Dieudonné, le parfait Goldstein de Valls

Publié Par Le Parisien Libéral, le dans Sujets de société

Par le Parisien libéral.

1984 Goldstein

Franchement, en partant du principe que Dieudonné croit ce qu’il dit (ou, plus exactement, ce qu’on lui fait dire), qui peut défendre l’humoriste ? Pas grand monde, voire personne en dehors des extrémistes. Du coup, Manuel Valls nous offre un parfait exemple d’application de 1984à notre monde politico-médiatique.

 

 

En adoptant un ton martial, Valls ne se cache même pas de dire « vous ne pouvez pas ne pas savoir » et « vous êtes pour ou vous êtes contre Dieudonné ». Pas de nuance possible. Pas d’interrogation possible sur les thèmes qu’il soulève.

Pour les citoyens de base que nous sommes, c’est à la fois grave et trivial. Grave car la liberté d’expression, pensions-nous, faisait partie des valeurs fondamentales de ce pays. Trivial car, sauf cas psychiatrique, personne, même chez les fans de Dieudonné, ne songe à reproduire les actes de la police française qui, en juillet 1942, a arrêté de son propre chef, et non pas sur ordre des nazis, des Français de confession juive pour les envoyer à la mort.

Pourtant, Dieudonné n’est pas autre chose, répétons le, que le miroir de Christiane Taubira. Comme la ministre de la justice, le comique interroge le passé colonial de la France et la concurrence mémorielle. Simplement, l’une a choisi la voix de la politique bon teint, y compris en acceptant de travailler (avec difficulté, manifestement) sous les ordres du fils d’un homme à 100% dans la ligne de ce qu’elle combat en France, tandis que l’autre se fourvoie sur un chemin qui ne peut déboucher que sur sa mort symbolique ou physique.

dieudonné valls

En tout cas, ce qu’on peut dire, c’est que Valls et Dieudonné se rendent des services mutuels. Dieudonné est martyrisé, ce qui correspond finalement au schéma dans lequel il  a inscrit sa trajectoire récente, tandis que, ô miracle, Valls peut donner des gages à gauche tout en imposant à la France une conception pour le moins curieuse de la liberté.

—-
Sur le web

  1. « Dieudonné croit ce qu’il dit (ou, plus exactement, ce qu’on lui fait dire) »

    Quelle sens à cette phrase ?
    1- Dieudonné serait la marionnette d’autres personnes (Soral, Faurisson, etc…) ?
    2- Les propos de Dieudonné sont déformés par valls, les associations antiracistes et les médias.

  2. Oui je pense que vous avez raison à 200%.

    Le gouvernement cherche à instrumentaliser l’affaire pour faire passer des mesures liberticides.

    J’ai bien noté sur BFMTV les idées suivante qui ont été propagées par les anti-dieudonné :

    – En cas de dette avec l’état, il faudrait réfléchir à de la prison
    – Il faudrait réfléchir à une censure de l’internet pour empêcher la propagation de certaines idées

    1. Je déteste Dieudonné, mais je suis bien d’accord avec vous : le pouvoir l’instrumentalise pour prendre des mesures liberticides…

  3. En tant que libéral, je suis profondément choqué par cette chasse à l’homme.
    Chasse au Dieudonné qui fait pendant à celle contre les anti-mariage homo (arrestations et garde à vue arbitraires en pagaille)
    On le voit, le socialisme c’est la terreur, et c’est l’état qui oppresse ceux qui ont le tort de ne pas penser droit.
    Quelle que soit notre opinion de Dieudonné, il mérite notre soutien absolu et sans arrières pensées.
    Soutien qui s’applique, y compris s’il est antisémite (je ne sais pas, et ça n’a pas à rentrer en ligne de compte).
    La liberté (entre autres de parole) ne se monnaye pas, ne se discute pas.
    Si nous acceptons de la réserver à certains, et pas à d’autres, alors cela n’a plus aucun sens.

  4. Je suis d’accord avec ces commentaires, il faut conserver la liberté d’expression, concept que tous ces gauchos conçoivent seulement si l’on pense et dit comme eux pour moi ceci n’est pas la liberté d’expression c’est tout simplement la pensée unique. Je pense qu’il est nécessaire de réagir et pas seulement en postant des commentaires, il faut se rassembler qui que l’on soit, d’où que l’on soit.

  5. Etrange comme comparaison…
    Dans 1984, Emmanuel Goldstein n’existe pas mais sa thèse (le collectivisme oligarchique) décrit parfaitement la réalité et BIgBrother n’est qu’un masque pour le parti au pouvoir.
    Donc on peut comprendre que Dieudonné a raison et que Valls n’est que le pantin du « sionisme international »…

  6. Même analyse.
    J’irai même plus loin pour valls : c’ est un tirant en puissance. Regardez ses réactions quand il est pris en défaut intellectuel (ce qui n’est n’est pas difficile…), on est avec lui ou contre lui, pas d’analyse pas de nuance. Il fait parti des gens pour qui dire ce qu’ils pensent est dire la vérité. Effrayant quand on regarde les sondages; même lepen me semble beaucoup plus intellligente c’est dire…

  7. Peu importe Dieudonné.
    Ce qui est important c’est de déterminer si avec Valls, on a affaire à un authentique facho.
    Car, il envisage sérieusement avoir un avenir présidentiel et pourrait obtenir le soutien de personnalités politiques de l’UMP.l.

  8. médiapart accuse valls de conflit d’intéret ; lu sur le site chaos-controlé.com ;

  9. @circagin : Je suis d’accord, toute atteinte à la liberté d’expression est un abus de pouvoir et est honteuse. La liberté est indivisible et doit être défendue à tout prix et sans condition. Ne restons pas derrière nos claviers comme vous dites, et rassemblons nous le 26 janvier Place de la Bastille pour rappeler à Valls que l’on est dans un État de Droits !

    http://www.jourdecolere.com

  10. Goldstein ?

    Pourquoi rajouter encore de l’antisémitisme ?

Les commentaires sont fermés.