Cahors : le roman du vin noir, de Jean-Charles Chapuzet

Publié Par Jean-Baptiste Noé, le dans Lecture

Dans Cahors : le roman du vin noir, Jean-Charles Chapuzet retrace avec talent l’histoire des vins de Cahors.

Par Jean-Baptiste Noé.

Cahors : Le roman du vin noir présente un nouveau millésime. L’auteur, Jean-Charles Chapuzet, décrit l’histoire du vin de Cahors, de l’antiquité à nos jours, de façon romancée. Le livre respecte la réalité historique, le nom des personnes importantes dans l’histoire du Cahors, il cite des chiffres et des faits marquants de l’histoire de l’appellation. Mais cela est fait dans un style romanesque qui rend la lecture du livre agréable et aisée.

L’auteur s’interroge sur l’origine du vin noir et sa particularité. Il montre comment le vin de Cahors est apprécié depuis longtemps à travers l’Europe, il décrit ses heures de gloire, notamment au début du XIXe siècle, et ses heures de déroute, notamment dans la deuxième partie du vingtième siècle. La lutte avec Bordeaux sert un peu de fil conducteur à cette histoire. Bordeaux qui bloque l’accès des vins de l’arrière-pays à son port, qui impose des taxes et des fûts de plus petite quantité, mais qui achète aussi du Cahors en abondance quand il s’agit de renforcer ses vins, de robe un peu trop claire.

On y découvre aussi le travail de vignerons attentifs au respect de la vigne et des territoires. L’élément central du Cahors reste le Lot. La rivière bâtit les paysages, elle permet le transport des barriques et la venue des capitaux. Le Lot est l’élément invariant de Cahors, quand les cépages ont pu changer, les styles et les goûts se modifier, la terre se transformer. À la lecture de ce livre, on s’aperçoit une nouvelle fois que le vin est plus affaire d’hommes et de clients que de terre. Le terroir s’apparente davantage aux hommes qui peuplent le sol qu’aux roches qui composent le sous-sol.

Cahors fait des émules, notamment avec son malbec. Si le cépage n’est guère plus présent à Bordeaux, on le trouve au large, entre autres en Argentine. Si bien que ce pays revendique à son tour l’appellation vin noir, et que des contacts sont pris entre chaque rive de l’Atlantique pour développer des stratégies commerciales communes.

Notons aussi le beau travail éditorial : l’objet livre est aussi agréable à manier que de belles bouteilles de Cahors à regarder. La couverture souple donne un aspect très attirant au livre, le format est bien choisi, le papier, de couleur ivoire, rend la lecture très aisée. Cela pourra paraître anecdotique, mais avec l’avènement du livre numérique il devient essentiel pour le contenant de proposer un beau support au contenu. Dans la dégustation d’un vin, la forme du verre est essentielle. Dans la lecture d’un ouvrage, la belle réalisation du livre prend aussi une grande importance.

À tous les amateurs de vin, et pas seulement de Cahors, Jean-Charles Chapuzet offre donc un beau voyage à travers les Causses et le Quercy. Un voyage à travers l’histoire du vin, et ici de ce vignoble mythique de Cahors.


Sur le web

Laisser un commentaire

  1. encore un livre qui ne sera pas presenté a un stand de la prochaine fète ( faite rien … ou faite chier ) de l’humanité.
    le monde du vin est tres interressant ! surtout quand on est jeune, qu’on fait les venguedanges ( d’aprés un polonais avec qui j’ai ramassé du raisin il y a 25 ans, avant la chute du mur ! ) et que les vendangeuses sont jolies et pas farouches.
    pas tres populaire tout ca ! a quand un reportage sur la bonne vieille bière  » kro  » qui fait pisser et roter au balloche ?