Depardieu : bon baiser de Russie

Publié Par Charles Sannat, le dans Fiscalité

L’accueil de Depardieu par la Russie est l’occasion de comparer la fiscalité de notre social-démocratie avec celle de l’ancien empire soviétique.

Un billet d’humeur de Charles Sannat.

Ça y est mes amis, notre Gérard Depardieu est russe désormais. Il faut dire qu’à Moscou, la capitale de l’ancien Empire du mal soviétique et communiste, le taux d’imposition n’est « que » de 13%. Vous vous rendez compte, 13 % ! De quoi nous faire rêver nous autres pauvres Français abonnés aux taux d’imposition dépassant allégrement les 40% sur à peu près tout et à tous les niveaux.

C’est Vladimir Poutine en personne qui a signé le décret permettant à notre vedette du cinéma de prendre la nationalité russe. Je trouve d’ailleurs cette information très instructive sur ce que nous sommes devenus. En tout cas, Vladimir Poutine envoie un signal clair au monde. Le pays communiste, actuellement, c’est la France et ses taux d’imposition disons-le clairement confiscatoires.

En Russie, c’est 13%. Chez nous, c’est un peu plus élevé. Je ne vous ferai pas toute la liste de nos prélèvements, mais globalement quelqu’un qui gagne bien sa vie sera taxé à 40% sur ses revenus. Puis, lorsqu’il aura placé ses économies (déjà taxées donc), s’il gagne des sous, il sera à nouveau taxé du même montant sur ses gains. C’est normal, puisque notre gouvernement a décidé d’aligner les taxations du travail et du capital, en nous expliquant que c’est tout à fait normal. Normal, lorsque l’on a un Président Normal. On oublie juste au passage de vous dire encore une fois que le capital est en général issu d’une forme d’épargne et du fruit du travail donc qu’il a déjà été taxé. Enfin, troisième impôt important : la TVA de 20% sur tout ce que l’on consomme ou presque.

Bref, comme nous le montre si bien Vladimir Poutine, l’enfer soviétique c’est la France, ce n’est plus la Russie.

« Les gémissements des plus fortunés »

Pendant ce temps, Benoît Hamon ironise sur les gémissements des riches en déclarant :

Quand j’entends un certain nombre de grandes fortunes gémir sur le niveau d’imposition dont elles souffriraient, c’est quelque chose de particulièrement indécent, d’entendre ces gémissements des plus fortunés, à côté du silence des Français qui voient leur pouvoir d’achat, en lien avec la crise, parfois être remis en cause.

Il peut ironiser Benoît Hamon, il ne comprendra la réalité des choses et de l’exode fiscal en cours que lorsque les impôts qui rentreront dans les caisses auront baissé de façon importante.

Il y a aujourd’hui 200 000 Français en Belgique. À Londres, le quartier français représente plus de 400 000 de nos concitoyens, un nombre tellement élevé que dans certaines rues de la capitale du Royaume-Uni on entend plus parler français qu’anglais. Ce que Napoléon n’a pas pu faire, c’est-à-dire unifier l’Europe, la construction de l’Union européenne depuis 50 ans et le tunnel sous la Manche nous ont permis d’envahir pacifiquement la perfide Albion !

Encore une fois, si notre gouvernement souhaite augmenter les impôts, il doit mettre en place un système coercitif comme il existait en ex-URSS il y a encore 30 ans. Une police politique, des frontières grillagées et des gardes armés tirant à vue sur tout candidat potentiel à l’exil ou à l’exode fiscal.

Il y a des alternatives

Car Monsieur Hamon, sachez qu’il existe des alternatives crédibles pour payer moins d’impôts alors… pourquoi s’en priver. Ce que vous appelez « gémissements » sont en réalité des alertes de la part de vos citoyens qui vous disent stop. STOP au racket fiscal. Vous balayez cela d’un revers de main en disant : « gémissements ». Or vos riches vous préviennent.

Ignorez-les, ils partiront, c’est aussi simple que cela, ou alors attachez-les… Mais le bilan « globalement » positif du communisme a largement prouvé que cela ne marchait pas vraiment.

La limite des augmentations d’impôts

Cette limite va très bientôt apparaître à notre gouvernement. Alors oui, en 2013 on élargira les assiettes, on augmentera les taux, on baissera un peu ci ou ça… mais à l’arrivée, on ne pourra pas taxer au-delà d’un certain point car sinon le découragement gagnant tout le monde, la richesse taxable sera de plus en plus faible.

Alors fin 2013, début 2014, il faudra commencer à baisser les dépenses, et là ce sera une autre histoire !


Sur le web.

Laisser un commentaire

    1. J’aurais bien aimé voir votre tirade en entier, mais Google Chrome me dit que votre page est infectée de virus malfaisants….. Est-ce que je peux quand même me connecter ?

    1. @benbarek
      Votre réflexion laisse à penser que vous croyez que plus le niveau d’imposition est haut, plus le niveau de vie est haut.

      Demandez donc à votre inspecteur de impôts de vous prendre tout ce que vous possédez. Vous verrez, c’est une expérience très enrichissante.

      1. Non, vous lisez mal; je pense qu’aux alentours du niveau moyen et en dessous nous avons un niveau de vie supérieur aux russes et ce grâce aux impôts.
        Aucun contribuable français ne se fait taxer de tout ce qu’il possède! Sauf vous semble-t-il!

        1. Je suis à la retraite, et on me demande souvent de repartir sur des chantiers car on a du mal à trouver des gens dans ma spécialité.
          Si je repars, l’état me rackettera plus de 60%, je suis mieux chez moi.
          Ils iront chercher des Anglais ou autres, moi je ne veux pas me fatiguer pour payer des rentiers fonctionnaires et politicards inutiles

          1. « S’il n’y avait pas le smic, tu te ferais payer 100 euro par mois ». Si tu persistes avec des idées aussi minables, tu n’es pas prêt de comprendre quoi que ce soit à l’économie.

          2. heirophant: « S’il n’y avait pas le smic, tu te ferais payer 100 euro par mois pour tes services.  »

            Il n’y a pas de SMIC en Suisse devine dans quel sens les frontaliers franchissent la frontière par dizaine de milliers ?

            Non seulement le chômage est à 2.8% (le code du travail fait deux pages contre 3200 en France) mais en plus même une caissière est bien mieux payée en Suisse.

            La suisse veux bien aider vos réfugiés pauvre naufragés du socialisme mais elle a des capacité limitées.

          3. « Je suis à la retraite, et on me demande souvent de repartir sur des chantiers car on a du mal à trouver des gens dans ma spécialité. »

            En Russie, tu ne serais pas à la retraite : tu serais déjà mort. CF leur espérance de vie qui règle une partie du problème des retraites chez eux.

          4. à IImryn

            et 16 banques vont payer une amende pour fraude fiscale

            vous êtes un ignorant. allez faire vos courses à lausanne ou à geneve. ce que je fais régulièrement

          5. « et 16 banques vont payer une amende pour fraude fiscale
            vous êtes un ignorant. allez faire vos courses à lausanne ou à geneve. ce que je fais régulièrement »

            Et alors, tu veux qu’on liste les merdes de la France en matière de banques ? ça change quoi à votre chômage, salaire, dettes impôts et niveau de l’état ridicules ?

            Pour ce qui est des courses je suis un peu né en suisse alors tu es gentil.

        2. Ceux qui ont un niveau supérieur aux Russes grâce aux impôts sont ceux qui vivent grâce aux impôts, ceux qui paient n’ont pas du tout la même vision.
          Les poticards et le fonctionnaires et assimilés, les seuls vrais rentiers à vie, ruinent le pays et on a le droit de ne pas accepter leur dictature.

    2. Il en faut une dose, d’ignorance servile pour sortir une imbécilité pareille ! 70 ans de communisme ont laissé quelques traces que même des impôts bas ne peuvent effacer en quelques années…

        1. C’est en partie vrai : les socialismes collectivistes produisent invariablement de l’anarchie, soit immédiatement soit après leur effondrement inéluctable.

          1. La mafia existait déjà du temps des cocos. Elle continue de plus belle aujourd’hui. Si tu es parrain russe, tant que tu vénères le Capo de Tutti Capi Puttini, tu as la belle vie. Fais lui de l’ombre et c’est la Sibérie, ou le cercueil.

  1. Nous touchons, avec l’histoire Depardieu et les autres affaires d’exil fiscal, aux racines de ce qui a provoqué l’antisémitisme moderne.
    Pour l’antisémite, le juif c’est celui qui n’est pas comme moi; mais pas seulement, car ceci ne serait que le racisme ordinaire. Le juif a, en plus, le culot d’être plus brillant que moi, plus intelligent (c’est l’un des défauts que l’on prête aux juifs: ils sont trop intelligents), plus dynamique, plus riche. S’ils vivent en France, on les accuse d’étaler leur réussite; il faut leur faire rendre gorge. S’ils s’en vont d’un pays qui les rejette, ils prouvent ainsi qu’ils ne sont pas patriotes, qu’ils sont vendus à l’étranger ou à un complot international (autrefois le pacte des sages de Sion, aujourd’hui le pacte des ultra-libéraux, de Wall
    Street, de la City).
    Si on remplace le mot juif par « riche », le reste du raisonnement n’a pas à changer d’un iota.
    Remarquons que, pour être stigmatisé comme riche, il n’y a pas besoin d’être milliardaire; Hollande a fait démarrer la stigmatisation à l’encontre de ceux qui gagnent 4000 euros par mois. Ce qui prouve que le mécanisme enclenché par ces manipulateurs est bien l’envie.
    Pour les juifs, idem: un commerçant juif de quartier suscitait l’envie de ceux qui n’étaient que concierges ou petits employés de bureau.
    Le riche, comme le juif, renvoie l’envieux à sa médiocrité. Je ne dirais pas à son côté « minable », parce qu’Ayrault pourrait légitimement me réclamer des droits d’auteurs.
    L’envieux a quand même une satisfaction, comme l’antisémite; il est peut-être médiocre, voire nul, mais il fait partie des gens bien, comme dirait Brassens, des »braves gens ». Pendant l’occupation, il y a eu beaucoup de braves gens, en France.

    1. alain schneeberger: « Nous touchons, avec l’histoire Depardieu et les autres affaires d’exil fiscal, aux racines de ce qui a provoqué l’antisémitisme moderne. »

      Même mécanisme mais l’argument ne touchera pas d’un iota la « nouvelle gauche » parce qu’ils sont aussi et ouvertement antisémite.
      Ils n’y voient aucun problème d’ailleurs.

      1. Devine quelle catégorie de la population perçoit la moitié de l’aide sociale en Suisse? Devine qui a un taux de pauvreté supérieur à la France? Devine qui multiplie les travailleurs pauvres? Devine qui travaille plus de 45H par semaine sans aucune protection et pouvant être facilement licencié? Devine où la vie est la plus chère? La Suisse est un havre de paix pour les nantis.

        1. heirophant: « Devine quelle catégorie de la population perçoit la moitié de l’aide sociale en Suisse? Devine qui a un taux de pauvreté supérieur à la France? »

          Devine qui a deux fois plus d’étrangers sans que rien ne crame ?
          Devine qui ne laisse pas ses jeunes et ses vieux sur le carreaux ?
          Devine qui a encore un ascenseur social qui marche parfaitement ?
          Compte tenu que le taux de pauvreté est calculé sur le revenu médians de la population (Suisse plus riche) devine qui a l’air d’un con avec son « taux de pauvreté » ?
          Et surtout devine qui ne fait pas toutes ces « merveilleuses » statistiques à crédit et qui ne va pas finir comme la Grèce ?

          heirophant: « La Suisse est un havre de paix pour les nantis. »

          Pour un français socialiste les nantis commencent à 2000 euro et ça ne cesse de descendre. (Salaire de caissière sans qualification en Suisse: 2 200 euros France : 1000 euro)

          1. « Devine qui a deux fois plus d’étrangers sans que rien ne crame ? »

            En dépit d’une recrudescence depuis quelques années, la majorité des étrangers ne viennent pas d’Afrique mais d’autres pays européens. Et devine justement qui se plaint d’une augmentation des infractions due aux immigrés africains!

            « Compte tenu que le taux de pauvreté est calculé sur le revenu médians de la population (Suisse plus riche) devine qui a l’air d’un con avec son « taux de pauvreté » ? »

            Encore heureux vu le coût de la vie! Tu ne veux pas non plus qu’ils se mettent tous aux boîtes de conserve?

            « Pour un français socialiste les nantis commencent à 2000 euro et ça ne cesse de descendre. (Salaire de caissière sans qualification en Suisse: 2 200 euros France : 1000 euro) »

            Mais dis-moi, pourquoi alors les patrons pleurnichent sur le smic? Tu veux dire qu’en fait ils pourraient donner encore plus, mais qu’ils sont contraints par l’Etat de rester à la limite du seuil?

            « Devine qui ne laisse pas ses jeunes et ses vieux sur le carreaux ? » Quoi, l’Etat? Tu veux dire que l’Etat a un rôle positif d’assistance sociale?

          2. heirophant: « Tu veux dire qu’en fait ils pourraient donner encore plus, mais qu’ils sont contraints par l’Etat de rester à la limite du seuil? »

            Wow ! Une lueur de vague compréhension. Effet de seuil évidemment, c’est même admis par la gauche qui réfléchi.

            heirophant: « Encore heureux vu le coût de la vie Tu ne veux pas non plus qu’ils se mettent tous aux boîtes de conserve? »

            C’est ça ta pirouette pour ne pas admettre que tu as l’air con avec ton taux de pauvreté ?

            heirophant: « Quoi, l’Etat? Tu veux dire que l’Etat a un rôle positif d’assistance sociale? »

            LOOOOOL le boulevard ! C’est exactement l’inverse !

            La protection du travail (3200 pages) a fait de l’employé -un risque- pour l’entreprise: inévitablement avec les couts et les contraintes les entreprises n’engagent plus que des types déjà formé et pas encore trop cher, donc ça exclu les vieux et les jeunes.

            Le code du travail suisse fait deux pages. La résultante c’est:

            Taux de chômage Suisse: 3.4% France 11%
            Taux de chômage des jeunes: Suisse: 3,2% France: 25%

            Pour les plus de 50 ans le graphique page 8 de ce document va te faire rire (jaune)
            http://www.unige.ch/rectorat/egalite/presse/2008/Activite_prof_f.pdf

  2. Une leçon libertarienne : peu importe le niveau de vie, ce qui compte avant toute chose, le mal absolu, hitler himself, c’est l’impôt. CQFD, la somalie est la terre promise. Faites vos bagages si vous en avez le courage!

      1. C’est vrai que le quatar est tellement un pays de merde comparé à la suède! Remarque, ça l’est sans doute pour les plus riches d’entre vous. On en revient fatalement à la ploutocratie…

    1. Pfff. Je les ai faits, moi, mes bagages. Pour la Suisse. C’est plutôt mieux.
      Quant au mal absolu, ce n’esp pas l’impôt, c’est l’état. Sans état, pas d’impôts. Mais pas d’Hitler non plus, hein… ;)

        1. « Pas de marché sans Etat », sous condition impérative qu’il soit minimal et régalien. Bref, pas de marché du tout avec l’Etat socialiste obèse. Toi y en avoir compris ?

          1. C’est bizarre, les lois de protection sociale ont été votées au XIXème par beaucoup de libéraux qui croyaient à l’Etat minimal. Qu’est-ce qui a foiré, un complot collectiviste? Tu devrais arrêter la parano et réfléchir un peu par toi-même avant de débiter ton catéchisme libéral.

          2. Bon, toi y en a toujours pas compris, encore moins ce que signifiait « être libéral » au XIXe siècle, avec ton contresens historique crasse qui consiste à appliquer ta grille de lecture pseudo-moderne à un passé que tu es incapable de comprendre. Facepalm !

  3.  » le capital est en général issu d’une forme d’épargne et du fruit du travail  »

    Préciser : même si c’est bien souvent du travail votre papa ou de votre arrière grand papa.

          1. Sources ? Pourcentages ?
            Bon courage dans l’exploitation de l’enquête patrimoine de l’INsee pour tirer une quelconque conclusion.

            Sur les hyper-riches, quand ils sont entrepreneurs, ils ont au départ risqué le capital de leur papa (ou du votre, comme pour M. Arnault, devenu milliardaire grace à l’Etat).