D’ici 2015, il y aura plus d’internautes en Chine qu’en Occident

Publié Par Aymeric Pontier, le dans Asie, Internet

La Chine est devenue en moins de 10 ans un acteur majeur de l’Internet à l’échelle mondiale, en se contentant uniquement de son immense marché interne. Mais un jour ou l’autre une nouvelle ère va commencer, quand les géants chinois du Web voudront conquérir des marchés à l’étranger.

Par Aymeric Pontier.

Le Ministère Chinois des Technologies de l’Information a publié récemment une nouvelle estimation du nombre de personnes disposant d’un accès Internet en Chine continentale d’ici 2015. Le pays devrait alors compter environ 800 millions d’internautes, soit autant voire plus qu’en Occident. La plupart de ces citoyens chinois se connecteront en priorité avec leur téléphone mobile. À l’heure actuelle, 200 millions de chinois ont déjà accès au réseau 3G, et le nombre d’abonnés continue d’augmenter rapidement. Le futur réseau 4G est en préparation comme en France, les Chinois et les Français devraient en bénéficier quasi simultanément…

Il y a 10 ans, une telle progression était encore impensable. Beaucoup croyaient que le retard technologique de la Chine ne pouvait être rattrapé à brève échéance. En tout cas, pas dans des délais si courts. Mais c’est là un enseignement majeur de l’économie mondialisée : les technologies se répandent à une vitesse insoupçonnée jusqu’ici. Pour peu que l’attrait de la modernité l’emporte sur le désir de préservation des traditions ou des usages, un peuple peut se métamorphoser en quelques années.

Conséquence directe de l’explosion des échanges en ligne, la censure chinoise vacille. Certes, les journalistes ne sont toujours pas libres d’écrire ce que bon leur semble, le pouvoir espionne toujours les discussions de leurs concitoyens sur le web, et l’on ne peut toujours pas accéder à certaines informations jugées trop dangereuses ou sensibles. Ceci étant dit, il est impossible pour le PCC d’arrêter la marche du progrès social après avoir promu le progrès technologique. Les nouvelles circulent vite sur les microblogs et les réseaux sociaux. Bientôt, c’est tout l’édifice de propagande qui va s’effondrer. Les indices de cette révolution paisible mais foudroyante se multiplient.

Cependant, l’obsession du contrôle passéiste des autorités chinoises et leur protectionnisme poussif privent les compagnies étrangères de cette manne de consommateurs connectés. Nul doute que cette politique a cherché à favoriser l’émergence de géants domestiques, la plupart inconnus dans le reste du monde.

Pour les services, on peut citer : Baidu (moteur de recherche), Weibo (microblog), Alibaba (site de commerce en ligne), Renren (réseau social). Sans compter China Mobile, China Telecom, Huawei et ZTE en ce qui concerne les réseaux et les constructeurs télécoms.

De par leur taille gigantesque, ces entreprises chinoises du web et des télécoms sont les seules en mesure de rivaliser avec les sociétés américaines ou européennes qui dominent le secteur partout ailleurs. Lorsque ces compagnies chinoises auront décidé de conquérir de nouveaux marchés, hors des frontières confortables de leur pays, une compétition féroce devrait s’engager. Et elles pourraient l’emporter ! Le capital-risque est abondant, les universités chinoises produisent toujours plus d’ingénieurs doués et talentueux. Bref, toutes les bonnes cartes sont entre leurs mains ! Toutefois, le passage d’une économie protégée à une économie ultra-concurrentielle ne sera pas facile. Mais après tant de bouleversements, qui peut douter de leur capacité d’adaptation ?


Sur le web.

Laisser un commentaire

  1. En comptant tous les blogueurs à 2 balles (50 yuan) payé pour noyer l’internet de message conformiste, c’est sur que cette mentalité va rendre l’internet inutilisable.

    Comme quoi on va voir d’autre moyen de communication se dévellopper pour éviter cette pollution.

    1. Lafayette: « pour noyer l’internet de message conformiste, c’est sur que cette mentalité va rendre l’internet inutilisable.  »

      Ils ont peut-être autre chose à f… que de saboter les autres, ce n’est pas très rémunérateur de piétiner les rosiers du voisin surtout quand celui-ci est un client.

      Au dernières nouvelles ils écrivent toujours chinois d’ailleurs.