Jean-François Copé, le père la morale de l’État-nounou

Publié Par Emmanuel Bourgerie, le dans Politique

Par Emmanuel Bourgerie.

Même quand vous ne dérangez personne, les politiques font des lois qui ne les regardent pas. Après tout, peut-être ne savez-vous pas ce qui est bon pour vous ? Jean-François Copé s’est illustré ce mois-ci en parangon de l’État-Nounou, pour sa leçon moraliste autour du livre Tous à poil.

Depuis plusieurs mois, la droite française s’est donné un rôle de Vigilante Masquée, traquant sans relâche une théorie du genre aux allures d’homme de paille. Dernière sortie en date de Jean-François Copé, actuel patron de l’UMP, qui aurait découvert le livre Tous à poil et l’a présenté lors de l’émission Le Grand Jury sur RTL, le 9 février dernier. Ce livre pour enfants dépeint plusieurs personnages dénudés de façon humoristique pour présenter le corps humain. Selon Jean-François, il ferait partie d’une liste d’ouvrages recommandés par l’Éducation Nationale aux classes de primaire, ce à quoi il s’oppose.

Outre le fait que ce soit faux (le livre faisait partie d’une liste suggérée par les parents d’élèves et non l’Éducation Nationale elle-même), M. Copé ouvre ici la boîte de Pandore. Depuis quand est-ce aux politiques de commenter et sélectionner les ouvrages qui doivent être ou non lus en maternelle au nom de ses propres valeurs morales ?

On va me dire que ce que je dénonce est anecdotique. C’est vrai mais depuis plusieurs mois, la droite française s’est repliée sur des questions de morale ou de religion. Elle prétend savoir quels parents sont aptes à éduquer leurs enfants, quels sont les comportements innés des filles et des garçons et maintenant quels seraient les contenus scolaires qu’il faudrait utiliser ou non.

Cette affaire illustre une fois de plus, si c’était nécessaire, que lorsque l’État s’occupe de quelque chose, il en fait un problème politique. Cela pourrait porter à rire, s’il ne s’agissait pas d’une figure majeure de la politique française. Que se passerait-il s’il venait à devenir président en 2017 et nommait Béatrice Bourges ministre de l’éducation ?

Najat Vallaud-Belkacem a malheureusement ouvert cette boîte de Pandore, en faisant de l’enseignement de l’égalité des sexes un combat politique. Elle a transformé un sujet pour lequel tout le monde était d’accord en un affrontement gauche/droite, et ce faisant elle ouvre un boulevard aux extrémismes farfelus, qui n’hésiteront pas à détricoter les mesures prises sous le quinquennat Hollande pour faire passer leur propre vision de l’égalité des sexes.

Il est par ailleurs drôle de noter que, tout comme Civitas avec le film Tomboy, l’action de Jean-François Copé a plus fait pour la publicité du livre qu’autre chose. S’il voulait que personne ne le lise, c’est raté. Encore une merveilleuse application de l’Effet Streisand.


Sur le web.

  1. Du calme docteur.

    Il s’ agit de garder l’ esprit lucide et de ne pas perdre de vue les vraies priorites, a savoir l’ etat economique exsangue de la France, ses 6 millions de chomeurs, ses gueguerres steriles et couteuses en Afrique, etc… dont la droite francaise ne dit rien, illustrant ainsi la pourriture du systeme.

    Les sujets de societe et les livres de poils, en bon liberal je m’ en contre-tape, ce sont des sujets secondaires. Des hommes de paille, oui.

    1. Je ne fais qu’un constat. Il me semble tout de même normal que l’opposition s’ empare de ce problème là, imposé à la base par l’Etat. Cet article est dès lors un non sens à partir du moment où il inverse les faits.

      1. Au contraire, cet article, au même titre qu’un article précédent sur l’indignation sélective des élus, montre à quel niveau ces derniers sont tombés, quand ils ne sont plus capables de « s’opposer » et de « montrer l’indignation des françaises et des français » que sur des points parfaitement anecdotiques.
        Où était Copé lors des discussions des lois de budget ces dernières années ? Où était Copé lors des discussions sur la loi de programmation militaire ? Ce mec se pose des questions sur un livre pour enfants – aussi mauvais soit-il – ou sur des pains au chocolat et prétend diriger le pays ? On en est arrivés là…? Au risque de plagier quelqu’un, j’ai très envie de dire qu’avec des « politiques » de ce niveau, vraiment, ce pays est foutu.

        1. En l’occurrence sur les pains au chocolat, tout libéral devrait être ne accord avec les propos de Copé sur le sujet.

        2.  » ou était copé lors des discussions des lois de budjet …  »

          avec takiedinne ?

    2. « Depuis quand est-ce aux politiques de commenter et sélectionner les ouvrages qui doivent être ou non lus en maternelle au nom de ses propres valeurs morales ? »

      Vous vous posez sérieusement la question ? Parce que la réponse est depuis Jules Ferry ! L’Instruction Publique puis l’Éducation Nationale ont toujours été utilisées pour former de bons petits républicains. De plus, à partir du moment où l’école est payée par l’impôt tout citoyen a son mot à dire sur l’usage qui en est fait.

      1. Et les parents d’élèves. C’est qui sinon un faux nez des syndicats enseignants plus quelques idiots utiles ?

    3. Ce n’est pas une attitude lucide.
      Certes l’état de notre économie résulte du socialisme, et il est catastrophique.

      Mais vous ne pouvez pas espérer repousser l’égalitarisme en matière économique seulement.
      Le conflit entre liberté et égalité touche tous les aspects de la vie.
      Le mariage homosexuel est cohérent avec la redistribution des richesses, et le mariage traditionnel avec la propriété.

      Or si les individus peuvent être incohérents, la loi et les institutions ne le peuvent pas.
      C’est ainsi que nombre de libéraux font le lit du socialisme par négligence.

  2. Jean LevelJean L (@JeanLevel)

    Débat d’étatistes.

    Le seul vrai problème de l’éducation nationale, c’est la notion d’éducation nationale elle-même.
    Un système éducatif privé, où parents et enfants choisissent ensemble l’établissement scolaire règle instantanément vos problèmes de guerre de religion entre chrétiens, égalitaristes, musulmans, LGBT… Ou plutôt les fait s’affronter sur le seul terrain qui compte : les résultats (et pas que scolaires)

    1. Ne pratiquez pas le renvoi dos-à-dos !
      Oui il faut privatiser l’éducation, mais ce sont les socialistes et non les cathos qui s’y opposent !

      C’est le socialisme qui a fermé les écoles catholiques par milliers, licencié ses enseignants par dizaine de milliers, et interdit aux congrégations d’enseigner. Le socialisme a utilisé l’armée française pour mettre son clergé à la place de celui de l’Église, et pour obliger les français à subir son endoctrinement (là où l’Église n’obligeait pas).

      L’Endoctrinement National montre la technique de l’étau socialiste pour étouffer la société civile:
      La spolier de ses ressources pour lui « offrir » une « éducation » soi-disant gratuite, quoique très chère et très médiocre – sont seul domaine d’excellence est l’endoctrinement.

      « vos problèmes de guerre de religion entre chrétiens, égalitaristes, musulmans, LGBT… »

      Oui c’est un conflit religieux entre socialisme et christianisme, mais la religion agressive est le socialisme.
      Le christianisme assume son rôle religieux, ne revendique pas le pouvoir, et n’oblige personne à fréquenter ses écoles.
      Le socialisme nie hypocritement sa nature religieuse, revendique le pouvoir, réprime la dissension, et impose son endoctrinement.
      Libre à vous d’être également hostile à toutes ces religions, mais cela ne vous interdit pas d’être juste, ou simplement objectif.

      1. Je cesserai le renvoi dos à dos le jour où un responsable UMP dira : « si nous sommes élus il n’y aura plus d’éducation nationale, institution totalitaire par nature, mais une vraie liberté dans la scolarité ».

        La campagne d’asexuation actuelle est déplorable, mais elle n’est qu’une conséquence d’un système qui ne peut amener que ce genre d’effet désastreux. En ne s’attaquant qu’à cette conséquence (grave) sans dénoncer sa cause, Jean-François Copé renforce cette institution.

        1. Absolument d’accord.
          Ce système a été imposé par le socialisme précisément pour servir à endoctriner.
          Certes ses concepteurs, les socialistes du 19e siècle, n’imaginaient pas ce genre de campagne-là – et de même, nos socialistes actuels ne savent pas à quoi ce monstre servira à l’avenir.

      2. « Oui il faut privatiser l’éducation, mais ce sont les socialistes et non les cathos qui s’y opposent ! »

        Ah bien de nos jours forcément c’est facile pour eux de se faire les avocats des écoles libres. Sauf qu’avant ils en avaient rien à cirer que l’enseignement soit nationalisé.

  3. On est sur Libé ou sur Contrepoints ici ?
    La droite s’oppose avec raison aux menées socialistes.
    C’est la gauche qui possède l’école et qui entend s’en servir pour endoctriner les enfants, sans même s’en cacher.
    La droite ne va pas assez loin pour lui arracher ce pouvoir dictatorial: Il faut démanteler l’Endoctrinement National, en matière d’école comme dans le reste il faut autant de marché que possible et autant d’État que nécessaire (c’est-à-dire très peu).

    « On va me dire que ce que je dénonce est anecdotique.  »
    Bien au contraire: Il s’agit de laïcité.
    Mais au rebours de ce que vous dénoncez, c’est la gauche qui la piétine.
    La vraie laïcité interdit autant à l’État de se mêler de morale qu’à la religion de se mêler de la loi.
    À défaut de respecter ces limites, on est en régime totalitaire, c’est-à-dire que le pouvoir ne se connaît pas de limite.

    Le constructivisme socialiste transforme manu militari le peuple français en un bétail docile à son idéologie.
    Les libéraux qui négligent ces « réformes sociétales » commettent une erreur capitale:
    Ce sont des points d’appui au totalitarisme socialiste.

    1. Copé veut imposer sa vision de l’écucation, NVB et compagnie veulent imposer la leur. Ils sont tous totalitaires. Un établissement doit pouvoir proposer les ouvrages qu’ils veulent, et les parents doivent pouvoir choisir l’établissement qu’ils pensent le plus propice au développement de leur enfant.

    2. « La droite s’oppose avec raison aux menées socialistes. »

      Vous voulez parler de cette droite qui, lorsqu’elle était aux affaires, vantait les mérites de la théorie du genre ?
      http://www.contrepoints.org/2014/02/14/156670-nadine-morano-genre

      C’est lorsque Luc Chatel était ministre de l’EN que les notions de « genre » sont apparues dans les cours de SVT, pas sous Peillon.

      Sous Peillon, il n’y a pas d’introduction de « théorie du genre » dans les programmes. C’est une rumeur.
      Son « abcd de l’égalité » est juste un truc cucul sur les valeurs républicaines de l’égalité. Ça ne casse pas trois pattes à un canard…

      La droite réactionnaire, qui a donc monté un homme de paille, est aujourd’hui coupable de focaliser l’attention sur des problèmes imaginaires et montre qu’elle se contrefiche des réels problèmes de l’Education nationale : le taux d’illettrisme élevé, la dégringolade dans les classements internationaux (PISA, PIRLS…), etc.

      1. Je donne raison à Copé en l’espèce, mais vous avez raison aussi, la droite avec Luc Chatel a été consternante.
        Je doutais que la gauche puisse faire pire.
        Je la sous-estimais.

        Ces problèmes ne sont pas imaginaires, regardez-les bien et vous reconnaîtrez l’égalitarisme.
        Les socialistes décidèrent d’imposer leur école au 19e siècle afin d’endoctriner les enfants dans leur manière de voir, d’éradiquer la culture qui deux fois avait empêché l’avènement du socialisme.

        C’est précisément ce qu’ils continuent de faire, y compris dans des domaines que vous négligez.
        En cela ils sont plus lucides que vous, et que bien des libéraux.
        Vous constaterez dans quelques années à quel point les esprits imprégnés d’égalitarisme dans tous les domaines seront fermés à vos idées libérales en matière économique.

        Notre école fut initialement de grande qualité, comme l’était le système antérieur qu’elle a évincé par les armes. Depuis elle baisse. Comme toujours le socialisme produit à grands frais le contraire de ce qu’il prétendait.
        Il faut donc en revenir au marché.

    3. « La droite s’oppose avec raison aux menées socialistes »

      La droite ne s’oppose à rien du tout. Elle ne fait que passer les plats à la gauche.

      1. Tout à fait, la gauche lance des marronniers et la droite au lieu de leurs remettre le nez dans le caca donne la réplique, d’où les débats surréaliste sur le choix de la nappe pendant que le bateau sombre.

  4. Tout à fait d’accord avez ZEFRAN.
    Tout l’intérêt de Contrepoints et de laisser s’exprimer des opinions divergentes et très, très souvent de haute tenue abordant les problèmes en dehors du cadre journalistique habituel et étouffant. Sympathisant de gauche (encore pour le moment), je n’en suis pas moins un fidèle lecteur. Je supporte de moins en moins la bouillie qui nous est servie dans les « grands médias », qui refusent d’ailleurs quasi systématiquement les billets des citoyens lambda osant les contredire.
    Donc, bravo et continuons à alimenter les colonnes de Contrepoints en faisant la nique aux journaleux basiques qui ont la prétention de nous faire croire qu’ils sortent tous major de leurs écoles.

    1. et n’oublie pas , camarade, que la terre ce réchauffe…

      et que les loups n’attaquent pas l’homme !

      1. Ben non, elle se réchauffe plus depuis 17 ans malgré tout le maudit co2 que nous autres affreux nantis émettons. Ce qui plonge dans un état stuporeux nos écolos surchauffés et notre Jouzel national .
        Pour les loups, il faut en parler aux bergers du Mercantours qui commencent à trouver la bestiole fortement horripilante.

        1. Thierry, seriez-vous climatophobe ? Attendez-vous à des poursuites judiciaires… LOL !

  5. Essayer de déstabiliser JF Copé n’inquiète absolument pas les militants de l’UMP.

    Car il s’est passé aujourd’hui un évènement de grande importance, qui fait exulter tous les militants de l’UMP

    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/02/28/PHO52d80104-a081-11e3-90d1-3659442b4727-805×453.jpg

    1. Vous êtes sur le payroll, ou bien vous êtes un vrai fan ? Ca existe encore ?

      Vous faire violer pendant 5 ans, ça ne vous a pas suffi ? Vous en demandez encore comme disait Gainsbourg ?

      Pour résumer : une crapule rencontre une autre crapule… et vous appelez cela un « événement de grande importance » ?

      C’est business as usual.

      Ce qui compte c’est le délire fédéraliste euro zombie que Sarkozy a répété, comme un catéchisme, un mantra halluciné, à sa grande copine, sa complice Angela.

      L’Euro est mort, l’Euro ne fonctionne pas, Bruxelles pourrit la vie des peuples… c’est pas grave : il faut plus d’Euro, plus de fédéralisme, plus de Bruxelles, davantage d' »intégration ».

      C’est ça la vision mortifère de Sarkozy et de ses complices.

      C’est l’Europe prison. Oh bien sûr, au passage il lâche quelques sous pays… Pour mieux concentrer le feu sur l’intégration entre pays phares.

      La dissolution des nations, des peuples.

      C’est cela le projet que vous soutenez ?

  6. Copé joue les représentants de commerce pour la littérature jeunesse. Chouette, je vais lui envoyer un exemplaire de mon bouquin éducatif « La bite de papa toute dure dans ma bouche » pour 4 à 8 ans car après c’est sale.

    1. LOOOOLLLL !

  7. Vive le libertarianisme de gauche le plus cru et le plus abject !

    1. Pure calomnie. Tout le monde sait que les vrais libertariens mangent leurs bébés après qu’ils aient été bien cuits dans la marmite.

  8. Pourquoi utiliser ce terme  » se replient », ce n’est pas important pour vous les valeurs, la morale, l’éducation? On peut avoir envie enfin de ne plus se voir imposer des émissions débiles et couteuses à la télé, l’émergence de tous cotés de « décrypteur »s souvent moins informés que leur public, des discours de traviole pour influencer nos enfants dés le plus jeune âge . N’a t-on pas tous envie de voir nos enfants progresser et former une élite qui redressera la France plutôt que de les voir tirés vers le bas avec pour seule philosophie approfondie le sexe, ( le prosélytisme de la drogue ne va pas tarder). Heureusement qu’il y a partout des personnes vigilantes qui évitent cette dépravation organisée.
    Arrêtez le Copé bashing. Il est cuorageux, il en est beaucoup que l’on n’entend pas sur ces sujets de société….

    1. jvaiscraquer: « Pourquoi utiliser ce terme » se replient », ce n’est pas important pour vous les valeurs, la morale, l’éducation? On peut avoir envie enfin de ne plus se voir imposer des émissions débiles et couteuses à la télé »

      Justement, le débat ne porte aucunement sur le fond, la mainmise politique sur les médias, l’éducation, la place de l’état mais sur le choix d’un bouquin. Et ça ne porte pas sur le fond, parce qu’a l’UMP, la mainmise n’est un problème que quand c’est les autres qu’il l’ont.

  9. M. Bourgerie écrit « la droite française » et j’avoue ne pas savoir ce qu’il entend par là.
    Le spectacle des députés UMP fuyant l’hémicycle parce que l’un d’eux est qualifié d’extrême-droite laisse penser qu’ils ont un mental de volaille. Le jacassement du lendemain en salle des Quatre colonnes me faisait penser aux oies du Capitole qui servirent au moins à quelque chose. Aujourd’hui, ces « députés » ne servent strictement à rien.

    Mais glissons à droite encore : le programme du Front marinisé enragera le Front de Gauche dès qu’il sera largement diffusé dans la campagne électorale. Que restera-t-il à M. Mélenchon ? Que dalle !

    La droite française finalement n’y connaît rien. Un syndicat de sortants, ou de challengers pour le devenir.

  10. La Gauche fait du sociétal. La Droite fait du sociétal. Et l’économie principal moteur d’un pays ?

    Tout va bien sur le bateau France. Il y a plus de quoi le faire avancer mais on sait s’occuper avec des débats aussi épidermiques que stériles dans les faits (rien ne change jamais).

    1. C’est Byzance avant l’assaut.
      On encule les mouches.

  11. On peut discuter du contenu que nous souhaiterions sur Contrepoints, sachant que de l’Humanité au Nouvel Obs en passant par Libé et le Monde (etc…) les points de vue « progressistes » disposent de relais puissants. Alors, le pluralisme, c’est bien joli, mais, si c’est uniquement dans Contrepoints, ça vide le site de son sens. That’s just my opinion.

Les commentaires sont fermés.