Dexia, le scandale de trop

Publié Par Michel de Poncins, le dans Économie générale

La solution retenue pour « sauver » Dexia présage des lendemains qui déchantent.

Par Michel de Poncins.

Nous avons supporté  le scandale du Crédit Lyonnais et bien d’autres. Voici maintenant Dexia dont les difficultés étaient connues depuis longtemps mais dont le sauvetage, organisé en urgence, nécessite des milliards d’argent public.

Le gouffre est  ancien, il est le fruit des énarchos-socialos au pouvoir depuis des décennies. Pour assurer le sauvetage, les contribuables vont être invités à verser des sommes immenses, difficiles à évaluer.

Il y a, d’abord, la part de la France dans une augmentation de capital réservée aux trois États, France, Belgique et Luxembourg, le feu vert ayant été obtenu le 21 décembre : il s’agit en quelque sorte d’une nationalisation à trois. Mais ce n’est qu’une broutille. En parallèle, les États donnent à Dexia une garantie de 85 milliards d’euros, la France en fournit la moitié environ. Pour des raisons que les lecteurs de ces articles connaissent bien, de telles garanties se transforment toujours en pertes, car la garantie n’est qu’un habillage provisoire pour masquer le gouffre.

Il y a encore DMA ou Dexia Municipal Agency, l’entité qui porte les crédits aux collectivités territoriales françaises dont 10 milliards de prêts toxiques. La France l’acquiert pour un euro symbolique. Parallèlement et sans rigoler du tout, Dexia promet un retour à l’équilibre en 2018. Dans son actif, se trouve un portefeuille de 245 milliards d’euros de participations très liées au secteur public en Europe, notamment en Espagne et en Italie ; cette description résumée ne présage rien de bon. Combien faudra-t-il provisionner ?

L’histoire de Dexia

En 1987, il s’agissait d’une obscure petite division de la Caisse des Dépôts et Consignations, finançant les collectivités locales. Elle s’en émancipa pour devenir le crédit local de France, coté en Bourse et privatisé. En 1996, eut lieu un mariage avec le voisin belge du même métier, l’union recevant un nouveau nom : DEXIA. L’objectif était de devenir un leader mondial dans le financement des collectivités locales. L’inconvénient de ce métier est la faiblesse des marges. Au lieu de chercher à améliorer le cœur du métier, les dirigeants partirent à l’aventure.

Ce fut, tout d’abord, la « transformation » ce qui est un péché capital dans le domaine financier. Ils empruntèrent à court terme pour pas très cher et prêtèrent à long terme pour plus cher ; une mécanique infernale était lancée. Comme cela rapportait beaucoup d’argent, les mêmes dirigeants se lancèrent dans une boulimie d’acquisitions d’entreprises, d’activités, ou même de portefeuilles : Espagne, Italie, Japon, États-Unis étaient leurs terrains de chasse. Tout baignait, mais ce n’était qu’une apparence. En 2008, brusquement, Dexia eut besoin de 260 milliards d’euros, la banque n’ayant que quatre jours de liquidités devant elle. Les États belges, français et luxembourgeois furent appelés au secours. Chemin faisant, l’action a perdu 94% de sa valeur. Pendant cette course folle, Dexia a poussé les collectivités territoriales à s’endetter pour réaliser des projets des élus en les chargeant d’emprunts toxiques : la révolte gronde chez des responsables locaux découvrant la ruine par des contrats insensés et se tournant vers l’État pour compenser. Constatons que des palais pour des collectivités ont été bâtis avec des emprunts toxiques !

Nous savons tous que par le poids insupportable de leur organisation et du train de vie de leurs dirigeants, ces collectivités génèrent une partie appréciable de l’ouragan fiscal écrasant l’économie. Dexia a ajouté au malheur en poussant à des investissements inutiles au gré des caprices des élus.

Ne pas recommencer

Avant la découverte de la catastrophe, les avertissements n’ont pas manqué ; les responsabilités sont innombrables : luxe et nombre des administrateurs, représentants des collectivités, Caisse des Dépôts et Consignations, ministères. Les barbichettes se sont tenues les unes avec les autres.

Dexia nous renvoie comme dans un miroir les défauts de l’économie administrée : gâchis des interventions publiques dans le domaine économique, irresponsabilité générale, folie des grandeurs, légèreté dans le choix des investissements, course absurde vers l’étranger lointain et dangereux.

Il ne faut surtout pas recommencer ; or c’est ce que fait le pouvoir provisoirement en place. Il vient de créer la banque publique d’investissement ou BPI qui double plusieurs organismes déjà existants et les élus salivent à l’avance. Un nouveau futur scandale s’annonce.

Laisser un commentaire

  1. Une « restructuration » aux airs de liquidation… et en prime, la nationalisation des dettes pourries ! Le contribuable franco-belge va devoir éponger les 605 milliards de pertes… « Scandale » est un mot faible.