Pourquoi François Hollande disparaît

Publié Par Pascal Avot, le dans Politique

François Hollande semble s’escamoter lui-même. Comment un tel miracle est-il possible ?

Par Pascal Avot.

En 2007, Nicolas Sarkozy se fit élire sur une promesse de dynamisme de droite mêlé de gaullisme et de libéralisme. Au lieu de quoi la France eut droit à cinq ans de social-démocratie patriote, frénétique et dépensière.

En 2012, François Hollande se fit élire sur une promesse de pacification de la nation par la magie humaniste du centre-gauche. Au lieu de quoi la France a droit à onze mois de socialisme griffu, frénétique et dépensier. Nous n’avions pas prévu que nous passerions d’une frénésie à l’autre.

La vivacité était un des charmes de Sarkozy avant son élection : elle semblait indiquer un destin pressé d’en découdre avec les problèmes de la nation. Malheureusement, elle signalait en fait le caractère impatient et irréfléchi de son autorité. Du moins, on ne fut pas complètement trahi sur la marchandise : Sarkozy au pouvoir resta Sarkozy, simplement passé en mode Chuck Norris. Ses défauts nous sautèrent aux yeux dès le soir de sa victoire – cependant, ils étaient cohérents avec ce que nous savions ou redoutions de lui.

Hollande avait promis une France calme. Mis à part l’anti-sarkozisme, c’était son cheval de bataille : un quinquennat en thalasso, pour oublier un quinquennat de kung-fu. À droite, à peu près tout le monde se dit, lorsqu’il l’emporta : « On va s’ennuyer pendant cinq ans ». La droite croyait donc à la promesse d’anesthésie générale autant que la gauche.

François Hollande est monté au volant du camion France dans l’intention d’appuyer sur le frein, de calmer le jeu, de ralentir la crise à coups de négociations, de tours de tables des partenaires sociaux, de très grands plans de relance et de Grenelles du Spectacle Vivant. Il a vite découvert que ce monumental véhicule n’avait plus de freins. La crise est une pente si raide que s’y arrêter, même trente secondes, est inconcevable. Le sentiment d’urgence, autrefois interprété comme émanant de Sarkozy, émane désormais du contexte même : il n’y a plus moyen de gouverner à l’ancienne, en pantoufles fourrées, à la Chirac. Notre actualité est trépidante, létale, elle n’autorise aucun pas de côté. Le Président doit rester bloqué dans les sunlights et envoyer des messages en permanence. Le candidat François Hollande se trompait, en imaginant que l’hystérie de la France sarkoziste était la faute de son leader. En réalité, c’est la crise, qui est hystérique.

Pressé par les urgences, Hollande a très vite perdu de vue son vœu de pacification. Il s’est trouvé condamné, bon an mal an, à une recherche permanente d’impact dans les sondages pour rattraper son retard sur le concret, exactement comme son prédécesseur. Et cela lui ressemble beaucoup moins qu’à son prédécesseur. Le rôle lui va même comme un coup de pied au normal. Exemple : son tout récent blitzkrieg de transparence, auquel personne n’a cru. Hollande a voulu jouer les Julian Assange, il s’est retrouvé maréchal des logis-chef Cruchot ordonnant aux gendarmes de se déshabiller pour aller espionner les nudistes de Saint-Tropez.

Hollande joue à contre-emploi. Avec Sarkozy, on avait les gesticulations de la campagne de 2007, grossies par la loupe de l’Élysée. Avec Hollande, on a le contraire de la sérénité promise dans la campagne de 2012. Ça gesticule sans savoir gesticuler. Le truc se voit. En homme pressé, Hollande n’est pas bon. En Sarkozy, il est mauvais. Il prend sa propre personnalité à contre-pied. Il singe l’exact inverse de ce qu’il est. Hollande est trop âgé pour apprendre l’art du speed. Il suffoque. Regardez : on dirait qu’il le fait exprès, tant la panique est patente, il est sur les nerfs, épuisé, tendu, le fuselage perforé, un réacteur en flammes, poursuivi par la chasse ennemie. La presse n’a pas relevé l’ambiance inquiétante, sépulcrale, de cette déclaration. Elle vaut son pesant de désespoir.

François Hollande a passé son temps, à la tête du PS, à jeter des éléphants les uns contre les autres au ralenti. Onze ans d’atermoiements, de demi-mesures et d’eau tiède. Aucun rapport avec son nouveau rôle. Autant passer d’une maison de retraite dans la Beauce à une croisière sous coke au Cap Horn. Il n’est pas seulement différent de ce que la France attend. Il est simultanément à l’envers de ce dont la France a besoin, à l’envers de lui-même et à l’envers de ce qu’il a promis. Trois fois dans l’aveuglement : par rapport à la réalité (il est inadapté à la fonction), par rapport à son moi (son agitation est forcée, surjouée, exhibée sans être incarnée) et par rapport à son programme électoral de placidité festive. Coincé dans le Triangle des Dénis, il disparaît. Il n’y a personne, sinon les souvenirs que nous avons de François Hollande.

Il lui reste un joker : la cohabitation. Coincer la droite entre la crise et l’Élysée, et l’écraser dans cette pince, cet étau, la compresser lentement, très précautionneusement, et que son crâne éclate peu de temps avant l’échéance de 2017. Voilà un job pour un disciple de Mitterrand ! Mais tiendra-t-il jusqu’à la cohabitation ? Existe-t-il encore ?

 

 

 

  1. J’ai parié un diner chez Enrico Bernardo avec mon épouse sur une dissolution avant la fin de l’année 2013. Parce qu’il n’a pas le choix.
    2014, il va perdre beaucoup de municipalités pour cause de rejet du PS, des facto le sénat suivra lors des prochaines élections intermédiaires.
    2015, avec 4,5 millions de chômeurs les régions seront aussi perdues,
    2017 il représentera la gauche dans un contre courant de contestations fortes avec un wagon de chômeurs, de faillites…etc.
    Bref s’il ne veut pas « tuer » la gauche au profit du FN et de Méchantcon il n’a pas le choix et çà urge même. Refiler le sceau de patates bouillantes à la « droite ». Là ou ce pourrait être très intéressant c’est que justement la « droite » refuse le piège. (il est quand même énorme…même pour un arriviste politicien) La France ce retrouverait dans la situation de l’Italie…entre deux chaises…avec que des perdants…
    L’UMP et l’UDI doivent absolument résister à la tentation de reprendre les marocains…il faut laisser le socialisme s’effondrer pour que les français soient enfin vacciner de cette idéologie obsolète !

    1. Votre idée est faussement séduisante : On n’abattra pas le socialisme à coup de chômeurs et de drames sociaux malheureusement, il se trouvera toujours assez de médias subventionnés pour maudire le libéralisme, cause de tous nos maux.

      Au rythme où vont les choses tant politiques qu’économiques, les municipales me semblent encore très très très loin…

      1. Le chaos est le meilleur ami du socialisme.

  2. Si Toutmou dissout l’Assemblée, ne risque-t-il pas, dans le contexte très actuel de manif-pour-tous, d’ouvrir les portes du Palais Bourbon au FN ?

    1. Que le FN entre ou non en masse a l’Assemblee, sera le choix du pleuple lors d’un scrutin organise, cela ne se discute pas, c’est la democratie.

      Par contre, si vous voulez avoir une idee de l’aaplication de la democratie dans notre pays, interrogez-vous sur la reprensentativite du FN et du PCF en nombre de deputes par rapport aux pourcentages de voix obtenues. Cocasse !

  3. Ben oui, tel va ce leurre de la douce ALTERNANCE dite « richesse » hexagonale !
    A un caractère impatient – peut-être irréfléchi – mais digne d’autorité que j’appréciais chez Sarkozy (par son potentiel de réforme et d’ouverture, s’il ne s’était trouvé entravé à chaque seconde par des hordes de braillards) , nous alternons par un amalgame d’incompétences, un bêtisier idéologique rouge et vert. Exécution d’une mauvaise partition, interprétée par une fanfare d’instrumentistes n’ayant jamais appris que la chansonnette « les Bobos (bonobos ?) c’est bon pour vous ».
    En matière de transparence, nous avons celle du chef d’orchestrion (*).
    Pitoyable situation que celle-ci. Nous devenons la risée aux yeux du monde, des grandes gueules bonnes à entarter. Certains oseront-ils encore invoquer ensuite la « Grandeur de la France » ?

    (*) WIKI : An orchestrion is a generic name for a machine that plays music and is designed to sound like an orchestra or band. Orchestrions may be operated by means of a large pinned cylinder or by a music roll and less commonly book music. The sound is usually produced by pipes, though they will be voiced differently to those found in a pipe organ, as well as percussion instruments. Many orchestrions contain a piano as well.

  4. Très bon texte. Dans le film, on voit bien qu’il ment et ne croit pas un mot de son charabia (qui est lu). Il est aussi coupable que cahuzac et que les autres : gauche et droite. Tous en exil !

    1. En exil ? Non ! Je pencherai plutot l’envoi de toutes les politiques avec familles (qui ont aussi profite du systeme dans les aparts de fonction et voitures avec chauffeurs) pour des camps de reeducation du peuple en Guyane, du genre Republique socialiste vietnamienne.

  5. Article bien documenté de MEDIAPART

    HOLLANDE NE VA PAS FINIR SON MANDAT !!
    11/04/2013. François Hollande veut moraliser la politique ? Qu’il montre l’exemple !

    http://blogs.mediapart.fr/blog/deva68/110413/francois-hollande-veut-moraliser-la-politique-qu-il-montre-l-exemple

      1. Mediapart reprennant H16 c’est tout de même savoureux!

        1. ce n’est pas mediapart, c’est un blogueur utilisant la plateforme mise à disposition par mediapart

          1. Je comprends mieux! Merci de la précision.

  6. Je trouve enfin des articles avec lesquels je suis d’accord, toujours très bien illustrés… Ainsi que des commentaires!

    Merci, contrepoints 🙂

    1. Merci de vos compliments et encouragements. N’hésitez pas à faire connaître autour de vous, pour que d’autres fassent la même découverte que vous.

  7. Bonne analyse. Hier lu sur le monde, des commentaires haineux envers la proposition de Benoît Apparu sur un gouvernement d’union nationale de quelques mois pour faire passer 10 mesures impopulaires…

    L’idée ne me semble pas saugrenue du tout puisque je ne vois pas Hollande seul dans son trou arriver à faire adopter une quelconque réforme structurelle quand au même moment tout le monde de sa gauche à sa droite lui tombe dessus…

  8. beau texte, bien écrit et plutôt rigolo.
    Mais …
    Hollande a-t-il jamais existé ?
    L’histoire retiendra la crise européenne de 2007-2027, quelques mesures « normales » comme le mariage gay qui aurait du passé comme une lettre à la poste (mais qu’il aura réussit à rendre conflictuelle pour des conneries inutiles, comme l’effacement des pères et mères du code civil), mais pas de Hollande

  9. Evitman, roi du gong !
    Nous avons sur le ring un Président boxeur qui ne sait qu’éviter les coups, il trottine en rond, il esquive, jamais il ne porte de coup direct, il croit sincèrement que c’est cela le noble art. En fait, au départ il était soigneur. Lui sa spécialité c’était l’éponge et la pommade. Puis après, il s’est fait remarqué parce qu’il jetait du vinaigre sur les plais des adversaires, mais en restant derrière les cordes. Alors certains l’ont pris pour un dur et l’ont poussé dans l’arène. Mais il voulait pas vraiment, en fait il a pas su dire non. Comme il est madré il reste discrètement à coté du gong et lorsque l’adversaire s’approche trop prés il le fait retentir. Tout le monde revient alors dans son coin, et Evitman pense qu’il à gagné une manche, il est fier, il bombe le torse. C’est sa façon à lui de combattre, un peu de triche, un peu de roublardise, pas de bravoure inutile. Le public est consterné, crie au scandale, quitte le spectacle. Pas grave, du moment qu’il est encore sur l’estrade !

    1. « un Président boxeur qui ne sait qu’éviter les coups »

      J’ai plutôt l’impression qu’il se les prends tous en pleine face, sa grande force c’est qu’il est toujours là; la gueule de travers, l’air pitoyable mais là quand même.

      Le vivant applique cette tactique pour les poux ou les moustiques par exemple, tu pulvérise, tu crame mais ils reviennent toujours.

    2. +12

      Mention spéciale pour le « il jetait du vinaigre sur les plaies des adversaires, mais en restant derrière les cordes »

      1. Même compliment.

  10.  » …la France a droit à onze mois de socialisme griffu, frénétique et dépensier. Nous n’avions pas prévu que nous passerions d’une frénésie à l’autre. »

    Franchement, Pascal Avot : la situation actuelle était parfaitement prévisible il y a 1 an !
    Que les « idiots utiles » du socialisme (aujourd’hui ils s’appellent « électeurs ») croient toujours aux lendemains qui chantent n’est pas une nouveauté : la maladie du socialisme se transmet de génération en génération depuis le XVIII siècle (les soit-disant Lumières et la Grande Révolution comme l’appelait Lénine) ; pourquoi cela changerait au XXIème siècle ?

    Pour les non-socialistes, il suffit d’analyser les résultats du socialisme réel : les années de terreur révolutionnaire qui ont détruit le pays, les câlins du Front Populaire, le gouvernement socialiste de Vichy, pour en finir dans les années 80 avec Mitterrand qui s’est métamorphosé en homme de gauche pour conquérir le pouvoir. A chaque fois, en France comme ailleurs, le résultat des gouvernements socialistes a été négatif. Il ne faut pas bien sur comparer le socialisme dur nazi, soviétique ou maoïste avec le socialisme mou de Mitterrand ou Hollande : aujourd’hui ceux qui ne veulent pas subir le socialisme peuvent abandonner le Pays qui s’enfonce sans risquer de finir ses jours en camp de concentration…

    On peut même analyser ce phénomène sous un angle mathématique :
    Le degré de développement d’un pays est inversement corrélé au degré de socialisme injecté. La question que je me pose est de savoir si la relation est arithmétique ou géométrique …

    1. Il n’y a qu’à lire « Le Livre Noir de la Gauche » de Jean Robin aux éditions Tatamis. Tout est dit.

    2. « Franchement, Pascal Avot : la situation actuelle était parfaitement prévisible il y a 1 an ! »

      La débâcle économique, oui, bien sûr, puisqu’elle est mécanique. On savait qu’elle s’accélérerait sous Hollande bien plus encore que sous Sarkorzy. Mais il y a tout de même des surprises. Le caractère thermonucléaire du débat sur le mariage gay, par exemple, relève de l’invraisemblable. Nous pouvions prévoir la part logique de ce début de quinquennat – mais sa part idéologique, absurde, excède toutes les prospectives.

      1. Erratum. « Mais IL y a tout de même (…) »

    3. vous oubliez louis 14, socialiste, ainsi que hernan cortez, qui envoyait ses galions chargés d’or en espagne pour faire monter les prix. les cathares, socialistes, comme charles se magne. jules cesar, socialiste aussi, heureusement que brutus etait plus avancé que les conventionnels de la première republique francaise.
      enfin, rahan, le funeste père de tout les socialistes contemporains, avec son habitude de redistribuer les silex et les sagaies.

      1. Rahan était dans Pif. Communiste, donc – raison pour laquelle il combattait les sorciers (opium du pré-peuple). Même chose pour Docteur Justice qui cassait la gueule aux fascistes. Et les Rigolus, qui étaient rouges. Sacré Pif. La BD idéologique. Lénine aurait adoré.

    4. Les promesses étaient clairs : aucune amélioration de compétitivité pour l’économie, uniquement des cadeaux clientélistes dont les avancées sociétales particulièrement clivantes (mariage pour tous, vote des étrangers, justice sans sanction, …).

      Les prévision de budget étaient aussi très clairs : la crise devaient se finir spontanément fin 2012 et la croissance retrouvée miraculeusement permettait de financer toutes les promesses clientélistes sans difficultés.

      Ajoutons à cela l’annulation quasi systématique des actions du gouvernement précédent (sauf les hausses d’impôts évidemment), ce qui est du jamais vu dans un pays démocratique ! Ce genre de remise en cause à généralement seulement lieu après une révolution car cela sous-entend l’illégitimité du pouvoir précédent !!!

  11. Avant une dissolution j´aimerais qu´il nomme Mélanchon comme premier ministre. La France deviendra alors un paradis fiscal pour chasseurs d´allocations et autres shootés à l´argent public.. Les travailleurs fuiront remplacés par des assistés.

  12. Le socialisme rose est né… pas étonnant qu’il planque se fesses.

    Ou est passé le pays de valeurs et de traditions !

  13. Youpi, le mariage pour tous est passe ! Bravo, Flamby.

    Je vais pouvoir enfin faire mon coming-out avec mon berger allemand femelle !

    Prochaines etapes : le droit de vote pour tous (chats, chiens, hamsters, singes) et le prelevement direct sur les comptes bancaires !

    1. Pour le prélèvement direct, c’est déjà en cours.

      1. J’imagine qu’il y a bien une bande de motard qui vont le remercier avec un dépôt en liquide.

  14. durant sa campagne electorale, holland a essayé de jouer les durs, avec une agressivité surjouée qui sonnait faut. etonnant pour quelqu’un qui voulait diriger le pays de manière plus calme que sont predecesseur. sa facon de se tourner successivement a droite et a gauche lorsqu’il etait a la tribune, sans jamais regarder le public en face, me faisait penser a un tic nerveux. d’ici qu’il se mette a secouer les epaules frenetiquement en rigolant.
    je prescrirai une bonne cure de magnesium, et une tisane de tilleul chaque soir avant de dormir, la masturbation est efficasse aussi, ainsi que la natation ou le velo …

  15. Vivve la liberté!

    Je pense que on devrait le renommer 3hollandbachev » tant que la situation est semblable en tout point à la fin de l’Union Soviétique…Hollandbachev sa perestroïka, sa glasnost!

  16. très bon article. dommage qu’on ne puisse pas liker certains commentaire, car certains sont vraiment pas mal.

    1. Oui, et je remercie tout le monde.

  17. «programme électoral de placidité festive». Muray aurait aimé l’expression. Je retourne à ses «Essais» (Éditions Belles-Lettres), mon livre de chevet.

    1. Pareil.

  18. Souvenons-nous des mises en garde avant son élection.

    Ségolène : « le drame avec François, c’est qu’il n’a jamais rien foutu, et ne fera jamais rien ».
    Tapie : « je l’aime bien, mais on ne désigne pas comme leader d’escadrille de combat un type qui ne se débrouille même pas avec un Jodel.
    Sarkozy : « normal ? vous croyez que piloter la France dans les circonstances actuelles est un boulot normal » ?

    Tout cela était écrit, mais peu de gens ont bien voulu ouvrir les yeux.
    La gauche, parce qu’elle croyait sa grande heure venue ;
    L' »extrême gauche » (que vous appeler extrême droite comiquement) par égo anti sarko
    Le centre parce qu’il pensait sortir de l’ombre …

    Comme dit la chanson : « tu l’as voulu et tu l’as eu … »

    Oui, étant donné que Hollande est incpable d’une décision courageuse, il ne démissionnera pas.
    Et rien ne semble prévu pour le destituer. .
    Il faudra donc se résigner à la déglingue actuelle, ou passer à la cohabitation.
    La meilleure solution probablement, Flamby sera trop content de retourner dans sa salle de jeu élyséenne, et qu’on lui fiche la paix !

    1. Trois très belles citations, bravo. Un citoyen n’est utile que s’il a un minimum de mémoire.

  19. facebook_isabelle.demeocq.90

    Ce type n’est pas arrivé là par hasard ! Il a été placé. Il y a de ces fonctions où le hasard ne peut pas jouer et c’est le cas pour Hollande. La question qui avait intérêt à le placer là et pourquoi ? DSK, les primaires puis les médias… Tout c’est mis en place, la mer du pouvoir s’est ouverte à chacun de ses pas. C’est curieux tout de même ! Je suis d’accord avec l’analyse : la seule issue d’Hollande pour retrouver un peu d’estime de lui-même et de crédibilité est la cohabitation et pouvoir faire porter la responsabilité du désastre annoncé sur la droite.

    1. Vous avez raison : Hollande a été placé là par les Illuminati. Preuve que les Illuminati sont des incapables.

  20. Après avoir lu cet article j’ai découvert que Hollande était un gros con ! les despotes ne seraient donc pas intelligents ?

Les commentaires sont fermés.