Nous défendre face aux barbares : une réponse au djihadisme

Publié Par Philippe Bouchat, le dans Religion, Sujets de société

Par Philippe Bouchat

Hamas (Crédits : Zoriah, licence creative commons)

Crédits : Zoriah, licence creative commons

J’ai beaucoup hésité à écrire les lignes qui suivent, car je ne peux exclure que la forme de mon propos entrave le fond de ma pensée et que l’on se méprenne ainsi sur mes intentions.

D’emblée, je tiens à le préciser avec fermeté : rien de ce qui suit n’est dirigé contre l’islam, qui n’a rien à voir avec ce que les barbares islamistes en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde font en son nom. Cette précision étant faite, j’en viens à développer mon propos.

Les trois caractéristiques fondamentales de l’Occident

S’il est difficile de dater le début de l’histoire occidentale, en revanche plusieurs traits de caractère permettent d’en dessiner les contours.

Tout d’abord, l’Occident est la civilisation qui a vu émerger la raison. Depuis que nos ancêtres de l’Antiquité, dans le monde grec, ont décidé de ne plus se satisfaire des explications mythologiques pour comprendre le monde qui les entourait, la Raison a mené une lutte acharnée contre tous les obscurantismes. L’Église catholique – qui a souvent eu maille à partir avec la Raison par le passé – reconnaît maintenant officiellement que la Foi ne peut porter atteinte à la Raison et que cette dernière est une porte d’accès à la première (voir en ce sens l’encyclique « Fides et Ratio » de Jean-Paul II). La Raison a également permis à la philosophie de voir le jour ; elle a contribué – et contribue toujours – à la progression quotidienne de la science. Qu’on le veuille ou non, si l’Occident demeure la première civilisation de ce monde, elle le doit en grande partie à l’émergence de la Raison dans sa sphère d’influence.

Ensuite, il y a le christianisme. Que nos sociétés soient complètement – et heureusement – sécularisées n’enlève absolument rien au fait que la rencontre du christianisme avec le monde gréco-romain a complètement bouleversé le sens de l’Histoire. Même s’il est de bon ton, en France et en Belgique, de critiquer le fait religieux en général et le christianisme en particulier, c’est oublier que la majeure partie de la population occidentale est de confession chrétienne et que sa pratique est encore vivace dans de nombreux pays. Et même chez nous, personne ne peut sérieusement nier que nos populations sont majoritairement de culture chrétienne (voir les jours fériés calqués sur les fêtes chrétiennes, les fêtes de Noël et de la Saint-Nicolas célébrées même par les non croyants, etc.).

Enfin – et sans prétendre à l’exhaustivité – il y a le droit qui résulte à la fois de la raison et du christianisme. Le droit est l’invention propre à l’Occident qui permet de prévenir et régler pacifiquement les différends existants dans la société. C’est d’ailleurs en partie pour cela que les discours axés sur les droits de l’homme n’ont aucune résonance auprès, par exemple, des autorités et de la majeure partie de la population chinoise : le droit n’est pas un instrument oriental de règlement des différends ; pour cela, il y a tout un système de relations fondées sur les anciens (le ‘ren’) et le respect de l’autorité.

Raison, christianisme, droit : telles sont pour moi les caractéristiques fondamentales de l’Occident, censées protéger notre bien suprême : notre liberté. L’Occident est en effet la civilisation de la liberté. Or, que constate-on aujourd’hui en Occident ?

Les principes et valeurs de liberté bafoués

Thomas d'Aquin

Thomas d’Aquin

La raison est menacée par les fous de Dieu et les intégristes de tous bords, mais aussi par la médiocratie dans laquelle la « culture » de masse et le refus systématique de l’excellence nous ont plongés.

Le sens du Dieu chrétien n’est plus enseigné et toutes les valeurs prônées par lui – comme le respect de la Vérité et de la Vie – sont attaquées en règle par les tenants du relativisme et les libertins les plus obtus qui confondent allègrement liberté et licence. La laïcité – indispensable au bien-vivre ensemble – est souvent pervertie en un anticléricalisme aussi stupide qu’inutile.

La norme juridique, à force d’être si abondante et si complexe, a perdu de son autorité naturelle ; les comportements déviants sont de plus en plus nombreux et nos sociétés sont de plus en plus violentes tournant ainsi le dos à ce qui fut une avancée majeure à l’histoire de l’humanité.

Quant à la situation de la liberté, il suffit de lire les nombreux et excellents articles publiés par Contrepoints et dans tous les forums libéraux pour se convaincre à quel point elle est malmenée, méprisée et combattue.

Nous sommes ainsi arrivés dans une situation où les Occidentaux aiment se tirer plusieurs balles dans le pied et se cracher eux-mêmes à la figure. En effet, se rend-on compte que chaque fois qu’on attaque la raison, le christianisme, le droit ou la liberté, c’est notre identité même que l’on renie ?

Le dénigrement de soi

Alain Finkielkraut a superbement analysé cela dans son ouvrage de référence L’identité malheureuse : à force de vouloir s’excuser des atrocités que nous avons pu commettre par le passé, à force de vouloir préférer l’étranger à soi-même, à force de se vouloir ouverts sans la moindre réciprocité, on en est arrivé à une situation où l’on ne sait plus qui on est et où le réflexe identitaire ne sait plus s’exprimer que par la violence et la haine de l’autre.

La relation avec l’islam est symptomatique de cette situation de dénigrement de soi. Les communautaristes les plus doctrinaires – qui ont l’oreille d’une grande partie des mouvements de gauche – ont permis, voire suscité que des « accommodements dits raisonnables »1 soient tolérés, comme les repas halal dans les cantines scolaires, l’absence de jeunes musulmanes aux cours de natation, le refus de se faire soigner par des médecins féminins, etc. Cette tolérance a débouché sur des dérives comme les prières de rue, la demande d’interdiction de porc dans les cantines, l’endoctrinement et la radicalisation de certains jeunes, pour ne citer que ces quelques exemples.

En réaction, la haine de l’autre – du musulman en particulier – et la parole raciste se sont libérées et banalisées.

C’est ce rejet de ce qui nous fonde, de ce qui nous identifie qui explique grandement le succès croissant du Front national, parti que je tiens pour républicain, même si ses propositions sont à l’opposé des valeurs dans lesquelles je crois.

Nous bafouons nous-mêmes nos valeurs ; comment ne pas s’étonner dès lors que nos ennemis ne les bafouent pas également ?

Nous avons ouvert la voie aux djihadistes en ne défendant pas notre patrimoine et notre civilisation ; il n’est ainsi pas anodin que nos pays sont devenus des bases arrière de l’islamisme radical et que des centaines (des milliers ?) de jeunes nationaux partent de chez nous pour mener la guerre aux « infidèles » qui les ont pourtant accueillis et nourris.

Revenir aux sources de la civilisation occidentale

La seule solution pour sauver notre bien précieux qu’est la liberté et de ne pas sombrer dans le délire raciste et haineux est d’en revenir aux sources de notre civilisation.

Concrètement, nous devons revaloriser la raison et l’esprit critique ; nous devons redonner au droit ses lettres de noblesse en arrêtant de légiférer pour tout et n’importe quoi.

Et enfin, nous devons retrouver le sens de notre civilisation chrétienne. Attention, je n’entends nullement faire du prosélytisme – ce qui est à la fois contraire au libéralisme et christianisme bien compris –, mais plutôt rappeler que le christianisme, même si nous n’avons pas la foi, est ce qui forge notre culture.

Et pour ce faire, défendre les chrétiens d’Orient serait non seulement faire œuvre humanitaire, faire reculer la barbarie, mais aussi renouer avec notre tradition historique. Il faut retrouver le sens de la croisade, au sens de protection des chrétiens où qu’ils se trouvent – le Vatican a d’ailleurs ouvert la voie en ce sens, en déclarant licite d’utiliser les armes dans ce cas. Mais sans se tromper de cible : l’ennemi n’est pas l’islam, mais les djihadistes qui sèment la terreur en son nom.

Ce n’est qu’en s’affirmant positivement comme espace de raison, de Foi, de droit et de liberté qu’on pourra s’ouvrir sereinement à l’autre et faire reculer le racisme et le djihad ici et là-bas.


Avertissement de modération : Les commentaires à caractère xénophobe, raciste ou antisémite ne sont pas tolérés sur Contrepoints et déclencheront des bannissements.

  1. En provenance du Canada, les « accommodements raisonnables » consistent à créer des exceptions à l’assujettissement au droit d’un pays et ce en faveur des communautés minoritaires. Ainsi, là où le principe d’égalité permet des traitements différenciés de situations différentes au sein du même ordre juridique, les accommodements raisonnables créent, dans leur version la plus dure, des ordres juridiques distincts au sein d’une même collectivité politique. C’est à cette situation de destruction de la cohésion sociale que les communautaristes, consciemment ou inconsciemment, tendent.
  1. Merci pour cet article . Il souligne que le problème vient de nous mêmes : nous avons oublié qui nous sommes , d ou nous venons , et parfois même nous haïssons nos propres valeurs . Il est à noter que notre système éducatif est grandement responsable de ce constat . Ses deux mamelles : constructivisme et relativisme ont fait des dégâts considérables .

    1. Je souscris entièrement à vos propos, Pale rider ! belle journée, phb

      1. idem pour moi . Enfin un article qui dit tout haut ce que je pense depuis trés longtemps

  2. Bien qu’accusant les européens ( surtout la France ) d’être laxiste , je ne comprend pas l’objectif , la conclusion . Qu’elle est la solution proposé ? J’ai voyager au Maghreb , ils ont une très mauvaise opinion des musulmans français , ils sont beaucoup moins catégorique , radical et agressif à propos de leur religion . Ils se moquent de nous , de notre manière de « nourrir ceux qui n’ont pas réussit dans leur propre pays  » .
    Ça serai donc un problème français ? Ou peut être comme me le suggérait un ministre algérien , simplement parce que l’émigration en France n’attire que la lie des sociétés Nord-africaine ?
    La solution se trouve t-elle vraiment dans une « croisade » ? Par le passé l’état imposa la paix aux protestants et aux catholiques , aujourd’hui il aide les musulmans a pénaliser les chrétiens , le disfonctionnement prend peut être sa source ici ? Aller abattre des irakiens ne serait donc pas la solution , peut être devrions nous en finir avec le chantage au racisme , qui conduit les spécialistes de la loi à conseiller à leurs clients de ne pas porter plaintes contre  » les minorités  » de tout bord .
    Peut être aussi qu’il est facile , une fois financé par des aides sociales considérables ( vive l’assistanat ) de se lancer sur les traces très « culturé » de booba et d’aller jouer les gangsters de bacs à sable , en expliquant aux policiers que  » la chatte à ta grand-mère  » .

    1. Vous vous êtes trompé.
      Booba ne dit pas « grand-mère. » Il dit : « La-la-la-la, chatte à ta mamie. »

  3. En quoi un djihadiste français parti faire la guerre au proche-orient est-il différent des français partis faire la guerre en Espagne en 1937 ? la seule différence est le mot djihad, mais tout ça n’a rien à voir avec la religion ou l’islam.
    Pour rappel, il y a seulement deux ans, on parlait de troupes françaises pour aider la rébellion syrienne. Qui parlait de djihad ?
    Parler de djihad est juste une façon de jeter l’opprobre sur ceux qui partent et c’est juste malhonnête. Il est judicieux de ne pas tomber dans ce piège grossier.

    1. Non, pas d’accord avec votre commentaire Yes (pour lequel je vous remercie néanmoins). Ceux qui partent aujourd’hui de chez nous pour mener le djihad ont la haine de notre civilisation de Liberté, alors que ceux qui partaient en Espagne en 37 le faisaient pour des motifs politiques, mais pas « civilisationnels ». belle journée, phb

    2. Je sais , mais on est bien content que Poutine fasse le boulot à notre place pour éviter que les hordes d’Asie centrale affluent encore par milliers comme à la grande époque de Gengis Khan. Je vous rappelle au passage, quand même, que Hongrie trouve son origine du mot Huns, et que le nom du massif des Maures en France date de l’occupation barbaresque qui prenait 50.000 personnes (hommes, femmes et esclaves) par an sur le pourtour méditéranéen de la seule France sur 50 kilomètres de profondeur. Cette guerre des Barbaresques a duré 3 siècles et s’est terminé par le camouflet du Bey d’Alger en avril 1827 et l’invasion par la France puis la colonisation de l’Afrique du Nord. La colonisation française n’avait donc comme justification que ces « trois siècles d’attaques incessantes sur le territoire français », menées depuis Alger et Tunis pour mettre en esclavage la population française prise lors de ces razzias à feu et à sang… « Nous sommes les victimes de la France coloniale »

      Regardez aussi ce que veut dire « marocchinate » en italien et révisez l’histoire de « La paysanne aux pieds nus ».

      Par ailleurs, la seule traite d’esclaves encore existante officiellement à notre époque (elle ne s’est jamais arrêtée depuis mille ans ; 17 millions de noirs exfiltrés d’Afrique et castrés, ce pourquoi il n’y a pas de trace de descendance) ont été transférés du sol Africain vers la péninsule arabo-persique… Les chantiers actuels de Doha… Croyez-vous par ailleurs que l’esprit profond d’une religion change par l’extra-territorialisation ? L’émigration et la diaspora amplifient et renforcent au contraire les critères d’appartenance, de références religieuses ou sociales au socle mental/identitaire originel.

      1. Merci fraserve pour ces lignes qui touchent mon coeur de Provençal – d’après les archives du petit village d’où ma famille vient, au moins depuis 1550…

        Lyautey débarquant chez les barbaresques les a d’ailleurs trouvés bien typés européens…

        Alors pour la repentance vous repasserez…

        Monsieur l’auteur je n’accepte pas cette formule non plus, « des atrocités que nous avons pu commettre par le passé », NOUS ??? Parlez pour vous peut être, mes seules victimes ici bas sont les moustiques – et je suis sans pitié !!! – et ce que les autres hommes ont pu faire comme crimes c’est de leurs responsabilités et à eux seuls… Votre formulation est déja un déni du rejet de cette auto-culpabilisation que vous prônez…

        Et il y en a assez du chantage affectif de ces victimaires éternels…

        A lire, « captifs en barbarie » de Giles Milton, curieusement difficile à se procurer… Vous y découvrirez Moulay Ismail, un homme charmant mais je vous laisse la surprise…

        Quant à l’Islam, il compte un pays formidable

        1. L’Indonésie !!!

        2. S’il n’y a pas de « nous » alors il n’y a pas vraiment de « eux ». Moi je suis assez d’accord pour éliminer ce genre d’approche.
          La culture ne se défend pas, elle se construit, elle s’alimente. La civilisation c’est encore autre chose. Et en l’occurrence les djihadistes, terrorristes et autres proposent une violence physique et matérielle ou s’attaquent à des organisations de gestion du matériel. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de prendre en compte leurs justifications religieuses délirantes et qu’il est possible de défendre le matériel sans délirer de son côté avec les mêmes accents.

          1. Tout à fait d’accord, ni « eux » ni « nous », à la condition que tous renoncent à ce genre de dialectique… Les individus ce sont ceux qui enrichissent le monde, qu’ils s’appellent Eluard, Appolinaire, Céline, Dumas, Beethoven, etc… Rajoutez qui vous voudrez je ne suis pas une encyclopédie, et puis chacun sa faim et sa nourriture pourvu que tout le monde mange…

  4. Ah la raison qui vient au christianisme après 20 siècles d’obscurantisme, c’est beau…
    Les deux guerres mondiales qui ont vu périr plus de 60 millions de personnes en Europe n’étaient-elles pas organisées et menées par des chrétiens bon ton ?
    Nulle barbarie chez les Allemands tous baptisés et élevés selon les principes chrétiens durant le siècle dernier ? Pas barbare les bombardements de Dresde, Hiroshima ou Nagasaki ?
    Malgré la mise au point de départ, le propos ici, c’est finalement : ma religion est mieux que la tienne.

    Faut juste essayer pas de religion du tout…

    1. Le passage de la civilisation grecque à la renaissance s’est fait sans l’aide des musulmans. D’ailleurs Sylvestre II a fait ses études à Athènes avant de devenir un grand humaniste et un grand mathématicien. Et même pas un merci pour avoir arrêter les Mongols qui allaient massacrer toute l’Europe comme l’avait fait Attila. Apparemment les petits fils de Gengis Khan étaientt plus déterminés que Attila, heureusement que les musulmans, qui n’ont aucune attribution dans la CIVILISATION OCCIDENTALE, se trouvaient sur le chemin …

      1. En réponse à l’article et non à votre commentaire abitbol

        1. Je pourrais vous en parler des heures. Je crois que toutes les civilisations s’éteignent seulement par arrogance. L’occident n’en est pas loin, la moitié du chemin est déjà faite, renier ses origines, il ne manque plus qu’à déshumaniser les non occidentaux et hop ce sera finis …

      2. C’était l’argumentation première des musulmans prétendant que l’Europe moderne ne devait son éclosion, sa croissance, sa Renaissance, sa richesse et son apogée qu’à la civilisation grecque transmise par la voie unique de l’occupation musulmane hispano-française venant de la Méditéranée essentiellement par le Détroit de Gibraltar via le Califat de Cordoue.

        Alain Besançon a mis définitivement un terme à cette thèse en montrant, preuves à l’appui, que la civilisation grecque avait émigré vers l’Europe par le Danube et l’Adriatique, via Venise et les grandes capitales du mittle europa, par strates successives de 25 à 50 kilomètres. Nuance. Qu’ensuite, il aurait été difficile de transporter des milliers de textes ou de manuscrits anciens à dos de chameaux, par des populations essentiellement nomades et guerrières dont la culture n’était pas le principal objectif.

        Enfin, il est facile de voir que la culture ne fait pas tache d’huile par la guerre, que la politique ontologique des razzias et des incendies ne prédispose pas naturellement à une conservation des archives ou des bibliothèques.

        1. N’oubliez pas le repli stratégique face aux turcs de l’Empire d’Orient – Bizance qui a tenu bon au moins jusqu’au XIIeme siècle !!!

      3. Hamid, vous feriez mieux de nous parler du Levant pré-islamique, Sumer, Babylone, Damas, l’Egypte… Là je suis fasciné…

    2. « Faut juste essayer pas de religion du tout… »

      le communisme et le nazisme ont déjà essayé avec les résultats que l’on sait…

      1. Faut juste essayer pas de religion du tout…

        « le communisme et le nazisme ont déjà essayé avec les résultats que l’on sait… »

        J’ai dit pas de religion du tout et vous m’en balancer deux…

        1. Pas de religion du tout,ce sera toujours au profit d’une idéologie qui aura tous les aspects d’une religion, et surtout tout ce que vous croyez devoir reprocher au fait réellement religieux,y compris tout ce que vous pouvez y voir de plus négatif à votre avis.
          Vous aurez le nazisme,le bolchevisme et l’islam !

          1. « Pas de religion du tout,ce sera toujours au profit d’une idéologie qui aura tous les aspects d’une religion, »

            A quelle époque sans religion vous référez-vous ?

    3. Vingt siècles d’obscurantisme ?
      D’après quelles lumières en jugez-vous ?

      1. Celle qui nous éclaire en ce moment.

        1. z’êtes pas dificile !

    4. non abitbol; ce n’est pas l’islam qui est le problème (d’où ma précaution oratoire en début d’article), ni la religion chrétienne qui serait « meilleure ». Je dis simplement que les djihadistes sont en guerre contre notre civilisation et que nous les avons aidés en dénigrant nous-mêmes les fondements de notre civilisation, dont le christianisme. belle journée, phb

  5. Les wahhabites n’auraient jamais pu avoir accès au pouvoir sans l’aide des anglais et d’expansion sans l’aide des américains. Les frères musulmans sont une défense face aux valeurs occidentales s’imposant de façon brutale aux musulmans suite à la colonisation. Sinon, aujourd’hui seule l’autocritique pourrait sauver les musulmans de ces désastres idéolohiques

  6. les coupables sont nos gouvernements successifs

  7. L’article prône un retour aux valeurs traditionnelles, mais nous dit que le racisme c’est mal. Mouais… C’est un peu facile comme discours : « Suffit de prendre ce qui nous arrange (Tradition), et de jeter ce qui nous déplaît (Racisme) !  » À mon avis un retour à la tradition conduit tôt ou tard à un refus, nuancé ou catégorique, du métissage et de l’homosexualité. On peut pas zapper ça juste en disant que le racisme c’est mal. Du coup, plutôt que d’être pro-Tradition ou pro-Modernité, il me semble plus efficace de se contenter d’être pro-esprit critique.

  8. L’occident a toujours été sado-masochiste depuis Athènes et Rome. Et de toute évidence l’orient corseté par ses dogmes et ses lois primitives a toujours eu un temps d’avance en s’en prenant directement à la décadence de ces sociétés, en proposant un contre-modèle rigoureux, peu libéral voire totalitaire, donc plus stable dans le temps car intégré dans les mœurs et accepté par la majorité (de gré ou de force) dans un but de pérennité sociale et politique, mais aussi synonyme d’invariance et de stagnation. Là est l’origine quasi certaine de la frustration profonde de l’Islam (pas que radical) par rapport à nos sociétés occidentales, libérées, décadentes mais aussi orientées inexorablement vers le progrès.

    Je rappelle au passage qu’Hitler lui-même adorait l’Islam pour faire opposition à la « société décadente capitaliste ». Que le conflit Hamas/Israël actuel n’a pas d’autres fondamentaux philosophiques.

    1. « par la médiocratie dans laquelle la culture de masse et le refus systématique de l’excellence nous a nous a plongés »

      Vous oubliez au passage le relativisme philosophique, politique, économique et artistique qui nous promeut à longueur d’années sur les médias dominants un « tout se vaut » catastrophique. Pour l’éducation et la pérennité de nos sociétés, pour la recherche de l’excellence, de l’effort et de la volonté de dépassement de soi, de toute évidence, c’est une catastrophe. Ce faisant, on saborde ni plus ni moins les fondations de nos sociétés. D’où ma précision précédente sur le sadomasochisme ontologique des sociétés occidentales, qui ouvrent non seulement leurs portes, mais aussi, excusez-moi cette trivialité, leurs cuisses et leurs séants !

      Relativisme qui non seulement conditionne cette médiocrité culturelle de masse, médiatique et dominante, mais aussi ouvre la voie grande ouverte à l’indigence de la pensée exogène laissant à croire à la masse que cette exposition protégée d’une mentalité exogène affirmée et panthéonisée par les médias et leurs idiots utiles (peu différents d’ailleurs que ceux lors de la dernière invasion culturelle communiste de masse, s’étant fourvoyés/fossoyés dans une première erreur philosophique, ils trouvent un deuxième radeau de la méduse pour leur sauvegarde mentale ; las les naufrages succèdent aux naufrages pour les mauvais marins) serait une source de progrès pour notre civilisation occidentale alors que c’est l’inverse qui se produit et se propage dans les faits et les mœurs.

      1. tout-à-fait d’accord avec vous fraserve ! rien à ajouter, belle journée, phb

      2. Je vous rejoint sur le relativisme ambiant !

        1. C’est le chacun-chez-soi qui est un relativisme, c’est de dire « je préfère encore ma civilisation » (comme un certain ministre), comme si c’était de l’ordre du goût.

          La rupture civilisationnelle que nous vivons est bien plus interne qu’exogène. Elle s’explique par une recomposition des structures familiales, une multiplication urbaine des interdépendances, une réorganisation de la consommation en flux, une mise concurrence des hiérarchies et appartenances individuelles, l’émergence d’une morale utilitariste, une versatilité professionnelle… etc. et c’est vrai une mobilité géographique, qu’il faut mettre dans un contexte général.
          Les systèmes de représentation unique et centralisée, comme l’islam ou le catholicisme, mais aussi l’état-nation, perdent de leur légitimité, dans les faits, la vie concrète.

  9. Juste un détail, mais dire que la Chine n’a pas la tradition du droit alors que c’est le pays qui a inventé le légisme, c’est assez fort. Pour rappel cette doctrine était entre autres celle du premier empereur, autour de 220 avant JC…

  10. « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets (barbarisme jihadiste) de ce dont ils chérissent les causes (islam) ».
    Car c’est bien là que vous êtes coupable: refuser obstinément de voir ce qu’est l’islam et le magnifier alors qu’il démontre, de ses textes aux actions de ses fidèles, qu’il est une abomination.
    Je rappelle que selon les lois européennes cette idéologie est de fait interdite pour discrimination selon le sexe, l’orientation sexuelle et/ou religieuse, ainsi que pour appels au meurtre, au complot contre la démocratie et la libre expression.

    P.S.: Je n’ai pas lu plus loin que l’introduction tellement politiquement correcte qu’elle ruine la crédibilité de ce site.

    1. Vous avez raison de dire et d’affirmer par exemple que l’apostasie en Islam est toujours à notre époque punie de peine de mort. Il n’y a pas eu de réforme à ce sujet. Jamais ! « La religion de l’amour » ? J’ai été plus loin que votre P.S. et son assertion politiquement correcte évidente, mais il fallait aller plus loin pour approfondir, car ce texte permet des mises au point que nous sommes en train d’effectuer grâce à Philippe Bouchat.

      Depuis quand en Europe, de fait, une religion, une pratique ou une croyance, est acceptée, alors qu’elle véhicule de toute évidence un discours, non seulement de meurtre, mais aussi de discrimination sociale, raciale et sexuelle. En droit islamique, pas plus loin qu’en UK, qui a accepté l’existence des tribunaux islamiques sur son sol pour son plus grand malheur, le témoignage d’un homme vaut toujours, aujourd’hui même en cet instant même, celui de deux femmes…

      1. Le ver est dans le fruit. L’Islam n’a jamais avancé autrement, brique par brique. L’objectif est la conquête mondiale ; « Le drapeau vert sur le toit de la maison Blanche » avait théorisé qui vous savez. Avez-vous oublié le « Nous ne conquérerons pas l’Europe par les armes mais par le ventre de nos femmes » d’Ari Boumédienne.

        Vous comparez les tribunaux islamiques aux tribunaux rabbiniques. Excusez-moi d’être un peu plus lucide que vous : 1,5 milliard d’individus sont musulmans et parmi eux 200 millions sont extrémistes. 30 millions de Juifs sur la terre, 10 millions de pratiquants, moins de 500.000 extrémistes.

        1. Erreur. Cela fait 100 ans que la France s’est ouverte à l’immigration, uniquement 100 ans. Avant la France avait un peuple homogène mais régionalisé, par la langue et la religion, malgré l’empire et les colonies. Je ne vous ferais pas l’injure de vous montrer que la première phase est une phase d’immigration chrétienne de peuples européens vers la France (espagnols, portugais, polonais, italiens…). Vous-même n’êtes-vous pas de source immigrée issue des russes blancs après 1917, mais chrétienne-orthodoxe dont j’adore le temple dans le XVIIè à Paris ayant assisté à des offices religieux ?

          La deuxième phase qui commence après la deuxième guerre mondiale s’accentue surtout à la fin de la colonisation française sous De Gaulle, aux alentours des années 1960. Donc 50 ans aujourd’hui en moyenne, pas 100. S’il y avait des musulmans en France au début du XXè siècle, c’est probable et certain, Mais ultra minoritaires de chez minoritaires ! Quelques milliers ou dizaines de milliers par plus. Pas de quoi fouetter un chat. D’ailleurs beaucoup d’intellectuels français de l’époque étaient attirés par l’Islam, non pas à cause de la domination intellectuelle ou des propositions philosophiques, mais par son facteur d’exotisme (De Monfreid, etc…). Aujourd’hui, les musulmans sont plusieurs millions en France et beaucoup en Europe, uniquement pour des raison économiques. Ils sont une force de basculement idéologique notable, ils ne se privent d’ailleurs pas d’affirmer cette montée en puissance.

          Les perspectives démographiques permettent aussi d’envisager sérieusement un basculement ou un remplacement de population corrélé à ce changement de surface d’influence en Europe (cher à Renaud Camus et à Alain Finkielkraut, je ne sais pas, ce n’est pas ma thèse ou ma tasse de thé mais leur poste de veille méritent d’être écoutés) au cours du XXIè siècle.

          Après, l’Islam réclamera-t-il la soumission ultérieure par une fatwa à ces jeunes « français » et « européens » peut-être intégrés en se noyant dans la société européenne, comme les espions russes assimilés dans leur jeunesse dans les sociétés occidentales et réactivés le jour venu ? Sera-ce un nouveau Cheval de Troie qui mettront à bas notre époque et nos sociétés ? Je ne sais pas. Mais vigilance s’impose. Il y a de fâcheux précédents historiques, pas plus loin qu’en Égypte et en Irak avec les coptes actuels. Seriez-vous aveuglée où défendriez-vous les immigrés parce que votre souche familiale en serait une en France, terre d’asile je vous le rappelle ?

          L’Islam par ailleurs n’a jamais toléré sur son sol d’autres religions que la sienne, sauf les ultra minoritaires, les dhimmis, les religions des esclaves. Les prières de rue dans le XVIIIè où j’ai habité à 200 mètres de la rue Myrha (https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=rue+myrha) pendant 5 années me l’ont confirmé. Il y a des terres et des rues qui n’appartiennent plus aux chrétiens, même en France, où vous en tant que blanche+chrétienne d’apparence n’avez plus le droit de marcher certains jours.

          C’est mieux de le savoir pour préparer l’avenir.
          Ce n’est qu’un début.
          C’est pareil à Bruxelles.
          Ce n’est pas lié à la France.
          Mais à l’Islam.

          Avez-vous jamais entendu le terme « Islamisation rampante » ?

          1. bravo @fraserv

            100% d’accord avec vous.

          2. Cette discussion est intéressante et de plus en plus vitale. Dommage que les médias dominants soient si occulté par la bien-pensance.

        2. « Cela fait exactement 100 ans que des musulmans vivent en France. Par dizaines de millions. »
          des dizaines de millions !
          on nous aurait menti !
          🙂

      2. Pas tout à fait d’accord avec vous sur les tribunaux islamiques comme épouvantail.
        La loi doit être la même pour tous sinon ça n’a plus de sens. Et permettre à certains de déroger au droit commun au nom de leur religion ou de quoique ce soit d’autre c’est déjà une brèche.
        Un principe simple me paraît devoir être rappelé : le droit passe avant la religion.

        En revanche, j’avoue ma méconnaissance des tribunaux rabbiniques en France. De quoi s’occupent-ils ?

      3. Une nation ne saurait accepter sur son territoire une autre loi que la sienne. Alors pour des tribunaux javanais, patagons etc…, à condition que leurs attendus et leurs conclusions soient au lois du pays !

        2 sauf que l’islam n’ a pas sa place en France ! Il n’ y a aucune raison !

        1. soient conformes

        2. Ce que vous dites est a la fois vrai et faux. Il n’y a pas un islam en France mais plusieurs interpretations de cette religion. Deux courants principaux, le plus ancien representatif des musulmans d’origine nord africaine, depuis l’autorite de la Grande Mosquee de Paris, qui n’a jamais beaucoup fait parler d’elle et qui je pense, au moins au debut, favorisait meme une certaine integration, et de l’autre cote un courant introduit plus recemment en France et pour des raisons stricitement ideologiques, a partir du milieu des annees 80, en provenance du proche orient, principalement d’Egypte avec les freres musulmans, et d’Arabie Saoudite avec le mouvement Wahhabite, et qui ont participes grandement a une destabilisation de l’Islam en France et du status quo qui existait precedemment. A ce sujet, je n’ai guere de temps pour rentrer dans les detais aujourd’hui (comme je ne travaille pas pour le gouvernement de sa majeste Holland 1er et qu’il faut que je retourne bosser), mais si vous desirez vraiment vous informer serieusement quant a la situation, il n’y a pas de meilleur reference/etude que celle-ci. Elle a le merite d’etre detaillee et de provenir d’un retour d’informations rarement disponibles aux Francais, hors du cercle d’etat, qui est le compte rendu de l’enquete effectuee par les renseignements generaux quand a la question des signes religieux et, plus generalement, et d’une maniere extremement detaillee et equilibree, sans amalgame aucun, la question de l’islam en France :

          http://www.voltairenet.org/article11988.html

          1. Interessant ! La situation a du évoluer depuis.

        3. Et votre chambre à coucher, est-elle un concept juridique ?

    2. Seul commentaire que je lis que je trouve cohérent !

      MERCI

  11. D’autres beaucoup plus extrémistes que vous vont dans le même sens en proposant le sigle 732 sur leurs tee-shirts.

    1. Concernant la liberté d’expression et d’opinion sur ces sujets, vous avez raison, Philippe Bouchat, de dire qu’elle n’existe plus que sur Contrepoints et les forums libéraux. Par peur de la menace et des attentats, les forums du Figaro et du Point censurent désormais systématiquement mes commentaires destinés à l’Islam ou au Syndicat du Livre GGT, ou à la pensée unique. Dans ces endroits là aussi, qu’on pensait être les derniers des mohicans face à la bien-pensance totalitaire, la muselière est désormais installée sur les bouches. La gauche veille, avec ses commissaires politiques partout installés.

      Contrepoints va-t-il céder à son tour aux sirènes du totalitarisme pour avoir le droit de continuer à exister ? Une petite inspection par-ci, une petite descente par là, une attaque par les associations dédiées à la pensée unique via ses avocats et ses tribunaux ou un contrôle fiscal pour finir la bête immonde (parce qu’elle est libre) ? Souvent, il n’en faut pas plus pour faire rentrer « celui qui récalcitre » (j’adore l’expression) dans le droit chemin de la pensée unique, comme les menaces d’exclusion du forum ou autres « votre commentaire est en attente de validation ».

      Je ne le souhaite pas. Contrepoints étant le dernier espace de liberté d’opinion en France. Ce n’est pas pour cela, que moi comme nos amis d’ici, auteurs comme commentateurs, nous allons arrêter de nous exprimer librement.

      Les autres disent bien sans aucun complexe « la liberté ou la mort ». Pourquoi pas nous !
      Après, pour nous les libéraux retranchés, il ne restera que Londres ou le Vercors face à la meute barbare.

      1. Et si la question devient : « doit-on imposer à autrui de penser par lui-même, ou laisser celui qui pense à sa place répondre pour lui qu’il ne le veut pas ? »

      2. A fraserve : ne criez pas trop vite victoire en matière de liberté d’expression même sur Contrepoints dont je suis pourtant contributeur régulier. Le 12 janvier dernier, Contrepoints avait publié un article intitulé : »Antisémitisme : pourquoi une telle survivance à travers les âges ? » qui a dû être retiré en urgence par Contrepoints tant il a fait scandale auprès des bien-pensants qui l’ont vilipendé, m’a rapporté Contrepoints, en termes orduriers. Alors… Liberté, liberté chérie est en grand danger de disparaître y compris au sein des meilleurs sites libéraux. (vous trouverez cet article sur mon blog à la date du 28 janvier 2014 sous le titre : « Un cœur noble).

        1. Merci pour votre précision Philippe. J’admire toujours vos articles et je les suis très régulièrement. Je suis vraiment encore loin de la vérité alors ! Bien que je pensais faire partie de la congrégation des lucides/acides. La traque continue donc au pays des soviets… Wait and see but ready to fight !

    2. C’est leur droit tant qu’ils ne s’attaquent pas à ma culture. C’est aussi mon droit de ne pas trop leur confiance sur ce point-là.

      1. Il est légitime d’avoir une tour de guet sur une hauteur pour voir ce qui se passe dans la plaine.

  12. Islam grande religion, ça commence mal !
    On n’ a jamais défini ce qu’est une religion, si ce n’est péjorativement !
    Dans une culture officielle très anti-religieuse, surtout anti-catholique, voilà qu’ils se mettent à respecter une idéologie comme l’islam ?

    1. Dans le texte propose, l’encyclique de Jean Paul II est agréable à lire. La connaissance de soi est un apprentissage pour aller plus loin. Je partage tout à fait cette valeur.

  13. Formidable ! SVP continuez comme cela et, surtout, ne vous arrêtez pas. L’avenir, si tant est qu’il en existe encore un dépend essentiellement de gens comme vous. Merci encore. Bien cordialement.

  14. Les islamistes sont dans une logique de conservation des systèmes hiérarchiques et territoriaux du passé, d’écroulement de la complexité sociale. Il s’agit d’une extrême-droite absolument conventionnelle, à comparer aux extrêmes droites occidentales traditionnelles. Alors oui, les djihadistes ont pris les armes et croient que si le monde change c’est forcément la faute d’ennemis et du Choc des Civilisations, suite logique à la Fin de l’Histoire.
    Non notre salut ne passera pas par un djihadisme occidental, par une négation du temps, par la confusion entre notre identité, notre auto-identification et une mono-appartenance. Nous sommes tous, évidemment de façon différente selon les situations, convoqués par la révolution cognitive de notre époque.
    C’est la fin de la Fin de l’Histoire.

    1. La fin de l’histoire n’était que celle de l’opposition occident/communisme, recyclée en moins de 10 ans (les attentats du WTC) en opposition islamisme/occident. Comme je le disais ci-dessus, les rouges n’ont fait que changer de bateau, de radeau de la Méduse. Entre 1990 et 2001, ils ont nagé sans repères. Depuis le 11/09/2001, ils se sont trouvé une nouvelle terre d’asile.

      1. Bonjour Fraserve,

        Exellents commentaires de votre part, superbement documentes, comme d’habitude. Merci a Philippe Bouchat pour un article splendide, mais la aussi nous avons un peu l’habitude de ce standard qui est le sien.

        J’ai bien peur que le virus rouge n’ait deja trouve un nouvel hote a infecter, de couleur bleu marine, c’est d’autant plus pratique que le rouge se voit moins dessous…

      2. Oui, c’est une certaine conception de l’Histoire qui ne serait que des affrontements entre camps, comme si toute dynamique ne se comprenait que dans l’adversité entre grands groupes ethniques. Ce genre d’approche ne s’intéresse à l’individu que pour le soumettre.
        L’intégration aux mouvements djihadistes est justement en relation avec l’idée de soumission de l’identité à l’auto-identification à un seul groupe auquel on appartiendrait. La disparition des idéologies communistes, ou plutôt la disparition des états communistes qui leur donnaient crédit, peut expliquer seulement à la marge le recrutement du djihadisme. L’association à un groupe intégriste religieux fonctionne sur des mécanismes d’extrême-droite très classiques.

        1. Bien sûr, si on n’est pas d’extrême droite, la norme est de ne pas se défendre ! Se défendre, c’est facho !

          1. Je ne dis rien de tel. Ce que je dis c’est que l’extrême droite occidentale et l’extrême-droite islamiste se retrouvent sur leur approche territoriale de l’économie, qu’elles prônent toutes les deux l’écroulement de la complexité sociale, qu’elles considèrent toute dynamique morale comme une décadence, qu’elles soumettent l’identité à l’auto-identification et la mono-appartenance. Ce que je dis c’est qu’on reconnaît une extrême droite exactement à cela et que les mécanismes de recrutement sont identiques. J’ajoute qu’en aucun cas je dis que c’est le Mal absolu ou je ne sais quoi de ce genre.
            Se défendre soi-même ce n’est pas défendre ses fantasmes sur ce que devrait être l’image qu’on a de soi-même. Et là je propose mon diagnostic : cette confusion est contre-productive. Défendez-vous, vous et vous-mêmes ! S’il y a éventuellement un « eux » à combattre, je ne fais sans doute pas partie d’un « nous » combattant côte à côte et solidaire… d’ailleurs la solidarité (ou le corps patriotique), que je n’accuse en aucun cas de fascismes, a tendance à titiller ma méfiance.
            Il y a des gars qui sont contents de se battre entre eux et qui trouvent que leur bagarre est fondamentale… ce n’est pas pour ça qu’il faut automatiquement les prendre au sérieux. Et effectivement quand ils commencent à taper sur les autres il faut se défendre, les raisons inventées pour justifier la bagarre continuent d’être inopportunes. Désolé mais je n’envie absolument pas le bellicisme des réactionnaires orientaux (ça me fait penser à Onfray qui y voit le signe d’une vitalité particulière… c’est débile… c’est la face opposée de la thèse de Finkielkraut, mais ça reste la même erreur de diagnostic).

  15. Il y a 2 camps qui sont d’accord pour considérer l’islam comme étant la problématique principale de notre temps. Ils sont très souvent d’accord sur beaucoup d’autres choses d’ailleurs, comme l’idée, surprenante, qu’une civilisation ça se défend, qu’un retour (radical et général, aux sources c’est à dire une essence authentique) est possible et même souhaitable.

    1. Avez-vous le droit de vous installer rue Myrha, au titre de la continuité des lois de la République ? Non, plus aujourd’hui. Essayez toujours !

    2. Et vous, vous n’avez aucune identité ? On peut tout vous faire ?

      1. Parce que ,vous, vous avez une affaire personnelle, les autres non ?

      2. L’identité c’est le processus de convocation des moyens cognitifs de projection dans la réalité… ça n’a donc pas grand chose à voir avec la civilisation et les valeurs occidentales, ou disons très très indirectement.

    3. Ce n’est pas ce que je suggère, c’est exactement ce que suggère cet article. Je suis plutôt d’accord avec votre commentaire.

  16. Dénigrement de soi ? Non, de certains contre la France !

  17. merci à tous pour ces nombreux commentaires qui prouvent – si besoin en est – que la liberté d’expression est notre marque de fabrique et que Contrepoints la promeut efficacement!

    1. Merci à votre article de fond, très juste en tous points, de les avoir suggérés.
      Merci aussi à Contrepoints pour la tolérance du médiateur. Exemplaire.
      A partir du moment où l’on ne présente que des arguments irréfutables, comment pourrait-il en être autrement?

  18. Si quelqu’un souffre grandement de la représentation de son identité c’est bien Finkielkraut… Pourtant il est admirable quand il dit que la Culture c’est la convocation de la Raison, il se perd hélas dans l’auto-identification, je pense qu’on peut faire un peu preuve d’empathie à ce niveau.

  19. « l’islam, grande religion qui n’a rien à voir avec ce que les barbares islamistes en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde font en son nom. »

    Question conne à l’auteur de l’article:

    avez-vous 1) lu le Coran, 2) pris connaissance du détail de la Sunna, en l’occurrence lu les hadiths (Al Boukhari et Sahih Muslim suffiront); et surtout 3) avez-vous une idée de comment ces contenus s’organisent et doivent être compris selon les consensus produits par ceux qui sont largement acceptés en Islam en tant qu’autorité savante, donc 4) avez-vous lu ce que ces savants en disent?

    A mon humble avis, la réponse est non.

  20. Ce qui semble caractériser l’Occident c’est justement sa propension à laisser mourir ses racines, ses édifices culturels taillés par les âges, au profit d’abstractions philosophiques, laissant place aux bonimenteurs et aux avocats.
    Que les choses soient claires : les barbares sont dans les plus hautes instances des Etats, des institutions internationales et des places boursières.
    Les djihadistes sont les créatures de l’Occident, leurs enfants prodigues.

  21. Comme trop souvent, l’auteur s’exprime en prenant un maximum de précautions oratoires. C’est son droit le plus strict. Mais je ne suis pas d’accord avec lui dès lors que le problème exposé est, à la racine, posé par le Coran et le prophète. Cette proposition n’est pas négociable dès lors que des esprits libres qui se sont affranchis de la religion musulmane sont les premiers à en faire la démonstration. Ayaan Hirsi Ali, par exemple et bien d’autres.

    1. D’autant que les propres biographies autorisées du prophète par les musulmans eux-mêmes précisent qu’il aurait écourté quelques 700 opposants/guerriers de ses propres mains. Sans parler des mœurs pédophiles, que les bien-pensants (de 1968, comme par hasard) justifient comme ceux d’une époque.

      N’est pas JC qui veut !

      Vous parlez aussi des nombreuses sourates faisant l’apologie du meurtre et de la violence face aux infidèles, ce qu’on appelle aujourd’hui à juste titre en occident « les crimes contre l’humanité », que les djihadistes dans leur ferveur sanglante ne démentent pas au quotidien en ce moment en Syrie ou ailleurs. Les musulmans nous répondent en chœur : le soufisme a balayé tout cela. Qu’en est-il alors du Nouveau Testament du Coran ? Des réformes ? Apparemment, il est introuvable, elles sont noyées dans le message originel. Tous et toutes se réfèrent donc encore au Coran originel qui contient toujours, parole de Dieu oblige transmise par l’ange Gabriel donc inviolable et impossible à amender, les appels au meurtre de masse et à la haine viscérale constitutionnelle (parce que le Coran a force de loi constitutionnelle chez les musulmans, est donc supérieur aux lois locales et aux droits nationaux) des musulmans contre les… différents et impurs (la liste est trop longue).

      On ne remet pas encore la parole de Dieu en question. C’est d’ailleurs là aussi un crime puni de mort en Islam. On n’est pas sorti de l’auberge !

    2. La censure de mes deux commentaires récents à cet endroit, bien que documentés à la source et vérifiables par tout un chacun, démontre bien, bien que n’ayant pratiqué en leur sein aucun racisme ni aucune exclusion ni aucun amalgame, qu’il y a bien une ligne rouge imposée par la pensée unique et le risque de rétorsions de toute nature quand la vérité va jusqu’au bout de sa logique en France, même ici. Comme l’avait prouvé le commentaire de Philippe Robert ci-dessus.

      Il est toujours nécessaire dans la vie de tester les limites pour connaître la surface réelle de la liberté.
      Celle de la France se restreint comme une peau de chagrin.

      1. Au médiateur, vous pouvez enlever ce message ci-dessus, le précédent message que je prétendais être censuré venant de réapparaître.

  22. @CULASEC

    Je vous cite :  » Si un libéral tolère l’intolérance, il risque de changer son état de libéral contre l’état d’esclave! »

    TOUT EST DIT !

    C’exactement ça et pour ma part c’est hors de question…

  23. « Il est par ailleurs tout à fait exact que des quantités de musulmans pratiquent leur religion sans poser de problème. Mais on est en droit de se poser la question: « quelle sera leur attitude si des évènements violents éclataient au nom du djihad? ». Ces musulmans modérés devraient être les premiers à s’élever publiquement contre les extrémistes, or, on ne les a encore jamais entendu! »

    N’importe quel musulman vous dira qu’il est avant tout musulman et que celui qui ne l’est pas est un mécréant. Quant aux musulmans modérés, si on ne les entend pas s’élever contre les extrémistes, c’est simplement parce qu’ils sont, en réalité et contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, une très petite minorité. Nous avons tous vu l’ampleur des manifestations pour la Palestine, mais aucune pour le massacre des chrétiens et des yézidis en Iraq. Quant à votre question quel serait leur attitude (à tous) en cas de conflits violents sur notre territoire, c’est-à-dire quel camp choisiraient-ils, la réponse s’impose d’elle-même.

    1. Sur votre ultime phrase, il n’y a pas d’autre issue à la compréhension de ce phénomène religieux, quand on l’a analysé en profondeur. Certains vont jusqu’à parler d’une 5ème colonne, du 5ème cavalier de l’Apocalypse, de l’antéchrist incarné…

      1. Jusqu’à la grande muette qui (interdit désormais) ne favorise pas les carrières de croyants de cette obédience, pensant à juste titre que leur engagement ne serait pas fiable en cas de conflit (hypothèse la plus simple) avec des pays idoines. On l’a vu plus haut avec l’épisode « marocchinate », la possession du pouvoir de l’arme a feu légitime pourrait donner des ailes et des jambes à certains illuminés… L’épisode des 40.000 vierges promises par ….. ne serait pas loin !

    2. En France bon nombre de musulmans se disent être français d’abord par exemple, et n’ont absolument pas envie de manifester pour ce qui se passe en Irak, en Ukraine ou je ne sais où, comme tout le monde, juste parce qu’ils ne se sentent pas concernés.
      Dans les pays musulmans les musulmans modérés manifestent pour autre chose que la religion, et de telles manifestations existent bel et bien. En fait un « musulman modéré » ne manifeste pas en tant que musulman, comme un « chrétien modéré » ne manifeste pas en tant que chrétien, c’est l’idée de base. On ne peut pas vraiment reprocher aux modérés de ne pas être suffisamment radicaux.
      Mais enfin bon…

  24. La nature a horreur du vide
    L’ intégration ? La question est : serai je plus gagnant en m’ intégrant à leur civilisation ou en conservant mes valeurs ?
    Pour ce qui est d’ un » racisme subtil  » qui ne dit pas son nom hallal et casher je comprend ainsi :
    il y a des gens purs et des impurs des mécréants c’ est bien une forme de racisme caché
    Enfin les barbares sont partout ! un exemple à méditer : sur le site www doctissimo la définition d ‘ un mot : la  » démocratisation  » ( ! )de la Fellation etc ….ce qui est la vulgarisation ou la déculpabilisation

  25. « l’islam, grande religion qui n’a rien à voir avec ce que les barbares islamistes en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde font en son nom »

    En Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde, hier comme aujourd’hui.

    De deux choses l’une.

    Hypothèse 1: Ces gens sont des monstres inhumains, donc méprisables et haïssables.
    Étrange et inexplicable particularité: Ces monstres veulent la même chose, à quelques variantes près.
    Maladie contagieuse ?
    Que de mystère…

    Hypothèse 2: Ces gens appliquent l’islam. Strictement.
    Et ce qu’ils font a tout à voir avec cette religion et rien avec eux-mêmes.
    Il n’y a pas lieu de les mépriser ou de les haïr.

  26. « Il suffit d’analyser la généalogie historique des mouvements intégristes musulmans contemporains […] »

    Vous niez encore une fois que l’islamisme n’a rien de contemporain.

    La chute de l’empire ottoman a permis l’émergence de nouveaux mouvements.
    Mais leur islamisme n’a rien d’original, ni dans sa nature ni dans ses objectifs – seulement dans ses moyens.
    C’est exactement celui qu’ont subi nos ancêtres (et les leurs !) depuis l’aube de l’islam.

  27. hazère-tyuillope

    Ce djihad, quelle aubaine pour les psychopathes en tout genre qui peuplent cette terre, l’ après midi leçons de découpage de têtes à la scie, le soir probables orgies avec de jolies prises de guerre infidèles, Pas étonnant que le recrutement se fasse par milliers…..

  28. Vos précautions oratoires, visant à dissocier l’islam en deux branches, modérée et radicale. N’illustrent-elles pas ce que vous condamnez par la suite de votre propos ?
    Les valeurs occidentales, et plus largement libérales, aboutissent à reconnaitre la primauté de l’individu sur le groupe ; à reconnaitre sa liberté, sa responsabilité.
    L’islam modéré lorsqu’il condamne la violence de ses coreligionnaires, le fait sur la base d’un « autre islam », dévoyé celui-là. Il ne condamne pas l’individu, comme s’il ne pouvait lui non plus, envisager que celui-ci puisse disposer d’un libre arbitre.
    Et nos collectivistes occidentaux sont tout aussi démunis face à l’islam radical que le sont ces modérés, car eux non plus ne peuvent dénoncer un collectivisme qu’ils revendiquent par ailleurs.

  29. Article hallucin(ant/é ?) qui illustre assez bien l’un des grands travers de l’Occident : sa propension à se regarder le nombril et à penser que le monde n’évolue qu’au grès de ses humeurs. La source du jihadisme moderne ? C’est l’identité malheureuse et Chirac qui a reconnu que le commerce triangulaire, c’était vraiment très très méchant…

    Quiconque s’est intéressé à la question de l’islamisme politique sans agenda conservateur ne peut que constater que ces mouvement trouvent leurs origines dans des mouvements de pensée, des situations politiques, économiques et géopolitiques qui sont essentiellement internes aux pays qui ont vu leur éclosion et leur développement. Les musulmans sont tout à fait capables d’avoir leurs propres vies politiques, idéologies et crises de la modernité sans que l’Occident n’ait été convié.

    La question du jihadisme appelle à une réflexion pragmatique et sans œillères idéologiques. Il est regrettable que certains en profitent pour prêcher pour leur paroisse, surtout quand on voit la pertinence des idées avancées !

    1. Réflexion aussi hallucinante qu’hallucinée, « le grand travers de l’occident » : parce que toutes les autres parties du monde ne sont pas plongée dans la contemplation de leur nombril ?
      Et l’auteur dans le sien ?
      Bidonnant !

      1. Je ne crois pas que l’Islam où la Chine analyse la crise de l’Occident au travers de la perte des valeurs traditionnelles de l’Islam ou de la philosophie confucéenne, en effet.

  30. Excellent article, mais le préambule montré exactement l’inverse de ce que dit le texte ! Il serait temps d’être courageux et d’arrêter de faire de l’antropomorphisme religieux sous prétexte que l’Islam est une religion monoteiste. L’Islam dans son dogme ne reconnaît pas le droit aux autres d’exister. Les Juifs et les Chrétiens sont certaines conditions peuvent rester en terre d’Islam, s’ils refusent de se convertir à condition de payer un impôt et sont considérés comme des citoyens de seconde zone sans droit. Si par hasard ils déplaisent ils sont simplement éliminés ( dihmi). Quand aux autres ils sont tout simplement éliminés. C’est une religion qui prône la violence et l’exclusion. Et enfin nié l’égalité homme femme en excluant les femmes et les jeunes filles de la sphère publique.
    Je suis d’ailleurs surpris e de n’avoir rien entendu de la part de cette communauté après l’assassinat du journaliste américain ? C’est curieux non ? Il n’y a pas de jihadistes en Europe ou aux États Unis pourtant, personne n’a rien à craindre. Alors s’il vous plait allez au bout de votre pensée et dites clairement que l’Islam sous sa forme actuelle sans changer son dogme est incompatible avec notre civilisation fondée sur la liberté individuelle, la raison et les valeurs judéo-chrétiennes. Paradoxalement les communautés asiatiques elles n’ont aucun mal à vivre avec ces valeurs !

    1. 100% d’accord.

      Beaucoup de libéraux de CP vivent dans le monde de bisounours, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

      Et c’est aussi pour cette raison, qu’ils ne serons jamais élu, juste 2 mots dans leur programme: immigration libre, et c’est fini pour eux, plus bas que les communistes, tant qu’il garderons leur voile.

  31. Tout à fait!
    Tant que les musulmans dits « modérés » n’auront pas publiquement désavoué les djihadistes, tant qu’ils n’auront pas manifesté contre les persécutions de chrétiens au moyen orient comme ils l’ont fait contre Israël, ils n’auront pas de crédibilité.
    Et si un jour, ils souffrent d’exclusion, ils n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes.

    1. Les musulmans modérés condamnent publiquement les djihadistes. Ensuite si il y a des réactionnaires qui prennent les armes au Moyen-Orient pour empêcher la perte de leurs traditions et de leurs valeurs, c’est bien parce qu’il y a des dynamiques sociales en interne qui les remettent en cause, ou alors c’est quoi l’histoire ?

  32. Ce besoins de remords qui précède le Mal, que dis-je! qui le crée… (Cioran. Syllogismes de l’amertume)

Les commentaires sont fermés.