Les miraculeux emplois verts s’effondrent en Allemagne

L’énergie renouvelable était censée créer des dizaines de milliers d’emplois verts. Pourtant, malgré des centaines de milliards d’euros de subventions, le nombre d’emplois diminue rapidement. Sept emplois sur dix ne resteront que si les subventions continuent d’affluer.

Par Daniel Wetzel, depuis l’Allemagne

 

Les subventions des énergies renouvelables n’ont pas conduit à une augmentation significative et durable de l’emploi. Selon des chiffres récents du gouvernement allemand, le nombre brut d’emplois dans les énergies renouvelables est de 363.100 en 2013 et a diminué d’environ 7%. En comptant les salariés des organismes publics et des institutions académiques, les énergies renouvelables ont créé du travail à environ 370.000 personnes.

Cela signifie que seulement 0,86% environ des 42 millions de travailleurs en Allemagne sont employés dans le secteur fortement subventionné des énergies renouvelables. Une grande partie de ce travail est limité à la maintenance et à l’exploitation des installations existantes.

DWO-KeinGruenes-Jobwunder-3x2

Le « miracle de l’emploi vert » s’éteint. Développement de l’emploi dans l’industrie de l’énergie renouvelable en Allemagne.

 

D’autres suppressions d’emplois attendues

Dans le cœur de l’industrie, pour la production des systèmes d’énergies renouvelables, seulement 230.800 personnes occupaient un emploi l’an dernier : une baisse de 13% dans l’année, principalement due à l’effondrement de l’industrie solaire allemande.

Il n’y a pas d’amélioration en vue, selon le rapport récent du gouvernement fédéral qui dit : « Dans l’ensemble, une nouvelle baisse des emplois sera probablement observée dans le secteur des énergies renouvelables dès l’année prochaine. »

La grande majorité des emplois de ce secteur est encore tributaire des subventions,15 ans après le début des subventions à l’énergie verte par le biais de la loi sur les énergies renouvelables (Erneuerbare-Energien-Gesetz, l’EEG).

Presque aucun emploi des énergies vertes n’est financièrement indépendant

Selon les chiffres officiels du gouvernement fédéral, 70% de l’emploi brut était dû aux énergies renouvelables (EEG) l’année dernière. Bien que ce soit une légère baisse par rapport à 2012, sept emplois sur dix dans le secteur de l’énergie-écologique sont encore subventionnés par la loi sur les énergies renouvelables (EEG).

Environ 137.800 personnes travaillent dans le secteur de l’éolien, seul secteur de l’éco-énergie, hors géothermie, qui ait augmenté l’emploi. Environ 56.000 salariés dans le secteur photovoltaïque dépendent du paiement par l’EEG.

Les investissements chutent de 20%

Les subventions à la production d’électricité verte ont été payées pendant près de 15 ans et totalisent une somme en centaines de milliards, qui doit être encore payée pendant plus de 20 ans par les factures des consommateurs d’électricité. Cette année seulement, les consommateurs doivent subventionner la production d’électricité verte à hauteur d’environ 20 milliards d’euros. Un effet durable sur le marché du travail n’a rien d’évident.

Le rapport « L’emploi brut dans les énergies renouvelables en Allemagne en 2013 », commandé par le ministère fédéral de l’économie et de l’énergie, a été rédigé conjointement par les instituts du DLR, DIW, STW, GWS et Prognos. Selon les chercheurs, la cause de la baisse de l’emploi est due à la baisse des investissements en énergie verte.

Les investissements dans les énergies renouvelables en Allemagne ont chuté de 20%, à 16,09 milliards d’euros l’année dernière. Par rapport à l’année précédente, environ la moitié seulement des panneaux solaires a été installée en Allemagne. Les investissements dans les usines de biomasse et dans le solaire thermique ont chuté également.

« Il ne reste rien du miracle de l’emploi »

Les chercheurs ne s’attendent pas à ce que la production de systèmes de haute qualité en énergie verte conduise encore à un boom de l’emploi en Allemagne. Pour cette année et la suivante, ils s’attendent plutôt à une nouvelle baisse de l’emploi. Par la suite, les secteurs de basse technologie tels que « l’entretien de fonctionnement » ainsi que la fourniture de combustibles de biomasse sont attendus pour « stabiliser l’emploi ».

« Il y a quelques années, le secteur des énergies renouvelables a été un miracle pour l’emploi en Allemagne, maintenant il ne reste rien de tout cela », a déclaré Oliver Krischer, le chef adjoint des Verts au Bundestag.

Ce politicien vert est sceptique sur les tentatives du gouvernement fédéral qui visent à réduire la dépendance de la subvention aux énergies vertes : « Les freins à l’expansion des énergies renouvelables par le gouvernement conservateur-libéral précédent frappent maintenant fortement le marché du travail », a déclaré Krischer: « À cause de la réforme des énergies renouvelables (EEG) en cours par les syndicats et le SPD, l’industrie jeune et innovante des énergies renouvelables va perdre davantage d’emplois. »

Au bout du compte, il ne reste aucun emploi

Le rapport du gouvernement fédéral estime explicitement que l’« emploi brut » est créé principalement par des subventions vertes. Les mêmes subventions, cependant, ont conduit à la hausse des coûts et des pertes d’emplois dans de nombreux autres domaines, comme l’industrie lourde et le commerce ainsi que chez les opérateurs de centrales conventionnelles. Pour une analyse nette, les emplois qui ont pu être empêchés ou détruits en conséquence devront être déduits du nombre brut des emplois verts.

Les chiffres officiels de l’effet net sur l’emploi des énergies renouvelables en Allemagne devaient être à l’origine présentés en juillet, selon le ministère de l’économie fédérale. Toutefois, la présentation a été retardée jusqu’à l’automne.

Des chercheurs comme le président de l’institut IFO de Munich, Hans-Werner Sinn, croient que l’effet net des subventions pour les énergies renouvelables sur le marché du travail est égal à zéro : « Celui qui prétend que des emplois nets ont été créés doit prouver que le capital investi pour la production d’énergie dans les nouveaux secteurs est plus faible que dans les anciens. Il n’y a aucune indication dans ce sens. » « Il n’y a pas d’effet positif net sur l’emploi par les énergies renouvelables (EEG) », a également déclaré Sinn. « Grâce à des subventions pour des technologies inefficaces, pas un seul nouvel emploi n’a été créé, mais la richesse a été détruite. »

Source : Die Welt, 26 mai 2014. Traduction : Jean-Pierre Cousty pour Contrepoints.

 


Et pourtant chez nous, il y a trois semaines :

Royal

Après les 100.000 emplois promis dans les énergies renouvelables, Ségolène Royal précise que l’éolien en mer en génèrera 10.000.

 

Royal promet 10.000 emplois dans l’éolien en mer

La ministre du développement durable a annoncé ce 7 mai que GDF Suez et Areva avaient gagné l’appel d’offres sur l’éolien offshore. Elle promet 10.000 emplois dans cette « filière d’avenir ».
À lire ici.

Question : Qui a dit « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » ?

Réponse : Henri Queuille qui a dit aussi : « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »

  1. Mais bon-sang ! Ca n’a aucun sens de compter le nombre d’emploi créés sans en calculer le coût et sans compter le nombre d’emplois détruits en parallèle.

    C’est comme compter ses gains potentiels au loto sans tenir compte du prix des billets. C’est comme si l’état se finançait en achetant ses propres billets de loto. Ils ont 5 ans d’age mental ?

  2. La royal nous promet 10000 emplois, super.
    si tout cela ne ce produit pas quel sera la réponse à ça?
    Gestion déloyale?
    Abus de confiance?
    Détournement de l’argent des citoyens- contribuables?
    Mensonge volontaire en vue de son bien personnel?
    Les politiques devraient être responsables financièrement de leurs promesses.
    Si ils n’arrivent pas à payer leurs délires, retour à la case prison.

    1. Si ça ne se produit pas de lui-même ? Facile, on les embauchera comme fonctionnaires à écrire les normes de construction d’éoliennes dans la ZEE française. D’ailleurs, je crois qu’on a déjà commencé…

  3. Harry Caude-Mouton

    Jamais on a, dans l’histoire de l’Homme, remplacé une technologie pour une autre moins performante.

    Le mouvement haitcolo n’est qu’une régression passagère, remarquable mais passagère.

    Mesurer le bien fondé d’une technologie au nombre d’emplois mobilisés par icelle est un non sens.

    1. C’est pourtant exactement ce que veulent les écolos : une régression généralisé et une mise en coma artificiel de l’économie … Les temps à venir vont être très difficiles et le retour vers des schémas économiques et idéologiques normaux prendra au moins trente ans.

      1. En Belgique un peu d’espoir vu la gamelle qu’ils se sont prise la semaine dernière aux élections…

    2. oh ben si ça a du se produire..mais tout dépend de ce que vous mettez derrière le mot performant…

  4. A priori, les libéraux sont plutôt hostiles au recyclage des déchets car ils disent que le coût engendré est fortement destructeur d’emplois.
    Je pense que c’est une position d’arrière-garde qui n’a plus aucune valeur de conviction de nos jours.

    1. « A priori, les libéraux sont plutôt hostiles au recyclage des déchets car ils disent que le coût engendré est fortement destructeur d’emplois. »
      D’où tu sort cette ânerie ?
      Le recyclage des déchets est la base de pants entiers de nombreuses industries !!! On parle ici de techniques de production d’énergie totalement inadapté au XXI eme siècle et a des sociétés qui comptes des millions voir des milliards d’individus.
      Donc oui, a priori les libéraux sont hostile…. Mais uniquement aux idéologues a la con qui ne tiennent aucun compte de la réalités.

    2. Je pense qu’on a produit une génération de crétins : on leur parle de logique économique et de mensonge des politiques sur la production énergétique et ils nous répondent recyclage des déchets.

      On n’attend plus que Mr Chemtrail pour élever le débat sur les postions d’arrière-garde du kamasoutra.

    3. Comment tu vas les recycler, tes déchets, s’il n’y a plus personnes pour le faire parce que tu auras détruit les emplois ?
      Pas d’emplois, pas de recyclage.

    4. « Louis » d’accord, mais « le Grand » de quoi ?

      1. vous n’avez rien compris au film : Louis… le Grand de quoi ? de la Déconnade ! sauf qu’il n’est même pas drôle et donc ne fait rire personne, sauf l’âne de Buridan qui l’accompagne.

        1. Oui de la petite déconnade verte.
          Pourquoi ne financerait-il pas avec son propre argent, plutôt qu’avec celui des autres ❓

    5. Si le recyclage de déchets consomme beaucoup d’énergie pour récupérer un petit peu de matériaux non précieux, quel est l’intérêt écologique?

      Si le recyclage de déchets consomme un peu d’énergie pour récupérer beaucoup de matériaux utilisables, pourquoi « les libéraux » (on peut le rencontrer où ce gugus?) serait contre?

      1. C’est bien ce que je pensais.
        L’ideologie libérale n’acorde aucune priorité à l’écologie .
        Le recyclage ne lui pose pas de problème …. à condition que ça ne coute pas .
        La préservation de la planète pour les générations futures A UN COUT .
        Les liberaux n’ont rien compris

        1. Bonjour louis le grand
          L’optimisation des ressources, cela ne vous dit rien.
          Relisez calmement le post de simple-tourisme, il n’y a rien a rajouter.

        2. Vous allez ramper dans les détritus pour faire le trie au salaire minimum? A moins que vous ayez une technologie pour le faire et dans tel cas il y a du profit a faire.

    6. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais e grand mouvement de progrès qui existe depuis un moment et détruit énormément de travail…en gros ..on produit plus de richesse en bossant moins…et donc oui je suis hostile a toute technologie qui demande plus de travail pour produire la même quantité de richesse… en dehors de cela point d’idéologie…

      A ce propos le truc renouvelable est mystérieux…on a des centrale électriques qui servent fondamentalement a remplacer le travail humain et se réjouir qu’ il faille plus de travail pour produire l’énergie qui sert à éviter de travailler met mon cerveau en surchauffe.

  5. C’est comme ceux qui veulent les transports publics gratuits en ville, et qui, cerise sur le gâteau, ne veulent pas non plus de voitures.
    Ah, l’écologie c’est beau non? C’est mignon tout plein ces « djeunes » …

    Problème et gros cheveu bien gras dans la soupe verte : qui arrose la soupe ❓
    Parce qu’il faut bien les entretenir ces routes en ville : comment feraient les bus pour circuler sans l’enrobé ❓ ❓ ❓
    Et qui paiera l’enrobé ❓ Ah oui, on fera payer les riches 🙄 🙄 🙄
    Et comme on est toujours le riche du pauvre, tout le monde paiera, cher.
    Sinon, comment fera l’ambulance pour transporter un blessé avec des fractures, au travers des nids de poules d’oies ❓
    Et sinon, quid des poussières soulevées par le vent, puisque sans enrobé, il y aura du sable, ou de la terre battue…
    C’est bien beau de rêver.

    1. L’ambulance avec toutes leurs conneries de voies rétrécies elle n’arrive plus à passer. Je ne sais combien de gens ont du y laisser leur peau faute de secours à temps

    2. A coté de chez moi une commune s’est levée comme un seul homme pour s’opposer à l’installation d’une centrale à enrobé…une des arguments est bien sur de conserver une nature vierge qui permet le tourisme…..
      tourisme local je présume.

    3. J’ai regardé les cotisations patronales sur ma fiche de salaire sur la ligne « transport locaux publics » : peu ou prou ce que je dépense en frais d’essence…

    4. Comme par hasard ceux qui parle de transport collectif, il faut investir bla bla ne veulent pas mettre un cent de leur poche. Les utilisateurs ne veulent pas payer mais veulent que ce soit quelqu’un d’autre.
      Pareil au qc, taxes sur l’essence, subvention démesuré, mais les utilisateurs eux ne veulent pas payer. S’inventent toutes sortes de prétexte pour dire que les automobilistes doivent payer, eux qui payent déjà de toute les façons imaginables et qui doivent payer en plus leur propre transport.

  6. on devrait se réjouir , un emploi écolo détruit quelques emplois polluants, a la fin du procéss , si tout se passe bien , la pollution aura été vaincue et nous vivrons tous en parfaite harmonie avec la nature..espérons que la nature accepte notre amour sans vouloir reprendre le dessus 😉

  7. « À cause de la réforme des énergies renouvelables (EEG) en cours par les syndicats et le SPD, l’industrie jeune et innovante des énergies renouvelables va perdre davantage d’emplois. »

    Il est toujours possible pour ces jeunes de se trouver d’autres emplois. Et d’ailleurs, peut-on mettre la question de l’emploi de côté, et pour une fois, se préoccuper de l’environnement ? Ne devrait-on pas applaudir l’innovation allemande dans ce domaine ?

Les commentaires sont fermés.