Vœux 2013 de François Bayrou : libéral compatible ?

Publié Par PLG, le dans Politique

François Bayrou offrait le vendredi 18 janvier ses vœux devant la presse française. Ce fut l’occasion pour lui de dresser un bilan rapide de la situation et transmettre ses recommandations. Et pour nous, celle de lui poser quelques questions à la fin de son intervention, que nous accompagnons d’un décryptage. François Bayrou est-il « libéralo-compatible » ? Réponse à la fin.

Par PLG.

Vœux 2013 de François Bayrou

L’intervention de François Bayrou

Intervention complète ici

Sur les conflits actuels

F. Bayrou commence d’abord par revenir assez longuement sur les conflits actuels dans lesquels la France s’est engagée, en particulier le conflit malien. En premier lieu il rend hommage au chef de bataillon Damien Boiteux, mort vendredi dernier, ainsi qu’au journaliste tué aujourd’hui même. Celui-ci affirme ensuite son « soutien à l’intervention française », et se félicite du consensus politique qui s’est formé autour de cette intervention, qu’il juge justifiée pour deux principales raisons :

– D’une part, le risque de voir s’installer au Mali un régime « manifestement complice et acteur du terrorisme international », guidé par des fanatiques.

– D’autre part, la nécessité de protéger les 6000 ressortissants français présents à Bamako, qui risquaient des « exactions » et des prises d’otage. La France doit protection non seulement aux pays amis mais aussi à ses citoyens.

Il a appelé à la prudence pour les soldats et les armes présentes en grand nombre dans ces territoires ; en faisant référence au fait que la chute de Kadhafi en Libye a conduit à la disparition d’un grand nombre d’armes de guerre qui ont abondé les groupes terroristes qui s’attaquent aujourd’hui aux intérêts français.

Enfin François Bayrou s’est inquiété du « manque d’avions de transports et de drones » qui limite la projection de troupes en terrain hostile, et affirme que l’État doit engager les « efforts nécessaires » pour y remédier.

 

Simplifions la bureaucratie et les collectivités territoriales labyrinthiques.

 

Sur l’Europe

Ceci a naturellement conduit le président du Modem à rappeler son engagement européen. En effet d’après lui « aucune armée nationale » n’est suffisamment puissante pour s’opposer aux risques mondiaux, ce qui pose la question de la coopération armée entre États membres. Il en appelle à la constitution d’une « véritable Europe de la Défense », qui ne peut reposer uniquement sur les deux grandes armées française et britannique, et qui aurait pour effet de mutualiser les forces et les efforts budgétaires.

Sur le clivage Droite/gauche

F. Bayrou loue la solidarité des partis dans l’épreuve malienne. Il dit y voir une « raison d’espérer », comprenez un espoir pour le Modem de montrer que le clivage droite-gauche doit être dépassé pour les « grands dangers » que traverse la France, terroristes comme économiques. Le pays doit être « courageux et uni », référence au slogan actuel du modem. Cette solidarité devrait ainsi se manifester pour lutter contre « l’effondrement de la production ».

D’après F. Bayrou, une enquête récente du Cevipof qui montre que 68% des Français pensent le clivage actuel droite/gauche dépassé va dans le sens de sa démarche ancienne de création d’une troisième force pour mettre fin au bipartisme français. Là-dessus, on pourrait faire remarquer au président du Modem qu’il y a une ambiguïté dans les termes. Les Français pensent-ils le clivage dépassé parce que l’affrontement gauche/droite conduit au désastre ou parce que justement il n’y a pas vraiment d’affrontement entre deux partis étatistes… ?

Démarche intéressante, F. Bayrou insiste sur la nécessaire « simplification » bureaucratique, la réforme d’un État « bloquant » qui impacte la volonté d’entreprendre. Cette simplification devrait également selon lui concerner les mécanismes de solidarité. La complexité administrative de nombreuses démarches, tout comme l’existence de « collectivités locales (sic) labyrinthiques », créent une inertie très grande qui s’oppose au changement. Cette simplification doit passer par un effort accru sur les dépenses publiques, trop importantes, davantage que par des hausses d’impôt.

 

Un homme politique a le devoir de s’occuper de la production et de la richesse de ses habitants.

Sur les manifestations anti « mariage homo »

Dénonçant le jeu de rôle entre le décompte des manifestants effectués par la Préfecture et les organisateurs, et sans prendre officiellement parti pour un camp ou un autre, F. Bayrou s’étonne du faible chiffre avancé par la Préfecture (340.000 personnes), soit « 4 fois les tribunes du Stade de France « , et sous-entend donc qu’au mieux les méthodes de la Préfecture sont à revoir, au pire qu’il y a manipulation. Il en appelle alors à mettre en place une « autorité indépendante », avec des outils fiables. Savoir combien de personnes participent constitue un «  élément de démocratie ». En revanche, F. Bayrou ne s’est pas prononcé sur le fond de cette question. Tout au plus a-t-il appelé François Hollande à « prendre en compte » les inquiétudes des manifestants, lui qui s’est posé en « Président de tous ». On peut comprendre cette relative « timidité de F. Bayrou par l’indécision relative de ses électeurs potentiels, partagés entre une tradition familiale catholique incarnée par son leader, et une tradition réformiste et égalitariste.

Sur l’accord négocié la semaine dernière entre les partenaires sociaux :

Il s’agit d’après lui de « progrès substantiels », forts d’un « véritable contenu ». Il dénonce la virulence de la gauche de la gauche qui s’oppose à cet accord, dans « les mêmes termes que l’extrême droite ». D’après François Bayrou, les opposants à la réforme font preuve de démagogie.

 

Montebourg/Renault : un discours à géométrie variable

 

Sur le cumul des mandats

F. Bayrou réaffirme son opposition au cumul des mandats pour les parlementaires, et rappelle qu’il s’agissait d’un engagement de campagne formel de F. Hollande. Ne pas le respecter serait « une trahison ». En particulier, cette réforme devrait s’appliquer dès les élections municipales de 2014, et les régionales qui suivront. Sur ce dernier point, le leader du Mouvement Démocrate prend le pari que la volonté du gouvernement actuel de repousser les élections régionales à 2015, qui relève selon lui de « la pure opportunité politique », ne passera pas le filtre du Conseil Constitutionnel, et que ces élections auront lieu en 2014 en même temps que les municipales.

Le nombre de parlementaires devrait être réduit à 400 députés et 200 sénateurs afin de favoriser le renouvellement du paysage politique, renforcé par l’introduction d’une « dose de proportionnelle ». Il en profite alors pour rappeler que si l’on ajoute le score du Modem, de l’extrême gauche et de l’extrême droite aux trois dernières élections présidentielles, on obtient « 40% des électeurs », pour seulement « 1% des représentants à l’Assemblée Nationale ».

La réforme proposée par le Modem serait la suivante : conserver ¾ des sièges au scrutin majoritaire classique. Le quart restant serait distribué en deux parts : la première part serait attribuée à la coalition arrivée en tête pour conserver le fait majoritaire, la seconde part  serait distribuée au prorata des scores obtenus par chacune des autres formations politiques.

 

F. Bayrou a ensuite clos son intervention par sa volonté de préparer les prochaines élections de 2014, municipales et européennes.

 

Les questions – réponses

Passons les détails sur les incontournables questions politico-politiciennes du type « que pensez-vous de J.-L. Borloo, de F. Hollande, etc. » qui n’ont amené aucune réponse d’importance. Nous avons en revanche pu lui poser les deux dernières questions de la journée.

Contrepoints : Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif, a déclaré qu’il ne s’opposait pas au plan de réduction d’emploi de Renault (7500 personnes tout de même) puisque Renault n’avait « pas franchi la ligne rouge ». Quelle est votre position sur cette déclaration et la décision de Renault ?

F. Bayrou commence par critiquer « les discours à géométrie variable ». D’après lui, l’État est « responsable depuis des années et des années, du fait qu’il est présent à hauteur de 15% dans l’actionnariat » de cette entreprise. L’État participait donc aux décisions, ou en était au moins informé. « Nous nous battons depuis des années pour qu’il y ait un commissariat, non au plan, mais aux Stratégies. J’ai d’ailleurs vu que c’était prévu mais on n’en entend pas parler. Je souhaite que cela se fasse vite. Nous avons fait une faute stratégique industrielle et c’est plus impardonnable chez Renault que les autres puisque l’État est présent. Nous sommes écrasés, battus, par nos voisins Allemands, où l’automobile progresse et où les salaires augmentent ; chez nous c’est l’inverse ».

Contrepoints : Ne pensez-vous pas que le thème du redressement industriel, repris par la plupart des grands partis, ne relève pas davantage d’une vision un peu « nostalgique », davantage que d’une vision d’avenir ?

F. Bayrou fait remarquer en premier lieu que ce débat « a été introduit par un seul » (donc lui), et repris ensuite seulement par les autres. Pour la suite, voici ses mots exacts :

« Franchement, imaginer qu’il serait nostalgique que la France produise, crée des richesses et des emplois, dans l’état de pays désemparé dans bien des secteurs industriels où nous sommes, c’est franchement mépriser la vie des gens. Il n’y a rien de plus contemporain, moderne, futuriste, nécessaire que de penser la production et l’emploi en France. Notre modèle de service public et notre modèle social vont s’écrouler. Parce que le chômage et l’absence de ressources forment un couple mortel pour notre modèle de société. Il n’y a rien de plus important que de bâtir la production en France, et en Europe. Je vais prendre un exemple non caractérisé, je ne confonds pas région et nation : imaginons que le Président de Bretagne dise « cela m’est égal qu’il y ait des emplois en Alsace ou ailleurs », il se ferait virer instantanément par les électeurs, et ils auraient raison ! Quand vous êtes un homme politique français, vous avez le devoir de vous occuper de la production de richesses et d’emplois chez vous. Il n’y a rien de plus contemporain que cela. Je ne varie pas d’un millimètre sur ce point. Le problème est qu’on n’en fait pas assez. On ne s’interroge pas suffisamment sur les raisons pour lesquelles notre pays en est là. Elles sont probablement dans le labyrinthe de l’administration, l’impossibilité de trouver des solutions nouvelles, la présence d’un État « autobloquant », dans le gaspillage d’argent public, dans la peur qui se crée chez les employeurs et les salariés. Je ne partage donc pas du tout ce que vous dîtes ».

 

Ces deux réponses sont au moins aussi éclairantes qu’elles soulèvent des paradoxes dans la position officielle du Modem. Essayons de prendre point par point :

 

« Les salaires augmentent en Allemagne, chez nous c’est l’inverse ».

C’est exact pour 2012 mais ceci doit être modéré par une perspective de plus long terme. En effet depuis 2000 les salaires ont augmenté de 0,8% par an en France, contre 0,1% en Allemagne en moyenne (chiffres Eurostat). Ainsi l’augmentation des salaires allemands ne peut illustrer une tendance de fond mais seulement un rattrapage, très partiel, des efforts opérés ces dix dernières années. D’autre part si l’on raisonne en coût horaire du travail, ceux-ci semblent très similaires dans l’industrie (36€ en France, 35,5€ en Allemagne). Mais dans le secteur tertiaire l’écart est bien plus significatif (respectivement de 34,5€ et 28,5€ – INSEE 2012). Or la part des services dans la production automobile est de plus en plus importante ce qui implique que le coût moyen en main d’œuvre d’une voiture en Allemagne est en réalité inférieur au coût français, à voiture identique.

 

« Il n’y a rien de plus moderne et futuriste que penser l’emploi et la production en France ».

Il est intéressant de noter que sur ce point F. Bayrou a (volontairement ?) opéré une confusion entre les termes. La question portait sur le rôle de l’industrie, en sous-entendant qu’il valait mieux se concentrer sur les services. À ce titre, notons que la part de l’industrie dans le PIB Américain est de 12,1% contre 12,6% en France, sans que cela ne porte préjudice à son économie ou son plein-emploi (juste avant crise). La réponse du président du Modem est donc hors propos, en affirmant que l’on a ou l’industrie ou rien. En réalité, il faudrait s’attacher non au nombre d’emplois dans un secteur spécifique mais bien à la richesse produite, c’est-à-dire la valeur ajoutée, et sa répartition.

En effet reprenons en le complétant l’exemple donné il y a quelques mois par Alain Madelin. Supposons qu’une entreprise conçoive des Smartphones via un bureau d’études (service) en France, et les fasse produire par une filiale délocalisée en Chine, qui les réexporte ensuite en France. Du point de vue des chiffres, cela donnera un recul de l’industrie en France, et une augmentation en Chine. Et quid de la balance commerciale ? Elle sera déficitaire, puisque l’importation sera comptabilisée pour un Smartphone complet, alors que les exportations ne valaient que pour des schémas de fabrication, des concepts, de valeur monétaire inférieure, en supposant même qu’ils soient comptabilisés. Or si l’on raisonne en termes de valeur ajoutée, celle-ci est constituée à plus de 90% par les activités de conception. Donc schématiquement, 90% des salaires versés dans l’ensemble du processus de création d’un Smartphone reviennent aux employés locaux, le faible reste aux chinois. Le premier pays s’est donc enrichi, avec une balance commerciale déficitaire et une industrie qui se réduit en pourcentage du PIB.

On remarque donc que F. Bayrou, comme les autres, tombe dans le piège des chiffres non représentatifs, qui illustrent les sophismes dénoncés par Bastiat il y a 150 ans…

 

Enfin, on note un double langage très caractéristique dans les positions du Modem. D’un côté, celui-ci dénonce « l’affrontement stérile droite/gauche, qui ne permet pas l’émergence d’un discours nouveau ». De même, les obstacles mis en avant sont les mêmes que ceux des libéraux : administration foisonnante, dépense publique pléthorique, etc. Et puis l’on regarde les propositions, qui se résument à un pont : plus d’État ! Les chiffres des manifestations ne sont pas bons ? Créons un observatoire. Renault s’est trompé dans sa stratégie ? Mettons en place un « Plan aux Stratégies ». Et pour finir cette phrase qui, d’une certaine manière, fait tomber le masque : « un homme politique doit s’occuper de la production et la richesse de ses habitants ». Donc sur la forme Bayrou dénonce l’interventionnisme étatique, mais dans le fond, il ne peut se détacher de la vision décidément commune à tous nos partis actuels, selon laquelle c’est à l’État de planifier, d’orienter, de soutenir la production.

S’opposer au clivage droite/gauche dépassé pour faire émerger des idées nouvelles. Mais où sont-elles ces idées nouvelles ? Pas sûr de toutes les trouver au Modem…

 

Laisser un commentaire

  1. Bayrou libéral compatible ? Je suppose que c’est du second degré ? Fait-il vraiment perdre du temps pour répondre ? Si on commençait par le commencement ? Dans cette France à la mentalité d’éternels assistés, pour insuffler ne serait-ce que les prémices d’un début de libéralisme, il faudrait un dirigeant au caractère en acier trempé, comme l’avait madame Thatcher. Faut-il en dire plus ? Faut-il comparer Bayrou avec cette dernière ? même en admettant qu’il soit aussi libéral, ce qui reste encore à prouver, pour quelqu’un qui n’ose même pas dire qu’il est de gauche, comme tous ceux qui veulent pas voir de différence entre les deux doctrines ! mais qui appelle in fine à voter malgré tout socialaud. Un peu de sérieux s’il vous plait, nos idées méritent pour ceux qui sont sincères, beaucoup mieux.

    1. Je ne sais pas si la France a besoin d’un(e) Thatcher, mais je suis certain que ce site a besoin de lecteurs qui lisent les articles avant de poster un commentaire..

      Merci.

      1. Allez y essayez de me prendre pour un imbécile qui ne sait pas lire et ne pas comprendre, entre les lignes, cela me réconforte, in fine.

        Cela fait un moment que Contrepoints multiplie les articles sur PLD, et leurs nouveaux amis (défense de rire !) , les centristes grands méchants mous, sans aucun charisme, décentrés à gauche.

        Est-ce pour essayer de nous vendre l’invendable ? Il ne suffit pas de coller une pancarte ‘’ Libéral ’’ sur le cul d’un âne, pour que celui-ci le devienne et le soit intrinsèquement.

        Même si je ne sais pas lire, le français, vivant aux USA, depuis plus de vingt ans, adhérant du Tea Party, j’ai au moins la prétention de savoir ce qu’est la vraie pensée libérale, pas le  » Canada Dry  » qui n’en ai pas, ou une pale imitation. Nous ne vivons pas sur la même planète.

        1. Je répète, vous n’avez toujours pas lu l’article : la partie questions-réponses indique de manière très claire que non, Bayrou n’est pas libéral.

          « sur la forme Bayrou dénonce l’interventionnisme étatique, mais dans le fond, il ne peut se détacher de la vision décidément commune à tous nos partis actuels, selon laquelle c’est à l’État de planifier, d’orienter, de soutenir la production. »

          Ca semble quand même évident comme conclusion, non ? Et l’article sur le PLD n’a rien à voir. Nous relayons simplement en fait, et même nous nous en sommes étonnés dans la mesure où JL Borloo et l’UDI n’apparaissent clairement pas comme libéraux.

          Donc nous ne collons aucune pancarte. Bien au contraire, nous le décollons.

          Merci au moins de vous élever contre vos adversaires antilibéraux, et non contre ceux qui prêchent les mêmes idées que vous. Mais en français.

          1. Nous ne sommes pas assez nombreux pour nous faire la guerre ! et ce n’est pas mon but.

            Nous n’avons pas la même analyse, rien d’autre, pour moi, se poser la question pour savoir si Bayrou, Borloo, Véron et consorts peuvent être libéraux, c’est perdre son temps, rien d’autre, à moins de poursuivre les analyses et faire des articles pour se demander si les républicains américains, voire les Tea Party, sont communistes, tendance trotskistes ou léninistes et nous prendre pour des cons, ce que justement les centres mous et flasques français essayent de faire.

  2. Ce cher Bayrou, en bon centriste multicolore, s’évertue, au moins dans le discours de ménager la chèvre,le chou, la fermière, le propriétaire du champ, le restaurateur, le loup, le tanneur, le chasseur et le
    percepteur que tous peuvent vivre ensemble en profitant des uns et des autres sans que personne ne soit privé de quoi que ce soit…
    Yapuka…

  3. Et toujours aucune idée pour résoudre la criminalité, l’invasion musulmane et tout ce que cela entraine – pénurie de logements, pas de travail pour eux qui se retrouvent à nos frais, explosion des déficits sociaux, expulsions 0 des illégaux…

    La droite, le centre et les autres otages des merdias gauchistes qui n’hésiteraient pas à les clouer aux piloris s’ils n’obéissaient pas aux minorités…

    Quand donc ne subventionnerons nous plus ceux qui détruisent la France ?

    1. Malheureusement, à lire ces excellents articles et les commentaires ci-dessus sur Bayrou, il ne reste que deux solutions: faire la Révolution ou quitter la France…

  4. Bonjour et bravo pour vos questions « sur le fond » à F. Bayrou. Vous avez bien remarqué qu’à votre question sur l’industrie, il a répondu par la production, et c’est ce qu’il fait constamment depuis qu’il a (ré)introduit ce thème dans le débat politique il y a un an et demi.

    Et il est parfaitement conscient que, si nous pouvons produire plus avec moins de travail « d’OS », répétitif ou dangereux, c’est plutôt mieux :-) (Cf. par exemple son interview par Etienne Mougeotte : http://demsf.free.fr/index.php?post/2010/02/24/Legislatives-reconquete ).

    Comme tout concept, la « production » peut avoir des contours changeants selon le contexte dans lequel on l’emploie. Certes, il existe un indicateur chiffré de mesure de la production — la valeur ajoutée — auquel F. Bayrou se réfère parfois ; mais cet indicateur même est imparfait : par exemple, dans le secteur public non commercial, la valeur ajoutée est prise par convention égale aux coûts (salariaux).

    Or c’est le propos même de F. Bayrou de dire : pour que la France se développe, regagne des emplois et retrouve son équilibre commercial, il faut qu’elle se préoccupe, non pas seulement de mécanismes de « redistribution » (RTT, emplois aidés, etc.) mais d’abord de produire des choses utiles, qu’elle soit capable de vendre, notamment à l’étranger.

    Après, les libéraux et les démocrates peuvent diverger sur la meilleure stratégie pour y parvenir. Ce n’est, en tout cas, ni la stratégie du « toujours plus d’emplois publics », ni la stratégie sarko-balladurienne du pilotage des grandes entreprises depuis l’Élysée !

    1. La « France » ne « produit » rien, ne « développe » rien, ne se « préoccupe » de rien. Seuls les individus, les entreprises le font.
      Ou alors vous confondez l’État français et la France. Et quand l’État fait, incite, désincite, produit, etc., c’est un désastre. Et quand un politique dit qu’il faut « d’abord produire des choses utiles », il entend par là que c’est l’État qui va décider, inciter, « orienter »…

      Donc bref, c’est l’exact opposé du libéralisme, et c’est exactement la même chose que la « stratégie sarko-balladurienne », la « stratégie hollando-montebourgienne » ou encore la « stratégie lepéno-mélanconienne »… Seuls le sens des décisions, des incitations, des oritentations changent.

      Et donc Bayrou ne vaut pas mieux que Sarko, Le Pen, Hollande ou Méchancon.

      1. Et voir Bayrou, ou n’importe quel autre politique, vouloir décider pour tout le monde quelles sont les choses « utiles » à produire, ça fout la gerbe à n’importe quel libéral.