Échec de la « fat tax » et de la fiscalité nutritionnelle : l’exemple danois

Publié Par Institut Economique Molinari, le dans Fiscalité, Santé

« Taxer la nourriture pour des raisons de santé est au mieux malavisé et au pire contre-productif » a averti le ministre des Finances danois.

Un article de l’Institut économique Molinari.

balance credits Stuart Anthony (licence creative commons)Après la taxe sur les sodas, il a été brièvement question de la taxe Nutella en France. La taxation nutritionnelle a néanmoins réussi son entrée dans l’Hexagone et risque bel et bien de s’y implanter. Or, l’expérience danoise montre que c’est une politique dangereuse pour les producteurs, les distributeurs et les consommateurs en matière d’emplois, de compétitivité et de bien être. Un an après l’entrée en vigueur de la première taxe au monde sur les graisses saturées (fat tax), elle a été abolie. Trop d’effets pervers et un impact peu convaincant sur les modes de consommation. Le gouvernement danois vient aussi d’annoncer la suppression prochainement de leur « taxe soda » mise en place dans les années 1930.

Une baisse de la consommation sans taxation

Accusée de favoriser l’obésité et de causer des maladies, la graisse saturée a été taxée au Danemark à hauteur de 2,15 euros par kilogramme. Le recours à la contrainte fiscale y était d’autant plus surprenant que la consommation de matières grasses par habitant avait en réalité déjà considérablement baissé aux cours des dernières décennies au Danemark.

  • Beurre : -67 %
  • Margarine : -48 %
  • Graisses : -20 %
  • Viande de porc : -44 %
  • Consommation totale de matières grasses : -43 % (entre 1958 et 1999)

27 millions de pertes pour le commerce de gros et de détail

La mise en place de la fat tax s’est avérée être un casse-tête réglementaire pour les entreprises danoises qui y ont perdu en compétitivité.

Les coûts de gestion et d’informatique se sont par exemple élevés à 201 000 euros pour un fabricant de margarine et à 57 000 pour une petite boulangerie industrielle. Pour l’ensemble du commerce de gros et de détail, ils ont été estimés à 27 millions d’euros.

Perte de pouvoir d’achat avec des augmentations de prix jusqu’à 34 fois supérieurs à la moyenne européenne

Alors que le pouvoir d’achat est partout menacé, la fat tax a poussé les prix à la hausse au cours du dernier trimestre 2011. Le prix des huiles et des graisses y ont progressé de 14% (34 fois supérieur à la moyenne de l’UE). Le prix de la viande y a augmenté de 4% et ceux du lait, formage et œufs de 3%.

Gaspillages : Danemark « battu » par l’Allemagne et la Suède

Poussés à faire leurs courses à l’étranger, les Danois ont boosté le commerce allemand et suédois tandis qu’ils délaissaient leurs propres entreprises, condamnées à exporter les produits plutôt qu’à les vendre sur place. On estime à 1300 postes le coût en termes d’emploi.

Ce faisant, ils ont perdu leur temps et leur essence dans des déplacements inutiles.

Un impact négligeable de 0,4%

Les effets de la fat tax sur la consommation et la santé auraient été négligeables, voire contre productifs.

  • Entre octobre 2011 et juillet 2012, la baisse de la consommation aurait été de 0,4%, sachant que la tendance était déjà à la baisse.
  • 80 % des personnes interrogées confirment d’ailleurs ne pas avoir changé leur consommation. Le choix a aussi parfois été de substituer des produits moins chers et de moindre qualité.

« Taxer la nourriture pour des raisons de santé est au mieux malavisé et au pire contre-productif » : tel est l’avertissement du ministre des Finances danois.

Intitulée « Fiscalité « nutritionnelle » : les coûts de la fat tax au Danemark », l’étude complète est disponible sur le site de l’Institut économique Molinari.

La Graisse, ce faux ennemi.

  1. Chacun dispose librement de son corps, et la taxation « danoise » n’est jamais qu’un symptôme du puritanisme – hygiénisme collectiviste, au même titre que « le monde sans tabac » et autres slogans totalitaires, sous couvert d’une santé dite « publique », qui n’existe évidemment pas: la santé, c’est à dire d’abord l’absence de maladie, est quelque chose d’essentiellement individuel.
    En admettant que cette taxation ait un effet « positif » ( lequel???), celà justifierait t’il pour autant cette insectisation de l’individu?

  2. Ça prouve bien que l’idée même de la taxe Nutella en France (pour l’huile de palme) était absurde.
    Quand on pense que cette huile, par ailleurs mal aimée, ne représente que 5 à 10% du total de graisse saturée ingérée par les Français (fromage, viande, beurre etc.) on se rend compte que c’était ni plus ni moins que du lobby contre UNE variété d’huile. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/26/19485-faire-lhuile-palme-poison-nest-pas-justifie

  3. Le mieux c’est la taxe aux ordures. Ça limite les déchets, dommage que ça ne s’applique pas à d’autres catégories de choses inutiles.

    1. Une taxe sur les hommes politiques? on l’appelerait ISF (impôts sur les socialistes français) et comme ils aiment les taux confiscatoires, on ferait des tranches à 90, 95 et 105 %.

Les commentaires sont fermés.