et votre courage.

  9. Vous devriez retirer le témoignage de l’IREF, le calcul est complètement faux : la CSG est comptée deux fois dans le deuxième cas.

  10. le sujet est sur Le Figaro.fr depuis ce midi… grosso modo, vous êtes dans l’illégalité, et vous vous appuyez sur des textes de l’UE que vous interprétez abusivement… menaces au pénal etc.
    ça va être passionnant à suivre, cette affaire, mais c’est David contre Goliath.
    bonne chance !

    1. Oui d’ailleurs Laurent C. je sais bien que si on veut vous soutenir on peut acheter votre bouquin, mais pour vous donner une aide plus directe pour les frais d’avocat on peut faire quoi ? Y a-t-il un compte bancaire, une association ? Merci.

      Faut pas croire que c’est désinteressé ! Votre succès nous servira aussi et il faut absolument que la victoire soit par KO.

      1. Merci du soutien
        L asso Liberté Sociale est apte a recevoir les dons
        Il y a aussi une boutique de goodies

    2. C’est marrant, il est pas seul ❗

  11. Au risque de ne pas m’inscrire dans la chronique de votre combat ni d’adhérer à la cohorte de vos followers, permettez-moi de soulever une nuance à propos de la « SS (Sécurité Sociale) » que vous fustigez et avez quittée: celle de « Solidarité Sociale », autrement dit « (apprendre à) Penser à ceux que l’on ne connait pas ». Voilà, me semble-t-il, un combat réformateur bien plus noble à mener. Or, question: le combat se mène-t-il dans la fuite?

    1. « Voilà, me semble t’il… » . Vous le dites si bien : ce n’est que votre opinion, et jusqu’à preuve du contraire, Laurent C est libre de ne pas y souscrire, et de ne pas avoir envie de penser aux autres( même si ce n’est sans doute pas sa motivation).
      Et il faudrait encore démontrer que la SS est solidaire.

      1. De toute façon il y pense de toute façon vu que cette « solidarité sociale » se fait PAR l’impôt….Il a pas entendu parler de l’impôt progressif le monsieur , celui qui n’est pas proportionnel ! Ils disent que plus on gagne, plus on doit être « solidaire ». Et puis il y a une nouvelle solidarité: plein de taxe pour ceux qui peuvent payer et des chèques énergie, téléphone, mutuelle, réparation voiture et j’en passe pour ceux qui peuvent pas. il a même des acheteurs d’appartement qui paient plus pour que certains pauvres puissent acheter 30% moins cher leur appartement « social ». Si ce n’est pas de la solidarité (malheureusement imposée), c’est quoi alors ?

    2. Il se trouve que certains d’entre nous en on peut-être mare que se soit toujours les mêmes qui soient solidaires.

    3. LA SS ou plutôt les caisses de sécurité sociale qui sont fort nombreuses ce n’est pas la solidarité en fonction de la caisse ou vous devez soit disant obligatoirement cotiser vous ne subissez ni les mêmes prélèvements (extorsion de fonds) n’avez pas les mêmes droits (services).

      Le but de la SS ça n’a jamais été la solidarité puisque lors de sa création des professions bénéficiant d’un régime voulaient ardemment conserver leur caisse et ne voulaient pas d’un régime unique.
      La SS quand elle a été crée c’était de cotiser à une caisse et la création du régime dit général qui ne concernait que les salariés de l’industrie et du commerce et au fil du temps de nouveaux régime seront créés comme celui des étudiants ou des ministres du culte, … donc strictement rien à voir avec la solidarité.
      La SS depuis le début c’est juste de l’extorsion de fond qui avec le temps se transforme pour en arriver à ce à quoi nous assistons la mise en esclavage des actifs par les inactifs au nom de la solidarité c’est à dire vous devez payé nos retraites et nos frais de santé et qui aboutit à des pensions moindre et des remboursements toujours plus faibles.

      Au niveau de l’assurance santé la solidarité existe c’est la CMU.
      Il a fallu créer cette assurance car il y avait des citoyens (de futurs électeurs reconnaissant) qui n’avaient aucune assurance maladie car les droits auprès des caisses ne sont pas éternels et pas les moyens de s’en payer une car pour la plus part sans revenu autre que ceux de subsistance accordé par l’état.
      La CMU elle est financée par les impôts de tous et bénéficie à ceux qui sont normalement les plus démunis et ça c’est ce que l’on appelle la solidarité étatique.

      1. La solidarité forcée qu’est la SS a plus avoir avec la pornographie qu’avec l’amour de son prochain.

    4. « Solidarité Sociale » ? une assurance privée c’est aussi une forme de solidarité, trouvez-pas ? mutualisation des risques, toussa..

    5. Solidarité a évincé le 3ème mot de « liberté égalité fraternité  » c’ est une question à creuser , certainement !

    6. Aesculape la solidarité c’est l’impôt, pas les cotisations sociales.

      Dans le système actuel de SS seuls ceux qui cotisent peuvent bénéficier des prestations.
      Toutes les solidarités, même si elles sont pour des raisons pratiques gérées par la SS, sont refacturées à l’état en même temps que le coût de santé des fonctionnaires. Ca comprend donc les baisses de charge, l’AME, la CMU etc…

      C’est dans le rapport de la cour des comptes de validation des comptes de la SS.

    7. Esculape ,

      Pourquoi ne pas mettre en oeuvre le beau principe christiano libéral : Aide toi , le Ciel t’aidera ?????

  12. Vague médiatique? Mieux que çaI Ils en parlent même dans le Figaro!!

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/10/14/20002-20141014ARTFIG00198-ces-francais-qui-tentent-de-quitter-la-securite-sociale.php

    Même pas trop déséquilibré pour le coup… On parle du Figaro quand même hein 🙂

    1. le figaro,je l’aurais gratos demain,en faisant mes courses au marché,il sert d’emballage dans ma campagne.

    2. Enorme !

      J’adore… « beaux discours » dit-il comme un maître d’école.
      😉
      Ils sont cuits.

      On commence à avoir des stats, contradictoires… Les cafards n’aiment pas la lumière.

    3. Michel-michel-michel

      «Au 30 septembre 2014, nous avons recensé 472 demandes de désaffiliation sur les 2,8 millions d’actifs que compte notre organisme» et juste après, on apprend qu’ils ont créé un « observatoire » rien que pour ça. XD
      Cette bande de mafieux !! XD

      1. On a les chiffres de la police, pourrions-nous avoir ceux des syndicats?

        1. Michel-michel-michel

          C’est exactement ça.
          On se pose des questions sur les chiffres qu’ils nous avancent.
          Soit on considère que c’est un phénomène marginal, qui finalement relève plus de l’anecdotique, soit on considère que c’est quelque chose d’inquiétant, qui mérite d’être surveillé plus attentivement. C’est plutôt curieux de vouloir faire les deux… Et vu que je leur accorde très peu de confiance…

  13. Ah l’UMR … tout un poème. Qui commence avec le scandale du CREF (*), devenu COREM, repris par l’UMR.
    En fait c’est un Ponzi, c’était même inscrit dans les statuts du CREF (!), donc le résultat est couru d’avance depuis l’origine. L’UMR a hérité d’un poisson pourri, il leur faudra du temps et pas mal de réduction des pensions pour trouver un équilibre financier digne du régime par capitalisation qu’ils sont censés être.
    Ce qui console c’est de savoir que les escroqués sont de gentils militants socialistes, qui ont cru à ce système « solidaire ».

    Cela dit, c’est un système tout à fait ouvert au privé, les fonctionnaires n’ont pas l’exclusivité de cette m…. , si vous voulez y adhérer, Laurent C., ils seront contents de vous tondre 🙂 .

    (* oui, il y a bien un lien avec la MNEF, l’UNEF, et la MAIF, et le PS aussi évidemment. Les conséquences judiciaires sont toujours en « en cours » depuis 2002, sans que ça dérange les principaux responsables, qui seront sans doute morts avant d’être condamnés définitivement ; après tout c’était pour la bonne cause idéologique, n’est-ce pas … )

  14. Je pense qu’un beau tableau montrant la gestion clientéliste de l’assurance santé en France ferait son petit effet devant les micros et des contradicteurs de mauvaise foi.

  15. Bonjour, la conférence de presse de l’association prévu le 22 octobre est-elle ouverte au public ?

    1. Négatif. Journalistes uniquement. Cela sera filmé et rediffusé.

  16. Dans le cadre de ma nouvelle activité j’ai reçu du RSI un papier d’affiliation OBLIGATOIRE, que dois-je faire pour qu’il arrête de m’embêter avec ça ? je veux aller dans une assurance privée moi aussi

    1. Vous auriez du passer par la bonne chambre. Les trop perçus vous seront remboursés.
      En attendant, ils vont vous em….er avec des traites à payer, trop élevées. Pendant 2 à 3 ans 🙁

      Une solution : vous vous radiez, et recréer en suivant la bonne procédure. Lourdingue, mais c’est la France 🙁

      1. Il s’agit d’une nouvelle inscription au RSI et c’est la Chambre des Métiers qui leur a envoyé mes coordonnées car je démarre une entreprise. Je demandais s’il fallait renvoyer leur papier mais quoi que je fasse ils me demanderont des comptes plus tard. Autant suivre la procédure de désafiliation habituelle peut-être.

        1. LA CM doit leur avoir transmis votre prévision de CA ? C’est sur cette base que le RSI devrait se baser.
          Autant payer le plus juste possible.

  17. bonsoir ,

    pouvez vous detailler l’histoire du compte avec l’usufruit car cela m’interesse au plus haut point , merci

    1. tapez « nu propriétée compte bancaire » sur Internet. Vous devriez trouver .

  18. J’ai cotisé pendant 37,5 années à une caisse de retraite par capitalisation gérée par la Caisse des Dépôts et Consignations, fort heureusement d’ailleurs car aujourd’hui sans cette retraite complémentaire je serais dans la misère. J’étais agent non titulaire de l’Etat (CNRS) un peu mieux payé que les titulaires, inamovibles, et mes cotisations représentaient, de mémoire, environ 9 % de mon salaire brut. Ce choix était (je m’excuse du pléonasme) optionnel et nombreux sont ceux qui dans mon cas n’ont pas opté pour une retraite complémentaire et se retrouvent aujourd’hui quasiment avec un minimum social.
    La situation a probablement changé depuis mais je peux dire que deux de mes enfants sont employés de l’Etat (Education nationale pour l’un est assimilé pour l’autre) et ils cotisent tous deux à une caisse de retraite complémentaire également gérée par la CDC. Je pense qu’il existe de nombreux régimes de retraite complémentaire par capitalisation dans le secteur public car la situation est simple, il faut financer les régimes mis en place il y a 40 ans et plus sinon le système aurait déjà implosé depuis longtemps.

  19. Pas sûr que le citoyen soient prêts à payer les primes d’assurance à hauteur de ce que paient les Suisses. La grosse différence étant que les Suisses paient le coûts réels des soins plus une marge pour les assureurs alors que les Français dépensent à crédit, à charge des générations suivantes de payer leurs soins.

    1. « … à hauteur de ce que paient les Suisses. » : Les suisses disposant d’un salaire moyen ou d’un bas salaire ne paient pas la totalité de leur cotisation car une partie des primes est payée par les cantons ou la fédération. Cette aide représente 4.3 mds de CHF à l’échelle de la Suisse et en moyenne 50% du montant de la prime des sus dites personnes ce qui correspondrait à 33Mds d’euros à l’échelle de la France (en rapport des populations respectives).

      La grande différence en Suisse est que la cotisation est fixe, indépendante du salaire et que chaque personne assurée paie une cotisation même les enfants qui ne sont donc pas assurés par les CDA (Cotisations Des Autres).

      Mais c’est difficile de faire une vraie comparaison entre le coût moyen de la santé par personne en France et celui de la Suisse car dans les chiffres disponibles beaucoup de dépenses de santé ne concernent pas obligatoirement des résidents suisses assurés et d’autre part 50% des suisses n’ont pas d’autres assurances que l’assurance de base obligatoire (qui de mon avis est suffisante si l’on veut s’auto-assurer pour le reste) et la raison n’est peut-être pas financière dans le sens où l’on croit car les assurances complémentaires ne sont pas intéressantes et on peut supposer que certaines dépenses de santé (dents, optiques, confort, esthétique) sont inconnues des systèmes d’assurance si vous voyez ce que j’veux dire.

      Sur l’assurance de base il y a un système de franchise assez intéressant qui vous permet par exemple de diminuer votre cotisation de 150 à 200 CHF par mois pour un adulte en choississant une franchise annuelle de 2500 CHF. On voit tout de suite le coté intéressant pour celui qui souhaite que l’assurance ne s’occupe que des gros bobos.

      Les liens concernant ces éléments sont dans mon message au-dessus (1 h 12 ).

      1. Sur l’assurance de base il y a un système de franchise assez intéressant

        Oui, il faut prendre la franchise maximum jusqu’à l’âge de 70 ans.
        Et mettre de coté le montant de la franchise ❗

    2. Les Suisses ont aussi un salaire moyen du triple du salaire Français. Proportionnellement leur assurance maladie, même si elle est plus chère en montant que la notre, représente une part bien moindre.

      On a fait le choix d’élire des gens qui ont fait de notre pays un pays de pauvres.

  20. « en France ce pourcentage monte à 18% pour les travailleurs non-salariés et 22% pour les salariés »

    est ce que ce montant tient compte du cout des mutuelles devenues récemment obligatoires ?

  21. Article dans le parisien repris sur Europe 1 par Polony

    Dommage !!!

    1. Et ce matin chez les experts sur bfm business

  22. laurent,

    peut tu développer sur la protection des comptes bancaires? la nue propriété permet elle d’éviter les atd ou non ?
    on peut poursuivre cette discussion par voie de mail si tu estimes qu’elle n’a pas sa place sur le forum…

    philippe (pontoise et ESLP conférence)

    1. c’est exactement cela.
      Les infos sont facilement disponibles sur le net

  23. Bonjour Laurent, Bonjour à tous …
    Artisan du batiment, fervent lecteur de votre blog depuis le début, je viens de verser la dernière échéance RSI ( prévue à l’échéancier ) au 15 octobre : 5907 euros ! j’ai versé 10 fois cette somme cette année ! j’ignore encore comment mes salariés et moi sommes encore en activité à ce jour … trop c’est trop … trop d’impôt tue l’impôt ! c’est donc décidé, j’organise mes affaires afin de rejoindre votre mouvement dès que possible.
    Par chance, mon avocate avec qui je n’osais pas aborder ce sujet semble plutôt encline à m’encourager et est tout à fait prête à me soutenir … elle envisagerai d’ailleurs de rejoindre le combat depuis pas mal de temps !!! Bref, à la lecture de ces dernières pages, une question m’est venue : lorsque ce dossier explosera et que notre cher RSI se fera allumer par un juge, quid des prestations déjà perçues illégalement ? serait ce utopique d’envisager de traîner tous ces voleurs en justice et de demander le remboursement des sommes indues ? quelle jouissance !!!!!

    1. Certains ont effectivement déjà entamé des actions en justice pour réclamer les sommes payées. C’est très techniques et seulement valables pour certains cas de figure.
      Mais dejà ne plus les payer sera largement suffisant car faut pas rêver, ils ne rembourseront jamais car les caisses sont vides.

  24. C’est terminé pour moi, nous ne pouvons pas sortir de la Sécu, l’Urssaf se jette sur nos clients pour vérifié si nous sommes à jour de nos cotisations et si nous sommes pas à jour , c’est notre client qui doit payer …. suite à une loi sur le travail en sous traitance … C’est vraiment honteux donc nous avions presque actés pour l’ensemble de la société de sortir de la SS salarié et non salarié pour le début 2015 donc vous comprenez bien que je ne pourrais me tiré une balle dans chaque pied .

    Je suis forcement très déçus et plutôt effondré, une dernière chance serait de délocalisé la société mais convaincre toute les familles est impossible, bref. on va mourir à ptit feu sous le poid des charges dans les années à venir.

    Oh non du social, je vous annonce la mort de d’une société de plus.

    1. Vous pouvez monter une societe qui facturera vos clients et sera a jour de ses cotisations (avec kes salariés sous secu) et une autre structure qui logera les liberes qui facturera la societe commerciale.

      1. Oui j’ai bien pensé aux montages mais franchement je vous l’avoue on rajoute des couches de couches pfff, ça use

  25. J’ai de gros doutes sur ce témoignage :

    10/10/2014 : Témoignage d’un membre de commission paritaire à la Sécu et nouveau libéré

    « Hier matin j’étais de commission paritaire au siège d’une CPAM (caisse primaire d’assurance maladie), je suis chirurgien-dentiste et mon syndicat est « représentatif « . Bref, après cette belle réunion, et voyant que toute l’activité de ma profession ne représente que 4% des dépenses de la caisse alors que les indemnités journalières, et les transports et cures thermales représentent autant d’argent que tous les soins de toutes les professions médicales réunies, je suis rentré et finalement j’ai coupé les ponts avec l’URSSAF et ma belle caisse de retraite. 51 % des dentistes ont plus de 50 ans je vous laisse imaginer le carnage dans 10 ans pour payer les retraites. Je commence la lutte cette année finalement, vraiment écœuré par ce système. »

    J’ai lu comme beaucoup le rapport de la cour des comptes sur les dépenses de sécu et concernant les transports ils représentent en totalité 2% des dépenses de la sécu (sur ces 2% il y a les transports vitaux et d’urgence pour moitié), et les cures thermales coûtent moins de 300 millions d’euros (entre 0.1 et 0.2% des dépenses de la sécu). Je ne comprends donc pas cette attaque en règle contre des disciplines auxiliaires médicales qui dépensent bien moins que la profession de ce monsieur.

  26. Pour info, deux articles sur le sujet

    http://www.bfmtv.com/societe/ces-francais-qui-ne-veulent-plus-cotiser-a-la-securite-sociale-841675.html

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/10/14/20002-20141014ARTFIG00198-ces-francais-qui-tentent-de-quitter-la-securite-sociale.php

    RSI qui tente de traiter à l’amiable et de comprendre les motivations de ceux qui veulent partir.

    Je sais qu’ils ont toujours cherché le dialogue. MDR.

  27. Un article du Monde dit carrément que la procédure de quitter la sécu est illégale (Question 5).
    L’article est le suivant: http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/24/six-questions-sur-les-assures-qui-souhaitent-quitter-la-secu_4512031_3234.html

    Par contre, pas de source ni de texte de loi en référence…
    C’est un peu navrant venant d’un journal qui se veut être une référence.

    1. Il va y avoir de la castagne : pas d’autre solution pour sortir de cette solution A CHIER ❗

      Battez vous nom de Dieu ❗

  28. J’ai 14 ans, je suis fils de traiteur et mon père est obliger d’arrêter son activité a cause du rsi qui l’écrase sous le poids des cotisations. Bon courage à vous tous 😉

  29. Je me permets de vous demander où vous trouver l’information sur le fait que les Suisses ne sont taxés qu’à 8% de leur salaire pour financer la santé car les dépenses de santé en Suisse sont identiques à la France à 11.5% du PIB avec 60% qui vient du public?

  30. bonjour

    je suis le sujet depuis plusieurs jour et j’aimerais
    savoir si il est possible d éviter ursaff le rsi … lors de la création une société ?

    merci

    1. negatif. La déclaration de création de sociétés est automatiquement transmise à tous les organismes.

    2. Si tu peux pars en zone franche, il y en a quelque une en france et le gain est appréciable et les contraintes sont administrative, après tous dépend de ton activité et du nombre de salarié mais c’est possible.

      1. Entreprise de construction , je serais seul .
        Merci pour les renseignements .
        Hâte d acheter vos livre pour commencer la procédure .

  31. Petite précision, j’ai acheté le bouquin « je quitte la sécu ». Je suis dentiste et quand il y a 2 dents à extraire je ne fais pas revenir le patient une 2 eme fois pour extraire la seconde (comme suggéré dans le bouquin) meme si en la faisant dans la meme séance que la première, elle est tarifée 2 fois moins chère. En effet pourquoi faire revenir le patient et faire une anesthésie dans une autre séance( quelle perte de temps) pour un gain de 15 euros ( c’est 30 euros une extraction) ? On groupe les actes au contraire pour gagner du temps et perdre moins d’argent sur ces actes.
    En revanche le système de remboursement étant ce qu’il est ( plus on bousille les dents , plus on a de remboursements) il n’est pas rare que le patient choisisse des actes délabrants pour être mieux remboursé. Le paradoxe c’est que ca coute plus cher, mais que c’est mieux remboursé. C’est là la véritable perversité de ce système :
    Exemple inlay core -couronne avec une complémentaire à 300 % ( En fait 230 % car les mutuelles s’approprient les malheureux 70 % du remboursement sécu) il ne reste rien à charge pour un montant de 690 euros. Si on fait un onlay en céramique collé ( en préservant un maximum de dent ce qui est médicalement indiqué) sur 300 euros il reste 260 euros à charge cet acte passant en soins conservateurs ( à 100 % : 40 euros) et non pas à 300 % en prothèse ( Base 122,55 pour un inlaycore + 107,5 euros pour la couronne soit 690 euros à 300 %)
    C’est une honte ! La dentisterie moderne bien que moins chère n’est pas remboursée en France.

    1. Laurent c’est un thriller ton affaire ! Quel suspense ! -))))

  32. J’ai écouté avec gourmandise l’émission d’Eric Brunet sur RMC, dans laquelle Laurent est intervenu … et je conseille au plus grand nombre de faire de même … outre le fait de pouvoir mettre une voix sur des mots ( à défaut d’un visage ! ) je vous ai trouvé particulièrement bon cher Laurent ! l’intervention de ce député qui nous parle des complémentaires santé m’a parue complètement hallucinante !!! mais de quoi parle t-on ? qui est ce type qui, ne l’oublions pas, a été élu ? et l’autre intervenant, administrateur d’un centre du RSI !! encore meilleur que l’autre ! la sécu c’est fantastique etc … c’est tout juste si il ne lui voue pas un culte !! le monsieur doit avoir un hotel, sur lequel il dépose des offrandes au dieu « sécu » pour avoir « sauvé » sa femme !!! vraiment, prenez le temps d’écouter !!!!

    PS : le 20 novembre, à 19 heure, au sein de la Fédération Française du Bâtiment, Rue Jeanin à Dijon, il y aura une conférence, avec l’intervention d’un libéré ( dont j’ignore encore le nom …) dont le sujet s’intitule : Quitter le RSI, pourquoi et comment . Côte d’oriens, venez nombreux !!!

  33. bonjour a tous. une greve generale les prelevements de toutes sortes pour revendiquer une baisse générales d impôts et charges d e 20% serait la bienvenue .bonne journée

Les commentaires sont fermés.